Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Syndicats et associations

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Françoise Tétard

Première partie. Présyndicalisme

Amicales et syndicats dans l'enseignement primaire (1901-1919)

Loïc Le Bars

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Loïc Le Bars

2Les grandes étapes de la lente appropriation du syndicalisme par les fonctionnaires sont aujourd'hui connues de tous, grâce notamment aux travaux de Jeanne Siwek-Pouydesseau : les amicales, placées sous l'égide de la loi de 1901, voient le jour au début du siècle, se transforment presque toutes en syndicats après la première guerre mondiale et rejoignent, en ordre dispersé, les confédérations ouvrières entre 1925 et 1936. Deux corporations font exception : les postiers et les instituteurs. Dans l'enseignement primaire, certaines amicales choisissent en effet de prendre, dès 1904, la forme syndicale, ce qui leur est légalement interdit, et demandent leur affiliation aux Bourses du travail et à la CGT ; moins d'un an après a lieu le congrès de fondation de la Fédération nationale des syndicats d'instituteurs et d'institutrices publics (FNSI) alors que la Fédération des amicales ne voit le jour qu'en 1906. Il s'agira donc dans un premier temps de s'interroger sur les motivations de cette petite minorité d'instituteurs et d'institutrices déterminés à braver l'inévitable répression gouvernementale et à imposer par « l'action directe » ce qui leur est refusé par la loi.

3La rupture de l'unité corporative pose le problème de la nature des relations entre le mouvement amicaliste et la Fédération des syndicats jusqu'en 1919. Doit-on parler de rivalité, d'une véritable guerre ouverte comme l'ont souvent affirmé les dirigeants de cette dernière ? Ou au contraire de coexistence somme toute pacifique voire même de complémentarité si l'on considère que la quasi-totalité des syndiqués restent membres des amicales et que des syndicalistes de la première heure dirigent la Fédération des amicales à partir de 1909 ? Le caractère pour le moins ambigu de ces relations nous oblige à nous demander si, au-delà des déclarations de principe, les objectifs et les moyens d'action de ces deux formes d'organisations sont aussi différents qu'on a bien voulu le dire.

4La complexité de ces relations apparaît encore plus évidente quand, après la première guerre mondiale, les amicales entament leur syndicalisa- tion et envisagent de rejoindre la CGT et que se pose dès lors la question de leur éventuelle fusion avec les « vieux » syndicats.

La création des syndicats d'instituteurs

5À une exception près, les amicales qui, en 1905, décidèrent leur transformation en syndicats, avaient la particularité de ne regrouper qu'une fraction du personnel de l'enseignement primaire. Les relations entre les directeurs et directrices et leurs subordonnés, les institutrices et instituteurs adjoints, s'étaient en effet à ce point dégradées que ces derniers, dans un certain nombre de départements, avaient créé quelques mois auparavant leurs propres organisations, appelées « Émancipations », sans pour cela cesser d'appartenir aux amicales regroupant la très grande majorité du personnel. Ils entendaient ainsi lutter contre le fréquent autoritarisme de leurs directeurs qui, non contents de les surveiller dans leurs classes et de leur imposer leurs conceptions pédagogiques, s'efforçaient aussi de réglementer leur vie privée. Les instituteurs adjoints avaient pu constater qu'en cas de conflit, l'administration prenait invariablement le parti de leurs supérieurs hiérarchiques et qu'il ne fallait pas non plus compter sur les amicales traditionnelles, dirigées la plupart du temps par les directeurs des grosses écoles urbaines, pour les défendre. Ils dénonçaient aussi ce qu'ils appelaient la « sclérose » de ces formations qui, après avoir obtenu un substantiel relèvement de leurs traitements, semblaient s'endormir sur leurs lauriers. De là à créer leurs propres amicales, il n'y avait qu'un pas que les plus déterminés d'entre eux ne tardèrent pas à franchir en 1904 et 1905. La rupture de l'unité corporative a donc précédé l'apparition du syndicalisme. Elle l'a même rendu possible. C'est parce que les Émancipations regroupaient déjà les éléments les plus jeunes, les plus dynamiques, les plus « avancés » politiquement de la profession qu'elles ont pu, quelques mois après leur création, se transformer en syndicats. Aucune amicale « généraliste », à une exception près, ne prit une telle décision. Ces jeunes instituteurs et institutrices, profondément marqués par l'affaire Dreyfus, se réclamaient volontiers d'un socialisme encore vague et très sentimental qu'ils opposaient cependant au radicalisme assagi des dirigeants des amicales. La propagande syndicale devait très vite rencontrer un écho considérable parmi eux, d'autant plus que les traitements des débutants restaient notoirement insuffisants.

6Cette sécession, même limitée à quelques départements, n'eut lieu que dans l'enseignement primaire. Les tensions internes n'eurent jamais une intensité comparable dans les autres catégories de fonctionnaires qui, de ce fait, préservèrent leur unité corporative, leurs éléments les plus « avancés » se contentant de mener une action de propagande en faveur du syndicalisme au sein des amicales traditionnelles.

7La création des syndicats d'instituteurs avait déjà soulevé les protestations indignées de la presse de droite et d'extrême droite mais aussi la réprobation des « républicains » au pouvoir. Ces derniers avaient pourtant encouragé le mouvement amicaliste à ses débuts, mais il était hors de question pour eux d'envisager d'accorder le droit syndical aux fonctionnaires. Ces réactions hostiles s'amplifièrent quand les syndicalistes enseignants proclamèrent leur volonté de rejoindre les Bourses du travail et d'adhérer à la CGT dirigée par les partisans du syndicalisme révolutionnaire. Ils répliquèrent aux attaques dont ils étaient l'objet en publiant un Manifeste des instituteurs syndicalistes qui justifiait ainsi leur volonté de s'intégrer dans le mouvement ouvrier : « Par leurs origines, par la simplicité de leur vie, les instituteurs appartiennent au peuple. Ils lui appartiennent aussi parce que c'est aux fils du peuple qu'ils sont chargés d'enseigner. » En avril 1906, le 1er congrès de la FNSI vota, malgré les mises en garde gouvernementales, le principe de son adhésion à la CGT.

8Mais il ne faut pas surestimer la portée de cet événement : les syndicats ne regroupaient qu'une infime partie de la profession. En 1909, quatre ans après sa création, la Fédération, ne comptait que 813 adhérents, alors que des dizaines de milliers d'instituteurs continuaient à faire confiance aux amicales ou n'osaient pas s'exposer à la répression en rejoignant les rangs de la petite phalange des pionniers du syndicalisme universitaire. Dans ces conditions, comment ces derniers, en tant que fonctionnaires mais aussi en tant qu'éducateurs, pouvaient-ils envisager de mener une action véritablement syndicale, surtout dans une confédération qui prônait la grève générale pour en finir tout à la fois avec l'État bourgeois et l'exploitation capitaliste ?

Une forme originale de syndicalisme révolutionnaire

  • 1 Manifeste des instituteurs syndicalistes.

9Ces jeunes instituteurs savaient que leur présence dans les Bourses du travail et dans la CGT n'allait pas de soi aux yeux de bon nombre de militants ouvriers pour qui les fonctionnaires n'étaient que des petits-bourgeois soucieux de respectabilité. Ils s'efforcèrent donc de prévenir ces réticences : « C'est au milieu des syndicats ouvriers que nous prendrons connaissance des besoins intellectuels et moraux du peuple. Nous voulons rentrer dans les Bourses du travail pour y prendre de belles leçons de vertus corporatives et y donner l'exemple de notre conscience professionnelle1. » Mais ce fut surtout le courage dont ils firent preuve face à la répression gouvernementale qui les fit définitivement accepter dans les Bourses. Ni la révocation de leur secrétaire général, Marius Nègre, ni les autres sanctions administratives qui frappèrent nombre d'entre eux, ni même la dissolution judiciaire de certains syndicats ne les firent renoncer. Cette ténacité leur valut l'estime et le soutien maintes fois réaffirmé des militants et des dirigeants des organisations ouvrières.

  • 2 Laurin M.T., Les Instituteurs et le syndicalisme, Paris, Marcel Rivière, 1908, p. 12.

10Ce fut au contact de ces derniers que ces instituteurs s'approprièrent les principaux thèmes syndicalisme révolutionnaire et les adaptèrent au milieu enseignant. Leur expérience leur faisait partager la conviction que, plus encore dans leur corporation que dans la classe ouvrière, le syndicat ne pouvait regrouper qu'une minorité consciente, qu'une petite avant-garde. Cette « petite équipe d'éclaireurs2 » était seule susceptible de pratiquer l'« action directe » considérée tout à la fois comme le but et la justification du syndicalisme pour des révolutionnaires. Mais que pouvait signifier ce primat de l'action directe pour des instituteurs ? Cela consista d'abord à résister quand les différents gouvernements qui se succédèrent à cette époque, et en particulier celui de Clemenceau, tentèrent d'en finir avec les syndicats de fonctionnaires. Puis ces enseignants se persuadèrent que le syndicat devait être un moyen de perfectionnement professionnel et que par conséquent, et contrairement à ce qu'ils avaient affirmé dans un premier temps, ils ne pouvaient rester à l'écart du mouvement de rénovation pédagogique impulsé par les partisans de « l'éducation nouvelle ». Mais ils ne se contentèrent pas de participer activement, notamment par la fondation en 1910 de L'École émancipée, à cette entreprise. Ils auraient voulu aussi changer la nature même de l'école primaire en la soumettant aux besoins de la classe ouvrière. Même si les initiatives qu'ils prirent pour tenter de persuader les syndicats ouvriers de collaborer avec eux pour construire ensemble cette « école du travail » n'aboutirent pas, ils continuèrent par la suite à s'en réclamer.

  • 3 Manifeste du syndicat du Morbihan, 1907.
  • 4 Manifeste des instituteurs syndicalistes.

11Cependant, le moyen d'action par excellence du syndicalisme était bien évidemment la grève. Et quand les syndicalistes révolutionnaires parlaient de grève, il s'agissait avant tout de la grève générale. Lorsque les instituteurs syndicalistes se posèrent à leur tour le problème de savoir s'ils devaient utiliser cette forme de lutte, ce fut par rapport à cette perspective qu'ils se déterminèrent. D'où la position qu'ils adoptèrent en accord avec les dirigeants de la CGT : « En cas de grève générale, nous estimons que le plus grand service que nous puissions rendre à la classe ouvrière ne serait pas de descendre manifester dans la rue. Dans une période agitée comme celle-là, notre devoir impérieux serait d'être à notre poste, gardant les enfants pour les soustraire aux dangers de la rue3. » Quant à la grève corporative pour des revendications professionnelles, elle leur semblait totalement inopérante et susceptible de leur aliéner l'opinion publique. Et ces problèmes de « gros sous » n'intéressaient que très médiocrement ces instituteurs qui avaient du syndicat « la plus haute conception » ; il ne leur apparaissait pas « avoir été créé pour défendre uniquement les intérêts immédiats de ses membres » et il devait avant tout « se soucier de rendre plus profitable à la collectivité la fonction sociale » qu'ils remplissaient4. Il s'agissait avant tout de défendre les revendications des catégories les plus défavorisées : l'égalité de traitements entre les instituteurs et les institutrices et le relèvement du salaire des débutants.

12S'estimant dans l'impossibilité de recourir à la grève, les syndicats enseignants, pour défendre leur existence comme pour faire connaître et aboutir leurs revendications et leurs propositions à plus long terme, utilisèrent tous les moyens légaux à leur disposition : « ordres du jour » votés dans les AG et les congrès et transmis à la presse, interpellations au gouvernement de parlementaires socialistes « amis »... Leurs moyens d'intervention ne différaient guère de ceux employés par les amicales. Dans ces conditions, on peut se demander si ces deux formes d'organisations corporatives étaient aussi opposées que certains responsables de la Fédération des syndicats pouvaient l'affirmer.

L'ambiguïté des relations amicales/syndicats

  • 5 Bernard F., Le Syndicalisme dans l'enseignement. Histoire de la Fédération unitaire de l'enseignem (...)

13C'est ainsi que l'un d'eux, François Bernard, n'a pas hésité à parler de la « guerre » qu'auraient livrée les amicales aux syndicats de 1906 à 19145. Il est vrai que pendant les premières années de son existence, le syndicalisme enseignant se heurta à l'hostilité des dirigeants du mouvement amica- liste. Mais en 1909, deux syndicalistes de la première heure, Emile Glay et Louis Roussel, furent portés à la tête de la Fédération des amicales pour lui donner une nouvelle impulsion. Ces militants s'étaient donné pour but d'amener progressivement la masse des adhérents des amicales à la nécessité du syndicalisme.

  • 6 L'Émancipation [Organe de la FNSI], octobre-décembre 1912.

14Une telle situation ne pouvait pas ne pas provoquer de sérieux remous dans la Fédération des syndicats. Glay et Roussel furent accusés de délaisser le syndicat de la Seine dont ils étaient membres et de privilégier leur intervention au sein du mouvement amicaliste. Ce problème prit une place de plus en plus importante dans les débats de la Fédération. En 1912, à son congrès de Chambéry, un délégué se prononça en faveur de l'obligation pour tous les syndiqués de quitter les amicales. Il s'attira aussitôt les foudres de nombreux congressistes qui n'avaient nullement l'intention de renoncer à intervenir dans ces organisations où ils pouvaient toucher « la masse » de la profession. Ils rappelèrent aussi le soutien déterminant que la Fédération des amicales avait apporté à plusieurs reprises aux instituteurs syndicalistes victimes de sanctions administratives. Le congrès adopta finalement une résolution qui laissait les syndiqués libres d'adhérer aux amicales et d'y intervenir comme ils l'entendaient à la condition « d'observer les décisions prises dans les syndicats6 ».

  • 7 Guillot M., L'Émancipation, avril 1914.
  • 8 Bernard F., Le Syndicalisme..., op. cit, p. 57.

15Ce vote entérinait une pratique qui était celle de la très grande majorité des syndicats. Car presque partout, les syndiqués constituaient en réalité la fraction la plus « avancée », la plus radicale des amicales. Dans la quasi- totalité des départements où coexistaient ces deux formes d'organisation, leurs assemblées générales se tenaient le même jour. Les syndiqués se réunissaient toujours en premier le matin et ils consacraient une grande partie de leurs débats à mettre au point leur intervention dans l'AG de l'amicale convoquée en début d'après-midi. Il n'était pas rare que leurs propositions fussent adoptées, s'ils savaient porter leurs efforts « sur les points essentiels » et « se montrer coulants dans les détails » afin de ne pas justifier leur réputation « de chercheurs de mauvaises chicanes7 ». À partir du moment où il lui semblait impossible d'appeler les instituteurs à la grève, le syndicat apparaissait beaucoup plus comme la tendance « révolutionnaire » du mouvement amicaliste, un peu à la manière de ce qui se passera plus tard dans la FEN, que comme une organisation qui lui aurait fait véritablement concurrence. Le syndicat permettait tout à la fois à « l'avant-garde » de la profession d'affirmer, à travers l'affiliation à la CGT, son appartenance au mouvement ouvrier organisé et d'élaborer des mots d'ordre et une conception de l'école que la « masse », jugée encore « profondément rétrograde8 », ne pourrait reprendre à son compte qu'après un long travail de propagande. En attendant, les amicales demeureraient un outil indispensable pour faire aboutir les revendications qui faisaient l'unanimité et les syndicats n'avaient donc nullement vocation à se substituer à elles.

16Le débat dans les syndicats ne portait pas sur cette sorte de complémentarité qui s'était instaurée entre les deux formes d'organisation corporatives. La plupart des responsables l'acceptaient plus ou moins ouvertement. Il s'agissait en réalité de savoir où les syndicalistes devaient s'investir en priorité. Glay et ses partisans privilégiaient l'action dans les amicales pour amener à terme la « masse » des instituteurs à un syndicalisme débarrassé de ses outrances révolutionnaires. Ils n'avaient pas hésité à en prendre la direction pour essayer d'accélérer le processus. Les dirigeants de la FNSI voulaient avant tout renforcer leur organisation, créer des syndicats dans les départements qui en étaient dépourvus. Ils intervenaient eux aussi dans les amicales, et ils faisaient même partie très souvent de leurs instances délibératives ; mais ils se refusaient d'y occuper des postes de direction et il n'était pas question pour eux d'édulcorer le caractère révolutionnaire de leur syndicalisme.

17Ce débat devait rebondir en 1919 quand les bouleversements dûs à la guerre et à ses conséquences mirent à l'ordre du jour la transformation immédiate des amicales en syndicats.

La syndicalisation des amicales

18Le vaste mouvement qui vit des centaines de milliers de salariés se tourner vers les organisations syndicales toucha aussi les fonctionnaires et en particulier les instituteurs qui avaient payé un lourd tribut à la guerre. Ces derniers étaient nombreux à remettre en cause l'enseignement qu'ils avaient dispensé avant 1914 et qui avait contribué à rendre possible l'horrible boucherie. Ils s'interrogeaient sur le rôle qu'on leur avait fait jouer et sur la « mission » dont ils s'étaient trop bien acquittés. Certains adhérèrent au Parti radical, d'autres, plus nombreux, rejoignirent la SFIO. D'autre part, ils s'indignaient qu'après avoir consenti autant de sacrifices, il leur faille de surcroît supporter la diminution de leur pouvoir d'achat provoquée par une inflation incontrôlable.

19Cette « radicalisation » profita aux syndicats d'instituteurs dont les effectifs se gonflèrent rapidement. Mais elle amena aussi les dirigeants de la Fédération des amicales à envisager leur syndicalisation comme un objectif immédiatement réalisable. Glay et Roussel étaient persuadés qu'ils allaient enfin pouvoir réaliser leur vieux rêve. En septembre 1919, le congrès de la Fédération des amicales vota à une très large majorité leur transformation en syndicats. Il adopta aussi, mais plus difficilement, le principe de leur adhésion à la CGT. Dans les mois qui suivirent, la plupart des amicales changèrent de statuts ; en revanche, il fut impossible d'imposer à tous leurs adhérents l'obligation de prendre la carte confédérale. Les réticences des instituteurs à rejoindre une organisation ouvrière, même moins « extrémiste » que par le passé, n'avaient pas entièrement disparu.

20Ce processus de syndicalisation des amicales inquiétait au plus haut point les dirigeants de la Fédération des « vieux » syndicats devenue en 1919 la Fédération des syndicats des membres de l'enseignement laïque (FSMEL) ouverte à tous les enseignants. Ils refusaient la fusion entre leurs organisations et les nouveaux syndicats. À cela plusieurs raisons. En premier lieu, ils étaient persuadés que, malgré les apparences, les instituteurs restaient incapables de comprendre et surtout de pratiquer le véritable syndicalisme, celui, exigeant et donc élitiste, qu'avait toujours défendu la Fédération. Il ne fallait se faire aucune illusion sur la transformation des amicales en syndicats : l'étiquette changeait mais le contenu restait le même. Accepter la fusion c'était permettre à la « masse amorphe », incapable de recourir à l'action directe parce que profondément soumise à l'administration, de « submerger » l'« avant-garde » et donc de la rendre impuissante. La situation au sein de la CGT leur fournissait un deuxième argument. La FSMEL était en effet l'un des fers de lance de la minorité confédérale qui s'opposait de plus en plus violemment à Léon Jouhaux et à ses partisans. Son combat pacifiste pendant la guerre lui avait permis d'acquérir un prestige certain aux yeux de tous ceux qui s'opposaient à l'orientation majoritaire. Compte tenu du rapport des forces entre les vieux syndicats et les ex-amicales, il leur semblait évident que leur fusion allait permettre aux éléments « réformistes » tels que Glay et Roussel de s'emparer de la direction de la Fédération et donc de la ranger dans le camp majoritaire. L'entrée de la Fédération autonome des fonctionnaires dans la CGT en aurait été facilitée et la minorité aurait dû alors abandonner tout espoir de s'emparer de la direction confédérale.

  • 9 Fontaine J. (dirigeant du syndicat du Rhône), L'École de la Fédération, n° 42, 12 juillet 1919.

21Le secrétaire général de la FSMEL, Louis Bouët, estimait que l'unité n'était possible qu'avec la minorité des adhérents des ex-amicales qui acceptait de prendre la carte de la CGT. Il fit adopter toute une série de dispositions visant à empêcher la fusion : seules les adhésions individuelles aux anciens syndicats étaient recevables à condition d'être validées par les 2/3 des participants aux AG, les Unions départementales de la CGT étaient invitées à ne pas accepter en leur sein les ex-amicales, les syndicats devaient voter le principe de leur adhésion à la 3e Internationale pour affirmer leur orientation révolutionnaire... Cette intransigeance se heurtait bien évidemment aux efforts de Glay et de Roussel en faveur de l'unité corporative. Mais certains minoritaires membres de la FSMEL se prononçaient eux aussi en faveur de la fusion. Ils étaient convaincus que la mentalité des instituteurs avait réellement évolué pendant et immédiatement après la guerre et que leur « radicalisation » n'était pas de pure forme. Certes, il restait à ces derniers beaucoup de chemin à parcourir, mais le rôle des militants révolutionnaires consistait justement à accélérer ce processus en intervenant dans les organisations qui regroupaient la « masse » de la profession pour convaincre les hésitants de la justesse de leurs positions et de la nécessité de rejoindre la CGT : « N'admettre dans nos syndicats que les camarades qui se sont haussés au niveau de nos conceptions c'est comme si on décidait d'admettre dans nos écoles primaires que les élèves qui sauraient déjà lire9. »

*

22Dans un certain nombre de départements, les nouveaux et les anciens syndicats fusionnèrent et rejoignirent, après parfois un passage dans l'autonomie, la nouvelle Fédération des syndicats d'instituteurs et d'institutrices qui, en 1920, se transforma en Syndicat national pour donner moins de prise à la répression gouvernementale mise en œuvre après l'échec de la grève des cheminots. Mais Louis Bouët et ses camarades tinrent bon et réussirent à faire échouer toutes les tentatives de fusion entre leur organisation et le Syndicat national. L'intensification de la lutte des tendances dans la CGT leur facilita grandement la tâche ; il était en effet devenu très difficile à des minoritaires de continuer à œuvrer pour une unité corporative qui risquait d'anéantir tous leurs espoirs ! La scission syndicale mit provisoire- ment fin à la discussion : la FSMEL participa à la fondation de la CGTU et le Syndicat national prit sa place dans la CGT. Cependant, la syndicalisation des ex-amicales se poursuivit : en 1925, le congrès du Syndicat national, fort de ses 75000 adhérents, rendit obligatoire pour tous ses membres l'adhésion à la CGT. Il semblait difficile dans ces conditions de soutenir que le Syndicat national ne faisait que continuer l'amicalisme sous un nom d'emprunt. Ce fut pourtant la position que les responsables de la FSMEL continuèrent inlassablement à défendre. Même la progressive appropriation de la grève par le Syndicat national et l'ensemble de la profession au début des années 1930 ne parvint pas à les faire changer d'avis. En revanche, nombre de militants de la Fédération unitaire arrivèrent, plus ou moins rapidement, à la conclusion que plus rien ne justifiait le maintien d'une organisation minoritaire obligée de se déterminer en permanence par rapport aux initiatives de sa rivale. Ces militants, par vagues successives, quittèrent la FSMEL pour rejoindre le Syndicat national et animer son aile « gauche ».

23Il n'en reste pas moins que la rupture de l'unité corporative apparue dès 1905 se prolongea longtemps après la syndicalisation des amicales. Ce ne fut qu'en 1935 que cette unité fut rétablie à l'occasion du processus de la réunification de la CGT et de la CGTU. Mais la conception syndicaliste révolutionnaire élaborée par une poignée d'instituteurs (et d'institutrices !) au début du xxe siècle n'a pas disparu pour autant. Des militants s'en sont toujours réclamés pour combattre un syndicalisme jugé encore trop proche de l'amicalisme. Elle a contribué jusqu'à nos jours à donner aux organisations syndicales enseignantes nombre de leurs spécificités.

Notes

1 Manifeste des instituteurs syndicalistes.

2 Laurin M.T., Les Instituteurs et le syndicalisme, Paris, Marcel Rivière, 1908, p. 12.

3 Manifeste du syndicat du Morbihan, 1907.

4 Manifeste des instituteurs syndicalistes.

5 Bernard F., Le Syndicalisme dans l'enseignement. Histoire de la Fédération unitaire de l'enseignement des origines à l'unification de 1935, Grenoble, Institut d'études politiques, 1966, t. 1.

6 L'Émancipation [Organe de la FNSI], octobre-décembre 1912.

7 Guillot M., L'Émancipation, avril 1914.

8 Bernard F., Le Syndicalisme..., op. cit, p. 57.

9 Fontaine J. (dirigeant du syndicat du Rhône), L'École de la Fédération, n° 42, 12 juillet 1919.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540