Version classiqueVersion mobile

Syndicats et associations

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Françoise Tétard

Troisième partie. Écosystèmes syndicaux et complémentarité

Association ou syndicat ? Le syndicalisme des retraités face au principe associatif

Sophie Béroud et Georges Ubbiali

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Sophie Béroud et Georges Ubbiali

  • 1 Les UCR CGC et CFTC ne sont pas prises en compte ici. Par ailleurs, Fédération générale des retrai (...)

2La problématique des associations est au cœur de l'organisation des anciens salariés. Alors que le groupe des « seniors » est appelé à grossir du fait des transformations démographiques, son mode de représentation constitue un enjeu entre différentes conceptions. La forme syndicale et/ou la forme associative doivent-elles structurer ce groupe en expansion ? On voudrait fournir, ici, quelques repères succincts présentant l'historique du syndicalisme des retraités dans les confédérations retenues1 avant d'aborder le rapport des Unions confédérales de retraités (UCR) au statut associatif et à ses enjeux. On analysera ensuite la relation des UCR aux associations.

Repères sur le syndicalisme retraité

3Le syndicalisme des retraités constituant un continent largement méconnu, on doit se contenter ici de présenter quelques points de repères limités.

  • 2 1890, Loi sur les retraites et pensions des cheminots, révisée en 1909. On retiendra également que (...)
  • 3 1894, loi sur les retraites des mineurs. On trouve quelques cursifs repères historiques sur le sit (...)
  • 4 Après avoir changé de noms à plusieurs reprises, cette association déclinante édite, L'écho de l'U (...)
  • 5 Il est d'ailleurs intéressant de noter que le Centre confédéral de la jeunesse est également créé (...)

4Dès la fin du xixe siècle, grâce au statut particulier des cheminots2, puis des mineurs3, les adhérents de ces corporations sont organisés en une section particulière dans la CGT. Il faut attendre la Libération pour qu'une nouvelle profession organise les retraités, les électriciens-gaziers. Parallèlement, l'Union syndicale de la région parisienne crée, dans la foulée de la Libération, une association visant à rassembler les retraités : l'Union Nationale des Vieux Travailleurs de France4. Si la dimension revendicative n'est pas absente, en pratique cette association organise essentiellement des activités conviviales. Si bien qu'après mai 1968, prévaut l'analyse selon laquelle les retraités auraient surtout servi de force d'appoint au gaullisme. B. Frachon décide, en parallèle avec les cadres, de lancer une organisation spécifique pour les retraités. En mai 1969 est créée l'UCR-CGT que le congrès confédéral de novembre ratifie5. Cependant, durant plus d'une décennie l'UCR demeure une coquille vide. Cinq conférences nationales seront nécessaires avant que ne se tienne le premier congrès de l'UCR, en 1982. Dès 1981, l'UCR s'était dotée d'un modeste bulletin de quatre pages, Vie nouvelle (100 000 exemplaires). Désormais VN est un bimestriel d'environ 60 pages. L'UCR se dote également dès sa première année d'existence d'une association Loisirs et Solidarité des Retraités et, rapidement, d'un plan de prévoyance retraite complémentaire, Vie Nouvelle Prévoyance, élément d'un syndicalisme de services.

  • 6 Chiffres extraits d'un document interne (sans plus de précision) CGT traitant des effectifs, arrêt (...)

5Le tableau ci-dessous résume l'état des effectifs et l'évolution des syndiqués dans l'UCR, sur la dernière décennie6.

Évolution des effectifs comparés de la confédération et de l'UCR 1990-2001

Évolution des effectifs comparés de la confédération et de l'UCR 1990-2001

6Les retraités pèsent d'un poids important au sein de la confédération, représentant environ un quart des effectifs en début de période, un peu moins de 20 % en fin, au fur et à mesure que les effectifs globaux se raffermissent.

  • 7 N = 128 344. En fait, le calcul auquel nous avons procédé diminue le poids des fédérations car il (...)

7L'analyse des professions représentées par l'UCR, sur la base des chiffres de l'année 20027, fait apparaître quatre points forts.

Principales fédérations représentées dans l'UCR

Principales fédérations représentées dans l'UCR

8Les professions, correspondant aux piliers historiques du syndicalisme des retraités CGT rassemblent à elles seules 62 % des effectifs. Viennent ensuite les retraités des grosses entreprises de la chimie, de la presse, des services publics, des transports, des ports, etc. Du point de vue de l'implantation territoriale, on retrouve les grands bassins d'emploi (Rhône- Alpes, Lorraine, RP, Pays de Loire, Nord...).

  • 8 De premiers éléments dans Le Bulletin du retraité, ° 138, février-mars 1996 à l'occasion du cinqua (...)
  • 9 Le retraité militant, déc. 2003, n° 2003-12, p. 11-20.

9Pour sa part, l'actuelle UCR-CFDT plonge ses racines dans l'Association Française des Vieux Travailleurs créée dans le cadre de la CFTC en 1946. Mais l'association ne fonctionne pas vraiment et son activité s'éteint à la mort de son secrétaire général L. Léonard au milieu des années 1950. Les retraités joueront un rôle lors de la déconfessionnalisation, l'Association étant réorganisée en 1961. La scission de 1964 conduira à la transformation de cette association des anciens en une Fédération des retraités et anciens travailleurs, en 1965, puis UCR, déclarée en 1969. L'UCR édite un bimestriel, Bulletin du retraité. Si l'histoire de cette structure reste à écrire8, on dispose d'éléments sociologiques grâce à une étude réalisée lors du congrès de mai 20039

10L'UCR revendique 1 00 000 adhérents, mais ce chiffre doit être divisé par deux du fait du système des adhésions par couple. Le système d'adhésion n'est direct que pour 50 % seulement des adhérents. L'autre moitié est affiliée à sa fédération d'origine. Statutairement, dix UFR rassemblent les adhérents. La Métallurgie et les Mines, la Santé et les Services Sociaux sont les mieux représentés au congrès avec respectivement 18,2 et 13,3 % des délégués. Les régions Rhône-Alpes et Pays de la Loire sont les régions avec le plus de poids, avec plus de 10 % de présents chacune. Cette information est congruente avec le fait que près de la moitié des délégués sont issus des entreprises privées (46,1 %), ainsi que le démontre le tableau suivant :

Répartition des secteurs d'activité des congressistes UCR 2003

Répartition des secteurs d'activité des congressistes UCR 2003
  • 10 Le total n'équivaut pas à 100 %. La différence correspond aux sans réponse

11Note*10

  • 11 Bulletin du retraité, op. cit., p. 16.

12Les entreprises apparaissent donc comme fortement représentatives de l'implantation de l'UCR puisqu'elles rassemblent 2/3 des délégués (66,7 %). « Dans le secteur privé, ce sont les anciens métallurgistes qui sont les plus nombreux, dans les fonctions publiques les enseignants et les agents des PTT, dans les régimes spéciaux, les cheminots, les agents du gaz et de l'électricité de France, les mineurs » constate le Bulletin du retraité en 199611.

13La population des congressistes est masculine (70,6 %) et française. Plus d'un délégué sur cinq a plus de 70 ans. L'âge modal se situe aux alentours de 63-64 ans. Si le diplôme le plus fréquent est le CAP/BEP (31,2 %), il n'en demeure pas moins que les délégués ont un niveau de formation supérieur à ce que représente leur génération au niveau national. La différence est importante au niveau du baccalauréat, 15,5 % des délégués en étant titulaire contre 11,2 % de la classe d'âge. On constate donc un lien fort entre niveau d'études et activité syndicale maintenue. Par ailleurs, on apprend que leur engagement syndical a été précoce (65,5 % se sont syndiqués avant 30 ans) et qu'ils occupaient des responsabilités syndicales avant la retraite (Élus comités d'entreprise ou dans l'entreprise, 17,2 %), délégué syndical (16 %) ou membre du conseil/bureau du syndicat (16 %). Retenons, pour conclure sur la permanence de leur activité syndicale que 85,2 % des répondants consacrent jusqu'à 15 demi-journées par mois à l'activité syndicale, activisme cependant tempéré par leur situation familiale.

14Le syndicalisme retraité tel qu'il s'illustre à travers l'UCR-CFDT rassemble donc une élite syndicale, composée essentiellement d'anciens cadres organisationnels de la confédération, qui prolongent la sociabilité partisane dont ils furent les promoteurs au temps de leur activité.

  • 12 Selon le site de la FGR-FP, douze syndicats de la FGF-FO y sont adhérents, ainsi qu'un syndicat de (...)

15La CGT-FO est la dernière des confédérations à s'être dotée d'une UCR, en novembre 1989, suite à la décision du congrès confédéral tenu en février. Néanmoins, depuis les années 1950, des associations d'anciens syndiqués existaient. Des syndicats, en particulier dans la Fonction Publique, adhèrent d'ailleurs à la FGR-FP12. L'UCR édite un modeste trimestriel de 8 pages, La lettre de l'UCR-FO. Selon les informations recueillies, le tirage se monterait aux alentours de 70 000 exemplaires.

16L'UCR est structurée en une union d'organisations. Elle est composée de fédérations professionnelles qui règlent directement leurs cotisations à l'UCR, au travers de leurs structures de retraités, des Union départementales de retraités (85 UDR actuellement) regroupant les sections de retraités des fédérations et syndicats nationaux d'une part et les associations de retraités d'autre part.

17Faute d'information de nature sociologique sur les adhérents, on se contentera de deux observations, à partir des structures représentées au bureau de l'UCR élues par un comité exécutif lors de l'Assemblée générale d'octobre 2003 : la place des femmes apparaît des plus réduites dans les instances dirigeantes (une seule au bureau, deux autres au CE, composé de 36 représentants) et il existe des membres de droit.

18Quelques traits communs se dégagent de ce tour d'horizon.

  • 13 L'inter-UCR rassemble à ce jour les UCR des cinq confédérations représentatives plus la FGR-FP.
  • 14 Il s'agit d'une information recueillie oralement. Nous n'avons pu effectuer les recoupements biogr (...)

19Les différentes organisations abordées ici fonctionnent depuis 1993 en inter-UCR13. Ce résultat, paradoxal dans un syndicalisme prompt à la division, est lié au parcours militant des dirigeants respectifs de la CFDT et de la CGT du début des années quatre-vingt-dix, qui provenaient de l'Action catholique ouvrière (ACO)14. Par ailleurs, les trois UCR sont affiliées à la Fédération européenne des retraités et personnes âgées, branche retraitée de la Confédération Européenne des Syndicats (CES). Elles siègent également ensemble dans les structures institutionnelles consultatives, comme le Conseil national des retraités et personnes âgées (CNRPA).

20Après ce rapide parcours de l'archipel de ce syndicalisme spécifique, interrogeons-nous sur la nature même de l'organisation des retraités.

Les UCR : principe syndical contre principe associatif ?

21Le statut même des syndicats de retraités apparaît comme un enjeu pour la définition de leur place au sein des confédérations. En effet, si la CGT a choisi le statut de la loi de 1884 pour créer son UCR, la CFDT et FO de leur côté ont opté pour la loi de 1901 et le statut associatif pour leurs organisations. Or, à l'examen, on s'aperçoit que loin d'une opposition simple entre principe syndical et principe associatif, trois réponses (et trois philo- sophies) distinctes face à la question statutaire peuvent, en fait, être discernées.

  • 15 Le conditionnel est de mise car seule une recherche portant sur les sources mêmes de ces débats au (...)
  • 16 Entretien.
  • 17 L'UNRPA, première mouture de l'organisation des retraités CGT est toutefois une association loi 19 (...)

22Au sein de la CGT, il semblerait que la question du statut n'ait pas fait véritablement débat15. Selon ses protagonistes, le syndicalisme étant né dans l'entreprise, il apparaissait logique que le syndicalisme regroupant d'anciens salariés y soit également rattaché : « Lorsqu'après 1968 la CGT a décidé de créer son UCR, c'était tout à fait naturel qu'il se structure à partir de l'entreprise. D'autant, que dans les années soixante-dix encore, les bastions syndicaux étaient dans les très grandes entreprises, qui aujourd'hui n'ont plus la même forme. Il était donc évident que le syndicalisme retraité soit structuré d'abord à l'entreprise. Et ensuite, on l'a territoria- lisé16 ». Privilégiant l'affiliation professionnelle, il allait donc de soi17 que l'UCR possédait le statut d'organisme syndical, avec les prérogatives afférentes (en matière de recours au droit, aussi bien qu'en matière d'organisation interne à la confédération). Du point de vue de sa reconnaissance interne, l'UCR-CGT est une organisation autonome, de plein droit au sein de la confédération. Les retraités siègent dans toutes les instances de l'organisation, publiant leur presse, désignant leurs instances, menant leurs activités en toute indépendance, en lien avec la stratégie générale de la confédération.

  • 18 Entretien avec un responsable de l'UCR.
  • 19 Cette réticence à l'égard d'une représentation autonome des retraités n'est pas le propre de FO. O (...)
  • 20 UCR-FO, Rapport d'activité, IVe AG, 16-17 oct. 2003, Le Croisic.
  • 21 Circulaire 130/2003, secteur retraités, prévoyance sociale et UCR., 21 octobre 2003.

23La situation de l'UCR-FO est radicalement différente. Juridiquement, cette dernière est une association loi 1901. Ce choix renvoie apparemment à trois considérations. Une première est d'ordre historique, sorte d'effet d'hystérésis. En effet, les premières organisations rassemblant des retraités ont adopté le statut d'associations, pour des raisons restant à expliquer. Une sorte de tradition s'est ainsi instaurée dans l'organisation. D'autant que, second aspect, la nature des activités envisagées dans le cadre du syndicalisme des pensionnés, semble bien cadrer avec ce statut associatif : « Au niveau des régions, les associations FO de retraités font aussi dans le convivial. En principe, il y a une réunion une fois par an. C'est l'occasion d'une remise de médailles, de tombolas, de voyages aussi pour les associations FO les plus riches. Là où les associations sont fortes, les UDR ne fonctionnent pas vraiment18. » Le fait que le timbre d'adhésion à l'UCR-FO soit annuel cadre assez bien avec ce constat. Enfin, ce statut associatif de l'UCR s'accompagne paradoxalement d'une autonomie extrêmement limitée pour cette structure19. Sa marge de manœuvre politique est d'autant plus réduite qu'elle est directement rattachée au secteur confédéral des retraites et de la protection sociale dont le secrétaire confédéral est également secrétaire général, de même que sa marge de manœuvre financière, puisque le trésorier confédéral est également trésorier UCR. Ajoutons, que le vocabulaire indigène traduit bien cet état de fait, renvoyant à l'histoire et la sociologie de cette confédération : l'UCR ne tient pas de congrès mais une Assemblée générale. Une évolution est d'ailleurs à noter depuis celle de 2003. Avant cette assemblée générale, l'UCR n'avait pas de représentation statutaire dans la confédération. Ses représentants étaient invités dans les instances. Une motion interne de l'Assemblée des 16-17 octobre 2003 insiste sur « la nécessité d'accroître la représentation des retraités au sein de la CGT-FO, l'AG propose que l'article 3 ter des statuts confédéraux soit modifié pour répondre à cette attent20 ». En conséquence un groupe de travail a été constitué afin de « préparer les "choses" pour le prochain Congrès confédéral21 ». Ainsi qu'on le constate : « En fait, il y a une crainte forte que les retraités ne prennent un poids démesuré dans la politique confédérale. La place de l'UCR résulte d'une volonté claire et politique de la confédération. C'est l'instrument de la politique confédérale parmi les retraités ».

24Si l'UCR-CFDT relève également de la loi 1901, sa place au sein de son organisation apparaît sensiblement différente. La transformation du nom, d'Association à Fédération dans les années 1960, indique que la préoccupation du statut et de la place des retraités est assez ancienne. Ce qui permet à un de ses représentants d'affirmer que « l'UCR a la volonté de devenir la première fédération de la CFDT. Pour cela, il faut maintenir les adhérents et faire jouer le principe du vase communiquant ». Bien qu'association au point de vue juridique, l'UCR-CFDT dispose d'une reconnaissance statutaire dans la confédération. Elle est représentée au Conseil national de la CFDT, au même titre qu'une fédération. Cette place statutaire résulte d'une décision du congrès confédéral de Nantes (2002), suite à une demande exprimée à l'occasion du congrès UCR de 2000 qui en avait discuté. En conséquence, depuis 2002, l'UCR représente soixante-trois mandats, alors qu'avant la décision du congrès elle n'en représentait que deux (sur un total d'environ mille). Même si cette décision est assez récente, le syndicalisme des retraités représente un poids non négligeable au sein de la confédération.

25Le statut même des organisations syndicales de retraités inclut la question de sa configuration juridique. Il apparaît en effet, qu'il n'est pas anodin que les UCR prennent la forme de syndicat (loi 1884) ou d'association (1901). Les choix effectués illustrent le principe que la forme juridique n'est jamais neutre et renvoie, in fine, à la définition de l'identité même d'un syndicalisme s'adressant aux retraités. Pour autant, le rapport aux associations se joue également sur le terrain strictement revendicatif.

Le syndicalisme retraité contre les associations

  • 22 Guillemard A-M., La vieillesse et l'État, Paris, PUF, 1980.
  • 23 Lenoir R., « L'invention du troisième âge «, Actes de la recherche en sciences sociales, 1979, n° (...)
  • 24 Politique de la vieillesse, Paris, Documentation française, 1962.
  • 25 Veriot Durandal J.-P., Le pouvoir gris, Paris, PUF, 2003.

26Pendant de nombreuses décennies, les structures syndicales ont été la forme dominante d'organisation des retraités, se distinguant d'ailleurs peu, parfois, d'association de loisirs ou de sociabilité. La situation a commencé à changer au cours des années 1970 et 198022. Le développement d'associations de retraités s'est articulé aux politiques spécifiques en direction de la vieillesse23. Le rapport Laroque24 marque le développement, dans le cadre municipal, de clubs de loisirs pour le « troisième âge ». Puis, dans le courant des années 1980-1990, en réaction aux politiques publiques, en particulier en matière de revenus, de retraites et de santé, des associations à caractère revendicatif ont commencé à se regrouper et se structurer pour peser sur l'action de l'État25.

27Une étape importante a été franchie quand, en 1982, à l'initiative du gouvernement Mauroy a été institué le CNRPA, instance consultative constituant, de fait, une première reconnaissance officielle. En plus des UCR, le CNRPA a permis l'organisation permanente des associations de retraités et a abouti en novembre 2000 à la création d'une dynamique confédérale au sein de la Confédération française des retraités (CFR). La CFR regroupe environ 1,8 million d'adhérents indirects à travers quatre fédérations fondatrices :

  • Les Aînés ruraux, revendiquant 800 000 retraités en 2002 ;
  • La Confédération nationale des retraités (350-500 000) ;
  • La Fédération nationale des associations de retraités (300 000) ;
  • L'Union française des retraités (120 000).

28Les effectifs regroupés dans la CFR distancent largement ceux regroupés dans les unions syndicales et font apparaître, relativement, les UCR comme des organisations naines. Avec le processus aboutissant à la création de la CFR dans la période récente, un compétiteur de poids dans la représentation des intérêts des retraités est apparu pour les organisations syndicales. En effet, c'est clairement sur le registre de la concurrence que sont perçues ces associations par les UCR. Trois registres d'argumentation sont mobilisés pour expliquer ce rejet des associations spécifiques de retraités.

  • 26 Viriot Durandal J.-P., « Les retraités manifestent : analyse d'un mouvement social à partir de l'e (...)
  • 27 Organisation à laquelle il ne fut d'ailleurs pas d'une fidélité exemplaire puisqu'il fait partie d (...)

29Le premier a trait à la captation des adhérents syndicaux. Les UCR se fixent pour objectif d'assurer la continuité des effectifs syndiqués au moment du passage à la retraite. Selon les diverses estimations, entre la moitié et les trois-quarts des anciens syndiqués rompent avec leur organisation syndicale quand cesse le rapport au travail. L'apparition de structures dotées de moyens considérables a tendance à ne pas réjouir les syndicalistes retraités. « Leur culture est franchement différente. Ils ne savent pas de ce qu'est une culture syndicale. Nos valeurs, nos revendications diffèrent », commente l'un de nos interlocuteurs UCR. Derrière cette appréciation se cache, deuxième argument, une différence sociologique. Les cadres et plus globalement des retraités issus des classes moyennes sont les initiateurs et les animateurs de ces associations. Ainsi, bien que ces associations fassent usage du même répertoire d'action collective que les structures syndicales, comme la manifestation, elles y rassemblent des publics substantiellement différents. Une enquête réalisée à l'occasion d'une importante manifestation montre que les manifestants ressortissaient de la catégorie des cadres pour les trois quarts26. Le président de la CFR, J.-Louis Mandinaud est représentatif de cette catégorie. Ancien cadre de l'industrie pétrolière, il fut dirigeant CGC27, responsable de la Mutualité, Grand Maître de la Grande Loge de France, vice-président du Conseil Économique et Social (CES). À cette différence sociologique se surajoutent des sensibilités politiques et des divergences revendicatives importantes. Ainsi, la CFR a récemment appuyé le plan Fillon pour les retraites, car l'augmentation de la durée de cotisations permettait, selon elle, de préserver le niveau des pensions. Cependant, cette divergence ne saurait épuiser l'opposition entre les structures syndicales et les associations. En effet, la CFDT, pourtant aussi défavorable que les autres UCR aux associations, n'a-t-elle pas approuvé également le plan Fillon ?

  • 28 Présentation de la CFR sur le site www.seniorplanet.fr.

30C'est dans la finalité de l'activité que les UCR manifestent leur hostilité à l'égard de la sphère associative des retraités. Les positions sont assez tranchées : l'organisation spécifique de la catégorie se conçoit dans le cadre d'une solidarité intergénérationnelle des salariés. Pour la CFR, expression d'un « pouvoir gris », se définit comme un groupe de pression appuyant son action sur le « Lobbying, études, représentation auprès de l'ensemble des institutions et autres assemblées, actions en justice, sont autant d'outils à disposition de la CFR pour exécuter sa mission28 ». À partir de ce constat se pose la question de la représentation des retraités. Les UCR s'opposent aux prétentions de la CFR à obtenir un statut représentatif pour la catégorie dans toutes les instances de représentation. Elles n'ont pas vocation à siéger en tant que telles au CES, au contraire des associations qui revendiquent cette faculté, au nom de la représentation stratifiée par l'âge. Ainsi que le résume un de nos interlocuteurs : « Les associations n'ont pas à se préoccuper du problème des retraites. Les retraités, c'est leur domaine. Mais les retraites, sont un domaine où les associations n'ont pas légitimité à intervenir. Les syndicats négocient et signent (ou non), mais pas les associations. On refuse fermement qu'elles puissent avoir ce droit-là. »

31On en conviendra, entre la forme associative de représentation des intérêts des personnes âgées et le syndicalisme des retraités, les relations ne relèvent pas franchement du registre de l'alliance ou de la recherche du partenariat.

*

32Si le principe d'organisation des retraités plonge ses racines assez loin dans l'histoire, pour certaines corporations tout du moins, le syndicalisme moderne des retraités est, en fait, concomitant de l'expansion d'une couche suffisamment massive de vieux travailleurs. C'est au début des années 1970 que l'on peut dater l'affirmation et la légitimité d'un syndicalisme spécifique en direction de cette population. Dans ses formes d'organisation, ce type de syndicalisme s'est confronté au principe associatif porté par la loi de 1901 pour définir son statut, d'ailleurs variable, au sein des confédérations. Les UCR bénéficient par cette affiliation du principe de représentativité irréfragable qui leur permet de siéger dans de nombreux organismes de représentation sociale. Face inverse de la médaille, les UCR sont à l'image du syndicalisme aujourd'hui : faiblement implanté, divisé, sur la défensive. Elles se retrouvent confrontées sur leur terrain revendicatif à de puissantes associations issues d'une autre tradition. À ce jour, leur statut les protège de l'ambition hégémonique du mouvement associatif. Mais les lendemains risquent d'être moins sereins si le syndicalisme retraité se limite à éviter la déperdition des syndiqués lors du passage à la retraite.

Notes

1 Les UCR CGC et CFTC ne sont pas prises en compte ici. Par ailleurs, Fédération générale des retrai- tés-Fonction publique (FGR-FP) regroupe les retraités de l'Union nationale des syndicats autonomes (UNSA), de la Fédération syndicale unitaire (FSU) et de quelques autres structures de la Fonction Publique. La FGR-FP compterait 65 000 adhérents. En y ajoutant le partenariat noué avec quatre autres associations de retraités, le FGR-FP revendique 260 000 membres. Se reporter à www.fgrfp.org.

2 1890, Loi sur les retraites et pensions des cheminots, révisée en 1909. On retiendra également que le statut des électriciens-gaziers place ces derniers en réserve (et non en retraite) de l'entreprise, ce qui leur permet, par exemple, de participer aux élections professionnelles dans l'entreprise.

3 1894, loi sur les retraites des mineurs. On trouve quelques cursifs repères historiques sur le site www.ucr.cgt.fr.

4 Après avoir changé de noms à plusieurs reprises, cette association déclinante édite, L'écho de l'Union et s'appelle Union nationale des retraités et personnes âgées (UNRPA).

5 Il est d'ailleurs intéressant de noter que le Centre confédéral de la jeunesse est également créé en 1969.

6 Chiffres extraits d'un document interne (sans plus de précision) CGT traitant des effectifs, arrêté au 25 mai 2004, de 1990 à 2001, dernière date de référence.

7 N = 128 344. En fait, le calcul auquel nous avons procédé diminue le poids des fédérations car il inclut les adhérents isolés.

8 De premiers éléments dans Le Bulletin du retraité, ° 138, février-mars 1996 à l'occasion du cinquantenaire de l'UCR.

9 Le retraité militant, déc. 2003, n° 2003-12, p. 11-20.

10 Le total n'équivaut pas à 100 %. La différence correspond aux sans réponse

11 Bulletin du retraité, op. cit., p. 16.

12 Selon le site de la FGR-FP, douze syndicats de la FGF-FO y sont adhérents, ainsi qu'un syndicat de la CFDT.

13 L'inter-UCR rassemble à ce jour les UCR des cinq confédérations représentatives plus la FGR-FP.

14 Il s'agit d'une information recueillie oralement. Nous n'avons pu effectuer les recoupements biographiques pour des raisons de disponibilité.

15 Le conditionnel est de mise car seule une recherche portant sur les sources mêmes de ces débats aurait permis d'apporter des éléments définitifs. On s'est donc appuyé sur les informations recueillies lors d'entretiens réalisés avec des responsables des différentes UCR, ainsi que sur les documents disponibles.

16 Entretien.

17 L'UNRPA, première mouture de l'organisation des retraités CGT est toutefois une association loi 1901.

18 Entretien avec un responsable de l'UCR.

19 Cette réticence à l'égard d'une représentation autonome des retraités n'est pas le propre de FO. On retrouve des attitudes similaires au niveau européen. La FERPA ne possède ainsi qu'un statut d'observateur au sein de la CES.

20 UCR-FO, Rapport d'activité, IVe AG, 16-17 oct. 2003, Le Croisic.

21 Circulaire 130/2003, secteur retraités, prévoyance sociale et UCR., 21 octobre 2003.

22 Guillemard A-M., La vieillesse et l'État, Paris, PUF, 1980.

23 Lenoir R., « L'invention du troisième âge «, Actes de la recherche en sciences sociales, 1979, n° 27, p. 57-81.

24 Politique de la vieillesse, Paris, Documentation française, 1962.

25 Veriot Durandal J.-P., Le pouvoir gris, Paris, PUF, 2003.

26 Viriot Durandal J.-P., « Les retraités manifestent : analyse d'un mouvement social à partir de l'enquête sur le rassemblement du 6 juin 1996 à Paris », Années, 1996, n° 241, p. 1-10.

27 Organisation à laquelle il ne fut d'ailleurs pas d'une fidélité exemplaire puisqu'il fait partie d'une scission temporaire (UCT). Sur cet épisode, Lavau G. et alii, L'univers politique des classes moyennes, Paris, Presses FNSP, 1983.

28 Présentation de la CFR sur le site www.seniorplanet.fr.

Table des illustrations

Titre Évolution des effectifs comparés de la confédération et de l'UCR 1990-2001
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25351/img-1.png
Fichier image/png, 353k
Titre Principales fédérations représentées dans l'UCR
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25351/img-2.png
Fichier image/png, 147k
Titre Répartition des secteurs d'activité des congressistes UCR 2003
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25351/img-3.png
Fichier image/png, 93k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search