Version classiqueVersion mobile

Syndicats et associations

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Françoise Tétard

Troisième partie. Écosystèmes syndicaux et complémentarité

La CGT et son Institut d'histoire sociale

Michel Pigenet

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Michel Pigenet

2Depuis 22 ans, l'Institut CGT d'histoire sociale - IHS - affiche une filiation qui pourrait faire douter de son caractère d'association relevant de la loi de 1901. C'est à ce titre, pourtant, que ses fondateurs le déclarent à la Préfecture de police, le 19 novembre 1981. L'option ne va pas de soi. Gage supposé de souplesse et d'ouverture, l'autonomie, voire l'indépendance, que sanctionne la procédure instaure une distance avec la Confédération dont le fédéralisme censé régir les relations avec les structures affiliées n'a jamais concerné les secteurs ou départements de l'appareil central. Malgré l'évidence des liens militants et la subordination implicite de l'Institut, la situation organisationnelle ainsi créée présente un cas intéressant, sinon fréquent, de relations syndicat-association que nous nous proposons d'étudier dans leurs développements souhaités ou imprévus.

La création de l'ICGTHS : les avantages attendus de la voie associative

Les circonstances d'une initiative inhabituelle

  • 1 Archives de l'IHS (AIHS).

3Si Marc Piolot, alors directeur du Centre confédéral d'éducation ouvrière, semble être à l'origine de l'idée d'un Institut d'histoire, l'implication du sommet de la CGT, en l'occurrence de Georges Séguy, sera déterminante pour sa mise en œuvre. Par une note adressée, le 19 mars 1981, à ses camarades du bureau confédéral, l'ancien cheminot toulousain évoque la question du tri raisonné des archives de la centrale à la veille du transfert du siège de la CGT à Montreuil1. Georges Séguy souligne les responsabilités de la Confédération en matière d'histoire sociale. Face aux carences constatées, il propose la fondation d'un institut qui, par sa composition, son fonctionnement et ses travaux serait « indiscutable et indiscuté parmi les historiens ». En tant que tel, il offrirait la possibilité à « nombre de militants ex-responsables de haut niveau » de transmettre leurs connaissances, expériences et souvenirs. Au terme d'un mandat qu'il ne renouvellera pas, le secrétaire général se dit prêt à superviser le nouvel organisme.

  • 2 Cf. Pigenet M. « Entre exigences historiennes, impératifs d'organisation et démarche identitaire : (...)

4Les craintes d'une dislocation de la mémoire ouvrière et « révolutionnaire » sous les coups des restructurations confortent le projet dont on entend qu'il supplée les silences reprochés aux programmes scolaires. Diverses sollicitations, universitaires ou autres, attirent par ailleurs l'attention sur le danger d'une dépossession d'archives syndicales au profit d'institutions extérieures, sinon hostiles, au mouvement2. Le projet rencontre la volonté de ressourcement identitaire de militants inquiets devant l'audience croissante du « réformisme » politique et syndical que scellent, au printemps 1981, les succès du Parti socialiste aux élections présidentielles et législatives.

5Les archives consultées restent muettes sur d'éventuelles objections à l'égard de la forme associative retenue. À défaut d'être totalement inédite, l'expérience cégétiste en ce domaine demeure limitée. La plupart des cas connus résultent d'ordinaire, à l'instar de Tourisme et travail ou de L'Avenir social, de la prise de contrôle d'organisations préexistantes. Formé en 1979, à la suite d'une décision confédérale, l'Indecosa, institut spécialisé dans les problèmes de consommateurs, constitue la plus notable exception à la règle. S'agissant de l'IHS, et indépendamment d'une possible levée, au tournant des années 1970-1980, de vieilles réticences de principe, le statut associatif paraît le mieux à même de s'adapter aux particularités de son champ d'intervention et de satisfaire les attentes des dirigeants de la CGT.

Objectifs et perspectives

6Selon l'article 2 de ses statuts, l'association se fixe trois grands objectifs :

  • « Le collectage et le traitement d'informations et de documents de toute nature se rattachant à l'histoire sociale française et internationale (...) et leur exploitation à des fins de formation et de recherche historique.
  • La mise en œuvre d'études, de recherches et de larges confrontations dans les domaines de son champ d'investigation.
  • La contribution à l'information et la formation des militants syndicaux, des travailleurs, des étudiants et de toutes les organisations et organismes intéressés à l'histoire sociale ».
  • 3 AIHS. Allocution du 13 janvier 1982.
  • 4 Marc Piolot sera directeur du CCA et secrétariat général de l'Institut jusqu'à son remplacement pa (...)

7Les ambitions énumérées se calquent sur celles d'un authentique Institut d'Histoire. Lors de la présentation publique de l'IHS, Henri Krasucki confirme qu'il n'est « pas un instrument de propagande », mais un « lieu de recherches qui doit obéir aux règles de sérieux, d'approches scientifiques que requièrent les études sociales3 ». Le futur secrétaire général de la CGT prend soin de préciser que le régime de la loi de 1901 favorisera une « ouverture » jugée indispensable. La composition du conseil d'administration et d'orientation, ou, plus nettement, du conseil scientifique, témoigne du souci d'associer une partie de la gauche universitaire aux activités de l'Institut. Cette préoccupation conduit à distinguer celles-ci du travail de récupération, tri, préservation et gestion des archives confiées à un nouveau Centre confédéral, service interne de la CGT placé sous l'autorité directe de son secrétaire général4.

  • 5 AIHS, carton IHS Aquitaine. Comité régional CGT, le 29 juin 1983.

8Régulièrement rappelé, le caractère associatif de l'Institut est censé garantir la volonté de développer des études « pluridisciplinaires et plurielles ». Là n'est pas, cependant, l'unique atout d'un statut dont on espère qu'il facilitera l'accès aux financements publics. Outre les subventions accordées pour la réalisation d'expositions ou de colloques, l'IHS obtiendra la mise à disposition de fonctionnaires de l'Éducation nationale et de la Culture. Desservie par une trop flagrante identité cégétiste, l'ambition, un moment avancée, d'une habilitation de l'Institut en qualité d'organisme « officiel de formation permanente pour des professeurs qui le souhaiteraient5 » ne se concrétisera pas.

Une ouverture contrôlée

  • 6 AIHS. Note du 29 octobre 1981.
  • 7 Idem. Bureau, le 8 juin 1988.
  • 8 Pruvost G., Cahiers d'histoire sociale, n° 37, mars 1991, p. 21.
  • 9 AIHS, carton IHS Limousin. CA du 11 janvier 1991.

9L'IHS ne fait pas mystère de son appartenance à la mouvance CGT. Quelques semaines avant sa déclaration à la Préfecture, Marc Piolot relativise sérieusement la portée de l'autonomie proclamée. L'Institut, résume- t-il dans une note interne, sera « pour l'essentiel, un service confédéral6 ». Ce genre d'amalgame ne sera bientôt plus de mise, fût-ce devant des auditoires acquis. « Ni secteur de travail de la CGT, ni organisation autonome7 », l'IHS demeure toutefois un « outil » destiné « prioritairement » à l'information, la formation et la recherche « utile » des organisations et des militants8. En dépit du mutisme de ses statuts sur ce point, l'adhésion aux « valeurs de la CGT » semble aller de soi, mais n'amène pas à reprendre « forcément » tous les « mots d'ordre » et les campagnes de la Confédration9.

  • 10 AIHS. CAO du 12 octobre 1982.

10En tout état de cause, recommande Georges Séguy, « il faut que nous ayons la maîtrise de nos recherches et la possibilité (...) de ne pas laisser notre Institut servir de caution à des orientations que nous ne saurions approuver10 ». Les statuts s'y emploient à travers la place réservée aux membres « fondateurs » - la Confédération et ses structures —, le filtrage des adhésions des « associés » par le conseil d'administration et d'orientation - CAO. Un document d'octobre 1981 accorde un siège, au titre des « fondateurs », à six services confédéraux, cinq fédérations ou unions professionnelles et deux unions régionales. À cette date, il est prévu que les instituts régionaux et fédéraux fourniront le gros des administrateurs élus par les « associés ». Dispensées de cotisation et regroupées dans la catégorie des « membres d'honneur », les « personnalités compétentes intéressées par les activités de l'Association » peuvent assister aux assemblées générales, mais sont privées du droit de vote.

11Présidé par Georges Séguy et animé par Marc Piolot, le premier bureau ne compte que des dirigeants de la CGT. En pratique, l'orientation et le fonctionnement de l'Institut reposent sur le triumvirat que forment Georges Séguy, Marc Piolot et Henri Sinno, lesquels jouissent de la confiance absolue du bureau confédéral.

Une intervention singulière dans le champ de l'histoire

Regard de l'institution sur 20 ans d'activité

  • 11 Joël Hedde a succédé à Georges Pruvost au secrétariat général de l'IHS en 1995.
  • 12 Liaisons, n° 14, février 2002.

12En 2002, le vingtième anniversaire de l'IHS fournit le prétexte d'un bilan d'activité plus étoffé qu'à l'ordinaire et sert de point d'appui à une réflexion sur le devenir de l'Institut. Les initiatives programmées pour l'occasion participent d'une campagne de promotion au sein de la CGT. Ainsi la commission exécutive de la CGT invite-t-elle le bureau de l'association à sa session du 4 avril. Mandatés pour y intervenir, Georges Séguy et Joël Hedde11 introduisent un débat très organisationnel autour du thème « Comment conjuguer nos efforts afin de déployer un travail plus efficace sur l'histoire sociale ? Comment impulser la création d'instituts locaux et professionnels12 ? » Le même jour, une autre rencontre propose aux militants de passage au siège de la Confédération de faire « la connaissance de l'histoire sociale : pourquoi ? par qui ? pour quelle efficacité sociale ? ». Une rétrospective présente les initiatives passées de l'Institut à côté de deux expositions consacrées à la Commune de Paris et à une sélection de photos de La Vie ouvrière.

  • 13 Idem, n° 15, juin 2002.

13Quelques semaines plus tard, à Quiberon, les responsables des instituts tirent les leçons des vingt ans de l'IHS. Attentif à sa « crédibilité scientifique », Joël Hedde se félicite du chemin parcouru13. Évalué à l'aune des relations établies avec les universitaires et différents organismes publics ou privés, du rayonnement des manifestations — expositions, colloques, conférences, etc. —, des réalisations audiovisuelles ou des publications, le pari de l'ouverture se sera révélé payant. Du moins en termes de rayonnement, car les moyens humains et financiers s'avèrent sans commune mesure avec l'activité déployée.

L'Institut et son réseau : la modestie des moyens

  • 14 Aihs et Bressol E., Cahiers d'histoire sociale, n° 81, mars 2001.

14Adossés à la CGT, plus tournés vers une activité de type intellectuelle que préoccupés de mobilisation, les dirigeants de l'IHS n'ont jamais visé à en faire une organisation « de masse ». La discrétion des archives sur l'évolution des effectifs témoigne moins d'un culte du secret que d'une relative indifférence envers ces questions. Ce que paraissent confirmer les fluctuations du nombre des abonnés aux Cahiers d'histoire sociale, le trimestriel publié à compter de mars 1982. De 390 en 1984, le total se hisse à 557 dix ans plus tard, avant de tomber à 381 en 1997, pour se redresser et atteindre 862 en 200214. Les résultats d' une enquête menée au début des années 2000 dessinent le profil de syndiqués âgés et de sexe masculin. La rubrique professionnelle tranche toutefois avec l'image-type du retraité cégétiste pour montrer une sur-représentation des abonnés issus des milieux de l'enseignement et de la culture. Indice d'ouverture ? On se gardera d'une réponse abrupte au vu des effectifs considérés et compte tenu des préalables socioculturels conditionnant la participation à la vie de l'Institut. Au vrai, l'ouverture passe moins par le recrutement qu'à travers les collaborations développées.

  • 15 Idem. Note de J. Hedde, le 6 octobre 1998.

15Les finances traduisent la modestie des moyens. En 1985, le budget avoisine 117 500 francs. Cette année-là, les cotisations et les abonnements couvrent moins du tiers des recettes, très dépendantes des subventions. Pour ne pas être exceptionnelle chez les associations à vocations pédagogiques et culturelles, ce concours n'est pas dénué d'effets. Réduit au strict minimum, l'appareil technique repose sur le concours bénévole de retraités et de préretraités. Très tôt, la Confédération réaffecte ailleurs la secrétaire administrative détachée, un temps auprès de l'Institut. Après 1995, celui-ci ne récupère que la moitié du poste attribué, quelques mois, à l'éphémère association créée pour la commémoration du Centenaire de la CGT. En 1998, la frappe d'une partie du courrier et des articles des Cahiers s'effectue au gré de la disponibilité du personnel des services confédéraux15. À l'évidence, les moyens n'ont pas suivi la croissance des engagements de l'Institut national, pièce maîtresse d'un réseau d'organismes similaires dont il encourage la fondation aux divers échelons de la CGT.

  • 16 Idem. CAO du 12 octobre 1982.
  • 17 Idem, carton de l'IHS Alsace. Réunion du 26 avril 1983.

16Chronologiquement, le Centre d'Histoire du mouvement syndical des travailleurs de la région Rhône-Alpes, inauguré le 2 octobre 1981, a précédé l'IHS confédéral. Ses responsables impulsent le mouvement, multiplient les visites et les réunions d'information en province et dans les fédérations. Fédéralisme oblige, la décision de créer un institut appartient aux directions syndicales. Si le modèle national prévaut, la forme associative, fût- elle régie par des statuts-types, pousse à l'autonomie que conforte la profondeur de l'enracinement professionnel ou local. Lorsque Marc Piolot et Georges Séguy s'interrogent sur la « liberté d'initiative » des nouveaux instituts, ils insistent d'abord sur sa compatibilité avec leur nécessaire maintien « sous l'autorité et la responsabilité » des structures syndicales16. Pour le reste, les instituts ne sauraient être le produit de la « simple décentralisation » de leur homologue confédéral. Dans l'esprit de Georges Séguy, les IHS régionaux ou corporatifs ne sont « ni des succursales ni des antennes » de Montreuil17.

  • 18 Idem, carton IHS PTT. Intervention de S. Lottier, AG du 23 novembre 1998.
  • 19 Idem, carton IHS Midi-Pyrénées. CA du 24 mars 1999.
  • 20 Idem, carton IHS Aquitaine. CA du 14 décembre 1984.

17Sur place, les uns et les autres trouvent leurs marques et usent des opportunités offertes par la loi de 1901. Des demandes de subventions sont adressées aux DRAC, aux conseils généraux et régionaux. À son tour, l'Institut des PTT vérifie les atouts de la forme associative en matière de financements ou d'« entrées dans des milieux où la Fédération n'aurait pas forcément les portes ouvertes18 ». L'IHS de Midi-Pyrénées est invité, en 1984, à désigner un représentant dans une instance universitaire19. La même année, les cégétistes d'Aquitaine discutent de l'intégration dans leur conseil scientifique d'un ancien dirigeant de la CFDT, du vice-président du comité économique et social régional, voire d'une figure, réputée « sociale », du patronat girondin20.

  • 21 Hedde J., Liaisons, n° 12, juillet 2001.
  • 22 Bressol E.,., Liaisons, n° 15, juin 2002.

18L'aide apportée, l'autorité, et le savoir-faire de ses dirigeants, les relations maintenues par la Confédération avec le monde universitaire, expliquent l'influence de l'IHS national sur les instituts qui, souvent, calquent leur programme sur celui de Montreuil. Georges Pruvost les y incite. La multiplication des associations — une trentaine en 2002 — modifie toutefois la donne. Depuis 1984, des journées d'études les réunissent chaque année. S'ils acceptent volontiers de confronter leurs expériences et admettent l'utilité d'une orientation commune, les IHS ne se montrent pas moins jaloux de leurs prérogatives et spécificités. Face au danger d'une « concurrence (...) préjudiciable » entre instituts professionnels et régionaux, Joël Hedde prône l'adoption d'une démarche « plus fédérative », mais l'idée d'une « confédéralisation » des moyens suscite de vives réticences21. Nouvelle secrétaire générale, Élyane Bressol avance sans grand succès, en 2002, le principe d'une « Charte de vie » des instituts qui, respectueuse du caractère propre de chacun, manifesterait néanmoins la « volonté politique » de travailler ensemble22. Malgré un luxe de précautions, ses propositions en matière de cotisations ne sont pas mieux accueillies.

  • 23 Hedde J., Liaisons, n° 15, juin 2002.
  • 24 AIHS. Bureaux des 8 juin et 3 novembre 1988.
  • 25 Hedde JLiaisons, n° 15, juin 2002.

19D'autres problèmes se font jour. Plus profonds, ils touchent à la place exacte de l'IHS dans le dispositif cégétiste. Victime, en quelque sorte, de son succès après vingt ans d'existence, l'Institut confédéral connaîtrait une « crise de croissance23 ». Les progrès accomplis dans les relations avec les chercheurs, les institutions universitaires et les archives publiques n'entraînent aucune réévaluation du côté de la Confédération. Déplorée en 198824, la « fragilité » de la position de l'IHS au sein de la CGT est toujours d'actualité une décennie plus tard. Aussi bien Joël Hedde peut-il regretter la situation paradoxale d'un Institut dont l'activité semble désormais mieux connue et appréciée « de nos partenaires que de nos propres organisations25 ». La solidité des liens maintenus avec la centrale est moins en cause, ici, que le champ d'intervention de l'IHS.

L'Institut : quel outil cégétiste ?

Une filiation revendiquée

  • 26 Idem. CAO du 6 octobre 1983.
  • 27 Idem, carton IHS Aquitaine. Réunion du 21 juin 1999.
  • 28 Idem, carton IHS PTT. Déclaration de S. Lottier, le 23 novembre 1998.
  • 29 Idem, Note de G. Pruvost au bureau confédéral, le 2 septembre 1988.
  • 30 Idem, Note de G. Pruvost, le 2 avril 1992.

20À Montreuil comme en province, les militants placés à la tête des instituts ne conçoivent pas leur rôle autrement que sous le contrôle et dans le cadre des objectifs de la CGT Ils le disent et en assument les conséquences. En 1983, Georges Séguy fixe la ligne en termes clairs : « nous ne travaillons pas pour une élite (...), nous travaillons pour contribuer de notre mieux dans ce domaine à la lutte que mène la CGT, la lutte syndicale révolutionnaire des travailleurs de notre pays26 ». Avec d'autres mots, Joël Hedde garde le cap, seize ans plus tard. « La priorité, stipule-t-il, n'est pas ce que l'on écrit d'un point de vue scientifique, mais à quoi cela va servir et à qui cela s'adresse27. » Désireux de marquer sa rupture avec les formes anciennes d'instrumentalisation, l'IHS accepte la pluralité d'interprétation dans ses colloques, mais continue néanmoins à se réclamer d'une démarche militante que n'ébranle pas la fréquentation des historiens professionnels. Partie prenante d'une « bataille idéologique » lourde d'enjeux sociaux et politiques, l'histoire « ne saurait être impartiale ou objective28 ». Cette position se traduit par la prépondérance, dans les Cahiers, des contributions de syndicalistes, l'ancrage des initiatives dans l'actualité. Elle se lit aussi dans la tentation toujours présente de soumettre les conclusions des initiatives aux priorités et à la tactique du moment. La tendance est flagrante à l'occasion de commémorations de portée nationale, irréductibles à « un simple événement historique29 ». En prévision du Bicentenaire de la Révolution française, l'IHS travaille étroitement avec le bureau confédéral et renforce la commission ad hoc désignée par celui-ci. Lors du Centenaire de la CGT, le secrétaire général de l'IHS soutient la création d'une Association spécifique « largement pluraliste », en mesure de « fédérer et de labelliser » les initiatives30. Dans la perspective d'un partage des tâches, il réserve à l'Institut la mission de « tenir le terrain historique et scientifique », mais prévient qu'il ne pourra « suppléer les responsabilités propres de la CGT et de ses organisations ».

  • 31 Idem, Bureau du 6 octobre 1989.

21À l'origine, nul ne voit de contradiction entre la forme associative et l'existence de relations suivies avec les directions syndicales. Il apparaît normal que le plan de travail de l'IHS national soit soumis à l'appréciation du bureau confédéral. Pour tous, les modalités de cette subordination garantissent la justesse de l'entreprise et son intégration dans l'activité cégétiste. En un sens, elles assurent le retentissement universitaire ou médiatique d'activités dont le parrainage explicite par la première centrale syndicale et la participation annoncée de militants « historiques » rehaussent l'attrait. Ces liens finissent toutefois par se relâcher, au grand dam des dirigeants de l'Institut. À la faveur du bilan critique tiré de la trop faible implication des syndicats dans la commémoration du Bicentenaire, ils obtiennent qu'un secrétaire confédéral - Jean-Claude Laroze - rétablisse une « liaison plus régulière31 ». Sur la lancée, ils réactivent les différentes instances statutaires - bureau, conseil d'administration et d'orientation, conseil scientifique - de l'IHS et remanient leur composition. Bien peu pensent toutefois que les difficultés rencontrées puissent être résolues par des mesures d'organisation.

Une position ambivalente dans le dispositif cégétiste

  • 32 Idem. Rapport de G. Pruvost, le 12 mai 1989.
  • 33 Idem. Note de G. Pruvost, le 5 juin 1989.
  • 34 Idem, note de l'IHS (sd).

22Dans le meilleur des cas, observe Georges Pruvost, les instituts bénéficient de la sympathie et de la confiance des militants32. Il s'en faut de beaucoup, pour autant, que ceux-ci s'emparent de leurs travaux et réalisations. L'IHS « est encore trop souvent perçu (...) comme extérieur, un supplément, sinon un luxe de la vie syndicale33 ». Au point d'amener ses cadres de l'IHS à poser la question de son « utilité34 ».

  • 35 Marache C., Les Cahiers de l'Institut, n° 1, 1998.
  • 36 AIHS, carton IHS Midi-Pyrénées. CA du 24 février 1993.
  • 37 Liaisons, n° 12, juillet 2001.
  • 38 Idem.

23Les adhérents paraissent moins sceptiques. Nombre d'entre eux se piquent au « jeu », font l'ambition de s'« approprier (leur) propre histoire sociale et de la faire à partir de ceux qui l'ont construite et vécue35 ». Des dizaines s'initient aux techniques de l'archivage. Quelques-uns vont plus loin et s'agrègent aux groupes de travail et de réflexion. Sollicités en qualité de témoins, ils se familiarisent chemin faisant avec les méthodes et les problématiques historiennes. Si bien des préventions subsistent à l'égard des chercheurs et de l'histoire académique, les coopérations élargissent les horizons, suscitent des attitudes nouvelles. Des critiques s'élèvent contre une programmation trop prisonnière de l'actualité. Le mouvement est amplifié par le recrutement privilégié des instituts parmi les retraités. Moyen de prolonger une sociabilité militante, l'activité procède aussi, à sa manière, de cette quête du passe-temps et de la découverte qui assure le succès des clubs du troisième âge. Du côté des militants, les instituts sont volontiers qualifiés de « succursales des syndicats de retraités36 ». La caricature cache parfois le malaise qu'éprouvent les plus jeunes envers d'anciens syndicalistes, fiers de leurs conquêtes et sévères à l'égard d'héritiers qui n'auraient pas su les étendre ou les défendre. « Les actifs nous traitent d'anciens combattants (...) et nous contestent le droit de nous mêler de l'actualité », se plaint l'un d'eux, en 200137. Phénomène de génération renforcé par la frontière organisationnelle, l'incompréhension frôle la confrontation. « On entend dire que les militants des instituts ne sont pas dans la démarche CGT d'aujourd'hui », relève une de leurs responsables38.

  • 39 AIHS. Rencontre avec le bureau confédéral, le 18 novembre 1998.
  • 40 AIHS, carton IHS PTT. Intervention d'A. Gautheron, le 30 novembre 1999.

24De nouveau, l'IHS national se tourne vers le bureau confédéral dont il attend « un engagement plus déterminé39 ». « L'Institut a besoin de la CGT pour vivre, mais la CGT a, elle aussi, besoin de l'Institut », argue-t-on. Si les dirigeants de ce dernier peuvent vanter les atours d'un IHS dont le renom rejaillit sur l'image de la centrale, ils ont plus de peine à convaincre leurs interlocuteurs de l'utilité de l'IHS « pour alimenter la réflexion sur l'expérience passée et anticiper sur l'avenir ». Tout se passe comme si la déstabilisation des certitudes et des projets qui fondaient l'identité cégétiste se retournait contre la confiance que le sommet de la Confédération accordait jusque-là à l'Histoire. Et, par suite, à l'IHS dont le projet peut croiser les attentes d'une partie des syndicalistes désireux « de (se) ressourcer, d'entretenir (leur) mémoire, (leur) identité, (leur) fonction40 », mais perd le caractère stratégique qui était encore le sien en 1981. Si les succès de l'Institut le confirme dans sa fonction d'« outil » syndical, force est de constater que la dimension « fleuron » de celui-ci tend à prévaloir dans l'exacte mesure de la spécialisation-banalisation que laissait présager, en un sens, sa forme associative.

Notes

1 Archives de l'IHS (AIHS).

2 Cf. Pigenet M. « Entre exigences historiennes, impératifs d'organisation et démarche identitaire : l'Institut CGT d'Histoire sociale (1982-2002) » in Andrieu C., Lavabre M.-C., Tartakowsky D. (dir.), Politiques du passé. Usages politiques du passé dans la France contemporaine, Aix-en Provence, PUP, 2006, p.241-251.

3 AIHS. Allocution du 13 janvier 1982.

4 Marc Piolot sera directeur du CCA et secrétariat général de l'Institut jusqu'à son remplacement par Georges Pruvost, en 1985.

5 AIHS, carton IHS Aquitaine. Comité régional CGT, le 29 juin 1983.

6 AIHS. Note du 29 octobre 1981.

7 Idem. Bureau, le 8 juin 1988.

8 Pruvost G., Cahiers d'histoire sociale, n° 37, mars 1991, p. 21.

9 AIHS, carton IHS Limousin. CA du 11 janvier 1991.

10 AIHS. CAO du 12 octobre 1982.

11 Joël Hedde a succédé à Georges Pruvost au secrétariat général de l'IHS en 1995.

12 Liaisons, n° 14, février 2002.

13 Idem, n° 15, juin 2002.

14 Aihs et Bressol E., Cahiers d'histoire sociale, n° 81, mars 2001.

15 Idem. Note de J. Hedde, le 6 octobre 1998.

16 Idem. CAO du 12 octobre 1982.

17 Idem, carton de l'IHS Alsace. Réunion du 26 avril 1983.

18 Idem, carton IHS PTT. Intervention de S. Lottier, AG du 23 novembre 1998.

19 Idem, carton IHS Midi-Pyrénées. CA du 24 mars 1999.

20 Idem, carton IHS Aquitaine. CA du 14 décembre 1984.

21 Hedde J., Liaisons, n° 12, juillet 2001.

22 Bressol E.,., Liaisons, n° 15, juin 2002.

23 Hedde J., Liaisons, n° 15, juin 2002.

24 AIHS. Bureaux des 8 juin et 3 novembre 1988.

25 Hedde JLiaisons, n° 15, juin 2002.

26 Idem. CAO du 6 octobre 1983.

27 Idem, carton IHS Aquitaine. Réunion du 21 juin 1999.

28 Idem, carton IHS PTT. Déclaration de S. Lottier, le 23 novembre 1998.

29 Idem, Note de G. Pruvost au bureau confédéral, le 2 septembre 1988.

30 Idem, Note de G. Pruvost, le 2 avril 1992.

31 Idem, Bureau du 6 octobre 1989.

32 Idem. Rapport de G. Pruvost, le 12 mai 1989.

33 Idem. Note de G. Pruvost, le 5 juin 1989.

34 Idem, note de l'IHS (sd).

35 Marache C., Les Cahiers de l'Institut, n° 1, 1998.

36 AIHS, carton IHS Midi-Pyrénées. CA du 24 février 1993.

37 Liaisons, n° 12, juillet 2001.

38 Idem.

39 AIHS. Rencontre avec le bureau confédéral, le 18 novembre 1998.

40 AIHS, carton IHS PTT. Intervention d'A. Gautheron, le 30 novembre 1999.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search