Version classiqueVersion mobile

Syndicats et associations

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Françoise Tétard

Deuxième partie. Ignorance et concurrence

Syndicats et collectifs face à la précarité

Évelyne Perrin

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Evelyne Perrin

2La précarité de l'emploi est, à l'évidence, un des défis auxquels le syndicalisme se trouve aujourd'hui confronté. Non seulement le développement des formes dites particulières d'emploi (CDD, intérim, stages, temps partiel subi), l'instabilité et la mobilité qui en résultent pour les salariés constituent un obstacle à la syndicalisation, mais les syndicats éprouvent de grandes difficultés à représenter et défendre les travailleurs précaires, faute d'avoir élaboré un projet cohérent de renouvellement des garanties collectives des salariés face au développement de la précarité de l'emploi, pour la plupart, mais, également, du fait de leur institutionnalisation croissante.

3Parallèlement à cette crise du syndicalisme apparaissent des coordinations associant syndiqués et non syndiqués ou des comités de soutien à des luttes, regroupant des militants sur des bases interprofessionnelles et interassociatives dans les luttes récentes de salariés de la restauration rapide, du commerce ou du nettoyage, des emplois-jeunes ou des intermittents du spectacle. Ces collectifs ou comités doublent le travail syndical, s'y substituent parfois ou lui servent d'aiguillon. Y a-t-il concurrence ou complémentarité entre ces deux formes d'organisation et de lutte ? Les syndicats peuvent-ils tirer les leçons de l'expérience de ces collectifs pour repenser l'action syndicale face à la précarisation rampante du salariat ?

Les syndicats face à la précarité et aux précaires

Difficulté de syndiquer les précaires

  • 1 DARES, Premières Synthèses, N° 14.2, avril 2005.
  • 2 INSEE Première, N° 958, avril 2004, « Enquête sur l'emploi 2003 ».

4La précarité de l'emploi ne cesse de se développer en France comme dans d'autres pays européens, si l'on entend par précarité l'ensemble des formes atypiques d'emploi, contrats à durée déterminée, mais également intérim et contrats aidés, ou encore emplois payés en dessous du SMIC, principalement les CDI à temps partiel subi. En dix ans, le nombre d'emplois en intérim aurait connu une croissance de 160 % et celui des CDD une augmentation de 60 %, alors que le nombre de CDI n'augmentait que de 2 %. Les contrats autres que les CDI représentent plus d'un emploi sur dix (11 %) et leur part a doublé en 20 ans1 L'emploi à temps partiel représente aujourd'hui 18 % des emplois contre 8 % au début des années 19702.

5La précarité de l'emploi est un obstacle important à la syndicalisation. Quand on ne sait pas si son CDD ou sa mission d'intérim seront renouvelés, on ne se risque pas à se syndiquer. Il en est de même lorsqu'on passe en peu de temps d'une entreprise à une autre, d'un secteur à l'autre, de l'emploi au chômage. Avec le turn-over érigé en système, les collectifs de travail s'effritent et la syndicalisation est un travail de Sisyphe éternellement à recommencer. De plus des salaires très bas rendent difficile le paiement de cotisations syndicales.

6Ces causes objectives pourraient déjà expliquer à elles seules le recul constant de la syndicalisation. Mais elles ne sont pas les seules. À ces facteurs externes s'ajoutent les dysfonctionnements et les carences internes des syndicats, dont la plupart restent enfermés dans des modes de fonctionnement hérités de la période fordiste et offrent peu de résonance aux luttes des salariés précaires. Il n'est donc pas étonnant que l'on relève chez les précaires, notamment les plus jeunes, une relative indifférence ou défiance vis-à-vis des syndicats, perçus le plus souvent comme privilégiant la défense des travailleurs stables et ne proposant pas de ligne de résistance cohérente face à l'extension du précariat. Ce constat est-il fondé ?

La position des syndicats sur la précarité

  • 3 Le Groupe des Dix est une confédération syndicale créée en décembre 1981 et regroupant les syndica (...)
  • 4 Cf. « nouveau statut du travail salarié », Document de travail N° 2 de mai 2002, lors de la 1e Jou (...)
  • 5 Supiot A. (dir.), Au-delà de l'emploi. Transformations du travail et devenir du droit du travail e (...)

7La CGT est l'une des rares centrales syndicales, avec le Groupe des Dix3, à dénoncer le développement de la précarité de l'emploi et à avancer des propositions concrètes pour redonner aux salariés une protection face à la flexibilité du marché du travail. Elle a en effet élaboré une revendication précise, la sécurisation des trajectoires professionnelles4. Il s'agit d'assurer à tout salarié, dès son entrée dans la vie active, un droit au travail transférable d'une entreprise à l'autre et opposable à chaque employeur, concrétisé par un contrat à durée indéterminée à plein-temps (le temps partiel étant un droit pour le salarié qui le souhaite et non une obligation), un droit à la promotion, au déroulement de carrière, à la formation (de quatre ans sur toute la carrière), et la validation des acquis professionnels. Cela passe bien évidemment par une mutualisation du financement de la garantie d'emploi à l'échelle territoriale et/ou de la branche. Cette proposition très élaborée vise bien à apporter une réponse structurelle à la montée de la précarité de l'emploi, et s'inspire des travaux de juristes et d'économistes5. Mais on peut noter un certain flou sur la question du revenu, le revenu garanti heurtant trop les positions doctrinales de la CGT.

8Le Groupe des Dix, bien qu'encore majoritairement implanté dans le secteur public, a développé une réflexion conséquente sur la nécessité de soutenir plus fortement les luttes des travailleurs précaires, et apporte concrètement un soutien important à AC ! (Agir ensemble contre le chômage). Pour répondre à la dégradation des conditions de travail et salariales entraînée par le recours à la sous-traitance, SUD-Rail a directement participé à la création de SUD-Nettoyage.

  • 6 Cf. Gourguechon g. in AC, APEIS, MNCP, Précarité. Points de vue du mouvement social coordonné par (...)

9Les revendications du G10 sont6 : un emploi stable et correctement rémunéré, avec le CDI comme norme, et l'élaboration de conventions collectives communes pour tous les salariés d'une même activité (avec co- responsabilité du donneur d'ordre), un statut du salarié qui garantisse la continuité du revenu et des droits sociaux et des possibilités de formation même en période de non-emploi, la titularisation de tous les emplois précaires du secteur public, et une forte réduction du temps de travail sans flexibilité.

  • 7 Qui n'a pas soutenu la grève des salariés du Mc Do de Strasbourg St-Denis en 2001-2002 et en 2003- (...)

10La CNT7 se prononce pour l'embauche en CDI à temps complet à la demande du salarié, pour une réduction des écarts de salaires entre qualifiés et non qualifiés, pour une forte réduction du temps de travail. Elle préconise le regroupement des précaires par secteur d'activité et par bassin d'emploi, de façon interprofessionnelle.

11FO, syndicat où dominent les fonctionnaires, est quasiment muette sur la question de la précarité. On la trouve très rarement impliquée dans les luttes de travailleurs précaires sur le terrain, et dans ce cas c'est la plupart du temps dans le cadre d'actions intersyndicales où elle n'a pas le rôle le plus actif.

12La CFDT est le syndicat qui a fait le plus long chemin sur la route de l'acceptation de la nouvelle donne capitaliste, devenant ainsi l'alliée objective du MEDEF, au nom de la modernité. Cette centrale prend acte des transformations des normes d'emploi (dérégulation, flexibilité, turn-over et instabilité du contrat de travail) qu'elle estime imposées par la modernisation de l'économie, et s'efforce d'accompagner ces transformations par une adaptation de ses revendications. C'est ainsi qu'on la verra successivement défendre, en 1992, un durcissement des conditions d'accès à l'indemnisation du chômage pénalisant particulièrement les jeunes et les précaires, puis en 2000 le PARE (Plan d'aide au retour à l'emploi) qui accroît les radiations des chômeurs qui refusent un emploi précaire, puis en 2003 la réforme du statut des intermittents du spectacle, qui exclut du régime un tiers d'entre eux tout en réduisant leurs durées d'indemnisation.

13Ce panorama rapide de l'attitude des syndicats face à la précarité, bien que contrasté, explique sans doute la faiblesse des acquis syndicaux dans le domaine de la défense des travailleurs précaires. Pour ne prendre que ces deux exemples, les conventions collectives de la restauration rapide et du nettoyage, particulièrement défavorables, n'enregistrent pas de progrès, malgré le développement de luttes dans le secteur de la restauration rapide en 2001, 2002 et 2003. Le treizième mois, revendication souvent avancée, a été obtenu dans certains Me Do (comme à Marseille), mais est loin d'être généralisé. Quant au passage à la demande du salarié de temps partiel à temps plein, ou de CDD en CDI, c'est encore une revendication spora- dique (elle apparaît chez SUD pendant la grève de la FNAC Champs- Elysées), insuffisamment reprise par les centrales syndicales. Enfin, sur le terrain, la CGT porte peu sa revendication de statut professionnel du salarié, même si elle tente sur plusieurs bassins d'emploi de mettre en place des conventions collectives de site.

14Aussi n'est-il pas étonnant que se multiplient les exemples de coordinations professionnelles ou même (dans le cas des intermittents) interprofessionnelles, et que l'essentiel du potentiel de créativité en termes d'analyses et de propositions de garanties nouvelles pour le salariat émane de ces coordinations et non plus des syndicats.

Les nouveaux outils d'organisation des précaires, collectifs, coordinations et comités de soutien 8

  • 8 Perrin É. Chômeurs et précaires au cœur de la question sociale, Paris, La Dispute, 2004.

15On a vu se développer de nouvelles formes d'organisation des luttes dans les nombreux conflits qui se sont succédés dans des secteurs comme la restauration rapide et le commerce dans les années 2000 : grève de décembre 2000 au Mc Do du boulevard St-Germain, de 32 jours en février 2001 au Pizza Hut Opéra, grève historique de 112 jours d'octobre 2001 à février 2002 au Mc Do de Strasbourg St-Denis puis nouvelle grève avec occupation de mars 2003 à mars 2004, grève d'un mois avec occupation, en février 2002, de la FNAC des Champs-Elysées, grèves sporadiques au printemps 2002 dans plusieurs Mc Do parisiens, chez Go Sport, chez Virgin contre le travail du dimanche et pour un 13e mois, à Maxilivres contre la fermeture d'un magasin, en 2002, et pour l'obtention d'un point d'eau en 2004. Dans le secteur du nettoyage, grève d'un an, de mars 2002 à février 2003, de 32 femmes de ménage des hôtels du groupe Accor employées par son sous-traitant Arcade, victorieuse mais suivie en juin 2004 du licenciement de la déléguée syndicale SUD leader de la grève ; grève de plusieurs mois des cuisiniers sri-lankais des pubs Frog...

16Lors de la grève du Mc Do de Strasbourg Saint-Denis en 2001-2002 se crée un vaste comité de soutien regroupant plus d'une trentaine d'organisations syndicales, associatives et politiques, débordant la Fédération CGT du Commerce. Grévistes et comité de soutien mettent en œuvre des occupations de Mc Do parisiens tous les samedis et parfois le dimanche, sensibilisant les passants et effectuant des collectes. Ces actions de harcèlement et la popularisation du conflit ne sont pas pour rien dans la capitulation finale de Mc Do et la réintégration des grévistes en février 2002.

  • 9 Nous avons bien conscience des fortes disparités existant entre les secteurs d'appartenance, les c (...)

17Ces formes de lutte des jeunes précaires9 se différencient nettement des luttes syndicales classiques :

  • Lancées à la base, elles se construisent à partir d'agrégats d'individualités, sur la base de la confiance réciproque et de l'interconnaissance, en privilégiant l'autonomie et une forte implication personnelle. Les tracts d'ailleurs, même à entête syndicale, se concluent par des prénoms et des numéros de portables.
  • Les luttes sortent de l'entreprise pour déborder sur la rue, l'espace public, par accrochage de banderoles sur des rubans de scotch tendus entre les arbres, distribution de tracts, appel au boycott des produits, 206 en lien avec des thèmes plus généraux comme la « malbouffe » avec la Confédération Paysanne ou le mouvement des « sans papiers » dans le cas de la lutte des salariées d'Arcade.
  • Les luttes sortent également du carcan syndical en faisant appel à des soutiens diversifiés de l'extérieur, autres syndicats, associations de lutte contre le chômage et la précarité, mouvement étudiant dans toutes ses composantes...
  • Ces luttes s'en prennent aussi au talon d'Achille de ces multinationales, leur image de marque dans le public, en développant des campagnes de boycott de la marque sous forme de cartes postales, en diffusant la contestation dans les divers établissements du groupe, restaurants Mc Do, hôtels du groupe Accor, etc...
  • Ces jeunes délégués maintiennent une attitude souvent assez distanciée vis-à-vis de leur syndicat dont ils perçoivent de façon aiguë les limites et les rigidités et y suppléent en déployant entre eux une grande solidarité
  • L'expérience collective du comité de soutien à une lutte est facilement « transférée » à une autre lutte, avec des recompositions de participants. Ainsi le collectif de soutien au Mc Do Strasbourg Saint-Denis se transforme-t-il après quelques défections ou apports nouveaux en un comité de soutien à la lutte des femmes de ménage africaines d'Arcade, puis renaît pour soutenir la deuxième grève du Mc Do de Strasbourg Saint-Denis, puis s'étend au soutien aux cuisiniers des Frog. Des jonctions sporadiques se font entre luttes.

18Malgré ce renouvellement des formes de lutte, il faut toutefois constater que ces grèves restent, dans la majorité des cas, dispersées et fragmentées, et ne se prêtent pas à un travail collectif d'élaboration de revendications communes ou de propositions convergentes pour créer de nouvelles garanties collectives. Ce sont des mouvements encore centrés sur des augmentations de salaires, l'obtention de primes ou d'un treizième mois, ou la réintégration de délégués syndicaux licenciés, et qui dépassent rarement l'entreprise concernée, malgré les efforts déployés par les comités de soutien pour élargir ces luttes à l'ensemble d'un secteur.

La lutte des emplois-jeunes en 2002 et 2003

19Lorsqu'à l'été 2002 le gouvernement Raffarin annonce la non-recon- duction des emplois-jeunes, ceux-ci s'organisent en collectifs et se mobilisent fortement dès l'automne 2002, multipliant les assemblées générales et essayant d'unir les emplois-jeunes de divers secteurs, ceux de l'Éducation Nationale, des collectivités territoriales et des associations, pour déposer des revendications spécifiques à chacun d'eux et au-delà, unitaires. Il se crée une Coordination nationale des emplois-jeunes et surveillants en lutte, qui appelle à des journées nationales d'action et à des grèves reconductibles en décembre 2002 et janvier 2003. Le mouvement culmine en juin 2003, avec une forte participation aux manifestations des enseignants et salariés du secteur public contre la réforme des retraites et la décentralisation à l'Éducation nationale.

20Les revendications de la Coordination nationale vont du maintien du statut d'étudiant-surveillant à la titularisation sans concours ni condition de nationalité pour les emplois-jeunes des divers services publics, à l'accès à des formations qualifiantes et/ou diplômantes, à la revalorisation des salaires, à la validation des acquis professionnels, à la transformation des CDD en CDI pour les emplois-jeunes des associations.

21Or, la plupart des syndicats n'apportent pas leur soutien, à l'exception de la CGT du bout des lèvres et de SUD et de la CNT : le SNES-FSU et le SGEN-CFDT refusent de participer aux journées d'action, le SNES- FSU appelle dès décembre à la reprise du travail. SNES et SGEN ne reprennent pas à leur compte la plate-forme de revendications élaborée par la Coordination nationale et validée par toutes les assemblées générales d'académie. Ils sont d'ailleurs opposés à la titularisation sans concours, que SUD est le seul syndicat à défendre. La Coordination nationale appelle en vain les syndicats majoritaires à lancer un grand mouvement de grève pour faire fléchir un gouvernement très déterminé. L'information sur le développement de la lutte n'est pas répercutée par la CGT qui, en fait, ne veut pas gêner le gouvernement de la gauche plurielle auquel participe le Parti communiste.

22Les emplois-jeunes, même s'ils disposent de CDD de cinq ans, illustrent la précarisation à l'œuvre dans le secteur public, où aujourd'hui la majorité des emplois créés sont des emplois précaires. Cette lutte se veut d'emblée interprofessionnelle, car les emplois-jeunes sont à l'interprofes- sionnalité des métiers, porteurs de convergences. Elle enfonce également un coin dans les positions et dans l'idéologie des syndicats majoritaires, car la revendication principale de titularisation sans concours des emplois- jeunes prend à revers toute l'idéologie syndicale de recrutement sur concours.

La lutte des intermittents du spectacle durant l'été 2003

23La lutte des intermittents du spectacle contre la réforme de leur statut durant le printemps et l'été 2003 et jusqu'à présent est l'exemple même d'une coordination organisée en dehors des syndicats en collectifs locaux de syndiqués et de non syndiqués, même si la CGT a exercé une influence certaine dans l'expression du refus de la réforme.

24Lorsque le gouvernement annonce la réforme des annexes viii et x de l'UNEDIC qui régissent le régime d'assurance chômage des intermittents, le Collectif « Précaires et Associés de Paris » (PAP) se crée en décembre 2002, et organise, pendant l'hiver et le printemps 2003, les premières actions contre le projet de réforme. La Coordination des Intermittents et Précaires d'île-de-France se crée en juin 2003 et organise une occupation du Théâtre de la Colline par une centaine d'intermittents ; puis lors de la signature du protocole par le gouvernement et quelques syndicats non majoritaires, dont la CFDT, dans la nuit du 26 au 27 juin, Précaires et Associés de Paris, ainsi que quelques militants de la CNT, appellent à une assemblée générale, où arrivent 1 000 à 1 200 personnes, qui décident d'occuper la Villette. Un long travail va alors s'effectuer en commissions, avec une diversité de participants, syndiqués ou non, des vedettes aux plus précaires, représentatif de la diversité des situations qui caractérise le secteur. C'est ce travail collectif associant des individualités professionnelles très diverses qui va permettre une mise à plat des conditions concrètes d'exercice de ces professions et une réflexion sur les dysfonctionnements du régime d'assurance chômage et sur les alternatives à lui opposer pour assurer aux personnes concernées une continuité de droits et de revenu.

  • 10 . Bernard Friot estime que c'est là un recul, le rattachement aux heures travaillées impliquant se (...)

25Un nouveau modèle d'indemnisation des intermittents, fruit de ce travail d'élaboration collective, est adopté en coordination nationale le 7 décembre 2003. Il repose sur un calcul de l'indemnisation basé sur un salaire annuel de référence et sur le nombre d'heures travaillées10, avec un plancher, le SMIC, et un plafond, fixé assez bas, pour éviter que certains intermittents cumulent cachets et indemnités les plus élevés. Bien que contestant le plafond de rémunération, à l'automne 2003, la CGT-Spectacle fait paraître un énoncé de principes s'inspirant du nouveau modèle. La position des autres syndicats fut très diverse. SUD-Spectacle et SUD-Culture ont totalement soutenu le travail collectif, avec leurs faibles moyens, et ont repris les propositions de la Coordination. FO assistait simplement aux AG. La CFDT a soutenu le gouvernement en signant le protocole d'accord, et propose aujourd'hui la création d'une caisse professionnelle pour absorber le déficit du régime des intermittents, ce qui reviendrait à désolidariser les intermittents du reste des salariés et à rétrécir leur base de financement. Ensuite la Coordination a porté cette proposition au niveau politique grâce à la création d'un comité de suivi parlementaire ouvert à des parlementaires de tout bord, qui a déposé une proposition de loi.

Inadéquation de la forme syndicale classique au nouveau régime capitaliste

26Plus fondamentalement, les syndicats dans leur conception et leur mode de fonctionnement traditionnels s'avèrent être profondément en décalage ou en inadéquation par rapport au nouveau mode de production capitaliste. Organisés sur la base de l'usine ou de l'entreprise de type fordiste, et sur le mode de la délégation à des représentants permanents, enfermés dans l'entreprise et divisés entre chapelles syndicales respectives, ils se heurtent sans en avoir réellement pris la mesure à une nouvelle organisation du mode de production capitaliste, où la création de valeur se fait de plus en plus hors des murs de l'entreprise, dans une activité de création et de formation qui n'est pas reconnue comme du travail salarié mais prise en charge selon des modes divers allant du RMI au régime des intermittents, en passant par l'assurance-chômage, et où la mobilisation de la main-d'œuvre se fait de façon discontinue, flexible, en faisant appel à sa mobilité d'une entreprise à l'autre, d'un secteur à l'autre, d'un statut à l'autre. Dans ce nouveau régime, le chômage n'est plus une situation étanche qui séparerait un noyau dur de chômeurs du reste de la population salariée, c'est devenu un état récurrent que connaissent un nombre croissant de salariés, où ils rentrent et d'où ils sortent, (les fins de CDD sont devenues la cause majeure d'entrée au chômage, devant les licenciements), comme de périodes de formation plus ou moins rémunérées, alors que les syndicats continuent à ériger de fait une barrière étanche entre salariés en poste et chômeurs, et dans la plupart des cas entre salariés stables et précaires.

27Toutefois, le salariat précaire est loin d'être homogène, il est au contraire extrêmement divers, fragmenté, éclaté, sans réelle unité de situation. Parallèlement à la montée du travail immatériel et intellectuel, des secteurs entiers notamment dans le commerce et les services restent soumis à des conditions de travail de type fordiste (travail répétitif, cadences infernales). Enfin, traditionnellement, les secteurs qui recourent à de la main-d'œuvre non qualifiée majoritairement d'origine immigrée (nettoyage, gardiennage, une partie du bâtiment) pratiquent des formes d'exploitation très poussée qui consistent en une « délocalisation à l'envers ».

  • 11 Lezzarato M., « La forme politique de la coordination «, in Multitudes, n°17, été 2004.

28Les syndicats ont un autre handicap, celui de se croire détenteurs innés des analyses les plus justes. Or, pour élaborer de nouvelles offensives et de nouvelles revendications face à ce nouveau régime capitaliste, il faut aujourd'hui mobiliser les subjectivités au travail et les forces créatrices de chaque individu, permettre qu'elles s'expriment, se combinent et s'agrègent au travers d'un processus de confrontation libre et de lente maturation, qui est tout l'inverse du fonctionnement syndical, comme le montre bien le processus d'élaboration du contre-modèle d'assurance-chômage élaboré durant l'été 2003 par la coordination des intermittents et précaires11, ou comme le montre le mouvement des chercheurs du printemps 2004. Par leur mode de fonctionnement centralisé, hiérarchique et bureaucratique, les syndicats s'avèrent généralement incapables de produire de telles analyses et élaborations collectives, et restent enfermés dans des revendications catégorielles et corporatistes assez classiques, sans prendre en compte la diversité et le caractère fluctuant des dispositifs de mise au travail dans la production contemporaine.

29Plus fondamentalement, c'est aussi l'institutionnalisation des syndicats dits représentatifs et leur évolution vers un syndicalisme de gestion et d'accompagnement qui les éloigne des nouvelles formes de combativité salariale caractéristiques soit des segments les plus exploités de la main-d'œuvre, soit du salariat cognitif.

*

30Même si plusieurs d'entre eux sont syndiqués, les précaires qui s'investissent aujourd'hui dans des luttes, par-delà la diversité de leurs statuts et le morcellement de leurs situations, se dotent le plus souvent de formes nouvelles d'organisation, collectifs, coordinations, comités de soutien ad hoc, qui privilégient la démocratie directe et le contrôle des décisions par la base, la souplesse et la rapidité, la mixité des appartenances syndicales, associatives et politiques, le caractère interprofessionnel des revendications. Ce sont des formes d'organisation par affinités sélectives, par agrégation apparemment éphémère mais dont les liens tissés à l'occasion des luttes sont durables et peuvent se recomposer à tout moment. Ces formes d'organisation ne se substituent pas aux syndicats, elles les accompagnent et s'élaborent en parallèle, le recours aux syndicats restant fondamental dans les actions juridiques, la négociation collective, la représentation des salariés.

31Dans ces luttes, les syndicats peinent à garder le contrôle de l'action, restant partagés entre la tentative de récupération de la lutte et celle du repli. Leur modèle traditionnel de fonctionnement se trouve bousculé et peu adapté au développement de la mobilité des travailleurs précaires d'un emploi à un autre et de l'emploi au chômage, là où les unions locales interprofessionnelles ou les bourses du travail devraient jouer un rôle plus grand.

32Plus fondamentalement, la montée de l'individualisme et de la volonté de choisir ses engagements de façon sélective et réversible, le développement de formes d'engagement plus subjectives, privilégiant les relations interpersonnelles de confiance et par affinités, le refus de plus en plus généralisé de la délégation de pouvoir et de ce qui peut apparaître comme des processus bureaucratiques et rigides, peuvent expliquer la crise de la forme d'organisation syndicale classique. À ces difficultés liées à la forme syndicale s'ajoute la relative incapacité des syndicats, du moins la plupart, à inventer un socle de revendications apte à contrer le développement de la précarité et de la flexibilité, celui de la sous-traitance, et la dégradation des conditions de travail qui en résulte pour une frange croissante du salariat. La précarité appelle un aggiornamento syndical. Les syndicats sauront-ils relever ce défi ?

Notes

1 DARES, Premières Synthèses, N° 14.2, avril 2005.

2 INSEE Première, N° 958, avril 2004, « Enquête sur l'emploi 2003 ».

3 Le Groupe des Dix est une confédération syndicale créée en décembre 1981 et regroupant les syndicats SUD (Solidaires, Unitaires, Démocratiques). Ceux-ci se multiplient dans les années quatre- vingt-dix d'abord dans le secteur public puis dans le secteur privé, aboutissant à la fondation de Solidaires en 1998, qui devient l'Union Syndicale G10 Solidaires. Cf. Denis J.-M., Le groupe des Dix, un modèle syndical alternatif ? Paris, La Documentation Française, 2001.

4 Cf. « nouveau statut du travail salarié », Document de travail N° 2 de mai 2002, lors de la 1e Journée d'étude confédérale sur ce thème le 27 mars 2002.

5 Supiot A. (dir.), Au-delà de l'emploi. Transformations du travail et devenir du droit du travail en Europe, Paris, Flammarion, 1999. Boissonnat J., Mabit R., Le travail dans 20 ans. Rapport de la commission présidée par Jean Boissonnat, Paris, éditions Odile Jacob La Documentation Française, 1995. Hoang-Ngoc L„ Les politiques de l'emploi, Seuil, Coll. Points économie, 2000.

6 Cf. Gourguechon g. in AC, APEIS, MNCP, Précarité. Points de vue du mouvement social coordonné par P E., Paris, Syllepse, 2001.

7 Qui n'a pas soutenu la grève des salariés du Mc Do de Strasbourg St-Denis en 2001-2002 et en 2003-2004, sous prétexte que certains étaient des « swing-managers », donc cadres, ce qui illustre la difficulté de certains syndicats à définir le contenu de la notion de précarité.

8 Perrin É. Chômeurs et précaires au cœur de la question sociale, Paris, La Dispute, 2004.

9 Nous avons bien conscience des fortes disparités existant entre les secteurs d'appartenance, les conditions de travail et salariales, des salariés engagés dans ces luttes. Pourtant l'hypothèse est faite qu'au- delà de ces différences manifestes, le développement sans précédent de nouvelles formes de précarité entraîne une prise de conscience collective.

10 . Bernard Friot estime que c'est là un recul, le rattachement aux heures travaillées impliquant selon ses thèses un renforcement de la logique d'activation. Cf. aussi : Gregoire M., « L'intermittence du spectacle comme régime de ressource », mémoire de DEA à l'Université de Paris-X-Nanterre sous la direction de Bernard Friot, septembre 2004, 221 p. et sa thèse en cours sur ce sujet.

11 Lezzarato M., « La forme politique de la coordination «, in Multitudes, n°17, été 2004.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search