Version classiqueVersion mobile

Syndicats et associations

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Françoise Tétard

Deuxième partie. Ignorance et concurrence

Un syndicat en psychiatrie : une association d'intérêt ? 1945-1950

Jean-Christophe Coffin

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Jean-Christophe Coffin

2La création d'un syndicat a été considérée par les psychiatres qui en sont à l'origine comme l'un des moyens pour refonder leur discipline à la sortie de la guerre et du régime de Vichy. C'est le récit des premières années d'existence de ce syndicat qui est retracé dans les pages qui suivent. La forme syndicale a été utilisée pour imposer un calendrier de réformes de prise en charge des malades mentaux et pour défendre la place des psychiatres dans l'appareil sanitaire et accessoirement auprès du corps social. L'hypothèse avancée est que l'activité syndicale a révélé des interrogations de type identitaire qui traversaient une profession secouée par la période de Vichy. En choisissant une forme nouvelle, le syndicat plutôt que la forme associative, plus traditionnelle dans ce secteur professionnel, ces psychiatres syndicalistes ont amorcé une nouvelle définition de leur fonction sans, toutefois, pleinement parvenir à lui donner un contenu qui puisse constituer un socle commun pour leur communauté.

La création d'un syndicat

  • 1 L'Information psychiatrique, n° 1, août 1945, p. 14. (Désormais I.P.).
  • 2 Ibidem.
  • 3 Ibidem.
  • 4 « Projet de règlement intérieur du syndicat », I.P., n° 4, 1945, p. 64.

3En mai 1945, la préfecture de la Seine enregistre la fondation d'un Syndicat des médecins des hôpitaux psychiatriques et en août de la même année une nouvelle revue est lancée : L'Information psychiatrique. Le lien entre ces deux initiatives est évident puisque le sous-titre de la revue est : Bulletin du Syndicat des Médecins des Hôpitaux Psychiatriques. Et le numéro premier de la revue est largement consacré à la publication des statuts du syndicat. Le premier point de l'article premier concerne directement la profession puisque le syndicat aura pour mission « de prendre en main les intérêts généraux et particuliers de ses membres et de poursuivre ainsi leur amélioration de leur situation morale et matérielle1 ». Le deuxième point concerne encore la profession puisqu'il est demandé que celle-ci observe « les règles de l'honorabilité professionnelle2 ». Cet appel à une déontologie encourage implicitement l'unité de la profession dans la mesure où il appelle à un comportement commun voire à une éthique commune. Le troisième et dernier point de ce premier article donne au syndicat des perspectives très larges : « Étudier tous les problèmes touchant à la santé mentale et favoriser par tous les moyens en son pouvoir le perfectionnement des méthodes de traitement et d'assistance des malades mentaux3 ». À l'origine de cette initiative, il y a notamment Georges Daumézon, médecin directeur de l'hôpital psychiatrique du Loiret, qui devient le secrétaire général de la nouvelle organisation syndicale. Le Syndicat est doté d'un Conseil syndical constitué de 12 membres duquel est élu un bureau. Ce dernier est composé du secrétaire général auquel s'ajoutent trois secrétaires, deux trésoriers et enfin un archiviste. À cet organigramme s'adjoint un conseil de famille aux fonctions mal définies. Afin de coller au mieux à la réalité de l'organisation de la psychiatrie en France, les statuts du syndicat précisent dans leur article 15 que le « Conseil syndical doit comprendre deux médecins directeurs, cinq médecins chefs de service, un médecin des asiles privés faisant fonction d'hôpitaux psychiatriques publics, un médecin des quartiers d'hospice d'aliénés en activité de service4 ». Par ce choix, le syndicat s'assure une représentativité de la profession psychiatrique. Bien que celle-ci soit alors dominée par le service public des asiles existant depuis le xixe siècle, rassemblant la majorité des psychiatres en exercice, certains établissements sont privés. C'est pourquoi leur existence a été mentionnée dans l'article et qu'un de leurs représentants au moins doit être membre du bureau. Au-delà du statut de chacun, il apparaît que le Syndicat cherche à se fédérer autour de plusieurs objectifs : d'une part assurer la défense des psychiatres et revendiquer leur spécificité et la nécessité de leur rôle au sein du dispositif sanitaire français ; d'autre part orienter la psychiatrie vers un renouvellement de la politique de prise en charge des patients. Ce double objectif doit être accompli grâce à une augmentation des moyens et par le développement d'un service public de santé mentale. Ce programme a été défini en mars 1945 à l'occasion des journées de l'Union des Médecins Français organisées pour célébrer les retrouvailles de la médecine française dans la France libérée. C'est à cette occasion que les psychiatres ont établi une sorte de charte en plus de vingt points dans laquelle ils ont notamment demandé de transformer la prise en charge des malades et de trouver des alternatives à l'internement, qui n'est plus perçu comme une réponse thérapeutique nécessairement adaptée. Le Syndicat fait de cette charte son cahier de doléances puisque ce sont les mêmes qui ont à la fois participé à l'élaboration de la charte et qui se retrouvent désormais à la tête du Syndicat. Mais pourquoi ce souffle réformiste qui semble s'emparer de la psychiatrie française en 1945 ? Sans doute parce que celle-ci en a bien besoin !

  • 5 Von Bueltzingsloewen I. (dir.), Morts d'inanition. Famine et exclusions sous l'Occupation, Rennes, (...)

4La psychiatrie française sort de ces années 1940 mal en point, moralement et matériellement. Si les chiffres ne sont pas encore fournis avec précision et certitude, on ne cache pas au sein de la profession que ce sont par dizaines de milliers que des personnes internées sont mortes, le plus souvent, de faim ou d'épuisement dans les hôpitaux psychiatriques français au cours de ces dernières années5. Georges Daumézon exprime sa honte devant un tel événement dès le premier numéro de L'Information psychiatrique. A cette tâche morale, s'ajoute une désorganisation profonde. Le Syndicat des médecins des hôpitaux psychiatriques s'installe sur une scène lourdement désorganisée mais qui n'est pas vierge. En effet, ce syndicat n'est pas une création ex nihilo. Il y avait eu avant-guerre une association dont les buts avaient plusieurs points similaires à la structure dirigée par Georges Daumézon. Au début du xxe siècle, alors que la médecine mentale vivait une période de repositionnement de sa mission et de ses concepts, une Association Amicale des médecins aliénistes des établissements publics d'aliénés avait été fondée et il se publiait un petit bulletin qui après la Première Guerre mondiale devint un journal en bonne et due forme. Il fut décidé en 1927 qu'il s'appellerait L'Aliéniste français. Cette initiative avait été prise afin de renforcer la communauté psychiatrique face aux pouvoirs publics et de trouver des solutions au sentiment de crise ressenti par les psychiatres de ces années. Cet objectif général est assez proche de ceux invoqués désormais en 1945. Plus significatif encore, on constate que certains articles des statuts de l'association se retrouvent dans ceux du syndicat. Plusieurs caractéristiques de l'organisation sont d'ailleurs semblables : par exemple, le Conseil de famille existait au sein de l'Amicale. Enfin, on retrouve dans la direction du syndicat des personnes qui avaient des responsabilités dans l'ancienne Amicale. On ne peut dès lors s'étonner de retrouver certains traits communs aux deux structures et aux deux publications.

5C'est visiblement lors des journées de mars 1945 - mentionnées précédemment — que ce projet de syndicat a été caressé. L'Amicale s'est réunie et a décidé de confier à une nouvelle équipe restreinte la charge de mener à bien la mutation et c'est à Georges Daumézon que cette charge est confiée. Né en 1912, sa carrière comme médecin directeur a démarré en 1937. Ses intérêts de recherche ont porté jusque là sur les questions médico-légales et sur la formation du personnel soignant. Sur ce dernier aspect, il a tenté d'introduire des idées nouvelles. Il estime en effet que les infirmiers ont un rôle insuffisamment défini au sein de l'hôpital psychiatrique et que cette situation, reflet d'une hiérarchie trop forte entre médecins et infirmiers a des conséquences dommageables sur le traitement des malades. Au sein de son hôpital, il a lancé plusieurs réformes concernant la prise en charge des patients. Enfin, il a souligné lors d'un congrès de psychiatrie à Montpellier en 1942 que la situation des internés était catastrophique et d'une certaine manière il a pressenti la catastrophe qui a effectivement eu lieu. Dans son propre hôpital, les chiffres montrent que les conditions d'existence de ses malades ont été beaucoup moins alarmantes que dans de nombreux autres hôpitaux. On peut penser que le choix de cette personne n'est pas totalement fortuit. Les membres du Conseil syndical se caractérisent pour avoir exprimé une profonde insatisfaction quant à l'orientation générale de la psychiatrie et pour s'être illustrés, parfois, par une opposition plus ou moins marquée au régime de Vichy. Le Conseil syndical est dominé par les rénovateurs de la profession. Le plus brillant d'entre eux est Henri Ey, qui lors des journées de mars 1945, a procédé à un diagnostic sans concession des faiblesses intellectuelles et morales de sa profession. Le Conseil syndical n'est pas cependant fédéré par une conception du fait mental bien définie. La pluralité et la diversité sont plutôt sa marque de fabrique. Les membres du Conseil sont influencés par différents courants intellectuels qui les rendent plus ou moins perméables à la psychanalyse tandis que certains affichent une nette préférence pour la phénoménologie et d'autres enfin pour la psychologie d'obédience matérialiste. A cela s'ajoutent une pluralité religieuse et une diversité politique suffisamment prononcée pour que se mette en place quelque chose qui ressemble fort au tripartisme qui s'installe au niveau gouvernemental. Ils se retrouvent cependant sur la nécessité de redonner à la psychiatrie française tout son lustre et de reconstruire un service public de santé mentale digne de ce nom. Ces objectifs doivent- ils passés par une forme syndicale ou par une structure associative ? La réponse est donc le syndicat, mais pourquoi ?

Un syndicat, pourquoi faire ?

6Le syndicat se révèle un instrument adapté pour le combat que Georges Daumézon et ses collègues veulent mener et permet d'introduire un sentiment de nouveauté. En psychiatrie, peut-être encore plus que dans d'autres disciplines, les mots ont des implications profondes. Or les termes d'« aliéniste » et encore plus celui d'« aliéné » qui étaient utilisés jusqu'alors apparaissaient à ces psychiatres syndicalistes comme vieillis et donnant l'image d'une médecine mentale entièrement fondée sur l'asile, dont la réputation s'était considérablement dégradée. Les termes avaient été lancés avec succès par les fondateurs de la médecine mentale dans la première moitié du xixe siècle. Mais ce qui était apparu alors comme un gage de modernité ne fonctionnait plus ainsi désormais. L'aliéné évoquait trop ce fou dont on semblait considérer à la fin du xixe siècle qu'il était une sorte de variété anthropologique de l'espèce humaine tant les médecins avaient insisté sur son étrangeté et sa radicale différence avec les individus sains d'esprit. Daumézon et ses camarades ne partagent guère cette manière de voir. Une prise de distance avec cette interprétation de la fonction médicale et l'emploi de ces termes n'ont cependant pas en 1945 un caractère profondément révolutionnaire. Déjà, avant-guerre, les termes « aliéné » et « asile » apparaissaient de plus en plus contestés et l'asile n'apparaissait plus comme l'instrument de toutes les guérisons. Lors du passage d'Henri Sellier au ministère de la Santé du gouvernement de Front Populaire, celui-ci signa un décret qui stipulait que les asiles pour aliénés devaient désormais s'appeler hôpitaux psychiatriques. La période du Front populaire n'aboutit cependant à guère plus en matière psychiatrique. La conjoncture politique et sociale particulière de 1945 redonne force et espoir aux réformistes.

  • 6 .I.P., n° 1, 1945, p. 8.

7Si la forme syndicale était préférée c'est parce que pour convaincre les pouvoirs publics, il fallait lutter, revendiquer et par conséquent le syndicat était implicitement la meilleure formule, notamment pour prendre d'assaut la « Bastille des finances6 », selon l'expression de Daumézon. Mais si des objectifs communs pouvaient se dégager, c'est à travers la question de l'affiliation que les psychiatres vont devoir trancher ou, en tout cas, répondre de manière plus directe : pourquoi un syndicat et dans quel but ?

La question de l'affiliation

  • 7 I.P., n° 5, 1946, p.71.
  • 8 Sivadon P., « Nos politiques d'affiliation », I.P., fév. 1947, p. 158-60.

8Dès l'hiver 1946, une question majeure traverse l'organisation syndicale. Il s'agit de savoir si le syndicat reste indépendant ou s'il s'affilie à une fédération, en l'occurrence celles des services publics et de santé, dominée par la CGT. Ainsi que l'indique un adhérent de base, le Syndicat des médecins des hôpitaux psychiatriques est « à la croisée des chemins7 », ce qui est sans doute un peu tôt pour une organisation qui a moins d'un an. Prématurée ou pas, la question de l'affiliation - c'est ainsi que les intéressés la nomment dans les pages du journal et dans les comptes rendus du conseil syndical - occupe une place grandissante. En fait il semble bien qu'elle ait été posée dès la création du syndicat. Mais si elle était dans les esprits, il avait été implicitement décidé qu'elle serait un des points à débattre dans une prochaine assemblée générale. Or celle de 1946 est prévue pour mai. Il devient urgent par conséquent que le Conseil syndical avance une position. Pour Daumézon, l'affiliation est l'étape qui doit succéder à celle de la création du syndicat. Il évoque les avantages techniques de l'affiliation soulignant que l'appartenance à une fédération de syndicats rendrait l'organisation dont il a la charge plus forte et plus visible. Il rappelle que les autres corps de fonctionnaires dans les domaines de la santé sont dans cette situation et que par conséquent il pourrait être de bonne politique pour les psychiatres de faire de même. Daumézon sait cependant que ce processus est, pour ses confrères, radicalement nouveau et il a compris qu'il fallait mettre en mouvement une psychologie du changement. Daumézon et son équipe avaient précisé dès le début que le choix serait amplement débattu. Il avait ainsi été prévu que la décision serait prise selon une procédure tout à fait spéciale puisqu'il fallait que 80 % des adhérents votent en faveur de l'affiliation pour que cette décision soit entérinée. Chacun semble avoir le sentiment que l'enjeu est de taille puisqu'à l'assemblée générale de 1946, les congressistes remettent la question de l'affiliation à plus tard. Mais le débat ne s'éteint pas pour autant ; il a même tendance à redoubler d'intensité. Devant l'emballement, Paul Sivadon, un des membres du Conseil syndical, publie un article pour recadrer les ternies de l'enjeu et temporiser les positions maximalistes de certains. Il rappelle notamment que le débat a été ouvert de manière très libre et qu'il serait dommage de le caricaturer par des propos injustes ou des attaques déplacées8.

  • 9 Bonnafe L., « Les syndicats et la politique », I.P., fév. 1946, p. 100.

9En fait les syndicalistes se retrouvent face à un dilemme : soit les psychiatres s'affilient et deviennent plus forts mais ils s'exposent à la division, soit ils restent unis mais ils risquent alors l'isolement. Le Conseil syndical affiche à plusieurs reprises son choix en faveur de l'union plutôt que le passage en force vers l'affiliation. C'est tout le sens, par exemple, de l'intervention de Lucien Bonnafé. Reconnaissant que la CGT affiche des positions politiques, il estime que si ce type d'engagement doit irriter certains de ses collègues, il vaut mieux « que le principe de notre unité fasse prime sur la question de l'affiliation. Que celle-ci ne soit prononcée que si elle n'entraîne pas le départ d'un nombre considérable de collègues et la scission9 ». Or cette intervention est importante car Bonnafé est en contact avec la fédération CGT à laquelle pourrait s'affilier le Syndicat. De surcroît, connu pour être communiste, il tente ainsi de rassurer les plus inquiets.

10En mars 1947, le référendum a lieu et il donne une majorité à l'affiliation. Cependant, le grand nombre de questions posées a favorisé la dispersion des suffrages et la majorité se révèle insuffisante. Il est alors décidé qu'un nouveau référendum sera organisé avec cette fois une seule question. En tout cas, dans les résultats, c'est la solution d'une affiliation à un fédération des services publics qui avait été préférée ce qui revenait à choisir celle dominée par la CGT. En fait cet épisode devient une occasion manquée. D'une part, la scission syndicale au niveau national, aboutissant à la création de la CGT-FO, rend l'adhésion à une fédération dominée par la CGT encore plus politique et a priori plus difficile à obtenir. En outre, les psychiatres communistes lors du renouvellement du conseil syndical ont, entre temps, perdu du terrain. Une fédération de syndicats médicaux est reconstituée et offre désormais une alternative à celle des services publics de santé. Le choix était donc encore plus délicat qu'auparavant. De plus, des dissensions croissantes apparaissent sur la fonction même du syndicat.

Syndicat, engagement politique et activité associative

  • 10 Billoux F., « Esquisse d'une politique de la renaissance sanitaire française », I.P., n° 3, 1945.

11L'attitude de l'équipe dirigeante demeurait assez floue quant aux rapports à entretenir avec les pouvoirs publics. Le syndicat fut reconnu dès 1945 par ces derniers comme un interlocuteur évident et L'Information psychiatrique se félicite à l'automne des propos du premier communiste ministre de la santé, François Billoux10. Certains des syndicalistes sont proches du pouvoir gouvernemental. C'est le cas de Louis Le Guillant, ancien médecin chef de l'hôpital psychiatrique de la Nièvre qui est à la fois membre du Conseil syndical et conseiller technique auprès du ministre de la Santé publique pour les questions concernant « l'enfance déficiente et en danger moral ». C'est au tour, quelques mois plus tard, de Lucien Bonnafé de connaître ce double « statut ». Enfin, après le rétablissement de la commission « d'hygiène mentale et de l'alcoolisme » par les pouvoirs publics à la plus grande satisfaction des psychiatres, on trouve plusieurs membres du Syndicat, tout comme dans le Conseil permanent d'hygiène sociale. Ces bonnes relations ne sont cependant pas du goût de tous les adhérents. Il s'agit plutôt d'une hostilité aux communistes que d'une crainte que l'équipe dirigeante soit atteinte d'un manque de combativité à force de fréquenter les allées du pouvoir. À partir de 1947, Daumézon et son équipe commencent à comprendre que les réformes ne seront peut-être pas mises en mouvement aussi rapidement qu'espérées et qu'il va falloir être pugnace et entêté pour obtenir gain de cause. Mais en ont-ils l'habitude et en ont-ils le savoir faire ? D'autant que leurs revendications demeurent très générales ou plus exactement tentent de porter sur un peu tous les fronts à la fois. L'équipe du Conseil estime que les revendications du Syndicat ne peuvent exclusivement porter sur le statut des médecins psychiatres, mais qu'elles doivent aussi s'intéresser aux questions de santé mentale. En résumé, le Syndicat doit servir aux médecins mais aussi aux malades. Si elle n'est pas attaquée de front, cette orientation généreuse devient de moins en moins consensuelle. Certains estiment que le Syndicat devrait s'intéresser un peu plus aux campagnes de presse dont se sentent victimes de nombreux psychiatres. Enfin, ces derniers jugent assez infamante la place qui leur est réservée au sein de l'appareil sanitaire français. Le corps des médecins des hôpitaux psychiatriques n'était pas, en effet, en 1945 particulièrement bien placé dans l'échelle des salaires et des indices de l'administration, à tel point qu'il passe pour être le corps le moins rémunéré de tous les corps de fonctionnaires de santé depuis 1944. Le Syndicat proteste à plusieurs reprises dès 1946 et par la suite, y compris contre les campagnes de presse qui caricaturait selon lui la psychiatrie et la profession. Mais il est vrai que l'équipe syndicale a aussi d'autres ambitions que la simple défense de son image. L'équipe dirigeante affirme sa volonté de contribuer à la refondation intellectuelle de la psychiatrie ; une ambition relevée par Henri Ey qui devient en 1947, un des deux dirigeants de la Société de l'Évolution psychiatrique. Cette société savante publie depuis la fin des années 1920, une revue, L'Évolution psychiatrique dont l'ouverture aux différents courants existant en psychiatrie en France et en Europe est saluée par l'ensemble de la profession. La porosité entre le syndicat et cette association est assez marquée. La plupart des membres du Conseil syndical y donne des conférences dont certaines sont publiées dans l'Évolution. De surcroît, certaines thématiques abordées par le syndicat sont l'objet de colloques ou de rencontres au sein de la Société de l'Évolution. C'est, par exemple, le cas du colloque sur la psychiatrie sociale qui se tient en 1948. Lors de la lecture du rapport moral de Daumézon à l'assemblée générale de 1946, il affirmait que cette orientation était la plate-forme intellectuelle du syndicat. Mais s'il y a une proximité entre L'Évolution psychiatrique et l'Information psychiatrique, cela ne signifie pas que les idées qui s'expriment au sein de ces structures obtiennent la faveur de l'ensemble des adhérents. Or, il est de plus en plus manifeste que sur les questions de définition de la psychiatrie et sur les conceptions du fait mental, le choix des adhérents reste marqué par une grande diversité, voire s'affirment des oppositions nettes. Déjà en 1947, un premier signal avait été lancé puisqu'une discussion très vive avait eu lieu sur la pertinence de classer certains malades comme chroniques, avec le risque que ces derniers deviennent des laissés-pour-compte. Quelques années plus tard, certains vont même jusqu'à affirmer que les discussions amorcées par le Syndicat sur la santé mentale et sur la prise en charge des malades ne sont peut-être pas du ressort du Syndicat. L'unité de la profession apparaît de moins en moins évidente à obtenir. D'ailleurs le Syndicat peine à rassembler autant de membres que l'Amicale d'avant-guerre. En outre, un événement vient en 1951 assombrir un ciel déjà chargé : la création d'un Syndicat des médecins français du système nerveux par le très entreprenant docteur Georges Heuyer, détenteur de la chaire de clinique de psychiatrie infantile à la faculté de médecine de Paris. La nouvelle est ressentie douloureusement par Daumézon qui y voit une concurrence déloyale. Ce nouveau syndicat témoignait avant tout de la diversité des positions et il rappelait aussi que les conceptions du fait mental qui avaient été exprimées à plusieurs reprises dans les pages du journal piloté par Daumézon ne faisaient pas l'unanimité de la profession ni même des adhérents.

12Le début des années 1950 annonce la fin d'une époque ou du moins d'une stratégie. Celle-ci consistait à défendre l'idée que la refondation théorique à laquelle se livraient plusieurs membres de l'équipe syndicale, devait impérieusement entraîner des revendications portant sur les mises en pratiques. Daumézon et ses coéquipiers faisaient l'hypothèse que pour introduire, par exemple, la psychothérapie à l'hôpital psychiatrique, il fallait du temps et donc soit moins de malades ou soit plus de médecins. C'était bien parce que le Conseil syndical croyait à la notion de curabilité des troubles mentaux qu'il se sentait légitime dans sa demande de moyens pour soigner ceux qui en étaient affectés. Ce n'est pas tant d'avoir choisi la forme syndicale qui est reproché que d'exprimer une coloration politique trop marquée.

*

13La constitution du syndicat a permis de diffuser dans l'après-guerre des idées nouvelles en psychiatrie tant sur le plan de la prise en charge que sur celui des conceptions du fait mental car les hommes qui étaient à sa tête chercher à promouvoir une refondation de la psychiatrie. Au début des années 1950, force est de constater que le syndicat subit une crise sérieuse d'identité. Ces revendications sont tout à la fois insuffisamment corporatistes et trop audacieuses sur le plan intellectuel. Paradoxalement ce sont ceux qui ont opté après la guerre pour la forme syndicale plutôt que pour la forme plus paisible de l'amicale qui utiliseront le biais de la structure associative quelques années plus tard pour mener à bien des innovations cliniques et thérapeutiques, impatients devant un syndicat empêtré dans sa nécessité de faire l'union des psychiatres du public et devant des structures politiques et administratives qui promettaient de se réformer, sans pour autant passer à l'acte.

Notes

1 L'Information psychiatrique, n° 1, août 1945, p. 14. (Désormais I.P.).

2 Ibidem.

3 Ibidem.

4 « Projet de règlement intérieur du syndicat », I.P., n° 4, 1945, p. 64.

5 Von Bueltzingsloewen I. (dir.), Morts d'inanition. Famine et exclusions sous l'Occupation, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2005.

6 .I.P., n° 1, 1945, p. 8.

7 I.P., n° 5, 1946, p.71.

8 Sivadon P., « Nos politiques d'affiliation », I.P., fév. 1947, p. 158-60.

9 Bonnafe L., « Les syndicats et la politique », I.P., fév. 1946, p. 100.

10 Billoux F., « Esquisse d'une politique de la renaissance sanitaire française », I.P., n° 3, 1945.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search