Version classiqueVersion mobile

Syndicats et associations

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Françoise Tétard

Première partie. Présyndicalisme

De l'Association des travailleurs scientifiques au Syndicat national des chercheurs scientifiques, l'émergence d'un syndicalisme de chercheurs (1944-1956)1

Michel Pinault

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Cet article a été écrit aux temps du passé et transposé au présent pat l'éditeur : l'auteur déclin (...)

1Michel Pinault

2Cette contribution s'inscrit dans une recherche sur la formation des communautés de chercheurs scientifiques au cours du xxe siècle. Elle appelle à une réflexion sur la notion même de chercheur et sur les limites sociologiques de la profession en regard des différentes pratiques de la recherche dans ses différents lieux. L'hypothèse consiste à étudier le poids des circonstances dans la naissance et la structuration de la profession de chercheur scientifique en France, en particulier le poids déterminant dû à la longue mobilisation pour créer le CNRS puis à l'existence même du Centre. Sachant que l'apparition d'une couche sociale se manifeste entre autres par le développement de formes de rassemblement et d'expression collective de ses membres et que ces actions contribuent à leur tour à l'émergence et au développement de cette formation sociale, à la structuration de son identité, avec des limites, des signes d'appartenance et d'expression, l'intérêt de l'étude des premiers regroupements associatifs et de la naissance du syndicalisme pour la connaissance de l'histoire des chercheurs semble évident.

Les origines

3La création, en 1920, de la Confédération des travailleurs intellectuels (CTI) par un groupe d'intellectuels, au nombre desquels figurent de nombreux scientifiques, marque une étape de l'émergence d'une conscience collective de ceux qui se désignent alors sous le terme de « travailleurs scientifiques ». Cette expression survit jusqu'aux années 1960 avant que celle de « chercheur scientifique » ne la supplante définitivement.

  • 2 Bulletin de la CTI, n° 57, 4e trimestre 1936, p. 1.

4Pour la CTI, « le travailleur intellectuel est celui qui tire ses moyens d'existence d'un travail dans lequel l'effort de l'esprit, avec ce qu'il comporte d'initiative et de personnalité, prédomine habituellement sur l'effort physique2 ». L'adoption de cette définition large, incluant des dizaines de milliers d'ingénieurs voire de techniciens, par exemple chimistes ou pharmaciens, d'enseignants du secondaire et du supérieur, s'oppose nettement à la définition étroite qui s'imposa ensuite, en privilégiant dans le « chercheur » ce qui le distingue et l'instaure en catégorie à part en ce qu'il produit des recherches originales, les publie et est payé pour ce faire. Une discussion permanente s'établit alors au sujet de cette définition. Elle couvre toute la période étudiée.

5En fait, l'émergence du « chercheur » se produit en liaison directe avec la mise en place de conditions nouvelles d'exercice de l'activité scientifique, mais aussi avec la mobilisation de ceux qui sont engagés dans cette évolution, qui veulent mettre des mots sur ce qu'elle signifie et qui veulent, en la vulgarisant, « exister » dans le champ social. Cette action va reléguer dans l'ombre tous ceux qui travaillent dans l'industrie, aux armées et dans certains ministères, dont le prestige n'a rien à voir avec celui de ceux qui s'adonnent aux recherches fondamentales. En France, ce processus s'étend, au moins, des premières années du xxe siècle au début des années soixante et correspond à l'émergence d'une profession nouvelle, la Recherche.

  • 3 Le terme souligné l'est par nous.

6Ceux qui peuplent alors les laboratoires n'ont souvent pas de statut, parfois même pas de ressources assurées et les universitaires les englobent sous le terme de « travailleurs ». Ils revendiquent la reconnaissance de leur fonction sociale et l'amélioration de leurs conditions de vie par l'attribution de bourses de recherche et la création de postes dans les laboratoires. En décembre 1930, la Caisse nationale des Sciences voit enfin le jour. Sa mission est d'« aider au recrutement de chercheurs (pour) leur permettre de réserver à la Recherche une part très importante de leur temps, soit même de poursuivre une carrière uniquement vouée à cette Recherche3 ». Cette reconnaissance du rôle social des chercheurs s'achève avec la création, au sein du gouvernement du Front populaire, du sous-secrétariat d'État à la Recherche scientifique, confié successivement à deux d'entre eux, Irène Joliot-Curie puis Jean Perrin.

  • 4 Voir Ory P, La Belle illusion, Culture et politique sous le signe du Front populaire (1935-1938), (...)

7L'association « Jeune science », créée en juillet 1936 par de jeunes chercheurs, laborantins et chefs de travaux, ingénieurs ou étudiants, proches du parti communiste ou adhérents à celui-ci, contribue à la diffusion d'une conception de la science engagée, responsable et partie prenante du développement social, que le PCF vient d'adopter sous l'influence de l'exemple soviétique, mais veut aussi devenir une sorte de syndicat « des artisans de la recherche ». Elle aspire à rapprocher les chercheurs et à créer entre eux des solidarités, à réfléchir au développement de la Caisse des Sciences et à centraliser les revendications des jeunes chercheurs4. Reçue par Jean Perrin, au ministère, une délégation de Jeune Science réclame, entre autres, l'autonomie de la carrière de chercheur par rapport à l'Université, concrètement l'indépendance du chercheur vis-à-vis de son « patron », et propose la création d'un « corps de chercheurs » analogue au corps des ingénieurs de l'État. Mais le ministre exprime clairement l'obligation dans laquelle il se trouve de tenir compte de la volonté exprimée par l'assemblée générale du personnel enseignant des facultés, en janvier 1937, de conserver son droit de contrôle sur la recherche. Un décor est planté qui ne trouvera sa première solution, explosive, qu'avec la séparation du syndicalisme des chercheurs du syndicalisme des universitaires, vingt ans plus tard, en 1956.

Les débuts de l'ATS dans l'après-guerre

  • 5 Archives de l'Association Curie et Joliot-Curie, Lettre de M. Mathieu à F. Joliot, le 27 juillet 1 (...)

8Dès la fin de l'occupation, en septembre 1944, décision est prise, de transformer une partie du Front National Universitaire (FNU), issu de la Résistance, en Association des Travailleurs Scientifiques (ATS). Un débat a lieu, dont il subsiste peu de traces, sur le rôle qu'aurait une telle organisation par rapport à une organisation syndicale affiliée à la CGT, comme le Cartel confédéral des cadres auquel appartient le Syndicat National de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (SNESRS-FEN- CGT)5. Toujours est-il que, s'il y a création de l'ATS qui semble prendre la suite de Jeune Science, c'est parce que le SNESRS existe et qu'il ne paraît guère envisageable que les chercheurs s'en séparent. Un membre de l'ATS résume ainsi « la différence » entre celle-ci et le syndicat :

  • 6 Les Lettres françaises, n° 197, 26 février 1948, Léon Bertin (professeur au Muséum), « La France n (...)

« Il y a deux organisations de défense : l’"Association des Travailleurs Scientifiques" d'une part, le "Syndicat de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique" d'autre part. Cette dualité est peut-être regrettable. La faire disparaître au profit d'une unité d'organisation à la mode anglaise n'a pas cependant paru désirable. Le Syndicat vise surtout à la défense des intérêts matériels de ses membres ; l'ATS a des visées plus hautes et plus étendues. Ses buts consistent à assurer la Raison intellectuelle et la communauté de pensée entre ses membres, à établir des relations fructueuses entre ceux-ci et leurs collègues étrangers, à prendre part aux délibérations gouvernementales concernant la recherche, à lancer enfin de vigoureux SOS lorsque, comme c'est le cas présent, les travailleurs scientifiques se sentent en détresse.»6

9Par contre, la définition du champ de recrutement de la nouvelle ATS pose un problème. Le critère de la publication est d'abord retenu avant qu'on admette, timidement, que le travailleur scientifique peut aussi appartenir à l'industrie privée. Cette définition restrictive va opposer fondamentalement l'ATS à son homologue britannique, l'Association of Scientific Workers (AScW), d'abord membre des Trade Unions puis devenue indépendante avant de redevenir un syndicat, en 1942. Elle groupe en effet, dans une large ouverture rappelant celle que professait la CTI, « tous ceux qui sont engagés dans un travail en relation avec quelque branche que ce soit de la science et de la technique et qui peuvent donner des preuves de leur compétence pour un travail où leur propre initiative et leur responsabilité personnelle sont en jeu ». Il y a donc en Grande-Bretagne, dès l'origine, un syndicat de tous les scientifiques, séparé du syndicalisme enseignant, implanté chez les ingénieurs comme parmi les chercheurs de l'Université. Bien que les fondateurs de l'ATS se réclament de cet exemple, leur choix réel donne aux deux organisations des destinées divergentes.

  • 7 Le bureau du SNESRS comprenait, au début de 1948, Louis Barrabé, Ernest Kahane, André Langevin, P. (...)
  • 8 Atomes, n° 1, mars 1946, p. 3.

10L'ATS compte 1 200 ou 1 400 adhérents au début de son existence - le SNESRS n'en a jamais plus de 600 et le SNCS, mille adhérents lors de sa création -, divisés en sections par discipline7. C'est dans le milieu des scientifiques proches de l'ATS que se rencontre le noyau des fondateurs, en mars 1946, de la revue Atomes (qui deviendra La Recherché). Dès le premier numéro, un article assure une rapide présentation : « l'ATS fondée au lendemain de la libération de Paris se propose de faciliter la coordination intellectuelle et matérielle entre les chercheurs spécialisés, de préciser les besoins des travailleurs scientifiques et les meilleures conditions de la recherche, d'établir une collaboration entre les chercheurs et les organismes officiels chargés d'organiser la recherche scientifique8. » On remarque la formule selon laquelle l'ATS vise à « faciliter la coordination intellectuelle et matérielle entre les chercheurs spécialisés ». Étrange formule que celle de « chercheurs spécialisés », restrictive donc mais peu explicite.

11C'est dans ce contexte de mobilisation de la conscience des scientifiques, du renforcement de leur rôle social au sortir de la guerre, que la décision est prise à Londres, en juillet 1946, de créer la Fédération Mondiale des Travailleurs Scientifiques (FMTS). L'ATS et l'AScW en sont les chevilles ouvrières et Frédéric Joliot en devient le président. Celui-ci sollicite l'adhésion du SNESRS à l'exclusion de toute autre organisation. Or si la FMTS a vocation à réunir tous les « travailleurs scientifiques », si elle fédère, dès sa naissance, des unions d'ingénieurs ou des syndicats d'ingénieurs et de techniciens dans tout le monde anglo-saxon, elle a donc vocation à accueillir les organisations de ce type en France, en particulier celles du Cartel des cadres CGT. Se pose aussi la question de la place de l'Union Nationale des Ingénieurs et Techniciens (UNITEC), issue de l'Union Combattante des Ingénieurs Français, membre du CNR, et de l'organisation équivalente née à Londres, dans la France Libre.

12De nouvelles réflexions se développent donc sur ce que pourrait être la définition du « chercheur » et sur les formes d'organisation que ce milieu pourrait développer pour pouvoir exister collectivement, être représenté, promouvoir ses intérêts catégoriels aussi bien que professionnels, diffuser ses façons de penser la science et la place de la recherche au sein de la société. Dès la fin de 1946, le secrétaire de l'ATS revient sur ces questions :

  • 9 Archives de l'UGICT au siège de la FMTS (CGT-Montreuil). Discours de Bonet-Maury Paul, « L'ATS en (...)

« Le Statut des Auxiliaires de la Recherche a été un succès marquant de l'ATS, note-t-il, et notre association a pu donner à ce problème difficile une solution objective raisonnable et efficace. Le temps a manqué jusqu'ici pour doter le Centre National de la Recherche Scientifique d'un Statut précis et complet [...] Un statut du Chercheur a été proposé par l'ATS et transmis au Syndicat de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, plus particulièrement habilité à s'occuper de ces questions professionnelles9. »

13Il est significatif que les chercheurs se soient organisés dans une association autonome, en dehors du syndicat des universitaires et des chercheurs, afin de produire une réflexion qui aurait pu et dû émerger de la vie de ce syndicat. Était-ce impossible au sein du SNESRS ? On peut d'ores et déjà proposer l'hypothèse que l'ATS a ensuite échoué pour n'avoir pas osé poser le problème de la séparation, au niveau syndical, entre chercheurs et universitaires. L'ATS comprenait d'ailleurs, outre de purs chercheurs, un certain nombre d'universitaires, dont beaucoup n'imaginaient pas un instant que la recherche pût exister en dehors de leurs laboratoires de facultés.

14Bonet-Maury enchaînait d'ailleurs en précisant la manière dont l'ATS se positionnait sur cette question des chercheurs :

  • 10 Ibidem

« De conception récente, le métier de Travailleur Scientifique est resté assez mal défini et ses droits comme ses devoirs vis-à-vis de la Science et de la Société doivent être progressivement précisés. Le Chercheur souffre souvent de cette situation qui lui donne le sentiment d'être dans une certaine mesure en marge de la société et de bénéficier rarement des avantages acquis peu à peu par les autres travailleurs. Il en résulte une sensation d'abandon et d'isolement préjudiciable à la Recherche10. »

15Voilà un discours qu'on pourrait croire écrit dix ans plus tard, en 1956, à la veille de la naissance du syndicat des chercheurs.

Dix années de cheminements divers

  • 11 Travail et Technique, organe du cartel confédéral des ingénieurs et cadres supérieurs, CGT-FSM,(...)

16La CGT manifeste très vite son intérêt pour la question en publiant, dès juin 1946, dans le journal qu'elle destine aux cadres et techniciens, Travail et Technique, un long article développant une réflexion sur les formes dans lesquelles il est souhaitable, selon elle, que les chercheurs s'organisent, réflexion qui n'élude pas la question de la définition du « travailleur scientifique11 ». L'auteur, après s'être nettement placé sous les auspices de l'AScW britannique, reprend à son compte la « définition très large du travailleur scientifique » répandue outre-Manche. Ce cégé- tiste s'interroge alors : « Où en France se trouvent groupés les travailleurs scientifiques ? » Il répond aussitôt que c'est, « pour la plus grande partie, évidemment », au Cartel confédéral des cadres de la CGT.

17La place du Cartel CGT dans l'histoire qui nous occupe, celle de l'émergence du milieu chercheur, reste à étudier. L'exemple du syndicat de l'Énergie atomique est intéressant ne serait-ce que parce qu'il n'existe alors qu'un seul statut d'ingénieur au CEA, regroupant aussi bien les chercheurs, normaliens, agrégés, docteurs, y compris les théoriciens en physique quantique, que les ingénieurs, dont certains sont sortis du rang et d'autres, sont issus de l'ESPCI, de Supélec ou de l'École de Chimie. C'est aussi au CEA qu'est négociée une grille de convention collective qui sert longtemps de référence. Le rapport des forces est, là, très favorable aux syndicats et au principal d'entre eux, la CGT, regroupant toutes les catégories. En 1954, les syndicats du CEA lancent une pétition, hostile aux intentions à peine voilées du gouvernement Mendès France d'aller vers la création d'une bombe atomique française, qui témoigne de l'existence d'une « culture d'entreprise » donnant aux « travailleurs de l'atome », comme on dit alors, une cohésion et une certaine idée de leur métier et de leurs missions. En résumé, il y a sans doute eu, au CEA, naissance d'un milieu chercheur, profondément différent de celui qui se développait au même moment au CNRS. On pourrait découvrir d'autres exemples spécifiques de développement d'un syndicalisme des chercheurs, plus ou moins regroupés au sein du Cartel CGT, à l'INRA (Institut national de la recherche agronomique) ou à l'ONERA (office national d'études et de recherches aéronautiques), par exemple.

  • 12 AN, Fonds CNRS 800284, liasse 101.

18En de rares occasions, les différentes composantes de ce « milieu chercheur » se signalent par leur intervention collective dans la vie sociale. C'est le cas avec la campagne de signatures d'un « manifeste », lancé en janvier 1947, « Sur un oubli du Plan Monnet », l'oubli de la Recherche scientifique dans l'énumération des moyens inventoriés pour entreprendre la « modernisation » de la France12. L'approbation globale que ce manifeste s'attire dans l'ensemble de la communauté scientifique témoigne de l'existence, alors, d'une situation instable qui la fait basculer, peut- être de manière émotionnelle, à l'occasion de cet épisode vécu comme symptomatique ou symbolique, dans une sorte d'action directe à laquelle elle est peu habituée. En l'occurrence, on dépasse largement les mobilisations partielles que le milieu avait connues dans les années 1930 et les contributions minoritaires à la Résistance. Il s'agit d'un renversement. On avait parlé, pour la période des années 1930, de « professionnalisation » de la recherche et voilà que l'après-guerre voit la nouvelle profession entrer brutalement dans le champ social. La « force recherche scientifique », comme Joliot la qualifie dès septembre 1944, s'affirme pour la première fois avec cette campagne. Elle y teste sa force.

19Après cette vive manifestation de l'inquiétude et de l'identité du monde de la recherche, le milieu semble s'assoupir pendant plusieurs années, années d'ailleurs très dures pour la recherche en termes de moyens, de développement et même d'image. L'arrivée, en 1954, de Mendès France au gouvernement change la donne. La recherche scientifique revient dans les discours ministériels, des mesures sont annoncées. C'est dans ce contexte que la crise du SNESRS éclate.

La naissance du SNCS

  • 13 Bourquin J-C., « Syndicalisme et communauté scientifique : le Syndicat National des Chercheurs Sci (...)
  • 14 Boltanski L., Les Cadres. La formation d'un groupe social, Paris, Éditions de Minuit, 1982, p. 51.

20Dans un article publié en 1993, J.-C. Bourquin présente le jeune SNCS comme « l'instance de représentation légitime du groupe social émergent des chercheurs scientifiques13 ». Il entend montrer que le SNCS a été « le catalyseur » du « travail social de définition et de délimitation » qui a donné une place aux chercheurs dans le champ scientifique14. Il souligne la force de représentation quasi hégémonique du SNCS dans les dix premières années de son existence : en 1957, le SGEN-CFTC et le SNIRS indépendant, bientôt CGC, n'ont ensemble que 6 élus sur 69, en 1963, 8 sur 197, en 1967, moins encore : 11 élus sur 229. Pour le SNCS, la perte brusque de cette hégémonie correspond, certes, au passage de mai-juin 1968 mais aussi à l'aboutissement de la bataille syndicale en faveur de la reconnaissance sociale des chercheurs. Comment analyser cette période où les chercheurs du CNRS semblent s'identifier massivement au syndicat qui les représente ?

  • 15 S'ajoute à toutes ces considérations la faiblesse intrinsèque du SNESRS qui ne syndique, au mieux, (...)

21Tout d'abord, l'après-guerre est la période où quantitativement le milieu change d'échelle. Il y a 3 236 chercheurs au CNRS à la fin des années cinquante, presque autant que d'universitaires. Ensuite, les chercheurs sont particulièrement jeunes. Enfin, les statuts sont répartis de manière très remarquable : en 1960, pour 3 236 chercheurs au CNRS, il n'y a que 54 directeurs de recherche. S'ensuit un blocage de l'avancement. Le CNRS, trop jeune et sans débouchés prestigieux en termes de carrière, reste donc « une institution sans poids social » (J.-C. Bourquin). Dans ce cadre du CNRS en plein développement, les fortes solidarités liées aux sociabilités développées en son sein, en particulier dans le cadre de la vie de laboratoire, et le facteur générationnel, agissent fortement en faveur de l'expression collective de l'insatisfaction de ces chercheurs et contribuent à la formulation de leurs aspirations et, à la structuration d'une identité malheureuse mais revendiquée, en attendant de lui trouver des débouchés satisfaisants. Mais un tel mouvement ne peut se faire sans provoquer une crise au sein du principal syndicat qui jusque-là a regroupé les chercheurs les plus militants, le SNESRS-FEN15.

  • 16 Bulletin du Syndicat de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, n° 23, octobre 1 (...)

22Ce conflit devient explicite en 195416.

23Une première question concerne les salaires : les chercheurs de l'Université et du CNRS gagnent peu, moins que ceux du secteur privé et ceux qui travaillent au CEA et à l'ONERA. Ceux-ci ont aussi des statuts enviables, bénéficient accessoirement de l'indépendance vis-à-vis de l'Université... et ils sont syndiqués non pas à la FEN, devenue autonome, mais à la CGT. Le conflit sur les traitements aboutit à la formulation de l'exigence d'une augmentation de 50 % des traitements, ce qui revient à découpler leur grille salariale de celle des universitaires et même de la fonction publique. C'est une première fracture. En réclamant un statut qui leur ferait abandonner celui d'allocataires pour celui de contractuels, avec de meilleures garanties de carrière, de sécurité d'emploi et de retraites, les chercheurs provoquent un second clivage. Logiquement, si le statut des chercheurs s'éloigne de celui de l'Education nationale, les liens de la Recherche avec celle-ci s'affaibliront. Or, beaucoup le souhaitent et prônent le rattachement du CNRS à la présidence du Conseil, avec transformation du CNRS en une sorte d'agence de la Recherche, à la manière britannique ou américaine. C'est le troisième clivage avec les universitaires qui continuent à percevoir le CNRS comme une agence de moyens - crédits et postes - destinés à l'Université et craignent, dans le cas d'un découplage, un appauvrissement de leurs laboratoires. Or les chercheurs n'adhèrent plus à la coupure à laquelle les universitaires sont si attachés, celle qui existe, prétend-on, entre la recherche pure et la recherche appliquée. Bien plus, ils admettent que des liens peuvent s'établir entre les travaux qu'ils mènent et les industries, que des cumuls légaux entre leurs revenus de chercheurs du CNRS et des activités lucratives soient rendus possibles (et encadrés). C'est un quasi crime de lèse-majesté ! C'est « vendre la recherche aux intérêts du capital » !

  • 17 Bourquin J.-C., op. cit.

24Après deux années de discussions souvent vives, le congrès de novembre 1955 du SNESRS aboutit à la séparation, à la création du SNCS-FEN et du SNESup-FEN. Dès ses première années mois d'existence, le SNCS rassemble un millier d'adhérents, soit plus du double du nombre de chercheurs anciennement syndiqués au SNESRS. Si on considère que l'immense majorité de ces syndiqués sont chercheurs au CNRS, cela représente environ le tiers de l'effectif des chercheurs du Centre en 195717. La grève du 4 décembre 1956 mobilise dans des proportions inattendues et, en décembre 1957, on compte 90 % de grévistes au CNRS : six mois plus tard un premier statut des chercheurs est annoncé. À l'automne 1956, se tient le colloque de Caen, résultat d'une initiative prise dans les milieux mendésistes en faveur d'une réflexion sur la recherche, son organisation et ses finalités et le tout nouveau SNCS y est associé. « Le colloque a unanimement reconnu » les objectifs du syndicat peut-on lire dans le premier numéro de la Vie de la recherche scientifique, la VRS, le bulletin du SNCS.

*

25Voilà donc posées les bases et le cadre de l'action du nouveau syndicat. Il a donc fallu dix années, après la Libération, pour que ce milieu de la recherche, issu de l'Université, se dote d'une organisation représentative capable de faire aboutir des objectifs de reconnaissance sociale, ce à quoi seront consacrées les dix années suivantes. S'impose donc une coupure entre ceux des chercheurs qui appartiennent au CNRS (et à l'INSERM) et tous les autres, qu'ils appartiennent à d'autres organismes de recherche publics ou à l'industrie privée, au point que, de nos jours, il n'existe pas d'autre profession de la recherche, consciente de son rôle social, organisée et perçue comme telle dans le reste de la société, que celle qui est issue de cette « histoire ».

Notes

1 Cet article a été écrit aux temps du passé et transposé au présent pat l'éditeur : l'auteur décline toute responsabilité quant aux imprécisions qui peuvent en résulter.

2 Bulletin de la CTI, n° 57, 4e trimestre 1936, p. 1.

3 Le terme souligné l'est par nous.

4 Voir Ory P, La Belle illusion, Culture et politique sous le signe du Front populaire (1935-1938), Plon, Paris, 1994, p. 493-494.

5 Archives de l'Association Curie et Joliot-Curie, Lettre de M. Mathieu à F. Joliot, le 27 juillet 1946.

6 Les Lettres françaises, n° 197, 26 février 1948, Léon Bertin (professeur au Muséum), « La France n'a pas besoin de savants ».

7 Le bureau du SNESRS comprenait, au début de 1948, Louis Barrabé, Ernest Kahane, André Langevin, P. Rey et A. Paccaud. Tous sont issus, comme les responsables de l'ATS, des rangs de l'université résistante et sont proches du parti communiste.

8 Atomes, n° 1, mars 1946, p. 3.

9 Archives de l'UGICT au siège de la FMTS (CGT-Montreuil). Discours de Bonet-Maury Paul, « L'ATS en 1946 ».

10 Ibidem

11 Travail et Technique, organe du cartel confédéral des ingénieurs et cadres supérieurs, CGT-FSM, n° 3, juin 1946. Cet article a probablement été écrit par Marcel Mathieu, un dirigeant de l'UNITEC, membre du PCE Rappelons que la CGT mit en place un Cartel confédéral des ingénieurs et cadres supérieurs, le 25 octobre 1945, structure transversale regrouper des syndicats directement confédérés comme celui de l'Énergie atomique, ou d'autres par ailleurs membres de fédérations industrielles ou de la FEN pour ce qui concerne le SNESRS. Le Cartel confédéral se transforme en Union Générale des Ingénieurs et Cadres lors d'une conférence nationale, en avril 1948.

12 AN, Fonds CNRS 800284, liasse 101.

13 Bourquin J-C., « Syndicalisme et communauté scientifique : le Syndicat National des Chercheurs Scientifiques au CNRS, 1956-1967 », dans Charle C., Schriewer J. et Keiner E. (dir.), A la recherche de l'espace universitaire européen. Études sur l'enseignement universitaire au xixe-xxe siècle, Peter Lang, Francfort-Berne, 1993, p. 153-183.

14 Boltanski L., Les Cadres. La formation d'un groupe social, Paris, Éditions de Minuit, 1982, p. 51.

15 S'ajoute à toutes ces considérations la faiblesse intrinsèque du SNESRS qui ne syndique, au mieux, que 20 % des chercheurs du CNRS et 10 % des enseignants du Supérieur, qui se trouve incapable d'entreprendre des actions mobilisatrices, les chercheurs prenant l'habitude d'agir de leur côté et, d'ailleurs, constituant désormais l'essentiel des faibles troupes militantes (Bourquin J-c., article cité).

16 Bulletin du Syndicat de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, n° 23, octobre 1954, « Rapport sur le CNRS », par Bretonneau Pierre.

17 Bourquin J.-C., op. cit.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search