Version classiqueVersion mobile

Syndicats et associations

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Françoise Tétard

Quatrième partie. Convergences

Convergences

Danielle Tartakowsky

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Danielle Tartakowsky

2Des associations et syndicats autonomes, au sens où ils n'appartiennent ni à un même écosystème ni à un conglomérat, peuvent être conduits à nouer des relations qu'eux-mêmes (ou leurs analystes) qualifient plus volontiers de « convergences », de « synergie », de « coopération » ou de « partenariat » que « d'alliance ». Neuf contributions s'attachent aux circonstances qui les autorisent ou les requièrent comme à leurs modalités.

Les logiques de l'État

3Les contributions de Jean-Paul Martin, Emmanuel Naquet et d'Alain Chatriot, respectivement consacrées aux relations de la Ligue de l'Enseignement avec les amicales d'instituteurs et le syndicalisme à base multiple (fin du xixe siècle-années trente), à celles de la Ligue des Droits de l'Homme avec le syndicalisme (premier xxe siècle) et aux associations et syndicats au sein du Conseil national économique (1925-1940) confortent toutes trois la thèse du « jacobinisme amendé », formulée par Pierre Rosanvallon. Elles montrent que cette même République libérale qui rejette constitutivement les corps intermédiaires leur restitue une place, passé le tournant du siècle, ou du moins s'y essaie. En remplaçant, propose Emmanuel Naquet, les corps intermédiaires d'ancien régime par les associations et syndicats.

4Ce constat peut conduire à nuancer la classique opposition entre le « modèle belge », évoqué par Jean Faniel, et le modèle français. Le réformisme social qui longtemps prévalut sans partage en Belgique a permis la forte institutionnalisation de syndicats à base multiple, structurés par ces « piliers » que sont l'Église et le parti social-démocrate (en privant du même fait la question qui nous retient ici de sa pertinence). Le réformisme politique constitutif de l'hégémonie républicaine confère un rôle de même nature aux associations qui se donnent pour l'expression la meilleure des valeurs universelles (Lumières et droits de l'Homme) dont le régime se réclame. La Ligue des Droits de l'Homme ou celle de l'Enseignement, qui constitue le lieu d'une préformation de la culture et des cadres républicains dès le second Empire puis met en place des œuvres laïques, cautionnées par l'État enseignant (en lieu et place d'une étatisation complète jugée trop coûteuse et mal à même de répondre à la mobilisation catholique), peuvent être, ainsi, tenues pour deux des « piliers » constitutifs de l'écosystème républicain institué à partir des années 1880, sans avoir fait place aux syndicats.

5Ces deux ligues, constituées avant la légalisation des syndicats ou quand le syndicalisme était encore balbutiant, se mobilisent sur des questions longtemps étrangères à son champ de compétence et n'entretiennent donc pas immédiatement de relations avec lui. Des évolutions se dessinent, après guerre, quand des gouvernements ou la justice portent atteinte à aux valeurs et, pourrait-on dire, à l'essence de la République avec lesquelles elles se voulaient jusqu'alors confondues.

6Le syndicalisme enseignant d'avant-guerre, adhérent à la CGT révolutionnaire et antipatriotique, était perçu comme un facteur de division, néfaste à la mission que la Ligue de l'Enseignement s'attribuait alors. Après guerre, ce syndicat, en forte croissance, souscrit au réformisme devenu le credo de la CGT La Ligue de l'Enseignement se reconnaît parfaitement dans son projet pour l'École publique et dans sa revendication d'une nationalisation de l'enseignement avec gestion tripartite. Un rapport de proximité peut alors s'affirmer entre ces organisations dressées de conserve face à des gouvernements qu'elles accusent de sacrifier ces valeurs constitutives de la République que sont l'École et la laïcité. Elles s'affirment pour deux incarnations conjointes de la laïcité républicaine, présentent une forte proximité fonctionnelle et une osmose sociologique confinant « au brouillage des identités », avance Jean-Paul Martin. Jusqu'à poser la question de leurs spécificités conservées. Au prix, cependant, d'un déplacement du centre de gravité de l'association vers le syndicat.

7Les rapprochements sont plus tardifs et différents s'agissant de la Ligue des Droits de l'Homme. Celle-ci doit à l'avènement du droit du travail et au processus de mutation de l'État d'étendre son champ d'intervention à des problèmes demeurés jusqu'alors extérieurs à son champ de compétence et de progressivement se saisir du social en s'affirmant pour une instance de formulation et de régulation du progressisme social que l'État doit promouvoir. Elle se retrouve, à ce titre, au coude à coude avec les syndicats mais se déporte sur leur terrain à partir des compétences juridiques qu'elle met à leur service. En conservant, dès lors, sa spécificité pleine et entière.

8Ces deux associations et ceux des syndicats qui doivent à leur assise sociologique de se réclamer des mêmes valeurs (fonction publique et enseignants en premier lieu) s'inscrivent, du moins, désormais dans un même écosystème républicain, désormais structuré par ses valeurs constitutives à plus fort titre qu'il ne l'est par l'État, en opérant, dans ce cadre, des rapprochements à géométrie variable. Les associations conservent, là, l'initiative des rapprochements amorcés ou effectifs. Elles ne perdront la prééminence que quand cet écosystème et le réformisme politique dont il est l'expression le céderont à d'autres, propres à assurer la primeur aux syndicats.

9Alain Chatriot analyse, précisément, les timides et vaines tentatives de réformisme social esquissées durant ces mêmes années. Il montre comment et pourquoi des dirigeants politiques et non des moindres - Paul-Boncour, Tardieu, de Monzie ou Jouvenel, tentent de « syndicaliser la république ». Les divers projets de constitution du Conseil national économique, conçu pour devenir un « régulateur social », témoignent de tentatives destinées à donner naissance à « un nouvel État fondé sur les groupements professionnels mais aussi bien sûr les interfaces entre l'individuel et le collectif ». S'agit-il de définir les acteurs propres à « représenter la société » et le législateur ignore, curieusement, les catégories « d'associations » et de « syndicats » pourtant précisément constituées par le Droit, dans le cadre de ce même régime quelques décennies plus tôt, et leur préfère des catégories beaucoup plus floues : « organisations par les différentes forces économiques et sociales de la nation » (1925), « groupes et organes coopérant à la production nationale » (1926) ; sans expliciter les fondements implicites de la représentativité recherchée et énoncée sur ce mode : logique comptable ? Logique d'activité ? logique d'ancienneté ? Les organisations concernées par ces tentatives de redéfinitions hégémoniques sont des syndicats ou associations constitués par des professions émergentes, quasi contemporaines de cette institution nouvelle qu'est le Conseil national économique, à la recherche de lui-même, ou de couches intermédiaires qui se voudraient un « troisième pilier », entre les syndicats de salariés et d'employeurs (ou à leurs côtés). À l'égal de l' écosystème républicain mais pour des raisons différentes, elles laissent à l'écart le noyau dur de la classe ouvrière du premier xxe siècle et ses organisations.

10Cette propension des institutions à produire de la convergence entre des organisations dont l'histoire et les statuts diffèrent s'affirme à plus fort titre après la seconde guerre mondiale dans le cadre de l'État providence. Elle s'opère, alors, d'autant plus aisément qu'associations, syndicats et partis se sont impliqués dans une même lutte « contre l'ennemi commun », propre à redéfinir les modalités du pacte républicain et à générer une culture commune (avant que la guerre froide ne dessine de nouveaux clivages). La constitution de l'État social, les nationalisations et les grandes réformes sociales de la Libération dessinent des espaces de gestion tripartite et par là de convergences nouvelles. Elles autorisent et requièrent un renversement qui vaut aux syndicats (dont la représentativité est, du reste, alors et alors seulement définie) de devenir les épicentres d'écosystèmes redéfinis (qui doivent à la guerre froide d'être parfois intégrés dans des conglomérats), évoqués dans le précédent chapitre et qui privent la question qui nous retient ici de sa pertinence. Ces redéfinitions qui prévalent jusqu'au milieu des années 1970 confèrent une centralité au noyau dur de la classe ouvrière et à ses organisations. Le travail et le travailleur s'imposent, aussi bien, pour les figures ou catégories nouvelles de l'universel, propre à englober, en lieu et place de l'Humanité, des Lumières et du Droit.

La logique des crises

11Les deux séquences évoquées sont pareillement susceptibles d'être perturbées par le temps, plus court, des crises politiques.

  • 1 Claire Andrieux et al., Associations et champs politiques, publication de la Sorbonne, 2001.

12L'émergence d'un adversaire propre à porter atteinte aux fondements du pacte républicain ou à ses valeurs peut générer la constitution d'organisations ou comités éphémères qui réunissent associations, syndicats et parfois partis, le 1er mai 2002 suffirait à l'attester. L'existence ressentie d'un tel péril n'est, cependant, pas la condition suffisante de convergences nouvelles. Les écarts entre les logiques amicalistes et les logiques syndicalistes n'ont jamais été plus forts que durant la guerre scolaire de 1907 à 1910 et ces tentatives englobantes que sont l'association de défense laïque (1931) puis le comité d'action laïque se soldent par des échecs, montre, ainsi, Jean-Paul Martin. Les convergences se dessinent plus aisément quand le système politique et le dispositif partisan paraissent mal à même (ou incapables) de répondre au péril. Cette surdétermination par le politique explique que ces modalités de la convergence aient, dès lors, naturellement trouvé leur place dans une précédente réflexion collective consacrée à la place des associations dans le champ politique1. Du moins sont-elles abordées, ici, dans la contribution de Jocelyne Prézeau qui montre comment le Mouvement Amsterdam-Pleyel s'essaie à entraîner à ses côtés des organisations qui lui sont étrangères. Entre 1932 et 1936, cette association, partie prenante du conglomérat communiste (puis ses différents avatars), s'essaient à élargir l'assise sociale de la riposte au fascisme en ralliant les « couches nouvelles ». Elle s'adresse à ces fins aux syndicats, réformistes y compris, mais ne marque des points (limités) que parmi ceux de fonctionnaires ou d'enseignants. Ce sont les clivages idéologiques entre associations et syndicats parties prenantes de l'écosystème républicain ou du conglomérat communiste qui interdisent (ou autorisent), alors, de possibles convergences, toujours éphémères dès lors qu'elles se veulent une réponse provisoire à la crise du politique, au service des partis auxquels il s'agit de restituer l'initiative. Ainsi le 6 février 1934 ou le 14 juillet 1935, prologue à cette alliance inédite qu'est le Rassemblement populaire, soutenu par des associations et les syndicats, mais placé, du moins, sous l'égide retrouvée des partis.

  • 2 Kouvélaskis E. « Un nouveau cycle politique », Contretemps, n° 11, septembre 2004.

13Les « séquences antipolitiques2 » qui voient s'exprimer des tendances et des courants qui s'emploient à éviter le terrain de la politique dans son acception institutionnelle sont propres à générer des convergences qui se veulent (ou, souvent, se voudraient), tout au contraire, des constructions politiques alternatives. Il en va ainsi des « forces vives » dont Pierre Mendès- France se réclame en 1953, de la « deuxième gauche » qui se cristallise autour de la CFDT dès avant 1968 puis des alliances qu'elle noue, ensuite avec les « nouveaux mouvements sociaux », abordés dans les contributions de Pascale Brouster et de Frank Georgi. Cette confédération syndicale doit à la sociologie de ses adhérents, à la précocité de son intérêt pour les problèmes qualifiés de « qualitatifs » et à la sensibilité de ses militants d'origine catholique pour la subsidiarité d'avoir été la mieux en prise sur les aspirations du mouvement de mai-juin. La stratégie dite de « lutte de classe » qu'elle adopte lors de son xxxve congrès (mai 1970) lui vaut de quitter le domaine strictement professionnel pour prendre en compte les problèmes dits sociétaux, dont la question féminine. Les convergences qu'elle opère avec les associations déployées sur ce même terrain sont cependant traversées, sinon de contradictions, du moins de tensions. Frank Georgi retrace les séquences majeures qui les organisent en analysant ce qu'elles révèlent des rapports, complexes, de la CFDT avec le et la politique.

Convergences contemporaines...

14La logique de l'État et les logiques de crise, loin de disparaître avec le tournant libéral contemporain, tendraient plutôt à cumuler leurs effets. Du moins ceux-ci s'exercent-ils dans une conjoncture dont les termes sont à ce point redéfinis qu'elle mérite d'être abordée en propre. Les remises en cause de l'État-providence et des modalités du pacte républicain qui était son corollaire interdisent aux syndicats, affaiblis drastiquement (en France comme en Belgique, quoiqu'à moindre titre), de se donner pour l'expression d'une identité englobante et de l'intérêt général au même titre que durant les trente glorieuses ; cependant que le travail cesse d'être porteur d'une identité dominante au même titre que par le passé. Les associations, en croissance exponentielle, ne sont toutefois pas en position de s'affirmer pour l'expression de valeurs universelles alternatives (quand même certaines s'y essaient). La plupart sont, au contraire, constitutives d'identités morcelées.

15Certaines s'inscrivent dans la logique, redéfinie, de l'État en s'affirmant pour des « sous traitants de l'impuissance publique », à ce titre bénéficiaires de délégations et de financements publics qui peuvent leur valoir de se retrouver aux côtés de syndicats dans certaines instances de réflexion ou de décision. D'autres, évoquées par les contributions de Jacques Capdevielle, de Jean Faniel et de Danielle Tartakowsky, respectivement consacrées à ATTAC, aux mouvements de chômeurs belges et aux cortèges de Premier mai s'essayent à des convergences nouvelles.

16Des rapprochements opérés face au racisme et à Le Pen, demeurés circonstanciels, s'opèrent à l'initiative d'associations constituées à ces fins qui, cependant, cherchent à s'ancrer dans le temps et les formes convenues de l'action syndicale, comme pour puiser une légitimité dans l'histoire dont elle est porteuse. La crise de l'État-social et de l'État-nation qui prive les découpages du social introduits par le droit de leur pertinence et autorise des changements d'échelle expliquent, toutefois, que les nouveaux modes de convergences qui s'esquissent concernent des espaces sociaux, transnationaux ou internationaux pour lesquels ces clivages n'ont guère de signification (chômage, paix, altermondialisme). Des associations et syndicats (parfois associés à d'autres acteurs) deviennent membres fondateurs d'associations composites : ainsi les marches européennes de chômeurs, nées de l'action qui leur est homonyme, ou ATTAC, qui prend d'abord appui (entre autres acteurs) sur des associations ou des fédérations syndicales dont l'assise sociale, similaire à bien des égards, est définie par la nature des compétences requises par le projet. Non sans poser, sur un mode nouveau, des questions déjà rencontrées : s'agit-il de constructions alternatives aux formes convenues de la politique, du politique sans les politiciens ou de formes d'action ou d'éducation populaire supposant un relais politique, à reconstruire ou à réévaluer ? Des questions qui traversent aujourd'hui ces organisations nouvelles, mouvements ou collectifs.

17Les rapprochements à l'œuvre dans ces champs d'action ne sont pas spécifiques à la France. En Belgique, la dépilarisation autorise l'émergence d'associations socialement ou idéologiquement étrangères aux écosystèmes jusqu'alors hégémoniques qui restituent sa pleine pertinence à la question de leurs convergences avec les syndicats. En Allemagne, le très puissant DGB (Deutscher Gewerkschaftsbund) n'hésite pas à s'allier avec ATTAC- Berlin (Association pour une taxation des transactions financières pour l'aide aux citoyens), dont les effectifs sont sans commune mesure pour, ainsi, cumuler la dynamique mobilisatrice de celui-ci et la force du nombre et les appuis logistiques de celui-là. En autorisant, ainsi, une convergence accrue entre des modèles nationaux, longtemps distincts.

  • 3 Cf. Denis J.-M., « La constitution d'un front antilibéral : l'union sydicale groupe des dix-solida (...)

18Toutes les confédérations syndicales ne réagissent pas sur le même mode à cette offensive associative nouvelle3, autorisant l'hypothèse d'un moment associatif succédant au premier moment associatif (de la fin du xixe siècle aux années 1930) puis un moment syndical qui prit sa suite durant les trente glorieuses.

19Force ouvrière (mais aussi bien les syndicats belges) expriment de solides préventions vis-à-vis d'associations (ou de la société civile) tenues pour des substituts de l'impuissance publique ou suspectes de peser sur des négociations a contrario de l'intérêt des salariés. Ils se révèlent peu disposés à des alliances avec des associations exprimant au mieux des identités différentes, ce, quelle qu'en soit la forme. La CGT et la CFDT sont, en revanche, susceptibles de nouer des systèmes d'alliance au sein desquels associations et syndicats conservent leur autonomie, sous l'espèce de « mouvements », en premier lieu : ainsi le mouvement des femmes ou plus globalement, s'agissant de la CGT, le mouvement social. Elles peuvent admettre, l'une et l'autre, que les associations sont nécessaires dès lors qu'elles comblent un manque mais sont aussi bien capables de réflexes défensifs qui les conduisent à réaffirmer leur antériorité ou leur prééminence dans tel champ d'action concerné. Elles s'y exercent du moins selon des chronologies strictement renversées qu'évoquent Pascale Le Brouster, Frank Georgi et Danielle Tartakowsky : la CFDT qu'on a pu tenir un temps pour un « opérateur politique des nouveaux mouvements sociaux » prend ses distances vis-à-vis de ce qu'elle cesse au demeurant de qualifier en ces termes quand d'aucuns s'interrogent sur l'émergence d'un « syndicalisme de mouvement social ». Il s'agit alors moins d'analyser les relations entre associations et syndicats que de comprendre comment les premières peuvent devenir un enjeu, un appui ou un substitut dans un débat (ou un combat) qui se mène à trois.

*

20« Le problème n'est pas tant de comprendre ce qui oppose ans la Ligue de l'enseignement des années trente au SNI que ce qui constitue encore des facteurs de résistances à un rapprochement plus poussé », écrit Jean- Paul Martin. Jacques Capdevielle s'étonne, pour lui, de ce que les convergences entre ATTAC et les confédérations syndicales soient demeurées limitées « quand tout militerait en faveur d'une intégration plus forte ». Ces deux constats quasi similaires ne sauraient occulter ce qui persiste à distinguer les syndicats des associations. En 2001, les pouvoirs publics ont reconnu la légitimité de la démocratie participative dont les associations se réclamaient sans que soit résolue la question, d'actualité, de son articulation avec la démocratie représentative, légalement détentrice du dernier mot. Cette même dualité se retrouve ici dès lors que les syndicats, dont la représentativité est mesurable quand celle des associations fait question, demeurent les seuls acteurs légitimes des négociations (et craignent du reste, entre tout, d'être concurrencés sur ce terrain). Ce qui signifierait in fine la pertinence des distinguos introduits par le Droit (sur les terrains, du moins, qui les requièrent).

Notes

1 Claire Andrieux et al., Associations et champs politiques, publication de la Sorbonne, 2001.

2 Kouvélaskis E. « Un nouveau cycle politique », Contretemps, n° 11, septembre 2004.

3 Cf. Denis J.-M., « La constitution d'un front antilibéral : l'union sydicale groupe des dix-solidaires et ATTAC » et Béroud s. et Ubialli g. « La CGT, entre soutien distancié et refondation de l'activité internationale » in Agricolianski E. et alii, L'altermondialisme en France, la longue histoire d'une nouvelle cause, Flammarion, 2005, p. 265-290 et 291-316.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search