Versión clásicaVersión móvil

Syndicats et associations

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Françoise Tétard

Troisième partie. Écosystèmes syndicaux et complémentarité

La Fédération générale des retraités des chemins de fer 1917-2004

Pierre Guillaume

Entradas de índice

Índice geográfico :

France

Texto completo

1Pierre Guillaume

2La Caisse de Prévoyance et de Retraite de la SNCF est gérée par un Conseil d'administration, pour la Caisse de prévoyance, par un Comité de gérance pour la Caisse de retraite. Ces deux instances sont paritaires et, au sein de la représentation du personnel, siègent, aux côtés des délégués des centrales syndicales ceux de la Fédération générale des retraités des chemins de fer.

  • 1 Les dates des documents consultés sont données dans le texte.

3La présente étude a été réalisée, pour la période postérieure à 1938, à partir du dépouillement des procès-verbaux du Conseil d'administration et du Comité de gérance de la Caisse de prévoyance des retraites (CPR) conservés à son siège à Marseille et, pour l'ensemble de l'histoire de la Fédération, par celui de son bulletin, devenu « magazine », Le Cheminot retraité1.

L'organisation de la Fédération

4C'est « un petit nombre de retraités » qui, le 25 novembre 1917, se réunit pour créer une association loi 1901, fédérant des sociétés de pensionnés qui, depuis 1907, s'étaient constituées dans le cadre des différents réseaux. Les statuts, déposés le 7 décembre 1917, disaient l'intention « de défendre tous les intérêts des retraités des chemins de fer, sans distinction de réseaux ou compagnies », avec pour objectif immédiat, d'obtenir « une indemnité uniforme de vie chère ».

5Le nombre des membres de la Fédération est assez flou. Il s'agit de ceux qui sont représentés lors des congrès. En décembre 1920, les délégués réunis à la mairie du 9e arrondissement sont porteurs de 11815 mandats. On en compte 15 000 en 1921, mais 12 206 seulement l'année suivante. Dans les années trente, les chiffres avancés sont proches de 60 000. En 1952 et 1953, ils dépassent les 200 000. Au cours des années suivantes c'est le nombre des délégués présents au congrès fédéral qui est donné, plutôt que celui des affiliés.

6Cette imprécision découle de la nature même des structures de la Fédération qui n'est qu'un lien entre des unions soit locales, soit régionales. La nature même de ce lien est imprécise et variable. Ainsi y a-t-il parfois des regroupements régionaux dont le bureau de la Fédération prend acte, sans être à l'origine de leur formation. Il en est ainsi à Bordeaux en mai 1921, dans le Nord et dans le Midi en octobre 1921 ou encore à Lyon en octobre 1923. Souvent, la Fédération se félicite d'initiatives dans lesquelles elle veut voir des preuves de dynamisme, mais parfois les rapports sont conflictuels. En octobre 1925 des groupes de Paris-Nord, accusés d'avoir voulu noyauter l'assemblée générale, sont exclus de la Fédération. En 1932 il y a conflit ouvert entre l'Union-Nord et la Fédération et, en mars 1935, c'est la CGTU qui, en créant en son sein une section fédérale nationale des retraités, conteste le rôle que s'est donné depuis vingt ans la Fédération.

7Initialement la composition du bureau de la Fédération traduit une volonté de faire une place équitable aux représentants des divers réseaux encore gérés par des compagnies autonomes, mais avec une domination très nette des hommes du Nord et de l'Est. L'Est donne le président, le trésorier et le secrétaire général, le Nord deux vice présidents, le trésorier et le secrétaire général adjoints. Parmi les simples membres du bureau, on compte un autre représentant du Nord, deux de l'Est, cinq du PLM, quatre du Paris-Orléans, trois de l'État et deux du Midi. Le premier président Feschotte, qui devait mourir peu après, cède la place, en 1922 à Georges Rosset, homme du réseau du Nord qui personnalise l'exercice du pouvoir au point, qu'en 1936, ses adversaires parlent de la « Fédération Rosset » et c'est son vice-président et disciple fidèle, Marius Quet, qui lui succède en 1938 et reprend la présidence en 1945.

8Dès 1920, la Fédération a cherché à s'intégrer dans un réseau plus large en adhérant à l'Union syndicale des Pensionnés civils et militaires de France et des colonies qui, elle-même, réunit une Union générale des retraités, un Syndicat national des retraités et une Fédération des retraités de l'enseignement secondaire. Le silence du Cheminot retraité incite à penser que ce rapprochement n'eut guère d'autres effets que quelques démarches communes auprès du groupe parlementaire de défense des retraités dont on relève mention en juillet 1926.

9En septembre 1934, dans le contexte de la politique déflationniste du gouvernement, la Fédération devient partie prenante d'un autre réseau qui se réunit à quatre reprises entre le 29 septembre et le 20 octobre et dont l'action contribue sans doute à ramener de 10 % à 6 % l'abattement sur les salaires mais dont, ultérieurement, l'activité n'est plus mentionnée dans Le Cheminot Retraité. Tandis que la Fédération des syndicats professionnels des cheminots, affiliée à la CFTC et la Fédération nationale des travailleurs des chemins de fer, affiliée à la CGT sont associées à ces démarches, la CGTU reste à l'écart. C'est plus par des démarches autonomes auprès des élus et du patronat que par des actions communes avec les syndicats que la Fédération des retraités entend se faire entendre. Beaucoup plus tard, en 1960, la Fédération participera encore à la création de la Confédération générale des Retraités.

10C'est avec la tentative de la CGTU de créer, en 1935, une section fédérale nationale des retraités que le contexte change. Cette section fédérale en s'en appropriant le titre, publie sa propre version du Cheminot retraité. Le deuxième numéro, de 4 pages, est diffusé en mars 1935 et ses éditoriaux sont autant d'attaques virulentes de la « fédération Rosset ». En août 1936, Quet, héritier spirituel et futur successeur de Rosset après un intermède Dillon, est dénoncé comme étant un cadre qui, par là même, n'aurait pas sa place dans la Fédération des retraités.

11En mai 1938, se tient dans la grande salle de la Maison des syndicats, 33, rue de la Grange-aux-Belles, la première conférence nationale des cheminots retraités organisée par la CGT alors réunifiée, d'où part une lettre appelant la vieille Fédération nationale à se rallier à sa cadette. On fait alors état d'une telle union déjà réalisée pour le réseau PLM

12En novembre 1945 le Cheminot retraité reparaît, avec un éditorial de Quet qui précise bien qu'il s'agit du journal de la Fédération nationale.

13En mars 1946, rendant compte de façon très elliptique, du premier congrès national de l'après-guerre, Quet fait allusion à « la fusion de juillet dernier », ce qui laisse supposer que c'est la Fédération nationale qui a absorbé la section nationale CGT ou son héritage et les rapports ainsi établis semblent des plus harmonieux puisqu'un membre du bureau national de la CGT intervient alors pour dire que « la CGT mettra sa puissance au service des retraités pour leur faire obtenir la péréquation intégrale ».

14En décembre 1950, Quet signale la création d'une fédération de retraités à la CGT sous le prétexte, dit-il, « que la Fédération est accusée d'être d'obédience gouvernementale » et en novembre 1954, on lit que « l'œuvre de division » menée par la CGT continue.

15Ainsi, menacée d'une OPA par la CGT entre 1935 et 1939, la Fédération y échappe pour s'affirmer au contraire comme la seule représentante qualifiée des retraités à la Libération, mais ce monopole lui est à nouveau contesté par les syndicats dès 1948, voire 1947, mais c'est alors la CFTC qui mène son offensive alors que la CGT semble jouer la carte de l'unité jusqu'en 1950.

16Les sources utilisées ne permettent pas de suivre année par année l'évolution des rapports de la Fédération et des syndicats et de leurs sections de retraités. Les manifestations des dernières années font entrevoir un bouleversement des rapports de force. Le 22 octobre 1998, 20 000 retraités ont manifesté dans les rues de Paris, dont 2 000 anciens cheminots. Le Cheminot retraité est heureux de constater que « la représentation de la fédération générale des retraités des chemins de fer était presque aussi importante que celle des retraités CGT », et lors de la manifestation du 16 mars 2004, l'appel à une manifestation unitaire a été signé par « la FGRCF et les unions fédérales de retraités CGT, CFDT, CFTC, UNSA cheminots ». La Fédération générale ne prétend donc plus à aucun monopole de la représentation des retraités, admet même être rentrée dans les rangs des autres organisations rivales.

17Au sein même de la Fédération, il apparaît, à la lecture des comptes rendus des congrès nationaux que ce ne sont pas les instances nationales qui sont considérées comme primordiales, mais les sections locales, elles-mêmes regroupées dans les six unions du Nord, de l'Est, de l'Ouest, du Sud-Ouest, du Sud- Est et de l'AFN-Outre-Mer. Tandis que les sections organisent des solidarités de proximité autour de banquets, de conférences ou d'excursions, les unions ont leurs congrès annuels où sont débattus des problèmes de gestion et où sont menées des réflexions tant sur l'avenir de la SNCF que sur celui du système de santé, sans exclure des aspects festifs.

18Tel est le point d'aboutissement d'une longue histoire de la Fédération générale des retraités des chemins de fer qui a toujours hésité entre action centralisée au nom de l'efficacité et tolérance décentralisatrice pour permettre à toutes les sensibilités de s'exprimer, des sensibilités fortement marquées dans un long premier temps par l'appartenance aux anciens réseaux.

Revendications, modalités d'action et doctrine de la Fédération

19La Fédération est née, en 1917 pour faire face dans l'urgence aux problèmes découlant de l'état de guerre, et notamment aux conséquences d'une inflation menaçant tout particulièrement les retraités, qui, comme les rentiers, voient leurs ressources rester nominalement constantes mais qui sont, de fait, laminées par l'érosion du franc. C'est, dans une logique toute empirique, que sont formulées les revendications dictées par les difficultés de l'heure, que sont improvisés puis organisés les moyens d'action, que sont enfin avancées des justifications pouvant passer pour idéologiques ou dénoncées comme telles par les adversaires de la Fédération.

Les revendications

  • 2 Ribeill G., Des faveurs patronales au privilège corporatif. Histoire du régime des retraites des c (...)

20Il s'agit, en priorité, de répondre à ce problème nouveau en France qu'est instabilité monétaire. Comme l'écrit Georges Ribeill2, « la loi du 25 mars 1920, relevant le taux des pensions civiles et militaires impulse le début d'une dynamique d'assimilation : il est difficile de ne pas accorder aux cheminots ce que l'État accorde à ses fonctionnaires ». La première réponse donnée aux revendications des retraités est l'octroi d'une indemnité de vie chère, égale pour tous, qui est, le 3 juin 1921, portée à 720 francs par an par un vote unanime du Sénat. Cette formule de l'indemnité de vie chère a un double avantage pour les compagnies, celui de la facilité d'application et celui de la révocabilité éventuelle, et elle ne peut donc satisfaire les retraités. Un débat parlementaire complexe, animé notamment par Gaston About, député de la Haute-Saône, aboutit aux votes des lois du 28 octobre 1921 et du 31 décembre 1921 (article 132 de la loi de finances), qui posent le principe de la péréquation des retraites alignée sur celle des salaires, mais sans mettre fin aux disparités entre réseaux.

21L'autre revendication majeure des retraités est, dès lors, la promulgation d'un statut du retraité valable pour l'ensemble des cheminots. Cette revendication est d'autant plus forte que la loi du 14 avril 1924 sur les retraites a donné une définition nouvelle de l'ensemble des pensions civiles et militaires. Elle en fixe le montant minimum à la moitié du salaire des trois dernières années d'activité. Elle fixe le montant de la retenue à 6 % du salaire. Elle prévoit le remboursement des sommes préalablement retenues à ceux qui quittent leur emploi avant l'âge de 60 ans et l'accomplissement de 30 années de service. Elle accorde aux veuves une réversion de 50 % de la pension de l'époux décédé et y ajoute 10 % pour chaque enfant de moins de 21 ans. Pour les cheminots, ce sont les dispositions des textes de 1909-1911 qui restent la référence et c'est sur cette base que le Statut du retraité est étudié pour être finalement voté. Il l'est à l'unanimité par la Chambre le 30 janvier 1928 mais n'est finalement homologué que le 25 février 1929. Tous les cheminots retraités sont désormais assujettis aux mêmes règles, notamment à celle d'une péréquation fixée par l'article 9 du chapitre ii.

22La Fédération est naturellement attentive au déroulement des débats et notamment à ceux qui aboutissent au passage, en 1934, de la capitalisation à la répartition, mais la lecture du Cheminot retraité ne suggère pas qu'elle ait eu dans ce domaine un rôle déterminant. Elle agit, comme cela a été dit précédemment, dans le cadre de la Conférence interfédérale des cheminots qui s'est réunie en septembre-octobre 1934. Sur un point cependant, la position de la Fédération est très ferme, celui de la constitution d'une caisse unique de retraite, dont la création semble devoir découler de la mise en place des assurances sociales en 1931. Cette caisse doit-elle être unique, c'est-à-dire commune à tous les réseaux, ou autonome, c'est-à-dire échappant à la gestion par les compagnies ? La Fédération rejette l'idée d'une caisse autonome car ce serait, dit-elle, « l'intrusion de parlementaires et de fonctionnaires » dans les affaires des cheminots. Le 13 mars 1932 la Chambre vote la création d'une caisse unique mais non autonome, et on lit dans Le Cheminot retraité que « la crainte que nous avions exprimée de voir des étrangers s'introduire dans la gestion de nos caisses est écartée ». Finalement, en mars 1932, Chambre et Sénat repoussent même la constitution d'une caisse unique, qui ne verra donc finalement le jour qu'en 1938. La prise de position de la fédération sur ce point dépend de sa conception des rapports qu'elle entend maintenir avec la direction des compagnies.

Les modalités d'action de la Fédération

23La Fédération privilégie sans trêve la négociation et la concertation. Dans le Cheminot retraité, les déclarations de principe sont peu nombreuses et discrètes. En novembre 1920, l'accent est mis, lors de l'élaboration des statuts, sur « l'interdiction formelle » de toute discussion politique ou religieuse, mais c'est là une clause quasi obligée pour une association loi 1901.

24En décembre 1924, on relève une déclaration proclamant « nous ne sommes ni des révolutionnaires, ni des bolcheviks à la fédération », et, en octobre 1919, après le vote du statut du retraité, Rosset, se félicitant des résultats obtenus « condamne la politique du tout ou rien et reconnaît qu'il y a avantage à accepter les avantages successivement accordés ».

  • 3 La biographie de ces élus est donnée dans Jolly J., Dictionnaire des Parlementaires français, Pari (...)

25Les interlocuteurs de la Fédération sont, d'une part les politiques, d'autre part les responsables des compagnies. Les politiques sont les ministres successifs, parmi lesquels Yves Le Trocquer, ministre des Travaux publics de 1920 à 1924, au temps de la Chambre « bleu-horizon », a une place privilégiée, et les députés et sénateurs membres du groupe parlementaire de défense des retraités. Parmi les parlementaires jouent un rôle de leader Gaston About, député de la Haute-Saône de 1919 à 1932, Pierre Bouyssou, député des Landes de 1906 à 1935, puis Jean Lassalle, également député des Landes, de 1924 à 19403. Il s'agit de centristes très modérés. Il n'est peut-être pas sans signification que les congrès de la Fédération se tiennent occasionnellement, comme en 1930, rue Cadet, au siège du Grand Orient. Quant au groupe parlementaire, il est fort, en 1920 de 81 membres et sa composition est très hétérogène. Herriot en fait partie, tout comme des hommes de droite tels Ybernegaray ou De Rothschild et plus tard De Wendel, tandis que Léon Blum et les élus communistes restent à l'écart. Le 18 novembre 1925, la Fédération organise une réunion-déjeuner à la salle Wagram ; 68 députés et 16 sénateurs y assistent et la personnalité la plus en vue, ce jour-là, est Le Trocquer.

26La Fédération s'exprime très largement dans les journaux La Lanterne, avec la plume de Victor Riou et Le rappel.

27Ce « centrisme » de la Fédération trouve sa justification dans sa volonté de représenter l'ensemble des retraités, ouvriers et agents d'exécution sans doute, mais également agents de maîtrise et cadres. Le numéro 2 de ce qui est encore le bulletin, daté du 20 octobre 1920, attire l'attention sur le sort d'une part des « retraités de classe moyenne », d'autre part des « gros retraités ».

28Ce respect proclamé des hiérarchies s'accorde bien avec la perception qu'ont les responsables de la Fédération du rôle du patronat. En novembre 1922, on relève dans le Bulletin la déclaration de principe suivante :

« Nous tenons à rappeler ici, et nous le faisons non seulement par impartialité mais aussi avec toute la reconnaissance qui leur est légitimement due, que les compagnies de chemin de fer ont été les premières parmi toutes les autres industries à créer des caisses de retraite en faveur de leur personnel et cela, bénévolement, sans qu'aucun texte ni légal, ni dans leur cahier des charges ne les y oblige. Et il faut, de plus, leur rendre cet hommage que cette attribution de pensions de retraites fut envisagée au moment même de la constitution des réseaux ».

29Le Cheminot Retraité exprime très régulièrement sa gratitude vis-à-vis du patronat. En février 1926, il est ainsi dit que « les réseaux se sont engagés à faire bénéficier leurs retraités d'une mesure analogue à celle que prendra l'État ». En septembre 1926 une nouvelle « surmajoration » des pensions est donnée comme résultant d'une décision du Comité de Direction des Grands réseaux. Lorsque se pose le problème de la constitution d'une caisse autonome, nous avons vu son rejet par la Fédération attachée à la gestion par les compagnies. Occasionnellement, la Fédération intervient pour que des sanctions prises pour faits de grève soient levées. Lorsqu'elle obtient satisfaction, comme c'est le cas, en mai 1925 pour un ouvrier tourneur des ateliers de Périgueux, elle se répand en remerciements :

« Nous avons adressé à M. Mance, directeur du PO, nos plus vifs remerciements pour la décision bienveillante qu'il a prise sur notre recommandation. »

30Ainsi, tout concourt à montrer que, jusqu'à la constitution de la SNCF, la Fédération des retraités des Chemins de Fer a largement adhéré à une logique paternaliste.

La Fédération générale des retraités des Chemins de fer de France et d'Outre-mer à la fin du xxe siècle

31La Fédération a su sauvegarder sa place parmi les institutions représentatives des cheminots, en conservant ses sièges au Conseil d'Administration de la Caisse de Prévoyance comme au Comité de Gérance de la Caisse de Retraite. Lorsqu'elle célèbre son quatre-vingtième anniversaire en 1997, elle peut se dire forte de 670 sections réparties en cinq unions, rassemblant près de 100 000 adhérents. Son journal, Le Cheminot retraité, est tiré à 100 000 exemplaires. On relève dans ses colonnes des appels à manifester, « à descendre dans la rue », qui sont des indices apparents de changements profonds de stratégie par rapport à ce qu'étaient les attitudes de la Fédération dans la première moitié du siècle. En avril 1998, Le Cheminot retraité titre « Manifestation nationale le 28 avril », en octobre de la même année, « Les cheminots retraités et les veuves dans la rue », en décembre, « Le jeudi 22 octobre 1998, manifestation des retraités », et en mars 2004 encore, « journée de mobilisation des retraités ». En contrepoint de ces appels à l'action à connotations combatives, on constate l'extrême modération des motions que la Fédération propose dans les instances de la CPR, qui vont certes dans le même sens que celles de la CGT, de FO ou de la CFDT, mais avec une tonalité beaucoup plus conciliante. On peut également relever que si les manifestations sont annoncées dans Le Cheminot retraité, les comptes rendus qui en sont faits ultérieurement sont très succincts et sont aveu que la participation de la Fédération n'a été qu'une force d'appoint aux côtés des délégations syndicales. En clair, la Fédération entend bien ne pas être absente des luttes menées en faveur de la défense du régime spécial des cheminots, mais, si elle s'y associe, elle ne prétend pas en assumer l'initiative. Ce court extrait de la déclaration de son président, lors de son quatre- vingtième anniversaire donne parfaitement le ton :

« L'action de la Fédération n'a jamais été aussi déterminée. Mais depuis près de vingt ans, nous vivons une grave crise économique (chômage, baisse du pouvoir d'achat, régression de la protection sociale) »,

32ce qui peut se dire « restons vigilants, mais en gardant la mesure et le sensdu possible dans un contexte difficile », et dont la difficulté est d'ailleurs ici quelque peu exagérée lorsqu'est évoquée une baisse du pouvoir d'achat qui est une contre-vérité.

33Une analyse, même rapide, du contenu du Cheminot retraité dit bien, par ailleurs, ce que sont les objectifs de la Fédération. Les premières pages sous les titres successifs de « en direct » ou « vie de la Fédération », sont d'information sur les problèmes de santé, sur le fonctionnement du régime spécial des cheminots vu à travers le fonctionnement de la CPR, sur les œuvres sociales de la SNCF auxquelles la Fédération a toujours été très attachée. Elle a œuvré, dans les années vingt, à la création du Refuge des Cheminots, maison de retraite inaugurée en décembre 1928 à Saint-Martin- d'Ablois près d'Épernay, elle a toujours été très attentive au fonctionnement de l'hôpital Foch à Suresnes, elle a vivement déploré son abandon par la SNCF en 1996.

34Le Cheminot retraité, ayant ainsi fait le point sur l'état des différentes formes de protection sociale dont bénéficient actifs et retraités de la SNCF et sur les menaces qui peuvent peser sur elles, consacre une large place à l'activité des sections et des unions, dans ce qu'elle peut avoir de plus quotidien, changements intervenus dans leurs bureaux, activités éducatives et festives qu'elles proposent. C'est donc toute une sociabilité SNCF qui est ainsi dévoilée et s'y ajoute, avec le Courrier des unions, des informations individualisées, avec une attention toute particulière accordée aux sociétaires les plus âgés. C'est ici la dimension « amicale » de la Fédération qui prévaut, celle-là même qui avait été dénoncée par la CGT. dans les années trente, mais qui est restée primordiale.

*

35De propos délibéré, la Fédération générale des retraités des chemins de fer de France et d'Outre-mer a donc une identité quelque peu désuète, soulignée, dans son nom même par la mention d'un outre-mer qui appartient au passé mais où certains de ses membres âgés ont fait une partie au moins de leur carrière. En s'identifiant ainsi comme amicale, la Fédération s'est toujours distinguée délibérément des syndicats et cet attachement à cette forme de vie associative peut être suspecte pour beaucoup. On sait ainsi que dans d'autres professions, chez les fonctionnaires notamment, les amicales étaient des structures tolérées par le pouvoir patronal ou étatique, alors même que le syndicalisme restait interdit. Il en fut ainsi pour les instituteurs jusqu'au début du xxe siècle. L'adhésion durable de la Fédération aux logiques paternalistes la rend également suspecte, tout comme les appuis qu'elle s'attire de certains élus de droite.

  • 4 Vincenot H., Rempart de la Miséricorde, Le livre de Poche, n°15 178, 1998.

36Il n'est donc pas exclu, sans qu'aucun document ne le prouve, que la Fédération ait bénéficié d'aides patronales. Il est cependant bien difficile de n'en faire qu'un instrument dont aurait usé le patronat pour affaiblir les syndicats. La lecture du témoignage d'Henri Vincenot montre en effet que l'esprit maison était très profondément ancré chez beaucoup de cheminots, que l'action violente ne suscitait pas d'adhésion unanime, notamment chez les employés. Le personnage du père dans Rempart de la Miséricorde4, est bien un homme attaché aux privilèges relatifs dont il bénéficie et qui en accrédite la direction du PLM. Il condamne les grèves, et c'est par une négociation personnelle avec la hiérarchie qu'il obtient la réintégration d'un parent gréviste. Dans le monde de Vincenot, la fidélité à une compagnie dont on accepte les faveurs paternalistes apparaît comme une attitude fort répandue notamment chez tous ceux qui peuvent se considérer comme membres d'une petite, toute petite bourgeoisie. En traduisant leurs aspirations, la Fédération facilite peut-être les choses pour le patronat, mais sans trahir pour autant ses membres, beaucoup plus volontiers réformistes que révolutionnaires.

Notas

1 Les dates des documents consultés sont données dans le texte.

2 Ribeill G., Des faveurs patronales au privilège corporatif. Histoire du régime des retraites des cheminots des origines à nos jours (1850-2003), Dixmont, septembre 2003. Et Revue d'histoire des chemins de fer. Hors série N° 4, février 1996, « Le statut des chemins de fer français et leurs rapports avec l'État », 1908-1982, 247 p.

3 La biographie de ces élus est donnée dans Jolly J., Dictionnaire des Parlementaires français, Paris, P.U.F., 1960-1977, 8 vol.

4 Vincenot H., Rempart de la Miséricorde, Le livre de Poche, n°15 178, 1998.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search