Version classiqueVersion mobile

Syndicats et associations

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Françoise Tétard

Première partie. Présyndicalisme

L'Union catholique des services de santé (UCSS) et les Auxiliaires sociales (UAS) (1923-1939)

Naissance de la branche des personnels de santé de la CFTC au sein des associations professionnelles catholiques

Évelyne Diebolt

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Évelyne Diebolt

  • 1 Diebolt É., Les femmes dans l'action sanitaire, sociale et culturelle, 1901-2001. Les associations (...)
  • 2 Diebolt É., La Maison de Santé protestante de Bordeaux (1863-1934), Vers une conception novatrice (...)

2Marie de Liron d'Airoles (1884-1945) est militante des mouvements d'action catholique, membre de la Ligue patriotique des Françaises appartenant au tiers ordre des Filles de Marie et infirmière Croix-Rouge volontaire en 1914. Fin juillet 1921, elle rassemble des infirmières pour fonder une association professionnelle, l'Union catholique des services de santé (UCSS)1 Cette association rassemble le milieu infirmier soucieux d'exprimer sa foi catholique et le regroupe sous la tutelle de la hiérarchie catholique. Elle se veut une force alternative aux associations protestantes soutenues par les fonds américains2. Elle va infléchir la législation française et l'exercice professionnel infirmier des assistantes sociales de 1923 à 1939 mais va devoir se confronter à l'Association nationale des infirmières diplômées d'État (ANIDEF), association neutre fondée par la tout aussi catholique, Léonie Chaptal.

Naissance d'une association professionnelle dans le cadre du syndicalisme chrétien

  • 3 Geneviève Hennet de Goutel (1885-1917) : Née à Paris le 11 mars 1885, décédée à Jassy (Roumanie) l (...)

3Marie d'Airoles rassemble d'abord une vingtaine d'infirmières catholiques venues d'horizons divers autour du nom et de la foi de Geneviève Hennet de Goutel3 infirmière décédée héroïquement en 1917. Ce petit cercle devient l'embryon de l'UCSS. C'est au sein du syndicalisme chrétien qu'il trouve des appuis décisifs. Dès 1922, Marie d'Airoles rencontre le père Paquet, un jésuite responsable des unions professionnelles des PTT et des banques à Lille. Il la met aussitôt en contact avec Mademoiselle Dubant, déléguée générale de l'Union catholique des PTT. Une première réunion a lieu à l'initiative de cette dernière, assistée de l'abbé Bêllée (aumônier d'union professionnelle catholique), du R.P. Desbucquois (responsable de l'Action populaire) et d'un aumônier de l'Hôtel-Dieu. Sont présentes des infirmières de la Salpêtrière.

  • 4 En 1972, une scission intervient. L'UCSS éclate en deux associations plus spécialisées. L'une pour (...)

4Le père Desbucquois recommande Marie d'Airoles à l'abbé Gerlier, sous-directeur des Œuvres de l'archevêché de Paris. Elle rencontre ce dernier en mai 1922, accompagnée d'une petite délégation dont la composition est significative de l'osmose existant entre le médical et le social : Mademoiselle Benjamin, assistante sociale à l'hôpital, Mademoiselle Clavel, visiteuse d'hygiène sociale, Mademoiselle Frontault, visiteuse, assistante sociale au Crédit lyonnais et monitrice à l'école du Comité national de la lutte contre la tuberculose, Mademoiselle Gombert, surveillante à la Salpêtrière (Assistance publique), Ysabelle de Hurtado, assistante sociale d'hygiène scolaire, Mademoiselle Homery, surintendante à la Manufacture des Gobelins, Monsieur Alexandre, surveillant à l'Hôtel-Dieu (Assistance publique). L'abbé Gerlier approuve la création de cette union. En 1933, elle devient l'Union catholique des services de santé et des services sociaux4. L'association est domiciliée à la Maison des œuvres, 175, boulevard Saint- Germain, Paris 6e puis à partir de 1927 au 16, rue Tiphaine, Paris 15e, un immeuble acquis à ces fins par Marie d'Airoles.

Les activités de l'UCSS

5L'UCSS s'emploie d'abord à regrouper les professionnelles catholiques. En 1923, elle dispose d'une permanence à la Maison des œuvres, qui rend des services divers. Elle fournit, ainsi, des renseignements d'ordre professionnel et moral, assure un embryon d'orientation professionnelle et dispense des informations sur ce qui concerne les carrières d'infirmière (écoles de formation, spécialisations). Elle aide, également, au placement de celles qui cherchent du travail, en servant d'intermédiaire entre ses adhérentes et des établissements catholiques soucieux de pouvoir compter sur un personnel exclusivement catholique. Elle procure, aussi, des adresses de chambres et de logements pour les infirmières qui en cherchent et tient à jour une liste d'hôtels, pensions de famille et œuvres de convalescence.

6Le 1er février 1925 l'Union tient sa première assemblée générale. Cinq comités régionaux actifs y sont représentés (Lille, Berck, Angers, Quimper, Brest) qui regroupent déjà près de 1 200 adhérentes. En 1926, ils sont 17 dont 16 représentés lors de l'assemblée générale. En 1927, l'UCSS poursuit sa croissance dans la France entière. 21 comités régionaux sur 23 sont représentés à son assemblée générale. Ils seront 37 en 1930, représentant plus de 6 000 infirmières, 50 en 1931, demeurés actifs jusqu'en 1939. En 1935, l'UCSS compte 12 000 adhérentes soit près de 50 % des professionnelles infirmières. En 1939, elle atteint son maximum d'adhérentes, soit 14 000 puis s'engage dans la voie du déclin après 1950.

7Cette Union organise des réunions mensuelles, des cercles et des journées d'études ainsi que des retraites (plus spécifiquement religieuses). Les réunions mensuelles se tiennent, en 1923-1924, au 19, rue de Varenne, Paris 7e. Des personnalités catholiques prononcent là des conférences d'enseignement moral, religieux ou professionnel (médecine, chirurgie, sociologie). Les cercles d'études se tiennent deux fois par mois, en général le deuxième et le quatrième dimanche. Ce sont des réunions restreintes, autour d'un thé ou d'un goûter chez une adhérente, où l'on échange des informations, où l'on discute, où l'on prie et où, éventuellement, on écoute une courte conférence. Les retraites comprennent une retraite-mission annuelle en novembre et une retraite pascale. Chaque mois, en alternance, se tient une messe de communion ou une journée de recollection comprenant un cercle d'études apostolique (étude d'une question d'apostolat professionnel). Les journées d'études sont plus spécialement destinées à regrouper et orienter les adhérentes de province. La première se tient à Paris le 3 juin 1924. Elle est réservée aux infirmières visiteuses et poursuit trois objectifs : intensifier la vie religieuse de chacune, répondre aux difficultés inhérentes à la profession d'infirmière, regrouper les forces catholiques qui travaillent dans un milieu non catholique (neutre ou hostile). En 1925, elles sont encore une fois très axées sur le service social. C'est avec un an de retard, le 27 avril 1926, qu'a lieu la première journée des hospitalières, réservée aux seules infirmières de l'Assistance publique.

8À partir de 1925, des journées sociales réservées aux infirmières visiteuses sont organisées chaque année. De brillants conférenciers viennent y parler. Ainsi, le Dr René Biot, animateur du groupe lyonnais d'études médicales, philosophiques et biologiques, qui est une section du secrétariat social du Sud-Est fondé en 1924. Les infirmières visiteuses y assistent très nombreuses. En 1927, l'union expose là sa doctrine du service social. Puis les journées régionales se multiplient : une en 1928, cinq en 1929, une par régions dotées d'un comité à partir de 1931...

Bataille pour la fondation d'une branche de la CFTC

  • 5 Diebolt É., Les femmes dans l'action sanitaire, sociale et culturelle, 1901-2001. Les associations (...)
  • 6 Le tract de fondation de l'Union des auxiliaires sociales ressemble étrangement à celui de l'Union (...)
  • 7 Diebolt É., « Infirmières, infirmières-visiteuses, assistances sociales : engagement social et ray (...)

9En 1923, Andrée Butillard fonde une association professionnelle, l'Union des auxiliaires sociales (UAS)5 intitulée les Auxiliaires sociales, à la demande du chanoine Gerlier6. L'objectif de cette association est de regrouper toutes les personnes sortant d'une école donnant une formation exclusivement sociale et de faire reconnaître la spécificité de cette formation par un diplôme. Dans un premier temps, elle regroupe des anciennes élèves de l'Ecole normale sociale (ENS) ainsi que de toutes les professionnelles qui s'orientent vers un service social dégagé de l'influence médicale (infirmières visiteuses). Cette nouvelle association professionnelle n'affiche pas de tendance confessionnelle. En 1926, Marie d'Airoles s'adresse à une militante expérimentée pour contrer l'avancée de la Confédération générale du travail (CGT) dans les hôpitaux. Les deux militantes catholiques sont de la même génération mais n'ont pas le même parcours militant. Elles entrent vite en conflit7.

10L'UCSS développe seule une branche de la Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC) qui connaît une certaine ampleur. Les membres de l'association payent conjointement leurs cotisations associatives et leurs cotisations syndicales. Ainsi, toutes les infirmières qui adhèrent à cette association le font aussi au syndicat créé par cette association. La naissance de ce syndicat, annoncée dans les archives de l'UCSS, ne constitue, du moins, pas un fond spécifique. Visiblement les activités de l'association et du syndicat ne sont pas distinctes. Les conceptions professionnelles défendues par l'UCSS constituent des éléments de batailles syndicales.

Discordes entre l'UCSS, TUAS et l'ANIDEF

11Des oppositions irréductibles se font bientôt jour entre ces associations. Elles concernent d'abord leur attitude face à la hiérarchie catholique. L'UAS et l'Association nationale des infirmières diplômées de l'État français (ANIDEF) se présentent comme des associations « neutres », c'est-à-dire non soumises à la hiérarchie catholique et ouvertes aux adhérentes non catholiques. À l'ANIDEF, de nombreuses adhérentes sont protestantes. L'UCSS se veut, au contraire, confessionnelle. Sa soumission à la hiérarchie catholique, indéniable, mérite, cependant, d'être relativisée. La très forte personnalité de sa présidente fondatrice, et sa grande indépendance financière confèrent une indéniable autonomie à l'association qu'elle anime et finance. Ces associations s'opposent également sur leurs conceptions du social. Le courant dit du « social pur » milite pour un autre ordre social avec des droits sociaux (allocations familiales, assurances maladie) et des droits civiques (révision du statut matrimonial des femmes). En 1914, Andrée Butillard et Aimée Novo participent, ainsi, aux travaux préparatoires sur l'élaboration d'une loi sur un salaire minimum pour les ouvrières à domicile (adoptée à l'Assemblée nationale le 10 juillet 1915). Pour le courant « médico-social », les problèmes sociaux relèvent, au contraire, de la maladie. Il suffit de soigner les populations selon les directives médicales pour faire reculer la pauvreté. Chacune de ces associations se bat pour disposer d'un maximum d'adhérentes capables de faire prévaloir ses points de vue. L'UAS veut avoir l'exclusivité des adhésions des femmes travaillant dans le social. L'UCSS se refuse à lui abandonner cette catégorie de personnel.

  • 8 Composé de 25 membres nommés par le ministre pour line durée de trois années, un certain nombre de (...)
  • 9 Diebolt É., Les infirmières et l'UCSS, décembre 1982, ATP CNRS, L'Histoire du Service Social dirig (...)

12Ces associations servent, du moins, de lieu de vigilance pour établir un statut professionnel, de lieu de défenses des intérêts et de lieu de discussions relatives à des conceptions professionnelles divergentes. Léonie Chaptal a contribué à l'obtention d'un statut juridique pour un champ professionnel en constitution, celui des infirmières. Grâce à l'ANIDEF, elle veille à l'application de la nouvelle législation. Présidente de l'ANIDEF, elle siège dans les deux instances de contrôle de ce nouveau champ professionnel créées au ministère de la Santé : le Conseil de perfectionnement des écoles d'infirmières dont elle occupe la vice-présidente jusqu'en 1937, et le Bureau central des infirmières. La première de ces deux instances habilite les écoles et fixe les programmes pour l'obtention du diplôme d'état8. Son président en est un médecin, le professeur Letulle, grand ami de Léonie Chaptal. La seconde, créée le 22 août 1925 grâce à l'aide financière de la Fondation Rockefeller, veille à l'application des programmes d'enseignement arrêtés par le ministre. Elle organise et surveille les examens d'État d'infirmière. L'ANIDEF demande que les brevets professionnels de capacité soient obligatoires pour exercer la profession d'infirmière. Membre du Conseil de perfectionnement des écoles d'infirmières, Léonie Chaptal défend cette position et réclame l'obligation du brevet qui sanctionne une réelle qualification professionnelle. Le projet de loi Fié, déposé en 1933, entend rendre obligatoire l'obtention des diplômes d'État pour exercer les professions médico-sociales. La direction de l'UCSS se prévaut au contraire de l'état d'esprit et des valeurs — vocation, bénévolat, dévouement - qui prévalaient au siècle précédent et récuse une formation professionnalisante. Dès qu'elle a connaissance du texte, elle contacte des députés, le docteur Nast élu de Seine-et-Marne, membre du groupe des Indépendants de gauche, et le docteur Cousin, élu du 3e arrondissement de Paris et membre du groupe de la Fédération républicaine de France qui empêchent son vote9.

  • 10 Source : L'Infirmière française, 1933, p. 297-301.

13Les infirmières qui exercent sans avoir suivi une formation dans une école obtiennent leurs diplômes par équivalence en déposant un dossier au Bureau central des infirmières. Le Bulletin de l'UCSS donne toutes les précisions pour faire les démarches nécessaires à l'obtention de ces diplômes. L'UCSS explique, ainsi, aux infirmières titulaires de diplômes délivrés par les sociétés de Croix-Rouge ou même formées sur le terrain comment déposer leurs dossiers au ministère pour obtenir des équivalences. Elle intervient auprès du bureau des infirmières pour que ces dossiers soient traités rapidement et qu'un avis favorable leur soit donné. En 1933, on compte 23 482 infirmières hospitalières et 3 760 infirmières visiteuses, soit un total de 27 24210, alors que les écoles habilitées à donner le brevet depuis 1923 n'ont pu en former que quelques centaines en dix ans. Quatre ans plus tard, le fichier central des infirmières enregistre quelque 42 000 dossiers d'infirmières ayant obtenu le diplôme d'État grâce à des équivalences dues à leurs états de services passés... Léonie Chaptal s'élève contre cette procédure, qui court-circuite la formation dans les écoles. Les conceptions de l'UCSS l'ont emporté. Sa victoire est moins nette dans le domaine du travail social.

  • 11 Son siège social est à l'école normale sociale, rue du Dr Blanche, Paris 16e.

14Les conceptions et objectifs d'Andrée Butillard et de l'UAS, portes parole du « social pur », sont partagées par les résidentes sociales et les surintendantes d'usines et les diplômées de l'école pratique de service sociale et de l'école du Sud-Est à Lyon. Elles favorisent une certaine autonomie et créativité des diplômées de ces écoles. En mars 1925, Andrée Butillard fonde l'Union féminine civique et sociale (UFCS) dont elle assure la présidence jusqu'à sa mort. C'est un lieu de formation11 pour des militantes féminines catholiques. Celles-ci sont favorables et soutiennent donc l'élaboration du diplôme d'assistante sociale, créé par un décret en 1932.

  • 12 Richmond M., Les Méthodes nouvelles d'assistance, Paris, Alcan, 1926.

15Mais de nombreuses institutions témoignent d'un certain flou dans leur philosophie du travail social. Cela favorise la reprise en main de la philosophie du travail social, sur le plan idéologique, par les forces catholiques les plus traditionnelles et les plus conservatrices, tel le courant majoritaire de l'UCSS. Dans cette association professionnelle, les femmes se retrouvent, rompent leur isolement et reçoivent une teinture de formation au cours de journées annuelles appelées Journées sociales. Quand il est question de concéder une autonomie de pensée ou d'action au personnel social, les catholiques se referment sur eux-mêmes. Les dirigeants de l'UCSS et la hiérarchie catholique, dont l'objectif est de former des exécutantes ne peuvent envisager la moindre remise en question de la profession. Ils vont ignorer aussi longtemps que possible l'audacieuse technique américaine du case work12, connue depuis la Première guerre mondiale. Présentée en 1928 à une journée sociale de l'UCSS, cette technique novatrice est immédiatement occultée. Plus un mot sur elle, ni dans la presse professionnelle de l'UCSS, ni lors des Journées sociales, avant les années cinquante.

*

  • 13 Knibiehler Y., Nous, les assistantes sociales, naissance d'une profession, Paris, Aubier, 1980.

16En 1932, sous la pression de quelques personnalités dont Andrée Butillard, et des associations de terrain, un diplôme d'Etat d'assistante sociale est reconnu, à la grande satisfaction de la plupart des directrices d'association. « Nous étions à cette époque (1934) fortement en réaction contre ce qu'on appelait "les dames d'œuvres". Nous souhaitions également nous affirmer différentes des "infirmières visiteuses", vécues par nous comme les successeurs des "dames d'œuvre" professionnellement qualifiées, mais mises en tutelle par le corps médical13. » L'UCSS qui désapprouve ce diplôme ne lui consacre qu'une page, dans sa presse professionnelle ! Cette même année, une école de service social, l'Institut de service social de Montrouge, s'ouvre avec l'argent de la philanthropie américaine, pour former les nouvelles assistantes sociales Il s'agit d'une métamorphose de l'Association pour le développement de l'assistance aux malades (ADAM), association dans l'orbite du protestantisme. Les femmes catholiques impliquées dans le social essayent de rassembler les forces catholiques pour qu'elles intègrent les techniques et réflexions de ce courant anglo-saxon proche du protestantisme. C'est ainsi qu'en 1934, Andrée Butillard, Apolline de Gourlet, directrice de l'école des résidentes sociales, et Mademoiselle Ansart vont voir le R.P. Lauras, aumônier de l'UCSS, pour lui demander de les aider à regrouper toutes les écoles du service social. Il semble donner son assentiment. Marie d'Airoles, apprenant cette réunion, obtient son départ. Le R.P. Lauras est remplacé par le R.P. Riquet.

17En 1938, le diplôme d'assistante sociale éclate sous la pression, entre autres, de la direction de l'UCSS. Il n'aura duré que six ans. Il est remplacé par un diplôme homonyme, mais dont l'esprit et le programme sont radicalement différents. Trois années d'études, dont une médicale, sont imposées. Toutes les infirmières visiteuses obtiennent, par équivalence automatique, le diplôme d'assistante sociale. Les infirmières se retrouvent enfermées dans leur service hospitalier, puisque le diplôme d'infirmière est désormais réservé aux hospitalières. Quand, en 1938, ce diplôme fusionne avec ceux d'infirmières visiteuses, l'UCSS commente abondamment cette formation médico-sociale.

  • 14 Diebolt É., « 80 ans d'associations professionnelles infirmières en France (1906-1984) » in Pénélo (...)

18C'est dire combien la délimitation de l'action associative et de l'action syndicale dans ce type d'association professionnelle s'avère délicate14 !

Notes

1 Diebolt É., Les femmes dans l'action sanitaire, sociale et culturelle, 1901-2001. Les associations face aux institutions, Paris, éditions Femmes et Associations, 2001, p. 278-289.

2 Diebolt É., La Maison de Santé protestante de Bordeaux (1863-1934), Vers une conception novatrice des soins et de l'hôpital, Toulouse, Eres, 1990.Diebolt É„ Laurent J-P., Anne Morgan, une Américaine en Soissonnais (1917-1953). De la reconstruction des régions dévastées à l'action sociale, Soissons, éd. Association Anne Morgan, 1990.

3 Geneviève Hennet de Goutel (1885-1917) : Née à Paris le 11 mars 1885, décédée à Jassy (Roumanie) le 4 mars 1917. Fille aînée d'une famille très catholique. Son père est employé à la Caisse des dépôts et consignations, sa mère donne des cours de dessin organisés par la ville de Paris. Ses deux grands- pères, peintres, ont été élèves d'Ingres. Geneviève hérite de leurs dons et peint des aquarelles et des affiches pour le Paris-Lyon-Marseille. C'est une militante de la première heure du mouvement catholique fondé par Marc Sangnier, Le Sillon. Elle s'occupe d'ouvroirs, de colonies de vacances pour des jeunes ouvrières dans le cadre de la paroisse de Saint-Germain-des-Prés dans le cadre du patronage Jeanne d'Arc de Saint-Germain-des-Prés. Elle organise des représentations théâtrales au profit des colonies de vacances. À ses côtés, autour de 1913, on relève le nom de la famille de Beauvoir où naîtra Simone. En 1913, elle obtient son brevet d'infirmière de la Société Croix-Rouge de secours aux blessés militaires (SSBM). Pendant la guerre de 14, elle s'engage dans une unité Croix-Rouge qui part pour la Roumanie. Toute l'unité est décimée par le typhus.

4 En 1972, une scission intervient. L'UCSS éclate en deux associations plus spécialisées. L'une pour les assistantes et assistants sociaux, le Mouvement chrétien des professions de santé (MCPS), l'autre pour les infirmières et les infirmiers, le Centre chrétien des professions de santé (CCPS). Elles cessent leurs activités en 1997.

5 Diebolt É., Les femmes dans l'action sanitaire, sociale et culturelle, 1901-2001. Les associations face aux institutions, op. cit., p. 273-277.

6 Le tract de fondation de l'Union des auxiliaires sociales ressemble étrangement à celui de l'Union catholique des services sanitaires et sociaux (UCSS) rédigé par le chanoine Gerlier. Ce dernier convoque Andrée Butillard, lui en fait la remarque et demande de ne pas utiliser le terme « union » pour sa nouvelle association.

7 Diebolt É., « Infirmières, infirmières-visiteuses, assistances sociales : engagement social et rayonnement mondial », in L'engagement social des croyants : lignes de forces, expériences européennes, itinéraires alsaciens, Strasbourg, Ercal, 2004, p. 71-87.

8 Composé de 25 membres nommés par le ministre pour line durée de trois années, un certain nombre de médecins représentants du corps professoral universitaire et des directrices d'écoles d'infirmières et de visiteuses.

9 Diebolt É., Les infirmières et l'UCSS, décembre 1982, ATP CNRS, L'Histoire du Service Social dirigée par Yvonne Knibiehler.
Diebolt É., « Une association professionnelle catholique, Union catholique des services de santé et des services sociaux (UCSS.), (1922-1938) », in Cahier de l'AMIEC, n° 10, 1988, Pour une Histoire des soins et des pratiques soignantes, mai 1988, p. 235-256.

10 Source : L'Infirmière française, 1933, p. 297-301.

11 Son siège social est à l'école normale sociale, rue du Dr Blanche, Paris 16e.

12 Richmond M., Les Méthodes nouvelles d'assistance, Paris, Alcan, 1926.

13 Knibiehler Y., Nous, les assistantes sociales, naissance d'une profession, Paris, Aubier, 1980.

14 Diebolt É., « 80 ans d'associations professionnelles infirmières en France (1906-1984) » in Pénélope pour l'histoire des femmes, Femmes et associations, n° 11, automne 1984, p. 122-130.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search