Version classiqueVersion mobile

Syndicats et associations

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Françoise Tétard

Deuxième partie. Ignorance et concurrence

Associations de chômeurs et syndicats

Claire Villiers

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Claire Villiers

2La question des rapports des syndicats aux chômeurs et de l'organisation des chômeurs au sein ou à l'extérieur des syndicats a pris une importance particulière avec la montée du chômage et la consolidation d'un chômage de masse. En France, les chômeurs se sont dotés dans les années quatre-vingt-dix de leurs propres organisations, AC ! (Agir ensemble contre le chômage) ayant la particularité d'associer des chômeurs et des salariés. Ils ont soulevé des questions, notamment sur le rapport au travail et son sens, sur le lien entre droit à l'emploi et droit au revenu, que ne posaient pas les syndicats. Ces derniers sauront-ils reprendre à leur compte et faire une place à part entière aux revendications des chômeurs ? Comment faire vivre une véritable unité des salariés, en poste ou sans emploi ?

Difficultés des syndicats par rapport aux mouvements de chômeurs

3Le syndicalisme a toujours eu du mal à prendre en compte ce qui émerge, qu'il s'agisse des femmes, des immigrés, des OS dans les années 1970, lors des grandes grèves de Renault-Penarroya (pour la CGT, les OS avaient été créés pour contrer et affaiblir les OP et reconnaître leurs luttes signifiaient renoncer au modèle de l'OP), des emplois aidés (la CGT se battait avec raison contre le statut de Contrat emploi-solidarité (CES) et, par conséquent, ne voulait pas que ceux qui en relevaient aient des droits car c'était accepter ce statut), des intérimaires... Le syndicalisme a, ainsi, des difficultés à prendre en compte les jeunes, les nouvelles manières de militer, de rapport au travail, l'envie de mobilité choisie. Il a du mal à rester à l'avant- garde des mouvements de la société. Il a du mal à se dire : « mieux vaut organiser des travailleurs quelle que soit la situation dans laquelle les a mis le capitalisme, et qu'ils luttent, plutôt que de dénoncer cette situation et d'avoir des travailleurs inorganisés » ; c'est une question stratégique qui est aujourd'hui posée au syndicalisme : organiser la partie de la classe ouvrière « stable », correspondant à « l'idée qu'on s'en fait », ou organiser les salariés, quel que soit leur statut avec le projet de les réunifier ? Il en résulte de grosses hésitations chez les travailleurs pour savoir si le syndicalisme est capable de construire leur unité en partant des situations concrètes de travail qu'ils vivent et subissent.

4La difficulté du syndicalisme est la même vis-à-vis des chômeurs. Le chômage est ce que l'on veut éviter, il signifie l'échec de la bataille pour l'emploi. Il y a une peur de contamination des salariés vis-à-vis des chômeurs, « chômeur, c'est ce que je ne veux pas devenir, aussi je ne veux pas les côtoyer à la Bourse du travail », se disent-ils. Mais cela vaut aussi pour les chômeurs : pourquoi rencontrer tous les jours ceux qui représentent (dans tous les sens du terme) ce que je ne suis plus, que je voudrais redevenir et qui paraît si difficile. S'organiser et être chômeur est quasi antinomique. Quand on est au début du chômage, la préoccupation essentielle est de ne pas y rester. Quand on ne veut pas rester chômeur, on ne s'organise pas comme chômeur. On pourrait s'organiser pour faire valoir ses droits, mais s'organiser, c'est se projeter dans l'avenir, or le chômage n'est pas un avenir. S'organiser, c'est entrer dans un schéma collectif, or le chômage est vécu comme individuel. Aussi bien à la CGT-Chômeurs que dans les associations de chômeurs et de lutte contre le chômage, ce sont majoritairement des chômeurs de longue durée qui sont là, car ils vivent leur situation de chômage comme pérenne, ce n'est plus un passage, donc on veut améliorer sa situation et gagner des droits.

Difficultés de structuration du syndicalisme

5La manière d'échapper à ce dilemme serait de substituer à l'instabilité due au chômage une stabilité du projet et des formes d'organisation.

6Le syndicalisme est de plus en plus organisé sur une base verticale, la base professionnelle, totalement inadaptée à des situations qui sont transversales de deux points de vue :

7D'un point de vue professionnel : on passe de plus en plus d'une branche à l'autre, or c'est chaque fois un syndicat différent. Pire encore quand le syndicat est sur la base de l'entreprise.

8Les problèmes posés aux chômeurs sont d'emblée des problèmes non seulement d'emploi, mais de logement, de transports, de protection sociale, de revenu, qui devraient être traités de façon interprofessionnelle. Or il y a eu une division du travail entre les organisations selon les problèmes à traiter. Cela est lié à la régression idéologique et stratégique des organisations syndicales qui portent de moins en moins une analyse globale du capitalisme.

9Le second problème est que les organisations syndicales ne savent pratiquement plus réagir dans l'urgence. On l'a bien vu aux débuts d'AC ! dans la confrontation entre les chômeurs et les syndicalistes. Les chômeurs posaient des questions comme « Où je dors ce soir ? Où je mange ? », qui ne peuvent plus être satisfaites avec le rythme d'activité des syndicalistes et même des salariés.

10La troisième difficulté tient à la stratégie. Là il y a évidemment des différences de stratégies selon les organisations syndicales, mais aussi des points communs :

  • Les organisations syndicales ont de grandes difficultés aujourd'hui à penser le rapport au travail, probablement parce que l'on peut mieux critiquer le salariat quand on bénéficie du plein-emploi et qu'on ne sait plus penser le travail hors du salariat capitaliste.
    Quand on passe son temps à mener des batailles sur l'emploi - et à les perdre -, on peut moins poser la question du rapport au travail. L'une des difficultés d'ailleurs de la mobilisation sur les 35 heures est que quand le travail est rare, on a du mal à se mobiliser pour le réduire.
  • Il y a une énorme difficulté aujourd'hui à construire la solidarité. Toutes les stratégies patronales de mise en concurrence et d'individualisation s'opposent à une stratégie offensive fondée sur la conscience d'un intérêt de classe commun. Le recul de la conscience de classe fait qu'y compris un certain nombre d'organisations syndicales ont pu tomber dans le piège de l'offensive idéologique sur les « inclus » et les « exclus », selon laquelle on est « inclus » de l'OS au PDG ; dès lors, il n'y a plus de possibilité de solidarité, on retombe dans les vieux schémas de la charité, de l'assistance, et l'on n'est plus dans la perspective de l'émancipation portée par le mouvement ouvrier. C'est vrai pour la CFDT au premier chef, mais c'est aussi vrai dans une certaine mesure pour les autres organisations syndicales, sauf la CGT et le Groupe des 101.
  • Dans l'offensive patronale du « tout flexible », il y avait deux possibilités, la flexibilité interne (au sein de l'entreprise, par la carrière et la mobilité internes) ou la flexibilité externe (par le recours au marché du travail). D'une certaine manière, ce qui a été accepté par les organisations syndicales, c'est la flexibilité externe. Si l'on n'a pas organisé les intérimaires, les précaires, cela conduit de fait à privilégier la flexibilité externe : car on ne touche pas à la stabilité du noyau central de travailleurs que l'on peut organiser.
  • La difficulté de stratégie, c'est aussi cette incapacité à comprendre et à mettre en mouvement l'unité entre chômeurs et salariés en poste. Il n'y a pas eu de conscience que toutes les attaques contre les chômeurs étaient des attaques contre tous les salariés (par exemple les reculs de l'assurance-chômage ont régulièrement été entérinés par la plupart des syndicats dits représentatifs, à l'exception de la CGT ce qui ne facilite pas les rapports entre les chômeurs et les syndicats...).
  • Enfin, il y a des difficultés institutionnelles, qui touchent à la place des organisations syndicales dans le paritarisme, notamment à l'UNEDIC. Les organisations syndicales, à l'exception de la CGT, ne souhaitent pas êtres contestés sur leur stratégie et avoir à rendre des comptes. C'est tout le problème d'un paritarisme sans démocratie.

AC ! un nouveau sujet social et revendicatif ?

11AC ! était conçu au départ, en 1993, comme un réseau, d'organisations syndicales et associatives, féministes, antiracistes, de défense du logement etc. Aujourd'hui, c'est devenu, de fait, une association qui regroupe principalement des chômeurs. On aurait pu construire AC ! comme un syndicat de chômeurs, mais le code du travail ne l'autorise pas. Les associations sont à la fois sur des champs plus spécifiques que les syndicats (qu'il s'agisse des associations de locataires, de parents d'élèves, de chômeurs...) et en même temps, elles sont plus généralistes et traitent du logement, de l'école, du chômage, problèmes qui concernent chacun.

12Les syndicats sont en principe des généralistes et prétendent défendre les intérêts matériels et moraux des travailleurs. Dans leurs statuts, les syndicats confédérés sont censés se préoccuper de l'intérêt général, et en même temps ils sont de plus en plus repliés sur le professionnel, voire l'entreprise, avec une énorme difficulté à articuler le professionnel et l'interprofessionnel. Il y a de plus en plus dans les organisations syndicales un vrai problème de démocratie et de contrôle du fonctionnement et des orientations par les adhérents. Une association comme AC ! apparaît beaucoup plus souple, avec une démocratie participative qui fait appel à tous ceux qui le souhaitent, sans mandat ni système délégataire, c'est une démocratie qui travaille beaucoup au consensus, ce qui en même temps n'est pas exempt de difficultés et de dangers. Car c'est aussi la prime aux activistes, à ceux qui ont le capitale culturel le plus important, ou qui appartiennent à un autre groupe structuré, associatif ou politique. Ce que l'on a tenté de faire au sein d'AC ! c'était de faire cohabiter syndicats et associations, mais aussi des individus n'appartenant ni aux unes, ni aux autres. C'est vraiment une constante de ce qui est recherché ces dernières années, et tout le monde rencontre les mêmes difficultés entre membres fondateurs et collectifs locaux (Voir ATTAC). C'est comme s'il y avait des conflits de légitimité, mais qui sont renforcés par le fait que les organisations syndicales ont beaucoup de mal à porter les problématiques sociétales au cœur de l'entreprise. Symétriquement, beaucoup, dans les réseaux de type AC ! considèrent que le syndicalisme est dépassé, bureaucratisé, archaïque, institutionnalisé, mais ils en tirent une conclusion stratégique grave, à savoir que la lutte contre le capitalisme peut se dérouler totalement à l'extérieur de l'entreprise, l'un des lieux même de la confrontation capital-travail.

13Certes les organisations de chômeurs de la « bandes des quatre » (AC ! Association pour l'Emploi, l'Information et la Solidarité - APEIS -, Mouvement National des Chômeurs et des Précaires — MNCP -, CGT- Chômeurs) parviennent à travailler ensemble depuis le mouvement des chômeurs de 1997. Il faudrait relire à cet égard les débats du début du mouvement ouvrier autour des bourses du travail, sur l'articulation entre revendications et fourniture de services. Il faut aussi approfondir ce que pourrait être aujourd'hui une réelle stratégie d'émancipation qui défende les droits collectifs acquis, mais qui ait toujours comme objectif de s'affranchir collectivement de la subordination salariale.

14De ce point de vue, on ne peut pas ne pas évoquer le champ politique. Un des grands problèmes aujourd'hui est que le syndicalisme comme la politique ont fait leur deuil de l'abolition de la propriété privée.

Une organisation spécifique des chômeurs ?

15Faut-il que les chômeurs s'organisent entre eux ? En Belgique ou en Allemagne, les chômeurs sont plus syndiqués qu'en France ; en Belgique c'est le syndicat qui verse les allocations chômage. Pour autant, un certain nombre d'entre eux s'organise hors des syndicats quand ils mènent des luttes. S'organiser, c'est se construire une identité, c'est devenir visible. Dans les années soixante-dix, les femmes comme groupe dominé, ont construit une structuration spécifique dans et hors les syndicats. C'était nécessaire (et ça l'est, selon nous, toujours) pour construire une parole, des positions, des revendications collectives, avant de les confronter à celle du groupe des hommes pour ensuite en faire des positions communes. On peut reprendre cette analyse pour les chômeurs. On pourrait aussi faire un parallèle entre l'organisation des entreprises qui externalisent tout ce qui n'est pas leur « cœur de métier » : les chômeurs ne sont pas le « cœur de métier » des syndicats.

16Dans la durée, on constate que les associations de chômeurs font un travail de type syndical (permanences, défense juridique, accompagnement de chômeurs aux Assedic ou à l'ANPE, mais aussi à la CAF, aux HLM, construction collective des revendications, organisation des mobilisations, etc). Mais elles ont beaucoup de mal à vivre parce que jamais les moyens ne leur ont été donnés. AC ! n'a survécu que grâce au soutien constant du Groupe des 10 et de la CFDT-ANPE, puis FSU ANPE. Le choix fait par les gouvernements de gauche de considérer qu'il pouvait être dangereux de donner aux chômeurs les moyens de se structurer est grave. On a même entendu tel ou tel dirigeant de Force Ouvrière dire qu'il ne connaissait de chômeurs organisés que les SA de Hitler... Ce que précisément il faut empêcher à tout prix. C'était l'une des raisons de la création d'AC !

17Les chômeurs organisés posent une autre question totalement occultée par le syndicalisme aujourd'hui, celle de l'abolition du salariat. Quand on dit qu'on veut « abolir le chômage » (texte initial d'AC !) cela n'a de sens qu'hors du salariat. Le chômage joue comme sur aliénant dans un premier temps, et désaliénant ensuite : quand on n'arrive pas à se faire de nouveau embaucher, ou de manière très précaire, la remise en cause personnelle est très forte : je ne vaux rien, je ne suis pas assez qualifié, ou trop... La meilleure manière de ne pas devenir fou c'est de retourner la situation ; « ce n'est pas vous qui ne voulez pas de moi, c'est moi qui ne veux plus de ce statut de dépendance du vouloir d'autrui pour cette partie essentielle de ma construction personnelle qu'est le travail ». Ce n'est donc pas le travail qui est refusé, mais la subordination. Ils sont peu nombreux ceux qui osent cette remise en cause publique ; on peut se demander si en faire une stratégie ne serait pas plus efficace qu'une stricte revendication du plein-emploi... À n'importe quelle condition.

18Dans AC ! les militants salariés sont de moins en moins nombreux : d'ailleurs les actions et les réunions ont maintenant presque toujours lieu en journée, ce qui interdit à ceux et celles qui ont un emploi d'y participer (ce n'était pas le cas au début du mouvement).

« Ensemble » ou « Sans »

19Une autre question traduite autour de deux mots : « ensemble » ou « sans ». Lors de la réquisition d'un bâtiment, à Paris, pour en faire une sorte de Bourse du Travail - Maison des Associations (rue d'Aligre) il y a eu deux propositions : « maison des ensembles » ou « maison des sans » ? Le premier l'avait emporté. « L'appel des sans » à Beaubourg en 1995 et la construction du réseau « No Vox » indiquent une autre direction : celle de la construction parallèle : lors du FSE de Londres en octobre 2004, l'assemblée de No Vox se tenait au même moment que l'assemblée des mouvements sociaux, mais pas au même endroit : si une telle situation devait perdurer, personne n'aurait à y gagner.

*

20Les associations de chômeurs, AC ! en particulier, ont apporté énormément ces dix dernières années, même de manière minoritaire sur les revendications (lien entre droit à l'emploi — droit au revenu en particulier), sur les modes d'actions, sur l'auto-organisation, sur le lien local-global, sur la réflexion sur le travail, sur l'utilité sociale, sur l'aliénation et la subordination. Ce sont des questions stratégiques qui concernent tous les salariés : le syndicalisme sera-t-il capable de s'en emparer, dans la situation de défensive dans laquelle il est ?

Notes

1 En 1981, ce groupe rassemble 10 syndicats non confédérés, devenus 32 aujourd'hui dont 20 syndicats de SUD (Solidaires, unitaires, démocratiques). En 1998, il se structure en « Union-syndicale- Groupe des dix » ou G10-SU (solidaires et unitaires).

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search