Version classiqueVersion mobile

Syndicats et associations

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Françoise Tétard

Première partie. Présyndicalisme

« Tous pour un, un pour tous ! » : les comités de retraités de gendarmerie à la Belle époque

Arnaud-Dominique Houte

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Arnaud-Dominique Houte

  • 1 .Kalifa. D., L'encre et le sang. Récits de crime et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1995 (...)
  • 2 Berliere J.-M., « "Quand un métayer veut être bien gardé, il nourrit ses chiens". La difficile nai (...)
  • 3 L'Ouest-Éclair, 1er octobre 1907.

2À l'automne 1907, le premier congrès des retraités de la gendarmerie inspire le grand quotidien breton, L'Ouest-Éclair-. « une nouvelle qui fait le tour de la presse et qui étonne, car, pour une nouveauté, c'en est une - quel signe des temps ! -, les gendarmes d'allure si pacifique vont se réunir en congrès à Nantes ». À l'image de ce texte, le traitement médiatique de cet événement se concentre sur l'antinomie entre le statut militaire des gendarmes et l'image révolutionnaire des « congrès ». En plein débat sur le syndicalisme des fonctionnaires, alors que l'armée réformée par le service de deux ans commence à inquiéter la société1, la gendarmerie suivrait-elle l'exemple de la police, qui, depuis une dizaine d'années, connaît le développement d'associations professionnelles parasyndicales2 ? La presse peut rassurer ses lecteurs à bon compte : « ce n'est point, comme certains organes l'ont à tort publié, les gendarmes en activité qui se groupent3 » ; seuls les retraités se rassemblent au sein d'une Fédération nationale.

  • 4 Les archives de l'association étant disparues ou inaccessibles, seule leur presse - Le Progrès de (...)

3Néanmoins, la confusion ainsi dénoncée attire l'attention, car ces anciens gendarmes vont rapidement avancer des revendications « pour l'active » et se muer en porte-parole d'une institution fragilisée par les mutations de la Belle Époque. S'il n'est pas rare qu'une association rassemble tout ou partie d'une corporation privée d'expression syndicale, il est plus surprenant qu'un groupement de retraités prétende représenter et défendre ses anciens camarades. Cette situation originale invite à interroger de plus près les motivations d'un engagement militant. Sans doute ne faut-il pas négliger les intérêts particuliers des retraités et de leurs dirigeants4 : la défense des gendarmes s'inscrit bien dans une stratégie autonome, mais elle ne s'y résume pas. Encore imprégnés d'une culture professionnelle forte, les retraités se prennent au jeu des revendications avec une ferveur qui permet de reformuler le problème de la légitimité des organisations médiatrices.

Un amicalisme militant : naissance et développement des comités de retraités

  • 5 Le Progrès de la Gendarmerie, 5 mai 1912.

4Il faut d'abord présenter ces retraités qui défrayent la chronique. Si l'on en croit les romans populaires, le retraité de la gendarmerie est une sorte de vieux sage du monde rural. Enterré avec son bicorne et ses médailles, entouré de ses anciens camarades, il reste profondément marqué par le métier qu'il a longtemps exercé. Du reste, on parle de lui comme de « l'ancien gendarme ». Cette vision très répandue ne correspond guère à la réalité de la Belle Époque. D'abord, parce que les gendarmes bénéficient de pensions précoces. Attribuées après quinze ou vingt-cinq ans de carrière, les retraites sont versées à des hommes encore jeunes. Leur montant ne suffit d'ailleurs pas à entretenir une famille, et les gendarmes pensionnés entament une seconde carrière, parfois voisine (garde champêtre, policier, sinon cultivateur), plus souvent dépaysante (représentants de commerce, gardiens d'usine, receveurs buralistes). Ils s'intègrent à de nouveaux milieux sociaux et perdent progressivement contact avec leur ancienne profession. Dans les actes de décès, les retraités de la gendarmerie ne figurent pas toujours sous cette idenfication professionnelle. Peut-on encore parler d'un groupe social cohérent ? Selon Le Progrès de la Gendarmerie, « les huit dixièmes des anciens gendarmes de Rennes ne se connaissaient pas ; ils passaient les uns à côté des autres, en indifférents5 ». Néanmoins, si les parcours de retraite restent individualisés, ils commencent à s'homogénéiser. Les filières de reconversion se perpétuent et se transmettent d'une génération à l'autre, tandis que le vieillissement de la population crée les conditions d'une seconde retraite, dans laquelle l'ancienne identité gendarmique s'épanouit plus volontiers.

  • 6 Chaque localité compte alors une société de médaillés ou d'anciens sous-officiers. On peut suppose (...)

5Le vrai tournant se situe dans les dernières décennies du siècle. Avec la revalorisation du niveau des pensions militaires, en 1881, la retraite devient la clé d'un statut social qui mérite d'être défendu face à la cherté de la vie. Dans le même temps, le volume des médailles militaires n'augmente pas au rythme croissant des départs en retraite. Or, cette décoration constitue un enjeu bien réel : dotée d'un traitement annuel significatif, souvent exigée des futurs employeurs des gendarmes, elle distingue l'ancien soldat des retraités civils, dont la multiplication récente risque de banaliser l'image valorisante du pensionné. Enfin, les anciens gendarmes ne bénéficient pas pleinement des nouveaux avantages sociaux dévolus à leurs camarades en activité. C'est en particulier la Caisse du Gendarme, puissante société de secours mutuels, qui réserve l'essentiel de ses bienfaits aux personnels en activité. Déceptions et sentiment d'injustice nourrissent alors une conscience de groupe qui peine à s'exprimer. Mais les nouvelles possibilités d'une société démocratique favorisent l'apprentissage d'une culture revendicative forgée, notamment, dans les secondes carrières ou dans les sociétés d'anciens militaires6. Il ne manque plus qu'à réveiller un cheval de bataille fédérateur, l'unification des retraites. En effet, depuis la loi de 1841, les gendarmes qui ont été sous-officiers avant d'entrer dans la profession disposent d'une retraite plus élevée que leurs camarades, voire même que leurs anciens supérieurs. Cette injustice avait été signalée de longue date, mais le combat n'est relancé qu'à l'orée du xxe siècle.

  • 7 Maire G., Étude sur la gendarmerie par Georges Maire et un gendarme en activité de service, Paris, (...)
  • 8 Discours de Charrier au comité de Nantes, août 1906, cité par L'Ouest-Éclair, 14 octobre 1907.

6Un premier groupe de retraités se forme à Marseille, vers 1901. Malgré une active campagne de pétitions, ponctuée par l'accueil bienveillant du Président de la République, ce comité trébuche rapidement. On lui reproche d'abord le choix d'une bataille juridico-politique, qui l'amène à choisir pour porte-parole un avocat et quelques députés. Dessaisis de l'expression de leurs revendications, les retraités sont menacés d'une dérive politique. De plus, ils donnent l'impression d'exclure de leurs rangs les anciens gradés. L'échec est patent, mais plusieurs comités locaux se sont formés en imitation des pionniers marseillais. Beaucoup disparaissent, à tel point qu'en 1905, un observateur estime que « les gendarmes n'éprouvent plus le besoin de se réunir pour parler des patrouilles et visites inopinées ou commenter le service intérieur de l'arme7 ». Mais d'autres groupements survivent aux déceptions militantes en développant des pratiques amicalistes. Eugène Charrier, fondateur du comité de Nantes, ne veut y voir qu'un repli provisoire : « nous avons jusqu'ici travaillé à établir entre nous des liens de solidarité et de mutualité, en aidant nos camarades à trouver des emplois, en aidant les veuves et les orphelins. Aujourd'hui, notre rôle change8 ».

  • 9 Bergès M., op. cit., p. 46-47.
  • 10 Le Progrès de la Gendarmerie, 25 décembre 1911.
  • 11 Service historique de l'Armée de Terre, 8 Yf 14707, dossier Leroux.

7La deuxième étape du mouvement des retraités commence donc en Bretagne. En octobre 1906, le principe d'un congrès national est décidé. Faut-il y voir l'écho du grand congrès des associations policières, tenu à Lorient en cette même année9 ? La filiation semble évidente, mais il est remarquable qu'aucun retraité n'y fasse jamais référence... En tout cas, le rapprochement des comités dispersés est mené tambour battant. Le congrès d'octobre 1907 réunit un large arc atlantique. Dès 1908, les comités du Sud-Est rejoignent le mouvement. En 1909, avec l'arrivée de la région parisienne, l'ensemble du pays est représenté. Pour autant, il est pratiquement impossible de mesurer l'audience réelle de ces groupements. Si l'on en croit les proclamations officielles, la Fédération compte entre 10 000 et 20 000 adhérents... Chiffrage très flou et sûrement peu fiable. En 1911, Le Progrès l'avoue implicitement : « ce n'est pas quelques milles que nous devrions être, mais bien trente mille10 ! ». En fait, la volatilité des effectifs incite à la prudence. L'exemple de Louis Leroux montre bien que les ressorts de l'adhésion ne relèvent pas forcément du militantisme. Tombé gravement malade en 1913, ce gendarme obtient une mise à la retraite accélérée grâce à l'entremise des comités bretons. Dans son appartenance à la Fédération, comment faire la part de la reconnaissance de dette et du combat militant11 ? Sans doute ce cas n'est-il pas isolé : les groupes locaux privilégient l'amicalisme et le mutualisme.

  • 12 Pour un aperçu de cette crise, Berliere J.-M., « La gendarmerie en question au début du xxe siècle (...)

8Face à ces réalités, la création de la Fédération nationale des retraités de la gendarmerie, en 1907, fournit un cadre unitaire centré sur le militantisme. Jaloux de leur autonomie, les comités locaux ne laissent guère d'autre place aux instances centrales. Ainsi, il n'est jamais question de développer le mutualisme à l'échelle nationale. Dès lors, les dirigeants de la Fédération vont construire leur légitimité sur la publicité des revendications, à commencer par le serpent de la mer de l'unification des retraites. Mais les comités locaux ont également pris de l'avance en ce domaine : banquets, pétitions, fidélisation de parlementaires, toutes les recettes sont déjà développées. Il ne reste à la Fédération naissante que le pari de la médiatisation. Dans un premier temps, on orchestre donc un battage médiatique autour des congrès. Pour aiguiser la curiosité publique, les retraités ne peuvent pas se contenter d'une revendication aussi technique que celle de l'unification. En attirant l'attention sur la crise que traverse la gendarmerie, ils s'inscrivent dans un débat beaucoup plus large12 : recrutement insuffisant, militarisme désuet, encadrement incompétent, toutes ces critiques apparaissent dans les marges des congrès, mais au centre de leur retentissement médiatique. Ce faisant, la Fédération abandonne la sphère étroite des intérêts privés des retraités. Il faut dire qu'elle vole au secours d'une demande de plus en plus pressante.

Porter la voix des gendarmes

  • 13 Le Progrès de la Gendarmerie, 15 octobre 1912.
  • 14 Cité par Mahe F., À travers la Maréchaussée, Paris, Régnier, 1929, p. 41.
  • 15 Mahé F., op. cit., p. 33-34. L'écrasante majorité des gendarmes est mariée. Parmi ces épouses, on (...)

9« Nous les gendarmes, 28 000 muets13 ». Cette formule d'un lecteur du Progrès de la Gendarmerie résume bien la situation du corps au début du xxe siècle. En raison de leur statut militaire, les gendarmes ne disposent pas du droit de vote. Ils n'ont pas plus le droit de signer des pétitions collectives, et ils doivent demander l'autorisation de publier tout écrit. Bien sûr, il existe quelques moyens de passer outre ces interdictions : usage des pseudonymes, relais de la presse locale, etc. Mais leur portée reste limitée. La presse professionnelle fournit un autre vecteur d'expression, mais elle est contrôlée par de grandes maisons commerciales et les rédactions sont peuplées d'officiers aux idées plutôt traditionnelles. La transmission hiérarchique reste donc de règle, avec toutes ses rigueurs militaires. En témoigne cet ordre d'inspection daté de 1917 : « en remplaçant l'esprit corporatif ouvrier dans ce qu'il a d'outré par l'esprit militaire, l'esprit de corps et le sentiment élevé du devoir, le corps des officiers établira la base des améliorations futures beaucoup plus sûrement qu'en réunissant les revendications auxquelles les nouvelles conditions économiques ont accoutumé la nation14 ». Si tant est qu'elle ait jamais fonctionné, cette invitation à l'ascèse se heurte aux réalités sociales du nouveau siècle. Stagnation de la solde, sévérité d'une discipline archaïque, incohérence des missions : l'insatisfaction se renforce au miroir des autres professions - polices, douanes, postes -, apparemment plus libres de revendiquer. Elle se nourrit même au foyer domestique, où les femmes de gendarmes peuvent parfois « tâter du paradis syndical15 ». Au cœur de la crise, la gendarmerie se cherche un porte-voix.

  • 16 Service historique de la Gendarmerie nationale (SHGN), 44e 53, rapport du commandant de la Loire-I (...)

10Ici intervient donc la Fédération. Il faut préciser que les anciens gendarmes qui la dirigent sont des retraités de fraîche date. Cette prime à la jeunesse est flagrante : sur les 31 militants mandatés au congrès de 1909, un seul avait quitté la gendarmerie depuis plus de dix ans. On peut ainsi supposer que ces responsables gardent des contacts personnels au sein de l'active. Plus encore, on peut se demander s'ils ne sont pas plus proches de leurs collègues restés sous l'uniforme que de leurs camarades des comités. En tout cas, leur intervention provoque une véritable polémique. C'est d'abord la décision de s'adresser aux gendarmes en activité qui irrite le ministère. Dès le 10 janvier 1908, une circulaire dénonce « un mouvement absolument contraire à la discipline » et met en garde les gendarmes « contre les agissements du comité dont il s'agit ». Certains officiers profitent de l'aval hiérarchique pour durcir le ton, à l'image du capitaine Boschet qui, « commentant la circulaire [...], aurait dit en substance aux gendarmes qu'il fallait être militaire, agir en militaire et non comme des Apaches16 ». De toute évidence, le feu couve entre l'institution et ses retraités.

  • 17 L'Écho de la Gendarmerie, 12 mai 1912. Ajoutées à des querelles de personnes, ces réticences vont (...)
  • 18 Conclusions du Congrès, citées par Le Phare de la Gendarmerie, 1er avril 1909. Après 1911, le Prog (...)

11Au grand dam de la majorité des comités, respectueux des usages militaires, les franges militantes de la Fédération gardent le cap et prennent le risque de la rupture. Contraintes d'abandonner la distribution de pétitions aux gendarmes, elles obtiennent la création d'un journal, Le Progrès de la Gendarmerie, dont le premier numéro paraît en mars 1911. Cet hebdomadaire porte désormais les revendications de la gendarmerie, au nom de « l'union des jeunes et des vieux ». Encore une fois, la base a rechigné à accepter un projet qui avait été annoncé dès 1907. Dépense superflue, sans doute, mais surtout risque de radicalisation, sinon de dispersion. En 1912 encore, certains comités préfèrent envoyer leurs comptes rendus de réunion à un journal concurrent plutôt qu'à leur nouvel organe officiel17. Comme le reconnaît le congrès de 1909, on « nous reproche de trop nous occuper du sort des gendarmes en activité18 ». Mais ce même congrès accepte de subordonner la revendication de l'unification des retraites à celle de l'augmentation de la solde... Contestée, la stratégie du Comité exécutif est finalement confortée.

  • 19 Le Progrès de la Gendarmerie, 15 mars 1912.
  • 20 On se permettra de renvoyer à notre thèse, en préparation, sur Le métier de gendarme national au x (...)
  • 21 SHGN, 44E 53, rapport du commandant de la Loire-Inférieure, 24 octobre 1908.

12Les résultats parlent en sa faveur. D'abord au niveau des revendications : les victoires restent partielles, progressives et partagées, mais la revalorisation de la solde et des retraites marque un indéniable progrès. De plus, les nouveaux règlements prennent en compte les positions affichées par une Fédération qui contribue largement à l'accélération des décisions. Plus généralement, l'occupation de l'espace médiatique transforme la Fédération en interlocutrice obligée des pouvoirs publics. En témoignent les discussions budgétaires, lors desquelles les députés proposent des amendements ouvertement inspirés de ses revendications. Il est vrai que « retraités, familles et amis comptent pour plus de 100000 voix19 »... En assumant un rôle de groupe de pression que réfutent les autres porte-parole potentiels des gendarmes20, la Fédération se construit un monopole de la représentation. Sans doute s'agissait-il d'abord d'une « tactique qui avait pour but de se donner de l'importance21 ». Mais le succès de cette opération dépasse les prévisions et entraîne de nouvelles responsabilités.

Les chemins du proto-syndicalisme

  • 22 Pour une analyse plus détaillée du discours des retraités, Houte A.-D., « Un métier en crise ? La (...)
  • 23 Le Progrès de la Gendarmerie, 5 septembre 1913.
  • 24 Le Progrès de la Gendarmerie, 5 février 1914.
  • 25 Hirschmann A., Face au déclin des entreprises et des institutions, Paris, Éditions Ouvrières, 1972

13En quelques années, les comités de retraités sont devenus une institution majeure. Nés de revendications privées et délimitées, ils ont bâti leur notoriété sur un discours hétérodoxe22. Dans le détail, leurs revendications ne diffèrent pas spécifiquement de celles des autres journaux. Mais ce sont la forme et le fond du discours qui distinguent leurs prises de position. D'abord par la vigueur inaccoutumée des critiques, parfois nominatives et toujours exprimées dans un langage vif, sinon agressif. Comment interpréter cette virulence ? Les détracteurs des retraités y ont lu l'amertume de mauvais gendarmes aigris. Mais cette interprétation ne résiste pas à l'analyse. La majorité des dirigeants de la Fédération ont achevé de belles carrières de sous-officiers. Très peu ont abandonné le métier avant de bénéficier d'une retraite d'ancienneté. Sans doute peut-on deviner, derrière tel article de Mordan, une charge directe contre l'officier qui l'a privé d'avancement. Ou encore, chez Manganèse, une jalousie envers ceux qui l'ont devancé sur le tableau d'attribution de la médaille militaire. Mais ces déceptions individuelles nourrissent des réflexions plus globales. De plus, il ne faut pas toujours se fier au ton des articles, que contredit souvent le « plancher » du journal. Dans la « petite correspondance », où les rédacteurs répondent aux questions des lecteurs, on recommande de « toujours avoir une attitude militaire ; donner le bras à une femme, même la sienne, sent la garde nationale à une lieue23 ». Ce conseil peut surprendre dans un journal qui bataille pour obtenir la permission de délaisser l'uniforme le dimanche... De nombreux exemples pourraient témoigner de ce retour du refoulé. Comme le dit Mordan, « nous ne voulons oublier que tu fus notre mère, quoique tu ne fus souvent qu'une rude marâtre24 ». Malgré les apparences, les retraités défendent fermement l'institution. Sans doute peut-on y lire la résistance d'une culture professionnelle encore solidement ancrée. Mais il faut surtout lever la contradiction apparente entre la dénonciation et la défense en convoquant les analyses classiques d'Albert Hirschmann25. C'est bien en ouvrant des fenêtres d'expression — voice - que les retraités limitent les départs ou la désaffection — exit— des gendarmes. On a affaire, en quelque sorte, à un exutoire intégré. Là où la hiérarchie ne parvient plus à transmettre les valeurs du métier, les retraités peuvent prendre le relais, en véhiculant une identité professionnelle modernisée, mieux adaptée aux nouveaux discours sociaux.

  • 26 Le Progrès de la Gendarmerie, 15 janvier 1913 et 15 avril 1914.

14Sur le fond, la presse des retraités met en œuvre une sorte de doute radical qui attaque les racines de l'institution. Ouvert à toutes les tribunes libres, Le Progrès abrite ainsi des projets de démilitarisation complète ou de refonte totale de l'organisation territoriale. Autant de principes constitutifs de la gendarmerie qui n'échappent pas aux remises en question. Peu importe que ces revendications extrêmes soient reniées dans les positions officielles. Elles ont peut-être un rôle publicitaire — faire scandale pour attirer l'attention. Mais leur simple expression prouve surtout que l'ambition des retraités ne se limite pas à l'obtention d'avantages spécifiques. Bien plus largement, ils cherchent à prendre place dans le vaste débat qui s'élabore autour de la crise sécuritaire. Généraux, préfets, magistrats, sont régulièrement interrogés sur les transformations à apporter à la gendarmerie, mais les principaux intéressés n'ont jamais eu voix au chapitre, en l'absence d'une véritable Direction de la Gendarmerie. C'est en ce sens que les retraités apportent une véritable innovation. Non contents de revendiquer haut et fort la création d'une Direction, ils se présentent eux-mêmes comme un interlocuteur fiable. Dès 1913, le comité de Rouen recommande aux pouvoirs publics soucieux « de se renseigner sérieusement sur la valeur de la création d'une gendarmerie mobile, [...] de s'adresser aux comités de retraités de la gendarmerie qui seront en mesure de fournir des indications précieuses ». Un an plus tard, Le Progrès reprend l'argument à son compte : « l'adoption du casque fait débat. Pourquoi ne pas avoir, au préalable, consulté les intéressés, c'est-à-dire les comités d'anciens gendarmes retraités26 ? ». L'assimilation ne fait plus de doute : les retraités se présentent comme les représentants officiels de la gendarmerie. À l'heure où les revendications aboutissent, le groupe de pression se transforme en groupe d'expertise.

  • 27 Le Progrès de la Gendarmerie, 15 avril 1913.
  • 28 Berliere J-M„ « Quand un métayer... art. cit. », p. 51.
  • 29 Siwek-Pouydesseau J., Le syndicalisme des fonctionnaires jusqu'à la Guerre Froide, Lille, PU Septe (...)
  • 30 Berges M., op. cit., p. 353.

15En 1914, le schéma de fonctionnement semble solidement établi autour de trois piliers. À la base, des groupes locaux, sur le modèle du comité de Nantes : « nous trouvons des emplois, nous versons des secours lors des décès. [...] Avec la partie de manille, tous les dimanches matin, ces belles sociétés sont le prolongement de la vie militaire, un peu embellie27 ». Au sommet, d'un côté, Le Progrès de la Gendarmerie qui recueille les doléances et structure les débats ; de l'autre, le comité exécutif de la Fédération, qui consolide ses entrées auprès des députés et des ministres. Amicalisme, revendication et expertise sont étroitement liés dans une structure triangulaire qui s'est construite au gré des rapports de force et des contextes. On retrouve donc certains traits typiques du pré-syndicalisme de la Belle Époque, en particulier cette séparation des rôles et « la vie associative bien traditionnelle et bien vivante28 » qui précède l'expression revendicative. Mais deux différences centrales apparaissent. D'abord, à la différence des organisations de fonctionnaires29, il ne s'agit pas de gagner, mais de défendre, un statut que le gendarme, militaire de carrière, possède de longue date. Voilà qui favorise une rhétorique volontiers réactionnaire, que contrebalance une seconde spécificité : contrairement aux associations de policiers qui « participent à l'idéologie de l'institution, la matérialisent30 », les retraités s'efforcent plutôt de la réformer et de la réaménager. Dans un contexte de crise, le culte du progrès l'emporte sur le mythe de l'âge d'or. C'est peut-être cet équilibre conjoncturel qui explique le succès paradoxal d'une représentation indirecte des intérêts des gendarmes.

*

  • 31 Dieu F. La gendarmerie, secret d'un corps, Bruxelles, Complexe, 2002, p. 275-285.

16Cette médiation pouvait-elle survivre aux mutations du xxe siècle ? Après la Première guerre mondiale, en dépit de scissions, le mouvement des retraités garde une influence considérable31. Encore au printemps 1989, ce sont les journaux de retraités qui révèlent la « grogne » des gendarmes. Mais le porte-voix n'est plus suffisant, et seules les lettres anonymes permettront d'attirer l'attention des grands médias. Plus récemment, lors de la crise de 2001, on sait que l'usage du réseau Internet a court-circuité le rôle traditionnel des retraités. De plus, le fossé des générations est sans doute trop creusé, l'identité professionnelle trop mobile, pour que les anciens puissent rendre compte des revendications de l'active. L'apparition d'associations de femmes de gendarmes et de structures de dialogue internes au monde militaire semble sceller ce divorce. Ainsi se referme une forme originale de syndicalisme par procuration.

Notes

1 .Kalifa. D., L'encre et le sang. Récits de crime et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1995, p. 145.

2 Berliere J.-M., « "Quand un métayer veut être bien gardé, il nourrit ses chiens". La difficile naissance du syndicalisme policier : problèmes et ambiguïtés (1900-1914) », Le Mouvement Social, juillet- septembre 1993, n° 164, p. 25-51 ; Bergès M., Le syndicalisme policier en France (1880-1940), Paris, L'Harmattan, 1995, 382 p.

3 L'Ouest-Éclair, 1er octobre 1907.

4 Les archives de l'association étant disparues ou inaccessibles, seule leur presse - Le Progrès de la Gendarmerie, pour l'essentiel - permet de suivre l'histoire du mouvement dans sa continuité. Néanmoins, les nombreux affrontements qui prennent place dans les « tribunes libres » donnent un aperçu global des camps en place et de leurs positions respectives.

5 Le Progrès de la Gendarmerie, 5 mai 1912.

6 Chaque localité compte alors une société de médaillés ou d'anciens sous-officiers. On peut supposer que les anciens gendarmes n'ont pas hésité à se joindre à ces groupements très populaires.

7 Maire G., Étude sur la gendarmerie par Georges Maire et un gendarme en activité de service, Paris, Cahn, 1905, p. 23.

8 Discours de Charrier au comité de Nantes, août 1906, cité par L'Ouest-Éclair, 14 octobre 1907.

9 Bergès M., op. cit., p. 46-47.

10 Le Progrès de la Gendarmerie, 25 décembre 1911.

11 Service historique de l'Armée de Terre, 8 Yf 14707, dossier Leroux.

12 Pour un aperçu de cette crise, Berliere J.-M., « La gendarmerie en question au début du xxe siècle », in Luc J.-N. (dir.), Gendarmerie, État et société au xixe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 101-115.

13 Le Progrès de la Gendarmerie, 15 octobre 1912.

14 Cité par Mahe F., À travers la Maréchaussée, Paris, Régnier, 1929, p. 41.

15 Mahé F., op. cit., p. 33-34. L'écrasante majorité des gendarmes est mariée. Parmi ces épouses, on compte notamment beaucoup d'institutrices ou de petites fonctionnaires.

16 Service historique de la Gendarmerie nationale (SHGN), 44e 53, rapport du commandant de la Loire-Inférieure, 12 février 1908.

17 L'Écho de la Gendarmerie, 12 mai 1912. Ajoutées à des querelles de personnes, ces réticences vont même mener une minorité à la scission.

18 Conclusions du Congrès, citées par Le Phare de la Gendarmerie, 1er avril 1909. Après 1911, le Progrès de la Gendarmerie consacre les trois quarts de sa pagination aux gendarmes en activité.

19 Le Progrès de la Gendarmerie, 15 mars 1912.

20 On se permettra de renvoyer à notre thèse, en préparation, sur Le métier de gendarme national au xixe siècle. La construction d'une identité professionnelle, Paris IV, sous la direction de Jean-Noël Luc.

21 SHGN, 44E 53, rapport du commandant de la Loire-Inférieure, 24 octobre 1908.

22 Pour une analyse plus détaillée du discours des retraités, Houte A.-D., « Un métier en crise ? La gendarmerie de la Belle Époque d'après ses retraités », Sociétés § Représentations, n° 16, septembre 2003, p. 153-165.

23 Le Progrès de la Gendarmerie, 5 septembre 1913.

24 Le Progrès de la Gendarmerie, 5 février 1914.

25 Hirschmann A., Face au déclin des entreprises et des institutions, Paris, Éditions Ouvrières, 1972.

26 Le Progrès de la Gendarmerie, 15 janvier 1913 et 15 avril 1914.

27 Le Progrès de la Gendarmerie, 15 avril 1913.

28 Berliere J-M„ « Quand un métayer... art. cit. », p. 51.

29 Siwek-Pouydesseau J., Le syndicalisme des fonctionnaires jusqu'à la Guerre Froide, Lille, PU Septentrion, 1989, p. 34.

30 Berges M., op. cit., p. 353.

31 Dieu F. La gendarmerie, secret d'un corps, Bruxelles, Complexe, 2002, p. 275-285.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search