Version classiqueVersion mobile

Syndicats et associations

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Françoise Tétard

Deuxième partie. Ignorance et concurrence

Le modèle de l'action syndicale dans l'association Droit au logement (DAL) et les difficultés de sa mise en œuvre

Bénédice Havard-Duclos

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Bénédicte Havard-Duclos

  • 1 Le texte s'appuie sur le travail réalisé pendant ma thèse. Entre philanthropie et syndicalisme. Mi (...)

2On montrera ici comment une association peut poursuivre des objectifs syndicaux. Modèle associatif et modèle syndical seront présentés dans leurs différences, comme deux manières d'organiser des groupes d'intérêt. On montrera ainsi la tension qui traverse aujourd'hui l'association Droit Au Logement (DAL)1.

  • 2 Droit Au Logement, Le logement : un droit pour tous, Le Cherche Midi, 1996, p. 125.

3DAL est créé en 1990 à Paris, pour « aider les mal-logés à s'organiser pour accéder au logement, faire appliquer les lois qui leur sont favorables car elles existent, et inciter les pouvoirs publics à mener une politique de logement cohérente, réaliste et digne2 ». Pour atteindre ces objectifs, l'association a conduit un grand nombre d'actions collectives et juridiques : campements, squats de logements vacants, manifestations, marches, occupations symboliques de lieux, lobbying auprès des parlementaires et des édiles pour peser sur les lois régissant le logement social, procès pour faire avancer la jurisprudence sur ces questions... La réussite de DAL à incarner la cause des mal-logés, des sans-logis et plus largement des « exclus » est spectaculaire, d'autant plus que l'association reste une petite structure aux effectifs fluctuants.

4Cette association reprend de multiples valeurs et pratiques syndicales mais a pourtant choisi d'emblée la forme juridique d'une association et se démarque d'un syndicat à plusieurs titres. Si DAL affirme, à travers ses porte-parole principaux, construire une organisation de combat, de défense et de luttes largement comparable à celle d'un syndicat de mal-logés (un mouvement de mal-logés), elle ne peut tenir cet objectif jusqu'au bout. Deux raisons principales expliquent cette impossibilité : la première, contextuelle, s'explique par la dévalorisation de la forme syndicale. La seconde est plus profonde et tient au caractère structurellement hybride de DAL : impulsée par des groupes sociaux plus dotés socialement que les mal-logés, l'organisation tente de s'affranchir et de dépasser le modèle humaniste, philanthropique, assistantiel et caritatif, qui caractérise les associations de solidarité intervenant traditionnellement auprès des personnes mal-logées. Mais en même temps, elle n'est pas et ne peut être un « syndicat » de mal-logés se défendant eux-mêmes. Elle reste à ce titre structurellement une « association », c'est-à-dire un mouvement avec voire pour les mal-logés.

DAL : un syndicat ?

Une volonté affirmée d'organisation collective des acteurs

5Si l'enjeu principal des syndicats est d'unir et d'organiser des personnes aux intérêts communs pour les défendre, DAL affirme un positionnement tout à fait comparable à celui d'un syndicat. Il cherche à unifier les intérêts des mal-logés dans des luttes collectives pour faire aboutir des revendications communes.

  • 3 Salmon J. M., Le désir de société. Des restaurants du cœur au mouvement des chômeurs, La Découvert (...)

6« D'emblée le DAL s'inscrit dans une démarche syndicale contre le mallogement. [...] En effet l'aide aux mal-logés n'est pas livrée clés en main comme dans l'humanitaire ou le caritatif. Elle n'est même pas une aide à se loger de ses propres mains comme chez les Compagnons d'Emmaiis. Elle est une aide à s'organiser pour créer un rapport de force favorable et obtenir des "résultats" » écrit Jean-Marc Salmon, reprenant les propos récurrents des responsables de DAL3. Annie Pourre, cheville ouvrière de DAL puis de Droits Devant ! explique au cours d'un entretien : « DAL s'est créé et le premier souci, c'était d'organiser les acteurs. On n'allait pas recommencer ce que font la plupart des associations, c'est-à-dire on a une revendication, on la met en avant et vient derrière les banderoles qui veut. Grosso modo, c'est un schéma classique, qu'on connaît à peu près tous, une association, je dirai quelques intellectuels et quelques militants associatifs créent un concept, une revendication et puis on va le porter comme ça avec les banderoles et ça va se développer derrière. Alors là, on a pris les choses à l'envers, on a dit, on va organiser les acteurs en situation de mal-logement ou d'exclusion de logement et on va conduire les actions pour arriver au relogement. » Les militants les plus politisés, porte-parole autorisés de l'association, affirment clairement une idéologie et des convictions proches de la posture syndicale. Hostiles à toute pratique de charité et d'assistanat, ils présentent DAL comme un syndicat de mal-logés, c'est-à-dire un collectif autonome et combatif, s'opposant aux politiques du logement qui conduisent à l'éviction des plus pauvres, et aux municipalités, bailleurs, ministres, qui les mettent en œuvre.

  • 4 Reproduite dans Droit Au Logement, Le logement ; op. cit.
  • 5 Objectif commun à tous les groupes d'intérêts, qu'ils soient associations, partis ou syndicats. Vo (...)

7Le premier but des comités DAL, rappelé dans la charte de DAL4 est effectivement d'« unir et organiser les familles et les individus mal-logés ouoncernés par le problème du logement, pour la défense du droit à un logement décent pour tous ». Trois objectifs plus précis y sont déclinés. La mise à jour d'un nouveau cadre cognitif pour penser la crise du logement et sa résolution, doit permettre d'obtenir des avancées juridiques et de peser sur l'élaboration des politiques publiques. En s'intégrant à une dynamique collective de mobilisations, les mal-logés renforcent la capacité de l'association à agir, font la preuve de sa légitimité (existence et importance du groupe et de son intérêt) et de sa représentativité (bonne représentation de ce groupe et de cet intérêt par l'organisation5). Dans un deuxième temps, l'association, dans un enjeu d'éducation populaire, se donne pour objectif de doter les milieux populaires de moyens d'action, en leur permettant la construction de collectifs autonomes, en favorisant leur implication et leur formation. Enfin, l'association doit permettre la résolution concrète des difficultés des mal-logés qui adhèrent à DAL (obtenir des relogements, suivre des dossiers individuels, suspendre des mesures d'expulsion...). Cette dernière dimension tire l'association vers une organisation prestataire de services et d'aides, faisant penser à la fois au syndicalisme de service et aux associations caritatives.

Une proximité dans les parcours et les techniques militantes

8Au-delà de ces objectifs, d'autres points communs avec les syndicats sont perceptibles : DAL déclare le même apolitisme et la même méfiance à l'égard des partis politiques que nombre de syndicats. Les socialisations politiques des militants sont très diverses. Ils se réclament aussi bien du catholicisme social, des milieux alternatifs, de l'extrême gauche radicale avant-gardiste, de l'anarcho-syndicalisme, du marxisme, que de la mouvance tiers-mondiste. Cette diversité explique pour partie pourquoi les appartenances partisanes sont si peu mises en avant, au risque de faire éclater le groupe en multiples tendances. De plus et surtout, les interlocuteurs principaux ne sont pas des « patrons », comme dans les syndicats ouvriers, mais les préfets et les élus locaux. L'indépendance à l'égard des organisations politiques est donc nécessaire aux négociations. Elle l'est d'autant plus que, paradoxalement, les adversaires/partenaires du DAL dans les négociations sont des élus de gauche, plus souvent que des élus de droite, pour l'unique raison qu'ils gèrent davantage de communes dans lesquelles se trouvent des populations mal-logées et des logements sociaux.

9Par ailleurs, une partie des militants, notamment parmi les porte-parole, a été ou est encore syndicaliste. Jean-Baptiste Eyraud dit Babar, président de DAL, fut militant à la CFDT, Annie Pourre, comme d'autres, militante à la CGT. Certains militent encore aujourd'hui dans les SUD ou à la CNT. Ces engagements syndicaux et associatifs, mais aussi politiques, se combinent et s'imbriquent, successivement ou dans le même temps ; ils facilitent l'importation de discours et de techniques syndicales. Les militants fréquentent régulièrement des syndicalistes, au cours de luttes menées conjointement. Un militant syndical, secrétaire adjoint de la fédération CGT Finances, peut ainsi être invité à intervenir lors des formations organisées par DAL et y faire un topo pratique sur le thème « Conflits et négociations » ; les techniques syndicales sont en effet largement importables sur le front du logement et des négociations avec les élus ou les bailleurs sociaux.

L'utilisation de la forme associative

10Pourquoi, dès lors, DAL reste-t-il une association, et ne parvient pas à être complètement un syndicat ?

La dépréciation de la forme syndicale

  • 6 Barthelemy M. montre comment ce discours glorifiant les associations, par opposition aux syndicats (...)
  • 7 Argumentaire développé par Collovald A. et Gaiti B., « Des causes qui parlent », Politix, n° 16, 1 (...)
  • 8 À titre indicatif, DAL apparaît dans les archives du quotidien Le Monde dans 279 articles entre oc (...)
  • 9 Franguiadakis S., Ion J., Viot P., Militer aujourd'hui, Autrement, 2005.

11La première raison pour laquelle DAL est une « association » plus qu'un « syndicat » est liée à la transformation de l'offre militante. Le syndicalisme a été brutalement « ringardisé » au début des années quatre-vingts et une forme d'humeur anti-syndicale s'est installée : aux syndicats, la « langue de bois », le « corporatisme », « le centralisme » ; aux associations, la « liberté de ton », l'universalisme, la « démocratie6 ». Certaines causes sont devenues inaudibles et ont perdu leur force d'attraction, quand d'autres devenaient plus attrayantes7. Cette dépréciation du syndicalisme, notamment ouvrier, et cette valorisation des associations est lisible à la fois dans la manière dont les médias en rendent compte et dans les discours semi savants voire savants qui sont tenus dessus8. Pour DAL, la montée en puissance du thème de « l'exclusion » a joué un rôle très important permettant de légitimer la cause du mal-logement. Pour « surfer » sur cette présentation de soi comme « nouveau militantisme », comme « nouvelle forme d'engagement », la forme associative est particulièrement adéquate9. Toutefois, certaines organisations perçues comme tout aussi « branchées » sont des syndicats, certes en rupture, les SUD notamment.

  • 10 France-Soir titre le lendemain sur « la nuit de la charité ».
  • 11 Pechu C., « De l'appel de l'Abbé Pierre à la Confédération Générale du Logement », Cahiers du GRMF(...)

12L'autre avantage d'une telle présentation de soi tient au caractère a priori plus neutre de l'appellation : elle permet de garder un vivier de recrutement large parmi les militants, allant de la droite catholique sociale à l'extrême gauche. L'apolitisme et la neutralité déclarée, la revendication d'humanisme et de défense des droits fondamentaux d'Hommes, permettent une mobilisation ralliant largement. L'histoire de la Confédération Générale du Logement permet a contrario de montrer l'intérêt d'un tel positionnement, par rapport à un positionnement d'emblée syndical. L'appel de l'Abbé Pierre lors de l'hiver 1954 déclenche un raz-de-marée caritatif10 et un vaste mouvement d'opinion ralliant toutes les classes sociales, « contre l'égoïsme des riches et l'irresponsabilité des politiques ». Les initiatives (ouverture de centres, de squats, construction de logements, collectes de fonds et de biens) se fédèrent dans l'Union Nationale d'Aide aux Sans-Logis. Une partie de ses militants, notamment parisiens, réclame une orientation plus syndicale afin que cette mobilisation pour les sans-logis devienne une mobilisation avec les sans-logis : en 1956, l'Union devient la Confédération Générale du Logement (CGL). Cette mutation est toutefois, comme le montre Cécile Péchu, pour le moins paradoxale et n'atteint pas son objectif affiché11.Le front de mobilisation assez peu différencié socialement qui rassemblait des options politiques larges (consensus des municipalités, des communistes, des chrétiens), devient un syndicat plus offensif, aux ambitions politiques et syndicales plus grandes certes, mais aussi à la base de fait beaucoup plus réduite. Le passage d'une orientation caritative à une orientation syndicale provoque en effet le départ des classes supérieures. Parallèlement, du fait de la plus faible représentativité du mouvement et de sa plus faible légitimité, les modes d'action publics ou directs (squats, manifestations), sont progressivement abandonnés et remplacés par des interventions plus institutionnelles. Paradoxalement, le front caritatif initial, parce que ses moyens d'action s'autorisaient des transgressions et surtout permettaient l'implication concrète des intéressés, assurait des formes même discrètes de réappropriation de la lutte par les principaux intéressés. En revanche, s'auto- déclarer syndicat fut ici purement incantatoire.

13Ce paradoxe ouvre sur ce qui caractérise DAL et le distingue d'un syndicat : il reste traversé de part en part de logiques caritatives et assistantielles ; loin d'être une organisation autonome de mal-logés, il est une organisation largement hétéronome pour les mal-logés. Mais c'est aussi à ce prix qu'il peut espérer atteindre son objectif de réappropriation par les mal-logés de leurs luttes.

Un positionnement entre philanthropie et syndicalisme

  • 12 Perrot M., « Les ouvriers, l'habitat et la ville au xixe siècle », in La question du logement et l (...)
  • 13 Pour une présentation simplifiée de ces traditions syndicales, voir l'article de Ballain R., « Les (...)

14Au début des années quatre-vingt-dix, la forme syndicale existe déjà sur le front du logement. Les mouvements de locataires, nombreux, diversifiés et combatifs depuis le début du xxe siècle12, ont importé le modèle syndical (le « peuple » représenté par ses élites avec des formes d'actions directes) pour contribuer à la prise de conscience des problèmes d'habitat et pour faire reconnaître les droits des locataires13. Décalque de ce qu'on trouve dans le monde productif, la lutte contre le propriétaire ou, plus souvent dans les logements sociaux, le bailleur remplace la lutte contre le patron. Les militants et adhérents de ces mouvements de locataires sont principalement des locataires du logement social, pourvus de droits, d'une identité résidentielle positive et de capacités de résistance (par la grève collective des loyers par exemple). Ainsi, pour les personnes déjà locataires des HLM, le « maintien » dans les lieux, le contrôle de l'augmentation des charges et des loyers, et plus généralement la défense de leurs droits sont des revendications bien relayées.

  • 14 La CNL, proche du Parti Communiste, domine largement : elle revendique au seuil des années soixant (...)
  • 15 Chauviere M., Duriez B„ « Droit Au Logement contre Droit de Propriété. Les squatters dans la crise (...)

15Mais, comme le montrent Michel Chauvière et Bruno Duriez à propos des associations issues de l'action catholique — l'analyse vaut aussi pour la Confédération Nationale du Logement (CNL14) et la CGL -, « en centrant leur action sur les relations entre propriétaires et locataires, ces organisations malgré leurs campagnes régulières pour le développement de la construction de logements ont été amenées à privilégier leur implantation dans les HLM. Elles ont eu plus de difficultés à organiser les populations logées dans l'habitat diffus, propriété de bailleurs individuels et elles ont plus ou moins délaissé le sort des sans-logis15 ».

16Pour les populations qui ne sont pas locataires de logements sociaux, une prise en charge associative existe, mais elle est de toute autre nature. Elle intervient comme médiatrice entre les pouvoirs publics et les populations défavorisées d'une part et entre les bailleurs privés et les locataires précaires d'autre part, et non pour promouvoir la lutte et l'action collective. Ces associations agissent dans le champ du travail social, sur le versant « assistance » de la protection sociale, qu'elles soient ou non composées de travailleurs sociaux, et œuvrent pour la mise en œuvre du droit au logement et non pour le droit des locataires.

17Un créneau est donc laissé vacant, que DAL investit. Il s'agit de prendre en charge par une organisation de défense et de luttes proches du modèle syndical, œuvre des mal-logés eux-mêmes et de leurs élites, une population qui, en amont de l'entrée dans le logement social, n'est aidée par le secteur associatif que sur le registre individuel de l'assistance.

18DAL achoppe toutefois sur l'extraordinaire difficulté à construire dans la durée une mobilisation autonome de défense des mal-logés et ne peut complètement mettre en œuvre ce projet utopique.

  • 16 Au même titre que le sont les mouvements de chômeurs et de sans-papiers, eux aussi fortement dépen (...)

19Les mal-logés ne le sont en effet que de manière transitoire. De ce fait, ils voient moins qu'ailleurs l'intérêt d'une collectivisation de la lutte, quand les biens à gagner sont d'abord des biens individuels et difficiles à partager (accéder à un logement). À la différence de ce qui se passe dans le syndicalisme, organisant des travailleurs, les collectifs sont ici peu stables et peu durables. De plus, leurs moyens d'action ne sont en rien comparables à ceux dont les travailleurs disposent. Population faiblement politisée et peu consciente de ses droits et de sa force collective, souvent étrangère, souvent précaire socialement, elle peine à constituer ses élites. Le mouvement ouvrier avait su produire ses propres acteurs parce que les prolétaires étaient une force de travail, et parce qu'ils étaient inscrits dans une situation durable, non transitoire, que les solidarités de voisinage, de travail, de famille, renforçaient. Les mal-logés a contrario semblent dans une dépendance constitutive à l'égard de classes plus dotées en ressources sociales, agissant par solidarité externe. Ils doivent s'attirer les bonnes grâces de l'opinion publique et en appeler à une forme de générosité aux propriétaires ou aux administrations16.

20Dès lors, la distance entre le peuple et ses militants reste plus grande à DAL que dans un syndicat. La solidarité mise en œuvre est pour partie uneolidarité entre classes sociales différentes au nom d'une commune humanité, et pas seulement la défense des intérêts d'une classe (opposée à d'autres). Ainsi nombre de militants ne se retrouvent pas dans la formulation politique dominante faisant injonction à l'organisation collective et viennent au DAL avec des objectifs et des postures plus « humanistes » de réparation de « malheureux » et non de contestation du malheur. Le fait que l'Abbé Pierre, incarnant la logique caritative, ait été dès le début, membre d'honneur de l'association, n'est pas seulement anecdotique. Outre sa popularité et la caution qu'il a apportée à DAL, comme association « sérieuse » se démarquant du gauchisme des années soixante-dix, sa présence indique combien le logement, parce qu'il est associé à la défense de la famille, attire structurellement des militants (catholiques notamment) pour lesquels l'organisation de combat n'a rien d'un objectif évident.

  • 17 Contrairement à ce qu'une lecture rapide peut laisser croire. Pour une telle erreur d'appréciation (...)

21DAL relève ainsi d'un militantisme de solidarité pour les mal-logés plus que de mal-logés. Cette appellation ne signifie pas l'absence de mal-logés et même de militants mal-logés dans le mouvement17. Mais en dépit de leur forte présence, la répartition des responsabilités et des pouvoirs est fortement déséquilibrée au profit des militants les plus politiques, qui sont aussi souvent les militants les plus éloignés socialement des mal-logés.

22DAL, travaillé par l'objectif syndical de construction d'une organisation de lutte collective et autonome des mal-logés est ramené sans cesse, du fait de l'urgence des situations sociales traitées, de la force de la demande d'assistance, et de la distance sociale entre les acteurs impliqués, à une situation de type assistantielle, marquée fondamentalement par l'hétéronomie. Dès lors, Babar peut rappeler lors d'une formation l'importance de construire un syndicat de mal-logés. Il sait aussi que tout tire les militants, à commencer par l'urgence et la précarité des conditions de vie des personnes qu'ils rencontrent, vers l'assistance : « [l'enjeu c'est d'obliger les militants à discuter avec les gens, à les motiver, à faire un effort de communication qui ne soit pas que celui d'être "fournisseurs de service militant". L'idée c'est au bout du compte d'en faire un syndicat, de pousser sur la lutte plus que sur le côté caritatif. »

Une association peut-elle jouer le même rôle qu'un syndicat ?

23Dans une société où la condition salariale ne constitue plus une forme forte d'affiliation et de construction de collectifs, où il est structurellement difficile pour des personnes trop précaires, trop fragiles et dont la condition est trop transitoire pour construire leur propre élite, de se construire en syndicat, la question que pose implicitement DAL semble fondamentale. Est-il possible, en passant par des représentants extérieurs, par des formes de philanthropie et d'assistance, par des formes d'hétéronomie sociale, de construire quelque chose qui s'apparente à une organisation de combat, porteuse d'émancipation collective et personnelle, et de conquête de droits ?

24La réponse est positive, même si les effets sont toujours contradictoires. L'assciation ne fait pas l'économie de la rencontre avec une population concrète, elle tente de résoudre ses problèmes (à la différence des mouvements altermondialistes) ; elle n'est pas qu'un simple réseau contestataire de gens dotés socialement (comme Attac) ; elle met ainsi en prise des milieux sociaux différents et rend possible une citoyenneté active. Et cela, même au prix de conflits, de distorsions et de domination parfois accrûe. Les militants imposent aux mal-logés des cadres éloignés de la perception qu'ils se font de leur situation. L'injonction à la lutte collective et à la mobilisation, l'imposition d'un « nous », voire la violence éventuelle qui en découle (anonymat, numéros, dépersonnalisation...), sont parfois totalement inaudibles pour les mal-logés. Mais certaines pratiques permettent, même modestement, et même si elles ne correspondent pas toujours à ce que souhaitent les militants, des réappropriations. L'association donne des points d'appui et des capacités d'action (requalification identitaire, savoir-faire militants, sentiment de prendre en main son propre destin, de comprendre sa vie). Certains mal-logés accèdent à de véritables formes de militantisme vécu dans les termes de l'émancipation. Ils restent certes peu nombreux mais cela n'enlève rien à leur importance symbolique. Au sein du mouvement ouvrier, les processus de politisation n'ont toujours concerné qu'une minorité d'individus, la plupart du temps atypiques à l'égard de leur milieu d'origine. Ils ont toutefois été symboliquement très importants pour une fraction beaucoup plus large des classes populaires, puisqu'ils faisaient exister sur la scène sociale un collectif ouvrier à « l'identité haute et fière ».

Notes

1 Le texte s'appuie sur le travail réalisé pendant ma thèse. Entre philanthropie et syndicalisme. Militants et mal-logés de l'association Droit Au Logement, thèse pour le doctorat de sociologie, sous la direction d'Olivier Schwartz, Université de Saint-Quentin en Yvelines, décembre 2002.

2 Droit Au Logement, Le logement : un droit pour tous, Le Cherche Midi, 1996, p. 125.

3 Salmon J. M., Le désir de société. Des restaurants du cœur au mouvement des chômeurs, La Découverte, 1998, p. 175.

4 Reproduite dans Droit Au Logement, Le logement ; op. cit.

5 Objectif commun à tous les groupes d'intérêts, qu'ils soient associations, partis ou syndicats. Voir Offerlé M., Sociologie des groupes d'intérêt, Montchrestien, 1994.

6 Barthelemy M. montre comment ce discours glorifiant les associations, par opposition aux syndicats et partis ouvriers, s'est imposé dès la fin des années 1970. in Associations : un nouvel âge de la participation ? ; Presses de la FNSP, 2000, p. 80-85.

7 Argumentaire développé par Collovald A. et Gaiti B., « Des causes qui parlent », Politix, n° 16, 1991, p. 7-22. Et Collovald A, L'humanitaire ou le management des dévouements. Presses Universitaires de Rennes, 2002, chap. 5.

8 À titre indicatif, DAL apparaît dans les archives du quotidien Le Monde dans 279 articles entre octobre 1990 et septembre 2001. La Confédération Nationale du Logement (CNL), syndicat de locataires intervenant dans ce champ depuis plus de 50 ans, n'est citée de janvier 1989 à septembre 2001, que 23 fois ! La couverture médiatique est franchement inégale entre le syndicat et l'association.

9 Franguiadakis S., Ion J., Viot P., Militer aujourd'hui, Autrement, 2005.

10 France-Soir titre le lendemain sur « la nuit de la charité ».

11 Pechu C., « De l'appel de l'Abbé Pierre à la Confédération Générale du Logement », Cahiers du GRMF, n° 12, 1992, p. 241-255.

12 Perrot M., « Les ouvriers, l'habitat et la ville au xixe siècle », in La question du logement et le mouvement ouvrier français, Paris, Editions de la Villette, 1981, p. 19-39. Magri S., « Le mouvement des locataires à Paris et dans sa banlieue, 1919-1925 », Le Mouvement Social, n° 137, 1986, p. 55-76.

13 Pour une présentation simplifiée de ces traditions syndicales, voir l'article de Ballain R., « Les associations agissantes », Informations sociales, n° 77, 1999, p. 126-133.

14 La CNL, proche du Parti Communiste, domine largement : elle revendique au seuil des années soixante-dix, 100 000 adhérents, qui sont loin d'être tous communistes (Source : Bachmann C., Le Guennec NViolences urbaines, Albin Michel, 1996, p. 158).

15 Chauviere M., Duriez B„ « Droit Au Logement contre Droit de Propriété. Les squatters dans la crise du logement », Les Annales de la recherche urbaine, n° 66, 1995, p. 88-95.

16 Au même titre que le sont les mouvements de chômeurs et de sans-papiers, eux aussi fortement dépendants des relais qu'ils peuvent trouver dans d'autres milieux, mieux dotés socialement. Cf. : Siméant J., La cause des sans-papiers, Presses de la FNSP, 1998 ; Maure S., Pierru E., « Le mouvement des chômeurs de l'hiver 1997-1998. Retour sur un "miracle social" », Revue Française de Science Politique, vol. 51, n° 3, 2001, p. 371-407.

17 Contrairement à ce qu'une lecture rapide peut laisser croire. Pour une telle erreur d'appréciation, voir par exemple Damon J., « Des raisons individuelles de la mobilisation collective des SDF », Revue Française des Affaires Sociales, n°2, 2002, p.65-80.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search