Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Syndicats et associations

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Françoise Tétard

Troisième partie. Écosystèmes syndicaux et complémentarité

Écosystèmes syndicaux et complémentarité

Frank Georgi et René Mouriaux

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Frank Georgi et René Mouriaux

2Du thème des écosystèmes syndicaux relèvent six contributions, celles de B. Béthouart, d'A. Brodiez, de M. Dreyfus, de D. Loiseau, de M. Pigenet, et de G. Véziers. « Écosystèmes » ne figurait pas dans la problématique initiale du colloque, où l'on avait recours aux notions de « réseaux » ou de « conglomérats ». P. Dujardin nomme « conglomérats » des réseaux hété- romorphes de groupes aux objectifs sectoriels différents, cimentés par leur proximité idéologico-politique. J. Ion, lui, réserve cette appellation à des réseaux très structurés, associant autour d'un groupement central des satellites spécialisés (le PCF et ses organisations de masse). Lorsqu'il y a faible degré de structuration, il préfère parler de « constellation » (les constellations catholique ou socialiste). La notion d'« écosystème » utilisée par G. Lavau dans son étude du PCF (1981) renvoie, elle, à un milieu délimité où les êtres vivants sont en interaction mutuelle. Elle a le mérite de mettre l'accent sur les acteurs et les échanges, plus que sur des structures. Mais les écosystèmes se distinguent les uns des autres, voire s'opposent les uns aux autres. Sur six textes, trois se rapportent à l'écosystème cégétiste ou cégéto- communiste, un s'y rattache (G. Véziers). Les dernières renvoient à deux autres milieux, où évoluent FO et CFTC.

3Proches de la CGT, le Secours populaire, l'Union des femmes françaises (UFF), voire la FSGT, sont, à l'origine, des « organisations de masse » du conglomérat communiste. La nature des liens originels entre syndicat et association du conglomérat est bien présentée dans la contribution d'A. Brodiez. Au centre, le Parti, qui est, en tant que tel, le grand absent des contributions. À la périphérie, des organisations spécialisées permanentes et des comités créés selon les nécessités politiques, auxquels les premières participent côte à côte. Les liens entre CGT et Secours populaire ne se limitent pas à des campagnes communes. L'interpénétration est étroite, avec participations militantes croisées, voulues par le PCF. Au début des années 1950, les flux financiers au profit de l'association sont facilités par l'adhésion collective de fédérations syndicales. A. Brodiez note qu'à cette époque, celle-ci revendique 8000 adhérents directs et 5 millions d'adhérents collectifs ! Lorsqu'en 1950, la petite association s'avère incapable d'assumer les charges de la Maison de l'Enfant du Fusillé, c'est le Parti qui en transfère la gestion à la CGT. Quant à l'action au quotidien, notamment pendant les grèves, elle s'inscrit dans un schéma de complémentarité : à la CGT l'action revendicative dure, au Secours populaire, en aval, la solidarité sous toutes ses formes. Son vocabulaire et ses positions ne se distinguent guère, alors, de ceux de la CGT et du PCF.

4Ces liens étroits d'interpénétration entre syndicat et association apparaissent seconds, dérivés, et leur logique ne se comprend que si l'on considère leur place respective au sein d'un système dont le Parti demeure le centre d'impulsion. Les grandes orientations, parfois des décisions plus ponctuelles, sont prises de l'extérieur. Dans l'univers communiste, c'est bien le politique qui est au poste de commande. En revanche, on aurait tort de tracer un signe d'égalité entre les deux organisations. A. Brodiez évoque, pour le début des années 1950, le manque de crédibilité du Secours populaire, et l'empiétement corrélatif de la CGT sur le terrain de la solidarité. Il ne s'agit pas seulement d'une disproportion caricaturale des ressources. Dans la représentation communiste de la contre-société, il y a bien une hiérarchie entre les « couronnes ». Tout de suite après le Parti vient le syndicat, la classe ouvrière organisée pour la lutte sur le terrain de la production.

5Cette conscience d'une légitimité supérieure se retrouve dans l'étude de D. Loiseau sur les liens entre CGT et UFF lors de la grève de Tréfimétaux en 1976. La période est plus tardive, mais la proximité politique entre UFF et CGT est toujours très forte. Les deux organisations se mobilisent pour soutenir les « épouses », l'UFF agissant pour susciter une solidarité féminine. Mais elle est regardée avec « condescendance » par une CGT qui ne l'associe guère à la direction de la campagne et assimile la plainte contre les femmes à une plainte contre les « travailleurs ». Retour en terrain connu pour un syndicat essentiellement masculin, rejeu de stéréotypes anciens, entre défiance envers l'épouse pusillanime de l'ouvrier et louanges tressées à l'épouse/mère pour ses qualités de « cœur » : cette vision renvoie « aux rapports sociaux de sexe dans la société considérée ». Mais on peut y lire également l'attitude d'une CGT qui entend bien ne pas tolérer un empiétement d'une association du conglomérat sur son territoire propre. Inversement, le comportement timoré de l'UFF s'expliquerait par ses liens politiques étroits avec la CGT et le PCF, mais aussi par le primat idéologique donné à la lutte des classes sur celle des femmes.

6Côté CFTC, B. Béthouart propose une approche synthétique d'un écosystème de nature différente. Il y a bien insertion du syndicalisme chrétien, avant-guerre, dans un réseau d'associations catholiques aux fonctions complémentaires, agissant en synergie, au nom d'une vision commune du monde. L'importance de la formation des syndicalistes apparaît décisive. Les liens avec les Semaines sociales, l'Action populaire et les secrétariats sociaux sont essentiels, et même lorsque la CFTC se dote de ses propres Écoles normales ouvrières, elle y puise encore largement ses ressources. À partir de 1927, la constellation s'étoffe avec la création de la JOC, vivier de militants pour le syndicat, mais aussi, par sa branche adulte, d'associations familiales ou culturelles proches. Il y a là plus qu'un milieu, mais moins qu'un « pilier » intégré sur le modèle belge. Le parallèle, à la Libération, avec le conglomérat communiste ne peut être poussé trop loin. Il n'y a pas de Parti au centre, et l'influence réelle de la hiérarchie catholique se manifeste selon d'autres modalités. À ce moment, de fortes tendances à l'autonomie traversent syndicat et associations, sans pour autant mettre en question la foi. C'est pourquoi l'approche en termes de trajectoires, de parcours, telle que l'a amorcée N. Hatzfeld pour les catholiques de Montbéliard apparaît féconde. Le rôle de l'Action catholique est fondamental pour expliquer une démarche perçue comme une « présence au monde ». L'engagement syndical, s'il est le plus souvent celui de la CFTC, n'est pas exclusivement celui-ci : la JOC peut conduire à la CGT et cédé- tistes et cégétistes se côtoieront au sein de l'ACO.

7Sur Force ouvrière, on sait peu de chose. Y a-t-il un écosystème FO ? Dans la Vienne, D. Hamelin évoque un syndicalisme « sans les associations ». S'agit-il d'une spécificité départementale, due au poids des associations liées à la CGT, et secondairement à la CFTC ? Dans son étude sur le tourisme social, M. Dreyfus insiste sur la proximité de FO, surtout dans le Nord ou les Bouches-du-Rhône, avec la SFIO et avec les associations qui lui sont liées : la Fédération Léo-Lagrange, la Ligue de l'Enseignement, Jeunesse au plein air. Dans ce champ, elles délimitent un espace à la fois laïque et réformiste, qui se distingue avant tout du conglomérat communiste (Tourisme et Travail), mais aussi de la mouvance catholique. On manque ici de vue d'ensemble. Sur quel modèle s'organise le réseau FO ? Quelle est la place du Parti socialiste ? Quelles relations (concurrence, complémentarité) avec un autre syndicat, la FEN, qui possède son propre réseau, mais qui est également proche de ces associations ?

Dissociations ?

8Plusieurs contributions décrivent un phénomène de dissociation, de relâchement des liens au sein des différentes constellations. L'approche la plus précise est celle d'A. Brodiez. Impulsée à la fin des années 1950, cette prise de distance s'inscrit dans le cadre d'une politique d'ouverture... décidée par le PCF. Le Secours populaire se recentre sur des actions « apolitiques » et consensuelles, s'ouvre à FO et à la CFDT, au Secours Catholique et à la Croix-Rouge. A-t-il dans les années 1960 coupé le cordon avec le PCF, ou bien cette autonomie contrôlée s'inscrit-elle encore dans le cadre d'une stratégie d'ensemble ? Quelle est, dans ce phénomène, la part du politique (y compris celle de son affaiblissement) et celle de l'autonomisation progressive de logiques distinctes dans une société où les engagements globaux auraient cédé le pas aux engagements distanciés et ciblés ?

9Du côté du tourisme populaire, on voit également, en 1969, la création d'un lieu de rencontres entre syndicats (FO, FEN, CFDT) et organisations de loisirs qui leur sont proches. Seules la CGT et Tourisme et Travail en sont exclues. Mais il s'agit, semble-t-il, plus d'un rapprochement pragmatique, dans un secteur non fondamental pour FO, que d'une stratégie politique. La prise de distance avec les associations semble paradoxalement s'accélérer avec l'institutionnalisation du secteur après 1981. Elle témoignerait ici d'un désir d'indépendance, non des associations, mais du syndicat lui- même, dont le rapport à la nébuleuse socialiste s'était déjà bien dégradé au cours de la décennie précédente. Il est difficile de savoir si ces observations peuvent être étendues à d'autres secteurs.

10Quant au réseau CFTC, il connaît des transformations majeures, liées tant à l'évolution générale du monde catholique qu'à celle du syndicalisme chrétien. Si, comme le dit B. Béthouart, les secteurs les plus réticents à la déconfessionnalisation ont été ceux où existaient encore des cercles d'études et où les passerelles avec les mouvements d'Action catholique étaient solides, il n'en reste pas moins que la laïcisation n'aurait pu avoir lieu sans les anciens jocistes et sans le soutien de toute une partie de la constellation catholique. La CFDT, même dans les années 1970 où elle semble tourner le dos à son passé, n'a jamais rompu avec la JOC, vivier de militants, ni même avec l'Action catholique ouvrière (ACO). Une partie de son réseau s'inscrit dans la continuité, mais il ne s'agit plus d'une constellation de même type, ni de liens exclusifs. CFDT et associations d'origine catholique ont diversifié leurs partenaires.

Écosystèmes, instrumentalisation, complémentarité

11Les deux dernières contributions présentent des cas de figure différents, mais ont en commun d'analyser les relations entre syndicats et associations d'un même « écosystème » sur des terrains inhabituels.

12Le cas analysé par M. Pigenet est, en apparence, le plus simple. Il s'agit d'une association, l'Institut CGT d'histoire sociale, créée par la CGT en 1981 pour contribuer à la recherche et à la formation. La CGT est la seule confédération à s'être dotée d'un tel outil. On est ici dans un « écosystème » purement CGT. Le nom, les statuts, la composition du bureau marquent bien la filiation et la subordination de l'Institut par rapport au syndicat. En même temps, le projet se déploie, sur un terrain déjà occupé par les universitaires, sous le signe du pluralisme et du respect des règles scientifiques. Sa crédibilité passe par là. Il y a donc tension entre vocation militante assumée et légitimité scientifique revendiquée. Ici, ce n'est pas l'autonomie qui est recherchée. Ce sont, au contraire des liens plus étroits, réponse au constat d'un désintérêt de la part du syndicat pour une institution perçue comme un corps en partie étranger, par sa structure associative, mais aussi par ses cadres de référence.

13Le texte de G. Véziers pose également le problème de l'entrée d'un syndicat sur un terrain qui n'est pas originellement le sien. En soi, l'« intrusion » d'un syndicat enseignant dans la pédagogie n'a rien d'illégitime. Mais, dans le cas de l'éducation physique, elle bouleverse une répartition des rôles entre associations professionnelles et organisation corporative. Il ne s'agirait pas seulement de concurrence, mais d'une instrumentalisation à plusieurs entrées : du pédagogique par le corporatif, du syndicat par un courant pédagogique. Elle traduirait la mainmise d'un courant à la fois syndical, pédagogique et politique sur la pédagogie sportive tout entière : « Unité et action » (UA), proche du PCF et de la CGT, qui conquiert en 1969 la direction du SNEP, soutient le projet de « sport éducatif » porté par la FSGT. Ici, si l'on entre par la pédagogie, et non plus par le politique, c'est la FSGT qui se retrouve au cœur du réseau. La tendance UA, parvenue à la tête du Syndicat national des enseignants d'éducation physique (SNEP), met les moyens du syndicat au service de la pédagogie FSGT, en en faisant, selon l'auteur, une véritable « idéologie dominante ». On a ici un cas original d'un « écosystème » particulier, certes intégré au conglomérat communiste, mais dont le ciment n'apparaît ici qu'au prisme de la pédagogie, et où une association parvient à imposer ses vues en faisant jouer une synergie avec un syndicat professionnel. Il a le mérite de suggérer une lecture moins exclusivement politique des interactions entre syndicat et association.

14À côté des analyses d'écosystèmes, deux sous-groupes apparaissent dans le corpus. D'une part, l'arc des forces syndicales est étudié sous un angle particulier, le cas des organisations confédérées de retraités (S. Béroud, G. Ubbiali) et celui du vocabulaire des quatre confédérations représentatives (J. Lefèvre) au regard des associations. D'autre part, D. Hamelin et N. Hatzfeld proposent des études locales sur la Vienne entre 1944 et 1968 et sur les militants ACO en pays de Montbéliard pour les années 1950- 1990.

Syndicats et associations de retraités

15La contribution de S. Béroud et G. Ubbiali porte sur un objet peu traité mais dont l'importance croît avec l'évolution de la démographie. Elle aborde successivement la question de leur forme juridique et celle de leur concurrence avec des associations autonomes. En raison de l'ancienneté du régime des retraites mis en place pour les cheminots et les mineurs, la CGT a précocement accepté dans ses rangs des « vieux travailleurs ». Tenant compte des transformations en cours, la centrale de B. Frachon décide de créer en 1969 une Union confédérale des retraités (UCR) qui prend son essor en 1982. Solidement appuyée sur le secteur public (EDF-Mines, SNCF, PTT), l'UCR pèse autour de 20 % des effectifs cégétistes. Sachant que les anciens d'EDF- GDF sont de par leur statut « en réserve », électeurs et occasionnellement mobilisables, la CGT a opté pour la forme syndicale. L'UCR-CGT s'est constituée sur la base de la loi de 1884 même si celle-ci stipule : « les syndicats ou associations professionnels de personnes exerçant la même profession, des métiers similaires ou des métiers connexes, concourant à l'établissement de produits déterminés ou la même profession libérale, peuvent se constituer librement » (Code du travail, art. L4l 1-2). D'où localement des refus préfectoraux du caractère syndical des organisations départementales CGT de retraités.

16En 1946, la CFTC crée une Association française des Vieux Travailleurs qui vivote. Réorganisée en 1961, elle joue un rôle dans le processus de déconfessionnalisation. Elle se transforme en Union confédérale des retraités en 1969. Son assise se situe pour moitié dans le secteur privé. Le cadre juridique qu'elle a adopté est celui de la loi de 1901.

17La CGT-FO se dote tardivement d'une Union confédérale des retraités en 1989. Sur la base de la profession de ses dirigeants, elle relève principalement du secteur public. Association selon la loi de 1901, l'UCR-FO dispose de peu d'autonomie et de pouvoir au sein de la Confédération.

18Une intersyndicale Retraités fonctionne depuis 1993 de manière assez consensuelle. Elle comprend les cinq confédérations représentatives et la Fédération générale des retraités Fonction Publique (FGR-FP), proche de l'UNSA. L'entente est générale pour s'opposer aux associations autonomes. Le second versant traite de cet antagonisme. Les Aînés ruraux, la Confédération nationale des retraités, la Fédération nationale des associations de retraités, l'Union française des retraités se sont regroupés en 2000 dans la Confédération française des retraités (CFR) dirigée par un ancien chabaniste et permanent de la CFE-CGC, Jean-Louis Mandinaud. La CFR, avec 1,6 millions d'adhérents est quatre fois plus nombreuse que l'ensemble des effectifs réunis par les syndicats. Ceux-ci sont hostiles aux associations en raison de leurs orientations modérées, conservatrices et de leurs pratiques de lobbying. Le travail de P. Guillaume sur la Fédération générale des retraités des Cheminots du fer (1917-2004), à partir d'un cas examiné avec précision et finesse, confirme les préventions syndicales. Tout au long de son histoire, la FGRCF fait preuve de suivisme envers la direction et les pouvoirs publics tout en développant une sociabilité petite-bourgeoise.

Prismes

19J. Lefèvre étudie le vocabulaire congressiste du quadrille syndical CGT, FO, CFDT, CFTC. La CFE-CGC n'est pas prise en compte parce que sa représentativité ne vaut que pour les cadres. Sur la période 1945-2003, les résolutions des assises confédérales ne prêtent qu'une attention mineure aux associations, à l'exception des années 1980 où le souci de travailler avec d'autres composantes de la société civile s'affirme, le reflux postérieur en termes quantitatifs ne signifiant pas l'abandon de cette orientation. À l'évocation des partenaires s'ajoute celle d'organismes publics ou semi-publics (AGIRC, APEC) et de relais de l'organisation syndicale comme les associations de consommateurs.

20Avec D. Hamelin et N. Hatzfeld, nous quittons le niveau national pour descendre au départemental. L'examen du cas viennois montre que le déplacement de focale ne modifie pas sensiblement les conclusions de l'observation. La CGT de la Vienne est proche du réseau PCF, la CFTC puis CFDT de la galaxie catholique, FO de la mouvance laïque. Des logiques différentes président aux deux types de structures, même si des adhésions multiples existent. Les convergences entre syndicats et associations sont stimulées par des causes externes, les crises institutionnelles et le chômage.

21N. Hatzfeld entreprend une enquête sur l'action sociale des catholiques en terre protestante et plus précisément des militants de l'ACO à Sochaux-Montbéliard, de 1950 à 1990. Les trajectoires diffèrent par la voie qui conduit à l'ACO, scoutisme, JEC, JOC, d'autres canaux encore et par l'engagement syndical CFTC, puis CFDT mais aussi CGT. Des prolongements s'effectuent dans le champ associatif (FCPE, CSF) comme dans le champ politique, MRP, MLP, SFIO (puis PS), PSU, LO, PCF. Des événements scandent les itinéraires, 1958, 1968. Au cours d'une période de progrès social, l'ACO parvient à irriguer un réseau de militants volontaristes, diversifiés, mobiles. Le contexte change à partir des années 1980, avec le chômage de masse et le reflux des idées de gauche. Le cas des catholiques minoritaires de la région fournit un bel exemple de symbiose entre un triple engagement politique, syndical, associatif, inspiré par un quatrième, spirituel.

*

22Les contributions analysées, riches d'information et de réflexion, sont cohérentes avec leur base théorique. Lorsque B. Bethouart écrit « le libéralisme avec son corollaire, le socialisme », il propose une lecture conforme à la doctrine sociale de l'Église mais qui ne satisfait pas celles et ceux qui ont une conception dialectique du rapport et conçoit le second terme comme un dépassement (.Aufhebung). N. Hatzfeld utilise la lexie « corps intermédiaires ». L'expression, attestée chez B. Constant pour la première fois dans De l'esprit de conquête et de l'usurpation (1814), n'est pas intrinsèquement à écarter dans la mesure où elle est descriptive. Elle n'en est pas moins connotée par l'organicisme et le libéralisme censitaire. « Médiation » est sans doute préférable, avec son ambiguïté puisque le moyen terme peut être contestataire du sommet de la société ou instrument de pacification de la population.

23La périodisation apparaît essentielle. Les constats de J. Lefèvre et de N. Hatzfeld sont saisissants lorsqu'on les rapproche. C'est au moment où la crise défait les relations établies entre syndicalisme et associations que la direction cédétiste formule le plus le souhait d'une coopération.

24Dans le cas français, syndicats et associations sont deux formes juridiques distinctes, ce qui est loin d'être universel. Il arrive que des associations soient une étape vers la pleine affirmation du caractère revendicatif et professionnel des groupes qu'elles représentent. Une fois le caractère du groupement stabilisé, quatre relations s'avèrent possibles, selon l'entrecroisement des contraires (les opposés, indépendance-subordination) et des contradictoires (non-indépendance : rivalité ; non-subordination : coopération)

Carré logique des relations syndicats-associations :

Carré logique des relations syndicats-associations :

25Les contraires ne sont jamais des situations stables et comportent des états intermédiaires comme le montrent abondamment les contributions. Elles indiquent aussi que ces relations bilatérales ne sont pas exclusives. Elles sont fortement reliées au système partisan et dans certains cas à un pôle religieux. Nul n'échappe aux rapports d'exclusion et d'intrication entre société civile et État.

Table des illustrations

Titre Carré logique des relations syndicats-associations :
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25342/img-1.png
Fichier image/png, 28k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540