Version classiqueVersion mobile

Syndicats et associations

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Françoise Tétard

Deuxième partie. Ignorance et concurrence

Association et syndicalisme dans l'enseignement privé dans la première moitié du xxe siècle

Bruno Poucet

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Bruno Poucet

  • 1 Pour l'histoire de la FEP-CFDT, Poucet B. Entre l'Église et la République, Paris, éditions de l'At (...)
  • 2 Nous utilisons ici cette expression générique même si dans beaucoup de textes de l'époque, on parl (...)

2Peu étudié et donc moins connu que son homologue de l'enseignement public1, le syndicalisme dans l'enseignement privé existe pourtant. C'est la raison pour laquelle il nous a semblé utile de procéder à quelques investigations afin de voir comment ce type de syndicalisme s'est constitué, en quoi il se distingue ou se rapproche de celui de l'enseignement public qu'il a coutume d'appeler à l'époque « officiel2 ». Cela permettra peut-être de comprendre pourquoi la forme syndicale et non associative s'est imposée pour regrouper les professeurs.

  • 3 Lanfrey A., Sécularisation, séparation et guerre scolaire, Paris, Cerf-histoire, 2003, p. 520-521 (...)

3Nous limiterons en effet nos investigations à l'enseignement du secondaire dans la mesure où, dans l'enseignement primaire, très vite le syndicalisme a été absorbé par l'institution elle-même : plus encore que dans l'enseignement public, les autorités religieuses avaient peur que le personnel enseignant ne prenne une trop grande indépendance. Il fut donc décidé de les encadrer très étroitement : dès 1911, le syndicalisme ici n'est plus qu'un souvenir, la soumission à la hiérarchie épiscopale, revendiquée3.

Le choix du syndicalisme

  • 4 Ainsi en 1887 est fondé à Paris le syndicat des membres et employés de l'enseignement privé ; à Ly (...)

4À la différence de l'enseignement public, le syndicalisme dans l'enseignement privé est autorisé de plein droit par la loi du 21 mars 1884. Dans un premier temps, il a été limité aux instituteurs4, les professeurs, considérés comme appartenant à une profession libérale — chacun d'entre eux se louant au plus offrant - se virent interdire toute activité syndicale en 1889. Une première tentative d'organisation syndicale échoua donc.

  • 5 Lalouette J. et Machelon J. P. (dir.), 1901, Les congrégations hors la loi ? Paris, Letouzé, 2002  (...)
  • 6 Il publie dès la date de sa fondation un bulletin, le Bulletin du syndicat de l'Enseignement libre (...)

51901 précipita les choses : la loi sur la liberté d'association comprend en son titre III une partie qui concerne directement l'enseignement privé5. Les congréganistes sont désormais soumis à une autorisation préalable. On sait que les lois de 1904 viendront restreindre le champ des possibilités et interdire la pratique de l'enseignement aux congrégations dans un délai de dix ans. Les laïcs sont donc amenés à prendre en charge une partie des établissements et à s'organiser en conséquence. C'est dans ces circonstances que se situe la naissance du syndicat de l'enseignement libre supérieur et secondaire6.

Association ou syndicalisme ?

6Le 16 janvier 1902 étaient déposés à la préfecture de la Seine les statuts d'un nouveau syndicat, le syndicat de l'enseignement libre supérieur et secondaire. Il était présidé par un membre de l'institut, professeur à l'Institut catholique de Paris, Albert de Lapparent. Les membres du bureau étaient, pour la plupart, professeurs dans ce même institut, le siège social sis dans les locaux de l'institution.

  • 7 Toutefois, l'article 5 des statuts prévoit que peut faire partie du syndicat « toute personne de l (...)

7Le choix du syndicalisme s'est fait sans trop d'hésitation, alors même qu'existait une Union catholique des Dames de l'enseignement libre. Fondé en 1900, ce groupement avait choisi la forme associative : il s'agissait de regrouper des institutrices sur les questions d'enseignement et d'éducation. Très vite cette association se transforma en organisme de placement des institutrices. Il est donc apparu aux professeurs7 de l'enseignement supérieur et de l'enseignement secondaire de Paris qui ont constitué le « noyau dur » de l'organisation que la forme syndicale était la mieux adaptée aux buts qu'ils entendaient poursuivre puisqu'il y avait, dès à présent, le projet de créer non seulement un office de placement mais également une caisse de retraite. C'était faire le même choix que les pharmaciens ou les médecins, profession libérale par excellence. Le statut juridique du syndicalisme offre davantage de latitude que celui des associations. Bref, il s'agit d'un choix d'organisation professionnelle où l'aspect revendicatif est second. Celui-ci apparaît seulement sous deux aspects : le syndicat se propose spécialement, selon l'article 4 des statuts, de : « rechercher les moyens les plus propres à améliorer leur condition matérielle et morale ; de poursuivre la réalisation de toutes les réformes législatives ou autres et de toutes les mesures économiques qui peuvent toucher les intérêts de l'enseignement libre ».

Un syndicat professionnel mixte

  • 8 Ainsi, en 1902, sur 253 demandes d'enseignants, 210 ont été satisfaites, EL, 1903, n° 5.

8De fait, très vite le syndicat s'organise en conséquence : une commission de placement est créée - elle a pour objet de faire coïncider offres et demandes8 d'emploi en régulant l'accès à la profession, autant que possible ; une commission économique s'efforce d'obtenir des avantages pour les membres du syndicat en matière d'abonnement à des revues ; sont instaurées, dès 1904, une caisse de secours aux professeurs qui éprouvent des difficultés financières et une caisse mutuelle de retraite l'année suivante ; un « tribunal » est enfin créé dont le but est d'arbitrer les conflits entre directeur et professeurs ; une bibliothèque circulante est mise en place également. Ne négligeons pas, enfin, l'importance des liens de convivialité pouvant exister entre les membres du syndicat : lors de l'assemblée générale annuelle a lieu un banquet, celui-ci est revendiqué comme une action d'importance par le bureau. De fait, il est l'un des moments qui permet de rompre l'isolement des professeurs. C'est la pratique de l'amicalisme que l'on trouve largement répandu dans l'enseignement public.

9Dernier aspect fondamental : le syndicat est mixte, c'est-à-dire qu'il regroupe, dès l'origine, professeurs et directeurs d'établissements. Le syndicat n'est pas confessionnel et ne dépend, en aucune manière, de la hiérarchie ecclésiastique, à la différence d'autres groupements, en particulier ceux des instituteurs. Il se distingue, bien entendu, du syndicalisme fondé par la CGT en 1895 : le syndicat mixte permet de concilier des intérêts qui ne sont antagonistes, à ses dires, qu'en apparence. Il récuse toute idée de lutte des classes. En revanche, il se distingue également des associations de défense de l'enseignement libre, telle par exemple la Ligue de l'enseignement libre (fondée en 1903) ou la Société générale d'éducation. L'assemblée générale de 1904 précise d'emblée que « le syndicat n'a pas à exercer en dehors une action bruyante et militante ; que ce devoir incombe à d'autres associations non syndicales avec lesquelles nous sommes en relation permanente ». Il s'agit donc de tenir un fil conducteur fragile, comme en témoigne cette prise de position du président, lors de l'assemblée générale de 1905 :

  • 9 EL, 1905, n° l, p. 8.

« Sans déroger en rien à son caractère essentiellement professionnel, une association comme la nôtre a le droit et le devoir, non seulement d'étudier les mesures propres à développer sa prospérité, mais de provoquer, par tous les moyens légaux, une meilleure reconnaissance des droits, trop souvent méconnus, de cet enseignement libre qui est à la fois un honneur pour le pays et un légitime moyen d'existence pour de nombreux citoyens9. »

Organiser la profession

  • 10 EL, 1905, n° 3, p. 77.

10Le syndicat se comprend comme une force capable d'organiser la profession : ainsi, lorsque le 24 novembre 1903 un projet de loi sur l'enseignement secondaire libre est adopté par le Sénat, le président demande à être reçu par la commission sénatoriale chargée de mener à bien ce projet et réussit, si on l'en croit, à l'infléchir sur quelques points. Il se conçoit ainsi comme une force « capable de défendre et d'organiser la profession » à condition de se situer sur un terrain strictement professionnel et de refuser toute dérive politique : « Jamais nous ne nous sommes laissés dériver au courant de la politique, estimant que la politique doit être bannie de l'école et de tout groupement professionnel10. » Et il délivre un livret professionnel, visé par le syndicat : chaque membre se voit attesté ainsi de ses compétences et peut plus facilement obtenir un emploi dans un établissement où il n'est pas connu. Organiser la profession, c'est aussi pousser à la rédaction d'un contrat qui lierait professeurs et directeurs d'établissement, selon le modèle des conventions collectives en vigueur depuis 1919.

11En ce sens, le syndicat est proche de ses homologues de l'enseignement public - la Fédération nationale des professeurs de collège et la Fédération nationale des professeurs de lycée organisés depuis 1905 en une Fédération nationale générale des membres de l'enseignement secondaire public. C'est là que se situe le modèle, celui du mouvement corporatif universitaire dont les professeurs « n'obéissent plus au doigt et à l'œil de l'enseignement public ». Le syndicat en est proche idéologiquement : ainsi lorsqu' Aristide Briand en 1907 propose de supprimer le baccalauréat, le syndicat adopte la même position que la fédération des professeurs de lycée, hostile à cette suppression. En tout état de cause, il ne se pose ni en rival ni en concurrent.

  • 11 Sur environ 15 000 professeurs, en 1912, 1 500 sont adhérents.

12Le succès est au rendez-vous : très rapidement 10 % des professeurs ou directeurs adhérent11, seuls trois départements métropolitains ne comprennent aucun syndiqué, toutefois, la moitié des adhérents est concentrée sur l'académie de Paris. Le syndicat entend ainsi se constituer en véritable corporation de l'enseignement libre, reconnue par les pouvoirs publics : il n'aura de cesse d'obtenir de siéger au Conseil supérieur de l'Instruction publique. Satisfaction lui sera apportée en 1924 avec la nomination du directeur du collège Stanislas, l'abbé Labouret.

Réguler l'entrée dans la profession

13Comme toute profession libérale, se pose la question de l'accès à celle- ci. Or, l'État, après l'échec, en 1909, de la proposition de loi concernant l'enseignement secondaire privé, ne régule pas. Entre quasiment qui veut dans l'enseignement libre, tellement les exigences de diplôme sont réduites : le baccalauréat suffit selon la législation imposée par la loi Falloux. D'où l'idée de mieux contrôler cette entrée dans la profession en créant une manière d'agrégation de l'enseignement privé.

  • 12 L'abbé Bouteyre s'est vu refuser la possibilité de se présenter aux épreuves de l'agrégation de ph (...)
  • 13 EL, 1912, n° 11, p. 265.
  • 14 De fait, après la Première guerre mondiale, l'Institut catholique de Paris a mis en place un progr (...)

14En 1911, les circonstances ont fait que les professeurs ecclésiastiques n'ont plus été autorisés à se présenter aux épreuves de l'agrégation12, même s'ils n'exerçaient que dans l'enseignement privé ensuite. D'où l'idée, suggérée par le syndicat, d'organiser, à l'intérieur de l'enseignement privé, un tel concours. Il s'agit de suppléer à l'absence de formation pédagogique des titulaires de la licence, voire du seul baccalauréat. Ce concours devrait être préparé dans les différentes facultés catholiques de Paris ou de province, un jury national composé d'enseignants du supérieur et du secondaire retiendrait le nombre de candidats jugés dignes13. Toutefois, et c'est là que le bât blesse, aucune obligation ne peut être imposée aux chefs d'établissements : pour que le système puisse être efficace, il faudrait en effet qu'une fois reçus, les candidats soient assurés, comme leurs homologues de l'enseignement public, de trouver un emploi dans une maison d'éducation, emploi mieux rémunéré que celui détenu par les titulaires de la seule licence. C'est loin d'être le cas. Cela expliquera, en partie, l'échec de cette tentative, qui malgré tout fera de nouveau surface de temps à autre14

15Toutefois, si le syndicat suggère de mettre en place ce concours qui lui paraît répondre à une nécessité, en revanche, il n'a nullement l'intention de se charger de son organisation. En réalité, l'affaire ne va pas de soi : une telle décision permettrait d'éviter à certains directeurs de négocier le salaire de tous les enseignants.

Promouvoir une organisation de l'enseignement catholique

16Les limites de l'action de ce type de syndicalisme sont assez rapidement atteintes au point que les comptes-rendus officiels des réunions, seules traces vraisemblablement édulcorées de l'activité syndicale, laissent percer ici et là des interrogations. Ainsi, en 1914, le groupe régional de Paris estime « trop molle la direction nationale et veut faire régner la justice immédiatement ». La guerre éteint provisoirement ces interrogations. Elles ressur- giront, sous une autre forme, dans les années 1920.

  • 15 EL, 1919, n° 5, p. 68.

17En effet, l'après-guerre n'est pas une période faste pour la rémunération des enseignants de l'enseignement libre, à cause de la vie chère. Or, « on ne peut forcer la main de ceux dont dépendent nos destinées sans nous faire mourir nous-mêmes. On ne peut faire sortir l'argent de la caisse là où il n'y en a pas15. » Poser en ces termes, cela met en cause les possibilités mêmes d'action de ce type de syndicalisme. D'où l'interrogation : que peut faire le syndicat ?

  • 16 EL, 1919, n° 5, p. 70.

18Sa réponse est double : il peut d'abord être une tribune « pour déclarer publiquement avec quelque force et quelque autorité qu'il est impossible que les choses demeurent ce qu'elles sont » ; il peut ensuite proposer un remède : « l'organisation normale, organique, rationnelle de notre enseignement libre. J'appelle de tous mes voeux la formation d'une Université générale de l'Enseignement libre français16 ». Le syndicat n'aura ainsi de cesse, dans les années qui suivent, de rappeler que le problème essentiel est celui de la qualité de recrutement des professeurs. Il cherchera également à protéger la profession des « amateurs », c'est-à-dire les professeurs de passage qui viennent faire leurs premières armes dans l'enseignement libre avant de se diriger vers l'enseignement public, ou alors des universitaires qui viennent compléter leur salaire.

  • 17 EL, 1926, n°3p. 2, 8.
  • 18 EL, 1927, n° 3 p. 4.

19Le syndicat doit souvent se contenter, en matière de traitement, de réaffirmer le principe d'une égalité de salaires avec les universitaires. Faute de pouvoir exercer une pression réellement efficace, il est condamné à se contenter de dresser des listes comparées de rémunération, aussi bien dans l'enseignement public que dans les institutions privées. Il admet aussi que « les établissements n'arrivent pas à relever le prix des pensions à cause de la concurrence de l'État17 » Et de préconiser que les professeurs complètent leur salaire en écrivant des livres classiques ou que l'on crée, à destination des célibataires, une maison de vacances où ils pourraient se retrouver pour un coût réduit. En définitive, faute de mieux, le syndicat créera, en 1927, une association des « Amis de l'enseignement libre », afin de venir en aide matériellement aux professeurs âgés. L'assemblée générale de mai 1927 trace un portrait du professeur libre (non syndiqué), portrait qui tente d'expliquer les raisons internes de la faiblesse du mouvement syndical : « absence du sentiment de solidarité, indifférence aux intérêts corporatifs, crainte et terreur d'obligations nouvelles, d'engagements indéterminés, de compliations ou de compromissions vaguement incluses dans le terme même de syndicat ; car le professeur libre est un être essentiellement craintif, défiant, timide18. »

Double affiliation confédérale ?

  • 19 Alors que le syndicat espérait avoir 2 000 adhérents en 1920, en réalité, il en a moins de 1 000 s (...)

20Pour accroître son efficacité, assurer tout simplement sa survie19 et ne pas disparaître, le syndicat prend une double décision. Il adhère à la CFTC fondée en 1919 et à la Confédération des travailleurs intellectuels (CTI). Double affiliation dont la logique se comprend assez aisément : la centrale chrétienne nouvellement créée peut servir de base d'appui pour soutenir les revendications, en particulier pour ce qui a trait à la vie chère ; la CTI offre une possibilité inespérée de rapprochement avec le monde universitaire puisque ce conglomérat de professions intellectuelles regroupe aussi bien les journalistes que la Fédération nationale des professeurs de lycée, le Syndicat national des professeurs de collège, ou la société des agrégés. La CTI a d'ailleurs un cahier de revendications qui ne peut que lui convenir : demande d'instauration d'un contrat pour les professions intellectuelles, retraite proportionnelle après trente ans d'activité.

  • 20 Le syndicat n'adhérera pas à la Fédération nationale catholique (FNC) en 1925 par refus de toute p (...)
  • 21 EL 1922, n° 8, p. 94 : doctrine de la CTI, article 2.

21Toutefois, cette double affiliation est source d'ambiguïté. L'adhésion à la CFTC en 1921, c'est, certes la participation aux instances confédérales, mais c'est surtout l'accès au magasin coopératif de la rue Cadet, par le truchement du syndicat des employés. Nulle trace, en revanche, dans le Bulletin des orientations de la CFTC. La doctrine sociale de l'Église dont celle-ci se réclame ne semble guère faire florès auprès des adhérents du syndicat : cela se comprend puisque d'emblée les fondateurs du syndicat se sont situés de façon non confessionnelle20. Il en va différemment de la CTI dont il est régulièrement rendu compte des activités. De fait, si l'adhésion à la CFTC n'est jamais dénoncée officiellement, elle tombe en désuétude, alors qu'il n'en va pas ainsi de celle à la CTI qui « aspire à la constitution d'un État où la profession sera organisée, la classe sociale organisée, la région organisée et où sera substituée au chaos social dans lequel chacun ne compte que sur sa chance et sur sa force, un droit nouveau par la vertu duquel l'atmosphère deviendra respirable et la production heureuse21. »

L'échec d'une fédération et de la constitution d'un ordre professionnel

  • 22 EL, 1931, n° 258, p. 152 : éditorial du président.

22On le sait, le modèle, c'est celui de la Fédération de l'enseignement public. Les années 1930 sont l'occasion de remettre au goût du jour le projet d'une Fédération générale de l'enseignement libre français. À dire vrai, ce que souhaitait mettre en place le syndicat, c'est une manière d'ordre professionnel, une corporation qui définirait les règles d'entrée dans l'enseignement privé secondaire, sa déontologie, réglerait les conflits survenant et proposerait une échelle de rémunération acceptée par tous les directeurs signataires, sous l'espèce d'une convention collective : « Faisons-nous tous une âme syndicale ou, si le mot comme à moi-même vous plaît mieux, plus corporative22 ».

  • 23 En revanche, une telle fédération sera fondée dans le Nord entre les différentes organisations de (...)
  • 24 EL, 1938 N°317, p. 15.

23L'échec constaté l'année suivante est autant celui du syndicat que le résultat de l'action de l'Église qui ne voit guère d'un œil favorable une telle union. Est préférée une autre organisation, dans le cadre de l'Action catholique. Désormais, l'enseignement catholique est l'une des composantes de cette Action catholique, la première. Elle est censée regrouper tous les acteurs institutionnels. C'est signer la mort de la Fédération dont le syndicat se voyait le promoteur, sinon le fer de lance23. Cela ne le fait pas renoncer à l'idée de corporation, corporation qui unirait « tous les membres de l'enseignement libre dans la défense de leurs droits et de leurs intérêts professionnels et économiques24 ».

Concurrence syndicale et fusion

  • 25 EL, 1938 N°317, p. 15.

24Le syndicat doit se garder désormais d'une autre concurrence, celle des syndicats de l'enseignement privé CFTC qui naissent ici ou là, alors que le syndicat lui-même n'avait plus de lien organique avec la CFTC. Or, des sections du syndicat, dans le nord, par exemple se rapprochent de la CFTC. Celle-ci n'est ni mixte ni ouverte aux ecclésiastiques (il faut être salarié pour adhérer). Par ailleurs, il est recommandé par le syndicat national de mettre en place des délégués du syndicat dans chaque établissement d'enseignement. Certains de ses membres lui reprochent alors de ne pas s'occuper assez de pédagogie ou de spiritualité en restant sur le terrain purement corporatif25.

25Résultat : la fin de la mixité. La question avait été abordée une première fois en 1919, sans succès : un adhérent avait proposé en effet de créer un groupe de syndiqués de professeurs et un autre de directeurs. En 1936, après les événements que l'on sait et le développement des confédérations, dont la CFTC, l'affaire revient à l'ordre du jour. Une seule interrogation : renoncer à la mixité, n'est-ce pas introduire la lutte des classes ? En définitive, la réponse est négative : on peut séparer les directeurs des professeurs sans renoncer à l'esprit de collaboration. Les directeurs appartiendront désormais au syndicat des chefs d'établissement. En décembre 1936, l'assemblée générale vote pour le changement de statut. Le syndicat a cessé d'être mixte.

26Cela malgré tout n'est pas suffisant pour enrayer la perte d'influence. 1937 et 1938 sont deux années qui voient d'abord la naissance du syndicat de l'enseignement privé laïque (CGT) et ensuite la naissance de la Fédération des syndicats de l'enseignement libre CFTC. Si la première organisation est restée de taille modeste, en revanche la seconde est appelée à se développer considérablement (elle deviendra la FEP-CFDT) au point qu'elle absorbe en 1945 le syndicat de l'enseignement libre supérieur, secondaire et technique. Celui-ci disparaissait après quarante-cinq ans d'existence.

*

27Le modèle syndical a trouvé ainsi peu à peu sa place dans l'enseignement secondaire privé. Conçu essentiellement sur le modèle d'un ordre professionnel, régulant l'entrée dans la profession, ce n'est que de façon marginale qu'il s'est voulu revendicatif et toujours sur le mode d'un accord avec les employeurs. Là était la limite de ce type d'organisation. Par ailleurs, son indépendance par rapport à la hiérarchie ecclésiastique et son incapacité à fédérer l'ensemble des organismes de la profession a tracé son arrêt de mort et ouvert la voie au syndicalisme confédéré. Celui-ci allait, après la Seconde guerre s'imposer comme le modèle dominant du syndicalisme et le reste encore aujourd'hui, à la différence de l'enseignement public. Ultime pied de nez de l'histoire ?

Notes

1 Pour l'histoire de la FEP-CFDT, Poucet B. Entre l'Église et la République, Paris, éditions de l'Atelier, 1998 et Histoire et mémoire de la FEP-CFDT, Paris, L'Harmattan, 1999 et pour une vue d'ensemble, cf. Poucet B. « La question syndicale dans l'enseignement privé au xxe siècle : éléments pour une histoire », Le Mouvement social, n° 195, avril-juin 2001, p. 79-99.

2 Nous utilisons ici cette expression générique même si dans beaucoup de textes de l'époque, on parle plutôt d'enseignement « libre » opposé à l'enseignement « officiel » ou parfois « d'État ».

3 Lanfrey A., Sécularisation, séparation et guerre scolaire, Paris, Cerf-histoire, 2003, p. 520-521 ou encore Louis Chevalier, Cent ans d'histoire de la fédération des SDELC, Vern, Bayard Service édition Ouest.

4 Ainsi en 1887 est fondé à Paris le syndicat des membres et employés de l'enseignement privé ; à Lyon, en 1889, le syndicat professionnel de l'enseignement libre laïque de la région lyonnaise.

5 Lalouette J. et Machelon J. P. (dir.), 1901, Les congrégations hors la loi ? Paris, Letouzé, 2002 ; Les congrégations religieuses et la société française, Paris, éditions Don Bosco, 2004. Par ailleurs, les professions libérales sont autorisées à se regrouper sous la forme syndicale.

6 Il publie dès la date de sa fondation un bulletin, le Bulletin du syndicat de l'Enseignement libre supérieur et secondaire (désormais EL) qui deviendra en 1945, lorsque le syndicat fusionnera avec la Fédération CFTC de l'enseignement libre (fondée en 1938), le bulletin de la nouvelle organisation. Le titre disparaîtra en 1972. C'est donc une source précieuse pour comprendre l'évolution de ce type de syndicalisme. On peut y accéder soit à la Bibliothèque nationale de France (8° Jo. 1716) ou aux archives interfédérales de la CFDT - fonds FEP-CFDT : 1YP 33 et 34. En revanche, les archives du syndicat ne subsistent qu'à l'état d'épaves dans le fonds FEP-CFDT (13Y1 et 13 Y2) ou parfois dans certains fonds publics ou privés (archives diocésaines, série 6 K - syndicats ou J - enseignement).

7 Toutefois, l'article 5 des statuts prévoit que peut faire partie du syndicat « toute personne de l'un ou l'autre sexe faisant, ou ayant fait, à un titre quelconque, partie de l'enseignement libre supérieur ou secondaire ». De fait on y trouve des directeurs, des professeurs, des répétiteurs et des surveillants, des précepteurs.

8 Ainsi, en 1902, sur 253 demandes d'enseignants, 210 ont été satisfaites, EL, 1903, n° 5.

9 EL, 1905, n° l, p. 8.

10 EL, 1905, n° 3, p. 77.

11 Sur environ 15 000 professeurs, en 1912, 1 500 sont adhérents.

12 L'abbé Bouteyre s'est vu refuser la possibilité de se présenter aux épreuves de l'agrégation de philosophie, suite à une décision du Conseil d'État qui rappelait que ce concours ne donnait pas un titre universitaire mais un grade pour exercer dans la fonction publique.

13 EL, 1912, n° 11, p. 265.

14 De fait, après la Première guerre mondiale, l'Institut catholique de Paris a mis en place un programme de conférences pédagogiques à destination des futurs professeurs licenciés. Après la Seconde guerre mondiale, une nouvelle tentative de création d'un concours de recrutement a eu lieu. Ce n'est qu'avec la loi Debré (1959) que le processus ira jusqu'à son terme avec la création en 1993 du CAFEP et le droit, acquis depuis 1964, de se présenter au concours de l'agrégation externe tout en demandant le maintien dans l'enseignement privé.

15 EL, 1919, n° 5, p. 68.

16 EL, 1919, n° 5, p. 70.

17 EL, 1926, n°3p. 2, 8.

18 EL, 1927, n° 3 p. 4.

19 Alors que le syndicat espérait avoir 2 000 adhérents en 1920, en réalité, il en a moins de 1 000 sur 15 000 adhérents potentiels, ce qui met en péril son existence à terme, s'il ne redresse pas la situation.

20 Le syndicat n'adhérera pas à la Fédération nationale catholique (FNC) en 1925 par refus de toute politisation.

21 EL 1922, n° 8, p. 94 : doctrine de la CTI, article 2.

22 EL, 1931, n° 258, p. 152 : éditorial du président.

23 En revanche, une telle fédération sera fondée dans le Nord entre les différentes organisations de l'enseignement privé. Mais, là l'enjeu de pouvoir était moindre.

24 EL, 1938 N°317, p. 15.

25 EL, 1938 N°317, p. 15.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search