Version classiqueVersion mobile

Syndicats et associations

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Françoise Tétard

Troisième partie. Écosystèmes syndicaux et complémentarité

Les relations du Syndicat national de l'éducation physique (SNEP) et des associations professionnelles et sportives engagées sur le terrain de la rénovation pédagogique de l'éducation physique et sportive (1969-1995)

Guilhem Veziers

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Guilhem Veziers

  • 1 Bulletin officiel du syndicat national des professeurs d'éducation physique de l'enseignement seco (...)

2En éducation physique comme dans les autres secteurs de l'enseignement et de la fonction publique, les amicales ont, plusieurs décennies durant, précédé les syndicats. Toutefois, traités en véritables parias du système éducatif et ayant à cœur de défendre leurs intérêts, les professeurs d'éducation physique n'ont pas hésité, dès la création de leur première union professionnelle en 1884, à situer l'action associative sur le terrain corporatif. Ainsi, il faut attendre que le droit syndical soit reconnu aux fonctionnaires et que, deux ans plus tard, le premier syndicat des professeurs d'éducation physique soit constitué pour qu'une séparation des terrains d'action dévolus aux syndicats et aux associations s'amorce. En 1926, P. Fisher, membre fondateur du Syndicat national des professeurs d'éducation physique et président de l'Amicale lui ayant suppléé depuis 1912, fait le point sur la nouvelle situation. Il explique que l'association qu'il dirige devient « un groupement d'éléments différents, professeurs ou non, sympathisants et s'intéressant à l'éducation physique » tandis que « le syndicat est un groupement purement corporatif, ne comprenant que des professeurs titulaires ». En conséquence, il précise que « c'est le syndicat seul qui renseignera sur toutes questions concernant les traitements, les heures supplémentaires, les horaires, le service, etc.1 ».

3Les intentions visant à distinguer, tout en les maintenant en relation, syndicats et associations, sont présentes. Cependant, elles seront vite oubliées. Dès le début des années trente, le Syndicat déborde de ses strictes attributions. Considérant que l'amélioration du statut des professeurs ne peut se faire sans promouvoir, et donc infléchir, l'enseignement que ces derniers dispensent, le Syndicat entre dans le débat pédagogique et prend position. Ce faisant, il pose le problème des relations entretenues avec les associations engagées sur le terrain de la pédagogie de l'éducation physique, celles-ci n'ayant de cesse, dès lors, d'osciller entre concurrence et complémentarité.

  • 2 Cité par Couturier G., l'EPS face au sport. 15 acteurs témoignent, Paris, EPS-Société, 1999, p. 11 (...)

4Près d'un demi-siècle plus tard, au mois de mai 1969, la tendance Unité et Action (UA) prend, pour ne plus la perdre, la direction du Syndicat national de l'Éducation physique (SNEP). La question des rapports du Syndicat avec les milieux associatifs devient alors des plus aiguë. Non seulement, la nouvelle équipe dirigeante est intimement liée à un courant pédagogique, celui dit « du sport éducatif », pour lequel la Fédération sportive et gymnique du travail (FSGT) constitue le pivot central, mais en outre, l'éducation physique devenue « sportive » entre alors dans une période de crise dans laquelle les questions pédagogiques deviennent plus que jamais déterminantes. En effet, tandis que la discipline et ses enseignants sont administrés par Jeunesse et sport et non par l'Éducation nationale, les mesures qui sont prises réduisent l'éducation physique et sportive à une simple animation sportive et font craindre aux plus pessimistes son exclusion pure et simple du champ de l'enseignement obligatoire. Ainsi, à partir de 1969, le SNEP fait de l'innovation pédagogique, destinée à mettre en évidence les enjeux propres à une approche scolaire des activités physiques et sportives, un véritable outil contribuant à défendre les intérêts corporatifs. M. Berge, qui devient cette même année secrétaire général, revendique cette attitude : « Mon opinion qui est aussi celle de la majorité de notre courant de pensée de l'époque est que l'histoire même du développement de l'éducation physique comme discipline scolaire impliquait cette ingérence dans la pédagogie2. » Ainsi, en 1995, face à un projet de programme faisant débat depuis huit ans et contre lequel il s'élève, le SNEP intervient directement auprès du ministre F. Bayrou et parvient à obtenir, au nom de la représentativité syndicale, son abandon.

5C'est pourquoi, tout au long des 26 années couvertes dans cette étude, la question de la légitimité du SNEP à s'engager sur la scène pédagogique n'a cessé d'être posée. Si tel est le cas, c'est que l'intervention de l'acteur syndical en pédagogie ne représente pas seulement un problème de mise en concurrence avec les associations investies en la matière, Association des enseignants d'éducation physique et sportive (AEEPS) en tête. Plus profondément, elle pose la question de l'adaptation du fonctionnement syndical aux exigences légitimes du débat pédagogique. En effet, l'élaboration de revendications, de positions, en somme d'une parole frappée du sceau de la représentativité, peut entrer en contradiction avec le maintien d'une pluralité de propositions et la stimulation des pistes de recherches.

6En somme, s'il convient de se demander si le SNEP fut en concurrence ou en complémentarité avec les associations sportives et professionnelles engagées sur le terrain de la rénovation pédagogique, il importe également de s'interroger sur les conséquences de ces relations : Ont-elles conduit à stimuler le débat et le pluralisme ou au contraire à imposer un modèle homogène et uniformisant ? Les éléments de réponse, issus d'une recherche menée dans le cadre d'un doctorat concernant l'histoire du syndicalisme en éducation physique, seront organisés autour de deux périodes. La première, qui conduit de la conquête du SNEP par UA en 1969 au retour de la gauche au pouvoir en 1981, permettra de montrer comment le SNEP, en complémentarité avec la FSGT et partiellement avec l'AEEPS, a favorisé l'hégémonie dans la profession des conceptions du courant « du sport éducatif ». C'est dans un second temps, en nous concentrant sur les débats didactiques concernant l'élaboration des programmes, et marqués par le coup de force syndical de 1995, que nous verrons comment s'amplifie la remise en cause de l'action pédagogique du SNEP et s'amorce une prise de distance par l'AEEPS.

1969-1981 : la convergence des actions syndicales et associatives, facteur d'uniformisation pédagogique

  • 3 Parlebas P., Témoignage recueilli à Paris, le 07 juin 2002.

7Dans le champ de l'éducation physique, marqué de longue date par les confits pédagogiques, les années soixante sont celles du développement du courant dit du « sport éducatif ». Initié par M. Baquet dans les années quarante, nourri d'initiatives éparses dès les années cinquante, le mouvent tend dans la décennie suivante à se structurer. Entre les acteurs et les organisations, des relations se nouent au point de faire de l'ensemble un véritable réseau qui, bien qu'informel, n'en demeure pas moins une réalité. R. Mérand, qui anime notamment dans le SNEP la tendance UA, en est le leader incontestable et P. Parlebas, son principal opposant pédagogique, l'affirme à regret : « Mérand ne prenait de l'importance que parce qu'il y avait tout un réseau derrière lui3. »

8Au centre de celui-ci se trouve la FSGT, fédération dans laquelle R. Mérand milite depuis les lendemains de la Libération, et qui lui offre les moyens d'expérimenter sa démarche. À partir de 1965, il y organise les stages M. Baquet, qui représentent rapidement et pour plus de dix ans la plus influente entreprise d'innovation pédagogique et de formation professionnelle en éducation physique. Jusqu'en 1975, un nombre croissant d'enseignants rejoint R. Mérand et la FSGT. Les plus actifs sont pour la plupart militants de la tendance UA et il est clair qu'entre celle-ci et la fédération travailliste, marquées toutes deux par la culture communiste, les affinités idéologiques rendent la collaboration des plus naturelle. C'est ainsi que, dans le réseau, s'insèrent également la section éducation physique du Centre d'études et de recherches marxiste et la Commission sportive du Parti communiste français. Dans ces organismes, les militants FSGTistes et UA de premier plan se retrouvent à nouveau. J. Rouyer notamment, secrétaire national du SNEP en 1969, puis secrétaire général de 1979 à 1997.

  • 4 Zoro J., Témoignage recueilli à Croissy, le 8 mai 2003.
  • 5 Klein G., Une affaire de discipline, Paris, Éditions revue EP. S, 2003, p. 201.
  • 6 Poullart G., « La FSGT dans l'évolution des idées et des pratiques physiques et sportives », Andri (...)

9La place de l'AEEPS (elle prend ce nom en 1978) est, quant à elle, particulière. Cette association n'est pas en elle-même un membre du réseau. Ni militants politiques ni militants syndicaux, ses dirigeants orientent l'activité de l'association sur le pôle essentiellement « amicaliste », et maintiennent cette dernière à l'écart des débats idéologiques. Pour J. Zoro, en effet, président de 1971 à 1984 : « Nous, nous étions branchés avant tout sur l'amitié. [...] C'était vraiment un esprit amical4. » Néanmoins, au sein de l'Amicale, un groupe tout particulièrement intéressé à l'innovation pédagogique se constitue à partir de 1965 autour des sports collectifs. Or ces enseignants, fédérés par R. Mérand, sont le plus souvent partisans de la tendance UA et militants FSGT. Ainsi, les stages de sports collectifs organisés par l'Amicale se font les « relais5 » des conceptions de R. Mérand, sont ressentis par beaucoup comme « des prolongements ou des doublons6 » des stages M. Baquet et représentent un nouvel ancrage associatif du réseau.

  • 7 Bulletin du SNEP n° 11, mai 1970, p. 4.
  • 8 Drevon A., Témoignage recueilli à Paris, le 12 mai 1999.
  • 9 Prevost C.M, « Les occasions manquées de l'EPS », René, B.X. (dir), l'Éducation physique au xxe si (...)
  • 10 Martin J.-L., « Communisme et syndicalisme enseignant. Le cas du Syndicat national de l'Éducation (...)
  • 11 Thibault J., « La face cachée de l'EPS », René B.X., op. cit., p. 401-419, p. 409.

10C'est pourquoi, si avant 1969, la tendance UA n'est qu'un point de convergence des membres du réseau du sport éducatif, elle obtient, en accédant à la direction du SNEP, les moyens de devenir influente en tant que telle. En effet, considérant que « toutes [les] luttes sont [...] étroitement liées à la conception que l'on a du contenu de l'éducation physique et sportive7 », les nouveaux dirigeants donnent une franche impulsion à l'investissement pédagogique du Syndicat. En cohérence avec leurs convictions, ils font du SNEP, selon les mots du responsable du bulletin A. Drevon, « le porte-parole de tout le courant pédagogique profond de la corporation qui remonte à Corbeil [Lycée emblématique du réseau], à Sète [lieu d'organisation des stages M. Baquet]8 ». C.M. Prévost considère qu'une « conjonction9 » s'opère entre la FSGT et le SNEP et, en effet, sous l'impulsion d'UA, les positions pédagogiques syndicales changent de nature. Les propos tenus par les responsables empruntent systématiquement les thèses admises dans le réseau du sport éducatif et ses militants trouvent dans le bulletin un nouvel espace d'expression. Ce dernier ouvre ses colonnes à R. Mérand, qui a quitté la scène syndicale, à l'équipe du lycée de Corbeil, au groupe « sports-collectifs » de l'Amicale. Il fait la promotion des publications de la FSGT et des stages M. Baquet, expliquant de ce fait en partie l'audience croissante que ces derniers acquièrent10. Entre la Fédération et le Syndicat, les affinités sont telles que J. Thibault, opposant syndical à la direction UA, va jusqu'à renverser le sens des relations les unissant. Il écrit en effet que les stages M. Baquet ont alors pour fonction « d'asservir les esprits de tous les enseignants de base même quand ils ne sont pas syndiqués11 ».

  • 12 Chaigneau M., Témoignage recueilli à Paris, le 7 mai 2003.
  • 13 Bulletin du SNEP n° 100, septembre 1977, p. 20.
  • 14 Bulletin du SNEP n° 6, janvier 1970, p. V.
  • 15 Bourdieu P., Ce que parler veut dire. L'économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, 1982.
  • 16 Parlebas P., op. cit.
  • 17 Thébaud F., Bard C., « Les effets antiféministes de la Grande Guerre », Bard C. (dir.), Un siècle (...)

11En ces années, l'effervescence pédagogique est intense dans le champ de l'éducation physique. Plusieurs courants entrent en conflit et clairement, le SNEP s'engage auprès de l'un d'entre eux. M. Chaigneau, secrétaire national, le concède : « Il y a un choix qui est fait12. » Les successives motions pédagogiques confirment l'attachement inconditionnel du SNEP à la ligne marxiste selon laquelle « une éducation physique et sportive moderne et rénovée ne peut se fonder que sur les activités physiques et sportives les plus élaborées de la vie sociale13 ». Cette position, bien qu'elle soit déterminée démocratiquement en congrès, revient sur la motion votée en janvier 1970 selon laquelle le SNEP ne saurait trancher en faveur d'un courant14. Ainsi, en faisant la promotion des idées du réseau pédagogique dont il fait partie tout en niant avoir réalisé un choix, le SNEP occulte le débat et fait passer ses positions comme étant des évidences indiscutables. Non contents de s'exprimer au nom de leurs mandants, les dirigeants du SNEP n'hésitent pas, en outre, à parler en celui de tous les collègues. Fort des résultats obtenus aux diverses élections qui, à intervalles réguliers, confirment la position ultra-dominante de UA et du SNEP, ce dernier se dote en effet du statut de représentant indiscutable de la corporation. Ce faisant, les propos des représentants syndicaux ont un impact décuplé, car ils bénéficient de ce que P. Bourdieu appelle « l'autorité d'un discours autorisé15 ». L'effet en est logiquement pour le SNEP de rallier toujours plus à sa cause et ce, d'autant plus que l'esprit de corps est chez les professeurs d'éducation physique et sportive particulièrement marqué. De dominant dès la fin des années soixante, le courant du sport éducatif devient hégémonique au cours de la décennie suivante. Comme le déplore P. Parlebas, ses militants « occupent le terrain16 ». Entre les actions qu'ils mènent dans le SNEP, la FSGT et l'AEEPS, il ne reste guère de place pour les approches alternatives et c'est ainsi que se constitue une véritable idéologie dominante qui, en tant que telle, « n'est même plus identifiée, [...] s'impose dans sa lumineuse évidence17 ».

  • 18 Bulletin du SNEP n° 83, janvier-février 1976, p. 29.
  • 19 Brohm J.-M., Témoignage recueilli à Montpellier, le 14 mai 2003.

12En 1976, le bulletin syndical laisse la parole à M. Cousty, militant de la tendance École émancipée, qui condamne la manière dont la majorité UA agit en faveur « d'une réponse uniformisante », « évacuant le débat », pour « isoler idéologiquement les soit disant tendances minoritaires18 ». Ce type de propos ne parvient pas à sortir du cadre très limité de la rubrique « tribune libre » et des motions d'orientation précédant les congrès, mais la position exprimée est partagée par de nombreux témoins. Entre autres, J.-M. Brohm, leader du mouvement dit de « la critique radicale du sport », affirme que « UA n'était pas simplement une tendance syndicale mais une tendance idéologique, c'est-à-dire qui imposait une vision de la corporation, une vision du métier19 ».

1981-1995 : La crise des programmes, vers une remise en cause de l'intervention syndicale en pédagogie

13À partir de l'alternance politique de 1981, les nombreuses avancées corporatives obtenues en éducation physique et sportive permettent au SNEP d'accentuer son action sur le pôle pédagogique. Alors que la FSGT met un terme aux stages M. Baquet, le SNEP devient l'animateur clef des temps forts de la profession en matière de pédagogie. Entre 1981 et 1988, trois colloques sont organisés. Ils suscitent un vif intérêt et les publications qui en sont tirées remportent un grand succès.

  • 20 Chaigneau m., op. cit.
  • 21 Davisse a., Témoignage recueilli à Paris, le 6 mai 2003.
  • 22 Milliani M., « La fabrication du discours officiel de l'EPS », Baillette, F. Brohm, J.-M. (dir.), (...)

14Comme l'explique lui-même M. Chaigneau, alors secrétaire national pédagogique, les colloques « ne sont pas des congrès, ils n'ont pas pour objet de donner une ligne syndicale20 ». Pourtant, la liste des intervenants, leurs propos ainsi que les auteurs auxquels ils se réfèrent, ne laissent guère de place aux courants minoritaires. A. Davisse, responsable UA, confirme ce fait en affirmant qu'« il y a un pluralisme au sein d'une même famille21 ». Au-delà de ce simple choix d'orientation, propre à diffuser toujours plus les conceptions d'un même courant, la démarche empruntée relève de ce que l'on peut qualifier de « rationalisation de la domination22 ». Ces colloques ont, en effet la particularité d'être centrés sur l'analyse des pratiques réelles des enseignants. Le niveau d'hégémonie des conceptions du réseau en est arrivé à un tel point qu'il suffit dès lors au SNEP de se référer aux pratiques enseignantes pour conclure à la légitimité des conceptions qu'il défend. Le colloque de 1988, intitulé « l'éducation physique et sportive aujourd'hui, ce qui s'enseigne », en est plus particulièrement l'illustration.

  • 23 Bulletin du SNEP n° 341, 3 novembre 1989, p. 8.
  • 24 René B.X., « L'un et le multiple en EPS ou la puissance du mythe unitaire », Baillette F., Brohm J (...)

15Dans sa motion d'orientation pour le congrès de 1989, la tendance minoritaire Unité Indépendance Démocratie (UID) hausse le ton. Ses militants y parlent de « glaciation du débat pédagogique » et accusent la direction UA de pratiquer la censure23.D'autres voix continuent de s'élever, telle que celle de B.X. René, qui reproche au SNEP de persister dans la diffusion d'« un modèle normalisation et homogénéisant24 ».

  • 25 EPS, académie de Nantes. Revue académique des enseignants d'EPS n° 6, 1991-1992, p. 9.

16Les polémiques sont d'autant plus vives qu'à partir de 1987, un nouvel enjeu s'ajoute au débat. Cette année-là, l'IG lance les travaux destinés à produire les premiers programmes d'éducation physique et sportive élaborés sur un modèle similaire à celui des autres disciplines. Le souci majeur est de fonder la légitimité de l'éducation physique et sportive à travers la mise en évidence de sa cohérence éducative, objectif commun pour l'atteinte duquel deux grandes approches de la didactique vont entrer en conflits. Attaché à la transmission du patrimoine culturel représenté par les APS, l'ensemble du réseau du sport éducatif s'investit dans l'élaboration d'une didactique dite « des APS », destinée à rationaliser l'enseignement des pratiques sociales à partir d'un modèle d'analyse commun. Opposé à cette démarche, se développe progressivement, dans le sillage des travaux de P. Parlebas et à partir de l'Académie de Nantes, un courant pour lequel la didactique de l'éducation physique et sportive « n'est pas la somme des didactiques des APS25 ». Dans l'optique de ce dernier, la place centrale acquise par les APS est à remettre en cause et il convient d'enseigner, non pas les contenus qui leur sont spécifiques, mais, par leur intermédiaire, les savoirs fondamentaux transversaux propres à la discipline.

  • 26 Zoro J., op. cit.

17Quand le débat s'ouvre, la ligne syndicale se ferme. De nouvelles notions y trouvent leur place, mais les principes fondamentaux qui en sont le fondement restent inchangés, une large part du discours consistant à défendre la persistance de leur validité. L'AEEPS, quant à elle, fait preuve d'un respect certain pour le pluralisme, conformément à la vision de J. Zoro qui explique : « Notre but ce n'est pas dire aux gens : "il faut faire ça", mais "vous pouvez faire ça26." » De 1987 à 1991, les universités d'été organisées par l'Association se déroulent dans un véritable esprit de recherche. Si leur thème, la « didactique des APS en milieu scolaire », peut sembler connoté, c'est sans nuire à la diversité des approches présentées. Cependant, si tel est le cas pendant les premières années du débat, un glissement ne tarde pas à se dessiner.

  • 27 Thibault J. op. cit., p. 412.
  • 28 René, B.X., « L'autonomisation d'une corporation », René B.X. (dir.), op. cit., p. 262.
  • 29 Parlebas P., op. cit.
  • 30 Étude critique et position de l'AEEPS, in Hyper n° 180, 3e trimestre 1992-1993, p. 4-6, p. 4.
  • 31 Hyper n° 183, 2e trimestre 1993-1994, p. 11-12.

18En 1990, la publication Éducation physique et didactique des APS est clairement engagée dans la promotion des conceptions du réseau. Ses auteurs sont des proches de la tendance UA et leur investissement croissant dans l'Association suscite la critique. Ainsi, tandis que J. Thibault accuse en 1992 l'AEEPS d'être « désormais plus ou moins alliée au SNEP27 » et que B.X. René parle d'une « juxtaposition28 » des deux organisations, P. Parlebas estime que « l'AEEPS était vraiment phagocyté par la FSGT29 ». Il est clair que, en ces années, l'attitude de l'Association démontre d'une importante communauté de point de vue avec le SNEP. En 1993, pour la première fois, l'AEEPS prend position en tant que telle. Face à la réforme du baccalauréat, par l'intermédiaire de laquelle le doyen de l'IG C. Pineau impose un nouveau cadre théorique s'inspirant des travaux de P. Parlebas, l'Association réagit. Elle demande s'il n'apparaît pas un « courant privilégié » (officiel ?) de pensée (et « de faire »)30 ? « Sur le fond, l'analyse repose sur les valeurs du réseau et la terminologie empruntée met en évidence les affinités avec le SNEP. Dans les mois qui suivent, à plusieurs reprises, la revue de l'Association donne une place jusqu'alors inexistante aux propos revendicatifs, ses colonnes s'ouvrant même l'espace d'un article à A. Becker, secrétaire national du SNEP31. Enfin, lorsque le Groupe technique disciplinaire et l'IG publient le projet de programme, les critiques adressées par l'AEEPS et le SNEP sont, quoique différentes en certains points, plus que jamais similaires.

  • 32 Bulletin du SNEP n° 487, 3 juillet 1995, p. 2.

19Opposé au texte, convaincu de sa légitimité, contraint selon lui de faire obstacle à un « coup de force32 » de l'IG et mandaté pour cela, le SNEP intervient directement auprès de F. Bayrou. Arguant de son indiscutable représentativité, il obtient du ministre le retrait du texte et renvoie à son point de départ une réflexion de huit ans. Gagnant, le SNEP ne le sera cependant qu'à court terme, car en usant de procédés purement syndicaux dans un débat pédagogique, il fait croître la contestation de son intervention en la matière.

  • 33 Mérand R., Témoignage recueilli à Paris, le 20.06.2002.

20En effet, si le SNEP conserve la confiance de la corporation, il rencontre, outre l'hostilité des adversaires de toujours, des critiques dans les rangs même de ses partisans. Plus significative que toute autre, l'analyse qui est alors faite par R. Mérand est sans concession : « J'ai soutenu UA et je continue d'ailleurs à faire en sorte que ça soit un syndicat, mais je dénie à l'heure actuelle au Syndicat ce qui aurait dû rester de l'attribut de l'Amicale ou d'une organisation, [...], à savoir s'occuper de la discipline [entendre de la pédagogie]33. » J. Zoro n'est pas en reste :

  • 34 Zoro J., op. cit.

« La défense des profs de gym, la défense de la profession, les indices, les nominations, ça c'est leur travail syndical ! Mais c'est pas forcément leur travail de dire : [...] "il faut pas faire telle méthode", "il faut faire la méthode sportive" [...]. On est en concurrence parce que eux, ils ont outrepassé leurs droits34. »

  • 35 N° 190, 1er trimestre 1995-1996, p. 3.

21Il n'est pas le seul, dans l'AEEPS, à raisonner ainsi. Le congrès 1995 de l'Association le révèle et le président de l'association J.-P Bonin, dans l'éditorial succédant les événements du mois de juillet, use d'une formule exprimant bien la volonté d'en finir avec des pratiques passées. Il écrit : « Tout particulièrement durant cette année scolaire, l'AEEPS sera vigilante et : Affirmera l'absence de préoccupations corporatistes. Veillera au pluralisme des choix et des conceptions sur l'EPS de l'École à l'Université35. »

*

22Au terme de cette brève présentation, il semble possible de dégager deux éléments essentiels qui, s'ils sont tirés d'une histoire singulière, peuvent sans nul doute la dépasser. Ainsi, nous avons vu qu'en menant des actions complémentaires dans la rénovation pédagogique de la discipline, syndicats et associations ont favorisé, non pas la stimulation du pluralisme, mais l'hégémonie d'une seule conception pédagogique devenant par là même normalisante. Enfin, nous avons pu également constater combien les moyens dont dispose un syndicat peuvent le faire verser plus que toute autre organisation dans une démarche idéologique et sont à même de déséquilibrer un débat d'idée qui nécessite, pourtant, comme dans toute confrontation, l'égalité des concurrents.

Notes

1 Bulletin officiel du syndicat national des professeurs d'éducation physique de l'enseignement secondaire n° 1, février 1927, p. 3-6.

2 Cité par Couturier G., l'EPS face au sport. 15 acteurs témoignent, Paris, EPS-Société, 1999, p. 114.

3 Parlebas P., Témoignage recueilli à Paris, le 07 juin 2002.

4 Zoro J., Témoignage recueilli à Croissy, le 8 mai 2003.

5 Klein G., Une affaire de discipline, Paris, Éditions revue EP. S, 2003, p. 201.

6 Poullart G., « La FSGT dans l'évolution des idées et des pratiques physiques et sportives », Andrieu, G. (dir.), Journée d'étude, l'Éducation Physique et le sport en France de 1958 à 1969, Paris, CRSTAPS Paris X Nanterre, 1988, p. 44-54, p. 53.

7 Bulletin du SNEP n° 11, mai 1970, p. 4.

8 Drevon A., Témoignage recueilli à Paris, le 12 mai 1999.

9 Prevost C.M, « Les occasions manquées de l'EPS », René, B.X. (dir), l'Éducation physique au xxe siècle en France, Paris, Éditions revue EP. S, 1995, coll. « dossiers EPS », p. 389-400, p. 393.

10 Martin J.-L., « Communisme et syndicalisme enseignant. Le cas du Syndicat national de l'Éducation physique », Communisme, n° 76/77, 2003-2004, p. 105-135, p. 123.

11 Thibault J., « La face cachée de l'EPS », René B.X., op. cit., p. 401-419, p. 409.

12 Chaigneau M., Témoignage recueilli à Paris, le 7 mai 2003.

13 Bulletin du SNEP n° 100, septembre 1977, p. 20.

14 Bulletin du SNEP n° 6, janvier 1970, p. V.

15 Bourdieu P., Ce que parler veut dire. L'économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, 1982.

16 Parlebas P., op. cit.

17 Thébaud F., Bard C., « Les effets antiféministes de la Grande Guerre », Bard C. (dir.), Un siècle d'antiféminisme, Fayard, 1999, p. 149-162, p. 155.

18 Bulletin du SNEP n° 83, janvier-février 1976, p. 29.

19 Brohm J.-M., Témoignage recueilli à Montpellier, le 14 mai 2003.

20 Chaigneau m., op. cit.

21 Davisse a., Témoignage recueilli à Paris, le 6 mai 2003.

22 Milliani M., « La fabrication du discours officiel de l'EPS », Baillette, F. Brohm, J.-M. (dir.), Traité critique d'EPS, Montpellier, Éditions Quel corps ? 1994, p. 86-92 p. 88.

23 Bulletin du SNEP n° 341, 3 novembre 1989, p. 8.

24 René B.X., « L'un et le multiple en EPS ou la puissance du mythe unitaire », Baillette F., Brohm J.-M. (dir.), op. cit., p. 42-52, p. 44.

25 EPS, académie de Nantes. Revue académique des enseignants d'EPS n° 6, 1991-1992, p. 9.

26 Zoro J., op. cit.

27 Thibault J. op. cit., p. 412.

28 René, B.X., « L'autonomisation d'une corporation », René B.X. (dir.), op. cit., p. 262.

29 Parlebas P., op. cit.

30 Étude critique et position de l'AEEPS, in Hyper n° 180, 3e trimestre 1992-1993, p. 4-6, p. 4.

31 Hyper n° 183, 2e trimestre 1993-1994, p. 11-12.

32 Bulletin du SNEP n° 487, 3 juillet 1995, p. 2.

33 Mérand R., Témoignage recueilli à Paris, le 20.06.2002.

34 Zoro J., op. cit.

35 N° 190, 1er trimestre 1995-1996, p. 3.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search