Version classiqueVersion mobile

Syndicats et associations

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Françoise Tétard

Troisième partie. Écosystèmes syndicaux et complémentarité

La famille lexicale association dans les résolutions des congrès confédéraux

Josette Lefèvre

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Josette Lefèvre

  • 1 Hetzel A.-M., Lefèvre J., Mouriaux R., Tournier M., Le syndicalisme à mots découverts, Dictionnair (...)

2Il n'y a pas d'entrée association dans le « Dictionnaire syndical1 » : le terme ne fait pas partie des mots majeurs du lexique syndical. Mouvement syndical et mouvement associatif, deux mondes parallèles qui s'ignorent voire se croisent parfois, ou univers indissolublement complémentaires ? Qu'en disent les syndicats dans leurs résolutions de congrès ?

  • 2 Le corpus TOUSYN est constitué de toutes les résolutions votées en congrès confédéraux par les qua (...)

3Dans ce corpus de résolutions de congrès confédéraux2, la famille étymologique construite à partir du radical assoc n'est que de peu de poids fréquen- tiel par rapport à celle construite à partir du radical syndic.

  • 3 Pour cette étude le corpus TOUSYN réunit les sous-corpus suivants : la CFDT de 1970 à 2002, soit 1 (...)

Tableau TOUSYN3 1970-2004

Tableau TOUSYN3 1970-2004

4Avec 137 occurrences, le substantif pluriel associations occupe le 888e rang de l'index des fréquences, le singulier association (103 occurrences) et l'adjectif avec ses déclinaisons, associatif {47 occurrences), associative (30 occurrences), associatives (12 occurrences) et associatifs (6 occurrences), descendent encore plus bas, quand les formes syndicale (73e rang avec 1 444 occurrences), syndicales (1 032 occurrences), syndicalisme (807 occurrences), syndicats (762 occurrences), syndical(555 occurrences), syndicat (429 occurrences) et syndicaux (306 occurrences) se situent bien plus haut dans l'index lexicométrique.

  • 4 Les sous-corpus confédéraux par centrale étant de taille très différente (le sous-corpus CGT est a (...)

5La comparaison interconfédérale4 indique que, s'il n'y a pas d'opposition tranchée entre les confédérations, c'est la CFTC qui mobilise relativement le plus cette famille de mots (avec notamment un indice de spécificité positive de +5 pour associations), mais c'est à la CGT, dont les textes sont les plus longs, que l'on relève le plus d'attestations. Le programme des spécificités appliqué au corpus total divisé en décennies met en évidence un suremploi du terme dans les années quatre-vingt.

6Le phénomène est confirmé par les analyses menées sur le corpus de chaque confédération partitionné par année de congrès.

Analyses intraconfédérales

  • 5 Deux chiffres sont donnés pour la forme association : le premier correspond au nombre d'occurrence (...)

Tableau5 CFDT 1970-2002

Tableau5 CFDT 1970-2002

7Peu attestée à la CFDT jusqu'au congrès de 1985, la forme associations est mobilisée dans la période 1985-1998 avec une pointe d'emploi en 1988 (pourtant un petit congrès par la taille), l'adjectif, dont le premier emploi date de 1985, se substitue au substantif en 2002.

Tableau CFTC 1971-2002

Tableau CFTC 1971-2002

8À la CFTC, c'est aux congrès de 1981, 1984, 1987 et 1990 que la forme associations connaît ses plus forts emplois. Cependant, seules 12 occurrences sur les 36 que compte la forme au singulier relèvent de notre sujet. Recensé dès 1977, l'adjectif est surtout mobilisé aux congrès de 1990, 1999 et 2002. Là encore, on note l'absence du substantif en 2002.

Tableau CGT 1972-2003

Tableau CGT 1972-2003
  • 6 Les congrès de 1982, 1985 et 1989 sont beaucoup plus volumineux que les autres, ainsi celui de 198 (...)

9Bien que statistiquement6 d'emploi régulier sur la période, la montée de l'usage de la forme associations dans la décennie 1980 s'expose là aussi. C'est au féminin singulier que l'adjectif est d'abord employé en 1978. S'il voit son usage multiplié dans les deux congrès suivants, il est moins attesté par la suite, à l'inverse des trois autres centrales, et absent du congrès de 2003.

Tableau CGT-FO 1971-2004

Tableau CGT-FO 1971-2004

10Force Ouvrière ne participe pas du mouvement à la hausse des années quatre-vingt ; elle se singularise par un renforcement de l'emploi de cette famille lexicale lors de ses deux derniers congrès. On remarque un usage conséquent de l'adjectif (associatif compte 14 occurrences) et une équivalence dans l'emploi des formes du substantif (19 contre 18). Toutefois, elle n'use que de quatre formes contre six pour les trois autres confédérations.

11Ces variations permettent d'esquisser trois périodes : un emploi faible jusqu'au début des années quatre-vingt, un moment fort entre 1985 et 1995 suivi d'un temps de reflux, excepté à Force Ouvrière qui suit un rythme propre. Une étude contextuelle fine des six formes répertoriées avec un recensement des principales lexies permettra d'approfondir et de préciser le sens de ces ajustements discursifs.

Le corpus CFDT

12Des six occurrences du substantif singulier association, quatre concernent notre champ d'étude. Trois s'inscrivent dans la lexie droit d'association : de revendication pour les travailleurs immigrés en 1973, c'est une conquête qui s'affiche en 1985.

13Peu fréquent, l'adjectif n'est répertorié qu'à partir de 1985, il s'inscrit dans les lexies : vie associative (1985), activités associatives (2002), mouvement associatif ( 1995), monde associatif (2002), partenaires associatif ( 1988, 1998), acteurs associatifs (2002). Lexies qui, dans le sillage d'associations, accompagnent le discours confédéral sur la nécessité pour le syndicalisme de construire des coopérations avec d'autres forces sociales.

14La première attestation d'associations se situe en 1973 : elle concerne les travailleurs immigrés, la seconde se lit en 1982 : elle traite des services que le syndicalisme doit rendre aux adhérents. Son emploi présente un profil ascendant entre 1985 et 1998, mais la forme est absente des textes de résolutions du dernier congrès de la confédération en 2002.

15En 1985, la question du champ d'intervention syndicale est posée, la CFDT affirme sa volonté de « travailler avec d'autres partenaires sur des bases ou des contrats clairs », elle entend développer des relations de travail avec « les associations, mutuelles, organismes de recherche, mouvements ». La CFDT souligne aussi que la « disponibilité nouvelle en temps des retraités est une richesse pour la vie associative et le syndicalisme ».

16Cette thématique est reprise et développée au congrès suivant dans un paragraphe intitulé « Agir avec d'autres » :

« La CFDT ne saurait se suffire à elle-même. C'est dans l'ouverture aux autres qu'elle affine sa connaissance des réalités et crée les conditions d'une meilleure efficacité. La CFDT coopère avec diverses forces sociales, mouvements de pensée, associations, sur des objectifs communs dans le respect des spécificités de chacun.
Conformément à son option unitaire, et malgré les difficultés rencontrées sur le terrain, la CFDT agit pour un rapprochement intersyndical sur des objectifs communs. Cette démarche doit permettre de dépasser peu à peu les préventions nées de traditions et de cultures différentes, et de surmonter l'émiettement et la faiblesse du syndicalisme français qui limitent les possibilités de faire avancer les revendications et les changements sociaux nécessaires. » (CFDT 1988.)

17Afin de construire le nouveau syndicalisme de proximité qu'elle souhaite, d'être à même de « mener une action interprofessionnelle de terrain », la CFDT préconise d'établir des coopérations avec « les partenaires associatifs, institutionnels et syndicaux et les élus locaux ».

18Les formes spécifiques en hausse des textes du Congrès de 1992, exclusion(s), exclus, précarité, placent l'action syndicale en priorité sur le terrain de la lutte contre l'exclusion sociale, lutte qui doit se mener tout autant pour l'emploi que pour celui des droits sociaux fondamentaux. La CFDT, estimant la « cohésion sociale « menacée, renouvelle ses appels de coopérations et de partenariats multiples : État, collectivités locales, associations, comités d'entreprise...

« Les associations d'insertion des chômeurs jouent un rôle positif. Elles doivent devenir de véritables partenaires des syndicats et des pouvoirspublics. La CFDT procédera, en son sein, à l'analyse et au développement des expériences d'accueil et d'expression des chômeurs.
Notre action en faveur de l'emploi, de l'insertion, de la formation et de l'habitat participe à la lutte contre les exclusions. L'ampleur de celles-ci, leurs causes multiples imposent des initiatives nombreuses et diversifiées. En lien avec d'autres acteurs, la CFDT agit pour contribuer à l'intégration économique et sociale de tous pour résorber les handicaps de toute nature dont l'enchaînement produit l'exclusion. » (CFDT 1992.)

19Face à la persistance d'un chômage de masse, la priorité du congrès de 1995 demeure l'insertion des jeunes dans l'emploi et la société. La CFDT soutient le développement des activités d'insertion par l'économique menées par « les associations intermédiaires, les entreprises d'insertion et les régies de quartier ». De fait, la Confédération incite ses équipes à soutenir toutes les structures « associations, entreprises ou autres » qui contribuent au développement de « nouvelles activités », emplois de proximité aux personnes, aux collectivités et autres organismes.

20Et parce que « la lutte contre l'exclusion demande un engagement d'ensemble des forces sociales », elle se déclare « ouverte aux autres organisations syndicales, aux mouvements associatif, coopératif et mutualiste ».

21Pour aller dans ce sens, les militants sont invités à « gérer de manière encore plus solidaire les CE et les structures similaires afin d'établir plus de liens entre les salariés et les chômeurs, de diminuer les disparités entre les travailleurs, de créer ou de faciliter l'emploi ». (CFDT 1995).

22Par ailleurs, la CFDT engage les CE « à mobiliser une partie de leur trésorerie ainsi qu'à orienter les fonds de participation des salariés en direction du fonds commun de placement insertion formation, récemment créé dans le cadre d'une convention signée par la CFDT et la Fondation France Active. » (CFDT 1995).

  • 7 Organisation non gouvernementale (ONG).

23Tout en affirmant son autonomie à l'égard de « tous partis ou associations », la CFDT rappelle, en 1998, son objectif de « développer les solidarités entre les chômeurs et les salariés » par la mise en oeuvre d'« un partenariat intégrant l'action avec des associations intervenant sur les champs du chômage, de l'exclusion et de l'insertion sociale dès lors qu'il y a convergence sur le diagnostic et les réponses à apporter ». Enfin, dans le cadre de la « mondialisation des échanges », la CFDT entend agir avec « le mouvement syndical international et en alliance avec les ONG7 de développement et les associations de consommateurs, comme c'est le cas à travers sa participation au collectif "Libère tes fringues" et à la campagne mondiale contre le travail des enfants ».

24La CFDT se prononce pour un syndicalisme « acteur du changement et facteur de démocratie » :

«... en alliance avec d'autres partenaires associatifs, renforcer le syndicalisme démocratique comme ferment et accélérateur de la vie démocratique dans le monde. » (CFDT 1998.)

25Un texte du Congrès de 2002 vient compléter le propos en soulignant que grâce à la réduction de la durée du travail d'« autres temps sociaux ont été libérés » comme les « activités domestiques, militantes ou associatives, loisirs, temps familiaux ».

26Les deux dernières occurrences donnent la mesure de l'évolution que le syndicalisme cédétiste entend conduire en proposant l'insertion du monde associatif dans la gestion de la Sécurité Sociale :

« Le mouvement mutualiste et une partie du monde associatif sont déjà représentés dans les conseils d'administration des caisses de Sécurité sociale. D'autres acteurs associatifs souhaitent être consultés sur leurs propositions et être associés aux évaluations des actions conduites. À cet effet, la CFDT proposera la création d'instances consultatives. » (CFDT 2002.)

27Poursuivant l'adaptation de son syndicalisme (la forme syndicalisme présente de forts suremplois aux congrès de 1988, 1992 et 1998 forgeant les lexies : syndicalisme confédéré, syndicalisme acteur de la démocratie, syndicalisme de transformations sociales négociées), la CFDT recherche des coopérations avec d'autres partenaires, dont les acteurs associatifs, partageant sa conception de la transformation sociale.

Le corpus CFTC

28Peu attesté au début des années soixante-dix, le terme concerne essentiellement la défense des intérêts des travailleurs/consommateurs. Dans une « économie de marché dominée par les producteurs et les distributeurs », la CFTC entreprend d'organiser les travailleurs dans des associations pour en faire des partenaires économiques à part entière.

29Le substantif singulier ne forge que deux lexies : liberté d'association et association Loi 1901. La CFTC réclame la mise à l'étude d'un statut du bénévolat pour le secteur associatif tourisme, loisirs, centres aérés, foyers du 3e âge », etc.) dont le pluralisme doit être respecté.

30Dès la fin des années soixante-dix, les usages du substantif et de l'adjectif affichent clairement l'objectif de la centrale qui est de favoriser la concertation avec les associations d'inspiration sociale chrétienne (« proches de notre doctrine ») :

« La CFTC développera également une stratégie d'ouverture à l'égard des mouvements et associations qui partagent avec elle la référence sociale- chrétienne et les préoccupations sociales. Elle juge nécessaire de renforcer le réseau relationnel de ces mouvements dans le respect des attributions de chacun pour accroître l'influence des principes sociaux chrétiens sur la conduite des affaires sociales. » (CFTC 1993.)

31Qu'il s'agisse des associations de consommateurs, du secteur associatif en matière de tourisme social (nos associations de tourisme social, tourisme associatif), de la vie associative locale, des associations familiales, des associations de jeunes (« intensifier les rencontres entre jeunes syndicalistes chrétiens d'Europe »), des associations de défense des « travailleurs étrangers dans notre pays », des associations scolaires, elle conçoit le dessein que « les associations proches de [ses] convictions mais oeuvrant dans d'autres domaines que le syndicalisme deviennent de bons relais d'opinion pour la CFTC. »

32Au-delà des missions traditionnelles du syndicalisme, la CFTC entend participer « en partenariat avec les mouvements associatifs » aux actions de « réinsertion par l'écoute, l'information, l'entraide ». À partir de 1996, la centrale chrétienne appelle ses militants à renforcer les relations avec les associations de solidarité qui jouent un rôle décisif dans la lutte contre l'exclusion, et agissent pour « le maintien du lien social » et la création d'emplois d'insertion.

33L'emploi régulier, entre 1979 et 2002, de la lexie vie associative montre l'importance que la CFTC attache à cette activité socialisante. Les expressions activité(s) associative(s) et engagement associatif sont aussi utilisées.

34La substantivation de l'adjectif renforce encore le propos :

« L'investissement social doit s'ouvrir davantage aux activités dont la rentabilité et l'impact sur la société portent sur le long terme (les responsabilités familiales, l'enseignement, l'éducation et la formation, mais aussi la défense de l'environnement, le culturel et l'associatif). La pleine reconnaissance économique de ces activités est un choix lourd, mais permettrait de prendre en compte tous les aspects du développement humain au sein de la société, c'est-à-dire d'inventer une "écologie humaine du libre marché" qui réconcilierait le marché libre et les finalités humaines dans leur long terme. » (CFTC 1999.)

35La CFTC se prononce pour la reconnaissance des « activités non salariées d'utilité collective », pour la création d'un « statut du travailleur » afin de permettre aux « personnes de se construire leur propre parcours où peuvent alterner différentes séquences de temps de vie » comme les activités parentales, associatives ou syndicales. (CFTC 2002).

36L'analyse des spécificités révèle un emploi en forte hausse pour la forme syndicalisme au congrès de 1999, (les lexies syndicalisme d'inspiration (sociale) chrétienne, syndicalisme de construction sociale, syndicalisme de proximité, syndicalisme confédéré, syndicalisme de négociation, syndicalisme de responsabilité sont opposées à syndicalisme de contestation), quand l'usage renforcédes formes adjectives appelle au réveil du réseau associatif chrétien.

Le corpus CGT

37Avec 37 occurrences, la forme association est attestée dans chacun des congrès confédéraux tenus entre 1972 et 2003, seules cinq occurrences ne concernent pas la thématique.

38De 1972 à 1989, la lexie droit d'association accompagne le discours revendicatif de la CGT pour un élargissement des libertés dans une démocratie politique nouvelle, la lexie s'insère généralement dans une suite revendicative plus large :

  • « [...]
  • la garantie du droit de grève, de manifestation et de réunion ;
  • la garantie du droit d'association et pour les partis et groupements politiques, la garantie de pouvoir se former librement et de déployer leur activité dans le respect de la légalité ;
  • la liberté de la presse et un droit à l'information assurant notamment l'attribution d'un temps d'antenne régulier aux grandes centrales syndicales ;
  • le renforcement de la protection des libertés individuelles et des droits du citoyen [...]. » (CGT 1972.)

39D'autres expressions coexistent : « Liberté d'opinion, d'expression, d'association, droit de manifestation, droit de réunion, droit de recevoir et communiquer des informations ou des idées... » (CGT, 1978, 1985, 1989). Sous le titre « Libertés collectives et individuelles », c'est une exigence formulée pour le jeune soldat appelé jusqu'en 1985 : la CGT réclame un « statut démocratique » assurant le droit d'association, le droit d'expression, le droit d'information ainsi que le « respect de la dignité » ; c'est une revendication spécifique aux travailleurs immigrés réitérée sans relâche jusqu'au congrès de 1978 :

« Garantie des libertés individuelles et collectives des travailleurs immigrés, de leur dignité, de leurs droits d'expression, d'association et de leurs droits politiques. » (CGT 1975.)

40Enfin, parce que « la liberté d'association sous toutes ses formes constitue un droit fondamental, constitutionnel et inaliénable », droit qui pour être effectif doit obtenir les moyens d'exister, la CGT, s'exprimant à l'occasion de la modernisation de la Loi de 1901, attire l'attention du législateur pour :

« [...] préserver l'acquis fondamental de la liberté d'association, assurer à chacune d'elles, sans discrimination, l'attribution possible d'aides et subventions de l'État et de collectivités territoriales dans le respect de leur fonctionnement démocratique. » (CGT 1982.)

41En conséquence, pendant toute cette période, les demandes d'aides et de subventions aux Pouvoirs publics sont systématiques et régulières ; en contrepartie des mises en garde sont faites quant au détournement possible des missions de certaines associations, comme en particulier l'Association pour la formation professionnelle des adultes (AFPA) :

« Il ne peut être question de confondre la liberté d'association avec toute politique tendant à favoriser le développement d'associations comme instrument de précarisation de l'emploi et d'attaques contre les garanties collectives et le Service Public, à décharger le gouvernement et les collectivités territoriales des missions de services publics, à favoriser de nouvelles formes du financement public en direction du service privé et à amoindrir encore le contrôle démocratique sur des activités et des fonds qui relèvent de la collectivité. » (CGT 1985.)

  • 8 Agence pour l'emploi des cadres (APEC), Association pour l'emploi des cadres, ingénieurs et techni (...)

42Pour le reste de ses occurrences, association se découvre dans les noms qui donnent lieu à siglaison car connus des militants de la Confédération : APEC, APECITA, ARRCO, AGIRC, ANCAV, INDECOSA8...

43La forme adjectivale au féminin apparaît en 1978 dans vie associative (14 occurrences sur 17), lexie attestée jusqu'en 1995. Le pluriel qualifie 4 fois activités en 1982 et 1985 et nouvelles formes et composantes en 1999. La forme se découvre au masculin de 1982 à 1995 le plus souvent dans mouvement associatif ( 12 fois au singulier et 1 fois au pluriel en 1989) et deux fois dans secteur associatif.

  • 9 Taxe sur la valeur ajoutée (TVA).

44Comptée 57 fois, la forme associations compose jusqu'en 1982 les lexies : associations démocratiques, culturelles, sportives, de tourisme, associations à but non lucratif Lexies qui, de congrès en congrès, se repèrent dans des contextes d'emploi semblables : appels à la mobilisation syndicale aux côtés des associations populaires laïques pour obtenir des subventions de la part des Pouvoirs publics, une TVA9 au taux zéro ou bien encore des prêts à faible taux d'intérêt, en particulier pour favoriser le développement du tourisme social.

« La CGT appuie l'activité des associations démocratiques culturelles sportives et de tourisme, des organisations d'éducation populaire et de jeunesse et appelle les organisations confédérées et leurs élus dans les CE et équivalents à renforcer leur coopération avec elles. » (CGT 1975.)

45Dès 1978, le Congrès vote la proposition d'associer les usagers des services publics au contrôle et au fonctionnement du service public à travers leurs associations, mais il faut attendre 1985 pour voir s'inscrire l'expression associations d'usagers dans les résolutions.

46Et, parce que toutes les associations ne se valent pas, des craintes se font jour sur les risques de détournements manifestes de fonctions, la CGT s'en prend notamment aux « associations ou officines de gestion de main-d'œuvre, associations intermédiaires » dont elle demande le contrôle voire la suppression :

« Certaines associations ont pris des responsabilités dans l'organisation et la gestion de services au public. C'est une réalité, résultat de la carence des pouvoirs politiques précédents, incapables ou refusant de satisfaire les besoins. Un contrôle doit être exercé sur ces associations afin que les principes qui guident le service public président à leur activité. » (CGT 1982.)

47Favorable au développement de l'économie sociale à travers coopératives, mutuelles et associations, la CGT mobilise ses troupes pour qu'elles s'investissent davantage encore dans ce secteur. À cette fin, une définition de l'association, de son rôle et de son fonctionnement est délivrée :

« Comme pour chaque élément de base composant l'économie sociale, la création des associations doit reposer sur la liberté d'association, une gestion et un fonctionnement démocratiques, assurée par les adhérents, sans restriction. Elles doivent revêtir un caractère d'intérêt public, s'assurer des moyens de financement qui permettent à l'association de déployer l'activité autonome pour laquelle elle a été créée, et garantir les statuts des personnels employés, tels qu'ils ressortent des accords collectifs ainsi que les avantages acquis.
Le caractère volontaire de la vie associative, qui repose sur l'activité non rétribuée de ses membres doit aussi prendre en considération le besoin de se doter d'outils et de personnels qualifiés, professionnellement formés pour un service de haut niveau et de qualité, également moyen d'épanouissement, de liberté et de démocratie pour les travailleurs et leurs familles. » (CGT 1982.)

  • 10 Union confédérale des retraités.

48Pendant toute cette période qui va du début des années quatre-vingt jusqu'au congrès de 1992, les nombreuses lexies attestées prouvent l'intérêt que la confédération porte à ce secteur : associations de formation, associations familiales, associations des retraités (Association nationale Loisirs et Solidarité des Retraités créée par l'UCR-CGT10), associations locales, associations mutualistes, associations de prévoyance, associations de gestion de main- d'œuvre, associations patronales de formation, associations de consommateurs, associations d'usagers, associations représentatives des citoyens, associations gestionnaires, associations intermédiaires, auxquelles viennent s'ajouter associations à but non lucratif et associations de tourisme social lexies encore présentes.

49Les textes des trois derniers congrès composent un espace lexical différent. Deux occurrences d'associations pour chaque congrès, 2 occurrences d'association en 1999 et 1 en 2003, 1 pour vie associative et 2 pour mouvement associatif en 1995, 2 occurrences d'associatives en 1999. Peu d'occurrences donc, mais de longs développements sur la construction d'un « syndicalisme rassemblé ». Si l'on retire les deux références à l'association de consommateurs (INDECOSA), l'ensemble des occurrences participe de la réflexion que mène la CGT sur la tension entre « social collectif » et « social individuel », et sur la place du syndicalisme à côté d'autres formes de représentations sociales et politiques.

« Dans le champ de la vie sociale, d'autres forces concourent, chacune à sa façon, au rapport de force, à l'expression des solidarités et de la citoyenneté. C'est le cas de mouvements et partis politiques, de mouvements mutualistes. Et plus particulièrement du mouvement associatif. Qu'il s'agisse du logement, de la santé, du racisme, de l'enseignement, de la jeunesse, de l'exclusion, de la famille, de la consommation, de l'environnement, des activités culturelles ou sportives,... il n'est pas un domaine de la vie sociale qui n'ait connu une présence active des associations développées ces dernières années sur l'ensemble du territoire. Si elles sont d'une autre nature que celle d'une organisation syndicale, elles sont parties intégrantes du mouvement social. Leur apport spécifique contribue à nourrir le débat et le rassemblement sur des sujets revendicatifs précis. » (CGT 1995.)

50Il est particulièrement significatif que toutes les occurrences du terme s'inscrivent dans des contextes très positifs :

« De fait, l'extension du champ revendicatif syndical à tous les domaines de la vie, fait que les recoupements sont de plus en plus fréquents entre notre activité et celle du mouvement associatif. C'est ainsi que se concrétisent des contacts et des possibilités de travail et d'initiatives en commun. Là encore, il ne s'agit pas d'additionner les sigles, mais de contribuer à rendre le mouvement social plus fort. » (CGT 1995.)
« Surtout, cette mobilisation nous a donné l'occasion de rencontrer d'autres acteurs. Nous avons agi avec d'autres forces avec des militants organisés dans des associations. » (CGT 1999.)
« L'exercice de la citoyenneté s'en trouve affecté ou prend de nouvelles formes, notamment associatives. » (CGT 1999.)
« Les besoins de l'activité revendicative nous ont conduits, ces dernières années, à travailler avec toutes les composantes du mouvement social, notamment associatives. Cette recherche d'unité et de rassemblement ne s'oppose pas à ce qui constitue notre priorité : le rassemblement du syndicalisme. » (CGT 1999.)
« D'autre part, des associations ou des ONG ont émergé et/ou ont investi le champ social dans la dernière période. Des coopérations et desoutils communs ont été constitués dans certains domaines. Ce mouvement doit être amplifié. » (CGT 2003.)
« De nombreuses ONG et associations agissent pour le respect des droits humains et de l'environnement, pour l'annulation de la dette. Elles organisent d'importants rendez-vous mondiaux et régionaux pour qu'un « autre monde soit possible ». Les forums sociaux et mondiaux de Porto Alegre où le syndicalisme a pris une part active comme le forum social européen de Florence, ont amorcé des rencontres et un dialogue nouveau entre les syndicats et toutes ces forces porteuses de préoccupations solidaires particulières. » (CGT 2003.)

51L'autonomie des associations dans le champ social et politique est mise en valeur. Présentées comme bien souvent le moteur de l'action, un rôle d'acteur à part entière leur est reconnu au sein des multiples mouvements sociaux.

52Dans le corpus CGT partitionné en congrès, la forme syndicalisme montre un fort sous-emploi de 1972 à 1989, et un fort suremploi dans les quatre derniers congrès avec un pic en 1995 (de nombreux adjectifs sont déployés pour qualifier le syndicalisme CGT : renouvelé, solidaire, combatif, lucide, inventif, confédéré, rassemblé, démocratique, unitaire, revendicatif, citoyen, syndicalisme encore appelé de lutte, pour tous, de proximité, de conquêtes). Syndicalisme et association évoluent concomitamment dans le nouvel espace lexical ouvert en 1995.

Le corpus Force Ouvrière

53Association, bien que première forme par la fréquence à être utilisée par la centrale, ne se lit dans la lexie liberté d'association qu'à partir du congrès de 1996, et toujours reliée avec négociation. Et il faut attendre le congrès de 2004 pour voir s'inscrire dans les textes la lexie droit d'association, en liaison avec la notion d'indépendance syndicale.

« Le patronat tend à vouloir de plus en plus individualiser la relation de travail (renforçant ainsi le lien de subordination), à vouloir transformer le contrat de travail en contrat d'activité précaire voire à la tâche, à lier les droits sociaux des salariés à l'entreprise où ils travaillent. Le congrès réaffirme sa détermination à redonner au contrat collectif, à la négociation à tous les niveaux, leurs vraies places dans le respect des libertés d'association et de négociation.
À la constitution ou refondation sociale le congrès oppose les objectifs indissociables de solidarité et d'égalité, leur application en matière de négociation et de paritarisme et rappelle que la revendication est moteur de l'histoire. » (FO 2000).

54Les quatre formes dont use FO sont mobilisées dans quelques domaines majeurs :

  • La formation (Association nationale pour la formation professionnelle des adultes (AFPA), Association nationale de formation hospitalière), l'éducation nationale (associations de parents d'élèves « dans lesquelles les syndicalistes doivent militer »).

    « Le Congrès rappelle que l'AFPA, instrument essentiel de la formationet du perfectionnement des adultes dans le cadre du service public, doit essentiellement transmettre des connaissances pour l'exécution d'un métier. Il réaffirme son attachement au maintien du caractère national de l'Association délivrant des diplômes reconnus au plan national. A cet effet, le Ministère du Travail doit donner les moyens matériels financiers ethumains au fonctionnement de l'AFPA. » (FO 1992.)

  • Le tourisme « en tant qu'activité d'intérêt public et social » (tourisme associatif tourisme social associatif),

    « Le Congrès exige des pouvoirs publics qu'ils soutiennent le mouvement du tourisme social et associatif, face à la concurrence de grands groupes commerciaux, en assurant le maintien des budgets consacrés aux subventions pour la réalisation ou la rénovation d'équipements, afin de permettre d'offrir à tous, à égalité, des vacances de qualité. » (FO 2000.)

  • La défense des consommateurs (Association FO Consommateurs ou AFOC) et le logement (Association Nationale pour la Participation des Employeurs à l'Effort de Construction ou ANPEEC, associations locales d'information logement). Une référence aux Associations de jeunesses syndicalistes FO est répertoriée en 1971.

55Parallèlement à ce soutien déterminé au secteur associatif à but non lucratif dans le cadre d'un syndicalisme qui doit rendre service à ses adhérents, FO développe une argumentation critique quant aux rôles joués par un nombre de plus en plus grand d'associations. Il est remarquable qu'à partir de 1992, toutes les occurrences de la forme associations s'insèrent dans des contextes négatifs (multiples associations à caractère confessionnel ou caritatif ; élargir le champ des interlocuteurs sociaux à des organismes qui n'en relèvent pas (du type associations) ; privatisation de ce secteur, par le biais d'associations subventionnées ; etc.).

56Aussi, c'est par la reprise de la référence au droit d'association que la confédération va réaffirmer ses positions quant à la nature du syndicalisme qu'elle entend poursuivre :

« Si le congrès rappelle que le syndicalisme libre indépendant ne saurait exister que dans un état démocratique garantissant l'exercice des libertés individuelles et politiques, s'il rappelle que la pluralité des partis politiques est une condition de l'exercice de la démocratie politique, s'il rappelle que le droit d'association doit être respecté, il rappelle également que le mouvement syndical confédéré français entend exercer en tout lieu et en tout temps, sa libre détermination. La confédération Force Ouvrière entend par là préserver sa liberté d'analyse et donc sa liberté de comportement, contradictoire par nature à son intégration dans des mécanismes de cogestion, colégislation ou codécision ou à son institutionnalisation. Cela signifie par ailleurs que la Confédération Force Ouvrière, ne saurait accepter que la responsabilité des syndicats dans la défense des intérêts particuliers des salariés soit contournée au profit de la société dite "civile", par nature fluctuante et donc dangereuse pour la démocratie politique.
Le congrès rappelle que seule l'indépendance syndicale permet de regrouper tous les salariés quelles que soient leurs opinions politiques, philosophiques, associatives ou religieuses. » (FO 2004.)

57La forme syndicalisme montre deux suremplois. Le premier en 1971, lorsque la Confédération traite du rapport entre démocratie et syndicalisme, le second en 1992 lorsqu'elle revient sur les « principes fondamentaux du syndicalisme authentique qu'est le syndicalisme confédéré ».

*

58Alors que Force Ouvrière entend rester « fidèle » à sa conception du « syndicalisme libre et indépendant », les trois autres centrales prônent le partenariat du syndicalisme avec les acteurs associatifs, certes pour se renforcer à travers des valeurs partagées, mais aussi, et c'est un phénomène nouveau et récent, pour construire plus loin et autre chose qu'autour du seul syndicalisme, rassemblé ou pas, et c'est la CGT qui s'avance le plus profondément dans cette voie quand elle dit : « Après tout, le syndicalisme n'est pas autre chose qu'une association dotée de prérogatives particulières. » (Le Peuple, n°1611.)

Notes

1 Hetzel A.-M., Lefèvre J., Mouriaux R., Tournier M., Le syndicalisme à mots découverts, Dictionnaire des fréquences (1971-1990), Paris, Syllepse, 1998.

2 Le corpus TOUSYN est constitué de toutes les résolutions votées en congrès confédéraux par les quatre organisations syndicales françaises ouvrières représentatives, interprofessionnelles et intercatégorielles, que sont la Confédération française démocratique du travail (CFDT), la Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC), la Confédération générale du travail (CGT) et la Confédération générale du travail Force Ouvrière (CGT-FO), entre 1970 et 2004, soit 1 057393 occurrences réparties sur 19479 formes.

3 Pour cette étude le corpus TOUSYN réunit les sous-corpus suivants : la CFDT de 1970 à 2002, soit 11 congrès, la CFTC de 1971 à 2002 soit 12 congrès, la CGT de 1972 à 2003 soit 10 congrès, Force Ouvrière de 1971 à 2004 soit 10 congrès.
Deux chiffres sont donnés pour la forme association : le premier correspond au nombre d'occurrences retenues pour cette étude suite à un examen contextuel, le second, figurant entre des parenthèses, donne le nombre total des occurrences recensées.

4 Les sous-corpus confédéraux par centrale étant de taille très différente (le sous-corpus CGT est aussi gros que les trois autres réunis), la comparaison interconfédérale est rendue possible par l'utilisation du « programme des spécificités » du logiciel « Lexico2 » élaboré par André Salem (Syled, Sorbonne Nouvelle, Paris 3), soumis au calcul des probabilités, un jugement, qui prend en compte la taille de chaque partie du corpus, est émis sur la sous-fréquence de chaque forme dans chaque texte du corpus en fonction de la probabilité afférant à cette sous-fréquence.

5 Deux chiffres sont donnés pour la forme association : le premier correspond au nombre d'occurrences retenues pour cette étude suite à un examen contextuel, le second, figurant entre des parenthèses, donne le nombre total des occurrences recensées. Exemple : dans le texte « CFDT 1998 », aucune des deux occurrences d'association relevée dans les syntagmes suivants « association des partenaires sociaux aux débats », « association des organisations et des syndicats à l'élaboration des positions confédérales », n'a été retenue.

6 Les congrès de 1982, 1985 et 1989 sont beaucoup plus volumineux que les autres, ainsi celui de 1985 totalise 114 365 occurrences quand celui de Strasbourg en compte 20 396.

7 Organisation non gouvernementale (ONG).

8 Agence pour l'emploi des cadres (APEC), Association pour l'emploi des cadres, ingénieurs et techniciens de l'agriculture (APECITA), Association des régimes de retraites complémentaires (ARRCO), Association générale des institutions de retraite des cadres (AGIRC), Association nationale de coordination des activités de vacances (ANCAV), Association de consommateurs de la CGT (INDECOSA).

9 Taxe sur la valeur ajoutée (TVA).

10 Union confédérale des retraités.

Table des illustrations

Titre Tableau TOUSYN3 1970-2004
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25355/img-1.png
Fichier image/png, 168k
Titre Tableau5 CFDT 1970-2002
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25355/img-2.png
Fichier image/png, 245k
Titre Tableau CFTC 1971-2002
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25355/img-3.png
Fichier image/png, 305k
Titre Tableau CGT 1972-2003
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25355/img-4.png
Fichier image/png, 243k
Titre Tableau CGT-FO 1971-2004
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25355/img-5.png
Fichier image/png, 204k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search