Version classiqueVersion mobile

Syndicats et associations

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Françoise Tétard

Quatrième partie. Convergences

Ligue des Droits de l'Homme, syndicalisme et syndicats dans le premier xxe siècle

Emmanuel Naquet

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Emmanuel Naquet

  • 1 Cf. Duclert V., « La Ligue de l'époque héroïque : la politique des savants », Le Mouvement Social, (...)
  • 2 Archives privées de la LDH (APLDH), séance du comité directeur, 17 juin 1898, p. 11-13.
  • 3 Cette réflexion est issue de notre thèse de doctorat, « La Ligue des Droits de l'Homme : une assoc (...)

2La Ligue des Droits de l'Homme (LDH) est née de l'Affaire en vue de grouper des républicains pour la défense d'un capitaine juif et, à travers sa figure, de sauvegarder les droits de l'Homme et du Citoyen. Au-delà d'une prise de conscience des clercs1, ces modérés et progressistes (re)viennent à la Cité en pratiquant un dreyfusisme de revendication par des pétitions, réunions, souscriptions qui les placent au cœur de la chose publique. Instituée afin que toute personne, dont la liberté serait menacée ou le droit violé, trouve aide et assistance2, l'association se présente au départ comme une force de pourvoi, alors que l'individu et le citoyen émergent dans une démocratie libérale mais pas encore sociale3.

  • 4 Naquet E., « La LDH, les droits de l'Homme et le politique », Matériaux pour l'histoire de notre t (...)
  • 5 Rebérioux M., « Politique et société dans l'histoire de la Ligue des Droits de l'Homme », Le Mouve (...)
  • 6 Naquet E., « Ligues et associations », in Becker J.-J, et Candar G. (dir.), Histoire des gauches e (...)

3Si la LDH puise sa légitimité dans sa fonction de recours vis-à-vis des pouvoirs, elle inscrit aussi sa démarche dans une appréhension politique de l'État de droit4, et le triptyque droit/justice/politique la transforme en lieu de secours, en groupe de pression et en agora de réflexion. Ses postures l'amènent même à devenir un point de rassemblement des gauches5. À cet égard, si ses relations diverses et complexes avec la sphère partisane restent à éclairer6, les liens noués avec certains espaces de défense des intérêts individuels et/ou collectifs demeurent tout autant obscurs, irréguliers, problématiques, voire conflictuels.

  • 7 Cf. Bergounioux A., « Socialisme et République avant 1914 », in Berstein S. et Rudelle O. (dir.), (...)

4Leurs vocations, similaires ou complémentaires, et leurs fonctions, différenciées ou spécifiées, amènent la Ligue et certains syndicats à se croiser sur des champs proches et souvent concurrents, à dialoguer ou à s'affronter, à se compléter ou à se relayer. Mais pas seulement. Le développement de l'État-providence, le déploiement de l'instruction, le renforcement du socialisme et son attachement au modèle républicain7, avant et surtout après la Grande Guerre, la poussent vers le monde du travail au rythme de ses dirigeants, de son recrutement, des temps et configurations sociopolitiques. Son insertion dans le combat collectif pour aménager le capitalisme libéral se réalise également au fur et à mesure de la construction de sa culture politique et de l'élaboration de ses pratiques organisationnelles.

Des droits d'un homme aux droits de l'Homme, l'entrée de la LDH dans le champ social avant 1914

  • 8 « 1906/09. L'engagement social de la Ligue des droits de l'homme », Hommes et Libertés, 97-98, déc (...)

5Madeleine Rebérioux a parlé, pour les années 1906-1909, de tournant dans l'histoire de la LDH8. En fait, celui-ci est antérieur et progressif. L'organisation est certes créée du côté du modérantisme : Ludovic Trarieux, Joseph Reinach, Arthur Giry ne sont attirés ni par les meetings, ni par les manifestations ; leurs pratiques penchent plutôt vers la médiation. Les premiers statuts précisent d'ailleurs que les moyens d'action sont « les pétitions aux chambres, l'intervention, le cas échéant, auprès des représentants du pouvoir et des administrations publiques ». C'est pourquoi, d'emblée, la LDH recourt davantage aux enquêtes et publications qu'à la mobilisation collective.

  • 9 APLDH, séance du comité directeur, 6 oct. 1898, p. 32.

6Ce groupement est, en outre, fondé sur un versant élitiste : à sa direction, on ne dénombre qu'un seul ouvrier, Avronsart, et deux socialistes, Lucien Herr et Francis de Pressensé, et ses dirigeants ne font guère preuve d'un progressisme de combat : quand des grèves éclatent et qu'Avronsart propose, comme La Petite République, d'ouvrir des souscriptions, le trésorier Lucien Fontaine lui répond que ce n'est pas le but de la Ligue9.

7Néanmoins, l'extrapolation de l'Affaire conduit ces dreyfusistes à aller vers le monde ouvrier et ses représentants. La participation de plusieurs de ses responsables dans les Universités populaires - Victor Basch ou Henri Sée à Rennes, Charles Gide, Gabriel Séailles ou Charles Seignobos à Paris - comme la découverte de la foule à travers les réunions initiées, à l'automne 1898, par Francis de Pressensé et Mathias Morhardt, accompagnent l'association vers le peuple de la Belle Epoque.

  • 10 APLDH, séance du comité directeur, 26 oct. 1898, p. 37-38.
  • 11 Basch F., « Victor Basch, chef des dreyfusards de Rennes », in Denis M., Lagrée M. et Veillard J.- (...)
  • 12 APLDH, Compte rendu de l'assemblée générale du 23 décembre 1898, p. 16-17.

8Alors que la République est ébranlée, la LDH s'approche même d'hommes et de structures de gauche comme le Grand Orient ou les courants socialistes : le directeur de L'Aurore, Ernest Vaughan, se demande ainsi « si la Ligue ne pourrait pas s'entendre avec le Comité de vigilance formé par différents partis » et Francis de Pressensé tente, sans succès, d'y envoyer deux observateurs10. Pour autant, cette découverte du monde ouvrier est patente, comme le montrent l'action de Victor Basch à Rennes11 ou tel récit du journaliste Georges Bourdon12.

  • 13 Naquet E., « La Ligue des Droits de l'Homme au tournant du siècle », in Gervereau L. et Prochasson (...)

9La Ligue connaît alors un développement numérique et géographique, limité mais réel13. Ses publicistes - Pressensé, Morhardt, Quillard, Bouglé - parcourent la France pour porter la bonne parole, aidés par les anarchistes, les allemanistes et les ouvriers qui tiennent les salles. Mais l'association mobilise peu les couches populaires : en 1901, seulement 5 % de ses cadres locaux sont des travailleurs et elle recrute majoritairement dans les classes moyennes de l'Éducation, des professions libérales, des services marchands.

  • 14 Sur son itinéraire, Fabre R., Francis de Pressensé et la défense des droits de l'Homme. Un intelle (...)
  • 15 APLDH, ibid., et séance du comité directeur, 3 mai 1899, p. 98.

10Sans conteste, c'est le très apprécié Francis de Pressensé qui entraîne la Ligue vers la « question sociale » et vers une fonction d'assistance non seulement juridique, mais au surplus politique14. Cette évolution ne se fait pas sans heurts : les Reinach, Guyot ou Trarieux - rapporteur en 1894 devant le Sénat des « lois scélérates » —, plus volontiers lecteurs du Temps ou des Débats que du Père Peinard ou de La Sociale, refusent de soutenir des anarchistes malgré Thadée Natanson, Jean Psichari et Paul Reclus15.

  • 16 Bulletin officiel de la Ligue des Droits de l'Homme (boldh), 15juin 1902, p. 515.
  • 17 BOLDH, 1er juil. 1902, p. 467.
  • 18 APLDH, séance du comité directeur, 7 août 1899, p. 124.
  • 19 Siwek- Pouydesseau J., Le syndicalisme des fonctionnaires jusqu'à la Guerre froide, 1848-1948, Ly (...)

11Volens nolens, la LDH connaît une politisation de sa mission. Si Ferdinand Buisson considère qu'il y a « une affaire Dreyfus, partout où il y a un ouvrier qui souffre, un enfant sans instruction, un travailleur sans défense, un vieillard sans asile16 », Francis de Pressensé proclame que, pour défendre la liberté et la justice, il faut se placer sur « le terrain du développement [...] des principes de la démocratie révolutionnaire17 ». La LDH devient donc plus qu'un espace d'intercessions matérialisé par un service juridique : la convocation civique s'ajoute à la dénonciation intellectuelle voir les vœux des sections - et la pression organique complète la protestation formelle, comme en attestent les courriers aux autorités d'État. Ce phénomène s'explique aussi par le poids grandissant des juristes tels Jean Appleton, Maxime Leroy, Goudchaux-Brunschvicg, Marius Moutet, Antonin Bergougnan, Ernest Tarbouriech, Eugène Prévost et Albert Chenevier. S'il se circonscrit dans les premiers temps à la défense individuelle des fonctionnaires18, une vision politique du statut de l'enseignant se fait jour avec Ferdinand Buisson et avec l'émergence du fait syndical19.

  • 20 BOLDH, 1er déc. 1901, p. 873 et 1er janv. 1902, p. 917 sq.
  • 21 BOLDH, 1er janv. 1902, p. 919 ; 15 sept. 1903, p. 1029-1039 ; 15 déc. 1904, p. 1579 sq (affaire Th (...)

12C'est ainsi que, non tenu à « une neutralité systématique qui équivaudrait à la perte de ses droits d'Homme », le « hussard noir » ne doit pas, selon le pédagogue, « pousser dans la pratique les droits du citoyen jusqu'au point où ils supprimeraient les devoirs du professeur ». Refusant aux « chefs hiérarchiques un droit de surveillance et de contrôle préventif », la LDH souhaite que des « conseils universitaires, opérant [...] avec le plus scrupuleux respect des formes et des garanties juridiques instituées ou à instituer par la loi » tranchent les conflits20. Cette conception trouve immédiatement son application dans le cas Gustave Hervé, la LDH prolongeant en l'espèce une vocation de défense des enseignants21.

  • 22 BOLDH, 1er août 1904, p. 988 et 15 oct. 1904, p. 1261 et s.

13Autre tournant, plus important : le conflit Caillez. À l'occasion d'une grève et dans des circonstances obscures, la responsabilité d'un incendie est attribuée aux militants. La Ligue demande un rapport à l'avocat Paul Mesmin, décide d'assister juridiquement et financièrement les familles, et la manifestation organisée dans la Maison du Peuple accomplit sa nouvelle orientation. Francis de Pressensé assimile alors l'association à « un commencement d'organisation de la conscience française », tandis que Paul Painlevé soutient « ces victimes persécutées par la puissance de l'argent et par la loi contre la loi ?. », ajoutant que « la Ligue n'est pas une assemblée de notaires chargés d'enregistrer congrûment les iniquités sociales, pourvu que la forme légale ait été respectée22 ».

  • 23 BOLDH, 31 déc. 1905, p. 1648 sq„ ou 30 avr. 1906, p. 496 (catastrophe de Courrières).
  • 24 Trente-trois vœux pour la seule année 1905 (BOLDH, 31 déc. 1905, p. 1716).
  • 25 BOLDH, 15 juin 1905, p. 855-860 et 886. Pressensé intervient auprès des ministres pour les fonctio (...)

14Dès lors, la LDH s'intéresse aux accidents du travail23 ou aux retraites24, et réclame l'amélioration des traitements et pensions, mais le droit à se syndiquer la divise. Au congrès de 1905, Francis de Pressensé, contre le sénateur Delpech mais appuyé par de nombreux délégués, plaide en faveur des fonctionnaires non-dépositaires de l'autorité publique. D'aucuns réclament même le droit de grève, mais seule la reconnaissance du droit d'association pour les agents de gestion est votée25

  • 26 BOLDH, 15 avr. 1908, p. 506-508 ; 30 nov. 1908, p. 1841-1842 ; 15 déc. 1908, p. 1935-1936.
  • 27 BOLDH, 15 avr. 1906, p. 425 et 15 juil. 1906, p. 959-960.
  • 28 Le Conseil d'État annule une sanction pour abus de pouvoir sur les conclusions de deux juristes li (...)

15L'arrivée au pouvoir du « briseur de grèves » pousse la LDH à défendre contre Clemenceau douze dirigeants de la Confédération générale du Travail (CGT), considérés comme responsables de l'affiche Gouvernement d'assassins signée par 77 militants26. Elle donne par ailleurs la main à L'Humanité pour soutenir le « Comité central pour la Défense du Droit syndical du prolétariat de l'État, des départements, des communes et services publics », ce qui lui permet d'être reconnue auprès de nombreuses associations professionnelles27 et d'obtenir des succès jurisprudentiels28.

  • 29 Entre 1905 et 1914, quasiment tous ses congrès abordent le droit à se syndiquer.
  • 30 BOLDH, 16 janv. 1906, p. 48-49.
  • 31 Leroy M., Le droit des fonctionnaires, Paris, LDH, 1906 ; Les transformations de la puissance publ (...)
  • 32 Wishnia J., The Proletarianizing of the Fonctionnaires. Civil Service Workers and the Labor Moveme (...)

16Si le sujet devient prégnant29, quelques oppositions demeurent. Pour Albert Réville, professeur au Collège de France, la grève constitue « un abus criant du droit d'association » et « un acte de lèse-société », avec un risque « d'anarchie planant sur toute notre vie sociale30 ». L'affaire Durand, en 1910, apparaît comme l'acmé d'une campagne qui, ajoutée à d'autres crises internes à la Ligue, lui fait perdre cependant 40 000 membres entre 1909 et 1914. Mais la direction coopte des syndicalistes - l'instituteur Émile Glay, l'employé Paul Aubriot, le postier Léopold Clavier, le cheminot Émile Toffin -, et des ligueurs s'attachent à la question31, tandis que Ferdinand Buisson soutient certaines avancées32 et dépose, le 30 janvier 1908, une proposition de loi inspirée des thèses du ligueur et syndicaliste Georges Demartial.

  • 33 Jones H.S., « Civil Rights for Civil Servants ? The Ligue des Droits de l'Homme and the Problem of (...)
  • 34 BOLDH, 15 janv. 1911, p. 22.

17De fait, la démocratie française évolue : de régalienne, elle devient républicaine, et les corps intermédiaires de l'Ancien Régime sont remplacés par les associations et les syndicats. Un nouvel État se constitue, fondé sur des groupements professionnels mais aussi sur ces interfaces entre l'individuel et collectif comme la LDH, l'un des « instruments désignés de notre réorganisation morale », selon le sociologue et ligueur Émile Durkheim33. Au congrès de 1910, Francis de Pressensé compare d'ailleurs les syndicats de fonctionnaires à des instruments de conciliation et de modération34.

L'entre-deux-guerres : la confirmation d'une pensée et d'une action politique sur le Droit et la Justice

  • 35 BOLDH, sept. 1916, p. 454 sq.
  • 36 Naquet E., « Entre justice et patrie : la Ligue des Droits de l'Homme et la Grande Guerre », Le Mo (...)

18Avec la guerre et malgré les obstacles, la LDH continue son devoir de protection des droits économiques et sociaux. Elle réclame des pensions pour les victimes, la répartition des allocations militaires, la diminution des baux et, pour les chassés de leur emploi, émet le vœu d'un remploi sur place, mais hésite à réclamer l'égalité du traitement entre le « soldat-guerrier » et « le soldat-ouvrier ». Concrètement, la LDH envoie aux sections des notes d'informations35 et constitue des commissions du quotidien36.

  • 37 Cf. Leroy M., « Le projet de loi sur le statut des fonctionnaires » et Laurent C., « Les syndicats (...)
  • 38 Voir Dreyfus M., Liberté, égalité, mutualité. Mutualisme et syndicalisme, 1852-1967, Paris, Éd. de (...)

19Au lendemain du conflit, la Ligue renoue les relations d'avant 1914. À l'instigation de Victor Basch, la défense d'une CGT poursuivie par le Bloc national permet à Ferdinand Buisson de revendiquer un combat pour « la cause du peuple » et « au nom de la Justice37 ». L'arrivée au sein de la direction de syndicalistes comme le cheminot Marcel Bidegaray, le mineur Georges Dumoulin, l'instituteur Lucien Boulanger, l'employé Georges Buisson, le journaliste Francis Delaisi, les enseignantes Suzanne Collette- Kahn et Jeanne Deghilage, renforce les liens. Ceux-ci sont prolongés par la présence de mutualistes tel Robert Perdon38, de coopérateurs à l'instar de Charles Gide, Julien Barthélemy, Henri Doizy, et de politiques — Daniel Vincent, Justin Godart ou César Chabrun, à l'origine de la loi sur la capacité civile des syndicats.

  • 39 Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC), Nanterre, Fonds LDH, F DeltaRés (...)
  • 40 CDH, 20 déc. 1928, p. 764.

20C'est donc logiquement que l'association spécialise son service contentieux avec notamment Eugène Chaillé, inspecteur du travail, qui se consacre aux lois sociales, Pierre Ferrary et William Oualid, qui se chargent des accidents du travail et des agents de l'État39. C'est donc naturellement qu'elle distribue des notices sur les allocations militaires, l'assistance à la maternité, les assurances sociales40, et que La Ligue-Informations renseigne sur l'assistance médicale gratuite ou le chômage, avec même un « Guide pratique pour les salariés victimes d'accidents du travail ». Comme en miroir, les demandes conservées à la BDIC sont autant de revendications hic et nunc de ces couches sociales nouvelles sur lesquelles l'organisation s'appuie.

21La mobilisation civique de la LDH, son discours sur la République sociale, ses modalités d'intervention - démarches écrites puis, à partir des années trente, entrevues avec les ministres ou leur cabinet—, ses résultats - globalement, une demande sur deux obtient satisfaction - et sa recherche d'un droit possible devant l'opinion ou à la tribune du Parlement, la font se situer à la croisée du ministère de la Justice, de la commission des Lois et de la cour d'appel et, indéniablement, renforcent son influence.

22Celle-ci s'exerce dans le vaste mouvement d'un État-puissance public démultiplié en État-arbitre et en État-patron, et relève d'un double phénomène : défense corporative d'intérêts peu ou prou lésés et interventionnisme lié au solidarisme. Léon Bourgeois, mais aussi Maurice Hauriou ou Léon Duguit n'y sont pas pour rien, et théorie et pragmatisme se rejoignent dans ce réformisme. Toutefois la Ligue n'apparaît pas comme un instrument de contestation du système, mais plutôt comme une instance de formulation et de régulation du progressisme social que l'État doit promouvoir.

  • 41 CDH, 28 fév. 1931, p. 129-131 ; 10 mars 1931, p. 148-152 ; 20 avr. 1931, p. 259-260.
  • 42 CDH, 10 janv. 1930, p. 14 et 30 juil. 1932, p. 453-454.

23Dans sa diversité, la LDH se saisit de l'enjeu dans ses organes et congrès. Victor Basch ou William Oualid estiment que les syndicats de fonctionnaires jouent un rôle dans la sphère publique, mais refusent que, par corporatisme, des agents s'opposent à l'État, incarnation de la collectivité et la nation. D'autres, tels Ernest Laffont ou Paul Ramadier, restent prudents41. C'est le congrès de Vichy (1931) qui expose le mieux les divergences entre, d'une part le cégétiste Lucien Cancouët, Camille Planche, Maurice Demons et, d'autre part, William Oualid, César Chabrun ou Pierre Cot, qui veut conserver les « vieilles traditions d'un État jacobin ». Même sur des aspects très ponctuels, les ligueurs se séparent : la LDH soutient la réversion des indemnités d'un fonctionnaire décédé sur la tête de son conjoint ou la réversibilité de la pension d'une fonctionnaire à son époux vivant, malgré l'hostilité d'Albert Bayet, de Jules Prudhommeaux et de Jean Bon42.

  • 43 CDH, 10 janv. 1925, p. 6-10.
  • 44 CDH, 30 juin 1931, p. 418-426.
  • 45 CDH, 20 nov. 1931, p. 675-677.

24D'évidence, la Ligue veut dépasser l'apparente contradiction entre les exigences d'une politique sociale et la liberté individuelle, comme l'affirme Célestin Bouglé, citant Jaurès : « Le socialisme [...] est l'individualisme [...] logique et complet43. » Mais elle appréhende toutes les inégalités, y compris économiques quand elle étudie l'impôt sur le capital pour le congrès de 1924 ou lorsque, avec la Grande Dépression, l'historien Georges Michon analyse « La féodalité économique et la Démocratie44 », et qu'Albert Bayet prône un « 89 économique45 », vaste aire approchée au congrès de 1933 par Gaston Jèze, Fernand Corcos et Gaston Bergery.

  • 46 Cf. l'effet de concurrence signalé par Henri Guernut au milieu des années vingt (CDH, 20 oct. 1924 (...)
  • 47 BDIC, Fonds LDH, F Δ Rés. 798/798/45-48 et 72.

25Cet élargissement continu des droits et des interventions témoigne de la crise multiforme que connaît le modèle social-républicain. La LDH et certains syndicats travaillent désormais en synergie, eu égard à leur légitimité institutionnelle et à leur communauté de champs, moins flagrantes dans la décennie précédente46, et l'association correspond avec une quarantaine de groupements professionnels47. Au demeurant, les convergences établies à la base dans le cadre de la lutte antifasciste et du Rassemblement populaire, et malgré l'interdiction statutaire de tout cartel permanent, débordent la direction d'une Ligue qui intègre le rapprochement en adoubant des figures de la CGT comme Robert Lacoste, Julien Racamond et Léon Jouhaux, et s'attache au programme économique du Front populaire.

  • 48 Le Secours rouge international a ainsi cherché à fusionner avec la LDH, sans succès...

26Ces rapports relèvent d'un partenariat jugé nécessaire, même s'il comporte des risques48. Face aux menaces externes — avènement des fascismes et nazismes, réarmement, défaillances du capitalisme libéral... - et aux atteintes internes - scandales politico-financiers, montée des extrêmes, recours aux décrets-lois... -, les acteurs de la démocratie établissent des alliances informelles dans la perspective d'un relais politique que constitue le Front populaire. Toutefois, le retour de la gauche au pouvoir et les nouvelles donnes nationales et internationales la renvoient à une position d'arbitre voire de spectatrice quant au champ social. Certes, la LDH continue de s'inscrire en politique, mais le flot des réfugiés et la crispation des autorités la replacent dans son mandat primitif de préservation des libertés individuelles.

*

27On le voit, la Ligue ne cherche pas, au travers du sujet dreyfusien, à mettre seulement en avant une éthique de valeurs civiques - le Droit, la Vérité, la Justice. Rassemblement devenu véritable mouvement qui se veut à la fois milieu et réseau, de surcroît lieu d'interrogations, de convictions, de médiations sur la République, elle franchit mutatis mutandis le projet initial de porter assistance à toute personne bafouée dans ses droits légaux et légitimes pour contribuer au mouvement social, au-delà d'une simple défense des « principes de liberté, d'égalité, de fraternité et de justice énoncés dans la Déclaration des Droits de l'Homme de 1789 ».

28Si, en vertu de ses statuts, l'association se refuse à départager des intérêts privés, elle contribue au passage de la lutte syndicale à la procédure judiciaire, concourt à l'élaboration de normes juridiques, et participe, de facto et de jure, à l'écheveau entre le droit et le politique. Incontestablement, elle s'attache davantage aux excès de la puissance étatique qu'à ceux du pouvoir économique, mais elle devient un acteur collectif à même d'ouvrir des espaces de confrontation et de résoudre des cas individuels. En cela, la Ligue, porteuse d'une culture politique en gestation, donne un sens au droit et à la loi, et participe au modèle républicain en formation dans les années vingt et en difficulté dans la décennie suivante.

29Enfin, dessinant un territoire de rencontres, la Ligue des Droits de l'Homme combine des militantismes concurrentiels ou additionnels, offre des trajectoires renouvelées ou complétées, autorise des postures simultanées ou successives, permet des approches nouvelles d'une réalité sociale mouvante. Autant d'atouts et de contraintes qui lui donnent une originalité certaine dans l'histoire du premier xxe siècle.

Notes

1 Cf. Duclert V., « La Ligue de l'époque héroïque : la politique des savants », Le Mouvement Social, n° 183, avr.-juin 1998, p. 27-60, et Naquet E., « Aux origines de la Ligue des Droits de l'Homme : Affaire Dreyfus et intellectuels », Bulletin du Centre d'Histoire de la France contemporaine, n° 11, 1990, p. 61-81, ainsi que « De la mystique à la politique ? Intellectuels et édiles de la LDH pendant l'affaire Dreyfus », Jean Jaurès cahiers trimestriels, n° 154, oct.-déc. 1999, p. 65-83.

2 Archives privées de la LDH (APLDH), séance du comité directeur, 17 juin 1898, p. 11-13.

3 Cette réflexion est issue de notre thèse de doctorat, « La Ligue des Droits de l'Homme : une association en politique (1898-1940) », dact., sous la direction de S. Berstein, IEP de Paris, 2005, 1349 p., à paraître aux éditions Fayard en 2007.

4 Naquet E., « La LDH, les droits de l'Homme et le politique », Matériaux pour l'histoire de notre temps, n° 72, oct.-déc. 2003, p. 17-25.

5 Rebérioux M., « Politique et société dans l'histoire de la Ligue des Droits de l'Homme », Le Mouvement Social, op. cit., p. 3-26 et Naquet E., « La Ligue des Droits de l'Homme dans le premier xxe siècle. Une association en politique », in Andrieu C., Le Béguec G., Tartakowsky D. (dir.), Associations et champ politique. La loi de 1901 à l'épreuve du siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2001, p. 477-491.

6 Naquet E., « Ligues et associations », in Becker J.-J, et Candar G. (dir.), Histoire des gauches en France, Paris, La Découverte, 2004, coll. « L'espace de l'histoire », t. 2, p. 98-107.

7 Cf. Bergounioux A., « Socialisme et République avant 1914 », in Berstein S. et Rudelle O. (dir.), Le modèle républicain, Paris, Presses universitaires de France, 1992, coll. « Politique d'aujourd'hui », p. 117-128.

8 « 1906/09. L'engagement social de la Ligue des droits de l'homme », Hommes et Libertés, 97-98, déc. 1997-fév. 1998, p. 27-29, analyse élargie dans « La défense des droits sociaux », in Rebérioux m. et Manceron G. (dir.), Droits de l'Homme. Combats du siècle, préface de J. Lacouture, Paris/Nanterre, Seuil/BDIC, 2004, p. 50-67.

9 APLDH, séance du comité directeur, 6 oct. 1898, p. 32.

10 APLDH, séance du comité directeur, 26 oct. 1898, p. 37-38.

11 Basch F., « Victor Basch, chef des dreyfusards de Rennes », in Denis M., Lagrée M. et Veillard J.-Y. (dir.), L'Affaire Dreyfus et l'opinion publique en France et à l'étranger, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1995, coll. « histoire », p. 76-97 et Hélard A., L'honneur d'une ville. La naissance de la section rennaise de la Ligue des Droits de l'Homme, préface de M. Rebérioux, Rennes, Éd. Apogée, 2001.

12 APLDH, Compte rendu de l'assemblée générale du 23 décembre 1898, p. 16-17.

13 Naquet E., « La Ligue des Droits de l'Homme au tournant du siècle », in Gervereau L. et Prochasson C. (dir.), L'Affaire Dreyfus et le tournant du siècle, 1894-1910, Nanterre, BDIC, 1994, p. 164-168.

14 Sur son itinéraire, Fabre R., Francis de Pressensé et la défense des droits de l'Homme. Un intellectuel au combat. Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004, coll. « histoire ».

15 APLDH, ibid., et séance du comité directeur, 3 mai 1899, p. 98.

16 Bulletin officiel de la Ligue des Droits de l'Homme (boldh), 15juin 1902, p. 515.

17 BOLDH, 1er juil. 1902, p. 467.

18 APLDH, séance du comité directeur, 7 août 1899, p. 124.

19 Siwek- Pouydesseau J., Le syndicalisme des fonctionnaires jusqu'à la Guerre froide, 1848-1948, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1989.

20 BOLDH, 1er déc. 1901, p. 873 et 1er janv. 1902, p. 917 sq.

21 BOLDH, 1er janv. 1902, p. 919 ; 15 sept. 1903, p. 1029-1039 ; 15 déc. 1904, p. 1579 sq (affaire Thalamas), p. 1592-1595 (affaire Téry)...

22 BOLDH, 1er août 1904, p. 988 et 15 oct. 1904, p. 1261 et s.

23 BOLDH, 31 déc. 1905, p. 1648 sq„ ou 30 avr. 1906, p. 496 (catastrophe de Courrières).

24 Trente-trois vœux pour la seule année 1905 (BOLDH, 31 déc. 1905, p. 1716).

25 BOLDH, 15 juin 1905, p. 855-860 et 886. Pressensé intervient auprès des ministres pour les fonctionnaires des colonies ne bénéficiant pas de la loi de 1901 (BOLDH, 30 sept. 1906, p. 1321-1322).

26 BOLDH, 15 avr. 1908, p. 506-508 ; 30 nov. 1908, p. 1841-1842 ; 15 déc. 1908, p. 1935-1936.

27 BOLDH, 15 avr. 1906, p. 425 et 15 juil. 1906, p. 959-960.

28 Le Conseil d'État annule une sanction pour abus de pouvoir sur les conclusions de deux juristes ligueurs, Alcide Delmont et Jean Raynal (BOLDH, 15 déc. 1912, p. 1321 et s.).

29 Entre 1905 et 1914, quasiment tous ses congrès abordent le droit à se syndiquer.

30 BOLDH, 16 janv. 1906, p. 48-49.

31 Leroy M., Le droit des fonctionnaires, Paris, LDH, 1906 ; Les transformations de la puissance publique. Les syndicats de fonctionnaires, Paris, V. Giard et E. Brière, 1907; Syndicats et services publics : histoire de l'organisation ouvrière jusqu'à la CGT, les syndicats et la loi, la crise des services publics, les associations de fonctionnaires, Paris, A. Colin, 1909 ; Paul-Boncour J., Le fédéralisme économique, Paris, Alcan, 1900, et Les syndicats de fonctionnaires, Paris, Cornély, 1906 ; Berthod A., « Les syndicats de fonctionnaires », Revue politique et parlementaire, 15 fév. 1906 ; Bouglé C, « Syndicalisme et radicalisme », La Dépêche, 20 janv. 1907, ou « Les syndicats de fonctionnaires et les transformations de la puissance publique », Revue de métaphysique et de morale, sept. 1907.

32 Wishnia J., The Proletarianizing of the Fonctionnaires. Civil Service Workers and the Labor Movement Under the Third Repuhlic, Baton Rouge et Londres, Louisiana State University Press, 1990, p. 40.

33 Jones H.S., « Civil Rights for Civil Servants ? The Ligue des Droits de l'Homme and the Problem of Trade Unionism in the French Public Services, 1905-1914 », The Historical Journal, n° 4, déc. 1988, p. 899-920.

34 BOLDH, 15 janv. 1911, p. 22.

35 BOLDH, sept. 1916, p. 454 sq.

36 Naquet E., « Entre justice et patrie : la Ligue des Droits de l'Homme et la Grande Guerre », Le Mouvement Social, op. cit., p. 93-109.

37 Cf. Leroy M., « Le projet de loi sur le statut des fonctionnaires » et Laurent C., « Les syndicats de fonctionnaires » (Cahiers des Droits de l'Homme [CDH], 20 juin 1920, p. 3 et s.).

38 Voir Dreyfus M., Liberté, égalité, mutualité. Mutualisme et syndicalisme, 1852-1967, Paris, Éd. de l'Atelier, 2001.

39 Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC), Nanterre, Fonds LDH, F DeltaRés. 798/27.

40 CDH, 20 déc. 1928, p. 764.

41 CDH, 28 fév. 1931, p. 129-131 ; 10 mars 1931, p. 148-152 ; 20 avr. 1931, p. 259-260.

42 CDH, 10 janv. 1930, p. 14 et 30 juil. 1932, p. 453-454.

43 CDH, 10 janv. 1925, p. 6-10.

44 CDH, 30 juin 1931, p. 418-426.

45 CDH, 20 nov. 1931, p. 675-677.

46 Cf. l'effet de concurrence signalé par Henri Guernut au milieu des années vingt (CDH, 20 oct. 1924, p. 476).

47 BDIC, Fonds LDH, F Δ Rés. 798/798/45-48 et 72.

48 Le Secours rouge international a ainsi cherché à fusionner avec la LDH, sans succès...

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search