Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Syndicats et associations

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Françoise Tétard

Deuxième partie. Ignorance et concurrence

Syndicats et associations : Ignorance et concurrence

Martine Barthélémy et Michel Pigenet

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Martine Barthelemy et Michel Pigenet

2L'essentiel des relations entre associations et syndicats relève de l'indifférence. La banalité du constat explique qu'il n'en soit guère question. À vrai dire, l'exercice tenait de la gageure.

3Les contributions s'attardent davantage, en revanche, sur les rapports de concurrence. Dans cette perspective, elles ébauchent une reconnaissance des terrains et circonstances propices à ces situations :

  • instances de représentation et de concertation de l'État social ;
  • mobilisation des groupes et catégories en marge des noyaux historiques du salariat et du syndicalisme ;
  • thèmes revendicatifs et activités pour partie extérieurs à la sphère du travail -santé, logement, culture, environnement, etc. -, constitutifs, à la faveur des mobilisations précédentes, de ce que l'on qualifie parfois de « nouveaux » mouvements sociaux.

4Les analyses dégagent ou laissent entrevoir le rôle d'autres intervenants - institutions et administrations ou partis, à l'instar du PCF - qui, en dehors des syndicats et des associations, concourent de façon décisive, mais inégalement discrète, à la détermination de leurs relations comme de leurs champs.

5À partir de là et si l'on privilégie les dynamiques à l'œuvre en partant de l'acteur principal, syndicat ou association, on aboutit à identifier deux types de situation, dont chacun renvoie à trois formes secondaires de configuration.

Dynamiques des acteurs

6Le premier cas, fondé sur une dynamique syndicale d'intrusion dans le champ associatif, se décline selon trois modes.

  • L'intrusion-transition, propre aux moments d'émergence, puis d'affirmation de structures syndicales jugées plus aptes à répondre aux attentes revendicatives et professionnelles des salariés. Elle peut accompagner la métamorphose d'associations pré-syndicales ou participer d'une substitution-redéfinition des rôles, peu conflictuelle et progressive. Ainsi en va-t-il du passage de l'amicalisme au syndicalisme dans l'enseignement, chez les psychiatres et, jusqu'à un certain point, chez les juges pour enfants et les employés municipaux. Dans le premier exemple, les associations professionnelles suivent un processus de transformation en syndicat, initié par le sommet, puis d'adhésion à une confédération, CGT, FEN ou CFTC. Du côté des psychiatres, c'est une nouvelle équipe au sein de l'Amicale préexistante qui fait le choix du syndicat pour opérer une mutation, redonner force et espoir à ceux qui veulent orienter la psychiatrie dans une direction nouvelle. Quant aux juges des enfants, ils alternent, cumulent ou excluent, selon les individus, les deux adhésions, associative, à l'Association des juges des enfants de France, et syndicale, à l'Union fédérale des magistrats qui préexiste à l'association ou au Syndicat de la magistrature créé ultérieurement. Enfin, les syndicats d'employés municipaux en banlieue parisienne se créent dans la première moitié du xxe siècle à l'instigation des amicales de secrétaires de mairie. Il arrive néanmoins que des difficultés surgissent, grosses de ruptures dommageables ou douloureuses quand la transition suppose la séparation d'avec les responsables, cadres et personnels de direction jusque-là unis au reste du personnel au sein des institutions quasi-corporatives qu'ils ont souvent aidé à bâtir.
  • L'intrusion par extension de l'aire d'intervention syndicale au- delà du terrain strictement revendicatif et de la sphère des relations de travail. L'élargissement peut procéder de la transition précédente. Elle peut aussi découler d'une volonté d'autonomie syndicale, indifféremment réformiste ou révolutionnaire - pansyndicalisme -, que concrétise la création de « services », œuvres ou « bases multiples », en concurrence plus ou moins ouverte avec le mouvement associatif ou la mutualité. Deux illustrations : l'enseignement libre où le syndicalisme de services s'adresse à tous, professeurs et directeurs, l'aspect revendicatif demeurant second en dépit d'un objectif énoncé, organiser la profession en corporation ; l'enseignement public où deux logiques irréductibles s'affrontent, celle des œuvres postscolaires liées à la Ligue de l'enseignement et fondées sur la participation volontaire et dévouée des maîtres et celle de la démarche syndicaliste basée sur l'égalité des membres de la corporation.
  • L'intrusion peut résulter, enfin, du développement d'activités syndicales à l'intérieur d'associations dont le caractère non lucratif n'exclut pas le recours à l'emploi de salariés, salarisation consécutive à l'essor du fait associatif et aux pratiques, anciennes, de délégations de compétences publiques. Plusieurs auteurs montrent le potentiel de conflictualité que comporte la fréquente ignorance du code du travail alors même que la formulation de revendications paraît contradictoire avec l'éthique de dévouement, de sacrifice et de bénévolat chère aux associations promptes à soupçonner le syndicat d'introduire un ferment de division dans ses rangs. Ainsi en va-t-il dans le champ de l'animation en cours de professionnalisation et à Tourisme et travail. Les conflits analysés conduisent à l'approfondissement de la logique syndicale revendicative en dépit de la forte proximité des deux structures associative et syndicale quant aux principes défendus (éducation et tourisme populaires.) La question se pose aussi pour les syndicats d'employés municipaux : sitôt franchi le stade initial d'un patronage administratif et mayoral, l'action syndicale semble menacer la double relation de proximité et de loyauté instaurée avec les élus.

7Dans le second cas de figure, l'initiative appartient à des associations dont la présence sur le terrain des relations de travail et de l'action revendicative revient à disputer leur place aux syndicats. Là encore, on peut distinguer trois types de situation.

  • « Vestige » d'une période présyndicale, l'association conserve l'essentiel de ses ambitions et modalités d'intervention au nom de la préservation d'une unité corporative, dont elle reproduit les hiérarchies et défend les normes et valeurs, au risque assumé de tensions et frictions avec les syndicats. Ainsi la représentation syndicale des éducateurs spécialisés est-elle contestée par la structure associative jusque dans les instances de négociation des conventions collectives. Aussi bien est-ce au terme d'ultimes résistances que l'association finira par être tenue comme un organisme professionnel à caractère technique face aux syndicats seuls habilités à négocier. Mais l'association des juges des enfants de France, bien décidée à défendre les intérêts de cette nouvelle catégorie de magistrats, parvient à se hisser au rang d'interlocuteur privilégié de l'État.
  • En d'autres circonstances, l'association peut contrer ouvertement les syndicats jugés « prématurés » ou contestés dans leur raison d'être, leur idéologie et leurs modalités d'action. La lutte des classes est très souvent en cause à travers le rejet de la grève, de l'organisation distincte du personnel d'exécution et des détenteurs d'autorité, de l'intégration dans des structures interprofessionnelles. Ces positions se doublent, généralement, d'un refus de toute « politisation ». On ne s'étonnera pas que ces réticences en recoupent d'autres, plus sociologiques et culturelles, que mettent au jour les réserves exprimées devant un modèle d'organisation trop visiblement issu du mouvement ouvrier. La CGT, celle d'avant 1914 ou d'après 1945 et, plus encore, 1947, sert alors de repoussoir, mais la CFTC ne suscite guère plus de sympathie. La combativité nouvelle dont témoigne la création du syndicat des psychiatres ne va pas jusqu'à réunir la majorité nécessaire pour une affiliation à la CGT. L'affichage d'une orientation intellectuelle trop marquée conduit toutefois à l'échec de la stratégie corporatiste. Pour le syndicat des enseignants de lycées privés, l'appartenance formelle à la CFTC compte moins que celle donnée à la Confédération des travailleurs intellectuels. Sa méfiance envers tout engagement conduit à l'inefficacité de ses interventions. À tout prendre, l'autonomie fait office d'alternative syndicale acceptable et opposable aux tentations confédérales.
  • À l'occasion, la forme associative sert de substitut à des syndicats dont on réalise qu'ils ne sont pas les mieux qualifiés pour débattre des conceptions et des pratiques professionnelles ou pour resserrer les liens de sociabilité. Certaines associations profitent aussi de l'affaiblissement de syndicats en perte de vitesse, décrits comme dépassés, inaptes à faire face aux situations nouvelles ou à occuper des créneaux disponibles : lutter contre la précarité, défendre les chômeurs. Ainsi que le montre le cas belge, le fait n'est pas propre à la France. Collectifs, coordinations et comités de soutien auxquels se joignent certains syndiqués se caractérisent par une souplesse organisationnelle, par le caractère intercatégoriel ou transversal des revendications et la capacité à réagir dans l'urgence. Quitte, pour ces « collectifs » engagés aux côtés des salariés précaires, des chômeurs et des mal-logés, à revendiquer leur filiation avec la tradition contestataire du mouvement ouvrier. Dans les faits, sous peine de décré- dibilisation rapide, la démarche « syndicale » d'organisation et de lutte doit composer avec les compromis pragmatiques de la philanthropie, laquelle débouche sur d'autres recrutements, audiences et retentissements médiatiques. Ainsi, par ses difficultés à faire émerger des élites des mal-logés et à construire une mobilisation autonome durable, Droit au logement relève largement d'un militantisme de solidarité pour les mal-logés, orchestré par des groupes sociaux plus dotés socialement. Ce militantisme soulève le problème de l'articulation du « agir avec » et du « agir pour », derrière lequel se profile celui de l'hétéronomie des acteurs, contexte propre à reproduire - pour la « bonne cause » -, les mécanismes de domination et les formes d'un patronage culturel et social commun aux « avant- gardes » et aux œuvres caritatives.

Lecture historienne ou retour sur l'histoire et les expériences syndicales

8La diversité des périodes et de la durée des phénomènes observés entraîne le télescopage des temps longs, au fil desquels se fixent les régimes juridiques, les statuts salariaux, les procédures et les institutions de l'État social, et des temps courts de la conjoncture et des événements.

9Sur ce dernier registre, plusieurs auteurs signalent la césure introduite par la Libération, point de départ ou de relance d'activités et de professions en quête de reconnaissance, sinon d'identité, sur fond d'institutionnalisation et de poussée syndicales. Cela vaut dans le détail des fluctuations politico-sociales de cette riche période, par exemple, sur l'évolution, au cours de l'année 1947, de la perception, par les psychiatres hospitaliers, des avantages et des inconvénients d'une affiliation à la CGT.

10Vingt ans plus tard, les événements de 1968 précipitent le dénouement des tensions entre les deux formes d'organisation, l'achèvement du processus de « mise aux normes » syndicales de certaines associations, la création du Syndicat de la Magistrature. De façon similaire, mais en sens inverse, les remous qui, en 1979-1980, ébranlent le système cégéto-communiste aident à contextualiser le conflit de Markstein (Tourisme et travail)...

11Plus largement, les contributions suggèrent une périodisation en trois temps, susceptible d'ajustements et de retouches au gré des branches et des organisations :

  • Une période allant de la fin du xixe siècle aux années 1930 correspondrait au temps de la conquête syndicale par l'investissement progressif du champ de la représentation des salariés et des revendications professionnelles, non exclusif, à l'instar du syndicalisme révolutionnaire, d'ambitions hors de ce domaine.
  • Le demi-siècle qui s'écoule entre les années 1930 et les années 1980 serait celui de l'extension maximale d'une influence syndicale pour partie institutionnalisée. Il serait, aussi, le temps de la décantation, d'un partage des rôles et des terrains et, par suite, d'une moindre rivalité et d'une relative sérénité, parfois empreinte d'amertume du côté des associations évincées, marginalisées ou subordonnées dans la sphère d'exercice des prérogatives syndicales.
  • Une nouvelle période de turbulences commencerait à compter des années 1980, ponctuée de remises en cause des frontières et de redéfinitions des rôles en relation avec le bouleversement des conditions de travail et du statut salarial. L'« explosion associative des dernières décennies du xxe siècle contrasterait avec la « dépréciation de la forme syndicale » relevée par Bénédicte Harvard-Duclos, dont elle soulignerait et aggraverait la crise profonde par la concurrence, relancée aux marges de son ancien domaine d'exclusivité.

12S'il faut se garder de traiter la seconde période en âge d'or syndical, celle- ci ne correspond pas moins à la phase de consolidation d'un type d'organisation syndicale. Son affirmation sur les deux scènes sociale et institutionnelle devait assez durablement marquer ses partenaires, alliés, concurrents ou adversaires, pour les conduire à ériger la forme alors dominante au rang de modèle syndical unique et définitif. Il serait tentant de parler de syndicalisme « fordien » si l'épithète, apte à rendre compte d'un système socio-économique, ne paraissait plus discutable au regard de la variété, pluralisme oblige, des pratiques et des idéologies syndicales de l'époque. C'est toutefois à l'aune de ce syndicalisme réifié — d'essence ouvrière, mais surtout construit à partir des noyaux stabilisés du salariat, confédéré et interprofessionnel, mais d'abord structuré autour des branches et centré sur les entreprises — que nombre d'acteurs sociaux et d'observateurs évaluent le degré de « syndicalisation » des organisations de salariés et... apprécient, pour ce qui nous occupe, l'état des relations syndicats-associations.

13De ce point de vue, les contributions invitent à l'exploration d'un passé et d'expériences syndicales irréductibles aux schémas commodes et rigides, mais trompeurs. On n'insistera pas sur l'existence de modèles développés en dehors du salariat, dont l'influence se lit, notamment, chez les enseignants du secondaire séduits par une possible assimilation aux professions libérales. On ne saurait trop répéter, en revanche, combien la spécialisation des syndicats français sur le strict aspect revendicatif de la défense des salariés résulta moins d'un choix en contradiction, au demeurant, avec des statuts prometteurs en « bases multiples » - caisses, oeuvres, services...-, que des obstacles dressés par le manque de moyens et l'attitude d'autorités plus confiantes dans la « sagesse » d'associations interclassistes telle la mutualité.

14Nos recherches sur les bûcherons ou, pour un passé plus proche, sur les dockers, amènent à nuancer le constat d'incapacité syndicale face à la précarité ou d'évanouissement de la contestation du rapport salarial de subordination. On sait que le syndicalisme docker, acteur essentiel de la construction d'une identité professionnelle que rien ne laissait présager au début du xxe siècle, s'est précisément affirmé contre les modalités d'embauche imposées aux « journaliers » des quais retenus pour des vacations allant de la demie journée à l'heure... La loi statutaire de 1947 conservait l'intermittence, mais écartait la précarité au moyen d'une garantie de ressources à la charge des seuls employeurs, dépossédés, de fait, d'une partie de leurs prérogatives. Pour la petite histoire on retiendra que, dès le milieu des années n1960, les syndicalistes du Spectacle s'intéresseront au système en vigueur dans les ports, avant de renoncer à s'en inspirer, faute de disposer d'un rapport de forces comparable. Il n'est pas moins vrai que la lutte acharnée menée en 1991-1992 contre une réforme destinée à faire rentrer les dockers dans « le droit commun » du travail, fut, pour de multiples raisons, largement incomprise, jusque dans les rangs de la CGT. Bien des salariés informés de ce combat s'étonnèrent du refus obstiné d'embauches permanentes et du curieux attachement manifesté envers une intermittence dont ils ignoraient la protection qu'elle apportait, découplée de la précarité, contre une « subordination » salariale explicitement rejetée sur les quais.

La « concurrence » entre syndicats et associations ou les syndicats en question

15Traiter de la relation entre associations et syndicats revient à réfléchir sur la nature des unes et des autres. En la matière, c'est moins l'association qui pose problème, semble-t-il, que le syndicat en tant que forme particulière des premières. C'est ce que suggèrent la plupart des contributions qui, derrière l'examen des rapports de compétition, avancent une définition des formes et attributs syndicaux.

16L'idéal-type ainsi esquissé, fut-ce en creux, définit le syndicat par :

  • son terrain d'intervention, à savoir la défense des intérêts professionnels, celui-là même énoncé par la loi de 1884 ;
  • son recrutement parmi les salariés concernés qui en contrôlent la direction ;
  • son affiliation à des structures confédérales interprofessionnelles ;
  • une posture revendicative s'appuyant sur des modalités d'action visant à construire un rapport de forces favorable à la satisfaction des attentes des salariés.

17De façon plus ou moins explicite, ces caractéristiques fonctionnent comme autant de critères d'évaluation des processus et degrés de « syndicalisation » des organisations. Elles participent durablement à la détermination des prérogatives et des atouts syndicaux, que la loi enregistre et conforte en matière de relations de travail ou de représentation des salariés. Des associations l'apprennent à leurs dépens qui, parvenues au stade de la négociation d'une convention collective, étape décisive de la professionnalisation attendue, doivent céder le pas aux syndicats.

18Ces spécificités syndicales en signalent aussi les limites, lorsque les disciplines collectives et les exigences du rassemblement écartent les controverses dérangeantes quant aux pratiques du métier, interdisent ou feignent d'ignorer la segmentation de la profession. Que dire, alors, des clivages qui, d'ordre stratégique, renvoient aux questions d'orientation et font rejouer dans les syndicats les lignes de fractures politico-idéologiques ? On sait ce qu'il en est dans un syndicalisme français dont l'émiettement, cause et reflet de sa « politisation » et de sa « division », affaiblit simultanément les moyens et l'attrait. Par quoi la concurrence intersyndicale attise celle d'autres acteurs réels ou potentiels.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540