Version classiqueVersion mobile

Syndicats et associations

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Françoise Tétard

Deuxième partie. Ignorance et concurrence

Quand les salariés d'associations de tourisme social, de loisirs et d'animation socioculturelle se syndiquèrent à la CFDT, février 1964-décembre 1968

Jean-Marie Mignon

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Jean-Marie Mignon

2Militants associatifs et militants syndicalistes sont porteurs de cette même valeur qu'est l'engagement pour autrui mais à des fins différentes, qui peuvent valoir aux buts qu'ils poursuivent de se trouver en conflit. Cet antagonisme est au cœur de la création du syndicat national du personnel des associations socioculturelles de loisirs et d'éducation populaire (SNACLEP).

  • 1 La session annuelle des aumôniers de l'Action catholique ouvrière (ACO) qui se tient du 3 au 5 sep (...)
  • 2 On peut citer Affrontement, mensuel consacré aux loisirs, à l'animation culturelle et à l'éducatio (...)

3Au milieu des années soixante, la création du premier diplôme d'État construit à l'intention des animateurs et la prompte expansion de leur nombre, souvent dans de pénibles conditions salariales, sont à l'origine de tensions dans leur cursus. Leur accroissement est loin d'être assez rapide pour suivre des équipements socioculturels. Cette situation nouvelle fait l'objet d'une intense et riche réflexion dans les milieux catholiques progressistes, traditionnellement plus tournés vers la question des loisirs que celles de l'éducation populaire : journées d'études1, publications2. Ils cherchent à cerner la mesure de cette évolution et ses conséquences. Le recrutement traditionnel, par cooptation, par militantisme, des personnels de l'animation des loisirs est devenu insuffisant. Cette profession émergente ne peut plus se construire sur les principes d'origine. L'augmentation du nombre de salariés ne peut se faire sur les mêmes bases qu'autrefois. Ceux qu'on appelle les permanents ne représentent qu'une étape de plus entre les fondateurs bénévoles ou volontaires et les professionnels. Une vie syndicale propre au champ de l'animation se met en place et se diversifie.

Fondation

  • 3 Entretien de l'auteur avec André Lapostolle (novembre 1998).
  • 4 En 1964, il existe approximativement 660 foyers, dont 150 ouverts depuis 10 ans, totalisant 34 000 (...)
  • 5 Plus de la moitié de l'activité de la FLECC, d'origine catholique, fondée en 1946, est tournée ver (...)
  • 6 L'Organisation des camps et auberges de jeunesse (OCCAJ) date de 1944. Marc Sangnier en avait acce (...)
  • 7 CVJR-Voyages internationaux développe de 1953 à 1987 le voyage comme moyen de formation et d'anima (...)
  • 8 Les activités du Centre de culture ouvrière sont étroitement liées à la politique de la Confédérat (...)

4Courant février 1964, des responsables de mouvements associatifs d'inspiration catholique concernés par le champ de l'animation sont invités à se réunir au siège de la Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC), rue de Montholon, dans le IXe arrondissement de Paris. Des responsables de foyers de jeunes travailleurs sont vraisemblablement à l'origine de cette initiative3. Cette année-là, un conflit social a surgi entre les quatre cents salariés de l'Association pour le logement des jeunes travailleurs (ALJT) et leurs employeurs. Leur récente dépendance d'une nouvelle caisse de retraite vaut, en effet à certains d'entre eux (dont les invalides) d'y perdre certains acquis. Au jour dit, ils sont une poignée à répondre à l'invitation, représentants de mouvements qui, tous, se reconnaissent dans l'humanisme chrétien. Sont ainsi présents les Foyers de jeunes travailleurs (FJT)4 la Fédération loisirs et culture cinématographique (FLECC)5, l'Organisation des camps et activités de jeunesse6, le Centre de voyages de la jeunesse rurale7, le Centre de culture ouvrière (CCO)8 et peut-être d'autres.

5Entre février 1964 et juin 1965, date de la constitution officielle du syndicat, une demi-douzaine de réunions successives mettent en forme le projet. Des animateurs, pour qui le combat syndical était mineur au regard du combat associatif, peuvent, ainsi, prendre la mesure d'une intention nouvelle : faire entrer dans les mécanismes des associations une organisation dont l'un des effets pourrait contrer, par ricochet, les projets associatifs, tels que définis dans la singularité de leur pensée et de leur action, et à laquelle tous semblent consentir.

  • 9 Archives interfédérales de la CFDT : Carton « USACLEP 1965-1972 », Compte rendu de la réunion du 3 (...)

6Le 3 mars 1965, une petite dizaine de personnes, des « copains », selon André Lapostolle, se réunissent rue de Montholon, devenu le siège de la nouvelle Confédération française démocratique du travail (CFDT). Nouvelle, dès lors qu'en novembre 1964, lors de son congrès extraordinaire, la CFTC a décidé, dans la douleur d'une scission, de se déconfessionnaliser et de se refonder dans la CFDT. Cette réunion est décisive dans la création de ce que les participants décident de nommer « Syndicat national du personnel des associations socioculturelles, de loisirs et d'éducation populaire » (SNACLEP). Trois collèges sont prévus : les animateurs permanents, les administratifs et le personnel de service. Des branches réuniront les syndiqués des trois collèges selon la nature et les objectifs de leur organisme employeur9.

  • 10 Ibidem, lettre du 19 juin 1965, réf. MdL/BD, signée par Michel de Los, premier président du SNACLE (...)

7Près de trois mois plus tard, le 12 juin 1965, plus de deux cents personnes participent ou se font représenter à l'assemblée générale constitutive de ce nouveau syndicat10. Leur nombre est une surprise pour ses promoteurs. Le tourisme social, l'animation culturelle et le secteur de la formation d'animateurs sont représentés. Michel de Los, de l'Organisation des camps et activités de jeunesse, est élu président de cette première session. L'assemblée générale, refuse la constitution d'un syndicat d'animateurs de type catégoriel. Elle entend fonder un syndicalisme de branche, ce qui est logique pour qui veut s'affilier à la CFDT.

Structuration

  • 11 Ibidem : la circulaire signée Michel de Los, premier président du SNACLEP et de Pierre Maurière, s (...)
  • 12 Ibidem. Il y eut 30 voix sur 57 pour la Fédération française des syndicats d'agents des organismes (...)
  • 13 Ibidem. Le conseil syndical de l'AG du 27 novembre 1965 est composé de 26 membres représentant 11 (...)
  • 14 Il s'agit du CVJR, de l'OCCAJ, d'ALFA, de la FLECC, et de l'Organisme de tourisme universitaire (O (...)

8Cinq mois après la tenue de l'assemblée générale constitutive, une soixantaine d'adhérents participent à l'assemblée générale ordinaire du 27 novembre 1965. Les orientations adoptées pour les deux ans à venir, concernent la mise en place de conventions collectives, l'implantation du syndicat dans « l'entreprise » associative, la participation au débat sur la politique nationale d'animation socioculturelle et la création d'un statut professionnel11 Décision est également prise d'adhérer à une fédération, processus obligé de l'affiliation à la CFDT. Le système syndical impose en effet une affiliation dans une fédération de syndicats, afin d'atteindre une taille critique capable de rendre viable le syndicat. C'est l'apprentissage du fonctionnement syndical, la découverte des efforts de séduction entre les fédérations pour attirer le syndicat dans leur sein. Deux observateurs représentent, qui, la Fédération de la Sécurité sociale, et qui, celle des Services. Chacun tente d'attirer les animateurs vers sa fédération. La décision d'adhérer à la Fédération des organismes de sécurité sociale et des institutions sociales est adoptée par un peu plus de la moitié des voix12. Paulette Dorange représente désormais auprès d'eux la fédération de la Sécurité sociale auprès du SNACLEP. Son rôle, important, se manifeste par l'appui qu'elle apporte à la démarche de syndicalisation dans son organisation, lors des premiers procès. Car, au-delà de considérations stratégiques, c'est bien d'appui technique et administratif dont le syndicat naissant a besoin13. Il n'y a pas de jurisprudence pour accompagner les débuts de la professionnalisation des animateurs. Aussi, l'absence de références contractuelles est vivement ressentie dans cette branche qui comporte des spécificités à bien des égards. La fédération de la Sécurité sociale permet au syndicat qui fait ses premières expériences de s'adosser à elle. Au fur et à mesure qu'il demande et obtient des élections pour nommer des délégués du personnel, il s'installe dans les entreprises associatives. Avant l'Assemblée générale de mai 1967, des élections ont lieu dans près d'une demi-douzaine d'organismes14. Les listes du SNACLEP l'emportent chaque fois.

9Un grave conflit, survenu assez rapidement, impose au SNACLEP de mettre en pratique son analyse et ses choix. Jean Charles est directeur d'un foyer de jeunes travailleuses, propriété d'une congrégation religieuse, à Nancy. Accusé par les religieuses d'intempérance, il est licencié sans préavis dans le courant de l'année 1966. Le syndicat trouve, là, l'occasion d'un combat exemplaire. Maurice Humeau, vice-président et Christian Hermelin, trésorier adjoint, sont délégués par le bureau du SNACLEP pour défendre le directeur. Ils se rendent à Nancy pour rappeler aux religieuses l'existence du droit du travail. Il leur interdit de disposer du personnel en vertu de considérations à l'aune de leur propre morale. Le droit au travail concerne tous les salariés, y compris ceux du milieu associatif, et, donc, tous les employeurs, fussent-ils présidents d'association, bénévoles par définition ou clercs. Des entretiens, des préavis doivent être respectés. Les religieuses ne tiennent pas compte de cette mise en garde et maintiennent leur décision.

  • 15 Entretien de l'auteur avec Christian Hermelin (juillet 2004).
  • 16 André Lapostolle et Maurice Humeau sont élus vice-présidents, Christian Hermelin secrétaire généra (...)
  • 17 Les accords d'entreprise ont donné aux ouvriers de Renault une 4e semaine de congés payés en décem (...)
  • 18 Archives interfédérales de la CFDT, Carton « USACLEP 1965-1972 ». Michel de Los, Rapport d'activit (...)

10Dans un geste quelque peu iconoclaste, le SNACLEP attaque, alors, la congrégation aux prud'hommes. Ce procès transforme le syndicat, toujours plus ou moins perçu comme une organisation de type associatif, en un organisme de défense des salariés qui utilise le droit syndical et non l'arrangement à l'amiable entre gens de même pensée, de même idéal. Cette transgression fondatrice entraîne une prise de conscience sur le nécessaire dépassement de la perception des salariés en termes d'« apôtres ou de militants15 ». Il s'agit bien de la question du droit du travail dans un secteur associatif, prisonnier de sa tradition militante, volontaire, acquis à un idéal commun, où les permanents ont jusqu'alors été considérés comme des militants et leur travail, jugé et rémunéré à cette mesure. À mi-chemin entre le volontaire et le salarié. C'est précisément ce statut de permanent que le SNACLEP se charge de modifier pour que les employés des associations puissent avoir le même droit que les employés du secteur privé lucratif. Jean Charles gagne le procès. À l'assemblée générale du 21 mai 1967, qui suit sa victoire, il est ovationné et symboliquement élu président du nouveau conseil syndical16. On compte « près de deux millions de salariés dans ce secteur [du loisir et de l'éducation populaire], un des secteurs économiques les plus importants, déclare à cette occasion Michel de Los. Aujourd'hui, les travailleurs revendiquent pour [obtenir] la cinquième semaine de congés payés17, la semaine de 36 heures. De plus en plus, ce sera sur les points de loisir, de temps libre, que l'action des travailleurs s'exercera. Les intérêts des travailleurs exigent qu'ils se retrouvent en tant que tels dans une fédération des loisirs au sein de la confédération18 ».

11Les événements de mai 1968 secouent le SNACLEP comme l'ensemble des associations et des mouvements de jeunesse et d'éducation populaire. La CFDT est « mobilisée ». Le 22 mai, des responsables des mouvements décident d'occuper le Foyer international d'accueil de Paris (FIAP), rue Cabanis, dans le 14e arrondissement de Paris. Ces « patrons d'association » viennent demander à Christian Hermelin, en tant que responsable syndical et lui-même patron d'association, la protection des « gros bras » du SNACLEP afin d'éviter tout débordement. Pourquoi avoir choisi le SNACLEP pour cette tâche ? Le syndicat CGT des directeurs de MJC limite, alors, son assise à sa seule corporation. Le Syndicat national de l'éducation populaire (SNEP-CGT-FO) vient tout juste d'être créé, le 28 février 1968, par scission du Syndicat national des activités tertiaires (SNAT). FO existe en tant que syndicat de défense des responsables de l'animation dans certains comités d'entreprise, dans certains foyers Léo-Lagrange, mais reste bien moins représentatif. Le SNACLEP paraît donc seul à même d'offrir une plate-forme d'adhérents capable de mobiliser suffisamment de monde pour faire face à toute manifestation intempestive à l'intérieur du FIAP, si nécessaire.

  • 19 Ibidem : Tract du bureau de la section FFMJC-SNACLEP-CFDT, 3 juin 1968.
  • 20 La majeure partie des directeurs adhérents au SNACLEP s'est retrouvée dans la mouvance de l'Union (...)
  • 21 Le 31 mars 1968, en conflit avec le syndicat des directeurs de MJC CGT, André Philip avait démissi (...)

12En mai-juin, il s'investit dans « les événements » en cours. Sa petite section des salariés de la Fédération française des maisons des jeunes et de la culture (FFMJC) diffuse un tract où elle expose les revendications générales du syndicat19 et les siennes propres20, au moment où la fédération traverse une sérieuse crise institutionnelle21. Elle demande, en particulier, l'institution du statut d'animateur avec son corollaire : une convention collective de branche. La question du statut des animateurs est sous-jacente dans tous les mouvements et associations de jeunesse et d'éducation populaire. D'ailleurs, quand, le 20 juin, une délégation du Collectif des associations qui occupe le FIAP est reçue par le Premier ministre, Georges Pompidou, elle fait valoir son principal souhait de voir créer un statut des animateurs.

  • 22 Entretien Christian Hermelin, id.

13Un nouveau conflit, du même type que celui de Nancy survient cette même année. Le président de la FLECC, passant outre les procédures légales, prend la décision de licencier l'un de ses permanents. Invité par des collègues à donner son avis, Christian Hermelin ne peut que contester la démarche. Pris entre deux postures, celles de l'ancien dirigeant de la FLECC qu'il fut et du responsable syndical qu'il est devenu, il choisit de prendre la seconde et, dès lors, l'affrontement, de façon brutale, en investissant par surprise le conseil d'administration, avec quelques-uns de ses camarades. Selon lui, la fin de la fédération s'est jouée à ce moment : « Tout le monde a quitté la FLECC dans l'année22. » Une nouvelle fois, le SNACLEP a dû trancher entre des postures symboliques irréconciliables. Par ce geste, il a montré qu'il n'était pas une amicale et conforté son image de syndicat de défense du personnel. Par son action, il a, cependant, contribué à la destruction d'un organisme d'éducation populaire, soulignant ainsi l'idée de la fragilité de ces types d'organismes, tant sur le plan institutionnel qu'humain. Cet événement illustre, aussi bien, la grande impréparation des dirigeants d'associations - des bénévoles - à assumer correctement leur tâche d'employeur. L'idéal associatif qui les a façonnés est bien fragile pour leur apporter des éléments d'appréciation et de décision au regard du Code du travail, qu'ils découvrent alors.

  • 23 Archives interfédérales de la CFDT, Carton « USACLEP 1965-1972 ». Résolution de l'assemblée extrao (...)

14Une assemblée générale extraordinaire est convoquée le 22 septembre 1968, au FIAP. Le symbole du lieu, place forte de mai-juin 1968, n'échappe à personne. Les événements continuent d'inspirer les syndiqués. L'assemblée générale est l'occasion de préciser la position du SNACLEP dans cette situation « historiquement nouvelle » qu'est le nouveau type de rapport à inventer entre les dirigeants associatifs et les salariés de l'association. L'assemblée extraordinaire a précisément pour objet de clarifier cette situation. Au milieu d'une logomachie un peu creuse propre à cette période bousculée, les rédacteurs de la Résolution proclament la philosophie de leur démarche. Les syndicalistes tiennent à « la liberté totale d'expression de [leurs] associations, la liberté d'association, droit fondamental d'une nation démocratique, l'éducation des jeunes et des adultes sur tous les plans, et particulièrement l'éducation à la vie sociale qui suppose l'éveil à la vie civique, politique et syndicale ». Mais ils ajoutent aussitôt que, « si d'évidence, [leur] profession suppose des qualités de don de soi, de don aux autres, de dialogue, bref, de tout ce qui constitue une vocation et une conscience professionnelle, le chantage au "militantisme" et à la "charité" ne saurait durer, et ne saurait [les] empêcher de [se] considérer comme ayant un métier utile et même indispensable à la société23 ».

  • 24 Ibidem. Deux mois après l'assemblée générale extraordinaire, le 25 novembre 1968, Joseph Comiti, s (...)
  • 25 Ibidem.

15L'assemblée générale approuve cette Résolution, quand même certains présents objectent qu'il est « évidemment absurde et un tantinet démagogique, de prétendre qu'un statut national, octroyé par l'autorité d'un ministère, pourra recouvrir l'ensemble des situations particulières qui sont celles des animateurs24 ». La question de l'unicité du métier est déjà présente, mais elle est interrogée. Il faudra attendre vingt ans, avant que soit signée la convention collective nationale de l'animation. Selon les rédacteurs de la Résolution, plusieurs points doivent être pris en compte dans la recherche d'un statut des animateurs. On peut les résumer comme suit : D'une part, l'organisation de « l'entreprise d'animation » par des conventions collectives nationales, la signature de contrats pluriannuels passés avec l'État au lieu des « subventions octroyées selon le bon plaisir des autorités responsables », des regroupements d'associations sous différentes formes « qui augmentent leur efficacité, leur rentabilité et leur puissance de résistance à toutes pressions extérieures ». D'autre part, une formation professionnelle préalable reposant « sur l'assurance de qualités humaines et culturelles [...] révélées dans l'action » et une formation permanente assurant « le recyclage et les possibilités de reconversions », une « déontologie », une politique d'éducation permanente et d'animation de la vie sociale pour tous les âges de la vie, la création d'un « titre professionnel » garantissant les qualités et le savoir faire, et une meilleure information permettant la reconnaissance, par le public, de la « dignité et de l'utilité du travail d'animation socioculturelle25 ».

Dissolution

16C'est au cours de cette assemblée générale extraordinaire que le SNACLEP décide de se dissoudre pour adopter la forme institutionnelle qui est aujourd'hui la sienne. Il entreprend de se reformer dans des syndicats départementaux, auxquels s'ajoute un syndicat de « cadres supérieurs d'animation ». Cette démarche est plus qu'une simple recomposition administrative destinée à mettre le syndicat aux normes cédétistes. La lutte des classes traverse le syndicat qui s'est pourtant affilié à la CFDT en raison de son refus d'être un syndicat catégoriel. Le protocole d'accord entre le SNACLEP et la Fédération des services, dont l'élaboration a pris une année, reconnaît l'impossibilité de réunir dans un même syndicat les cadres et employés : « Le problème des cadres, particulièrement des cadres supérieurs, a toujours posé question au SNACLEP. Certains employés refusaient d'être syndiqués dans la même organisation que leur "patron". La création d'un syndicat national des cadres supérieurs permettra de les éloigner des syndicats de base, pour les retrouver au plan national, mais très minoritaires, puisque pour un syndicat national, il y aura... X syndicats régionaux ou départementaux », ce qui, aux yeux de Christian Hermelin, est une « bêtise », les adhérents des syndicats régionaux étant insuffisamment nombreux pour les faire tous vivre.

17Le syndicat va changer de nature. Le mythe d'un syndicat englobant l'ensemble des salariés d'une même structure disparaît. Au sein même de l'entreprise, les salariés, bien qu'en accord avec les objectifs d'un syndicat qui leur est commun, ne visent pas les mêmes buts. Le syndicat est dissous le 31 décembre 1968. Le 1er janvier 1969, des syndicats départementaux et un syndicat de cadres supérieurs d'animation, réunis dans l'Union des syndicats d'animateurs de loisirs, de culture et d'éducation populaire (USACLEP) sont fondés sur sa dépouille. La séparation des « cadres » d'avec les autres animateurs est entérinée.

*

18La création du SNACLEP marque l'institution d'un nouveau rapport des animateurs salariés avec leur employeur. Ils se libèrent des attaches symbiotiques qui les liaient aux organismes dans lesquels ils travaillaient en témoignant de la dissociation alors à l'œuvre entre l'engagement pour soutenir les buts des associations de loisirs et d'activités socioculturelles et le combat syndical aux fins d'obtenir de meilleures conditions de travail, de meilleurs salaires et la liberté d'opinion relativement muselée par les choix idéologiques de l'association. L'institution du SNACLEP revêt, en outre, un caractère fondateur. Qu'on excepte le syndicat CGT des directeurs de maisons des jeunes et de la culture, doté d'une histoire singulière, et le SNACLEP ouvre la voie à la création de syndicats propres aux animateurs, dans la deuxième moitié des années soixante. L'Union des syndicats de l'éducation populaire, de plein air et de loisirs (USEPAL-CGT), à partir de petits groupes de syndicalistes employés dans diverses fédérations de jeunesse et d'éducation populaire, s'opère en 1967, le Syndicat national de l'éducation populaire (SNEP-FO) est créé, on l'a vu, en février 1968, le Syndicat national des personnels des associations, organismes et centres culturels (SNPAOCC-CGT), en décembre 1969.

Notes

1 La session annuelle des aumôniers de l'Action catholique ouvrière (ACO) qui se tient du 3 au 5 septembre 1962 à Versailles se centre sur « les loisirs ».

2 On peut citer Affrontement, mensuel consacré aux loisirs, à l'animation culturelle et à l'éducation populaire et dirigé par Jacques Charpentreau, lequel écrit en 1962, avec Kaës R. La culture populaire en France. Cf. également hourdin G., Une civilisation des loisirs 1961, Laloup J., Le temps du loisir, 1962.

3 Entretien de l'auteur avec André Lapostolle (novembre 1998).

4 En 1964, il existe approximativement 660 foyers, dont 150 ouverts depuis 10 ans, totalisant 34 000 lits.

5 Plus de la moitié de l'activité de la FLECC, d'origine catholique, fondée en 1946, est tournée vers les Ciné-clubs de jeunes.

6 L'Organisation des camps et auberges de jeunesse (OCCAJ) date de 1944. Marc Sangnier en avait accepté la présidence d'honneur. L'OCCAJ modifie son appellation en 1951 en remplaçant « auberges de jeunesse » par « activités de jeunesse, tourisme populaire ».

7 CVJR-Voyages internationaux développe de 1953 à 1987 le voyage comme moyen de formation et d'animation pour les jeunes et les professionnels du milieu agricole.

8 Les activités du Centre de culture ouvrière sont étroitement liées à la politique de la Confédération française des travailleurs chrétiens.

9 Archives interfédérales de la CFDT : Carton « USACLEP 1965-1972 », Compte rendu de la réunion du 3 mars 1965 à la CFDT, 2 p. dact. : Il y a trois membres de l'OCCAJ, deux de la FLECC, un membre des FJT, un des CVJR et un du CCO. Selon le compte rendu de la réunion, les animateurs permanents sont les « cadres et responsables permanents [...] », les administratifs sont les « employés de bureau, dactylos, secrétaires, etc. », le personnel de service regroupe les « gestionnaires, cuisiniers, femmes de ménage ».

10 Ibidem, lettre du 19 juin 1965, réf. MdL/BD, signée par Michel de Los, premier président du SNACLEP, au président de la CFDT : « Au cours d'une rencontre qui s'est déroulée le 12 juin 1965, un certain nombre d'animateurs, de gestionnaires, de directeurs, etc. d'établissements et d'associations socioculturelles, de loisirs et d'éducation populaire a décidé de constituer un syndicat national regroupant l'ensemble du personnel des organismes précités. »

11 Ibidem : la circulaire signée Michel de Los, premier président du SNACLEP et de Pierre Maurière, secrétaire, datée du 29 décembre 1965, et envoyée le 4 janvier 1966 aux membres du bureau, ainsi que le compte rendu de l'assemblée générale du SNACLEP du 27 novembre 1965, pour approbation.

12 Ibidem. Il y eut 30 voix sur 57 pour la Fédération française des syndicats d'agents des organismes de sécurité sociale et des institutions sociales, 13 pour le Service - commerce, 9 pour la Santé et 5 abstentions.

13 Ibidem. Le conseil syndical de l'AG du 27 novembre 1965 est composé de 26 membres représentant 11 organismes : les FJT, l'Association des foyers internationaux (AFI), l'OCCAJ, le CVJR, l'UFCV, les MJC, l'Association pour un logement familial et l'animation des grands ensembles (ALFA), le Centre national de formation des cadres de maisons familiales de vacances (CNFCMFV), les Foyers communautaires de vacances (FCV), le CCO et la FLECC.

14 Il s'agit du CVJR, de l'OCCAJ, d'ALFA, de la FLECC, et de l'Organisme de tourisme universitaire (OTU).

15 Entretien de l'auteur avec Christian Hermelin (juillet 2004).

16 André Lapostolle et Maurice Humeau sont élus vice-présidents, Christian Hermelin secrétaire général.

17 Les accords d'entreprise ont donné aux ouvriers de Renault une 4e semaine de congés payés en décembre 1962.

18 Archives interfédérales de la CFDT, Carton « USACLEP 1965-1972 ». Michel de Los, Rapport d'activité, présenté lors de la deuxième assemblée générale du SNACLEP, les 21 et 22 mai 1967.

19 Ibidem : Tract du bureau de la section FFMJC-SNACLEP-CFDT, 3 juin 1968.

20 La majeure partie des directeurs adhérents au SNACLEP s'est retrouvée dans la mouvance de l'Union des fédérations régionales des MJC (UNIREG) quand elle a fait scission d'avec la FFMJC, renforçant mathématiquement, dans les MJC restées à la FFMJC, l'emprise cégétiste.

21 Le 31 mars 1968, en conflit avec le syndicat des directeurs de MJC CGT, André Philip avait démissionné de la présidence de la FFMJC.

22 Entretien Christian Hermelin, id.

23 Archives interfédérales de la CFDT, Carton « USACLEP 1965-1972 ». Résolution de l'assemblée extraordinaire SNACLEP 22 septembre 1968, 3 feuillets imprimés ; Rapport d'activités présenté par Michel de Los, au nom du conseil syndical, dact., 6 feuillets.

24 Ibidem. Deux mois après l'assemblée générale extraordinaire, le 25 novembre 1968, Joseph Comiti, secrétaire d'État chargé de la Jeunesse, des sports et des loisirs ouvrira la première séance d'un « groupe de réflexion » sur « le statut des animateurs ».

25 Ibidem.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search