Version classiqueVersion mobile

Syndicats et associations

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Françoise Tétard

Quatrième partie. Convergences

Ligue de l'enseignement, Amicales et Syndicats d'instituteurs sous la Troisième République

Jean-Paul Martin

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Jean-Paul Martin

  • 1 Je m'appuie principalement ici sur ma thèse La Ligue de l'Enseignement et la République, des origi (...)

2Dans le monde des instituteurs, l'étroitesse des relations entre associations et syndicats ne tient pas seulement à la filiation « amicaliste » du syndicalisme, elle s'explique aussi par l'importance du combat laïque autour de l'École qui a conduit à la création autour de celle-ci d'un certain nombre d'« œuvres », souvent initiées ou encouragées par la Ligue de l'Enseignement. Ces œuvres laïques illustrent la structuration « militante » de l'enseignement primaire sous la Troisième République, qui devait inéluctablement conduire à une alliance entre la Ligue, les Amicales et les Syndicats d'instituteurs. Mais la construction de cette relation a-t-elle été pour autant aisée ? Comment le projet corporatif s'est-il articulé et superposé avec le projet de défense laïque porté à l'origine par la Ligue ? On voudrait examiner les enjeux de ces rapports précisément dans la période assez longue du début du siècle aux années 1930, qui a vu naître et se développer une structure en réseau entre les œuvres laïques et les mouvements corporatifs1

La Ligue, soutien de l'Amicalisme (vers 1900-1904)

3Née à la fin du Second Empire et considérée comme à l'origine des lois scolaires, la Ligue de l'Enseignement, a eu d'abord un recrutement social interclassiste dont les instituteurs n'étaient nullement une composante privilégiée. Exaltant « l'initiative privée », elle prenait alors grand soin de ne pas confondre son action avec celle des pouvoirs publics. À partir de 1894 se produit une inflexion avec la mise en place du dispositif des œuvres laïques cautionné par l'État-enseignant : il s'agit, à travers l'animation de cours d'adultes, patronages, sociétés d'anciens élèves ou mutualités scolaires d'organiser le « lendemain de l'École », en faisant appel à tous les concours privés et publics. La participation des instituteurs est la clé du succès. Mais ceux-ci doivent agir comme éducateurs volontaires, non à titre de leurs obligations professionnelles — « Faites cette œuvre non comme un prolongement de votre fonction publique, mais comme un acte de libre citoyen » leur conseille Léon Bourgeois. En effet, l'étatisation complète des œuvres coûterait trop cher à l'État et ne permettrait ni d'expérimenter sur le terrain des formules souples et variées, ni de répondre à la mobilisation catholique. Cette configuration place d'emblée les instituteurs dans une posture ambiguë : leur concours doit être « libre » et volontaire, il n'en relève pas moins de la norme républicaine, et les milieux politiques aussi bien que les chefs hiérarchiques ne manquent pas de les inciter fortement, mettant d'ailleurs en avant la promesse de gratifications matérielles ou symboliques.

  • 2 La Ligue souhaite qu'en cas de déplacement d'office, « l'instituteur ait le droit de faire appel d (...)

4La Ligue est fortement impliquée dans ce dispositif : une dizaine d'années après la circulaire Spuller (1887) qui interdisait l'extension d'un mouvement corporatif primaire, elle cautionne la renaissance de celui-ci, sous l'impulsion de dirigeants modérés, respectueux de l'autorité administrative. Ses congrès comptent des délégués d'Amicales départementales qui se font nettement entendre : 45 d'entre elles au moins ont adhéré à la Ligue avant 1906. Celle-ci subventionne les premiers congrès des Amicales de Paris (1900) et de Bordeaux (1901) et sert de caisse de résonance aux revendications corporatives : garanties accordées pour le déplacement d'office et la nomination des instituteurs, égalité des traitements entre instituteurs et institutrices, augmentation des traitements2. Dans une certaine mesure la Ligue paraît jouer un rôle de substitut à une expression corporative qui n'est pas, alors, parfaitement organisée sur le plan national. Inversement, les congrès des Amicales ne manquent pas de relayer certains vœux importants de la Ligue : celui de 1902 par exemple demande la suppression des devoirs envers Dieu dans les programmes de morale, reprenant une demande émise par la Ligue l'année précédente. Les deux organisations communient globalement dans la passion anticléricale des premiers temps du Bloc, et dans le même idéal pacifiste qui pousse alors les éducateurs à vouloir tourner la page de l'enseignement de la Revanche... On notera aussi une grande convergence des styles d'action : patronage par les hommes politiques et les hauts-fonctionnaires, rapports de confiance constamment réaffirmés envers les ministres et les gouvernements républicains, expression modérée des revendications, primat du loyalisme républicain sur toute autre considération...

L'émergence perturbante du syndicalisme

  • 3 Ruimy L., « Recherches sur La Revue de l'Enseignement primaire et primaire supérieur, 1890-1914 », (...)
  • 4 Loïs A., Les instituteurs de la République. Le loyalisme contre la citoyenneté, 1880-1930. Thèse p (...)

5Cette harmonie va être rapidement mise à l'épreuve par la volonté d'une partie des instituteurs de la nouvelle génération de « secouer les tutelles » et de déborder les amicales en formant des syndicats. L'inaction des amicales est critiquée en particulier dans la Revue de l'enseignement primaire, véritable tribune de l'avant-garde primaire3. L'amicalisme est dénoncé pour son incapacité à défendre les revendications professionnelles, ce qui met en question la dépendance de ses leaders vis-à-vis de l'administration et des hommes politiques. La revendication syndicaliste est aussi en lien avec le refus d'une « citoyenneté diminuée » pour les instituteurs, qui doivent pouvoir bénéficier de la plénitude des libertés d'expression, en dehors de leurs tâches professionnelles4. Enfin un dernier aspect est la volonté de s'identifier au mouvement ouvrier organisé, ce à quoi l'influence croissante du socialisme n'est pas étrangère. Dans la pratique toutefois, il faut souligner qu'au cours des années suivantes les syndicalistes vont se diviser entre une minorité qui veut la rupture et une majorité, beaucoup plus pragmatique, dont l'objectif stratégique est d'amener une conversion en douceur de la masse des instituteurs regroupés dans les Amicales. Les premiers feront de l'adhésion au syndicalisme-révolutionnaire de la CGT une priorité, là ou les seconds, emmenés par des leaders comme Emile Glay ou Louis Roussel, de sensibilité jauressienne, se montreront plus circonspects, tout en manifestant beaucoup de ténacité et de fermeté lorsqu'il s'agira de développer une conception « autonomiste » des droits de la corporation.

6Ces données nouvelles entraînent de nombreuses perturbations entre la Ligue et les organisations d'instituteurs. La Ligue ne peut évidemment approuver l'adhésion à une CGT réputée antipatriote et favorable à la grève générale, que condamnent unanimement les républicains, même les plus favorables au syndicalisme des fonctionnaires comme Célestin Bouglé ou Ferdinand Buisson. Dès 1904, les fondateurs parisiens du mouvement L'Émancipation de l'Instituteur, emmenés par Albert Surier perturbent le congrès d'Amiens en réclamant bruyamment le retrait de la devise de la Ligue (« Pour la patrie, par le livre et par l'épée ») trop militariste à leur gré. Lorsqu'en 1907 à la suite de l'épreuve de force engagée avec le gouvernement Clemenceau, des mesures disciplinaires sont prises, la Ligue épouse le point de vue gouvernemental : sa presse, ignorant le débat en cours chez les radicaux, ne reproduit que des déclarations favorables au gouvernement et son président, Dessoye, approuve par son vote à la Chambre la révocation de l'instituteur syndicaliste Nègre. La Ligue a donc alors « lâché » les syndicalistes révolutionnaires, et son attitude vise même à se démarquer globalement de tout ce qui peut ressembler à une démarche syndicaliste. Ainsi, les vœux des congrès paraissent très en retrait par rapport à ceux de la phase précédente.

  • 5 Texte publié dans la Démocratie Universitaire en novembre 1904, et cité par Goyau G., L'École d'a (...)

7Cela dit, une dimension sous-jacente à cette volonté d'endiguer l'expansion du syndicalisme tient aussi à la menace qu'il fait peser sur les œuvres postscolaires. Au cours des années 1906-1908, Édouard Petit pousse de véritables cris d'alarme à leur sujet : la tendance, dit-il, est à l'abstention systématique, au boycott de la part des instituteurs. Ce qui fait écho à une littérature d'inspiration syndicale allant parfois jusqu'à dénoncer les « œuvres parasitaires de l'école » et « le cancer spécial dont nous sommes redevables à la Ligue de l'Enseignement5 ». Certes les rédacteurs de la Revue de l'Enseignement Primaire sont souvent plus mesurés. Les uns souhaitent maintenir la participation volontaire des maîtres et même ne croient pas souhaitable une rémunération intégrale des tâches extra-scolaires qui se doublerait inévitablement d'un renforcement du contrôle étatique. Chez d'autres en revanche, l'utilité même de certaines activités est contestée (par exemple les mutualités scolaires), on se plaint de l'obligation faite aux instituteurs d'assurer le service des cantines, sans rémunération. La préparation des cours d'adultes ou la participation aux fêtes des écoles de la Ligue sont perçus comme une surcharge de travail insupportable, alors qu'elles devaient rester volontaires. Ces tâches multiples ruinent la santé des maîtres et les empêchent de se consacrer à leur vrai métier qui est de « faire la classe ». Et surtout peut-être, le favoritisme et les petits privilèges auxquels donnent lieu les distributions de médailles et les récompenses rémunérant la participation aux œuvres heurtent profondément le sentiment égalitariste dont procède le syndicalisme. Deux logiques irréductibles s'affrontent ici. À la conception syndicale, qui pour des raisons peut-être partiellement tactiques, ne veut prendre en compte que le « minimum exigible » de l'instituteur et refuse toute atteinte à la sacro-sainte égalité des membres de la corporation, s'oppose la conception traditionnelle, celle de la Ligue et des premières Amicales, beaucoup plus floue sur les limites de l'investissement à attendre de l'enseignant.

Les effets de la guerre scolaire

8C'est à l'occasion de la guerre scolaire des années 1907-1910, que l'écart entre ces deux logiques a été le plus net. Face aux attaques des évêques contre les manuels laïques et à la mobilisation des associations de pères de familles contre les instituteurs accusés à la fois d'athéisme et d'antipatriotisme, le camp laïque ne parvient guère à faire son unité. D'un côté la Ligue et le ministre Doumergue prétendent certes défendre les instituteurs en faisant voter des lois répressives contre ceux qui perturbent l'école, mais ils cherchent aussi à les contrôler et à les encadrer ; et ils reprochent aux syndicalistes de saboter les associations républicaines de pères de famille lancées pour contrecarrer les associations catholiques. De l'autre, les leaders amicalistes-syndicalistes (dont l'influence s'accroît au sein de la Fédération des Amicales) voient surtout dans la défense laïque une occasion de renforcer le rôle des associations professionnelles. Comme le dit Glay, « il faut répondre à l'organisation de l'Église par l'organisation de notre corporation ». Selon le mot de Jaurès, « plus les instituteurs seront défendus par l'État, plus ils seront obligés de se défendre contre l'État ». La principale traduction de cette stratégie « autonomiste » est la décision de la Fédération des Amicales d'assigner les évêques français devant la justice, pour entrave au fonctionnement d'un service public. Il s'agit de démontrer que seule « l'action directe » est payante, là où l'action gouvernementale par la loi n'aboutit à rien ; l'objectif est aussi d'obtenir la reconnaissance par les tribunaux du droit à ester en justice des associations d'instituteurs, c'est-à-dire leur capacité à prendre en main la défense collective non seulement matérielle mais morale de la corporation. Le succès d'opinion sera largement au rendez- vous, au moins dans un premier temps, avec la retentissante condamnation du cardinal Luçon par le tribunal de Reims (février 1910). Il faut cependant ajouter que la direction de la Ligue a fort peu goûté l'initiative des micales (qu'elle aurait sans doute préféré prendre elle-même) avec laquelle elle sera obligée de se solidariser après coup.

  • 6 Question pourtant encore d'actualité avec la tentative de dissolution des syndicats d'instituteurs (...)

9Le « grand écart » entre les laïques a cependant des limites et la prolongation de la guerre scolaire contribue probablement à le réduire. Un certain changement de ton s'observe dans la Revue de l'Enseignement primaire à partir de 1910-1911. Les critiques contre les œuvres postscolaires sont mises en veilleuse, tandis que le droit à la critique de l'enseignement officiel, toujours revendiqué, est exercé, semble-t-il d'une manière plus discrète. Par ailleurs les conditions de la défense laïque changent en partie dans le camp officiel, et la Ligue, sans renoncer à défendre la laïcité scolaire par des lois répressives, se montre plus ouverte (sous l'influence de Buisson notamment) à des considérations sociales. Ses congrès discutent de manière approfondie de l'allongement de la scolarité, de l'enseignement professionnel, et révisent, dans une certaine mesure, la conception des œuvres laïques, en insistant désormais sur la responsabilité de l'État, particulièrement en matière budgétaire (l'objectif du « million pour l'éducation populaire » est revendiqué) ; on s'achemine vers l'idée d'un enseignement post-scolaire obligatoire, défendue notamment par Édouard Petit. Ces données favorisent un rapprochement avec la Fédération des Amicales, désormais prise en main par l'équipe Glay. Il se concrétise au congrès de Gérardmer en juillet 1912 où Glay déclare : « nous venons faire une soudure entre nos deux grandes associations ». C'est la première fois qu'un représentant de la Fédération des Amicales prend la parole es qualité dans un congrès de la Ligue, même si les ponts n'avaient jamais été rompus. La portée de l'événement demeure cependant incertaine, puisque la Ligue ne prend aucune position de fond sur le syndicalisme enseignant6. À la veille de la guerre, les visées politiques des deux mouvements demeurent nettement séparées. Il faudra encore une vingtaine d'années pour que la convergence s'opère.

Les changements d'après-guerre

  • 7 Veurrier S., « Le SNI et la défense de la laïcité dans l'entre-deux-guerres », communication prése (...)
  • 8 Ce que font bien ressortir les rapports de Marcel Déat sur la morale laïque aux congrès de 1931 et (...)

10L'après-guerre marque à la fois continuité et rupture. Plantons rapidement le décor. En 1919, la Fédération des Amicales se transforme en Syndicat national des instituteurs (SNI). Au cours des années vingt, celui- ci adhère par étapes à la CGT de Jouhaux, qui ne ressemble guère à celle de la Charte d'Amiens. Reconnu de facto par le Cartel des gauches en 1924- 1925, le SNI collabore désormais avec l'administration pour la gestion des carrières. Il se veut aussi porteur d'un projet d'ensemble pour l'École publique, et au besoin s'oppose avec vigueur aux gouvernants, souvent accusés (surtout pendant le Bloc national et dans la première partie des années trente) de sacrifier les intérêts de l'École et de brader la laïcité. La mise en avant de l'anticléricalisme et la pression sur les formations politiques de la Gauche radicale et socialiste constituent des axes essentiels de son action7. Quant à la Ligue, après une période difficile, elle redémarre vers 1925-1926 sous forme de la Confédération générale des œuvres laïques et il semble bien que les instituteurs aient souvent été à l'origine de la renaissance deces œuvres sur le plan départemental. Il n'est donc pas exagéré de dire que les militants les plus actifs des sections départementales du SNI sont souvent les mêmes que ceux de la fédération des œuvres laïques (FOL), bien que la Ligue conserve une tonalité interclassiste du fait de son caractère non corporatif, et que les Inspecteurs d'Académie continuent d'y exercer une influence réelle. Et cette osmose sociologique compte évidemment beaucoup dans un rapprochement qui est aussi politique et idéologique. La laïcité militante, cela a été souvent remarqué, s'identifie d'ailleurs de plus en plus à cette époque au monde de l'enseignement (de l'enseignement primaire en particulier), ce qui lui donne parfois des allures de citadelle assiégée. Quant à l'idéal laïque, il devient le théâtre d'une compétition pacifique entre une approche républicaine et radicale classique, et une approche socialisante qui en souligne davantage la portée émancipatrice sur le plan social. La Ligue elle-même est gagnée par cette problématique8, et d'autre part, rompant avec sa culture politique d'avant-guerre, elle n'hésite pas désormais à se désolidariser ouvertement des gouvernements républicains.

11Le problème n'est donc plus tant, semble-t-il, de comprendre ce qui oppose le SNI et la Ligue, que ce qui constitue encore des facteurs de résistance à un rapprochement plus poussé.

  • 9 Celui-ci passera finalement du SNI à la Ligue en devenant secrétaire général de cette organisation (...)
  • 10 Notamment Action Laïque, 1934, p 564 (Conseil Général du 26 juillet 1934).

12Les relations officielles entre le SNI et la Ligue sont attestées à partir de 1928, année où les deux organisations se rallient à la nationalisation de l'enseignement avec gestion tripartite (pouvoirs publics, enseignants, usagers). Jusqu'à cette date, bien que des militants comme Glay9 aient des responsabilités dans les deux organisations, il n'y avait pas de rencontre officielle. Le rapprochement apparaissait alors indispensable, en particulier pour assurer le développement de nouvelles organisations d'éducation populaire, et pourtant sa mise en œuvre apparaît relativement difficile à travers les comptes rendus publiés par L'Action Laïque. Les responsables de la Ligue reprochent à plusieurs reprises aux enseignants de ne pas être suffisamment actifs dans les œuvres post-scolaires, voire d'exercer une sorte de chantage à leur participation, ce qui rappelle la situation antérieure10. La mise au point d'un organisme commun de défense de la laïcité fait, quant à lui, l'objet de laborieuses tractations. En 1931, une Ligue de Défense Laïque lancée par Albert Bayet avec le soutien du SNI ne convient pas à la Ligue car elle présenterait un caractère « trop nettement politique ». L'année suivante, la Ligue fait une nouvelle tentative en créant un comité d'entente et d'action laïque mais, bien que le congrès du SNI décide de l'entériner, les militants des départements de l'Ouest (les plus en pointe dans le combat laïque) refusent la soumission à la Ligue, et la structure ne vivra pas.

Un révélateur : l'Affaire Berthod

  • 11 Action Laïque, 1934, p 683-684.
  • 12 Ibid. p. 686.

13Un incident aurait pu gravement détériorer ces relations. Au lendemain du congrès de Nice du SNI en août 1934, des comptes rendus de presse avaient déclenché une vive polémique suite à des propos mettant en cause le respect de la légalité et la défense de la patrie. Après de multiples interpellations de parlementaires de droite, le ministre de l'Éducation nationale demande aux inspecteurs d'académie d'enquêter sur les délégués envoyés au congrès par les sections départementales du SNI. Et des sanctions seront prises contre quelques instituteurs pour des propos tenus dans l'enceinte d'un congrès syndical et d'ailleurs contestés. Le problème pour la Ligue, c'est que le ministre de l'Éducation nationale du gouvernement Doumergue, qui avait suspendu le Parlement après les événements du 6 février, n'était autre qu'Aimé Berthod, député du Jura, président de la Fédération des Œuvres Laïques de ce département et membre du Conseil Général de la Ligue. Ironie du sort : il avait été avant 1914 un de ces jeunes philosophes radicaux qui rompait des lances en faveur du syndicalisme des fonctionnaires dans d'austères revues savantes ! Le Ministre restant sur sa position après une rencontre avec une délégation du bureau de la Ligue, son exclusion est évoquée lors du Conseil général du 18 octobre. Après un long débat, l'attitude d'Aimé Berthod est fermement réprouvée et finalement il donnera lui-même sa démission, regrettant de s'être trouvé en désaccord avec la Ligue sur une question aussi grave que les devoirs des instituteurs publics envers la République et la Patrie. L'affaire aura une suite au congrès de 1935, une modification des statuts précisant que « tout membre du Conseil général qui devient ministre est considéré comme démissionnaire ». La conséquence fut donc de distendre un peu plus les liens de la Ligue avec le personnel gouvernemental. Mais ce fut aussi de resserrer ses liens avec le SNI, car il est clair qu'une forte pression du SNI s'est exercée alors sur elle, ce qui n'a pas manqué de provoquer un clivage interne entre les partisans résolus de cette alliance - ainsi un membre du Conseil général jugeait alors « impossible de demander au Syndicat une collaboration avec notre Ligue, si elle conserv[ait] en son sein un homme qui refuse aux syndiqués la liberté d'opinion11 » — et ceux qui étaient plus réservés. On mesure ici l'évolution accomplie depuis l'avant-guerre, car c'est à l'occasion de cette affaire que la Ligue rompt avec la thèse de la citoyenneté diminuée et approuve clairement pour la première fois la conception syndicale en matière de droits d'expression des enseignants. Elle se prononce en effet « pour la reconnaissance totale des droits civiques des fonctionnaires ; ceux-ci ne peuvent être considérés, hors de leur fonction régulière comme des citoyens diminués ; ils relèvent des lois générales et des tribunaux de droit commun dans l'expression de leurs idées et la manifestation de leurs actes publics... Les instituteurs ne peuvent être tenus de fournir des explications à leurs chefs, pour l'expression d'une opinion philosophique, politique et sociale, et ceci en conformité avec la Déclaration des Droits de l'Homme12... »

Une collaboration potentiellement conflictuelle ?

14En somme, la Ligue avalise ici un point de vue qu'elle avait longtemps repoussé. On peut se demander aussi si la montée en puissance du SNI dans le monde laïque n'a pas pour résultat, au cours des années trente, d'établir une plus grande égalité dans les relations entre les deux organisations. Le rééquilibrage semble prévaloir sur deux plans. La fondation de nouvelles œuvres tout d'abord : elles sont relativement importantes dans le domaine des loisirs et de la jeunesse avec la naissance du CLAJ (Centre Laïque des Auberges de Jeunesse, 1934), des Centres d'Entraînement (futurs CEMEA, centres d'entraînement aux méthodes d'éducation active) en 1937, et en 1938 d'un organisme fédérateur dans le domaine des colonies de vacances, la FNOLVEA ; or, toutes ces fondations mettent à contribution (dans des proportions qui peuvent varier) la Ligue et le SNI et souvent d'autres organismes (la CGT par exemple). En second lieu, la défense de la laïcité fait l'objet, dans la conjoncture de montée du Front Populaire, d'un rassemblement de toutes les forces : ce sera le Front laïque, qui regroupe les sociétés de pensée et les partis politiques, mais dont le SNI et la Ligue sont les pivots. Les rencontres, croisements et passerelles se multiplient donc, mais cela implique une particulière vigilance sur la délimitation des attributions et territoires respectifs. La récurrence de cette injonction me semble l'indice caché d'un contentieux latent, lié d'une part aux tendances « impérialistes » de la Ligue, d'autre part aux velléités hégémoniques du SNI. La collaboration nécessaire n'en est pas moins concurrentielle au fond, en dépit des rapprochements politiques, idéologiques, politiques, sociologiques intervenus au fil du temps. Ceci me paraît lié à ce qu'on peut qualifier de proximité fonctionnelle qui entraîne un relatif brouillage des identités. La Ligue est en effet une grande association laïque polymorphe, à la fois société de pensée et prestataire de services péri et post-scolaires, qui se veut l'incarnation de la laïcité républicaine et le relais des aspirations de l'École publique. Quant au syndicalisme enseignant, il est plus qu'un syndicat de défense des enseignants, il a lui aussi un projet d'ensemble, articulant l'École, l'éducation populaire et la laïcité. C'est la spécificité politique de la sphère scolaire qui éclaire cette situation ambivalente en dernière analyse. Les deux organisations sont condamnées à s'entendre mais chacune doit demeurer constamment sur ses gardes pour éviter que son partenaire n'empiète sur son champ de compétences propre.

Notes

1 Je m'appuie principalement ici sur ma thèse La Ligue de l'Enseignement et la République, des origines à 1914, IEP Paris, 1992, notamment p. 397-400, 631-657,707-722, complétée par quelques recherches sur les années 1930 dans l'Action Laïque.

2 La Ligue souhaite qu'en cas de déplacement d'office, « l'instituteur ait le droit de faire appel de cette décision devant le Conseil départemental et de se faire défendre par un avocat » (congrès de 1898) ; la nomination des instituteurs doit être faite par les Inspecteurs d'Académie et non par les préfets (congrès de 1899) ; le congrès de 1903 « considérant que le projet dit “Projet des Amicales” prévoit des traitements qui n'ont rien d'exagérés et que, d'autre part, il donne satisfaction aux membres de l'enseignement primaire, émet le vœu qu'il soit voté dans son intégralité » etc.

3 Ruimy L., « Recherches sur La Revue de l'Enseignement primaire et primaire supérieur, 1890-1914 », mémoire de maîtrise, Université Paris-Nord, 1994.

4 Loïs A., Les instituteurs de la République. Le loyalisme contre la citoyenneté, 1880-1930. Thèse pour le doctorat de science politique, Université Paris I, 1997.

5 Texte publié dans la Démocratie Universitaire en novembre 1904, et cité par Goyau G., L'École d'aujourd'hui, deuxième série, p. 259-260.

6 Question pourtant encore d'actualité avec la tentative de dissolution des syndicats d'instituteurs par le gouvernement Poincaré en 1912, pour cause d'antimilitarisme, suite aux propos tenus lors du congrès de Chambéry de la Fédération Nationale des Syndicats d'Instituteurs.

7 Veurrier S., « Le SNI et la défense de la laïcité dans l'entre-deux-guerres », communication présentée au CHS xxe siècle (février 1999).

8 Ce que font bien ressortir les rapports de Marcel Déat sur la morale laïque aux congrès de 1931 et 1932.

9 Celui-ci passera finalement du SNI à la Ligue en devenant secrétaire général de cette organisation de 1934 à sa mort en 1936.

10 Notamment Action Laïque, 1934, p 564 (Conseil Général du 26 juillet 1934).

11 Action Laïque, 1934, p 683-684.

12 Ibid. p. 686.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search