Version classiqueVersion mobile

Syndicats et associations

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Françoise Tétard

Quatrième partie. Convergences

Syndicats et organisations de masse. Le cas d'Amsterdam-Pleyel (1932-1934)

Jocelyne Prézeau

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Jocelyne Prézeau

2La division des organisations ouvrières qui prévaut à l'échelle internationale et nationale rend délicate la riposte au « fascisme extérieur » victorieux en Allemagne en 1933, comme au « fascisme intérieur » à partir de février 1934. Entre 1932 et 1933, des associations de différentes natures, Amsterdam-Pleyel, le Comité de vigilance antifasciste (CVIA) ou la Ligue des Droits de l'Homme vont tenter de constituer les pivots et parfois les initiateurs de réactions qui, toutes, ont vocation à construire la riposte unitaire ; avec un bonheur inégal. Nous nous proposons d'aborder les relations qui se nouent, à ces fins, entre le mouvement contre la guerre et le fascisme (Amsterdam-Pleyel), inscrit constitutivement dans le conglomérat communiste, et le mouvement syndical. Cette étude, partielle au regard des questions posées par les années trente, devrait permettre de souligner les rôles respectifs que le Parti Communiste assigne aux syndicats et aux associations de masse dans la mobilisation antifasciste. Elle voudrait montrer comment et pourquoi le centre de gravité, syndical aussi longtemps que le « fascisme extérieur » constitue le danger principal peut et doit se déplacer sur des associations d'autres sortes, pour certaines étrangères au conglomérat communiste, quand le danger principal devient intérieur. Elle souligne les limites que les surdéterminations idéologiques et politiques imposent aux rapprochements souhaités.

Amsterdam et les syndicats : soutien ou intégration ?

  • 1 Bibliothèque marxiste de Paris. Archives H. Barbusse. Le Congrès mondial contre la guerre impérial (...)

3L'Appel à un congrès contre la guerre impérialiste, prévu fin août 1932, à Amsterdam s'inscrit dans la stratégie de l'Internationale communiste initiée en 1928 qui érige la lutte contre la guerre présumée menacer l'Union soviétique en priorité. Cet appel, lancé le 22 mai 1932, sous la signature conjointe d'Henri Barbusse et de Romain Rolland s'adresse à toutes les organisations, ouvrières, culturelles, sociales ou syndicales et prévoit trois formes d'adhésion : adhésion individuelle, adhésion collective et ou adhésion d'une organisation es qualité1

  • 2 Bibliothèque marxiste de Paris. Archives H. Barbusse. Dossier 58 (4) Pièce 329.
  • 3 Archives départementales de la Seine-Saint-Denis. Archives du PCF (1921-1944). Microfilms 3 MI 6/7 (...)
  • 4 Ibidem. Le terme est souligné dans le texte.

4Dès le 28 mai 1932, la Confédération générale du travail unitaire (CGTU) envoie son adhésion, suivie par 50 unions locales et régionales et 200 sections locales2. Le 3 juin 1932, La Vie Ouvrière appelle à créer des comités d'initiative. Cette décision entérinée par le Parti Communiste (PC), rend compte du rôle attribué aux organisations syndicales : « Ce sont les syndicats unitaires qui doivent prendre officiellement l'initiative de tout le travail3. » Le PC qui avait, jusqu'alors, fourni les cadres essentiels des organisations de masse, en les maintenant ainsi sous son influence directe, délègue donc ces fonctions aux syndicats. Il privilégie les syndicats unitaires pour la direction et l'animation des comités mais propose, néanmoins, d'y faire participer toutes les organisations : « Nous insistons à nouveau pour que ces bureaux (des comités d'initiative) ne soient pas constitués d'une façon purement formelle avec nos seules organisations, mais aussi pour qu'un travail sérieux soit fait afin d'obtenir la participation d'organisations diverses avec un contenu prolétarien4. »

5Les organisateurs du Congrès, Parti Communiste en premier lieu, ne sauraient en effet se satisfaire du seul soutien des syndicats unitaires. Ils attachent la plus grande attention au ralliement de syndicats étrangers au conglomérat communiste, seuls à même de leur gagner de nouvelles couches sociales, parmi lesquelles leur influence est faible.

  • 5 Bibliothèque marxiste de Paris. Archives H. Barbusse. Dossier 58 (6) Pièce 723. Rapport de la comm (...)

6À cet effet, des démarches sont entreprises vis-à-vis des paysans organisés par la Confédération générale des paysans travailleurs (CGPT), de la Fédération ouvrière et paysanne (FOP) et, plus probantes en termes d'élargissement, en direction des fonctionnaires, du personnel à statut ou des enseignants. Les résultats sont limités. Le Syndicat national des instituteurs (SNI) adhère à l'appel le 3 août 1932, suivi, 12 jours plus tard par la Fédération autonome des fonctionnaires mais la puissante Confédération générale du travail reste à l'écart. Le comité d'initiative français, mis sur pied, ne peut dès lors intégrer que Georges Lapierre pour le SNI, des représentants de la Fédération autonome des fonctionnaires, de la CGPT et de la CGTU. Le Congrès mondial contre la guerre impérialiste fait apparaître que les résultats obtenus localement sont plus contrastés. Ce congrès se déroule à Amsterdam, les 27, 28 et 29 août 1932. Seuls 46 % des congressistes sont syndiqués ; 602 déclarent leur appartenance aux syndicats unitaires (27,5 %) et 18,7 % aux syndicats confédérés5. André Dumas intervient pour le SNI et Bernard Cazaubon pour la Fédération autonome des fonctionnaires, aux côtés d'orateurs de la CGTU mais la liste définitive du Comité national de lutte contre la guerre, chargé d'animer la lutte en France, ne confie aucune responsabilité à ces deux syndicats, à la CGT pas d'avantage a fortiori.

Limites du conglomérat communiste……..

Limites du conglomérat communiste……..
  • 6 Brodiez A., Le Secours populaire français, 1945-2000 : du communisme à l'humanitaire, Presses Scie (...)

7Du moins l'appel à tous les syndicats exprime-t-il la volonté d'éloigner le centre de gravité du mouvement, du conglomérat communiste au profit d'un nouveau rôle sociétal, avec, pour conséquence une autonomie accrue6. Que les quelques points marqués le soient plus à l'échelon local que national témoigne, à notre sens de points de rupture entre le mouvement local et son expression nationale.

8En 1933, la victoire d'Hitler redéfinit partiellement les données du problème et le mouvement, à peine constitué, en tant qu'organisme de lutte contre la guerre, doit se reconvertir.

Pleyel : une initiative syndicale européenne

9La riposte antifasciste « à usage externe » s'engage en ordre dispersé, à différentes échelles. Trois initiatives, simultanées et, dès lors, potentiellement concurrentes s'essaient à gagner le soutien des mêmes organisations, syndicales en premier lieu.

  • 7 Bibliothèque marxiste de Paris. Archives H. Barbusse. Dossier 58 (2) Pièce 165 Lettre-circulaire d (...)

10Dès le 15 février 1933, les syndicats allemands, italiens et polonais affiliés à l'Internationale syndicale rouge (ISR), rédigent un appel en vue d'un congrès ouvrier européen antifasciste, prévu salle Pleyel à Paris. L'Humanité publie cet appel le 18 mars 1933, suivie, deux jours plus tard, par la Vie Ouvrière. Les organisations révolutionnaires s'y associent aussitôt. Henri Barbusse, fort de l'écho d'Amsterdam en France et du rôle qu'y ont joué les syndicats, convoque quasi simultanément 40 militants syndicaux de différentes obédiences (CGTU, CGPT, UFE, mais aussi membres de la CGT, du SNI, de la Fédération des fonctionnaires...) pour une action commune en faveur de la classe ouvrière allemande et autrichienne et de ses organisations. Il avance l'idée d'une conférence de solidarité7.

11Gaston Bergery, député radical de Mantes (Seine-et-Oise) et membre d'Amsterdam, fait part à Henri Barbusse de son intention de créer un mouvement antifasciste national : Front commun. Cette initiative rencontre le soutien du SNI, qu'Henri Barbusse avait réussi à associer à Amsterdam.

12La préparation du congrès se ressent de ces initiatives concurrentes. La mobilisation de la CGTU et du PC paraît en retrait au regard de l'attente de l'ISR et de l'Internationale Communiste. Sur ses injonctions, le PC choisit de déléguer directement ses militants quand il avait précédemment privilégié la médiation syndicale.

13Le schéma ci-après (page 397) fait apparaître les redéfinitions corollaires à l'implication, cette fois dominante, des organisations internationales communistes.

14Les organisations antifascistes françaises sont alors aux prises avec des interrogations tactiques et stratégiques. Faut-il privilégier la lutte nationale comme le suggère Front commun ou déployer prioritairement des actions de solidarité internationale, alors apanages de comités ad hoc, comme le préconise la mouvance communiste ? De l'investissement des syndicats en faveur de l'un ou l'autre terme, dépendra leur succès. La CGTU, distancée par le PC dans la préparation du congrès antifasciste, diversifie son activité au profit des comités ad hoc. Leur explosion s'accompagne d'une diffraction des liens entre organisations et syndicats.

15Julien Racamond, dirigeant de la CGTU, préside le congrès antifasciste qui s'ouvre salle Pleyel à Paris, le 4 juin 1933. Il se présente au nom de la délégation française et de la CGTU. La diversité des organisations dont il se réclame ne parvient pas à estomper l'hégémonie de la CGTU. Ce congrès organisé par l'ISR en l'absence d'un véritable travail de masse en aval annihile les velléités d'élargissement hors du conglomérat communiste. Ni le SNI, ni la Fédération autonome des fonctionnaires n'ont envoyé de représentants. Les confédérés ne sont plus que 9 % et les autonomes, 3 %, la commission des mandats préférant, du reste, ne pas mentionner l'appartenance syndicale des congressistes. Le comité européen antifasciste élu, au lendemain du Congrès, s'inscrit dans son prolongement. La mouvance communiste est seule représentée.

16Face à la multiplicité des initiatives antifascistes et contre l'avis de l'IC, le mouvement d'Amsterdam, et celui de Pleyel fusionnent alors. Le 15 juin 1933, un comité national contre la guerre et le fascisme, est élu qui intègre Amsterdam. Ce mouvement français, qui conserve la part belle aux syndicats (33 %) renoue, du moins, avec la composition d'Amsterdam en autorisant un élargissement accru. Trois de ses membres sont issus de la CGT, 12 de la CGTU, 6 de la Fédération des fonctionnaires, 2 des syndicats autonomes, 2 de la CGPT et 2 des syndicats enseignants (Internationale des travailleurs de l'Enseignement (ITE) et UFE - Union fédérale des étudiants -). Son bureau intègre Alexandre Abremski, Paul Hog pour la CGT, Pierre Boursicot et Bernard Cazaubon pour les fonctionnaires, Henri Raynaud et Julien Racamond pour la CGTU.

17Le Congrès de Pleyel n'a pas réussi à dégager une stratégie antifasciste, capable de faire l'unanimité. Sur le terrain local, les comités contre la guerre et le fascisme voisinent avec les comités ad hoc impulsés par la CGTU et l'ISR. Ces comités antifascistes, comités d'aide ou de secours, promus à une vie éphémère, perdurent et concurrencent Amsterdam-Pleyel qui subit de flein fouet, cette désaffection syndicale. La démultiplication des organisations antifascistes contribue à l'éclatement de ses principaux soutiens, notamment syndicaux. Paradoxalement, dans une période où le mouvement syndical international initie la lutte antifasciste (sous forme du congrès ou de comités ad hoc), ses liens avec les organisations préexistantes se relâchent donc, en contribuant par là, il est vrai, à leur autonomie grandissante.

1934 : les syndicats au service des organisations antifascistes

18Au lendemain du 6 février 1934, les organisations ouvrières françaises dénoncent ce qu'elles perçoivent comme une menace fasciste. L'ampleur de la riposte advenue le 12 atteste que cette analyse est largement partagée. 300 comités antifascistes voient le jour entre février et mai 1934 et Amsterdam-Pleyel en revendique, à lui seul, 845 autres. La création du CVIA s'inscrit dans le prolongement de cette mobilisation sans précédent. Ce Comité, dont la paternité revient à Pierre Gérôme (alias G. Walter) et à deux membres du SNI, André Delmas et Georges Lapierre, amorce de nouvelles relations avec le mouvement syndical. Il propose « de se mettre à la disposition des organisations ouvrières », en reconnaissant implicitement le primat des partis auxquels il s'agit à terme de restituer l'initiative et parvient à dépasser les clivages traditionnels CGTU/CGT (et, au niveau international, ISR/FSI) en obtenant tout à la fois le soutien de la CGT, de la CGTU et des deux syndicats de l'enseignement.

19Henri Barbusse, conscient des difficultés d'Amsterdam-Pleyel à se réclamer de l'ensemble de la lutte antifasciste et du rôle de Front commun, propose l'organisation d'un rassemblement de toutes les forces antifascistes. L'organisation en est confiée à Julien Racamond, secrétaire de la CGTU, et décision est prise de le transformer en un rassemblement national antifasciste auquel sont conviées toutes les organisations antifascistes. L'adhésion à Amsterdam-Pleyel n'est plus exigée. La lutte antifasciste devient le seul ciment fédérateur.

20Le rassemblement national antifasciste s'ouvre à Paris, le 20 mai 1934. Il rassemble 3 487 délégués. 32,3 % appartiennent à la CGTU. La CGT en compte 4,5 %, les syndicats autonomes 1,5 %. La présidence de chaque séance est confiée à deux syndicalistes d'obédience différente. À défaut de pouvoir gagner le soutien de toutes les organisations syndicales (CGT, CGTU, SNI) leur participation syndicale s'exprime par ceux de ses dirigeants qui se sont associés au rassemblement. Julien Racamond pour la CGTU, des délégués de base de la CGT, un membre de la Confédération du petit commerce, Michel Collinet, responsable de la Fédération de l'enseignement de la CGTU, Bernard Cazaubon pour la Fédération autonome des fonctionnaires. Sans qu'il soit précisé s'ils sont délégués par leurs organisations ou s'ils interviennent en leur nom propre.

21À l'issue du rassemblement, une charte est adoptée ; elle associe les mots d'ordre d'Amsterdam Pleyel à la lutte pour les revendications immédiates. Dans le même esprit, un comité de coordination composé de membres des deux grandes centrales syndicales est nommé. Ces novations témoignent d'une reconversion du mouvement et de son intervention dans des domaines jusqu'alors réservés aux syndicats. Au niveau local, comités et sections syndicales se confondent et leurs actions empiètent les unes sur les autres, d'où un certain nombre de frictions. Mais en élargissant ses objectifs, et en modifiant sa structure interne l'organisation a gagné du terrain, y compris dans des domaines plus spécifiquement syndicaux. Fin 1934, Amsterdam- Pleyel, sous sa forme élargie, et les syndicats travaillent en synergie.

  • 8 Institut d'histoire sociale de la CGT 1 Pa 33. Dossier 5 Comité national de lutte contre la guerre (...)

22De nouvelles lignes de force se dessinent entre les différentes organisations antifascistes et leurs soutiens syndicaux. Front commun, rejeté de tous, s'effrite au profit d'autres organisations. Le CVIA, « à la disposition des organisations ouvrières, » réussit à associer la CGT et la CGTU en gardant néanmoins ses distances vis-à-vis d'elles. Amsterdam-Pleyel, sous sa forme élargie, celle du rassemblement national antifasciste, intègre de nouvelles forces syndicales. Les interactions entre syndicats et associations se sont donc modifiées. Amsterdam-Pleyel, tout en se diluant, au niveau national, dans une entité plus large conserve son originalité grâce à son implantation locale. Il est seul à tenter de s'implanter dans les usines, au prix, dès lors de relations à redéfinir avec les syndicats, inédites à telle échelle. Le compte rendu de son Comité national de novembre 1934 témoigne des points marqués : en février 1934, 10 des 500 comités recensés sont localisés dans les entreprises ; en mai 1934, on en compte 50 sur 825 puis 105 sur 1 182 en novembre8. Un nouveau partage des rôles se dessine, ainsi, dans les entreprises qui pose en termes inédits la question des concurrences ou des complémentarités.

*

23Durant trois années, le mouvement Amsterdam-Pleyel a, ainsi, testé avec des succès inégaux de nouvelles relations avec les syndicats aux fins de développer de conserve la lutte antifasciste. Les syndicats ont été les principaux animateurs et la principale assise du mouvement, dans sa phase d'émergence. Ils n'ont pas réussi à impulser la lutte contre l'hitlérisme, lors du congrès de Pleyel, et se sont dispersés dans des actions de solidarité, comme attesté par la multiplication des comités. À partir de février 1934, le mouvement d'Henri Barbusse a su se concilier leur soutien, grâce à une mutation du mouvement qui les associait à l'organisation. Cette alliance provisoire d'Amsterdam-Pleyel et de syndicats pour certains étrangers au conglomérat communiste, trouve une première réalisation dans le Rassemblement populaire où cohabitent associations, syndicats et partis.

Notes

1 Bibliothèque marxiste de Paris. Archives H. Barbusse. Le Congrès mondial contre la guerre impérialiste. Sd. L'Appel. p. 5

2 Bibliothèque marxiste de Paris. Archives H. Barbusse. Dossier 58 (4) Pièce 329.

3 Archives départementales de la Seine-Saint-Denis. Archives du PCF (1921-1944). Microfilms 3 MI 6/79 Série 525, P. 26, circulaire du Parti communiste du 7 juin 1932 aux bureaux régionaux et de fractions.

4 Ibidem. Le terme est souligné dans le texte.

5 Bibliothèque marxiste de Paris. Archives H. Barbusse. Dossier 58 (6) Pièce 723. Rapport de la commission des mandats.

6 Brodiez A., Le Secours populaire français, 1945-2000 : du communisme à l'humanitaire, Presses Sciences-Po, 2006. Nous empruntons cette idée à l'auteur qui ouvre de nouvelles perspectives sur la place des organisations de masse dans le conglomérat. Nos schémas s'inspirent également de ceux qu'elle propose dans cet ouvrage.

7 Bibliothèque marxiste de Paris. Archives H. Barbusse. Dossier 58 (2) Pièce 165 Lettre-circulaire d'Henri Barbusse du 30 mars 1933.

8 Institut d'histoire sociale de la CGT 1 Pa 33. Dossier 5 Comité national de lutte contre la guerre et le fascisme (Amsterdam-Pleyel), Information sur l'état du mouvement de lutte contre la guerre et le fascisme (Fin novembre 1934).

Table des illustrations

Titre Limites du conglomérat communiste……..
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25366/img-1.png
Fichier image/png, 172k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25366/img-2.png
Fichier image/png, 370k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25366/img-3.png
Fichier image/png, 253k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search