Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Syndicats et associations

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Françoise Tétard

Troisième partie. Écosystèmes syndicaux et complémentarité

CFTC et associations chrétiennes de formation ouvrière : complémentarité et débats

Bruno Béthouart

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Bruno Bethouart

  • 1 Ponson Ch, Les catholiques lyonnais et la Chronique sociale, Lyon, PUL, 1979, p. 138.

2Après la Révolution française, l'Église est confrontée à un double problème, celui du défi libéral avec son corollaire, le socialisme, et celui du renforcement des missions propres de l'État. Trois solutions s'offrent alors aux catholiques sociaux : le retour à un État chrétien souhaité et espéré par les intransigeants notamment contre-révolutionnaires, la solution « libérale » d'acceptation d'une société sécularisée où les chrétiens vont vivre les valeurs évangéliques et la stratégie de la « reconquête » de la société grâce à un réseau d'institutions chrétiennes insérées dans le cadre démocratique issu de la Révolution1. Le syndicalisme chrétien, en référence à l'encyclique Rerum novarum publié en 1891 par Léon XIII, « le pape des ouvriers », qui demande également le ralliement à la République l'année suivante, s'inscrit dans cette dernière logique. Fortement adossée au mouvement catholique, la centrale chrétienne monte en puissance, y compris de 1940 à 1944 où elle s'oppose à la Charte du Travail, avant le temps de la contestation en interne et dans les associations proches.

La CFTC des origines et le mouvement catholique

D'abord un syndicat d'employés

  • 2 Launay m., Le syndicalisme chrétien en France de 1885 à nos jours, Bibliothèque d'Histoire du Chri (...)
  • 3 Launay m., op. cit., p. 21.
  • 4 Remond r., Les catholiques dans la France des années trente, Cana, 1979, Masson-Gadenne C., Le car (...)

3Les frères des écoles chrétiennes, installés rue des Petits-Carreaux, à Paris, marqués par la spiritualité de Benoît-Joseph Labre, sont à l'origine de la CFTC. Dès 1887, Le frère Hiéron réussit à mettre en place un Syndicat des employés du commerce et de l'industrie (SECI). Un journal L'Employé est créé en 1891 : Jules Zirnheld, Charles Viennet, Gaston Tessier animent cette organisation comptant plus de 13000 adhérents en 19132. En 1919, Jules Zirnheld préside la jeune Confédération chrétienne dont Gaston Tessier devient le secrétaire. Les 350 délégués représentent alors 100 000 adhérents. Les terres syndicales chrétiennes sont celles du SECI et du catholicisme social ; le Nord, l'Alsace, le Jura, le Lyonnais et Saint- Étienne, Toulouse, Bordeaux et le pays nantais3 La prise de position de la Sacrée Congrégation du Concile en 1928 en faveur des syndiqués chrétiens du textile dand le Nord leur procure la reconnaissance romaine et le soutien de Mgr Liénart, le « cardinal des ouvriers4 ».

Lien avec l'Action catholique générale

  • 5 cholvy g., hilaire y.-m., Histoire religieuse de la France contemporaine, 1880-1930, t. 2, Toulous (...)
  • 6 Masson-gadenne C., Le cardinal Liénart, évêque de Lille, Paris, Cerf, 2001, p. 447.

4L'Association catholique de la jeunesse française, fondée en 1886 par Albert de Mun, devient, au début du xxe siècle, un vecteur essentiel de diffusion de la doctrine sociale de l'Église. Proche du Sillon lorsque celui-ci débute, elle adhère au souhait de Marc Sangnier de mettre en place des cercles d'études, des Instituts populaires cherchant à concrétiser les convictions sociales par le biais de mutualités ou de jardins ouvriers. Marqué également par l'influence franciscaine, celle du tiers ordre, ce mouvement de jeunesse catholique acquiert une sensibilité sociale. En 1903, un congrès de l'ACJF traite de la question syndicale à Châlons-sur-Saône, deux ans plus tard, celui d'Albi porte sur « les conditions de travail de la jeunesse ouvrière ». Dès 1905, un cinquième des groupes est implanté dans le milieu ouvrier5. De 15 000 membres recensés en 1898, l'ACJF passe à 140 000 jeunes en 1913. En 1927, François de Menthon, président national, au congrès de Rouen estime que les catholiques « laissent à [leurs] adversaires le monopole des revendications ouvrières les plus légitimes ». Des voix s'élèvent pour approfondir « l'apostolat du semblable par le semblable ». Pie XI, en 1930, estime que « c'est un scandale que l'Église ait perdu le monde ouvrier6 ».

L'importance des secrétariats sociaux, véritables catalyseurs

  • 7 Cholvy G., Hilaire Y.-M., op. cit., p. 160.

5Le premier secrétariat social est créé à Lyon en 1892, puis, toujours dans cette ville, sous l'impulsion de Marius Gonin, sont lancées les premières « les semaines sociales de France » en 1904, sortes d'universités d'été, présidées par Henri Lorin puis par Eugène Duthoit. Association régie par la loi du 1er juillet 1901, cette université itinérante a pour but d'organiser chaque année, dans une ville différente, un cycle de leçons et de conférences sur un thème de société abordé à la lumière des principes chrétiens. Des responsables syndicaux y interviennent et, en 1909, la session de Bordeaux insiste sur le mouvement syndical et l'organisation professionnelle7. Deux autres associations proches accueillent des syndicalistes chrétiens : l'Union d'études des catholiques sociaux fondée en 1920 qui fait des enquêtes et des rapports dans le cadre de sections locales sur le thème de la future Semaine et la Société des amis des Semaines sociales créée en 1932 qui récolte des fonds.

  • 8 Greil O., Le M.R.P. en Gironde, 1945-1954, Bégles, Imprimerie centrale de Bordeaux, p. 10.
  • 9 Action sociale, juillet-aôut-septembre 1983, n° spécial, n° 150, « Des secrétariats sociaux d'hier (...)

6Dès 1907, Jean Lerolle, Auguste Champetier de Ribes, Jean Zamanski, Georges Piot et Maurice Eblé fondent le Secrétariat social de Paris, installé avenue du Maine. Une collaboration étroite s'engage avec l'Action populaire qui vient de se fonder à Reims. Jean Zamanski propose dans la célèbre collection « Jaune » des pères jésuites une étude sur la participation aux bénéfices et à la gestion. Dès avril 1919, le même organisme est créé à Bordeaux par le jésuite Antoine Dieuzayde8. Les secrétariats sociaux diffusent la doctrine sociale de l'Église et instruisent de futurs responsables du syndicalisme chrétien. Ceux-ci sont formés à l'assistance et à la prévoyance sociale, à l'action professionnelle. Des bureaux de placement pour les chômeurs, des services gratuits de contentieux, des coopératives, des mutuelles sont créés. Dans des commissions d'études, le lien s'établit entre la doctrine et l'action9. En 1921 est créée l'Union nationale des secrétariats sociaux puis, en 1927, se met en place un Secrétariat national à Paris. Celui-ci est présidé en 1932 par Jean Lerolle, député de Paris, Philippe de Las Cases assure la vice-présidence, et Gaston Tessier, secrétaire général de CFTC, est membre du bureau. Le but est de « faciliter l'organisation des forces sociales catholiques éventuellement regroupées dans un Comité d'action sociale catholique mais en même temps ne pas perdre leur originalité ».

  • 10 Saint-Nicolas-les-Arras : archives privées, Jules Catoire.

7Dans la région du Nord, les secrétariats sociaux ne se développent qu'au début des années vingt. Les cercles d'études visent, comme le rappelle lpère Piat10 en mars 1933, à « ne pas séparer l'étude de l'action », de remonter du fait concret au principe directeur, « de la matière vivante à la doctrine de vie ». Sur l'ensemble de la région en 1932, il a été organisé 139 cercles d'études pour les dirigeants ouvriers dont 28 pour les responsables féminines. En novembre 1931, lors du congrès annuel du secrétariat social de Roubaix-Tourcoing, il est rappelé que le Syndicat libre représente la moitié de l'effectif CGT, que 50 000 ouvriers sont assurés et que 150 000 foyers adhèrent à la mutuelle « La Famille ».

L'essor du syndicalisme chrétien : le temps des synergies

8Assez rapidement, un débat s'instaure dans la CFTC au sujet du type d'organisation : les responsables des fédérations ouvrières des mines, du textile, de la métallurgie, des bâtiments, s'efforcent alors de réclamer une ventilation des employés. Ainsi espèrent-ils à la fois amoindrir l'influence globale des employés rassemblés dans l'ETAM (Employés, techniciens et agents de maîtrise) sur la Confédération et renforcer leur propre structure.

Un outil de formation : l'École normale ouvrière

  • 11 Desremaux R., « Les débuts de l'École Normale Ouvrière dans le Nord (1925-1937) », Revue du Nord, (...)
  • 12 Delautre j.-f., La CFTC dans le département du Nord 1945-1964, mémoire de maîtrise, Y.-M. Hilaire, (...)
  • 13 Desreumaux R., op. cit., p. 381.

9À l'initiative de l'abbé Six, directeur des secrétariats sociaux du Nord, une école normale des dirigeants des syndicats chrétiens du Nord11 est mise en place dès juillet 1925. « Gloire de la CFTC » selon Michel Launay, elle fait intervenir des universitaires catholiques, des responsables syndicaux, des aumôniers missionnaires du travail et bénéficie du soutien appuyé du cardinal Liénart12. Comme le précise l'abbé Six, « c'est l'état d'esprit du professeur plus qu'un programme qui importe » : les cours de 30 à 40 minutes exigent « une solidité impeccable de raisonnement et une grande clarté d'exposition ». Chaque conférence est suivie d'un cercle d'études. La première semaine est consacrée, en matinée, à des cours généraux sur l'Église, l'homme, la famille, la société, l'État, le capitalisme, la Société des Nations et, durant l'après-midi, à des enquêtes, des visites du Musée de Lille ou d'entreprises industrielles. Les aspects plus techniques sont abordés durant la seconde semaine : la gestion financière d'une entreprise, les assurances sociales, le travail féminin, la formation aux techniques syndicales d'animation de réunion, d'action. Assez rapidement, les résumés distribués aux participants font état des écoles normales ouvrières de Louvain pour les hommes et de Bruxelles pour les femmes ainsi que des réalisations d'Aix- la-Chapelle, Fribourg, Munich. De 30 participants en 1925, la session passe à plus de 70 inscrits issus de quatre départements en 1932. Un tiers des professeurs sont des aumôniers missionnaires du travail, un autre tiers vient des rangs syndicalistes et le dernier ensemble provient essentiellement des Facultés catholiques et des grands séminaires. Le doyen Eugène Duthoit résume la cohérence de la démarche en février 1939 pour ces syndicalistes : elle consiste à « puiser dans la doctrine authentique de l'Église [...] les règles de sa conduite dans les négociations et les conflits professionnels13 ». Ces sessions visent à fournir aux responsables une triple formation, intellectuelle, économique et spirituelle. Dès l'année 1931, au château de Bierville, offert par les Sangnier à la CFTC, est fondée, sur ce modèle, une École normale ouvrière nationale, dans la lignée des Semaines sociales de France.

Lien avec l'Action catholique spécialisée

  • 14 Launay M., op. cit. p. 34.
  • 15 Cholvy G., Hilaire Y.-M., Histoire religieuse de la France contemporaine, 1930-1988, t. 3, Toulous (...)
  • 16 « Les mouvements familiaux populaires et ruraux », Cahiers du GRMF, n° 1, août 1983.

10Cette montée en puissance du courant ouvrier est renforcée par le succès remporté par la JOC de l'abbé Cardijn repris, en 1927, par l'abbé Guérin dans la région parisienne. Au départ, il existe, au niveau national, une certaine réticence du fait de l'existence des Jeunesses syndicalistes chrétiennes fondées en 1925 par la confédération14. Mais dans certaines régions comme le Nord, le lien existe dès le début. La conduite de base de la JOC, selon Robert Prigent, « école, service, corps représentatif », facilite le passage de la JOC vers la CFTC. En 1939, 1 230 sections regroupent 45 000 adhérents15. Dès 1934, des jocistes lancent la Ligue ouvrière chrétienne (LOC). Le but est de participer à la défense et à l'éducation de la famille ouvrière chrétienne. Le journal Monde ouvrier tire, dès 1937, à 50 000 exemplaires : 400 sections locistes et 246 pour la LOCF représentent également un vivier pour la CFTC16.

  • 17 Tarin Cl., « Le sillage du père Lebret », Le Marin, 15.06.1990, archives de ch. agez.
  • 18 Cholvy G., Hilaire Y.-M., op. cit. t. 2, 1986, p. 396-397.
  • 19 Singer M., Le SGEN des origines à nos jours, Lille, PUL, 1987, p. 17.

11Le père Lebret, dominicain, aide au lancement d'un syndicalisme des marins dirigé par Ernest Lamort et intégré à la CFTC : il crée la Jeunesse Maritime Chrétienne. Articulé autour du Secrétariat social maritime fondé en 1932, le mouvement se dote d'un journal La Jeunesse maritime et d'une École normale sociale maritime en 193417. Une autre personnalité, Paul Vignaux, élève de l'École normale supérieure, agrégé de philosophie, obtient, dès 1929, la création d'un mouvement d'action catholique spécialisée pour les étudiants, la JEC (jeunesse étudiante chrétienne), disposant d'une revue Messages18.En novembre 1937, il participe à l'affiliation du SGEN (Syndicat Général de l'Éducation Nationale) à la Confédération chrétienne19. À la demande de Jean Pérès, secrétaire général adjoint de la CFTC, il prend en charge le bulletin mensuel de l'École normale ouvrière puis l'Institut d'études confédérales où l'approche confessionnelle tend à s'estomper. La centrale chrétienne qui atteint près de 400 000 adhérents en 1938 est donc constituée de syndicalistes venus d'horizons différents mais, comme Gaston Tessier et Jules Zirnheld, en lien avec des associations catholiques.

L'impact de l'Occupation

12La période de l'Occupation permet d'unir dans les secrétariats sociaux toujours autorisés les différents mouvements d'action sociale catholique comme les sections CFTC, l'USIC (Union sociale d'ingénieurs catholiques), le Centre d'action sociale, la JOC et la LOC : tous s'opposent à la Charte du travail qui porte atteinte au pluralisme. En novembre et décembre 1940, des syndicalistes tels que Gaston Tessier sont à l'origine du mouvement « Libération Nord » dont certaines réunions se déroulent à Paris chez le dirigeant CFTC Paul Vernayras.

  • 20 Hilaire Y.-M., « La jeunesse dans l'Église : un renouveau spirituel et intellectuel » (vers 1938- (...)
  • 21 Vandenbussche R., « Un mouvement familial : la Ligue Ouvrière Chrétienne sous l'Occupation », Revu (...)
  • 22 Saint-Nicolas-les-Arras, archives privées, J. Catoire, 1942.

13La suppression des confédérations syndicales propulse les mouvements de jeunesse sur le devant de la scène. « En 1942, on peut considérer que 600 000 à 700 000 jeunes gens et jeunes filles se rattachent aux mouvements spécialisés » estime Yves-Marie Hilaire20. Après un temps d'hésitation, la LOC, exceptée dans le Nord, se transforme en novembre 1941 en Mouvement Populaire des Familles (MPF) pour élargir son champ d'action21. Le Conseil national de la LOC-MPF se réunit à Paris les 29 et 30 août 1942, Paul Bacon, responsable CFTC, estime que « le MPF n'apporte pas seulement un simple changement d'étiquette, c'est un changement de méthode, il faut partir non pas de la section pour les militants, mais du quartier, de la vie du milieu populaire ». Un militant souhaite, en octobre 1942, « des sujets plus professionnels qui reflètent malgré tout la doctrine chrétienne22 ».

  • 23 Ibidem.

14Lors d'une journée d'études à Lyon du 3 octobre 1943, le désir de rencontres régulières au plan national entre la JOC, la JOCF et la CFTC est clairement manifesté : « Nous connaître entre nous, nous aider mutuellement ». Lors de la première réunion, le 22 février 1944, le MPF montre comment la transformation de la LOC en MPF a permis de toucher la masse : un débat suit cette présentation sur la question de l'étiquette chrétienne : Charles Bonnet affirme que « la masse n'accepte plus d'être dirigée par des curés ». Jules Catoire, ancien vice-président confédéral, répond que les syndiqués sont libres d'adhérer ou non, qu'il faut respecter leur choix mais être clair sur les principes. Les débats futurs sont déjà en germe dans ses rencontres. Le 23 mars 1944, des délégués MPF, JOC, CFTC se disent « très déçus » par la « direction des cardinaux et des évêques ». Gaston Tessier demande au MPF s'il est possible de « compter sur les militants d'Action catholique en vue de la poussée vers les syndicats ». Dans le Pas-de-Calais, depuis 1941, le MOC (Mouvement ouvrier chrétien) regroupe les forces catholiques et couvre les activités résistantes dans des journées d'études23.

Le temps des remises en cause

Les prémisses

  • 24 Masson-gadenne c., op. cit., p. 398.
  • 25 Saint-Nicolas-les-Arras, archives privées, J. Catoire, 1950.
  • 26 « Une communauté brisée. Regards croisés sur la scission MLP-MLO de 1951 », Les cahiers du GRMF, n (...)
  • 27 Cholvy g., hilaire y.-m., op. cit., t. m p. 254.

15L'évolution du MPF durant la guerre vers une autonomie plus grande au regard de son mandat apostolique est confirmée par la décision du congrès de Soisy en avril 1946 de devenir un mouvement « pleinement laïc » qui n'est plus « mandaté ». En juin, le cardinal Liénart s'inquiète : « autant j'aime voir nos meilleures familles ouvrières chrétiennes se dévouer dans le MPF au bien être matériel, spirituel et moral des masses, autant je redoute de les voir exposées à partager les erreurs sociales de leur milieu, au lieu d'y introduire comme elles le devraient, la salutaire pensée chrétienne24 ». Le 31 mars 1950, un membre du cabinet de Pierre Schneiter, ministre MRP (Mouvement républicain populaire) de la Santé publique et de la Population estime que « le MPF est de plus en plus noyauté par les éléments d'extrême gauche », et considère « comme probable une scission au sein de cet organisme25 ». En octobre en effet, au congrès de Nancy, le MPF se transforme en MLP (Mouvement de libération du peuple) puis une division au sein des responsables aboutit à la formation du MLO (Mouvement de libération ouvrière) en juin 195126. Dès 1950, l'ACO (Action catholique ouvrière) est créée afin de regrouper les chrétiens divisés par les options temporelles ; sous l'impulsion de certains aumôniers, elle donne la priorité à l'évangélisation dans le milieu. La JOC, solidaire du monde ouvrier, entraîne, en 1956, la crise du mouvement auquel elle se rattache : « l'ACJF est morte de la conjonction entre le séparatisme de la classe ouvrière et l'ouvriérisme de l'autorité religieuse » selon René Rémond27. Estimant qu'il existe un « mur » indestructible entre l'Église et la « classe ouvrière », le cardinal Liénart, marqué par les conclusions de l'ouvrage, France, pays de mission ? des abbés Godin et Daniel, décide, en juillet 1947, de créer une équipe missionnaire à Hellemmes avec Henri Porret qui choisit d'adhérer à la CGT. Ce soutien à l'expérience des prêtres-ouvriers n'est pas compris par des responsables comme Gaston Tessier, Jules Catoire, qui dénoncent le nouveau cléricalisme ouvriériste aboutissant à des ralliements cégétistes.

La montée en puissance des minoritaires

  • 28 Adam G., La CFTC 1940-1958, p. 79-80. Singer m., op. cit., p. 24.
  • 29 Launay M., op. cit., p. 65.

16Dès juin 1946, la règle du non-cumul des fonctions de responsabilité syndicale et des engagements politiques laisse le champ libre à des nouveaux dirigeants moins confessionnels dans leur démarche. Les minoritaires, au nom d'une CFTC rénovée, ouverte, laïcisée, justifient une prise de distance avec les institutions ecclésiales et le MRP. Un groupe d'études se constitue avec une revue, Reconstruction. Cette tendance est animée par Paul Vignaux, Charles Savouillan, secrétaire général de la Fédération de la Métallurgie et Fernand Hennebicq qui occupe la même responsabilité dans la Fédération Gaz et Electricité28. Au sein des fédérations industrielles et dans la fonction publique, des adhérents insistent sur le caractère utilitariste du syndicat. À côté des partisans d'une identité chrétienne soucieux de s'appuyer sur le vivier des mouvements apostoliques, s'installe un autre courant convaincu de la nécessité de la déconfessionnalisation, du rapprochement avec la CGT et de l'ouverture aux non croyants. En 1948, lors du 24e congrès, la question de la référence chrétienne est évoquée avec une commission, dite des 21, aboutissant au statu quo. Dès 1955, les minoritaires proposent une doctrine de substitution, celle du socialisme démocratique29.

La crise et la déchirure

  • 30 Georgi F., Eugène Descamps, chrétien et syndicaliste, Le éditeurs de l'atelier, 1997, p. 185-195.
  • 31 Launay M., op. cit. p. 69.

17En 1960, le décès de Gaston Tessier, figure légendaire du syndicalisme chrétien, fait perdre à la majorité fidèle à la doctrine sociale de l'Église, une de ses voix les plus autorisées. Lors du 31e congrès en 1961, Eugène Descamps, secrétaire de la Fédération de la métallurgie, un homme du Nord, ancien jociste, devient secrétaire général et Georges Levard, membre de l'ex-majorité assure la présidence. À partir de cette date, les ex-minoritaires veillent à la nomination des permanents et des responsables locaux30. De 1962 à 1965, le concile Vatican II offre aux uns et aux autres des arguments. La constitution Lumen Gentium qui insiste sur une Église visible, y compris dans ses nstitutions, conforte le courant confessionnel. Un autre texte, Gaudium et Spes, souligne le rôle du levain dans la pâte et offre ainsi des arguments aux chrétiens soucieux d'une présence humble, discrète. Le 7 novembre 1964, le congrès dit de « l'évolution » dégage une majorité de 70 % en faveur d'une déconfessionnalisation du syndicat31. Le ralliement ultime des délégués alsaciens avec Théo Braun assure la nette victoire des partisans de la future CFDT.

  • 32 Masson-Gadenne C., op. cit., p. 500.
  • 33 Saint-Nicolas-les-Arras, archives privées, J. Catoire, 1965.

18L'un des éléments décisifs semble être fourni par l'attitude de la hiérarchie durant la période concernée. L'épiscopat français ne prend pas position en faveur de la CFDT mais considère qu'il s'agit d'« une affaire d'organisation temporelle et d'engagement de laïcs responsables32 ». Cette position contraste avec le soutien officiel réitéré dans les périodes antérieures au syndicalisme chrétien. Le ralliement des nouveaux adhérents, plus « consuméris- tes », indifférents ou hésitants, aux ex-minoritaires explique également le résultat. Parmi les causes d'une telle évolution, figurent, selon les responsables de la CFTC « maintenue », le déficit de formation doctrinale à l'intérieur du syndicat, certaines prises de position plutôt favorables à la déconfessionnalisation dans les médias catholiques comme l'Action Populaire, La Croix, les Études, TC (Témoignage chrétien). Ils estiment également que les mouvements d'action catholique n'accordent que peu ou pas de place à la formation spirituelle. Ils considèrent que les aumôniers de l'action catholique sont devenus des « recruteurs CFDT », que les secrétariats sociaux n'ont pas rempli leur rôle à Paris, à Lille, à Lyon, que des campagnes ont été lancées contre les institutions chrétiennes. Le refus ou l'abandon de la doctrine entraîne, selon eux, une dilution et donc une disparition de l'identité chrétienne33.

*

19Dès le départ, le lien entre les associations catholiques, les mouvements apostoliques et le jeune syndicat d'employés du commerce et de l'industrie est évident. La CFTC recrute parmi les militants de l'action catholique et s'appuie sur les multiples composantes du mouvement catholique social au sein des secrétariats sociaux durant l'entre-deux-guerres. Elle dispose d'une structure, l'École normale ouvrière, qui lui permet de mettre à disposition de ses militants des compétences universitaires et cléricales en matière de formation doctrinale et professionnelle. Les régions ou les fédérations qui se montrent réticentes à la déconfessionnalisation de la CFTC sont celles où la réalité des cercles d'études et les passerelles avec les mouvements d'action catholique se sont pérennisées jusqu'aux années soixante à l'exemple de la fédération des mineurs ou d'unions régionales comme le Nord-Pas-de-Calais, l'Alsace ralliées à la CFDT à une très courte majorité : la conviction des dirigeants syndicalistes chrétiens, les fréquents contacts entre les permanents CFTC et les aumôniers voire les dignitaires de la hiérarchie y ont renforcé le lien entre les associations catholiques et la Confédération, notamment durant les heures sombres de l'occupation.

Notes

1 Ponson Ch, Les catholiques lyonnais et la Chronique sociale, Lyon, PUL, 1979, p. 138.

2 Launay m., Le syndicalisme chrétien en France de 1885 à nos jours, Bibliothèque d'Histoire du Christianisme, n° 6, Desclée, 1984, p. 20-25.

3 Launay m., op. cit., p. 21.

4 Remond r., Les catholiques dans la France des années trente, Cana, 1979, Masson-Gadenne C., Le cardinal Liénart, évêque de Lille, Paris, Cerf, 2001, p. 125.

5 cholvy g., hilaire y.-m., Histoire religieuse de la France contemporaine, 1880-1930, t. 2, Toulouse, Privat, 1986, p 167-168.

6 Masson-gadenne C., Le cardinal Liénart, évêque de Lille, Paris, Cerf, 2001, p. 447.

7 Cholvy G., Hilaire Y.-M., op. cit., p. 160.

8 Greil O., Le M.R.P. en Gironde, 1945-1954, Bégles, Imprimerie centrale de Bordeaux, p. 10.

9 Action sociale, juillet-aôut-septembre 1983, n° spécial, n° 150, « Des secrétariats sociaux d'hier aux CEAS d'aujourd'hui, 90 ans d'action sociale », p. 4-5.

10 Saint-Nicolas-les-Arras : archives privées, Jules Catoire.

11 Desremaux R., « Les débuts de l'École Normale Ouvrière dans le Nord (1925-1937) », Revue du Nord, tome LXXIII, n° 290-291, avril-septembre 1991, p. 375-382.

12 Delautre j.-f., La CFTC dans le département du Nord 1945-1964, mémoire de maîtrise, Y.-M. Hilaire, Lille 3, p. 139.

13 Desreumaux R., op. cit., p. 381.

14 Launay M., op. cit. p. 34.

15 Cholvy G., Hilaire Y.-M., Histoire religieuse de la France contemporaine, 1930-1988, t. 3, Toulouse, Privat, 1988, p. 32, voir aussi Berthe L.-N., JOC, je te dois tout. Témoignages. Paris, éd. ouvrières, 1978.

16 « Les mouvements familiaux populaires et ruraux », Cahiers du GRMF, n° 1, août 1983.

17 Tarin Cl., « Le sillage du père Lebret », Le Marin, 15.06.1990, archives de ch. agez.

18 Cholvy G., Hilaire Y.-M., op. cit. t. 2, 1986, p. 396-397.

19 Singer M., Le SGEN des origines à nos jours, Lille, PUL, 1987, p. 17.

20 Hilaire Y.-M., « La jeunesse dans l'Église : un renouveau spirituel et intellectuel » (vers 1938- vers 1950) op. cit. p. 276.

21 Vandenbussche R., « Un mouvement familial : la Ligue Ouvrière Chrétienne sous l'Occupation », Revue du Nord n° 238, juillet-septembre 1978, p. 663-675.

22 Saint-Nicolas-les-Arras, archives privées, J. Catoire, 1942.

23 Ibidem.

24 Masson-gadenne c., op. cit., p. 398.

25 Saint-Nicolas-les-Arras, archives privées, J. Catoire, 1950.

26 « Une communauté brisée. Regards croisés sur la scission MLP-MLO de 1951 », Les cahiers du GRMF, n° 9, 1995.

27 Cholvy g., hilaire y.-m., op. cit., t. m p. 254.

28 Adam G., La CFTC 1940-1958, p. 79-80. Singer m., op. cit., p. 24.

29 Launay M., op. cit., p. 65.

30 Georgi F., Eugène Descamps, chrétien et syndicaliste, Le éditeurs de l'atelier, 1997, p. 185-195.

31 Launay M., op. cit. p. 69.

32 Masson-Gadenne C., op. cit., p. 500.

33 Saint-Nicolas-les-Arras, archives privées, J. Catoire, 1965.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540