Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le négoce français au Chili

 | 
Enrique Fernández-Domingo

Conclusion

Enrique Fernández-Domingo

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1L’étude quantitative des échanges commerciaux franco-chiliens, nous a permis de préciser les caractéristiques de leur évolution et leurs structures. Le commerce franco-chilien présente les caractéristiques des échanges entre un pays industriel et un partenaire qui se trouve à la « périphérie » du système capitaliste mondial : importation en France de matières premières nécessaires au développement économique, exportation de produits manufacturés vers le marché chilien.

2L’analyse des chiffres nous montre qu’il existe un recul général du commerce français au Chili. Celui-ci éprouve des difficultés à conserver sa part de marché face à la pénétration des autres puissances commerciales dans un marché concurrentiel. Cependant, si nous analysons les données sous une autre échelle nous remarquons que même si les chiffres généraux nous montrent clairement le recul français, l’analyse de la part de marché que gardent les produits de l’industrie textile et les produits de luxe d’origine française nous amène à tirer de conclusions plus nuancées. Malgré la forte concurrence, au début du xxe siècle, la France continue à fournir un quart des produits de luxe achetés par le Chili et 18-17 % environ des produits de l’industrie textile. Nous pouvons donc observer que face à la forte pénétration et le développement du système commercial allemand et américain, la France arrive à garder une part important du marché chilien de produits de l’industrie textile. Elle résiste aussi dans des secteurs tels que l’industrie chimique, le vin et les liqueurs.

3Nous pensons que trois circonstances principales peuvent expliquer tous ces faits. Tout d’abord, le choix délibéré de la part des négociants et industriels français pour développer leurs affaires dans d’autres contrées moins exposées à la concurrence. La raison structurelle la plus importante de la « décélération » du commerce français au Chili est la trop lente substitution dans les structures productives françaises du travail par le capital. L’absence de modernisation de l’appareil productif fait que les industriels sont concurrencés jusque dans les secteurs qu’ils dominaient jusque-là. L’industrie française est surtout tournée vers la fabrication de produits à haute valeur ajoutée. Cela entraîne de grandes difficultés au moment de la conquête d’un marché émergent comme celui du Chili où la structure de la demande est modifiée. En outre, l’arrivée de produits de moindre qualité, mais bon marché, provenant d’autres pays industriels ainsi que de la nouvelle industrie chilienne explique que le marché chilien est laissé de côté par de nombreux industriels français préférant replier, soit sur le marché intérieur, soit sur le marché colonial. Nous croyons qu’en lui-même, le marché colonial n’a pas détourné les exportations françaises d’autres marchés. Nous pensons que le marché colonial apparaît comme une possibilité de retarder les changements nécessaires des structures industrielles et commerciales de quelques secteurs de l’économie française, pour rendre les produits français compétitifs face à la rude concurrence. Plus les conditions du marché extérieur deviennent difficiles plus la part du marché colonial dans le commerce extérieur croît.

4Deuxièmement, il faut noter l’importance du rôle des négociants de la colonie commerciale en tant que plaque tournante du système commercial français au Chili. Le négociant français se trouve au cœur des échanges commerciaux entre les deux pays. Les maisons de commerce de vente en gros et au détail, ainsi que la petite et moyenne industrie sont les principaux importateurs de produits français de consommation et d’équipement. Le négociant fait connaître et met à portée du client chilien les produits de consommation français. Grâce à l’activité de la colonie commerciale, la France réussit à garder, face à la concurrence des autres puissances commerciales dans ses créneaux, sa part de marché résultante du partage de l’outre-mer commercial chilien.

5Enfin, les défaillances du système commercial français font que la France soit sur la défensive face à l’activité commerciale agressive de ses concurrents. L’organisation et les techniques commerciales sont essentielles pour développer le négoce français. Les principaux concurrents commerciaux de la France au Chili opèrent une importante transformation grâce à l’apparition de nouvelles techniques (des méthodes publicitaires efficaces, des agents spécialisés et connaissant bien le marché chilien), de nouvelles organisations du travail (une forte division du travail chez les Allemands et les Anglais, une concentration de tâches chez les Américains) et de nouveaux modes de financement (l’action sur place des banques occidentales). Le commerce français, au contraire, n’opère pas une complète transformation de ses structures et le décalage par rapport aux pays concurrents est en grande partie une des causes du recul important de ses positions commerciales. Les grandes lacunes de l’organisation commerciale, un certain désintérêt envers ce marché et les techniques déficientes utilisées par les industriels français affaiblissent considérablement l’action commerciale française face à la concurrence. L’organisation du commerce français s’avère incapable d’aider au développement des échanges entre les deux pays. La longue absence et le rôle très secondaire des instruments du négoce français dans ce pays provoquent de grandes difficultés pour les négociants. Ceux-ci sont obligés d’utiliser les instruments commerciaux de ses principaux concurrents. Cette utilisation met le commerce français dans une position d’infériorité face à ses concurrents.

6En conséquence, bien qu’il existe un recul général de l’importance commerciale française, nous pouvons affirmer, pour le cas chilien, que la vision négative que l’historiographie française porte sur l’évolution du commerce français pendant la période 1880-1929 devrait être nuancée. Face à la forte concurrence dans les secteurs des produits de luxe et de l’industrie textile, la France arrive à conserver une part important du marché chilien. Bien que la tendance générale du commerce français nous montre un fort recul, dans certains secteurs la France réussit à résister. L’activité de ses négociants, malgré les difficultés posées par les défaillances du système commercial français, fait que la France conserve une part relativement importante du marché chilien de produits de l’industrie textile et de luxe.

7Nous avons tenté de mettre en lumière, à travers l’étude des éléments constitutifs du « système négociant » français au Chili, l’évolution et les structures du négoce français dans ce pays. Ces aspects n’avaient pas suscité, jusqu’ici, un grand intérêt chez les historiens français. Outre le peu de travaux consacrés aux relations économiques entre la France et le Chili, l’historiographie française était marquée par une forte tendance à la généralisation. Néanmoins, il serait essentiel, pour mieux comprendre le développement commercial français en Amérique du sud, de faire la comparaison du cas chilien avec le cas argentin et le cas uruguayen. Il est nécessaire de savoir si le cas chilien est exceptionnel ou c’est la tendance normale dans le cône sud américain. Nous espérons que notre recherche, éminemment empirique, fournira des éléments susceptibles de placer cette étude du négoce français au Chili sur une échelle différente : celle de l’ensemble du négoce international français.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540