Version classiqueVersion mobile

Syndicats et associations

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Françoise Tétard

Troisième partie. Écosystèmes syndicaux et complémentarité

Engagements en mouvance. L'action plurielle et flexible de catholiques à Sochaux-Montbéliard (des années 1950 aux années 1990)

Nicolas Hatzfeld

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Nicolas Hatzfeld

2Plutôt que d'étudier les rapports entre syndicats et associations en tant qu'institutions, ce texte se propose d'adopter un point de vue centré sur des personnes agissant en leur sein. Un tel regard met en lumière la façon dont les acteurs sociaux appréhendent ces institutions et les mettent en œuvre, à travers la sinuosité de leurs trajectoires militantes. Toutefois s'il est question ici de suivre des personnes, il s'agit de les considérer non pas comme de purs individus, mais comme des personnes agissant en mouvance, pour reprendre en le retournant le mot un peu condescendant des responsables d'organisation.

  • 1 Beaud S. et Pialoux M., Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines de Peugeot-Sochaux, P (...)
  • 2 Les interlocuteurs revendiquent plutôt leur qualité de chrétiens. Par ailleurs, les protestants on (...)
  • 3 Cette étude s'appuie principalement sur une série d'entretiens, à quoi s'ajoutent des documents d' (...)

3Le choix de s'attacher à une mouvance catholique dans le Pays de Montbéliard ne tombe pas sous le sens. La région est, depuis des siècles, un fief protestant marqué. Par ailleurs, en liaison avec l'énorme développement industriel1, le Parti Communiste s'est fortement développé. Outre sa longue hégémonie sur la CGT et quelques associations, il dirige en cette période une partie des municipalités de l'agglomération montbéliardaise. Pourtant l'Action catholique exerce, elle aussi, à Sochaux-Montbéliard un poids considérable, bien que plus discret. Il s'agira ici d'étudier les formes d'engagement adoptées par ces catholiques2, ainsi que l'imbrication de celles-ci. Puis, à travers leurs évolutions, d'examiner dans quelle mesure ces engagements peuvent exprimer certaines caractéristiques de leur époque3. De contribuer à une histoire sociale de l'engagement.

Syndicat, association et parti : les voies de l'engagement

4Pour ces personnes, le terme d'engagement fait référence, par distinction avec des pratiques religieuses repliées sur la vie paroissiale. Tous revendiquent par là le fait de participer au changement social.

5Pour arriver à cet engagement, les trajectoires varient. Si tous semblent avoir grandi en milieu catholique, certains n'évoquent qu'une simple éducation religieuse tandis que d'autres ont fréquenté des mouvements catholiques. Ainsi l'un profite, enfant, des activités d'un « patronage » à Boulogne- Billancourt. D'aucuns font du scoutisme tandis que d'autres, dès le lycée, adhèrent à un mouvement de jeunesse catholique. En prenant de l'âge, plusieurs encadrent ceux qui leur succèdent. Pour eux, s'inscrire, agir, servir est une démarche précoce dont la participation à un mouvement d'action catholique apparaît comme un prolongement. D'autres se font entraîner bien plus tard, comme un cadre qui se fait syndiquer à l'usine, ou un couple auquel un prêtre propose, après la messe de faire partie d'une équipe de l'Action catholique ouvrière (ACO).

6Après ces débuts variés, tous partagent le principe de l'action catholique requérant « d'avoir un engagement, dans les organisations qui œuvrent pour la promotion collective des travailleurs. » Le principe donne lieu à des règles : « Nous étions durs. [...] L'engagement, c'était dans les associations, dans le syndicat, dans le politique. On a eu des tas de discussions dans les équipes [d'action catholique] là-dessus. On ne considérait pas la profession comme un engagement. On disait : “cela va de soi. L'engagement suppose un choix. Le métier, on est dedans, on n'a pas le choix. La famille, c'est pareil. Et l'Église aussi.” »

  • 4 Duriez B. et alii, Chrétiens et ouvriers en France 1937-1970, Paris, Éditions de l'Atelier, 2001 ; (...)
  • 5 Minazzi G., En marche, trente ans de lutte à Peugeot-Sochaux. L'itinéraire d'un militant, Paris, S (...)
  • 6 Noiriel G., Les ouvriers dans la société française, xixe-xxe siècles, Paris, Le Seuil, 1986 ; Hatz (...)

7Au cours des Trente Glorieuses où l'usine de Sochaux draine une croissance industrielle phénoménale, le syndicalisme est la voie majeure de l'engagement4. Il se concrétise principalement dans la CFTC qui se transforme en CFDT Le syndicat de l'usine Peugeot connaît plusieurs paliers de mutation. Il commence pourtant par manquer la critique de la guerre d'Algérie qui s'engage. En mai 1955, après débat, quatre militants préfèrent dénoncer la répression coloniale et quittent la CFTC, se faisant reprocher de quitter le camp des chrétiens. Certains rallient la CGT5. Quelques années plus tard, ils sont rejoints dans l'aide aux indépendantistes algériens par des militants restés à la CFTC. Entre-temps, ce syndicat change. En 1959, des dissensions éclatent en son sein sur la façon d'administrer les œuvres sociales. L'ancienne génération de dirigeants, modérée, démissionne. Une nouvelle équipe prend la relève : dénonciation d'accords d'entreprise jugés attentatoires au droit de grève, conflits d'un type nouveau, coopérations syndicales avec la CGT, parfois même compétition gréviste. Un durcissement des relations avec la direction se traduit par le licenciement de plusieurs militants. La mutation du syndicat et son renforcement accompagnent la transformation du monde ouvrier6. À la veille de devenir CFDT, le syndicat compte à Sochaux 2 500 adhérents. L'apparition d'un courant contestataire lié à la future Lutte Ouvrière au milieu des années 1960 amorce une nouvelle époque de dissensions qui culminent au début des années 1970. Cette époque voit aussi s'accentuer la politique répressive de la direction. Durant plus d'une décennie, les militants ouvriers, techniciens et cadres subissent vexations professionnelles et entraves à leur action syndicale. Les syndicats CFDT, des cadres et des autres salariés, perdent brutalement une partie de leurs forces et continuent ensuite de s'affaiblir. Toutefois, parmi les catholiques, l'engagement syndical ne se fait pas toujours à la CFDT. Certains, dans les petites entreprises notamment, adhèrent à la CGT

8Durant les premières décennies de la période, l'engagement associatif apparaît comme un complément au syndicalisme. Pratiqué généralement dans des instances de parents d'élèves ou des associations familiales, il mobilise souvent les épouses de syndicalistes. Quand l'urbanisation accélérée se traduit par la naissance de grands ensembles dans la plupart des communes qui entourent l'usine de Sochaux, ces associations tissent du lien parmi leurs nouveaux habitants. L'évocation de problèmes suscite des initiatives revendicatives dans lesquels les nouveaux arrivés trouvent une place : dans plusieurs cités, des groupes d'habitants se constituent. Les années d'après 1968 voient l'irruption de conflits nouveaux dans leurs enjeux et leurs formes. « On a rencontré le mouvement des jeunes locataires de foyers de célibataires : ils devaient payer très cher pour des fractions d'appartement. » Des femmes, souvent liées par la Fédération Cornéc des parents d'élèves (FCPE), entreprennent de soutenir par une cuisine collective la grève des repas qu'ont entrepris les jeunes du foyer. Vient ensuite le souci de consolider : « Des gens de la Confédération Syndicale des Familles (CSF) sont venus nous présenter leur mouvement [qui comportait] une dimension globale de la vie familiale : école, logement, consommation, santé, retraites. Avec quelques autres, on s'est mises au boulot sur le quartier. » L'association entend alors prolonger le modèle syndical du salarié : « Le slogan de la CSF, à un moment, c'était : “Ne pas perdre dans le quartier ce qu'on donne à l'usine.” » Puis d'autres axes d'action prennent corps : une association d'aide aux personnes âgées et de soins à domicile, et à partir des années 1980 plusieurs associations d'insertion par le travail. Outre la question du vieillissement, elles répondent aux difficultés nouvelles entraînées par la crise de l'emploi.

  • 7 Chauviere M. (dir.), Une communauté brisée. Regards croisés sur la scission MLP-MLO de 1951, Les C (...)
  • 8 Minazzi g., En marche,..., op. cit., p. 11-12 et 31-34.
  • 9 Le MFAC est créé le 7 février 1959 à l'initiative d'une quarantaine de jeunes « électeurs et élect (...)
  • 10 Hatzfeld H., Faire de la politique autrement. Les expériences inachevées des années 1970, Rennes, (...)

9Parmi les axes d'engagement, l'action politique est peut-être le moins spontané. Un premier groupe de membres de la JOC fait partie, en 1950, du Mouvement de Libération du Peuple, situé à gauche7. Combattant la répression exercée contre les Algériens en France, il contribue ensuite à la naissance du PSU, présent localement dès 1960 et gardant un rôle respectable dans la gauche militante du Pays de Montbéliard8. D'autres militants entreprennent quelques années plus tard de desserrer l'emprise du centre traditionnel de la ville de Montbéliard et de faire une place aux habitants des nouveaux quartiers. « Au départ, on ne voulait pas se mouiller dans la politique, c'était sale. Notre génération a connu la Quatrième République, les Guy Mollet, les Ramadier. Les communistes, nous n'étions pas de ce bord-là, et vis-à-vis du MRP nous étions des chrétiens sociaux, pas simplement des catholiques. On a voulu faire un Mouvement de Formation et d'Action Civique (MFAC9). » En 1959, plusieurs d'entre eux se présentent aux élections municipales, sur la liste du candidat MRP, sont élus et prennent part à l'action municipale. Puis le MFAC évolue à gauche. Il prend contact avec une personnalité socialiste envoyée de Paris en 1962, André Boulloche, ancien ministre du général de Gaulle : « Nous cherchions une locomotive. Nous [lui] avons écrit pour lui dire qu'on aimerait bien le rencontrer et éventuellement présenter une liste pour les prochaines municipales. Réponse positive. On a passé une soirée à discuter avec lui, nous, soit une quarantaine de personnes. » Pour sceller l'entente Henri Domon, figure du syndicalisme chrétien traditionnel, de la Résistance et de la vie politique locale, est désigné second de la liste unique présentée avec la SFIO aux élections municipales de 1965. Celle-ci emporte la mairie et inaugure une longue période de présence socialiste à Montbéliard. Le MFAC se transforme en Club Proudhon pour une action socialiste et démocratique, se rapproche du regroupement de clubs effectué par Alain Savary, puis adhère au nouveau Parti Socialiste. Ainsi l'Action catholique joue un rôle décisif dans le renouveau d'une force socialiste10, centrale dans la vie politique locale pendant plus de deux décennies. Pour certains de ces militants, la répression patronale contre le syndicalisme accentue l'engagement politique dans les années 1970 : « [À l'usine,] certains ont senti qu'ils allaient s'étouffer. Cela a été discuté au conseil syndical. » Le déplacement de leur action réinvestit aussi un capital militant : « Ils étaient mûrs. [...] Il faut se rappeler que la CFDT avait mené jusqu'en 68 une réflexion politique forte. Avec des élaborations : la planification démocratique, l'autogestion, tous ces thèmes dont on ne parle pas beaucoup aujourd'hui avaient suscité des débats et des réflexions... »

Des engagements imbriqués, des priorités qui changent

  • 11 Depuis les années cinquante, les cadres disposent en effet d'une représentation au sein du syndica (...)

10Les voies d'engagement apparaissent complémentaires et liées aux situations sociales des militants. Toutefois les choix d'agir dans tel ou tel registre ne sont pas distribués de façon stable, par exemple les hommes salariés dans le syndicat, les femmes au foyer dans des associations. Tandis que certains syndicalistes passent à la politique, d'autres maintiennent l'action syndicale précisément dans le contexte répressif, d'autant plus que la CFDT est alors tiraillée entre des courants politiques divergents. Pour le syndicat ouvrier qui a perdu nombre de ses ténors sous l'effet de la répression, d'exclusion de contestataires ou de promotion dans les instances nationales, les syndicalistes cadres jouent un rôle parfois tutélaire11

11Parfois, l'engagement politique est distinct de l'action associative. « On avait discuté d'engagement politique avec une copine. Elle avait dit : “Il faut que ce soit utile”, donc elle s'était engagée au PS. Moi, je suis entrée au PSU. » Parfois, par contre, il en découle comme naturellement : « Cela s'est construit par un groupe d'habitants, qui n'étaient pas engagés, mais qui étaient intéressés à la vie de la commune. Nous avons travaillé pendant deux ans sur un projet communal. [...] On se retrouvait dans une salle municipale où les gens évoquaient leurs problèmes. De fil en aiguille, nous avons créé une nouvelle liste aux élections, et c'est parti comme cela. Le groupe des habitants s'est présenté, et il a ramassé la majorité. »

  • 12 Tixier P.-E., Mutation ou déclin du syndicalisme ? Le cas de la CFDT, Paris, PUF, 1992.
  • 13 Dans ces organismes associés dans « l'ensemblier DéFI », plusieurs centaines de personnes s'emploi (...)

12Le passage du syndicalisme à l'action associative traduit aussi la montée des difficultés sociales. Au début des années 1980, Peugeot procède à de sévères compressions d'effectifs. Dans toutes les formes d'action militante, le changement de contexte est sensible, les objectifs se font défensifs12 : « C'était vers 1984, après les premiers plans sociaux, au moment du retour. Les effets avaient commencé à se faire sentir dans les quartiers ; on avait vu des copains partir et c'était assez triste. J'étais allée voir des dames d'un immeuble un peu plus bas. Sur quatre cages d'escalier, il n'y en avait plus qu'une d'habitée, et elles s'inquiétaient. » Pour les anciens syndicalistes, leur propre mise en pré-retraite accompagne le passage à la lutte contre le chômage, à travers l'action municipale ou associative13 : « Nous avons été licenciés à 55 ans, en pleine force de l'âge. On a donc investi toutes nos compétences dans la société civile. On a lancé les entreprises d'insertion, on a accompagné les jeunes demandeurs d'emploi par l'aide personnalisée, on a lancé des associations de différents types, on s'est investi à fond de cale là-dedans. On travaille autant que si on était à l'usine. Cela explique certaines initiatives prises sur le Pays de Montbéliard. On a retrouvé dans ces projets toutes les catégories, ouvriers, Etam et cadres. »

Au-delà des différences, le poids d'une époque engagée

13De façon générale, les voies d'engagement sont en grande partie une question d'époque et de génération. Comme pour d'autres milieux d'engagement, la Résistance et la Libération constituent un temps décisif : « Des gens d'opinions très différentes, croyants et non croyants, francs-maçons, catholiques et communistes se sont rencontrés et se sont rendu compte qu'il fallait changer les choses. [...] Les associations tournaient autour de deux pôles : le pôle qui avait trait au communisme ou au marxisme et le pôle chrétien, catholique et protestant. Dans la mesure où sur des problèmes concrets les deux réseaux se retrouvaient, il était possible de mobiliser. »

14Si les objectifs d'action semblent parfois atténuer les clivages, les principes paraissent également impérieux. « On a été une génération volontariste. » Cet état d'esprit se traduit par une emprise collective des enjeux qui étonne presque ceux qui l'ont assumée : « En 1958, il y a eu un événement significatif de notre génération. On s'est retrouvés, jeunes ingénieurs récemment embauchés, catholiques et proches [pour une session de réflexion]. On a décidé de remuer les choses. On a fait un tableau avec des colonnes : milieu ingénieurs, milieu culturel, milieu syndical, milieu politique, et des lignes avec les noms de gars ; et on a mis des croix. [...] On avait même mis le nom des associations. Il y avait du boulot à faire sur le Pays de Montbéliard, nous avions de 24 à 30 ans. [...] On ne verrait pas cela aujourd'hui : se retrouver à trente et dire devant tout le monde pourquoi on choisit telle ou telle voie, et pourquoi on y a plus de facilités... Ce serait vu comme du dirigisme, du volontarisme, de l'entrisme. » La période conquérante ne dure pas : « Après est arrivé 1968. On a été remis en cause par les plus jeunes. D'abord, des gens qui nous ont critiqués en disant : “vous êtes vraiment des stakhanovistes” [de l'action], ensuite, des gens déboussolés. [...] On a abandonné notre rigueur, pour ne pas abandonner des gens sur le bord du chemin. » Enfin, dans les années 1990, la professionnalisation et l'individualisation modifient les règles et les modalités de l'engagement.

  • 14 Pelletier D., « Trois moments de l'histoire de l'ACO », Cahiers de l'Atelier, « L'Action catholiqu (...)

15La fluidité et l'imbrication des engagements font ressortir les effets de contexte historique et de génération sur les engagements de ces chrétiens, à travers des phases de l'histoire de l'ACO14, que l'on retrouve dans l'expérience locale.

  • 15 Père Duval, concert public, enregistrement non daté (1960 ou avant). Archives privées de Jean- Mar (...)

16Le premier temps fait du Pays de Montbéliard une terre de mission : « Le principe, c'est que si l'on avait vingt prêtres sur le secteur, il en arrivait à peu près vingt autres. Et tous les soirs, prêche pour une catégorie de personnes. Et ils venaient chez les gens. [...] Avec cela, il y a eu une relance. Si bien qu'en discutant [plus tard] avec un jésuite qui y avait participé, il me dit : “vous aviez un sacré potentiel. Cela ressemblait à Nantes Saint- Nazaire.” » Cette mission appelle les catholiques à l'engagement. Dans ses concerts publics, tel jésuite interpelle ses auditeurs : « Ne te défile pas par toutes sortes de raisons, économiques, familiales : quand je serai marié, quand cela ira mieux, quand le franc lourd sera arrivé. [...] On a besoin de toi, ton pays a besoin de toi. Si tu es chrétien, l'église a besoin de toi. Ton voisin, ta classe sociale, ton pays a besoin de toi !15 » Tel autre incite les ingénieurs à ne pas accrocher leur conscience au portemanteau lorsqu'ils vont au travail. L'effet de cette mission est net : « Pour des jeunes de 25 ans, 27 ans comme nous, qui avaient connu la guerre, la France foutue en l'air, cela nous boostait à fond. Cela correspondait à fond à ce qu'on ressentait.

17On fonçait, il n'y avait pas de question à se poser, puisqu'il y avait la bénédiction de l'Église. »

  • 16 Pelletier D., « Trois moments... », art. cit., p. 65-67.
  • 17 Peu après, un nouveau diocèse est créé dans l'aire de Belfort- Montbéliard, lequel rétablit les ac (...)

18L'Action catholique déploie ses organisations sectorielles : action ouvrière, mouvements des cadres de l'industrie, des enseignants, des femmes ainsi que de jeunesse. Les incitations à l'action se concrétisent alors dans le suivi méthodique d'activité syndicale ou associative qui se déroule durant les réunions d'ACO. L'examen peut s'affiner avec la présentation de sa « carte de relations », traduction ponctuelle de son activité et des résultats de celle-ci. Est- ce l'effet de ces méthodes ? Toujours est-il que l'ACO se développe et compte près de 300 militants dans sa grande époque, soit plus de 60 équipes. Cette force participe à l'évolution politique des années 197016, avec un élan tel qu'en 1979 la Mission ouvrière est suspendue dans le diocèse de Besançon17. L'activité religieuse ne disparaît pas. À côté de leurs engagements, certains animent un catéchisme tandis que d'autres exercent des responsabilités ecclésiastiques. Plusieurs n'hésitent pas, au début des années 1960, à organiser une collecte de fonds dans l'ensemble des paroisses de la région afin de financer la construction d'une chapelle provisoire dans un grand ensemble ouvrier.

  • 18 Puel H., Économie et humanisme dans le mouvement de la modernité. Éditions du Cerf, 2004.
  • 19 Barthélémy M., « L'évolution de l'engagement associatif », Cahiers de l'Atelier, « L'Action cathol (...)

19La formation, enfin, contribue à la diversité des expériences d'engagement. Aux multiples sessions qu'à titre propre, l'Action catholique met en œuvre s'ajoutent celles que leurs membres pratiquent au sein des syndicats, associations et formations politiques. La CFDT de Sochaux est pionnière, en France, dans l'organisation de sessions de section d'entreprise tandis que les cadres mettent à profit les formations auxquelles ils ont accès. Plusieurs prennent très tôt part à l'activité d'Économie et Humanisme, dont la méthode d'enquête participative18 leur sert à développer la démarche pragmatique d'action sociale illustrée par la formule de l'Action catholique : « Voir, juger, agir ». Ainsi, à travers la pluralité des formes, les militants chrétiens donnent par cette démarche pratique une cohérence à leur engagement guidé par la recherche d'un changement par le bas19.

Conclusion

20Relativement discrète, l'action sociale et politique des catholiques s'avère singulièrement présente en Pays de Montbéliard. Multiforme, leur réseau relie avec souplesse des espaces distincts de la société régionale. D'aucuns peuvent participer à la contestation de situations jugées inacceptables quand d'autres œuvrent, avec des responsables institutionnels, à leur trouver des réponses pragmatiques. Par une telle élasticité d'action, l'engagement militant de ces chrétiens dépasse la logique de chacune des organisations dans lesquelles ils agissent. En outre, à la différence du pôle communiste, il n'établit pas de hiérarchie stable entre syndicats, associations et partis.

21En matière syndicale, l'Action catholique met en œuvre les transformations de la CFDT tout en contribuant à faire respecter, au sein de la CGT, une minorité se réclamant d'un socialisme démocratique. Dans les grands ensembles, ses militants contribuent au tissage de liens face aux questions de résidence, de scolarité ou de santé. Sur le terrain politique, ils œuvrent de façon décisive à la formation d'une force socialiste singulière, combinant les valeurs de la deuxième gauche, un pragmatisme institutionnel et une sensibilité aux questions ouvrières. Si cette mouvance n'a jamais une position pleinement hégémonique, elle est au cœur des mutations de la période. En outre, elle permet l'affirmation de nouveaux venus dans le Pays de Montbéliard : nombre de ruraux, de Français venus d'ailleurs et de descendants d'immigrés antérieurs se forgent à travers leur engagement une légitimité indiscutable.

22Les configurations d'engagement s'avèrent sensibles aux changements de contexte. Le militantisme syndical prédomine dans les années 1950 et 1960, dans l'engagement syndical lui-même et dans la qualification syndicale d'une partie de l'activité associative. Le travail est une évidence, les conquêtes sociales sont au centre des enjeux. Au cours des années 1970, les perspectives politiques tendent à structurer les paysages militants. Quand les années 1980 apportent le tassement industriel, la montée du chômage et le désenchantement de la gauche, les militants cherchent à préserver. Avec ses objectifs ponctuels, l'associatif reprend du poids.

*

23Au-delà de ces hypothèses de périodisation, l'engagement social de catholiques porte la marque d'une époque : il interpelle avec une force d'évidence les générations qui arrivent à l'âge adulte de la Libération au milieu des années 1970. Les générations de la crise, ensuite, se frayent plus difficilement et plus rarement un chemin vers des engagements sociaux. La relève militante devient une question. Avec ses spécificités, la mouvance catholique rejoint d'autres courants d'engagement.

Notes

1 Beaud S. et Pialoux M., Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines de Peugeot-Sochaux, Paris, Fayard, 1999 ; Hatzfeld N., Les gens d'usine. Peugeot-Sochaux, 50 ans d'histoire, Paris, éditions de L'Atelier, 2002.

2 Les interlocuteurs revendiquent plutôt leur qualité de chrétiens. Par ailleurs, les protestants ont des engagements tout aussi réels. Le choix du mot « catholiques » est donc strictement une affaire de sources.

3 Cette étude s'appuie principalement sur une série d'entretiens, à quoi s'ajoutent des documents d'archives privées. Je remercie ces interlocuteurs, liés par un réseau implicite : Henri Desloges ainsi que Michel Burteau, Ginette et Robert Chère, Jean Domon, Annette Desloges, Bernard Landry, Pierre Petitcolin, Jean-Marie Philippe, Paul et Christiane Rossetti. Certains ayant souhaité ne pas être cités nommément, les citations ne seront pas attribuées. Ces entretiens sont éclairés par de plus anciens, notamment avec Jean-Paul et Marguerite Gitta, Gilbert et Monique Marion, Georges Minazzi.

4 Duriez B. et alii, Chrétiens et ouvriers en France 1937-1970, Paris, Éditions de l'Atelier, 2001 ; Mouriaux R., Les syndicats dans la société Française, Paris, Presses de la Fondation nationale de science politique, 1983.

5 Minazzi G., En marche, trente ans de lutte à Peugeot-Sochaux. L'itinéraire d'un militant, Paris, Syros, 1978, p. 25-38.

6 Noiriel G., Les ouvriers dans la société française, xixe-xxe siècles, Paris, Le Seuil, 1986 ; Hatzfeld N« Georges Pompidou et le monde ouvrier : une conversation brouillée ? », in Beltran A. et Le Beguec G. (dir.), Action et pensée sociales chez Georges Pompidou, Paris, PUF, 2004, p. 301-317.

7 Chauviere M. (dir.), Une communauté brisée. Regards croisés sur la scission MLP-MLO de 1951, Les Cahiers du GRMF, n° 9, Lille, 1995.

8 Minazzi g., En marche,..., op. cit., p. 11-12 et 31-34.

9 Le MFAC est créé le 7 février 1959 à l'initiative d'une quarantaine de jeunes « électeurs et électrices de Montbéliard », désirant participer à la vie de la cité en s'inspirant de l'idéal démocratique. Archives privées Jean Domon.

10 Hatzfeld H., Faire de la politique autrement. Les expériences inachevées des années 1970, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005, p. 83-106.

11 Depuis les années cinquante, les cadres disposent en effet d'une représentation au sein du syndicat ouvrier, à côté de leur structure spécifique.

12 Tixier P.-E., Mutation ou déclin du syndicalisme ? Le cas de la CFDT, Paris, PUF, 1992.

13 Dans ces organismes associés dans « l'ensemblier DéFI », plusieurs centaines de personnes s'emploient à l'exécution de travaux de bâtiment ou d'entretien, à un travail temporaire d'insertion, à la rénovation d'appareils électroménagers, à la production de légumes biologiques, etc. Archives personnelles de Bernard Landry.

14 Pelletier D., « Trois moments de l'histoire de l'ACO », Cahiers de l'Atelier, « L'Action catholique ouvrière », n° 495, janvier-mars 2002, p. 60.

15 Père Duval, concert public, enregistrement non daté (1960 ou avant). Archives privées de Jean- Marie Philippe.

16 Pelletier D., « Trois moments... », art. cit., p. 65-67.

17 Peu après, un nouveau diocèse est créé dans l'aire de Belfort- Montbéliard, lequel rétablit les activités de l'ACO et de la Mission ouvrière.

18 Puel H., Économie et humanisme dans le mouvement de la modernité. Éditions du Cerf, 2004.

19 Barthélémy M., « L'évolution de l'engagement associatif », Cahiers de l'Atelier, « L'Action catholique ouvrière », n° 495, janvier-mars 2002, p. 50 ; Rosanvallon P., Le modèle politique français : la société civile contre le jacobinisme de 1789 à nos jours, Paris, Le Seuil, 2004.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search