Version classiqueVersion mobile

Syndicats et associations

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Françoise Tétard

Deuxième partie. Ignorance et concurrence

Associations et syndicats cheminots : concurrence ou complémentarité ?

Georges Ribeill

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Georges Ribeill

La construction délibérée d'un monde corporatif clos

2Le monde cheminot présente comme forte spécificité une précoce structuration corporative qui conditionne cadre de travail, cadre de vie et pratiques de sociabilité. Conscientes que la précieuse qualification professionnelle exigée par bon nombre de métiers du rail ne s'acquiert que sur le tas, les compagnies privées ont créé ou encouragé des institutions qui permettaient de s'attacher leurs agents qualifiés. De surcroît, le service public dont les compagnies ont la charge impliquait sa continuité, quels que soient les aléas de la « machine ferroviaire », ses défaillances techniques ou « sociales ». À court comme à long terme, il s'agit donc, par des garanties de ressource minimales, de préserver les agents contre les fâcheux aléas de la conjoncture économique ou professionnelle : cherté des prix, maladie ou accident auxquels prédisposent les métiers du rail, etc. Caisses de secours et caisses de retraites apparaissent de manière précoce.

  • 1 Par la suite, notre propos ne visera plus que les associations communes pouvant regrouper a priori (...)

3En l'absence même, jusqu'à la fin du xixe siècle, d'État-providence ou de syndicats, les initiatives coûteuses des compagnies enserrent leurs agents dans les chaînes dorées d'un corporatisme introverti que confortent ses multiples privilèges relatifs octroyés, tout en facilitant le contrôle tutélaire des compagnies. L'isolement professionnel, social et géographique, tend à structurer la « société cheminote » en une communauté organique en auto-repro- duction, du moins dans le projet idéal de quelques dirigeants. La socialisation cheminote ainsi cultivée a signifié une floraison d'institutions locales prenant la forme de groupements d'agents aux fonctions très variées : coopératives d'achat, loisirs collectifs, œuvres d'assistance ou d'entraide sociale, etc. Exorbitante du droit du travail commun, la « coutume ouvrière » cheminote a induit le plein essor d'associations aux contours très variés1

De précieux coups de pouce patronaux aux associations récréatives, hygiénistes

4Il est impossible de dénombrer les associations cheminotes tant elles ont proliféré localement dès la fin du xixe siècle, les harmonies et orphéons étant sans doute les pionnières. Au tournant du siècle, on peut citer à titre indicatif Les Vigilants de l'Ouest (Rennes, 1891), l'Union sportive PLM de Villeneuve-Saint-Georges, l'Harmonie-Express groupant les agents de la gare de l'Est, ou l'Harmonie des chemins de fer de l'Ouest, ou encore une Société d'escrime proche de la gare d'Austerlitz... Du point de vue des compagnies, ces créations que rassurait leur sage but récréatif, ne pouvaient qu'être encouragées. Quelques exemples illustrent le processus fréquent de fédération progressive du niveau local au niveau régional puis national, voire international, conforme à l'organisation territoriale très hiérarchisées des réseaux ferroviaires.

  • 2 Plaquette L'UAICF, son histoire, p. 4, s.d.

5« Depuis l'origine de leur corporation, les gens du rail ont toujours éprouvé le besoin de se regrouper pour pratiquer des activités de loisirs sur leur site de travail et pour s'initier mutuellement aux règles de l'art et de la culture », énonce dans une brochure récente l'une des plus importantes associations contemporaines, l'Union artistique et intellectuelle des cheminots français (UACIF), se référant ainsi à une conception culturelle essen- tialiste de la corporation cheminote22... En fait, cette UAICF vient de loin : son germe se trouve dans l'Association artistique de Paris-Sud-Est, créée en 1900, élargie en Association artistique des chemins de fer français en 1902. Devenue entre les deux guerres la Société artistique et littéraire des agents de la Compagnie PLM, elle sollicite pour l'inauguration de son 20e salon, le 27 avril 1930, la présence du ministre des Travaux publics, qu'informe ainsi à son sujet le directeur des chemins de fer :

  • 3 AN, CAC 800 434, art. 3.

« D'après les renseignements qui viennent de m'être fournis télépho- niquement par la Compagnie PLM, c'est une "gentille petite société d'amateurs" s'occupant de musique et d'art. Le réseau n'attribue pas une très grande importance à cette Société, mais suit son action avec sympathie. De hauts fonctionnaires de la Compagnie assistent régulièrement à ses manifestations3. »

6Outre cette présence obligée mais honorifique de quelques représentants de la direction de la Compagnie, celle-ci aide l'association en lui offrant dans le sous-sol de ses bâtiments neufs de la Rue Traversière une salle de spectacle pour ses soirées artistiques. C'est l'antériorité de la Société PLM qui en fera, lors de la création de la SNCF en 1938, la clef de voûte de l'Union artistique et intellectuelle des cheminots français.

7Autre association fort bienvenue, la Société anti-alcoolique des employés et ouvriers de chemins de fer qui entendait combattre l'alcoolisme et répandre des notions d'hygiène générale dans les foyers cheminots, est créée en 1903 sur le Réseau de l'Ouest (Bretagne, Normandie), très touché, on le sait, par ce « fléau social ». La société étend son rôle, se qualifiant en 1908 de société d'hygiène, de tempérance, de prévoyance et de philanthropie mutuelle, dotée donc de trois missions : lutte anti-alcoolique, secours en cas de décès et octroi de primes de naissance et d'allaitement. Reprenant en 1931 le nom de son bulletin, La Santé de la Famille, elle est soutenue par le directeur du Réseau de l'État (ex-Ouest) Raoul Dautry, qui lui offre un local derrière la gare Saint-Lazare. Membre de l'Union des sociétés antialcooliques de France et collaborant avec la Ligue nationale contre l'alcoolisme, après avoir obtenu la suppression de la vente de l'alcool à l'économat des Chemins de fer de l'État, elle cherchera naturellement à attirer le cheminot vers de saines occupations : c'est de son giron que vont naître deux associations promises à un bel essor.

8Des sociétés sportives s'étaient créées après-guerre sur chaque réseau. En 1928, la Santé de la Famille organisait avec le concours de l'Association sportive des Chemins de fer de l'État une grande manifestation sportive inter-réseaux. De cette première rencontre entre athlètes venus de tous les réseaux, allait naître sous l'impulsion de Dautry, l'Union sportive des Cheminots français (USCF), organisatrice de challenges annuels nationaux. Le Réseau de l'État mit à la disposition de la Santé de la Famille un grand parc de loisirs de 16 hectares à Achères, où les cheminots pouvaient venir se détendre dans des clos familiaux ou pratiquer des sports très variés sur le Stade familial des loisirs inauguré l'été 1937, créé de manière opportune pour occuper la « semaine des deux dimanches ».

9La création en 1929 au sein de la Santé de la Famille d'une Section du « Jardin des Cheminots » fournissant des terrains et centrale d'achats de grains, engrais et outils de jardinage, relève de la même logique. Le régime de Vichy, par ses encouragements aux jardins ouvriers, ses subventions aux associations reconnues par le ministère de l'Agriculture, poussera les cheminots intéressés à adhérer à cette section agréée en février 1941, que son éssor pousse même à l'autonomie juridique en juillet 1942, en devenant Le Jardin du Cheminot, association cheminote promise à devenir aujourd'hui la plus importante par ses effectifs.

Toasts et banquets compromettants

10Les associations cheminotes ont très vite converti en joyeux rituels festifs stéréotypés les règles de fonctionnement qu'impliquaient leurs statuts. Les assemblées générales sont ponctuées de banquets, et le moindre motif sert de prétexte à l'organisation de « matinées récréatives » ou de « soirées artistiques », où tombolas, bals, concerts apportent une ambiance ludique. La présence d'autorités tierces invitées, représentants de l'État ou des réseaux, contribue à rehausser l'éclat de ces manifestations et à asseoir leur légitimité sociale externe.

  • 4 Des origines à nos jours, trois niveaux sont communément observés dans les associations cheminotes (...)
  • 5 Syndicat National des Travailleurs des chemins de fer, Compte-rendu du 19e congrès national, 16 au (...)

11Fondée en 1880, l'Association Fraternelle des Employés et Ouvriers des chemins de fer français, mutuelle la plus importante, vise à « assurer au sociétaire malade un secours immédiat et au sociétaire âgé une retraite honorable ». Son succès (90 000 sociétaires en 1912) lui permet de multiplier ses services : assurance au décès (1909), bourses d'études pour les enfants des sociétaires (1910), caisse de dots pour les fils et filles de sociétaires (1912), prêts hypothécaires pour l'accès au logement. Comme la plupart des autres groupements nationaux ou de réseaux, le fonctionnement conjugue un bureau national, interlocuteur social représentatif au sommet, et de très nombreuses sections locales. Les assemblées générales annuelles riment toujours avec des banquets où les dirigeants ont invité les représentants tant des compagnies que des pouvoirs publics : directeurs, hauts fonctionnaires, ministres. Le rituel combine vœux et toasts, compliments et revendications... Démultipliés à tous les niveaux4, ces rites, en alimentant et confortant les relations extra-professionnelles, sont fort appréciés par les dirigeants des compagnies qui, autour des tables où l'on banquette joyeusement, y voient dissous et bien oubliés les liens d'autorité et de subordination au profit d'une effusion de sentiments corporatifs « familiaux ». Tout à fait révélatrice est « l'affaire Marius André ». Au banquet de l'Union-PLM de la Fraternelle, qui se tient à Aix, au toast du directeur de la Compagnie Noblemaire, familier de ces agapes, le syndicaliste cégétiste et militant de la Fraternelle, Marius André, s'est cru obligé de répondre, de sur en chérir même : « Permettez-nous, Monsieur le Directeur, de saluer en vous ici, le chef de la grande famille qu'est l'Union-PLM » Cela vaudra à André d'être l'objet d'un « procès » durant une demi-journée au prochain congrès du Syndicat national : « En reconnaissant M. Noblemaire pour chef d'une grande famille de travailleurs, il a méconnu absolument le principe de la lutte des classes », et « si l'Union est une grande famille dont M. Noblemaire est le chef et le père, il va de soi que votre place à vous [militants syndicalistes] qui êtes des enfants révoltés contre ce père, n'est pas dans l'Union PLM5. »

12Si ce cas d'un syndicaliste étourdi, voire séduit, par le chant des sirènes patronales dans le cadre de ces manifestations festives corporatives régulières a fait scandale syndical, l'emprise idéologique patronale a régné plus discrètement sur bien d'autres de ces joyeux gueuletons, sans susciter pour autant de scandale. On trouve trace, après guerre, de la dénonciation par les syndicalistes unitaires, de cette collusion des « manitous » de cette même Association fraternelle et des hauts dignitaires du capitalisme ferroviaire. Ainsi, à la veille de sa fête nationale, enchaînant les 6 et 7 octobre 1923 soirée de gala à l'Opéra puis banquet à l'Hôtel Continental avec concert, la Tribune [unitaire] des cheminots du 15 septembre tire à boulets rouges sur ces fameux raouts :

La collaboration de classe. À l'Association fraternelle des Chemins de fer.
« Chaque année, l'Association donne une fête, non pas au profit des adhérents comme ceux-ci pourraient le croire ! mais pour le bon plaisir de l'équipe de "manitous" qui préside aux destinées de l'association, et qui, par ce moyen, peut approcher tous les ministres et sous-ministres, et leur donner des preuves de fidélité et de soumission (...). Récapitulons. Soirée de gala à l'opéra. Musique de la Garde républicaine. Poincaré (président de la République), Le Trocquer (ministre des Travaux publics), les hauts dignitaires du gouvernement et les hauts fonctionnaires des Compagnies au gueuleton donné dans les salons de l'hôtel Continental - bouchées, truites, noisette de riz, cœur de filet, poularde de Bresse, coupe de foie gras, salade, petits pois, bombe glacée, corbeille de fruits, arrosés avec Graves, Pomerol, Château Larcis, Pommard, Champagnes, café et liqueurs. Voilà un "programme" vraiment prolétarien ! ! ! et les cotisants des sections auraient vraiment tort de se plaindre ; leurs 40 sous servent au moins à quelque chose ! ! ! »

  • 6 Cf. Supplément à la Tribune [unitaire] des cheminots, septembre 1925.

13Mais cette « collaboration de classe » est encore plus active dans les cités- jardins cheminotes que Dautry a promues au Nord après-guerre, conçues comme des lieux de cogestion administrative et des foyers de vie associative encouragée et fort intense, bref comme de véritables machines de guerre antisyndicalistes court-circuitant les délégués du personnel élus en vertu du statut des agents imposé aux compagnies en 1920. Modèle efficace qu'il exportera en 1928 sur le réseau de l'État ! Au Congrès de l'Union unitaire Nord tenu à Paris les 12 et 13 juin 19256, la question des cités est abordée. Fleury, rapporteur, commence par lire un article de Dautry, déniché dans un numéro ancien (février 1923) d'une revue technique plutôt confidentielle, L'Ingénieur-Constructeur :

« Grèves. Il est pour une nation d'autres richesses que procurent seuls l'ordre et la discipline. Voici une preuve que la discipline, la confiance dans les chefs et l'amour du métier sont naturels chez l'ouvrier soustrait à la vie misérable des faubourgs et des estaminets. Au printemps 1920, dans ces jours de mai où la France a failli connaître les troubles sociaux qui, depuis trois ans, n'épargnent ni vainqueurs ni vaincus, qui a retenu les autres corporations ? Le cheminot et le mineur. Si les Cités du Nord et des Compagnies minières ont été pour quelque chose dans l'attitude du personnel, c'est la meilleure justification des dépenses considérables faites. »

14Puis Fleury cherche à vérifier les dires de Dautry :

« Chez nous, dans les cités, nous voyons les mêmes symptômes [que dans les corons]. Des sociétés de toutes sortes ont été créées, salles de fêtes, terrains de sport, et tout cela dans un but : détourner nos camarades cheminots de leurs organisations syndicales et leur faire oublier leur devoir de classe. La preuve, nous la trouvons dans les rapports du Comité de gestion, où presque toutes les questions intéressant les modifications ou aménagements des habitations sont en général écartées, alors que la Compagnie paie sans compter pour entretenir toutes les sociétés. »

15Débattue, la participation syndicale à l'administration des cités est controversée. Périer (Lens) rappelle que si « nous nous étions ostensiblement élevés contre la constitution de la commission des fêtes, nous avons senti que, sous la pression des chefs, certains camarades que l'on croyait sincères, ont été amenés à dire que derrière eux, ils avaient une famille ou qu'ils avaient peur d'être traqués s'ils n'y consentaient pas. Et nous sentions alors un fléchissement ». Pour Devos (Lens), « les cités ont bien pour but de détourner la classe ouvrière de l'action syndicale », comme le révèle le programme de la dernière fête de la cité : « Retraite aux flambeaux, salves d'artillerie, démonstration sportive où l'on opposait la méthode d'Hébert à celle de Joinville, concours de tir, réception des autorités en gare de Lens et hommage aux cheminots morts pour la Patrie, bénédiction de l'église édifiée par les soins de Monseigneur l'Evêque d'Arras aux abords de la Cité, grand'messe (Rires). » Et de citer des extraits de l'homélie de Dautry : « Dites bien à vos délégués que les formules politiques sont trop souvent stériles et que l'important, c'est de faire entrer l'hygiène, l'instruction, le sport, les arts, la solidarité dans la vie de tous, et qu'ils en ont les moyens. » La discussion tourne court, et prônée par le Bureau et la Commission exécutive, la participation des militants unitaires aux conseils d'administration des cités est finalement adoptée.

Un cas de concurrence frontale : les orphelinats des chemins de fer

16Les premiers orphelinats cheminots résultent d'initiatives rivales. L'Orphelinat des Chemins de fer français (OCCF) fut fondé en 1891 par un employé à la Compagnie d'Orléans (PO), Flamand. Mais alors qu'un membre dissident, Lanoir, réussissait à fonder l'Orphelinat de Cerbère, un prêtre de Saint-Germain, l'abbé Simon, organisait un autre orphelinat, La Sauvegarde. L'orphelinat de Cerbère disparut très vite, en 1895, et de ses décombres, naissait la Société de secours et d'hospitalisation dite Orphelinat fraternel, autorisée en mars 1896, qui allait absorber La Sauvegarde, aux ressources épuisées. Il n'y eut plus alors que deux orphelinats en concurrence. Mais bientôt la Société de Secours dut faire appel aux compagnies qui décidèrent de la subventionner à raison de 60 francs par orphelin et par an, tout en accordant une subvention égale à l'Orphelinat des Chemins de fer français. Finalement, les difficultés persistantes de la Société de Secours entraînèrent sa fusion en 1906 avec l'OCCF qui, récoltant régulièrement des médailles aux expositions nationales ou internationales, allait acquérir une certaine notoriété profitable aux somptueux galas de bienfaisance annuels, donnés à Paris ou en province.

  • 7 Sur l'ONCF, cf. le récent ouvrage du centenaire, signé de Boichu P., Notre solidarité, histoire d' (...)

17En cette même époque où la CGT développe une contre-culture prolétarienne, le Syndicat National des Travailleurs des Chemins de fer décide de créer en 1903 son propre Orphelinat national des Chemins de fer de France (ONCF7). Sans existence juridique propre à ses débuts, l'ONCF fut autorisé en 1906 à recourir à une loterie à la condition de modifier ses statuts : ainsi devînt-il une « association de solidarité laïque et rationnelle » (article 1er) admettant « dans ses établissements, outre les enfants de ses membres, ceux des sociétaires décédés des diverses organisations des travailleurs des chemins de fer, moyennant le paiement, par ces organisations, du prix de la pension » (art. 2), étant entendu que le Syndicat National continuerait à lui apporter son concours pécuniaire. En effet, les syndiqués, adhérents ou non de l'ONCF, devaient acquitter un timbre dédié à l'ONCF En sus de cette cotisation obligatoire, des produits de la loterie, des subventions municipales ou départementales, les groupes locaux organisèrent des fêtes dont le bénéfice allait à l'orphelinat. Devenu riche, l'ONCF acquiert dans le Vexin le château d'Avernes en 1911 qui permet d'étendre son oeuvre dans un sens social et éducatif. Organiquement liée à la nouvelle Fédération nationale des cheminots (CGT) créée en 1917, l'ONCF allait survivre à la scission de 1920, les deux fédérations unitaire et confédérée se partageant paritairement les sièges de son conseil d'administration.

  • 8 Tribune des cheminots (unitaire), 15 décembre 1925.

18La Fédération unitaire semble s'être plus investie dans cette organisation de classe, du moins ses dirigeants et leaders dénonçant le manque d'intérêt que portaient à l'œuvre les adhérents de base. Ainsi le succès du concert organisé le 24 octobre 1925 par la section d'Argentan devrait-il faire école8 :

« La somme de 770 francs a pu être mise à disposition de l'Orphelinat. C'est un heureux présage pour nos chers pupilles et c'est aussi la meilleure récompense des camarades dévoués qui œuvrent de tout cœur au mieux- être de nos pupilles. Ce qui a pu se faire ici, pauvre trou de quelques milliers d'habitants, peut se répéter ailleurs. Il n'est pas de syndicat si maigre soit- il, se disant révolutionnaire et se revendiquant d'action, qui ne puisse organiser dans son coin soit une fête, bal ou concert pouvant apporter un bénéfice, si léger soit-il, à nos gosses.
N'est-il pas navrant de constater que sur près de 500 syndicats tant unitaires que confédérés, 52 seulement avaient compris le geste à faire pour nos gamins. Ce n'est guère flatteur pour nous. On se désintéresse trop d'Avernes, son pèlerinage annuel est si maigre par égard à l'immense armée du rail, trop peu de cheminots connaissent notre belle colonie. (...) Il s'agit de se ressaisir au plus tôt. À nous, unitaires, de ne pas oublier notre rôle de pionniers d'avant-garde, de montrer l'exemple et de faire en sorte que notre pépinière de militants et de compagnons à l'esprir averti soit à même de leur apporter la nourriture matérielle et morale qui feront des moutards d'aujourd'hui les hommes solides aux idées saines de la société de demain. »

  • 9 Tribune des cheminots (unitaire), 14 février 1926.

19Exemplaire aussi, la fête donnée à Béthune9 :

« Le Syndicat a organisé pour le 19 décembre une belle fête de bienfaisance en faveur de notre Orphelinat National. Plus de 700 personnes viennent applaudir et rappeler plusieurs chanteurs, chanteuses et comiques. Un drame et une comédie furent très goûtés par la nombreuse assistance. À remarquer que tous les acteurs sans exception étaient des syndicalistes unitaires, volontaires, qui ont prêté leur concours absolument gratuit. Tous les ornements et décors de la salle furent l'œuvre de nos gracieuses compagnes. Après le spectacle, un orchestre bien choisi fit entendre ses valses entraînantes jusqu'à deux heures du matin ».

  • 10 Tribune des cheminots (unitaire), 16 mars 1926.

20Mais la grande fête parisienne donnée le dimanche 14 février 1926 salle Japy, où se succédèrent pièces et danses rythmiques jouées par des enfants — « Quelle différence avec le beuglant ou le cinéma !.. » — n'avait attiré que trop peu de personnes au goût des responsables10 :

« Il est profondément regrettable que tous les militants de la région parisienne n'aient pas produit l'effort désirable pour amener à cette fête les 5 000 personnes qui peuvent tenir à Japy. »

21Les fonds accumulés de l'ONCF lui permirent d'acquérir de nouvelles résidences d'accueil, Le Vésinet (Yvelines) en 1931, Le Pecq (Yvelines) en 1948, La Bouzaréah (Algérie) en 1951... À l'issue de la scission fédérale de 1947, l'ONCF fut accaparé par les cégétistes, mais le contexte gaulliste ultérieur de « pouvoir personnel » allait inciter à son ouverture à tout cheminot : en 1963, le lien organique entre la Fédération CGT et l'ONCF est supprimé ; les syndiqués n'acquittent plus de cotisation obligatoire au titre de l'ONCF, Fédération CGT et ONCF entretenant néanmoins des liens privilégiés.

  • 11 Bulletin ONCF, 1991, « Les bases de notre association », p. 15.

22L'évolution sociétale devait pousser l'ONCF à s'adapter : ferment tour à tour Le Pecq (1980), Le Vésinet (1981), Avernes (1985) qui accueillaient des jeunes placés par des organismes sociaux. Par contre une Maison d'hébergement est ouverte à Montreuil en 1995, qui doit faciliter le séjour des pupilles de l'Orphelinat à Paris. Ce qui n'a guère changé, en revanche, c'est la structure très décentralisée de l'ONCF : en 2000, ses 32 440 adhérents se répartissaient entre 263 groupes locaux et 25 comités régionaux qui, par leurs animations régulières, bals, fêtes, kermesses, tournois sportifs, soirées récréatives, contribuent à la vitalité d'un tissu de camaraderie et de solidarité corporatives, mêlant, par-dessus les clivages partisans ou syndicaux, cheminots actifs et retraités, agents, familles et parents. À l'ancienne fête nationale d'Avernes, a succédé en 1990 celle de la Garenne-Colombes sur le complexe sportif Nelson Mandela, propriété du comité d'établissement SNCF de la Région de Paris-Saint-Lazare, au succès certain : « De nombreuses fois, la fête locale de l'ONCF est une des manifestations les plus attendues et fréquentées de la localité et ses environs.11 »

Des Compagnies à la SNCF : la « normalisation » d'un rapport tutélaire avec les associations

23L'intérêt bien compris des compagnies devait les conduire à encourager le mouvement associatif cheminot, pour l'essentiel confiné à des finalités culturelles, récréatives ou d'entraide sociale et humanitaire. Les trois réseaux, PLM, PO et Réseau de l'État, qui, durant les années trente, appuient leur politique d'intégration sur un « journal interne de réseau » destiné aux agents et à leurs familles, ouvriront largement ses colonnes aux comptes-rendus de la vie des associations. La création fin 1937 de la SNCF, par absorption des réseaux antérieurs, contribue à normaliser au plan national les soutiens qu'apportait chaque compagnie aux associations implantées sur son réseau. D'une part, la nouvelle revue gratuite bimestrielle qu'édite la SNCF, Notre Métier (n° 1, mai 1938) emprunte aux anciennes leurs rubriques associatives. Le numéro consacré aux « œuvres sociales de la SNCF » (n° 8, 15 juillet 1939) fait le tour complet des institutions chemi- notes mutualistes, artistiques, sportives, touristiques ou d'anciens combattants. Un tissu associatif contribuant à « l'esprit corporatif » cheminot selon le directeur général Le Besnerais, préfaçant ce numéro spécial : « Comme le cheminot se donne à un métier auquel il restera fidèle toute sa vie, il veut faire régner dans son milieu professionnel plus que de la camaraderie, un peu d'esprit de famille. Cette union, voulue par le métier, de l'esprit de famille et de l'esprit corporatif, a fait la réussite et l'originalité de l'action sociale des Chemins de fer, qu'il s'agisse d'œuvres de mutualité ou de celles dont les anciens réseaux ont pris l'initiative. »

24D'autre part, chaque année, une ligne comptable du budget de la SNCF est dévolue aux subventions aux « sociétés d'agents » : des subventions certes mais aussi des locaux ferroviaires accordés à loyer symbolique, ou des détachements autorisés d'agents... Bon nombre de présidents de ces associations sont d'ailleurs des cadres supérieurs de la SNCF, certes motivés par l'objet de l'association mais surtout garants de son bon fonctionnement et aptes à faciliter de bonnes relations avec la maison nourricière SNCF... L'osmose corporative est donc pratiquement réalisée au plan national entre une SNCF amplifiant le patronage social hérité des compagnies et de très nombreuses associations qui participent de cette « société cheminote » plutôt introvertie.

La reprise en mains partielle par le Comité central d'entreprise ?

25En vertu de la loi dite LOTI du 31 décembre 1982, la SNCF devenait un EPIC à dater du 1er janvier 1983. Il en résultait l'application des règles du droit commun, la création donc de comités d'entreprise substitués aux comités mixtes professionnels et aux comités d'action sociale formés après- guerre. Le pilotage de fait de ces derniers par la SNCF, son emprise discrète sur les grandes associations cheminotes culturelles et sociales, trahissaient jusqu'alors l'hégémonie de la direction en matière de politique sociale, confortée par l'absence de forte pression syndicale pour la contrôler ou la contester. C'est le nouveau rapport de force politique et social favorable créé par le premier gouvernement de gauche qui encouragea les syndicats à revendiquer enfin ce contrôle.

  • 12 À la suite d'initiatives modestes, une Association touristique des cheminots (ATCPLM) est créée en (...)
  • 13 Créée sous Vichy en août 1943 à Limoges, porteuse des revendications familiales, La Famille du Che (...)
  • 14 Le Refuge des Cheminots, émanation de la Fédération générale des Retraités des chemins de fer (FGC (...)

26Après de longues négociations bouclées en décembre 1985 entre la SNCF et les sept fédérations CGT, CFDT, FO, CFTC, FMC (Fédération Maîtrise et cadres), CGC et FGAAC, une série d'accords organisait le transfert des activités sociales et culturelles de la SNCF au Comité central d'entreprise (CCE) et aux Comités d'établissement régionaux (CER). Seules deux catégories d'associations relevant par leur objet de ces instances, seraient concernées par le transfert de leurs subventions de la SNCF au CCE : d'une part, les quatre associations de loisirs et sportives : l'Union sportive des Cheminots de France, l'Union artistique et intellectuelle des Cheminots de France, l'Association Touristique des cheminots12 et le Jardin du Cheminot ; d'autre part, les quatre autres à caractère familial : les deux orphelinats OCFF et ONCF, la Famille du Cheminot13 et le Refuge des cheminots14.

  • 15 « À une politique patronale doit se substituer une politique syndicale qui avec le concours du mil (...)

27Ainsi le 1er janvier 1986, ces huit importantes associations allaient connaître un nouveau régime. Tributaires non plus de la SNCF mais d'instances élues du personnel sur listes syndicales, elles pouvaient craindre de se voir imposer des orientations idéologiques et un rôle militant en rupture avec leur traditionnelle neutralité15. De fait, des sièges au conseil d'administration furent réservés à des adhérents syndicalistes censés représenter le CCE et ses élus. Cela provoqua quelques appréhensions dans certaines associations redoutant de passer à court terme sous le contrôle « politique » d'un CCE dominé par la CGT ! En fait, cette implication du CCE se substituant à la SNCF pour répartir les moyens (subventions, locaux mis à disposition) s'avéra non conflictuelle. Le patrimoine « mixte » SNCF/associations fut notamment attribué selon de nouvelles règles, les installations sociales ou sportives revenant aux comités d'établissement dès lors qu'elles n'auraient pas été financées en totalité sur les fonds propres des associations...

  • 16 Nous avons déjà traité le thème de cette mutation sociale et donc culturelle des agents de la SNCF (...)
  • 17 L'USCF offrait 22 activités en 1986 : athlétisme, basket-ball, boules, cross, cyclisme, échecs, es (...)

28En réalité, alors, le leadership social et culturel n'était plus un enjeu essentiel au sein d'une « société cheminote » en voie de désintégration, dont les traditionnelles valeurs - intégration à l'entreprise ferroviaire et attachement à l'univers clos cheminot -, n'étaient plus portées par les nouveaux agents16 Certes, de nouvelles associations étaient bien apparues, telle l'Association nationale des cheminots donneurs de sang bénévoles créée en juin 1958, alors que d'autres avaient élargi opportunément la palette de leurs activités17 ou avait su gérer un grand virage culturel, tel le Jardin du Cheminot, reconverti de l'apprentissage et de l'approvisionnement du potager familial à ceux du jardin d'agrément, des semences de poireaux aux bulbes de tulipes.

*

29Sans doute, dans bon nombre d'associations, les agents retraités continuent-ils à animer les sections locales, et les fêtes et banquets demeurent- ils d'importants moments et lieux d'entretien de la sociabilité corporative, où transpire toutefois la difficulté d'assurer la relève des équipes d'animateurs et responsables. Pour pallier la désaffection des nouveaux agents tout en entretenant des équipements et bâtiments parfois coûteux, les associations ont du ainsi se résigner à accueillir en leur sein des non-cheminots... On pourrait faire le constat similaire s'agissant des effectifs des syndicats cheminots, dont les Unions de retraités pèsent de plus en plus lourdement aux côtés des sections d'actifs. Mais de ce côté-là, il ne peut être question d'ouvrir les syndicats à des non-cheminots !

Notes

1 Par la suite, notre propos ne visera plus que les associations communes pouvant regrouper a priori tous les agents. Nombreuses sont néanmoins celles que l'on pourrait qualifier de catégorielles, telles les « amicales » d'agents d'une même formation dans l'entreprise (anciens apprentis ou élèves des Centres et Écoles SNCF) ou avant l'embauche (cf. par ex. les groupements de cheminots polytech-niciens, centraliens, gadz'arts, « Sciences po » de Paris...) ; telles encore les associations d'anciens combattants (la première fondée en 1927) ou d'anciens résistants (Résistance - Fer créée fin 1944).

2 Plaquette L'UAICF, son histoire, p. 4, s.d.

3 AN, CAC 800 434, art. 3.

4 Des origines à nos jours, trois niveaux sont communément observés dans les associations cheminotes : le niveau national (interlocuteur du ministère des Travaux publics, de la SNCF), le niveau régional (correspondant aux réseaux Nord, Est, PLM, PO, Midi, Ouest, État, Alsace-Lorraine, ou, plus tard, aux Régions SNCF Nord, Est, Sud-Est, Sud-Ouest, Ouest), enfin le niveau local.

5 Syndicat National des Travailleurs des chemins de fer, Compte-rendu du 19e congrès national, 16 au 16 mai 1908, 1908, p. 77 et sq.

6 Cf. Supplément à la Tribune [unitaire] des cheminots, septembre 1925.

7 Sur l'ONCF, cf. le récent ouvrage du centenaire, signé de Boichu P., Notre solidarité, histoire d'un engagement pour l'enfance, ONCF, 2004.

8 Tribune des cheminots (unitaire), 15 décembre 1925.

9 Tribune des cheminots (unitaire), 14 février 1926.

10 Tribune des cheminots (unitaire), 16 mars 1926.

11 Bulletin ONCF, 1991, « Les bases de notre association », p. 15.

12 À la suite d'initiatives modestes, une Association touristique des cheminots (ATCPLM) est créée en 1933 au PLM, à vocation d'organiser des voyages collectifs mais aussi de faciliter voyages et séjours individuels ; les créations similaires sur les autres réseaux conduiront en 1938 à la Fédération des Associations touristiques des cheminots dite ATC.

13 Créée sous Vichy en août 1943 à Limoges, porteuse des revendications familiales, La Famille du Cheminot se flattera d'être la « seule organisation familiale » habilitée à représenter les cheminots ; elle créera des colonies de vacances et ouvrira des maisons familiales de vacances.

14 Le Refuge des Cheminots, émanation de la Fédération générale des Retraités des chemins de fer (FGCRF), se donnera pour vocation la création de maisons de retraite ; La Foulerie, près d'Epernay, la première de ces maisons, sera ouverte en 1928. Sur la FGCRF, cf. dans ce même ouvrage, la contribution de Guillaume P.

15 « À une politique patronale doit se substituer une politique syndicale qui avec le concours du milieu associatif cheminot en particulier, doit développer une action nouvelle et culturellement engagée », énonce par exemple une brochure cédétiste (Le Militant CFDT, n° 111, 1er trimestre 1987, « Ne pas perdre sa vie à la gagner », p. 8).

16 Nous avons déjà traité le thème de cette mutation sociale et donc culturelle des agents de la SNCF dans « Les métamorphoses d'une corporation », in Les cheminots. Que reste-t-il de la grande famille ? Paris, Syros, 1993, notamment sous l'angle associatif (p. 188-189).

17 L'USCF offrait 22 activités en 1986 : athlétisme, basket-ball, boules, cross, cyclisme, échecs, escrime, football, gymnastique, haltérophilie, hand-ball, judo, lutte, natation, pétanque, rugby, ski alpin, ski de fond, tennis, tennis de table, tir, volley-Ball. L'UAICF regroupait de multiples sections : arts graphiques et plastiques ; arts manuels ; arts et traditions populaires ; bridge ; chant choral ; cinéma-vidéo ; danse ; espéranto ; généalogie ; informatique ; jeux ; littérature avec le Cercle littéraire Étienne-Cattin ; modélisme ; musique ; philatélie ; photographie ; sciences de la nature : astronomie, aquariophilie, géologie ; théâtre et variétés ; transmissions avec le Groupe de radioamateurs cheminots (GRAEC) ; activités diverses : collections, histoire, sorties culturelles, jusqu'à l'oenologie et la gastronomie.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search