Version classiqueVersion mobile

Syndicats et associations

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Françoise Tétard

Quatrième partie. Convergences

La CFDT et les associations féministes de 1970 à nos jours

Pascale Le Brouster

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Pascale Le Brouster

  • 1 Cette étude présente un aspect d'une thèse en cours sur la CFDT et la question des femmes (1961- 1 (...)

2Aborder la question des rapports entre la Confédération française démocratique du travail (CFDT) et les associations féministes de 1970 à nos jours en terme d'alliance peut paraître paradoxal lorsque l'on sait combien l'histoire des relations entre syndicalisme et féminisme a été conflictuelle. Cependant, si le mouvement syndical et le mouvement féministe se sont longtemps ignorés, se sont souvent pensés comme concurrents voire contradictoires, il importe de souligner qu'ils ont également fait l'objet de convergences. Ainsi, s'intéresser aux rapports qu'une centrale syndicale - la CFDT- a entretenus avec les associations féministes, de 1970 à nos jours, apparaît tout d'abord comme un lieu privilégié permettant d'étudier les interactions entre syndicalisme et féminisme1 Comment ces deux mouvements (la CFDT d'un côté, les associations féministes de l'autre) aux intérêts supposés concurrents ou contradictoires ont-ils réussi à nouer des alliances guidées par des intérêts communs ? D'autre part, étudier l'histoire des relations entre la CFDT et les associations féministes sur une trentaine d'années devrait également permettre de saisir l'évolution des orientations et des stratégies prônées par la CFDT à l'égard des associations et, en ce sens, cette étude souhaite contribuer à la réflexion amorcée par Frank Georgi sur la CFDT et les associations du mouvement social. Dans cet esprit, nous tenterons donc d'expliquer le cheminement complexe parcouru par la CFDT de son engagement dans la lutte pour l'abrogation de la loi de 1920 aux côtés du Mouvement pour la liberté de l'avortement et de la contraception (MLAC) et du Mouvement français pour le planning familial (MFPF) au soutien qu'elle apporte aujourd'hui au combat « Pour un nouveau féminisme » initié par Ni putes Ni soumises (NPNS).

La CFDT et le mouvement des femmes : l'expérience du MLAC et du MFPF

  • 2 Branciard M., Histoire de la CFDT, Paris, La Découverte, 1990, p. 270.
  • 3 Notons qu'elle est la première centrale syndicale à agir pour l'abrogation de la loi de 1920.

3Au cours des années soixante-dix, nous assistons à une redéfinition du champ syndical qui conduit le syndicalisme à quitter le domaine strictement professionnel pour prendre en compte les problèmes dits sociétaux et s'attaquer, entre autres, aux multiples aspects de la condition féminine. C'est ainsi qu'en 1970, lors de son 35e congrès, la CFDT « reconnaît la lutte de la libération des femmes comme un aspect de la lutte de classe, comme un facteur essentiel enrichissant cette lutte et conditionnant la réalisation d'une société socialiste autogérée2 ». Le contexte historique du mouvement des femmes permet alors à la CFDT de se poser de nouvelles questions et de mettre en avant de nouveaux thèmes : parmi eux, le droit à l'avortement et à la contraception. La campagne pour l'abrogation de la loi de 1920 est en effet l'un des grands enjeux de la période, la CFDT y participe à compter de 19733 devenant alors partie prenante du mouvement des femmes. Au sein de celui-ci, elle va nouer des alliances avec deux associations féministes que sont principalement le MFPF et plus indirectement le MLAC.

La CFDT et le MLAC4 : une relation ambiguë

  • 4 Sur le MLAC, voir : Zancarini-Fournel M., « Histoires du MLAC », CLIO, n° 18, 2003, p. 241- 251.
  • 5 Le Nouvel Observateur, 5 février 1973.
  • 6 Archives confédérales CFDT (AC), 8H625 : Rapport du BN du MLAC, février 1975, p. 1.
  • 7 Antoine M., « Une histoire du MLAC », Le Féminisme et ses enjeux, Paris, Edilig, 1988, p. 243.
  • 8 Archives CFDT, AC, 8H625 : Charte du MLAC, mars 1973, p. 1.
  • 9 « L'avortement au centre de l'actualité », Syndicalisme hebdo, 8 février 1973, p. 11.
  • 10 . S. Iff est secrétaire générale du MFPF.
  • 11 Antoine M., art. cit., p. 245.
  • 12 Iff S., Entretien avec l'auteure, Paris, février 2005.
  • 13 Parmi les membres fondateurs : Mouvement pour la liberté de l'avortement, MFPF, Mouvement de libér (...)
  • 14 Archives CFDT, AC, 8H625 : Convocations aux réunions du MLAC, mai-juin 1973.
  • 15 Ibidem, « À propos des assises nationales du MLAC », Nouvelles CFDT, N° 31/73, 19 octobre 1973.
  • 16 Archives CFDT, AC, B124 : Entretien réalisé par P. Autexier avec J. Laot, 5 janvier 1989, p. 36.

4À la suite du manifeste des 3315 dans lequel des médecins s'accusent de pratiquer des avortements, des militant-e-s d'horizons divers envisagent de créer une association : le MLAC6 qui voit le jour le 10 avril 1973 et dont l'objectif premier est « de lutter pour l'abrogation des restrictions à la liberté de l'avortement et de la contraception7 ». Souhaitant donner une assise populaire8 à leur action et connaissant les positions de la CFDT sur la contraception et l'avortement, ils décident de contacter Jeannette Laot, responsable du secrétariat travailleuses de la CFDT et membre de la commission exécutive (CE). Cependant, si la CFDT a pris position depuis le 8 février 19739en faveur du droit à l'avortement, l'organisation n'est pas prête dans son ensemble à prendre en charge une telle question. Ce n'est qu'après un long débat au bureau national que Jeannette Laot obtient finalement l'autorisation de participer, mais à titre personnel, à la constitution du MLAC. Jeannette Laot et Simone Iff10 deviennent ainsi vice-présidentes de l'association qui est présidée par Monique Antoine. Pour cette dernière, la présence de Jeannette Laot au MLAC apparaît comme une première victoire pour l'association11. La participation d'une responsable cédétiste au bureau du MLAC répond à la volonté de l'association de faire, d'une part, de la contraception et de l'avortement un problème de masse et, d'autre part, de constituer une organisation de poids permettant de couvrir les médecins pratiquant des avortements. En participant au MLAC, Jeannette Laot apporte une légitimité importante au mouvement et, en ce sens, la CFDT constitue, pour reprendre les termes de Simone Iff12, « un label extraordinaire » pour le MLAC. En effet, si officiellement la CFDT ne fait pas partie en tant que telle des membres fondateurs13 du MLAC, permettre à un membre de la CE d'y participer engage malgré tout la centrale. Au cours de l'année 1973, la CFDT multiplie ainsi ses prises de position à travers la publication de communiqués confédéraux dans lesquels elle soutient les initiatives du MLAC. Elle apporte également un soutien logistique à l'association puisqu'un certain nombre de réunions du MLAC se tiennent au siège de la CFDT14.Cependant, la préparation des assises nationales du MLAC en novembre 1973 est l'occasion pour la CFDT de rappeler qu'elle n'est en aucun cas engagée par les décisions et/ou les actions coordonnées par l'association15. Le MLAC va poursuivre son action jusqu'au vote de la loi Veil, promulguée le 15 janvier 1975. À cette date, considérant avoir atteint son objectif, le bureau du MLAC démissionne. Jeannette Laot quitte donc définitivement le MLAC. L'action qu'elle a entreprise au sein de celui-ci au cours des années 1973-1974 a été très positive pour la centrale puisqu'elle a permis la participation d'organisations CFDT à la lutte pour l'abrogation de la loi de 1920. Un réseau MLAC a notamment été mis en place au sein de la CFDT à l'initiative de Marcel Gonin et Jeannette Laot. Cet engagement indirect de la CFDT au sein du MLAC lui a également donné l'occasion d'exprimer ses idées sur la sexualité, tout en ménageant ses militant-e-s, et stratégiquement de ne pas laisser à l'extrême gauche le monopole de la lutte. C'est d'ailleurs l'un des arguments avancés par Jeannette Laot afin de convaincre la CFDT de participer au MLAC16. La méfiance à l'égard de l'extrême gauche devient à partir de 1973 un thème récurant du discours cédétiste et explique en partie le refus de la centrale de s'engager dans les collectifs femmes. Mais, outre cette stratégie à l'égard de l'extrême gauche, cet engagement exprime également le souci, si ce n'est de la confédération toute entière, d'au moins une partie de ses militant-e-s de prendre en compte la question des femmes. L'expérience du MLAC présente donc un intérêt particulier pour qui se penche sur l'histoire des relations entre syndicalisme et féminisme. En effet, l'engagement, quoiqu'indirect, de la CFDT au sein du MLAC apparaît comme une première tentative d'articulation entre lutte féministe et lutte syndicale.

Le partenariat avec le MFPF

  • 17 Archives MFPF, Boîte CFDT-CGT, 1981-1986 : Correspondance entre la CFDT et le MFPF 1970-1984.
  • 18 Ibidem : Lettre de J. Gondonneau à E. Maire, 15 février 1972, p. 1.
  • 19 Gonin M., « Sexualité et lutte de classes », Syndicalisme hebdo, 29 janvier 1976, p. 20-21.
  • 20 « Rencontre CFDT-MFPF », Syndicalisme hebdo, 10 octobre 1974, p. 14.
  • 21 Archives CFDT, AC, 8H625 : Communiqué MFPF-CFDT, 5 janvier 1976, 1 p.
  • 22 « IVG : l'action nécessaire », Syndicalisme magazine, novembre 1979, p. 18.

5Contrairement à l'attitude ambiguë que la CFDT a pu avoir vis-à-vis du MLAC, elle s'engage de manière officielle aux côtés du MFPF. Association plus modérée, elle devient alors l'un des partenaires privilégiés de la centrale dans la lutte pour la libéralisation de l'avortement et de la contraception. Les premiers contacts entre les deux organisations ont lieu en 197017. Ces derniers interviennent à une période où le MFPF commence à se politiser et à se radicaliser et entend poser les questions de contraception, d'avortement et d'éducation sexuelle en terme de classe sociale. La volonté de prendre en compte la dimension socio-économique de ces problèmes implique donc un changement de stratégie qui conduit le MFPF à contacter les centrales syndicales. Cependant, si la CFDT semble reconnaître l'intérêt d'une collaboration avec le MFPF (F. Krumnow, responsable des problèmes d'information dans l'organisation, est chargé par la CE des relations avec le MFPF en 197118), elle ne s'engage officiellement à ses côtés qu'en 1974. La CFDT et le MFPF vont alors entretenir des liens privilégiés au niveau confédéral. Bien que la CFDT ne soit pas le seul partenaire du MFPF (il travaille également avec la Confédération générale du travail [CGT] et la Fédération de l'éducation nationale [FEN]), les relations qu'ils entretiennent présentent des spécificités. Soulignons qu'un certain nombre de militantes cédétistes sont à cette époque engagées à titre personnel dans le MFPF. Ainsi, Marcel Gonin, qui a en charge une partie du secrétariat travailleuses et dont on connaît le rôle au sein de la centrale, siège au conseil d'administration du MFPF. Les relations interpersonnelles entre les militant-e-s du MFPF et de la CFDT traduisent semble-t-il l'adéquation qui existe entre les deux organisations. Celle-ci repose sur une démarche qui importe tant au MFPF qu'à la CFDT : le souci d'éducation populaire et permanente, et la volonté d'articuler sexualité et lutte des classes19. Ainsi, le 24 septembre 1974, les deux organisations déclarent dans un communiqué commun « avoir décidé d'aborder le problème de l'éducation sexuelle dans toute son ampleur, d'intensifier l'information auprès de leurs militants, notamment par les moyens à disposition des activités sociales des comités d'entreprise20 ». Dans ce cadre, des actions communes sont menées à partir de 197621 au sein des entreprises et se traduisent par la mise en place de commissions planning. Ces dernières ont pour but de sensibiliser les travailleur-euse-s aux questions de sexualité, de contraception et d'avortement, et sont animées par des militant-e- s de la CFDT et du MFPF. Toujours dans cet esprit, des responsables du MFPF et de la CFDT interviennent dans des stages organisés par chacune des structures. À travers ce travail de formation, la CFDT et le MFPF apparaissent comme très complémentaires, les uns apportant les éléments de réflexion ayant trait à la sexualité, les autres à la dimension socio-économique et culturelle. La campagne pour le renouvellement de la loi Veil, puis pour le remboursement de l'interruption volontaire de grossesse (IVG), font à nouveaux l'objet d'actions communes CFDT-MFPF et, en 1979, à la veille du débat parlementaire, des manifestations22 sont organisées. Néanmoins, si la CFDT continue à entretenir des relations avec le MFPF, elle entend de plus en plus se mobiliser seule en organisant des temps forts - notamment autour du 8 mars — au sein de la centrale et des entreprises. Il est intéressant de noter que, contrairement au MFPF, la CFDT refuse au niveau confédéral de s'investir dans les collectifs féminins. Ainsi, la CFDT ne participe pas à la manifestation du 6 octobre 1979. Organisée par des femmes de groupes très différents tels qu'Histoires d'Elles, le MFPF, Parole, cette manifestation constitue pourtant le point culminant de la mobilisation pour la reconduction de la loi Veil. La CFDT fait donc preuve d'une attitude de repli qui annonce un changement de stratégie à l'égard des associations féministes.

Vers une prise de distance avec les associations féministes

  • 23 « Contraception, avortement : questions aux candidats », Syndicalisme hebdo, 23 avril 1981, p. 2.
  • 24 Un ministère des Droits de la femme confié à Y. Roudy est alors créé.

6La politique de recentrage engagée par la centrale la conduit à réajuster sa stratégie en essayant de donner un contenu « plus réaliste » à ses revendications et en ancrant ces dernières dans les entreprises. Cette stratégie l'amène ainsi à s'engager avec les associations féministes dans des actions plus modérées. La lettre ouverte23 interpellant les candidats à la Présidence de la République sur les problèmes de contraception et d'avortement qui est envoyée en 1981 par la CFDT, le Conseil national des associations familiales laïques (CNAFAL), la Confédération syndicale du cadre de vie (CSCV), la Confédération syndicale des familles (CSF) et le MFPF apparaît comme un bon exemple de la démarche alors adoptée par la CFDT. Cependant, si la victoire de la gauche en 1981 ouvre de nouvelles perspectives en matière d'égalité des sexes24, elle accélère également le déclin de la mobilisation féministe, la campagne pour le remboursement de l'IVG marquant alors la fin d'une période. Ainsi la politique de recentrage engagée par la centrale, tout comme le reflux du mouvement féministe qui marque le début des années 1980, vont mettre un frein à l'action que la CFDT avait engagée aux côtés de ces associations, celle-ci préférant se cantonner au strict domaine professionnel (lutte en faveur de l'application de la loi sur l'égalité professionnelle) et à la question de la mixité de ses propres structures (mise en place des chartes de mixité à partir de 1988). Les priorités affichées par la CFDT vont donc la conduire à abandonner petit à petit le terrain de la lutte des femmes, le mouvement féministe mis en suspension ne pouvant plus jouer le rôle d'aiguillon envers le syndicalisme. Il faut alors attendre les années quatre-vingt-dix et l'émergence de la troisième vague du féminisme pour voir la confédération se mobiliser de nouveau aux côtés d'associations militant en faveur des droits des femmes.

La CFDT face à la troisième vague du féminisme

Une timide participation à la CADAC

  • 25 Archives MFPF, Boîte syndicats CGT-CFDT : Lettre de la CFDT au MFPF, 24 janvier 1992.
  • 26 Sur cette manifestation voir : Cités « L'avenir politique du féminisme », n° 9, janvier 2002.
  • 27 Notons cependant que des organisations CFDT telle que la Fédération générale des Transports et de (...)
  • 28 Notons toutefois que son engagement au sein de la Confédération internationale des syndicats libre (...)
  • 29 « Femmes de tous les pays, marchons ! », CFDT-magazine, décembre 1999, p. 30-31.

7Le renouveau de la mobilisation féministe est notamment marqué par la création en octobre 1990 de la Coordination nationale des Associations pour le Droit à l'Avortement et la Contraception (CADAC). Rassemblant 28 organisations, la coordination entend défendre les droits des femmes et relancer le débat sur les libertés et l'égalité entre les femmes et les hommes. Parmi les organisations syndicales participant à ce collectif se trouve la CFDT. Soulignons que c'est par le biais du MFPF, avec qui elle entretient toujours des relations, que la CFDT s'est au départ investie dans la coordination. Cependant, son engagement au sein de la CADAC ne sera que de courte durée, puisque la centrale décide de quitter la coordination dès 1992 à la suite des États Généraux sur l'avortement et la contraception où de nombreux désaccords politiques sont intervenus25. À partir de cette date, la CFDT refusera toute action commune avec la CADAC. Ainsi, bien qu'ayant été sollicitée, elle ne participe pas à la manifestation du 25 novembre 199526 pour la défense des droits des femmes qui marque pourtant un nouveau départ de la mobilisation féministe. Plus de cent organisations, partis politiques, syndicats et associations se sont associés à l'appel de la CADAC et l'absence de la CFDT a été très remarquée27. En refusant la plupart des cadres unitaires (la CFDT refusera également par la suite de participer au Collectif national pour les droits des femmes [CNDF] tout comme au collectif de préparation de la Marche mondiale des femmes [MMF]28), la CFDT se coupe d'une partie des associations féministes et, au milieu des années quatre-vingt-dix, apparaît en retrait de la lutte des femmes ; ce dont elle se défend. « Nous tirons notre légitimité de l'entreprise, ce qui incite la CFDT à agir d'abord au sein de ce cadre29 », déclarait Annie Thomas (secrétaire nationale à la CFDT et responsable du secteur femmes) pour expliquer la démarche cédétiste. Dans le prolongement du recentrage, la CFDT considère en effet que son action doit pour l'essentiel se situer sur le seul terrain professionnel et que c'est au sein de l'entreprise que la riposte doit s'organiser. La position hostile de la CFDT à l'égard des collectifs unitaires ne fait qu'entériner le changement de stratégie prônée par la centrale à l'égard des associations féministes qui commençait à s'amorcer à la fin des années soixante-dix. Refusant la politisation et la globalisation des luttes et réfutant tout mode d'action protestataire, elle se tourne donc vers des associations lui permettant de s'inscrire dans une démarche que l'on peut qualifier de « modératrice ».

Le MFPF et NPNS

  • 30 Archives CFDT, AC, 58DAR28 : Tract pour le remboursement de la pilule, mars 1991.
  • 31 « Les jeunes et la contraception », Syndicalisme hebdo, 14 mai 1992, p. 5.
  • 32 À partir de cette date, il n'y a plus de traces ni dans les archives, ni dans la presse syndicale, (...)
  • 33 Archives CFDT, AC, 53DAR10, Élément souligné par la CFDT lors de la réunion du 17 février 1997 au (...)
  • 34 Libération, 5 mars 2005.
  • 35 Appel du 6 mars 2005 initié par NPNS, Prochoix, n° 32, mars 2005, p. 19-20.
  • 36 « Manifestations tous azimuts pour l'égalité », CFDT-Magazine, mars 2005.

8Si la CFDT a définitivement pris ses distances avec cette nouvelle mobilisation féministe, elle a en revanche continué à entretenir des relations avec le MFPF qui, lui, est impliqué dans le cadre unitaire refusé par la confédération. Au cours des années quatre-vingt-dix, les deux organisations vont ainsi se retrouver autour de deux campagnes qu'elles vont mener conjointement et auxquelles seront associées d'autres associations. La première campagne concerne le remboursement de la pilule. Elle débute au printemps 1991 par le lancement d'une pétition initiée par la CFDT, la FEN et le MFPF, intitulée : « La pilule doit être remboursée30 ». Cette action aurait dû trouver son prolongement dans une seconde campagne initiée, cette fois, par le secrétariat d'État aux droits des femmes. Cette dernière intitulée « jeunes et contraception31 » devait être relayée par le MFPF, le Conseil supérieur de l'information sexuelle, la CFDT, la FEN, la Fédération des conseils de parents d'élèves (FCPE), la Fédération des parents d'élèves de l'enseignement public (PEEP), SOS-Racisme, le Ministre de la jeunesse et des sports, et l'Agence française de lutte contre le sida. Elle a cependant été annulée. L'investissement de la CFDT au sein de ces campagnes peut être expliqué par plusieurs éléments. Tout d'abord, celles-ci s'inscrivent dans un souci de développement de l'éducation et de l'information sexuelle, un thème qui s'est toujours situé au cœur de la démarche cédétiste. D'autre part, les modes d'intervention choisis - une pétition nationale, une campagne institutionnalisée - répondent également à la volonté affichée par la CFDT de se situer dans une démarche modératrice. Enfin, les partenaires associés à ces deux initiatives ont aussi leur importance. Ces deux campagnes reposent sur un ensemble d'acteurs réformistes, constitué par la FEN qui quitte la CADAC en 1992 pour les mêmes raisons que la CFDT, sur des « associations relais » avec qui la CFDT a déjà travaillé, telle SOS- Racisme, et enfin sur des institutions étatiques. Force est de constater que ces deux initiatives s'inscrivent dans une démarche beaucoup plus modérée, jugée par la centrale comme plus réaliste et pragmatique par opposition au mode protestataire qui caractérise les collectifs femmes. C'est donc pour l'essentiel au sein de ces deux campagnes que la CFDT a été amenée à entreprendre des actions communes avec le MFPF. À partir de 1997, les liens entre les deux associations semblent se distendre32, le MFPF ne comprenant pas toujours très bien pourquoi la CFDT ne participe pas aux collectifs type CADAC33. Notons en effet, que si le collectif reste animé par des féministes issues de la tendance « lutte des classes », il n'en demeure pas moins que la CADAC comme le CNDF drainent tout ce que le monde associatif et syndical compte dans la défense des droits des femmes. Néanmoins, cette prise de distance n'est que de courte durée. La décision récente du MFPF de se désolidariser du CNDF34 pour rejoindre le collectif « Pour un nouveau féminisme35 » conduit à nouveau les deux organisations à se retrouver côte à côte, la CFDT ayant elle-même signé l'appel lancé par NPNS36 qu'elle soutient depuis 2003.

  • 37 « Les femmes des quartiers se mettent en marche », CFDT-Magazine, mars 2003 ; « Un jeune mouvement (...)
  • 38 Manifestation cédétiste regroupant tous les trois ans des militant-e-s autour de la question des f (...)
  • 39 Sur ce point voir : Garcia M-C. et Mercader P., « Le mouvement NPNS : un féminisme nouveau ? », Co (...)
  • 40 « Nous partageons les mêmes valeurs », CFDT-Magazine, février 2004.

9L'association NPNS a été créée en 2003 par Fadela Amara, présidente de la Fédération nationale des maisons des Potes et se situe dans le prolongement de la « Marche des femmes contre les ghettos et pour l'égalité » organisée du 1er février au 8 mars 2003. C'est au cours de cette marche que la CFDT a exprimé son premier soutien à NPNS37. Cette marche ne saurait que trop rappeler celle des Beurs organisée vingt ans auparavant par SOS- Racisme, également soutenue par la CFDT. L'attention que la CFDT porte à ce mouvement apparaît également dans l'investissement de certain-e-s militant-e-s au sein des comités locaux de NPNS. Marie-Jo Charron, déléguée femme de la CFDT depuis 2002, a également participé à l'Université d'automne de NPNS en 2003 et, en 2004, la présidente de NPNS fut invitée à Actuelles38. Se distanciant explicitement du féminisme39, et donc des collectifs type CNDF, NPNS fait appel au républicanisme, à la laïcité et à la mixité pour sa lutte pour les droits des femmes. Autant de valeurs qui sont partagées par la CFDT40 qui semble avoir trouvé dans cette association une nouvelle partenaire. Le soutien que la CFDT apporte à l'association NPNS dessine les nouvelles relations que la centrale entretient avec les associations militant en faveur des droits des femmes. La décision en mars dernier de signer le manifeste « Pour un nouveau féminisme » aux côtés, entre autre, de NPNS et du MFPF entérine ainsi le changement de stratégie à l'égard des associations féministes prôné dès la fin des années soixante-dix par la CFDT et on peut penser que sa participation à ce pôle réformiste pourrait lui redonner une visibilité sur le terrain de la lutte pour les droits des femmes, un terrain dont elle apparaît bien en retrait depuis les années quatre-vingt.

*

  • 41 Trat J., La participation des femmes aux instances de décision des syndicats, Paris, GEDISST, 2000(...)

10De 1970 à nos jours, les relations entre la CFDT et les associations féministes se sont profondément modifiées. Ainsi, si au cours des années soixante-dix, les alliances complémentaires que la CFDT noue avec les associations féministes permettent de redéfinir leur mode d'action en articulant sexualité et lutte des classes, les liens entretenus aujourd'hui avec le MFPF et NPNS sont plus distendus ne faisant l'objet que de soutiens ou d'actions ponctuels. D'autre part, l'évolution idéologique de la CFDT l'a également amenée à s'engager aux côtés d'associations réformistes, contrairement aux années soixante-dix où forte de son projet autogestionnaire elle noua des alliances avec des associations radicales jouant un rôle moteur dans la lutte des femmes. Ainsi, à la suite de Josette Trat, nous pouvons dire que la position actuelle de la CFDT « marque à la fois une rupture avec son passé des années soixante-dix et une différence avec la CGT qui a évolué à l'inverse sur ce plan41. »

Notes

1 Cette étude présente un aspect d'une thèse en cours sur la CFDT et la question des femmes (1961- 1982) dirigée par Françoise Thébaud.

2 Branciard M., Histoire de la CFDT, Paris, La Découverte, 1990, p. 270.

3 Notons qu'elle est la première centrale syndicale à agir pour l'abrogation de la loi de 1920.

4 Sur le MLAC, voir : Zancarini-Fournel M., « Histoires du MLAC », CLIO, n° 18, 2003, p. 241- 251.

5 Le Nouvel Observateur, 5 février 1973.

6 Archives confédérales CFDT (AC), 8H625 : Rapport du BN du MLAC, février 1975, p. 1.

7 Antoine M., « Une histoire du MLAC », Le Féminisme et ses enjeux, Paris, Edilig, 1988, p. 243.

8 Archives CFDT, AC, 8H625 : Charte du MLAC, mars 1973, p. 1.

9 « L'avortement au centre de l'actualité », Syndicalisme hebdo, 8 février 1973, p. 11.

10 . S. Iff est secrétaire générale du MFPF.

11 Antoine M., art. cit., p. 245.

12 Iff S., Entretien avec l'auteure, Paris, février 2005.

13 Parmi les membres fondateurs : Mouvement pour la liberté de l'avortement, MFPF, Mouvement de libération des femmes, Signataires des 331, Groupe information santé. Lutte ouvrière, Ligue communiste révolutionnaire. Révolution, Parti socialiste unifié.

14 Archives CFDT, AC, 8H625 : Convocations aux réunions du MLAC, mai-juin 1973.

15 Ibidem, « À propos des assises nationales du MLAC », Nouvelles CFDT, N° 31/73, 19 octobre 1973.

16 Archives CFDT, AC, B124 : Entretien réalisé par P. Autexier avec J. Laot, 5 janvier 1989, p. 36.

17 Archives MFPF, Boîte CFDT-CGT, 1981-1986 : Correspondance entre la CFDT et le MFPF 1970-1984.

18 Ibidem : Lettre de J. Gondonneau à E. Maire, 15 février 1972, p. 1.

19 Gonin M., « Sexualité et lutte de classes », Syndicalisme hebdo, 29 janvier 1976, p. 20-21.

20 « Rencontre CFDT-MFPF », Syndicalisme hebdo, 10 octobre 1974, p. 14.

21 Archives CFDT, AC, 8H625 : Communiqué MFPF-CFDT, 5 janvier 1976, 1 p.

22 « IVG : l'action nécessaire », Syndicalisme magazine, novembre 1979, p. 18.

23 « Contraception, avortement : questions aux candidats », Syndicalisme hebdo, 23 avril 1981, p. 2.

24 Un ministère des Droits de la femme confié à Y. Roudy est alors créé.

25 Archives MFPF, Boîte syndicats CGT-CFDT : Lettre de la CFDT au MFPF, 24 janvier 1992.

26 Sur cette manifestation voir : Cités « L'avenir politique du féminisme », n° 9, janvier 2002.

27 Notons cependant que des organisations CFDT telle que la Fédération générale des Transports et de l'Équipement y ont participé et ont continué à s'investir au sein de la CADAC.

28 Notons toutefois que son engagement au sein de la Confédération internationale des syndicats libres l'a conduite à soutenir la MMF en 2000.

29 « Femmes de tous les pays, marchons ! », CFDT-magazine, décembre 1999, p. 30-31.

30 Archives CFDT, AC, 58DAR28 : Tract pour le remboursement de la pilule, mars 1991.

31 « Les jeunes et la contraception », Syndicalisme hebdo, 14 mai 1992, p. 5.

32 À partir de cette date, il n'y a plus de traces ni dans les archives, ni dans la presse syndicale, d'actions communes menées avec le MFPF.

33 Archives CFDT, AC, 53DAR10, Élément souligné par la CFDT lors de la réunion du 17 février 1997 au sujet des Assises nationales pour les droits des femmes.

34 Libération, 5 mars 2005.

35 Appel du 6 mars 2005 initié par NPNS, Prochoix, n° 32, mars 2005, p. 19-20.

36 « Manifestations tous azimuts pour l'égalité », CFDT-Magazine, mars 2005.

37 « Les femmes des quartiers se mettent en marche », CFDT-Magazine, mars 2003 ; « Un jeune mouvement déjà très adulte », CFDT-Magazine, février 2004.

38 Manifestation cédétiste regroupant tous les trois ans des militant-e-s autour de la question des femmes.

39 Sur ce point voir : Garcia M-C. et Mercader P., « Le mouvement NPNS : un féminisme nouveau ? », Colloque « Genre et militantisme », Lausanne, 26 au 26 novembre 2004, 15 p.

40 « Nous partageons les mêmes valeurs », CFDT-Magazine, février 2004.

41 Trat J., La participation des femmes aux instances de décision des syndicats, Paris, GEDISST, 2000, p. 38

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search