Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le négoce français au Chili

 | 
Enrique Fernández-Domingo

Troisième partie. Évolution, difficultés et adaptations du négoce français au Chili

Chapitre 8. À la source des problèmes français au Chili : une organisation commerciale déficiente

Enrique Fernández-Domingo

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Verley P., op. cit., introduction.

1À partir de la fin du xixe siècle, le bouleversement des structures du capitalisme mondial provoque une forte pression de la demande. On pourrait paraphraser P. Verley en disant que la consommation ne peut se développer en l’absence d’un réseau d’« intermédiation » permettant aux consommateurs de connaître les marchandises et d’y accéder1. Ce réseau se transforme grâce à l’apparition de nouvelles techniques, de nouvelles organisations du travail et de nouveaux modes de financement.

  • 2 Bâtiment à la coque en fer, faits pour la marche mais capable de transporter de grandes quantités (...)
  • 3 Bâtiment navigant à la vapeur avec de lourdes machines et des cales énormes pour stocker le combus (...)
  • 4 Navire de dimension moyenne transportant de passagers et courrier. Dans les paquebots mixtes le na (...)

2Le développement de la seconde révolution industrielle provoque, en même temps, une nécessité d’approvisionnement régulier en matières premières variées. Cela s’accompagne d’une perturbation des espaces économiques facilitée encore par le progrès des transports. Ce progrès commence donc à jouer un rôle essentiel dans les échanges maritimes. La construction de clippers2, l’apparition des steamers3, l’essor du paquebot4, lié à l’important développement du transport de voyageurs, la création du navire frigorifique, l’utilisation de l’hélice, le moteur, et d’autres innovations terminent de transformer les modes de navigation.

3La fin du xixe siècle connaît aussi une forte expansion bancaire dans les nouvelles contrées. La Banque européenne, et plus tard la Banque américaine, s’implantent fortement dans les contrées offrant des affaires commerciales et industrielles à forte rentabilité.

4Au cours de cette période s’opère, parallèlement, une montée des nationalismes et l’on assiste à l’apparition d’un impérialisme politique et économique dans lequel l’appareil étatique est de plus en plus impliqué. Pour le pouvoir politique, la réussite économique sur un pays concurrent devient un moyen d’affirmation de la grandeur nationale.

5Dans ce monde en continuel changement, les méthodes et les instruments commerciaux français au Chili sont-ils bien adaptés ? Quel rôle ont-ils joué dans l’érosion des positions françaises dans ce pays ?

La vision des contemporains : le Chili, un marché concurrentiel de « pays neuf »

6Les récits des témoins des premières décennies du xixe siècle présentent les activités des étrangers établis au Chili de façon assez descriptive. Les ressortissants étrangers forment des groupes qui se rassemblent du fait de leur lien commun : la nationalité d’origine. Les groupes nationaux créent des organisations et des institutions qui conservent une grande orientation patriotique et s’efforcent de ne pas couper les liens avec leurs métropoles respectives. Ces colonies apparaissent aux yeux des voyageurs comme la transposition au Chili, de la lutte économique que les différents pays occidentaux mènent à l’échelle mondiale.

7La colonie la plus citée en ce début du xixe siècle est la colonie anglaise, après la colonie française évidemment. À cette période, les Anglais constituent presque la seule colonie à être vraiment implantée dans la vie sociale et économique chilienne.

8Le développement de la lutte économique internationale et l’arrivée des groupes des colons européens, à partir des années soixante-dix du xixe siècle, orientent l’analyse des groupes étrangers dans ce pays vers un profil plus économique. Les différentes colonies se présentent désormais comme des groupes nationaux au service du développement économique de leur pays d’origine.

9À l’étude de la colonie anglaise s’ajoutent les examens des nouveaux groupes nationaux implantés dans différentes régions du pays. Les sujets dont traitent la plupart des pages sont ceux de la colonie allemande et du développement de la présence américaine dans l’économie chilienne. Bien qu’il existe des références à d’autres colonies d’Européens, les trois groupes nationaux que nous venons de citer sont présentés comme les concurrents les plus dangereux et actifs pour les intérêts français.

Les Anglais : les « maîtres » du commerce et des richesses naturelles chiliennes

  • 5 John North débarque un jour à Chañaral en qualité d’ouvrier mécanicien. À Iquique, il achète des b (...)

10Les témoignages des auteurs français nous montrent l’omniprésence des Anglais au Chili. Pour ces auteurs, il s’agit là d’une des caractéristiques spéciales de leur colonie. L’arrivée des Anglais au pays, lors de la naissance de la nouvelle République, leur a donné la possibilité de dominer une grande partie des flux commerciaux du Chili avec le monde occidental. Un autre point souligné est l’accaparement de la nouvelle richesse du pays : le salpêtre. La référence à l’histoire du capitaine North5 et la transformation en roi du nitrate est une citation obligée dans les témoignages de la deuxième moitié du xixe siècle au point que son « épopée » est considérée comme le reflet de la réussite anglaise.

  • 6 « Les Anglais ne s’assimilent pas aux pays dans lesquels ils s’implantent », Mizgier S., op. cit., (...)

11La colonie anglaise est désignée comme un groupe national renfermé sur soi, dont la claire intention est de ne pas se mélanger à la population locale6. À la différence d’autres colonies, les commentaires de nos observateurs indiquent qu’il n’existe pas, au sein de la colonie anglaise, l’habitude de se naturaliser, ou de naturaliser ses descendants.

  • 7 Cordemoy C., op. cit., p. 22.

12L’adaptation des Anglais aux habitudes chiliennes est « nulle », et dans les quartiers où ceux-ci sont majoritaires, le voyageur français à l’impression de se trouver dans une ville anglaise. Ainsi quand C. de Cordemoy et A. Bellessort parlent de Valparaiso, ils nous expliquent que la ville est tout à fait anglaise. Au bout du compte pour ces observateurs, les Anglais du Chili se comportent comme le font leurs compatriotes dans les autres pays étrangers : « Les Anglais sont au Chili ce qu’ils sont partout. Ils vivent très à l’écart […] se marient entre eux, s’établissent d’ailleurs avec le confort qui leur est habituel7. »

  • 8 Ibidem, p. 157.
  • 9 Par exemple, E. Reclus, en parlant de la ville d’Iquique une des plus importantes villes commercia (...)
  • 10 Lafond G., op. cit., p. 166.

13Les Anglais sont localisés dans des endroits où se développent les affaires commerciales, et ils occupent les postes de responsabilité dans les entreprises tant au niveau de l’administration qu’au niveau technique8. Ils dominent les exploitations minières, une grande partie des chemins de fer, les lignes maritimes et le réseau financier9. L’importance de la présence des banques anglaises, est une des raisons de la réussite commerciale anglaise car elles « donnent de crédit d’acceptation et grâce à cela certaines maisons arrivent sans risque ni aventure à obtenir des crédits quatre ou cinq fois plus élevés que leur capital social10 ». Dans les pages dédiées à la colonie anglaise, il n’existe néanmoins pas de références à leur présence dans les régions du sud, ou à des groupes de colons anglais dans les terres agricoles.

  • 11 « Les Anglais qui n’appartiennent pas au grand commerce sont invariablement mécaniciens. Les capit (...)
  • 12 Bellessort A., op. cit., p. 56.
  • 13 Mizgier S., op. cit., p. 153.

14Cette prédominance anglaise est ressentie par nos voyageurs comme une conséquence naturelle des qualités commerciales du peuple anglais. Pour quelques auteurs, ce serait des qualités innées aux Anglais. Par atavisme, les Anglais constitueraient un peuple spécialement doté pour le négoce. G. Lafond pense que l’Anglais apprend le métier d’entrepreneur dès son plus jeune âge et C. de Cordemoy remarque que les Anglais, par rapport au reste des étrangers du Chili, « expose volontiers ses capitaux en vertu de l’adage : qui ne risque rien n’a rien11 ». Pour A. Bellessort « les Anglais se décident vite, exécutent plus vite encore. Ils ont le mérite de flairer les bons coups », qualité que n’ont pas les Français. Et « l’éclair de leur résolution est immédiatement suivi du roulement de leurs capitaux12 ». S. Mizgier considère que la ténacité proverbiale dans les affaires, chez les Anglais, « n’est le plus souvent qu’une obstination née de l’orgueil13 ». D’après les témoignages étudiés, nous trouvons chez les voyageurs français d’avant la Première guerre mondiale, une espèce de complexe d’infériorité conséquence de la réussite commerciale et financière des Anglais au détriment de leurs compatriotes du Chili.

  • 14 « Les Anglais toutefois ne sont pas de taille à lutter avec les Américains du Nord », ibidem, p. 1 (...)

15La vision de l’action anglaise commence à se modifier avec le développement de la présence allemande, mais sans questionner le leadership anglais dans l’économie chilienne. Pourtant, à partir de la Première guerre mondiale, on parle de la défaite commerciale anglaise face aux Américains14 et de la perte de contrôle d’une grande partie du commerce et des richesses naturelles du Chili.

Les Allemands : une partie de l’Allemagne au Chili

16Les paragraphes consacrés aux Allemands dans les ouvrages des auteurs français sur le Chili, mêlent admiration et préoccupations. L’admiration naît du fonctionnement interne de la colonie allemande et de sa manière de gérer les affaires économiques. Mais nous trouvons aussi de la considération pour cette colonie allemande comme un morceau de l’Allemagne au Chili. Or, dans ce cas, la colonie germanique représente aux yeux des Français l’ennemi historique de la France et son principal concurrent commercial. Le commerce allemand, à la différence de celui des Anglais et des Américains, menace d’occuper même le marché des produits de luxe et de mode, parcelle exclusive du commerce français.

17Les analyses de la colonie allemande se centrent sur l’influence économique croissante de celle-ci et aussi sur son action politique dans la société chilienne. Les réflexions sur la présence allemande commencent à prendre de l’importance à partir des années soixante-dix, avec l’arrivée des premiers émigrés allemands et leur implantation dans quelques branches de l’économie chilienne. À partir de la fin de la Première guerre mondiale et à cause de la défaite allemande, les commentaires sur la colonie allemande se réduisent par rapport à la place qu’ils occupaient avant le conflit et aux possibilités de renaissance de leur action commerciale.

  • 15 Bellessort A., op. cit., p. 2.
  • 16 Contreras F., op. cit., p. 145.

18À la fin du xixe siècle, A. Bellessort indique comment se développe la colonisation allemande dans les régions inhabitées du sud du pays. Ce membre de l’Académie française écrit que « les émigrations allemandes s’emparent peu à peu du sud du Chili. Puerto Montt et Valdivia, colonies germaniques, prospèrent, deviennent des centres industriels15 ». À la fin de la Première guerre mondiale, un livre paru en langue française, écrit par une personnalité chilienne dans le but de mieux faire connaître son pays dans les milieux d’affaires français, parle de cette expansion allemande : « Depuis la moitié du siècle dernier, les Allemands ont formé au sud du Chili une colonie florissante, qui a été le principal facteur de l’extension du commerce allemand dans le pays16. »

  • 17 Cordemoy C., op. cit., p. 226.

19Cette arrivée de colons allemands est aussi remarquée par d’autres voyageurs français. Ainsi C. de Cordemoy nous présente-t-il la principale colonie allemande, Valdivia. Il nous montre comment cette ville, et les terres de sa région, se sont transformées, depuis l’arrivée des premiers colons allemands, en « une ville allemande », à l’image de « toute la province. Les industrieux colons [allemands] ont façonné cette terre à leur image17 ».

  • 18 Bellessort A., op. cit., p. 11 et p. 31.
  • 19 Cordemoy C., op. cit., p. 24.

20Cette présence allemande n’est pas seulement remarquée dans les régions les moins habitées. L’importance commerciale que prend la colonie allemande à Valparaiso, la capitale économique du pays, ainsi que l’arrivée des Allemands dans les terres du nord du pays font elles aussi l’objet de l’attention d’A. Bellessort : « le commerce de Valparaiso est tenu en majeure partie par des Allemands. Les Schwalb, les Klanning, les Klickmann pullulent. […] L’Allemagne continue lentement sa marche envahissante vers le Nord18 ». C’est aussi l’avis de C. de Cordemoy qui nous dit que « Valparaiso sera bientôt un autre, un grand Valdivia, la colonie allemande du sud du Chili19 ».

21Au début du xxe siècle, la légation française à Santiago attire elle-même l’attention sur l’importance acquise par l’expansion des Allemands :

  • 20 Rapport du 4/8/1900, ADN, Santiago du Chili, carton 46.

« Le commerce allemand depuis vingt ans a pris un tel essor qu’il occupe maintenant le premier rang. […] Ce résultat tient en grande partie à ce qu’il existe au Chili environ 120 maisons allemandes avec un capital de 84 millions et au moins autant de crédits.
Elles font venir d’Allemagne la plus grande partie de leurs marchandises et ne s’adressent aux autres pays que si les articles demandés ne se fabriquent pas en Allemagne. Nos voyageurs de commerce et les transports maritimes rapides et à bon marché sur les beaux bâtiments allemands, favorisent puissamment le développement de nos intérêts commerciaux.
Dans les ports chiliens du sud tels que Concepción, Valdivia et Puerto-Montt, le commerce d’importation et d’exportation se trouve presque entièrement entre les mains allemandes tandis que dans les provinces centrales l’exportation consistant principalement en céréales et laines est faite par des maisons anglaises. Le fait qu’à Concepción, à côté de 25 maisons allemandes il y ait seulement 10 anglaises et françaises, montre suffisamment combien est large l’influence allemande.
[…] On a dit à la louange des banques [allemandes] qu’elles prêtent volontiers leur concours financier aux fondations nouvelles, ce qui a pour effet d’accroître sans cesse leur puissance au préjudice de leurs concurrents étrangers.
Enfin, une grande partie des entreprises industrielles est dans les mains allemandes, tout à moins les Allemands y sont-ils intéressés par des avances de fonds ou comme propriétaires. Dans les provinces de Valdivia et de Llanquihue, les plus développées de tout le Chili au point de vue industriel, toutes les usines sans exception sont allemandes ; elles consistent en 40 tanneries, grandes brasseries, abattoirs pour l’exportation, fabriques d’alcool et de savon, minoteries, fabrique de chaussures, de lin et de meubles. Plus au nord nous trouvons les mêmes industries dirigées par des Allemands. […] Le mouvement maritime entre l’Allemagne et le Chili s’est également développé d’une manière exceptionnelle. Les compagnies Hambourgeoises Kosmos et du Pacifique, entretiennent des services réguliers20. »

  • 21 ADN, Santiago du Chili, carton 46.

22Elle indique aussi leur pénétration dans les institutions chiliennes comme le montre un communiqué de 1912 à propos de l’armée chilienne : « L’armée est, au Chili, entre les mains des Allemands. Instructeurs, armes et munitions, tout à la même origine21. »

23Les auteurs français trouvent dans la colonie allemande des qualités qu’ils ne trouvent pas dans la colonie française. L’unité et la discipline à l’intérieur de la colonie, l’aide mutuelle que le nouvel arrivé trouve au sein de la communauté, la conservation des origines et des traditions germaniques, la défense patriotique des intérêts allemands, font des Allemands un exemple à imiter pour les Français qui écrivent sur le Chili.

  • 22 Lafond G., op. cit., p. 113.
  • 23 Bellessort A., op. cit., p. 325.

24Pour G. Lafond, les Allemands entretiennent dans leur colonie une excellente organisation et une forte discipline22. Ils gardent leur unité intérieure en restant renfermés sur eux, sans chercher à se mêler aux gens du pays ou aux autres colonies étrangères, attitude qui, pour A. Bellessort, conduit à défendre d’abord les intérêts de la nation plutôt que les intérêts particuliers23. Curieusement, il n’existe néanmoins pas beaucoup de colons allemands qui retournent chez eux et la plupart demandent la nationalité Chilienne :

  • 24 Cordemoy C., op. cit., p. 157.

« Les Allemands, […] font bande à part. Les commerçants teutons de Santiago, de Valparaiso, de Concepción, vont se marier à Valdivia, où la graine de fiancées ne manque pas […]. Les Allemands, même de source européenne, se font volontiers naturaliser, les fils nés au Chili sont tous Chiliens, bien que conservant l’apparence allemande, les rapatriements sont rares24. »

  • 25 Dans le cas des Chiliens d’origine allemande, le gouvernement allemand veut conserver la nationali (...)
  • 26 Mizgier S., op. cit., p. 177.

25Bien que pour nos informateurs ce soient là des qualités de la colonie allemande, pour les organismes officiels français il s’agit plutôt d’un danger pour la présence et l’influence françaises au Chili, en particulier la « fausse naturalisation » des colons allemands25, car comme S. Mizgier le souligne quelques années plus tard, « l’Allemand reste patriote tout en étant bon commerçant26 ».

  • 27 Bellessort A., op. cit., p. 325.

26L’une des raisons de la réussite du colon allemand est l’accueil de ses compatriotes. Le nouveau colon est perçu comme un élément qui fera progresser la colonie et non pas comme un concurrent. Pour A. Bellessort, « l’Allemand […] est accueilli par les siens comme une nouvelle recrue dont le concours servira à propager l’influence germanique et à consolider la colonie. On lui vient en aide ; on ouvre des débouchés à son activité. Il se sent en pays ami, presque en terre allemande27 ».

27La structure des affaires commerciales provoque l’admiration et la crainte des auteurs que nous avons lus. Ainsi insistent-ils sur l’esprit commercial allemand qui pousse à la recherche de nouveaux clients. La lutte pour conquérir de nouveaux marchés, l’expansion des banques allemandes, l’importance des lignes de navigation qui relient le Chili à l’Europe, le soutien des autorités allemandes à la colonie germanique et leurs affaires sont des faits remarqués par nos informateurs. Ils soulignent par là les déficiences françaises.

  • 28 Ibidem, p. 59.
  • 29 Bazin R., Nord-Sud, Tours, Alfred Mame et fils, 1913, p. 66.
  • 30 Cordemoy C., op. cit., p. 157.
  • 31 Mizgier S., op. cit., p. 181.
  • 32 « Pour qui a beaucoup voyagé, le véritable vaincu de 1870, sur le terrain commercial, c’est l’Angl (...)
  • 33 Quant aux affaires du salpêtre, « là encore, les Allemands sont en voie d’évincer les fils d’Albio (...)
  • 34 Dehon L., Mille lieux dans l’Amérique du Sud, Tournai, Ed. Casterman, 1908, conclusion.

28Nous trouvons différents qualificatifs par rapport au caractère du colon allemand quand nous lisons les différents témoignages. Ils sont « modestes, discrets, humbles, tenaces dans leur labeur28 », « patients29 ». Ils ont « une intelligence et une persévérance remarquables30 », et dans le domaine industriel, ils « font d’excellents industriels parce qu’ils ont la puissance de travail, l’esprit de suite et la méthode31 ». Cette admiration se transforme en préoccupation quand on aborde la question commerciale et que l’on établit la comparaison avec l’activité des autres puissances économiques présentes au Chili. Comme nous l’avons déjà dit, c’est dans les ouvrages publiés entre la guerre franco-allemande de 1870-1871 et la fin de la Première guerre mondiale que la montée commerciale allemande est remarquée sous forme d’avertissement32. Le grand nombre d’établissements allemands implantés dans le marché chilien met en danger, pour les auteurs français, la suprématie anglaise dans l’ensemble des affaires chiliennes33 et dans le Cône sud en général : « Nous [les Français] sommes à peu près stationnaires, en attendant que nous reculions, l’Angleterre monte lentement et l’Allemagne monte plus vite, elle arrivera au premier rang34. »

  • 35 Contreras F., op. cit., p. 146 et 148.
  • 36 Lafond G., op. cit., p. 172 et 190.

29Il est évident que cette progression allemande est due à plusieurs raisons. Les auteurs que nous avons étudiés nous présentent d’après ce qu’ils ont pu constater sur le terrain, les causes du développement commercial allemand au Chili. Pour F. Contreras, l’une des raisons fondamentales est que « l’Allemagne, qui depuis plusieurs années, n’a cessé d’encourager le départ de ses citoyens pour les républiques hispano-américaines […] s’est occupée […] d’étendre ses lignes de navigation aux mêmes républiques, aussi bien celles de l’Atlantique que celles du Pacifique35 ». Il faudrait ajouter à ceci l’importance que les banques allemandes ont prise en tant que moteur du développement commercial allemand : « Pour l’Allemagne les banques sont avant tout les instruments de la lutte économique […]. Les banques allemandes sont pour le gouvernement de leur pays le meilleur agent de renseignement36. »

  • 37 Cordemoy C., op. cit., p. 152.

30Le secret de la réussite allemande réside pourtant dans la manière d’envisager les affaires et les différentes méthodes utilisées par les commerçants et les hommes d’affaires allemands. À propos de l’ouverture d’une exposition de produits et procédés des mines en 1898, à Santiago, C. de Cordemoy nous raconte que les Allemands, à la différence des autres pays exposants, « n’hésitent pas à envoyer au loin leurs machines, prêtes pour la vente, supplantant d’une façon complète les concurrents dont il faudrait, de longs mois, attendre les envois37 ». D’autres méthodes très agressives et qui montrent le changement des structures par rapport aux mécanismes de concurrence dans un nouveau capitalisme, sont décrites par l’attaché commercial de la légation française à Santiago du Chili, dans un rapport adressé au ministre du Commerce et de l’Industrie français. Il note la

  • 38 Rapport du 10/2/1922, ADN, Santiago du Chili, carton 7.

« propagande persévérante qui opère sous deux formes : l’une consiste à publier dans les grands quotidiens de Santiago du Chili, de Valparaiso et de Concepción, des articles documentés mettant en évidence l’action des formidables cartels qui groupent en Allemagne les industries de même nature sous une direction unique qui sait voir grand et loin. Ils démontrent les avantages certains qui résulteront par l’Association d’industries différentes, comme les mines, les transports, la métallurgie qui dépendaient autrefois les unes des autres. Ils répètent que, favorisés par leur organisation bancaire, ils sauront reprendre et absorber à nouveau les grands marchés du monde.
L’autre forme, semble être l’action des chauvins Chiliens qui prêchent une abstention complète des articles étrangers. Dans des notes enflammées on répète que le Chili possède tout ce qu’il peut désirer. Le but de l’opération est de vendre de produits chiliens […].
Le but est facile à deviner, pendant que les consommateurs chiliens croient favoriser leur industrie en s’abstenant d’acheter au dehors, les stocks déjà très réduits s’épuiseront tout à fait et les besoins en marchandises manufacturées deviendront plus considérables et plus urgents à un moment donné. C’est alors que les produits allemands apparaîtront pour inonder le marché38 ».

31S. Mizgier nous fait part aussi de son impression de la forte concurrence que subissent les maisons françaises face à leurs opposantes allemandes : « Les maisons allemandes sont aujourd’hui encore largement pourvues de produits français […] ». Il estime que les actions des Allemands ont comme cible directe le commerçant français :

« le commerçant allemand n’achète le produit français que pour concurrencer le commerçant français et, si possible, pour le priver de l’article qu’il vend habituellement […]. Si le produit est rare, il n’hésitera pas à le payer plus cher que l’importateur français et pratiquera un dumping finalement rémunérateur […] l’Allemand évite tout ce qui pourrait paraître à la clientèle une manœuvre de spéculation […] ».

  • 39 Mizgier S., op. cit., p. 177 et 182.

32Même si cette méthode nuit dangereusement aux intérêts français, elle a ses avantages vis-à-vis des acheteurs chiliens : « Il va sans dire que cette manière d’opérer est très appréciée de la clientèle, et explique le développement rapide de leurs affaires39. »

  • 40 Ibidem, p. 206.

33Les voyageurs français présentent les Allemands comme les principaux concurrents du commerce et de l’industrie français à partir du dernier tiers du xixe siècle. Bien que l’ennemi ait été vaincu à la fin de la Première guerre mondiale, cette manière de considérer les Allemands comme les principaux rivaux des Français dans le monde reste présente. Nous observons, que même après la défaite allemande, la crainte du retour des commerçants et des industriels allemands dans la course pour la pénétration du marché chilien hante les esprits comme le montrent les mots de S. Mizgier en 1919, juste au début de l’après-guerre : « L’Allemagne voudra sa revanche et nous devons nous préparer à la prochaine lutte, qui sera, plus que jamais, une guerre industrielle40. »

Les Américains : leur « débarquement » au Chili après la Première guerre mondiale

  • 41 Marmier X., Lettres sur l’Amérique, Paris, Ed. Plon, 1881, p. 144.

34Les références à la présence américaine dans les écrits étudiés avant la période de l’entre-deux-guerres ne sont pas très abondantes. Les premières qui apparaissent parlent de l’influence politique de la Guerre d’indépendance américaine sur les territoires espagnols d’Amérique41. Pendant cette période, les Américains sont montrés comme une prolongation de la présence anglaise. Bien qu’il existe une différence que les auteurs ne négligent pas de faire remarquer, les caractéristiques de l’action commerciale américaine, en tant que groupe national au Chili, présentent beaucoup de similitudes avec celles des Anglais. Les Américains, d’après les écrits étudiés, ne forment pas une colonie, mais sont les agents d’un pays qui pénètre et s’installe dans la société chilienne en écartant la concurrence éventuelle des autres puissances occidentales.

35Pour les auteurs français, les Américains font partie d’un peuple qui a un don spécial pour les affaires. À la différence d’autres groupes nationaux installés au Chili, les Américains ont les aptitudes nécessaires pour réussir dans toutes les affaires commerciales et industrielles qu’ils réalisent. Pendant la guerre européenne, les Américains débarquent avec leur savoir-faire dans le monde des affaires et ils remplacent les Anglais dans le contrôle des richesses du pays. La répercussion de cette façon d’agir dans la population chilienne est perçue de différentes manières par les écrivains français. Pour certains, les Chiliens acceptent de bon gré la croissance de la présence américaine dans le pays, pour d’autres, les Américains sont détestés.

  • 42 Armand B., Mes voyages avec le Docteur Philips dans les Républiques de la Plata, Tours, Alfred Mam (...)
  • 43 Cordemoy C., op. cit., p. 153.

36Vers la moitié du xixe siècle, les Américains sont présentés comme un peuple anglo-saxon avec de grandes aptitudes commerciales qui leur « facilitent de grands succès dans les opérations commerciales42 ». Cette même idée persistera tout au long du reste du siècle : « L’Anglo-saxon qui a émigré aux États-Unis […] économise et applique ses économies aux entreprises utiles43. »

  • 44 « Survint, pendant la guerre, un troisième larron, les États-Unis d’Amérique, qui maintenant tienn (...)
  • 45 Rapports n° 113 du 9/8/1913 et n° 77 du 8/8/1915, ADN, Santiago du Chili, carton 43.

37Il est vrai que pendant la Première guerre mondiale, les Américains vont se transformer, pour les voyageurs français et les organismes officiels français, en « nouveaux maîtres » des richesses chiliennes. Les Américains vont remplacer les Anglais à la tête de la maîtrise des affaires économiques du Chili44. Ainsi à la veille, et surtout pendant le conflit mondial, les observateurs français commencent à parler du développement d’une politique envahissante menée par les Américains au Chili45. Ils profitent des faiblesses de leurs concurrents pour prendre leur place dans les affaires chiliennes.

  • 46 Contreras F., op. cit., p. 151
  • 47 Mizgier S., op. cit., p. 96.
  • 48 Rapport n° 179 du 3/12/1930, ADN, Santiago du Chili, carton 43.

38C’est que les Américains déploient une grande activité afin d’élargir leurs relations commerciales avec le Chili. Cette activité est basée sur des méthodes commerciales très agressives et très variées. Ainsi F. Contreras indique-t-il que pendant et à la fin de la guerre, l’action américaine tire profit des problèmes que les puissances européennes ont à entretenir les communications maritimes avec le Chili. Il nous raconte comment les États-Unis, « se rendant compte d’une telle situation, déploient une grande activité afin d’élargir leurs relations commerciales avec le Chili46 ». C’est pendant la période de l’entre-deux-guerres que les lignes consacrées aux affaires américaines se multiplient dans un mélange de stupéfaction et de soumission. S. Mizgier, en parlant du commerce du cuivre produit par les Américains et leurs trusts, nous dit que celui-ci « est réservé aux États-Unis, lesquels ont une organisation commerciale propre47 ». En décembre 1930, la légation française de Santiago montre comment « les Américains ne négligent rien du reste, pour leur propagande ici et arrivent ainsi à gagner de plus en plus de terrain dans tous les milieux48 ». Le sociologue A. Siegfried nous fait part de son avis concernant les fondements de l’efficacité de l’action américaine :

  • 49 Siegfried A., En Amérique du Sud, Le Havre, Le Petit Havre, 1932, p. 86-87.

« Elle s’appuie sur un débordement de capitaux qui, depuis la guerre a été pratiquement irrésistible […] elle ne se contente pas du reste de prêter ; elle achète massivement les entreprises. C’est elle qui tend à s’emparer de la gestion de tous les services publics49. »

  • 50 Poirier E., op. cit., p. 219.
  • 51 Mizgier S., op. cit., p. 200.

39Curieusement, nous avons trouvé des perceptions différentes de la réponse de la population chilienne envers la présence américaine. La première vision apparaît avant la Première guerre mondiale, et la deuxième juste après. Nous pouvons apprécier l’impression différente reçue par deux auteurs. Pour E. Poirier, qui écrit en 1908, il existe au Chili, par rapport aux États-Unis, « un courant de sympathie qui s’accroît jour après jour et qui se traduit par des manifestations matérielles50 ». Quelques années plus tard, en 1919, S. Mizgier nous indique qu’« au Chili, le Nord-Américain n’est pas aimé. On s’inquiète de son activité fébrile, de son immixtion dans la politique sud-américaine et, malgré tous les démentis, la doctrine Monroe est considérée au Chili comme une menace d’absorption du Sud par le Nord51 ».

  • 52 Lafond G., op. cit., p. 115-116.
  • 53 ADN, Santiago du Chili, carton 43.

40Cette action commerciale reçoit le soutien politique et économique total des autorités américaines. Pour G. Lafond « l’expansion économique des États-Unis en Amérique latine est non seulement une entreprise commerciale, mais aussi la réalisation d’un vaste plan politique d’immense envergure ». L’auteur français invoque la doctrine Monroe à la base de cette politique expansionniste : « Elle consiste à assurer la prépondérance américaine toutes les fois que les intérêts matériels américains sont en jeu52. » L’ambassadeur français partage cet avis, dans un rapport adressé au ministre des Affaires étrangères en 1915, à propos des grands efforts que le gouvernement américain réalise pour assurer l’influence commerciale et financière des États-Unis au Chili53.

41La réussite économique des États-Unis est accompagnée aussi par la pénétration des mœurs sociales du pays. Pour les voyageurs français du début des années 1930, ce développement des coutumes nord-américaines dans la société chilienne et dans celle de l’Amérique du sud en général se produit surtout dans les nouvelles classes moyennes. A. Siegfried pense qu’

  • 54 Siegfried A., op. cit., p. 86.

« à mesure que l’influence financière des États-Unis s’étend, c’est de plus en plus en travaillant avec les États-Unis que l’on a une chance de gagner de l’argent, de trouver des places lucratives, bref de réussir. La conséquence, c’est qu’une foule de jeunes gens qui, naguère encore, apprennent le français, se tourne maintenant vers la langue anglaise, plus exactement vers l’américaine. La propagande américaine à cet égard, est d’une extrême activité […] la campagne est persistante et pourrait finir par diminuer notre prédominance, pourtant fortement établie54 ».

  • 55 Siegfried A., Amérique latine, Paris, A. Colin, 1934, p. 155.

42Cette situation indique le recul de l’influence de la culture française si longtemps prédominante parmi les classes aisées de la société latino-américaine : « C’est l’Amérique du Nord qui, depuis une vingtaine d’années a pris la tête dès qu’il s’agit du confort et de la démocratie, et son matérialisme ne travaille pas pour nous [français]55. »

43Les témoignages que nous avons consultés rendent compte de la supériorité américaine. La position des Américains, après la Première guerre mondiale, en tant que maîtres des affaires industrielles et commerciales chiliennes, est acceptée avec résignation par nos observateurs. Ils n’envisagent pas la possibilité que la France puisse faire concurrence aux Américains. Les concurrents directs des Français au Chili sont tout autres.

La réduction du champ d’action des grandes maisons de commerce françaises au Chili : un handicap face aux concurrents commerciaux

  • 56 Voir Carmagnanim., Les mécanismes de la vie économique dans une société coloniale : Le Chili (1680 (...)

44Comme l’a montré M. Carmagnani, dans son ouvrage sur les mécanismes économiques du Chili entre 1680 et 1830, au début du xixe siècle, se créent les conditions d’engagement qui resteront valables jusqu’aux premières décennies du xxe siècle, et qui permettront la dépendance et la subordination de l’économie régionale à l’économie anglaise56.

Les grandes maisons de commerce européennes et leur contrôle du commerce extérieur du Chili

45Pendant la première moitié du xixe siècle, le circuit d’importation-exportation se transforme en un circuit stable. Les marchands étrangers, presque tous anglais, contribuent à cette transformation. Ils sont commissionnaires et leur capital n’est pas personnel mais appartient à l’entrepreneur.

46La forme marchande de l’employé d’une maison de commerce dont la maison mère est dans un autre pays s’impose au long du siècle. Néanmoins, à partir du moment où la pression de la demande extérieure se fait sentir sur la structure productive et que la demande intérieure augmente son volume, les circuits de commercialisation subissent de profondes transformations.

Le recul des maisons de commerce françaises face à leurs homologues occidentales

  • 57 « Il faut, notre industrie textile relevée, ne pas retomber dans l’erreur d’antan et ne plus en fa (...)

47Tout au long du xixe siècle, le commerce extérieur chilien connaît une prédominance des maisons anglaises. Pendant les dernières décennies du xixe siècle s’opère l’arrivée des maisons allemandes. D’ailleurs, les maisons allemandes et anglaises, à la différence des maisons françaises, commercialisent une plus large variété de produits57.

48La conséquence de ce phénomène est une réduction des positions commerciales des maisons de commerce françaises. Face à ce recul, en 1910, le consul français de Valparaiso, A. Neton, écrit au ministre des Affaires étrangères, S. Pichon :

  • 58 Lettre du 30/6/1910, ADN, Santiago du Chili, carton 77.

« Notre situation, en effet, est loin d’être brillante. Après avoir occupé un rang très honorable, nos maisons de commerce ont été successivement supplantées, leur champ d’action est allé en se restreignant, tandis que nos rivaux anglais et surtout allemands voyaient leur action accrue et, si après tant d’autres succès, l’Allemagne venait à enlever un œuvre de travaux publics de grande importance, il serait à craindre que son hégémonie commerciale sur place ne fût dès lors à peu près complète et notre influence irrémissiblement perdue58. »

49En 1909, il y a au Chili 14 grandes maisons de commerce d’importation-exportation de tous articles dont le siège est en Grande-Bretagne. Au début des années 1920, tandis que les maisons de commerce anglaises possèdent 7 comptoirs à Antofagasta, il n’existe dans cette région aucune maison de commerce française.

50Ces maisons achètent tous les produits qui vont être exportés en Europe. À l’importation, elles expédient pour l’essentiel des produits manufacturés. Les industriels fournissent des produits aux grandes sociétés commerciales qui se chargent de les faire parvenir à leurs agences chiliennes. Celles-ci les répartissent à leur tour dans les agences régionales qui les laissent en consignation aux petits détaillants chiliens. Parmi les commerçants grossistes anglais opèrent un certain nombre de Chiliens, « fondés de pouvoir » ou « représentants » de telle maison de Valparaiso.

  • 59 Blancpain J.-P., op. cit., p. 812-815.

51Les premières firmes commerciales allemandes se sont établies à Valparaiso en 1822, 1824 et 1828. Entre 1837 et 1856, cinq autres sont fondées. En 1890, la présence commerciale allemande au Chili se résume à 11 firmes d’importation-exportation, 13 autres d’importation spécialisée, 26 agences de commission et de consignation, 11 pharmacies, 9 maisons de vente de marchandises coloniales en gros ou au détail, 16 agences d’assurances représentant les grandes Compagnies hanséatiques ou berlinoises ; enfin 9 magasins de vente de pianos allemands, dont 4 sont tenus par des importateurs59.

52En 1909, 15 grandes maisons de commerce de gros et 25 maisons d’importance moyenne travaillent au Chili. À la veille de la Première guerre mondiale, les plus importantes maisons de commerce allemandes sont Vorwerk, Niemeyer, Lücke et Weber. La maison Weber and Cie s’est spécialisée dans l’achat et la vente de nitrate. Parmi les autres firmes certaines se sont spécialisées dans la vente d’articles de Paris et de produits de luxe français : vins et alcools, modes, parfums, soieries, joaillerie. Ces maisons possèdent des agences dans les principales villes du pays, de Valparaiso jusqu’à Pisagua, Taltal ou Iquique. Après la guerre, la presse économique allemande résume la présence commerciale allemande de cette manière :

  • 60 Article du journal allemand « Industrie und Handelszeitung » traduit en français dans le rapport n (...)

« Les exportations de marchandises allemandes au Chili sont entre les mains d’un très petit nombre de firmes allemandes bien considérées et ayant suffisamment de capitaux. Les maisons principales se trouvent, presque sans exception à Hambourg ou à Brême, leur mission principale est d’observer l’industrie allemande et d’acheter. Les filiales de ces maisons, au Chili, sont bien assises et leurs chefs qui ne sont pas des ressortissants allemands, mais des Allemands nés au Chili, sont très au courant de la vie économique, politique et sociale du Chili. Ils connaissent le pays, ses trésors, le développement que l’on peut en attendre, les débouchés que l’on peut y trouver, et voient de suite les bénéfices que l’on peut se procurer. Avant tout ils connaissent le caractère des habitants et grâce à une longue pratique ils sont très au courant des habitudes commerciales. Il en est de même des représentants des grosses usines allemandes. Ces derniers sont en relation avec des offices du gouvernement et avec tous les milieux qui peuvent les intéresser60. »

Le commerce du nitrate : le contrôle des grands producteurs et des grandes maisons commerciales

53La production et la vente du nitrate ne sont pas libres. Les producteurs de nitrate s’unissent dans les Combinaciones Salitreras pour limiter la production à un certain nombre de quintaux et éviter ainsi aux producteurs les dangers d’une concurrence sans bornes. Ces accords (voir l’ouvrage de P. Vayssière, Un siècle de capitalisme minier au Chili, 1830-1930) réglementent d’une façon formelle à la fois la production et la vente du nitrate. Bien que ces conventions étouffent les entreprises individuelles, elles sont au contraire une garantie absolue du développement de la production.

54Les adhérents de la Combinacion Salitrera sont en même temps membres de l’Asociacion Salitrera de Propaganda, dont le but est la création autour du nitrate de toute une publicité devant entraîner une plus grande consommation du produit chilien. Le siège principal est à Iquique. L’association a des ramifications, non seulement dans les principales régions du Chili, mais encore dans les principaux pays consommateurs de nitrate. Le centre général de propagande – Permanent Nitrate Committee – est à Londres. À ce bureau central sont directement rattachées les diverses agences établies en Europe et aux États-Unis. Chacune de ces agences dépend uniquement du bureau de Londres au niveau de la comptabilité. Le bureau de Londres centralise donc tous les services financiers de la propagande en Europe et il est seul qui soit directement en relations avec les bureaux de l’association de propagande d’Iquique. L’Asociacion Salitrera de Propaganda établit les formules de contrat de vente, d’achat et de fret.

Tableau 47 : Les « combinaciones » et la publicité du nitrate

Tableau 47 : Les « combinaciones » et la publicité du nitrate

Source : Vayssière P., op. cit., p. 800.

55Le nitrate est vendu soit à des maisons d’exportation établies à Valparaiso et qui, en Europe, achètent le nitrate, livrable à bord en port chilien, soit directement aux négociants d’Europe, les producteurs affrétant eux-mêmes les navires. Les ventes de nitrate ne s’effectuent que par l’intermédiaire de courtiers ou maisons spécialisées et par chargements complets ou tout au moins par lots de 500 tonnes, valeurs payées aussitôt après l’embarquement par des traites sur Londres à 90 jours de vue, les consignations se font fort rarement.

Tableau 48 : Principales maisons s’occupant de l’achat et de la vente du nitrate en 1905

Tableau 48 : Principales maisons s’occupant de l’achat et de la vente du nitrate en 1905

Source : Rapport du 18/7/1905, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 19.

56Au début du xxe siècle, l’une des quatre principales maisons s’occupant de l’achat et de la vente du nitrate est la maison française A. D. Bordes et fils. Cette maison possède une flotte consacrée au transport du nitrate et en même temps, elle en achète sur la côte chilienne aux prix du Chili. Depuis la fin du xixe siècle, la maison A. D. Bordes et fils se charge du transport et de la vente en gros du nitrate en Europe. Pour l’importation du nitrate en Europe, elle agit en participation avec divers négociants (A. Gibbs et sons à Londres, Thomas Lachambre et George Delarne en France) et avec de nombreux courtiers. Ses agents se chargent de la vente du nitrate dans les ports européens. En France, la maison A. D. Bordes et fils appointe ses agents à la fois à Bordeaux, à La Pallice et à Nantes. Le fret de retour des navires de la maison est composé principalement par les chargements de charbon partant des côtes britanniques.

57Dans les années 1910, les structures des sociétés commerciales d’exportation du nitrate connaissent une certaine évolution. Cette évolution est à la base des difficultés de la maison Bordes et fils, qui finit sous contrôle d’une société allemande. Les grandes maisons exportatrices de nitrate occupent le reste des phases de distribution du nitrate.

58La firme Gibbs and Cie devient la plus importante maison exportatrice de nitrate. C’est une compagnie « mixte » qui, à la fois, produit et transporte le nitrate. Elle contrôle la chaîne complète du trafic, achetant sur la côte – au cours chilien – pour revendre dans un pays consommateur, soit au comptant, soit à terme, en spéculant sur les cours, grâce au stockage.

Tableau 49 : Sociétés commerciales d’exportation du nitrate en 1916 et 1921

Tableau 49 : Sociétés commerciales d’exportation du nitrate en 1916 et 1921

Source : Vayssière P., op. cit., p. 790.

59Après la guerre, le pourcentage des ventes du nitrate naturel diminue considérablement avec la création de l’industrie des produits azotés synthétiques et sous l’influence de la perturbation dont souffrent les marchés durant les années 1920. Les producteurs américains et anglais de nitrate essaient de trouver une solution pour réduire les taux de fret généralement pratiqués et rendre le nitrate naturel plus compétitif. En août 1928, les producteurs de nitrate confient un véritable monopole de vente à l’Asociacion de Productores sous le titre de Distributeurs autorisés.

60Avant 1928, les opérations commerciales autour du nitrate échappent à toute action organisée des producteurs de nitrate. Désormais, ce sont les maisons anglaises, allemandes et hollandaises qui assurent l’approvisionnement du marché français par le canal de leurs propres agents :

  • 61 Rapport du 13/4/1929, ADN, Santiago du Chili, carton 57 et rapport n° J-3 du 15/4/1929, ADN, Santi (...)

« Le nitrate de soude chilien qui faisait autrefois l’objet d’un commerce direct avec la France grâce à la maison Bordes, doit maintenant passer par de grosses firmes anglaises agréées par l’Association de producteurs de nitrates comme seuls distributeurs pour l’Europe […]. On se rend facilement compte des commissions qui restent entre les mains de ces intermédiaires étrangers et de l’appui donné à la livre anglaise par ces transactions qui sont toutes faites dans cette monnaie61. »

  • 62 La Société commerciale Baignères et Dewisme est fondée en 1825. À la fin des années 1920, son capi (...)

61Le gouvernement chilien est opposé à ce monopole puisque cette situation provoque parallèlement la réduction des recettes produites par la taxe d’exportation et la réduction de la production. En essayant de trouver un accueil favorable auprès du gouvernement chilien et en comptant sur l’intérêt des Syndicats agricoles français comme clientèle principale, à la fin des années 1920 un groupe français tente l’importation et la vente directe du nitrate chilien en France. Le groupe est composé du côté commercial par la firme Dreyfus et Flashfeld et la Société commerciale Baignères et Dewisme62, et du côté financier par la Banque française et italienne en accord avec la Banque de Paris et des Pays-Bas et le Crédit Lyonnais. Ce groupe est à la base de la création de la Compagnie française de distribution du nitrate de soude du Chili en 1929.

Tableau 50 : Ventes de nitrate synthétique (en %)

Tableau 50 : Ventes de nitrate synthétique (en %)

Source : Rapport n° J3 du 15/4/1929, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 57.

  • 63 Les vendeurs tirant pour 90 % de la valeur du nitrate vendu et la commission d’acceptation relativ (...)

62Un certain nombre de producteurs ne sont liés par aucun contrat avec les gros distributeurs. Ils disposent donc de leur production, après autorisation de l’Asociacion de Productores. La Société Baignères et Dewisme délègue au Chili un de ses administrateurs, M. Lamazou-Batbéder, avec pour mission de négocier un accord avec les producteurs susceptibles de fournir à la nouvelle société le nitrate qu’elle recherche (environ 30 000 tonnes la première année) et d’obtenir l’admission de la société française comme distributeur autorisé par l’Asociacion de Productores. Grâce à sa participation dans la société, la Banque française et italienne tente de créer un marché du franc au Chili en obtenant des futurs fournisseurs de ce groupe qu’ils fassent désormais leurs tirages en francs63.

63Néanmoins, l’arrivée d’un nouveau distributeur, surtout pour un marché aussi intéressant que le marché français, n’est pas favorablement accueillie. D’après les statuts de l’Asociación de Productores, renouvelés en mars 1929, chaque associé a droit à un vote. À cela s’ajoute un vote pour chaque millier de quintaux métriques de production effective au cours de la dernière année nitrière. Dans ces conditions, ce sont les gros producteurs qui dirigent l’association et ce sont eux aussi qui distribuent la plus grande partie du nitrate produit par l’ensemble des associés. Cette situation écarte l’arrivée possible de nouveaux concurrents dans le circuit de distribution du nitrate.

Le commerce français au Chili : le manque d’une structure commerciale compétitive

64Tout au long de la période étudiée, la quasi-totalité des auteurs contemporains est unanime pour critiquer la faiblesse commerciale de la France. Ils trouvent impardonnable qu’une puissance comme la France n’occupe qu’une position très secondaire au Chili. Ils ont tous analysé avec plus ou moins d’objectivité les causes de la faiblesse du commerce français. Parfois leurs analyses sont accompagnées de propositions et de conseils sur les changements dont l’organisation commerciale française a besoin. Leurs critiques et propositions sont destinées aux milieux financiers, industriels et gouvernementaux en métropole, pour conseiller à ceux-ci de remettre totalement en cause des politiques commerciales qui se sont avérées incapables de conserver les marchés acquis.

65Parmi ces critiques, les voyageurs français constatent la cherté des produits et des marchandises françaises dans le pays par rapport à ceux d’autres pays occidentaux. Cela, tient à trois causes principales : le manque de maisons de commerce françaises installées, l’absence de prêts pour faciliter les paiements des articles, et le manque de ligne maritime française chargée d’y transporter les produits français au Chili.

66Les voyageurs constatent que les industriels français, faute d’agents commerciaux sur place, utilisent plusieurs intermédiaires lesquels demandent des commissions pour répondre à la demande provenant du Chili. Quand G. Lafond de Lurcy débarque en 1843 à Valparaiso, la première chose qu’il constate est l’impossibilité de trouver une maison de commerce française. La conséquence de ce vide dans l’organisation du commerce français avec le Chili implique une grande quantité de transactions avant que le produit n’arrive aux mains de la clientèle. D’où cherté des produits français et mauvaise qualité d’une partie de ceux-ci. G. Lafond de Lurcy considère qu’

  • 64 Lafond de Lurcy G., Voyages autour du monde, Paris, Administration de Librairie, tomes III et IV, (...)

« il est pénible de voir nos produits jouer un rôle aussi subalterne sur les marchés, à l’étranger. Partout nous trouvons une redoutable concurrence, et toutes les nations manufacturières luttent contre nous avec avantage. Les petits États d’Allemagne et la Belgique expédient des draps et des toiles qui se vendent à des prix inférieurs aux nôtres, et bientôt sans doute l’Espagne viendra rivaliser avec nous pour les soieries, les vins et les eaux-de-vie.
Cette défaveur de nos articles tient essentiellement à notre manière de travailler. Il est évident que ce qui perd notre commerce à l’étranger, ce qui lui a mérité la déconsidération générale c’est la pacotille. Ce genre de spéculation a l’inconvénient d’être exploité par des gens qui font leurs achats à crédit et sur une petite échelle. Il faut donc qu’ils fassent des bénéfices considérables pour que leurs opérations deviennent suffisamment productives. Or, comme une marchandise qui a déjà passé par plusieurs mains avant d’arriver au consommateur est nécessairement très surchargée de frais, c’est sur la qualité que le pacotilleur cherche son bénéfice.
De là, comme conséquence forcée, la qualité inférieure et la dépréciation de la presque totalité de nos marchandises. La mauvaise foi a été poussée à un tel point qu’elle est passée en proverbe en toute l’Amérique du sud. Ainsi, pour désigner qu’une chose d’ailleurs très apparente ne vaut rien, on dit qu’elle ressemble à une montre française64 ».

  • 65 Cordemoy C., op. cit., p. 157.
  • 66 Voir annexe 8.

67À la fin du xixe siècle, C. de Cordemoy voit l’impuissance des commerçants français face aux comptoirs des puissantes maisons allemandes ou anglaises. À la différence de ces pays, C. de Cordemoy croit que « jamais un négociant de France n’enverra fonder à l’étranger une succursale ; les Français établis au Chili, ont créé eux-mêmes leur commerce et ne peuvent rivaliser avec les gros capitaux de leurs concurrents65 ». Deux décennies plus tard, S. Mizgier critique le même manque de maisons de commerce françaises ce qui laisse les industriels français entre les mains des maisons de commission étrangères lesquelles rendent les produits français plus chers66.

68Le manque de prêts qui s’explique par l’absence d’une institution bancaire forte, comme c’est le cas pour les banques anglaises ou allemandes, a été vivement critiqué dans bon nombre de récits de voyages. Cette faible présence de la Banque française est considérée comme un handicap pour le commerce français face aux autres puissances commerciales. Et le commerce français s’en ressent à cause de l’étroitesse du crédit.

  • 67 Lafond G., op. cit., p. 123.

69C’est ainsi que les différents témoignages manifestent le regret de ne pas trouver une institution bancaire française qui puisse faciliter les transactions et les opérations monétaires des commerçants français. Quand les auteurs citent l’existence de la Banque française du Chili c’est toujours pour commenter son échec et sa faiblesse face aux grands établissements anglais ou allemands. Voilà pourquoi G. Lafond écrit qu’« en matière de banque presque toutes les tentatives ont été malheureuses ». Et il explique : « Les raisons principales de ces échecs furent la mauvaise organisation ou plutôt une organisation non adaptée au milieu67. »

70À ces critiques, les voyageurs ajoutent l’absence de lignes françaises de navigation qui mettent en liaison le Chili et la France. Le commerce français manque totalement d’un service qui puisse lui rendre les produits et marchandises importées de la métropole moins chers, et quand ce service existe (comme c’est le cas de la Compagnie Générale Transatlantique), la qualité, la rapidité et les tarifs économiques laissent trop à désirer. Le résultat en est une image ternie de la France comme puissance mondiale mais de plus l’utilisation d’autres lignes étrangères pour le transport des importations françaises, et surtout l’augmentation des prix des produits français. Les lignes d’autres pays ne transportent les marchandises françaises qu’une fois les marchandises de leurs concitoyens embarquées et dans la mesure où il reste de la place. Et alors les frets ne sont pas les mêmes pour les marchandises nationales que pour les françaises.

  • 68 Cordemoy C., op. cit., p. 1.
  • 69 Lafond G., op. cit., p. 142.

71Le récit de C. de Cordemoy commence par la description de sa traversée de l’Atlantique à bord d’un bateau de la compagnie anglaise Pacific Company. Les souvenirs du voyage lui font constater l’abandon de la côte pacifique par la Compagnie Générale Transatlantique. Mécontent de la décision prise par la compagnie française et sans se poser sérieusement la question du choix fait par celle-ci, il commence à expliquer qu’« il serait intéressant pour le commerce français d’avoir une ligne nationale desservant le Pacifique, où notre drapeau n’est que très mesquinement représenté ». Ensuite, il passe à l’exposition des résultats de cette absence en écrivant que « les Chiliens qui voient des navires de commerce et des bâtiments de guerre anglais à foison, des allemands en quantité respectable, sont tout disposés à croire en l’anéantissement de notre pays et, par suite, à ne plus rien demander à son commerce68 ». La pénurie des services maritimes français est qualifiée par d’autres auteurs de grave problème pour l’expansion du commerce français. Pour ceux-ci, l’intervention de la Marine marchande est un des facteurs afin d’assurer l’existence et le développement de l’exportation. G. Lafond écrit qu’avec l’Amérique du sud, « nos services maritimes sont effectués d’une façon déplorable, sans aucune régularité, garantie, ni commodité, et comme conséquence notre commerce suit une pente dangereuse69 ». F. Contreras partage cet avis et considère que le manque des lignes de navigation française est l’une des causes du recul commercial de la France dans ce pays.

72Une autre cause indiquée par les voyageurs français est la difficile adaptation des articles français vendus sur le marché chilien et leur manque de capacité à attirer vers eux la majorité de la clientèle du pays. Les commerçants français ne savent pas en effet planifier de politiques commerciales en se basant sur un travail de préparation du terrain à long terme et négligent l’adaptation aux nouvelles stratégies commerciales qui se développent dans le monde du commerce.

  • 70 « J’ai vu rester sans réponse de simples demandes de catalogues, germes peut-être d’importantes af (...)
  • 71 « […] ne pas se servir de commis-voyageurs sachant la langue du pays et à ne pas faire leur réclam (...)
  • 72 « La publicité c’est une science que de savoir lutter, à l’heure actuelle, non pas seulement contr (...)
  • 73 Voir annexe 8.

73À ce propos les critiques sont assez diverses. Nous trouvons ainsi le constat d’une apathie pour les affaires lointaines que C. de Cordemoy illustre par un exemple70, le reproche d’une inattention aux coutumes du pays71 ou l’observation du retard par rapport à d’autres pays de l’utilisation de la publicité72. En définitive, le problème principal, selon l’attaché commercial français de Santiago, se réduit à la stratégie commerciale des industriels français qui recherchent de bonnes affaires sans procéder à aucun travail d’information ni d’investissement à long terme73.

74L’action des institutions officielles françaises n’échappe pas à la critique. Les voyageurs constatent le peu d’intérêt que le gouvernement français porte à ces contrées, le peu de ressources destinées au développement du commerce extérieur, et la mauvaise préparation du personnel diplomatique envoyé au Chili.

75Aussi A. Bellessort critique-t-il durement la préparation commerciale quasi nulle de l’équipe diplomatique française et l’impossibilité de trouver des renseignements valables pour les industriels français qui s’intéressent aux affaires chiliennes. Il considère que la légation française ne réussit pas à défendre les intérêts français :

  • 74 Bellessort A., op. cit., p. 326-327.

« En effet, le Français, né dans le respect de ses administrations, d’ailleurs reçu froidement par ses compatriotes, se tourne vers le représentant de son pays et attend de lui son salut. Mais là, encore, quelle déception ! Notre organisation consulaire est tout simplement déplorable. Le plus souvent nos consuls n’ont ni connaissances ni aptitudes commerciales. Les agents consulaires s’occupent de leur négoce et s’inquiètent peu des intérêts de leurs nationaux, dont la défense pourrait les brouiller avec leurs voisins et nuire à leur maison. Quant à nos ministres, ils s’enferment dans la tour d’ivoire de la diplomatie, et s’ils mettent le nez à la fenêtre, c’est pour guetter, aux jours des paquebots d’Europe, la nouvelle d’un congé ou d’un avancement. Ils passent pour ne rien entendre aux affaires, et la plupart sont incapables de fournir des renseignements précis sur l’état commercial du pays où ils exercent leurs nobles fonctions. Or, dans ces républiques hispano-américaines, les diplomates qui ne sont que des diplomates jouissent en paix de la douceur des sinécures. Une légation dans l’Amérique du Sud équivaut à une abbaye sous l’ancien régime. Le ministre préside quelques banquets et entretient des relations amicales avec les membres du gouvernement. De temps en temps, il adresse à ces derniers une légère réclamation ou essaie de les amener à conclure un petit traité de commerce. Du reste, mal lui en prend de faire du zèle. Si par hasard ce traité de commerce favorise les fabricants de France aux dépens des colons français, ceux-ci s’agitent, et le ministre ne sait plus où donner de la tête. À Santiago, la contrefaçon règne en souveraine : notre ministre, dans l’intérêt de notre exportation, entreprit de faire adopter par le gouvernement chilien une loi contre les fausses marques. Mais ses efforts soulevèrent d’énergiques protestations chez plusieurs de nos compatriotes qui contrefont habilement les étiquettes des savons et des liqueurs. On allait les ruiner. De leur côté, les Chiliens élevèrent la voix et se retranchèrent derrière l’exemple des Grecs et des Romains, pour adjurer le gouvernement de ne pas étrangler une “industrie nationale” ! On comprend que nos ministres, mal soutenus dans leurs tentatives, se découragent aisément et s’en tiennent, les uns par désir de tranquillité, les autres par ignorance, à leur fare niente diplomatique. Quand un Français se présente à la légation, on l’y reçoit quelquefois bien, mais il n’en sort presque jamais avec des conseils pratiques et l’indication d’une route à suivre74. »

76S. Mizgier fait la même constatation. Il croit que la représentation consulaire ne répond pas aux besoins de la France dans ce pays :

  • 75 Mizgier S., op. cit., p. 176 et 179.

« Nous n’avons pas la représentation consulaire que nous devrions avoir. Nos agents consulaires se recrutent parmi des hommes de bonne volonté, mais insuffisants, le plus souvent, parce que nous n’avons pas l’embarras du choix et sommes obligés de prendre ce qui se présente. Beaucoup de ces agents ne sont pas commerçants et ne peuvent renseigner ou aider pour les affaires à traiter entre l’étranger et la France. Depuis la guerre, surtout, il est difficile de faire accepter ces postes à des commerçants, car ces derniers cherchent à vendre, comme il est naturel, à une clientèle aussi nombreuse que possible, et leur titre d’agent consulaire français leur rend difficiles les affaires avec les nationaux des pays avec lesquels nous avons été en guerre. Au Chili particulièrement, les Allemands sont nombreux et leur clientèle est très recherchée. Nos consuls de carrière sont généralement plus ferrés en droit qu’en autre chose ; nous aurions cependant besoin de gens qui connaissent à fond nos ressources commerciales et industrielles ainsi que celles des pays dans lesquels ils représentent la France. Généralement, on ne trouve auprès de nos consuls que des renseignements insuffisants ou erronés : j’en ai fait plusieurs fois l’expérience75. »

  • 76 Voir annexe 8.

77Contraire à ces opinions, la légation française de Santiago du Chili indique que les industriels français négligent les débouchés et elle rappelle que l’État a mis des services dont l’objectif est de donner des renseignements et fournir de l’aide aux entreprises françaises désireuses d’entreprendre une affaire76.

78Toutes ces critiques, malgré leur crédibilité, n’ont pas su être intégrées dans une vision plus élargie. La description des défaillances gestionnaires et techniques du commerce français au Chili n’a pas été mise en relation avec l’économie française en général et la politique économique de la France en particulier. Cela nous amène à voir comment ces critiques s’articulent par rapport à l’action des concurrents économiques de la France.

L’organisation commerciale française et sa faible division du travail

79La croissance des échanges commerciaux du Chili avec l’extérieur est à la base des changements dans l’organisation commerciale des puissances économiques avec ce pays. Progressivement une division du travail s’impose dans les structures commerciales des pays occidentaux au Chili.

  • 77 Rapport de 1901, ADN, Santiago du Chili, carton 70.
  • 78 Rapport de 1921, ADN, carton 70.

80Au tournant du siècle, l’ambassadeur français du Chili nous montre que, contrairement à ses principaux concurrents, l’organisation commerciale française ne développe pas de forte division du travail : « Le manque de relations directes, l’absence de banque et de Compagnie de vapeurs ou de voiliers directs, causent de gros ennuis au développement du commerce français au Chili77. » Vingt ans plus tard, un autre rapport parle d’une supériorité de l’organisation du commerce concurrent. Alors que « le dicton chilien répète : machine allemande moche et nulle ; machine anglaise moche et nulle ; machine française belle et performante ; […] notre manque d’organisation saute aux yeux et nous met derrière nos concurrents78 ».

L’organisation commerciale anglaise et allemande au Chili : une remarquable division du travail

  • 79 À la veille de la Première guerre mondiale, les 20 compagnies d’assurances environ existant au Chi (...)
  • 80 En 1849, il y a 17 maisons anglaises de consignation à Valparaiso qui contrôlent 26,5 % du commerc (...)

81Le commerce anglais installe, tout au long du xixe siècle, de nombreuses maisons de commission spécialisées. Le commerce anglais présente une remarquable division du travail. Des compagnies de navigation, des compagnies d’assurances maritimes79, des banques spécialisées dans les opérations de commerce. Les maisons de consignation anglaises contrôlent pendant le xixe une grande partie des produits d’exportation et des biens d’importation80.

82L’infrastructure du commerce allemand repose sur une division du travail, des méthodes commerciales très efficaces, et le soutien du gouvernement allemand dans les transports et la banque. Grâce à cela le commerçant allemand peut réaliser une concurrence agressive :

  • 81 Le Bulletin des Halles, 6/5/1918.

« Un commerçant allemand constate la grande consommation au Chili de manta [sorte de châle noir] fabriqués au Chili, article inconnu en Allemagne. Il achète diverses mantes de types et de couleurs différentes et les envoie en Allemagne comme modèles pour la fabrication, et peu de temps après, il commence à exporter au Chili des mantas allemandes en quantités énormes du même type que les mantas chiliennes, mieux tissés et meilleur marché. Les marchandises allemandes sont bien moins coûteuses que les productions similaires des autres pays [réduction des coûts]. Les Allemands mettent couramment en pratique le dumping81. »

83Les Allemands essaient d’écarter la participation étrangère dans leurs affaires commerciales. Les maisons allemandes font venir d’Allemagne la plus grande partie de leurs marchandises et ne s’adressent aux autres pays que si les articles demandés ne se fabriquent pas chez eux. Une partie de leur stratégie pour pénétrer le marché chilien se fonde sur les facilités que trouvent les commerçants qui doivent leur servir d’intermédiaires avec le consommateur chilien :

  • 82 Ibidem.

« D’Allemagne on envoie au Chili de grandes quantités de marchandises et les documents sont remis au destinataire en échange de traites à 90, 120, 150 et même 180 jours, de telle façon que celui-ci a largement le temps pour vendre ses marchandises et obtenir ainsi l’argent pour acquitter ses achats et augmenter ses demandes82. »

  • 83 « Un mouvement provoqué par un groupe de fortes firmes allemandes et destiné à créer de nouvelles (...)

84Les groupements des firmes allemandes les plus fortes sont à la base de ces facilités83.

85Le commerce allemand trouve un terrain favorable auprès des grands comptoirs d’importation qui existent dans les colonies germano-chiliennes du Sud du pays. Il s’appuie sur les banques allemandes et les lignes de navigation allemandes présentes au Chili. Il est aussi soutenu par une importante présence du gouvernement allemand dans les affaires commerciales allemandes.

La Première guerre mondiale : alliés politiques, ennemis commerciaux ; ennemis politiques, ennemis commerciaux

86Dès la déclaration de guerre, l’Angleterre s’efforce de s’assurer de nouveaux débouchés en Amérique latine et d’accaparer le marché chilien pour placer ses marchandises au détriment des produits provenant des pays concurrents. Contrairement à la France, l’Angleterre maintient en service une bonne partie de sa marine marchande. Elle peut transporter les produits de ses manufactures et assurer un fret de retour, constitué par les nitrates, les céréales et autres denrées du pays.

87Pendant la guerre le gouvernement anglais contrôle le fret et en profite pour le réserver au bénéfice de ses maisons de commerce et de ses industriels. Dans les domaines contrôlés par d’autres pays alliés, le prix du fret est si surchargé qu’il est impossible de les utiliser :

  • 84 « Mémoire du développement commercial au Chili des nations alliées autres que la France et ses con (...)

« Plusieurs milliers de tonnes de céréales ont été embarquées à bord de navires anglais, pour le compte de maisons anglaises. Nos maisons françaises auraient pu, étant donné qu’elles possèdent de fortes existences, exporter les mêmes produits et les mettre sur le marché de France qui en était dépourvu, mais comme toujours rien n’a pu être fait. Le fret est pour elles plus rare que jamais84. »

  • 85 Ibidem.

88Parallèlement, le commerce anglais compte aussi sur de nombreuses maisons de gros possédant de forts stocks et faisant en outre la vente à la commission. Ses agents vendent à quiconque et exclusivement au comptant. Les listes noires « pour eux sont absolument platoniques et favorisent même leurs plans85 ».

89Pendant cette période, le commerce français subit fortement les conséquences de son organisation commerciale défaillante. Il ne parvient pas à lutter contre l’action de ses concurrents commerciaux et à récupérer ses positions commerciales en remplaçant le commerce allemand dans certains domaines :

  • 86 Bulletin de la Chambre de commerce française de Valparaiso, p. 6 et 7.

« Ce n’est pas tout de détruire le commerce allemand et d’empêcher la vente de leurs produits, il faudrait, pour bien faire, remplacer ces maisons allemandes et leurs produits par des maisons françaises et par de produits français. Les Anglais et les Américains surtout se préoccupent beaucoup de profiter de cette destruction du commerce ennemi et le leur a déjà sensiblement augmenté. Nous seuls, nous restons en arrière étant sans banque et dans l’impossibilité de pouvoir transporter nos marchandises.
[…] malgré les “listes noires”, malgré les “listes prohibitives”, les maisons ennemies reçoivent des marchandises ; les hommes de paille ne manquent pas pour leur servir d’intermédiaire et il ne manque pas non plus des maisons d’ici qui leur vendent ce dont elles ont besoin86. »

90Avant la guerre, presque tous les documents se rattachant à l’envoi de marchandises de France passaient par les mains des banques allemandes. En outre, la plupart des marchandises étaient transportées par les vapeurs allemands. Depuis 1914, ces marchandises sont consignées à des maisons anglaises :

  • 87 « Mémoire du développement commercial au Chili des nations alliées autres que la France et ses con (...)

« Doit-on penser, en vue de cela, que les armateurs ou financiers français ignorent l’existence au Chili de maisons françaises qui pourraient avantageusement se faire charge de leurs intérêts. Durant la guerre, bon nombre de maisons françaises ont dû placer leurs intérêts entre les mains d’étrangers ou de compatriotes inexperts87. »

  • 88 Ibidem.

91Pendant les années de la guerre, l’argent allemand afflue au Chili. Outre les crédits très importants que les maisons de commerce allemandes obtiennent des banques de leur nationalité, elles disposent des fonds considérables qu’elles ne peuvent envoyer nulle part en Europe et cela leur permet de faire tous les achats au comptant, directement ou indirectement, « mais rares sont celles qui manquent de marchandises88 ».

L’évolution des techniques d’organisation du travail à l’origine de la réussite américaine

92Les années de la Première guerre mondiale placent les États-Unis en très bonne condition pour exécuter assez rapidement les commandes. Non seulement les maisons américaines se jettent sur les marchés de l’Amérique du Sud, mais il se forme aux États-Unis même de nouvelles maisons d’exportation qui se lancent à la conquête du commerce sud-américain. Pendant la guerre, ces maisons vendent au comptant, le client étant obligé de payer avant même de voir la marchandise. À la même période, les États-Unis ouvrent un bureau d’information pour le commerce, et la First National City Bank transmet les réclamations ou les demandes qui lui sont communiquées. Le Chili est inondé de voyageurs de commerce américains qui pour la plupart ne sont pas des citoyens américains mais des latino-américains aux services des firmes nord-américaines.

93Après la Première guerre mondiale, les anciens réseaux commerciaux s’effacent progressivement du fait de l’évolution des techniques d’organisation du travail. L’exemple américain montre les changements qui se produisent dans l’organisation du commerce extérieur chilien. La division du travail disparaît dans l’organisation du commerce américain. Autour des firmes américaines qui investissent au Chili, il s’opère une concentration de tâches. Le travail se répartit dans un réseau tentaculaire de filiales et succursales qui s’installent sur place pour contrôler chaque phase de la distribution des produits.

  • 89 Voir annexe 16.

94Durant les années 1920, accompagnant les investissements et la création de centres industriels, les firmes commerciales américaines envahissent les régions du pays89. La plus importante est la W. R. Grace and Cie (Chile). L’établissement principal se trouve à Santiago du Chili. Cette firme possède des succursales à Valparaiso, Concepción et Valdivia, et des agences dans les principaux centres chiliens. Elle est commissionnaire en gros et se charge de l’importation de produits américains et de l’exportation de produits chiliens à travers sa propre ligne de navigation, la Grace Line. Elle regroupe 14 filiales réparties dans les diverses branches commerciales ou industrielles du pays, et indépendantes les une des autres : raffinerie de sucre à Valparaiso, meuneries dans le Sud, Compagnie d’assurances, propriétés foncières et de nitrate, etc. Une de ces filiales est l’International Machinery Cie qui, à son tour, contrôle deux succursales à Valparaiso et Antofagasta, et des agences dans les centres miniers. Cette firme réalise des affaires d’importation, d’achat et de vente de machines de toutes sortes d’outillage et de matériel de construction.

95Une autre caractéristique de l’organisation commerciale des entreprises américaines est la délocalisation de certaines parties de la production. La Ford Motor Cie crée en 1924 une succursale à Santiago du Chili. Dans le but d’éviter la majeure partie des taxes et de développer ses affaires, elle construit à Santiago du Chili des ateliers de montage. Le service commercial de la succursale s’organise autour de 58 agences réparties dans les différents centres du pays. Ces agences réalisent une propagande intensive et placent auprès de leur clientèle des produits finis élaborés dans les usines de Santiago.

Les déficiences françaises en matière d’organisation commerciale

96À partir de 1900, les rapports sur l’action commerciale française au Chili commencent à analyser plus en détail l’ensemble de moyens mis en œuvre pour organiser la vente des produits industriels. L’interprétation que nous tirons de leur lecture nous montre que les méthodes commerciales françaises laissent fortement à désirer et que, surtout pendant les années 1920, elles sont une des causes principales de l’échec du commerce français au Chili.

Les graves défaillances de l’action commerciale française

  • 90 Rapport de 1901, ADN, Santiago du Chili, carton 70.

97En 1901, l’ambassadeur français à Santiago du Chili résume clairement les défauts caractérisant les « habitudes » commerciales des industriels français travaillant avec le Chili : « La méfiance injustifiée des fournisseurs, leur laisser-aller dans les livraisons, peu rapides en général et plus ou moins exactes, et enfin la rapacité des intermédiaires, transitaires et courtiers maritimes, font que les maisons françaises travaillent avec d’autres pays que la France90. »

98Au début des années 1900 cependant, les rapports diplomatiques nous informent d’une exception à cette vision « catastrophique » de l’action commerciale française : en 1905, un syndicat, transformé plus tard en Société coopérative d’exportation de produits textiles, est créé par un groupe de fabricants à Tourcoing. Ces fabricants décident d’en confier la représentation à un ou plusieurs agents choisis par le chef d’une mission commerciale constituée à l’effet.

  • 91 Rapport du 25 août 1905, ADN, Santiago du Chili, carton 66.

99Ces fabricants espèrent retirer de leur groupement plusieurs avantages : ils peuvent offrir à leur clientèle des produits à meilleur prix, puisqu’ils viennent directement de la fabrique et sont surchargés seulement d’une commission raisonnable par représentant. L’existence du groupement des fabricants permet une réduction des frais d’expédition des échantillons et des produits vendus, puisque ce groupement s’étend à l’intégralité des opérations faites par les représentants. Le recouvrement des créances lui-même a lieu par groupement, de manière à obtenir des banques des conditions spéciales ainsi qu’une plus grande attention dans la surveillance des clients lors du paiement. Ce groupement de fabricants est vu par l’ambassadeur français comme « point de départ à la formation d’autres sociétés analogues91 ».

100Cependant, un quart de siècle plus tard les rapports diplomatiques continuent à nous montrer que, par rapport à ses concurrents commerciaux, l’action commerciale française est encore défaillante. D’après ces rapports, les moyens utilisés au Chili par les acteurs du commerce extérieur français sont des

  • 92 Rapport n° 786 du 5/1/1926, ADN, Santiago du Chili, carton 66.

« méthodes commerciales étroites et mesquines dans les relations entre nos industriels et commerçants avec leurs clients chiliens. Ils n’étudient pas le marché, les moyens de s’y adapter. Ils ne connaissent pas la mentalité du pays, les goûts et les besoins de la clientèle. Il y a un manque de renseignement sur la concurrence contre laquelle il faut lutter […]
Ils doivent se renseigner exactement sur les moyens, les prix, les délais de transport, les tarifs douaniers, […], il y a chez nos industriels et commerçants un manque d’adaptation aux méthodes plus performantes de nos concurrents et aux usages locaux en matière de payement lorsqu’il s’agit de maisons solvables92 ».

  • 93 Ibidem.

101Un autre problème que nous remarquons renvoie à de vieilles idées : « Beaucoup de nos fabricants vivent encore avec l’idée qu’en raison de leur qualité, nos produits doivent se recommander d’eux-mêmes93. »

102Cela conduit à une inadéquation des formules commerciales et à un supplément de difficultés dans les opérations de vente :

  • 94 Rapport de 1921, ADN, carton 70.

« Les formules de contrat doivent être rédigées par des professionnels compétents et doivent s’adapter, non pas à la législation française, mais à la jurisprudence étrangère, car en cas de désaccord, l’affaire se tranchera forcément en pays de destination. Ces contrats doivent aussi tenir compte de la mentalité des acheteurs, car une rédaction imprudemment exagérée serait choquante94. »

103Ces défaillances sont à l’origine de plusieurs échecs des maisons françaises. Parallèlement les firmes françaises sont absorbées par d’autres marchés plus proches ou momentanément plus intéressants et, peut-être aussi (il faudrait approfondir l’étude individuelle de chaque firme sur l’action commerciale au Chili), par un manque de cohésion entre les nombreux services séparés par des cloisons étanches.

104Malgré la reprise des exportations de produits industriels pendant les années 1920, au Chili de grands établissements français laissent passer sans réponse des offres sérieuses faciles à satisfaire :

  • 95 Rapport n° 506, janvier 1925, ADN, Santiago du Chili, carton 66.

« Nos industriels néo-exportateurs sont encore trop portés à rechercher une affaire occasionnelle et non des affaires suivies et régulières. Ils négligent certains débouchés, effrayés par de petites difficultés faciles à surmonter, ou plus simplement parce que d’autres marchés, momentanément plus intéressants, s’offrent à leur activité95. »

  • 96 Rapport VIII 551, fin 1924, ADN, Santiago du Chili, carton 55.

105Après la Première guerre mondiale, les affaires « faciles » que les producteurs français réalisent dans le marché intérieur et certains marchés extérieurs se traduisent par un certain mélange de négligence et d’indifférence vis-à-vis du marché chilien. Au début des années 1920, la Société de Jeumont désireuse de trouver des débouchés à sa fabrication recrute un ingénieur français au Chili pour obtenir des informations concernant certaines adjudications éventuelles et, le cas échéant, pour la représenter. La firme française reçoit de son nouvel agent une copieuse documentation concernant plusieurs affaires possibles, la manière de les traiter ainsi que les offres et les méthodes des maisons concurrentes. Parallèlement, l’agent demande le prix des produits pour les faire figurer dans l’adjudication pour la fourniture d’un matériel de grues destinées au nouveau port de Valparaiso, « mais deux mois plus tard la réponse parvient par courrier ordinaire et après plus d’un mois de retard. L’adjudication avait eu lieu en son temps, et c’est une firme hollandaise qui l’emporte dans des conditions égales à celles que nos compatriotes pensaient offrir96 ».

  • 97 Ibidem.

106D’autres cas qui démontrent cette indifférence sont cités dans les rapports diplomatiques. À la même période, un négociant français du Chili demande au syndicat de la branche des fabricants de matériel de fabrication de chaussures l’adresse d’un fabricant spécialisé. Le syndicat lui répond que « n’étant pas lui-même membre de ce syndicat, on ne peut lui fournir l’indication qu’il demande97 ». Il s’agissait d’une commande de 200 000 piastres qui passe à une maison américaine. Une autre demande de matériel pour une fabrique de meubles reste quatre mois sans réponse. Finalement, c’est aussi une maison américaine qui l’emporte.

107Le résultat est que l’acheteur, même lorsqu’il était bien disposé à l’égard du produit français finit par passer ses commandes aux industries des pays concurrents :

« En 1925, une grande entreprise étrangère de premier ordre, ayant la concession de gros travaux de ports, désirait acquérir du matériel français […]. On offrait de payer un tiers au moment de la commande, un tiers à l’expédition et le reste à l’arrivée. La réponse fut que la commande serait exécutée contre un crédit irrévocable pour la somme totale dans une banque de Paris. Devant cette exigence excessive puisqu’il s’agissait d’une firme de premier ordre, les acheteurs outrés acceptaient les offres d’une maison allemande [Boreig] qui laisse le payement à la volonté de l’entreprise. »

108À la même période,

  • 98 Rapport n° 786 du 5/1/1926, ADN, Santiago du Chili, carton 66.

« une commande d’un certain tonnage de fer fut passée à un organisme ayant son centre à Paris. Au lieu de facturer au mieux, ces fers furent cotés 1 livre 3 sch. de plus que le cours. Les acheteurs en trouvèrent 20 % plus chers que les revendeurs de la place. Ils payèrent en protestant du préjudice qui leur était porté, mais évitèrent de passer une commande de plusieurs centaines de tonnes qui devait suivre [sic]98 ».

L’étude du marché et la recherche d’agents : l’utilisation réduite des missions commerciales au Chili

109Les missions commerciales ont pour objet d’étudier le marché, les goûts du client et de préparer les moyens de pénétration commerciale. Dans certaines occasions, ces missions sont le moyen de trouver dans le pays un représentant pour le placement des produits. Ces missions sont généralement créées par l’union de plusieurs firmes pour réduire le coût de la mission et pour pouvoir mener une action commerciale commune et compétitive. À la fin des années 1920, la mission commerciale devient en même temps un outil de publicité pour les maisons françaises. À ce moment, ce sont les industries « neuves », comme l’aéronautique ou l’automobile, et les plus tournées vers l’exportation qui organisent ces missions. À cette occasion, le marché chilien n’est pas considéré comme un marché à part entière, mais comme une partie de l’ensemble du marché du « cône » sud américain.

110Entre 1880 et la moitié des années 1920, nos recherches nous montrent que les postes diplomatiques français du Chili n’ont connaissance que d’une seule mission commerciale, créée par un syndicat d’industriels et destinée à élargir le marché d’exportation. Parallèlement, d’autres missions commerciales sont réalisées par des syndicats agricoles pour l’achat de nitrate.

111En 1905, M. Sizaire, membre de la chambre de commerce de Tourcoing, arrive au Chili comme chargé d’une mission commerciale dans les pays sud-américains. L’objet de sa mission est d’étudier le moyen de trouver des représentants pour le placement des tissus de laine, lin, coton et de tapis pour les fabricants qui l’ont recruté et mandaté. Ces représentants doivent envoyer directement les renseignements aux fabricants quant aux besoins de la clientèle et aux observations ou réclamations.

  • 99 Rapport n° 45 du 25 août 1905, ADN, Santiago du Chili, carton 66.

112M. Sizaire entre en rapport avec la Chambre de Commerce française de Santiago du Chili pour avoir « les renseignements détaillés sur les goûts et les besoins de la clientèle chilienne99 ». Après un séjour assez prolongé tant à Santiago qu’à Valparaiso, il communique les résultats de sa mission aux filateurs de laine et de coton de la circonscription de la chambre de commerce de Tourcoing.

  • 100 Rapport du 6/5/1922, ADN, Santiago du Chili, carton 67.

113Au début des années 1920, cette absence de pugnacité et d’efficacité chez les industriels français pour étudier les possibilités commerciales qu’offre le marché chilien et mettre en place une méthode commerciale afin de placer une partie de leur production est remarquée par l’ambassadeur de France à Santiago du Chili : « Il faut imiter nos concurrents : voyages d’études, de chefs de maisons, former un syndicat de fabricants divers pour envoyer un bon voyageur à frais communs ; vouloir et savoir utiliser la publicité comme il conviendrait100. »

114C’est seulement à partir de 1927 que nous retrouvons des informations sur des nouvelles missions commerciales formées par les industriels français. Au début de 1927, Edmond Inglebert, fondé de pouvoirs de la maison Destombes et Vandeputte de Roubaix, et Réné Bardet, représentants de la dite maison, se rendent en Amérique du Sud pour étudier la possibilité d’y développer l’exportation des lainages. Ils visitent successivement les villes de Buenos Aires, Santiago du Chili, Valparaiso, Montevideo, Rio de Janeiro et Sao Paulo. Au cours de la même année Henri Stamm, fondé de pouvoirs des maisons Chabrières Morel et Cie (commissionnaires importateurs-exportateurs de Marseille), voyage en Amérique du sud pour y développer les affaires d’importation et d’exportation de cette maison. Il se rend dans les principales villes du sous-continent (Santiago du Chili, La Paz, Montevideo, Lima, Buenos Aires…).

115En 1928, les établissements Firmus (fournitures industrielles) de Paris, envoient deux de leurs représentants, Sidney Nahon et Lucien Samama, en mission commerciale. Dans la même période, Jacques Pol-Roger, négociant à Epernay, se rend au Chili en voyage d’étude commerciale. Un an plus tard, André Citroën organise une mission commerciale en Amérique du Sud. La direction de cette mission est confiée à M. Scellier, Directeur des services d’exportation de la firme. Cette mission est composée par trois inspecteurs commerciaux, un inspecteur financier et deux inspecteurs techniques. Son but est le développement d’une exploitation rationnelle des différents marchés sud-américains. À Santiago du Chili, cette mission organise une exposition et y installe des agents de la firme Citroën. À la fin de 1929, la Société Lorraine Dietrich organise une mission en Amérique du Sud. Elle se compose d’un ingénieur en chef de la maison, M. Rossignol, deux pilotes, Challes et Bornand, et deux mécaniciens monteurs, Rapier et Gibert. Cette mission emporte un avion-école Hanriot 410, un avion de travail Hanriot 431 et un avion commercial Nieuport 641. Ces appareils sont présentés tout d’abord à l’aviation brésilienne et ensuite à Montevideo, Buenos Aires, Asuncion et Santiago du Chili. Cette mission fait partie d’un renforcement de la propagande commerciale de la firme française en Amérique latine.

L’action des agents commerciaux : un lien clé entre les industriels et le marché chilien

116La plupart des agents ou des représentants des maisons commerciales et industrielles françaises au Chili sont également négociants sur place. Les maisons industrielles des principaux pays concurrents de la France utilisent plus de ressources économiques et une action commerciale largement plus compétitive tant au niveau des renseignements qu’au niveau de la gestion de l’affaire.

117Le développement et la réussite de l’action commerciale des maisons étrangères mettent en cause l’action de représentation des maisons industrielles françaises. Contrairement au cas français, l’action de représentation des firmes concurrentes s’appuie sur la mise en place d’un réseau d’agents envoyés directement par les maisons ou encore sur des firmes filiales ou des établissements bancaires nationaux établis au Chili.

118Au début des années 1920, le rapport de l’ambassade de France à Santiago du Chili nous montre les failles de l’action des agents français :

« Les agents doivent connaître le pays où ils sont appelés à travailler, non seulement par un vague voyage d’affaires, mais par un séjour préalable de plusieurs années. Connaissant la langue du pays à visiter, ses habitudes commerciales, ses besoins, il suffirait de leur inculquer une connaissance parfaite de leurs articles pour qu’ils fassent des merveilles. Ces connaissances, ils doivent les acquérir par des séjours dans les usines de leurs représentés, et ces derniers devront eux-mêmes leur démontrer les avantages de leur fabrication […] »

119Ce même industriel, donne sa représentation à l’étranger au premier venu et après avoir discuté pendant 25 minutes, lui remet un catalogue, pas toujours deux :

  • 101 Rapport de 1921, ADN, carton 70.

« avec cela, il ne me reste qu’à vous souhaiter beaucoup d’affaires ! ! ! Aussi combien avons-nous vu d’affaires merveilleuses ne donner aucun résultat entre les mains d’agents cependant intelligents, mais auxquels on demandait par la lecture d’un catalogue vendre les produits […]
Je pourrais même citer le nom d’une grosse affaire de machines-outils qui, après avoir vu son nouvel agent pendant 10 minutes, ne lui a pas, après un an, remis autre chose qu’un catalogue d’avant-guerre. Le pauvre malheureux en est encore à attendre le tarif correspondant. Pour être tout à fait exact je devrais même ajouter que les compléments de catalogue et le tarif ont dû lui être adressés à Buenos Aires [Brésil]101 ! »

120L’exemple le plus clair de ce décalage entre l’action commerciale des agents et représentants français et celle de leurs concurrents, se voit nettement dans la comparaison avec les maisons américaines. Après la Première guerre mondiale, les commissionnaires américains possèdent des agents vendeurs qui acceptent des ordres pour n’importe quel article, même sur échantillon, et donnent toutes les facilités de paiement compatibles avec la situation du client. Ils consentent des crédits qui varient entre 60 et 180 jours de la date de l’arrivée des documents.

  • 102 Rapport de 1920, ADN, Santiago du Chili, carton 67.

121Les compagnies d’assurances maritimes américaines, en cas de perte ou d’avarie, après constatation faite par leurs agents, paient immédiatement et sur place les dommages. Quant aux compagnies françaises, le manque d’agents fait que « nos commerçants doivent attendre des mois et des mois102 ».

  • 103 Rapport de 1921, ADN, carton 70.

122Par rapport aux salaires et frais de représentation attribués aux représentants le témoignage de l’ambassadeur français nous donne une preuve du manque de ressources économiques des agents français pour pouvoir mener à bien leurs actions : « Quelle triste figure font, en général, nos agents français à côté des agents américains, qui tous ont des traitements de princes. À Santiago, tous ces derniers, ou presque tous, roulent en automobile. Combien d’agents français avons-nous dans ce cas103 ? »

La publicité : la présence des produits occidentaux dans la société chilienne

123L’évolution de l’organisation commerciale est amplifiée par l’amélioration des transports maritimes et l’extension des réseaux de distribution, mais aussi par le développement des méthodes publicitaires, comme les annonces dans la presse ou le catalogue. Cela augmente la présence des produits occidentaux à l’intérieur même de la société chilienne.

124La politique publicitaire agressive devient un outil clé dans l’évolution des méthodes commerciales des pays concurrents de la France. En ce qui concerne le commerce de pianos par exemple, la chambre de commerce française de Santiago du Chili prévient dans son bulletin de juin-septembre 1916 que « les Yankees font actuellement une active propagande au Chili et inondent le marché de leurs catalogues ». Dans un rapport du 5 mars 1920, le consul français de Valparaiso informe le ministère des Affaires étrangères que « le gouvernement britannique a décrété l’organisation au Chili d’une grandiose exposition destinée à mettre en relief le progrès énorme atteint par les Anglais pendant les dernières années, tant dans l’industrie que dans le commerce. L’exposition sera installée à Santiago et Valparaiso ». Le même consul écrit dans un autre rapport du 30 avril 1923 que

« sous un titre en lettres de couleurs, le journal La Unión du 29 avril consacre un article à l’achat d’autobus allemands par la Cia des Tramways Électriques de Valparaiso. Ces autobus ont été promenés à travers les rues de Berlin ornées de drapeaux chiliens et allemands entrelacés. Il est à remarquer que la propagande allemande vise au résultat commercial autant qu’à l’effet politique ».

125Face au développement de l’action publicitaire des maisons étrangères

  • 104 Rapport de 1921, ADN, carton 70.

« l’action commerciale des maisons françaises n’envisage pas une publicité de grande envergure. Des catalogues très complets d’un ensemble d’industries parfaitement homogène pourraient être édités luxueusement et traduits naturellement dans toutes les langues étrangères. Elles pourraient même arriver à l’impression et à la grosse circulation de revues faisant connaître leurs produits, leurs moyens de fabrication, d’expédition, etc. De temps en temps, une monographie des établissements associés avec vues photographiques ferait connaître dans ce dernier coin du monde la grandeur de l’industrie française104 ».

La « révolution des communications » entre les mains des concurrents anglo-saxons

126La révolution des moyens de communication de l’information fait que les commandes peuvent être passées sans la nécessité d’utiliser les services des intermédiaires professionnels. Les succursales ou les agents envoient l’information et reçoivent rapidement les ordres. Ainsi les livraisons peuvent être déposées directement auprès des compagnies de navigation, dont les départs réguliers sont annoncés dans la presse.

127En 1908, les entreprises anglaises Central and South American Telegraph Cie et la West Coast of America Telegraph Cie Ltd mettent en communication le pays avec l’étranger. Ces entreprises possèdent des bureaux dans les principaux ports et villes du Chili. La West Coast a 1609 km de câbles sous-marins le long de la côte chilienne et 286 km de lignes terrestres. En 1927, la firme américaine All America Cables Inc possède trois câbles directs entre Valparaiso et New York en jonction avec la Postal Telegraph Cie, le Commercial Cable Cie et le Commercial Pacific Cable Cie. Elle possède des succursales à Santiago du Chili, Valparaiso, Tacna, Arica, Iquique, Tocopilla, Antofagasta, Los Andes et Quillota. Cette firme reçoit les communications de la United Press. Son principal concurrent au Chili à cette époque est la Compagnie anglaise West Coast of America Telegraph Cie Ltd.

  • 105 Rapport VIII 551, fin 1924, ADN, Santiago du Chili, carton 55.

128Au Chili, les dépêches de l’étranger occupent chaque jour deux pages entières des trois grands journaux du pays, El Mercurio, La Nacion et El Diario Ilustrado. Jusqu’en 1923, les services de télégramme de l’agence française Havas s’opposent aux dépêches de l’étranger émanant essentiellement de la United Press. Les dépêches de l’agence Havas « sont trop brèves, mal présentées et perdues dans un flot de câbles de toute origine et plus ou moins importants, n’arrivant jamais à éclairer l’opinion en contrebalançant les mauvais effets d’informations inexactes et défavorables à la France105 ». Depuis 1923, aucune dépêche de l’agence Havas n’apparaît plus dans les colonnes des grands quotidiens de Santiago du Chili et Valparaiso.

  • 106 Ibidem.

129La disparition des dépêches de l’agence Havas fait qu’il n’existe plus au Chili de possibilité de « rectifier » les informations sur l’activité commerciale et la vie politique de la France. Du fait qu’elles arrivent par le canal des agences appartenant aux pays concurrents, les informations sur la France sont présentées de façon à favoriser les intérêts de ces pays. L’action des maisons de commerce concurrentes de la France tend à neutraliser la propagande française : « L’intervention du commerce anglais, allemand et américain auprès des journaux a tout le succès désirable d’autant plus que parmi les trois grands quotidiens aucun ne possède de sentiments réellement sympathiques à la France106. »

Les banques étrangères au Chili : un outil nécessaire au développement commercial

  • 107 Poidevin R., Finances et relations internationales 1887-1914, Paris, A. Colin, p. 7.

130Les banques étrangères qui s’installent au Chili travaillent comme banques de dépôt et d’escompte. L’extension du réseau bancaire des puissances économiques occidentales est nécessairement en rapport avec l’intensité des relations commerciales, industrielles et financières de ces pays avec les différents points du globe. Les banques sont de « véritables instruments de pénétration économique et même politique107 ». Le développement des banques étrangères coïncide avec le progrès du commerce et la croissance économique du pays. Dans un article publié en 1880 dans la Revue des deux mondes, E. Fournier de Flaix se demande à propos des banques anglaises s’il est

  • 108 Revue des deux mondes, n° 38, 1880, p. 430-456

« besoin d’insister pour faire comprendre quel puissant instrument de travail, de profits, d’influence un si vaste réseau de banques, réparti sur tous les points du globe, avec des succursales dans de si nombreuses localités, jalons, pour ainsi dire, du capital anglais, doit être pour le commerce, l’industrie et même le gouvernement de l’Angleterre ? […] les banques anglaises sont prêtes à ouvrir des crédits, à recevoir des dépôts, à délivrer des traites ou des chèques sur toutes les banques de l’empire, à échanger les monnaies, à prêter sur marchandises, à provoquer, à maintenir, à accroître les relations avec la métropole108 ».

La Banque anglaise : la première banque étrangère au Chili

  • 109 Carmagnanim., « Banques étrangères et banques nationales au Chili », dans Caravelle, n° 20, 1973, (...)

131En 1890 s’installe au Chili l’établissement anglais Bank of Tarapacá, la première banque étrangère dans le pays. Cette banque dispose d’un capital de 200 000 livres sterling. En 1900, le capital de cette banque atteint 500 000 livres. En 1905 fonctionne la filiale chilienne de la Bank of London and South America Ltd. En 1914, M. Carmagnani évalue les investissements des banques anglaises à 8,9 millions de pesos, c’est-à-dire 615 583 livres sterling. 435 583 reviennent à la Bank of Tarapacá and London, qui, en 1906, fusionne avec l’Anglo-Argentine Bank, et donne naissance à l’Anglo-South American Bank109.

Le développement du commerce allemand et l’arrivée des banques allemandes au Chili

  • 110 Blancpain J.-P., op. cit., p. 814.
  • 111 « Alors que l’on voit en d’autres pays et notamment en Allemagne les grands manieurs de capitaux s (...)

132Le développement du commerce allemand et l’arrivée de capitaux allemands expliquent que les maisons allemandes demandent dès 1876110 l’ouverture dans ce pays d’institutions bancaires métropolitaines pour effacer la dépendance à l’égard des organismes bancaires anglais de Londres. Le gouvernement allemand, afin d’encourager les progrès de l’influence nationale, suscite la création de filiales de banques111. En 1896, une agence du Banco Alemán Transatlántico, filiale de la Deutsche Bank, ouvre ses portes au Chili. L’année suivante, la Diskontogesellschaf et la Nord Deutsche Bank s’unissent pour créer le Banco de Chile y Alemania, au capital de 10 millions de marks. Des agences sont ouvertes à Iquique, Santiago, Valdivia, en 1900 à Antofagasta, en 1905 à Osorno, en 1907 à Temuco. En 1911, l’union de la Dresdner Bank, la Schaffhausenscher Bankverein de Cologne et la National Bank de Berlin créent la Deutch-Südamerikanische Bank (Banco Germánico del Sur) au capital de 20 millions de marks.

  • 112 La Patrie, 1/3/1913.

133Les banques allemandes prêtent volontiers leur concours financier aux fondations nouvelles et aux maisons de commerce allemandes. Elles prennent des risques, accordent des découverts considérables à long terme, le plus souvent sans autre garantie que la bonne renommée des maisons clientes (en 1900, les banques allemandes accordent 84 millions de marks de crédit à environ 120 maisons allemandes au Chili). Les banques allemandes sont aussi utilisées comme source d’information dans la lutte commerciale : « Les succursales des banques allemandes renseignent les fabriques et les maisons d’outre-rhin sur les prix, les façons de faire et tous les détails des entreprises françaises. Elles avisent en temps opportun et donnent des ailes à une concurrence sans cesse en éveil112. »

La présence de la Banque espagnole et italienne

134À la fin du xixe siècle s’installe au Chili le Banco Español de Chile, qui, en 1908, compte deux bureaux principaux l’un à Santiago du Chili et l’autre à Valparaiso en plus de plusieurs succursales dans les principales villes chiliennes. En 1905, le Banco Italiano ouvre ses portes à Santiago. Ces deux banques sont créées grâce à l’union de capitaux chiliens et de capitaux espagnols et italiens respectivement.

La pénétration commerciale des États-Unis et l’arrivée de la Banque américaine

  • 113 Carmagnani M., op. cit., p. 34.
  • 114 Note sur les Banques au Chili, fin 1928, ADN, Santiago du Chili, carton 72.

135La pénétration commerciale américaine s’accompagne de l’arrivée des établissements bancaires américains. En 1915, la First National City Bank de New York ouvre la première filiale d’une banque américaine. Le capital de cette banque est de 2,7 millions de pesos, c’est-à-dire 147 000 livres sterling113. En 1928, le capital des deux succursales de Santiago du Chili et de Valparaiso s’élève à 8 000 000 de pesos et à plus de 2 000 000 de pesos de réserves114. Comme nous l’avons indiqué, cette agence à Valparaiso ne devait être tout d’abord qu’un bureau de renseignements à l’usage des entreprises réalisant des opérations commerciales et financières entre le Chili et les États-Unis. Rapidement, le bureau s’est transformé en une véritable agence de la First National City Bank faisant toutes les opérations et recevant des dépôts. À la fin de la guerre, la banque ouvre d’autres succursales à Santiago et à Concepción.

136Cette banque propose, moyennant une rétribution minime, d’être l’intermédiaire entre le producteur américain et l’acheteur chilien et accorde des crédits aussi importants que ceux des autres commissionnaires. Cette banque apporte aussi son concours aux grandes Compagnies minières américaines installées au Chili. Quant aux crédits, alors que la Banque anglaise exige le paiement au comptant, la Banque américaine consent des crédits qui varient entre 60 et 180 jours à compter de la date d’arrivée des documents. Elle procède à la négociation des traites uniquement sous forme de crédits commerciaux, ou, dans des cas particuliers, selon la solvabilité des intéressés. Elle se livre également à la négociation des traites en monnaies étrangères, transferts télégraphiques, achat et vente de toutes devises.

  • 115 Carmagnani M., op. cit., p. 36-37.

137D’après l’analyse de M. Carmagnani115, l’augmentation du nombre de banques étrangères dans le pays ne correspond ni à une augmentation des capitaux investis ni à celle des prêts octroyés. L’objectif principal est de récolter la plus grande quantité de fonds, sous forme de dépôts, pour pouvoir continuer à financer différentes activités économiques, ou bien à les envoyer à l’étranger à la recherche d’une plus grande rentabilité.

  • 116 Ibidem, p. 48.

138Cependant, le but principal des banques étrangères a été le financement du commerce d’importation et d’exportation. Dans les usages commerciaux la maison d’exportation doit payer tous les produits au comptant, parfois même elle est obligée de faire des avances aux producteurs. Par contre, la maison d’importation est obligée de faire d’assez longs crédits au commerce local. Les maisons de commerce ont besoin de disposer de capitaux assez considérables. Ce financement se faisait à travers les concessions de prêts, variables entre 60 % et 80 % de la valeur des marchandises facturées, couvrant la période comprise entre l’envoi et la réception des marchandises116.

Les commerçants français au Chili doivent utiliser les banques des pays concurrents

139Entre 1880 et les années 1920, le négociant français paie ses marchandises en traites sur Londres, qui lui sont vendues par des maisons allemandes ou anglaises. Depuis la fin du xixe siècle, les ventes, sauf pour certains particuliers, se font généralement par l’acceptation d’une traite à 30, 50 ou 90 jours contre remise de documents d’expédition (connaissements, facture consulaire et police d’assurance). Cette acceptation se fait par l’intermédiaire de la Banque à laquelle les pièces ont été envoyées par l’expéditeur. Selon les conditions établies préalablement, le paiement s’entend au change vu ou au change 90 jours. Le tireur doit calculer sur sa facture tous les frais afin de tirer la somme exacte et totale et éviter toute réclamation. Il est nécessaire de fournir à la banque une copie de la facture, dont le total devra être exactement semblable à la somme tirée.

140À la différence de ses principaux concurrents étrangers,

  • 117 Rapport de 1901, ADN, Santiago du Chili, carton 70.

« la haute finance française préfère agioter sur les mines d’or et autres opérations plus ou moins louches, au lieu de faire comme les Allemands ou les Anglais, le drainage des affaires saines et de bon aloi par des banques […] Comment faire de la commission avec la France sans banque qui vous achète vos remises117 ? »

Le Banco de la República : des capitaux français dans une banque chilienne

141Le Banco de la República commence à fonctionner le 1er janvier 1905 en reprenant l’actif de l’ancienne Banque Matte et Cie. Afin de permettre à la Banco de la Republica de libérer entièrement le capital et de développer les affaires et ses relations avec l’étranger, cette banque chilienne fait appel aux banquiers européens. En 1911, un groupe de capitalistes français entame une négociation avec la direction de la banque pour réaliser une augmentation de capital. Le capital de la banque passe de 6 405 000 de francs à 25 620 000 de francs. Selon les termes de l’accord, les représentants des maisons parisiennes Erlanger, Hirsch et Thalmann, Janslowsky et Pourtalès, prennent 70 000 actions de 183 francs chacune. Les actionnaires français sont représentés au sein du conseil d’administration par trois membres désignés par les banquiers français.

  • 118 Rapport n° 123 de 1912, ADN, Santiago du Chili, carton 73.

142L’action de la banque est surtout dirigée vers l’investissement mobilier et industriel. Les capitaux français s’engagent dans plusieurs opérations d’achat de terrains, de construction de hangars et de placements dans l’industrie du nitrate. La faible vocation commerciale de la banque et le caractère essentiellement chilien de l’établissement (aucun élément français n’est présent dans le personnel des agences de la banque) font que les négociants français, « désireux pour leurs opérations d’avoir affaire avec une banque française, continuent à s’adresser pour la plupart aux banques allemandes de Santiago qui, il faut le reconnaître, font le nécessaire pour attirer leur clientèle118 ».

  • 119 « Dans les premiers jours de juillet 1913, le Banco de la Republica a du faire face à des difficul (...)

143Au début de 1913, le Banco de la República négocie avec la banque française et italienne pour l’Amérique du Sud afin de procéder à une nouvelle augmentation du capital. Néanmoins, l’immobilisation d’une grande partie des capitaux dans les investissements de l’industrie du nitrate et l’action des banques allemandes, contraires à la pénétration des capitaux français dans les affaires bancaires119, mettent le Banco de la República dans une situation difficile et font échouer les négociations avec la banque française. À la fin de l’année, la banque est mise en liquidation judiciaire.

La colonie commerciale française au Chili et sa demande de création d’une banque commerciale française

144Depuis le début du xxe siècle et jusqu’aux années 1920 fonctionne à Valparaiso la Société Commerciale Française du Chili. Cette société au capital de 2 000 000 de francs effectue des opérations de banque et réalise les fonctions d’agent pour la banque de Paris et des Pays-Bas au Chili. Cette société limite son activité à quelques opérations sans chercher à jouer le rôle d’un véritable établissement bancaire.

145L’absence d’un établissement bancaire fort, essentiellement français et commercial, oblige les négociants français à utiliser toujours les institutions des principaux pays concurrents :

  • 120 « Mémoire du développement commercial au Chili des nations alliées autres que la France et ses con (...)

« Le manque absolu d’institutions de crédit oblige les commerçants français à recourir aux banques allemandes en demande de crédit. Ces dernières leur ont ouvert leurs caisses sans restriction et lorsque vint la guerre et que les listes noires entrèrent en vigueur, il a fallu que les commerçants français, non seulement passent leurs comptes dans d’autres banques, mais encore remboursent les découverts qui rarement leur sont consentis dans celles-ci, et cette circonstance les force à réduire considérablement leurs achats parce qu’ils manquent de fonds et ne trouvent pas chez nos alliés les Anglais l’aide qu’ils ont reçu des Allemands120 »

  • 121 Le Journal du Chili, 5/9/1909.
  • 122 Ibidem, 20/8/1909.

146L’utilisation des banques étrangères fait que « le capital français utilisé dans ces établissements doit forcément et inconsciemment contribuer à alimenter le mouvement commercial de nos concurrents au détriment du notre121 ». De ce fait, les représentants des fabricants et importateurs français sont « livrés pieds et poings liés, aux exigences des banques étrangères pour tout ce qui se rapporte à la partie financière de leur mouvement d’affaires, escompte, recouvrements ou renseignements commerciaux122 ».

  • 123 Rapport de 1907, ADN, Santiago du Chili, carton 94.

147Faute d’un organisme de crédit propre, les facilités accordées par les banques allemandes font que les opérations bancaires des affaires commerciales françaises au Chili sont confiées aux banques germaniques. Cela a pour conséquence que le commerce allemand, grâce à ses établissements bancaires, est informé du prix des produits, des échantillons, des procédés et des secrets commerciaux français. Les commerçants allemands peuvent ainsi mieux concurrencer les produits français. La plupart des banques étrangères ont des services de renseignements parfaitement bien organisés, « mais elles se refusent à communiquer leurs informations à des tiers qui ne sont pas leurs clients et émettent la prétention d’adresser directement aux personnes intéressées les indications qu’elles demandent123 ». Cette situation est source de difficultés pour le développement du commerce français :

  • 124 La Patrie, 1/3/1913.

« Les succursales des banques allemandes portent une grave atteinte au développement du commerce français. Elles renseignent les fabriques et les maisons d’outre-Rhin sur les prix, les façons de faire et tous les détails des entreprises françaises. Elles avisent en temps opportun et donnent des ailes à une concurrence sans cesse en éveil. […] De plus il arrive que, lorsqu’un Français et un Allemand se présentent simultanément en concours pour une adjudication de travaux d’État, elles refusent des capitaux au Français et ouvrent leurs caisses à leurs compatriotes124. »

148Depuis le début du xxe siècle, la création d’une banque française est une des principales revendications des négociants français qui y travaillent. Les lettres envoyées aux postes diplomatiques par les principaux négociants français du pays et les nombreux articles des journaux français publiés au Chili nous montrent que la colonie a un besoin urgent d’un établissement bancaire français pour développer son action.

149Le 29 août 1909, le Journal du Chili publie un éditorial dans lequel sont précisées les caractéristiques de l’établissement souhaité par la communauté française. L’établissement bancaire devrait être « une banque d’escompte et de dépôts, sans aucune porte ouverte à des opérations susceptibles de compromettre sa stabilité […] L’idéal, en effet, poursuivi pendant longtemps ici, consiste en la création d’une succursale ou même d’une simple agence de l’un de nos grands établissements de crédit français ». La conclusion est claire « soit pour l’importateur, soit pour les maisons de représentation, soit pour l’industriel, soit pour le client, un établissement de crédit est aujourd’hui indispensable ».

La difficile création et l’importance réduite de la Banque française du Chili

  • 125 Rapport de 1909, ADN, Valparaiso, carton 29.

150Depuis la fin du xixe siècle, différents projets de création d’une banque française ont été ébauchés, sans amener à aucun résultat pratique. L’idée dominante de ces projets est toujours « d’obtenir en France les capitaux nécessaires, soit par la formation de syndicats, soit par l’installation ici d’une succursale d’un de nos grands établissements financiers français125 ».

  • 126 La Banque française de Buenos Aires se fonde sur place sur la base de l’émission locale de ses act (...)

151Les grands établissements de crédit français ne considèrent pas le marché chilien comme un marché suffisamment intéressant pour la création d’un établissement bancaire d’escompte et de dépôts. Les études de certaines banques (Banque française et italienne pour l’Amérique latine, Banque de Paris et des Pays-Bas…) montrent que la possibilité de réaliser une affaire bancaire rentable est assez réduite, en raison de la forte implantation des banques étrangères au Chili et de l’instabilité des cours du papier monnaie chilien. Parallèlement, la Banque française de Buenos Aires est créée en Argentine126.

L’échec du projet de la Banque française du Pacifique

152Entre la fin des années 1900 et le début des années 1910, un projet de banque française est présenté à la légation française de Santiago du Chili pour être étudié à Paris et servir de base à un projet définitif. Ce projet devait déboucher sur la fondation d’une banque française

  • 127 Projet de création de la Banque française du Pacifique.

« exclusivement d’escompte et de recouvrement, destinée non seulement à rendre d’importants services à notre colonie mais encore à favoriser l’expansion de l’exportation française obligée jusqu’à ce jour d’utiliser les bons offices des banques étrangères qui, tout en s’acquittant scrupuleusement des opérations dont elles sont chargées, n’ont aucune raison de favoriser leur développement.
Une institution de crédit française susceptible par conséquent de fournir à nos fabricants, aux exportateurs, aux commissionnaires, aux armateurs et aux financiers de France, des renseignements exacts non seulement sur le marché chilien mais encore sur tous ceux du Pacifique127 ».

153La banque devait se former grâce à la création d’une Société anonyme au capital de 10 000 000 piastres, monnaie courante, divisé en 100 000 actions de 100 piastres chacune. Malheureusement, le projet lancé par de négociants français et chiliens ne voit pas le jour, faute des capitaux nécessaires pour la formation de la Société anonyme.

La Banque française du Chili : une banque de second rang face aux banques étrangères

154En 1916, la Banque française du Chili est fondée comme une Société anonyme chilienne avec une durée de 50 ans. Son siège social se trouve à Santiago du Chili. Le capital de la banque est de 10 millions de pesos, c’est-à-dire 18,3 millions de francs, divisés en actions de 50 pesos chacune. La Société générale souscrit une grande partie du capital et se trouve à l’origine de l’affaire. Elle met à profit certaines circonstances particulières dans lesquelles elle se trouve par suite de la liquidation de la Banco de la Republica, banque dans laquelle la Société générale avait engagé des intérêts importants.

155Cette nouvelle société bancaire a pour objet de recevoir des dépôts d’argent avec ou sans intérêt, à vue ou à échéance maximale de cinq ans ; de consentir des prêts de caractère commercial dont la durée maximale est fixée par le conseil d’administration ; de négocier et escompter toutes lettres de change, tous billets, tous titres de crédit à ordre ou non et toutes autres obligations ; d’ouvrir tous crédits en compte-courant avec ou sans garanties, réalisables soit par remise de fonds, soit par escompte, billets, documents et autres obligations et titres de crédit endossés ou régulièrement cédés par le crédité, soit par l’acceptation de traites libres ou accompagnées de documents maritimes, tirées sur la banque à 180 jours de vue au plus par le crédité ou pour son compte (ces ouvertures de crédit peuvent être confirmées, en faveur du crédité et utilisées par lui ou selon ses instructions, dans toute autre banque chilienne ou étrangère, et en particulier en France) ; de consentir des avances sur consignations et sur documents maritimes ; de tirer, viser ou accepter tous chèques, tous mandats, toutes lettres de change à 180 jours de vue au plus ; de remplir le rôle de commissionnaire, d’agent, de mandataire, d’administrateur de biens et réaliser toutes autres opérations compatibles avec la nature de l’établissement. La société essaie d’échapper à la spéculation immobilière. D’après l’article 6 des statuts approuvés le 13 novembre 1916, la banque ne peut acquérir d’immeubles que pour l’installation des bureaux de son siège social ou de ses succursales.

  • 128 En 1920, le conseil d’administration de la Banque française du Chili est formé par le député libér (...)

156La banque est dirigée par un conseil d’administration composé de 6 membres, dans lequel figure un Français, un Belge et un Tchécoslovaque. Les trois autres membres, dont le président, sont Chiliens128. L’administrateur délégué et directeur de l’agence de Santiago du Chili est le négociant français Edmond Laville qui appartient au personnel de la Société générale.

157Le 9 avril 1917, la Banque française du Chili ouvre les portes de son agence de Santiago du Chili. La Banque française au Chili est le correspondant de la Banque française et italienne pour l’Amérique du Sud et de la Société générale.

158Malgré le développement des affaires, cet établissement ne se trouve pas à la hauteur des autres banques concurrentes :

  • 129 « Mémoire du développement commercial au Chili des nations alliées autres que la France et ses con (...)

« Si on tient compte des bénéfices réalisés par la Banque française du Chili, dont le capital est très réduit, comparativement à ses rivales et qui s’est fondée à une époque ou les affaires étaient presque paralysées et qui comme toutes les autres et plus encore, a dû supporter les conséquences de la guerre, on peut augurer que cette Banque, après avoir augmenté son capital avec l’aide des grandes institutions de crédit françaises, ce qui lui permettrait d’ouvrir des succursales dans les principales villes, deviendrait une des principales du Chili et, conséquemment, serait à même de réaliser les aspirations du commerce et de l’industrie française en lui prêtant un appui efficace, grâce à l’ouverture de crédits129. »

  • 130 Rapport n° 7 du 20/1/1920, ADN, Valparaiso, carton 29.

159En même temps « les opérations de cette banque sont renfermées dans une sphère relativement restreinte130 ».

160Peu après sa création, la Banque française du Chili connaît ses premières difficultés financières qui font que la banque

  • 131 Communiqué n° 23 du 1/5/1918, ADN, Valparaiso, carton 29.

« n’a pas pu, jusqu’à présent, ouvrir à Valparaiso la succursale que non seulement nos compatriotes du pays mais encore tout le commerce français en général considère comme indispensable. Des difficultés provenant principalement à ce qu’il est affirmé, du manque de personnel français et d’un agent capable d’être mis à la tête de l’agence à créer à Valparaiso, retardent jusqu’à présent l’ouverture de cette officine. Il serait à déplorer que cette situation se prolonge jusqu’après la fin des hostilités car nous aurons de grandes difficultés à surmonter en présence du nombre toujours croissant d’établissements concurrents131 ».

161Bien que la Banque française du Chili connaisse certaines difficultés financières, après deux exercices

  • 132 Rapport du 30/4/1919, ADN, Santiago du Chili, carton 73.

« elle compte dans sa clientèle à peu près tous les Français de Santiago du Chili et un grand nombre de ceux des provinces. Les relations avec la France se développent de plus en plus et elle cherche à faciliter le plus possible, par l’octroi de crédit confirmé et de ducroires, l’exportation française au Chili132 ».

  • 133 La Banque française et italienne pour l’Amérique du Sud contrôle avec ses propres actions et les r (...)

162Grâce à la participation chaque fois plus importante de la Banque française et italienne pour l’Amérique du Sud dans le capital133 et dans la direction de la Banque française du Chili, celle-ci ouvre une succursale à Valparaiso en 1920. Guido Colombo, délégué de la Banque française et italienne pour l’Amérique du Sud, est nommé directeur de la nouvelle agence. Parallèlement, les gouvernements français et italien désignent officiellement la Banque française du Chili pour recevoir les souscriptions aux emprunts qu’ils viennent d’émettre.

163L’action commerciale de la Banque française du Chili n’est pas très bien considérée par la légation française. Le rapport de l’ambassadeur nous montre qu’il serait préférable pour notre commerce qu’un établissement bancaire français crée une succursale :

  • 134 Rapport de 1921, ADN, carton 70.

« Les possibles succursales des banques françaises au Chili ne doivent pas seulement être des correspondants de banques françaises, mais de véritables filiales, car les crédits à l’exportation constituent des découverts extrêmement importants en temps normal. En temps de crise, les clients n’acceptent pas toujours les traites à présentation, ces découverts constituent des immobilisations extrêmement gênantes pour les banques. À l’heure actuelle, ils exigent des exportateurs le remboursement des avances consenties, dès que la moindre difficulté se présente134. »

D’une banque chilienne à la succursale d’une banque française

164En 1921, par la suite d’une mauvaise gestion, la succursale de la Banque française du Chili à Valparaiso fait des pertes considérables. Le bilan de la banque est négatif, avec des pertes qui atteignent la somme de 4 471 331 de pesos. Le conseil d’administration du siège social à Santiago du Chili décide de fermer l’agence de Valparaiso dans les premiers jours de janvier 1922. En même temps, un décret du gouvernement chilien autorise la Banque française et italienne pour l’Amérique du Sud à ouvrir une ou plusieurs succursales. En accord avec la Banque française du Chili, elle décide d’ouvrir le jour même de la fermeture, et dans le même local, une agence à Valparaiso. C’est la première fois qu’une banque sous régime des lois françaises installe une succursale au Chili. En 1923, la Banque française du Chili entre en liquidation judiciaire.

165Les agences de la Banque française du Chili deviennent succursales de la Banque française et italienne pour l’Amérique du Sud. Le capital des deux succursales chiliennes est détenu en entier par la Société française. La banque est amenée peu à peu à se spécialiser dans les opérations de change résultant des affaires d’importation et d’exportation. La principale clientèle de la banque se compose des firmes françaises, italiennes, suisses, belges, espagnoles et chiliennes.

Le développement du trafic maritime et son contrôle par les compagnies maritimes occidentales

Le commerce extérieur chilien : un commerce maritime

  • 135 Voir annexe 18.

166La position géographique du Chili par rapport à ses principaux partenaires commerciaux fait que la quasi-totalité du transport des marchandises se réalise par voie maritime. La longue façade maritime (plus de 4 000 km) que le pays possède offre la possibilité d’absorber une bonne partie du mouvement commercial national par le biais du cabotage, qui n’est pas assez abondant pour attirer l’intérêt des compagnies étrangères135. Tandis que le transport de cabotage est réalisé dans sa totalité par des Compagnies maritimes chiliennes, les marchandises destinées aux marchés extérieurs sont transportées à bord de navires appartenant aux Compagnies étrangères.

167L’augmentation des échanges commerciaux extérieurs et nationaux provoque une croissance du mouvement de bateaux dans les ports chiliens ainsi que du volume de marchandises à transporter. Le résultat se traduit par la constitution d’un marché intéressant pour les armateurs et pour les compagnies de navigation régulières, lesquelles trouvent au Chili la possibilité de réaliser d’avantageux frets aller-retour. Le fret est suffisamment abondant. Pour l’obtenir les armateurs agissent sur les tarifs, l’activité de leurs agents, les conditions locales permanentes ou passagères, la mentalité des chargeurs, etc.

168Le transport des marchandises au Chili se réalise à bord de voiliers et de vapeurs. À la fin du xixe siècle, les voiliers avaient déjà laissé leur place prédominante aux vapeurs, plus rapides et à la capacité de charge plus grande. Les frets aller-retour des voiliers sont essentiellement constitués de produits miniers et agricoles. La concurrence des bateaux à vapeur et la difficulté progressive pour trouver du fret de l’Europe vers le Chili – sauf dans des occasions exceptionnelles – écartent les voiliers du commerce maritime avec le Chili.

  • 136 Rapport n° 28 du 18/4/1903, ADN, Santiago du Chili, carton 76.
  • 137 Les armateurs ont vendu tous leurs voiliers à la Finlande qui les utilise pour le transport de boi (...)

169Après la Première guerre mondiale, les ports chiliens ne sont visités que par les 8 voiliers des Compagnies allemandes Reederei F. Laeisz G. M. H. et Norddeutscher Lloyd de Bremen. La durée du voyage aller-retour Hambourg-Chili est d’environ six à sept mois et ces Compagnies fixent l’itinéraire de façon à permettre le passage d’un voilier à Valparaiso par mois. En 1929, un rapport de René Chayet, attaché commercial de France, indique que Hambourg est le seul port où les voiliers peuvent obtenir des chargements complets de ciment, fer, coke et marchandises telles que la quincaillerie ou des articles sanitaires (baignoires, lavabos, etc.). À cette circonstance s’ajoute le fait que les armateurs d’autres pays qui ont des relations commerciales avec la côte du Pacifique sud ne possèdent plus de voiliers136, tandis que la réglementation de la marine marchande allemande oblige les officiers à faire un stage assez long sur les voiliers avant d’être en service à bord des vapeurs137. Le gouvernement allemand impose à ces compagnies, l’utilisation des voiliers et parallèlement aide les armateurs allemands sous forme de subventions afin de maintenir en activité un certain nombre de voiliers qui sont utilisés comme bateaux-école pour élèves pilotes.

Tableau 51 : Mouvement de navires dans les ports chiliens en 1883 et 1911

Tableau 51 : Mouvement de navires dans les ports chiliens en 1883 et 1911

Source : d’après Annales du Commerce extérieur, 1886, 4e fascicule, p. 6-7, et lettre de la Chambre du commerce de Santiago du Chili du 2/2/1913, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 67.

Le négoce maritime au Chili

170Dans le transport de marchandises du marché extérieur chilien, il existe des compagnies de charge qui affrètent des navires à intervalles irréguliers, avec des itinéraires variables, selon les contraintes du marché. Simultanément les compagnies mixtes maintiennent un service régulier de bateaux suivant des itinéraires fixes.

171Ces compagnies sont représentées par des maisons commerciales ou des agents qui se chargent de trouver les marchandises à expédier ou les passagers à transporter. Dans quelques occasions, ces maisons sont plutôt des affréteurs de navires que des armateurs. Nous trouvons aussi des sociétés composées par des armateurs particuliers qui se limitent au transport des marchandises.

172Dans le cas des compagnies maritimes de charge, il existe des maisons comme celle de Bordes et fils qui se consacrent à la fois à la commercialisation et au transport des marchandises. Ces firmes ont leurs propres agents appartenant à la maison sur les ports de départ et d’arrivée. Ceux-ci se chargent d’acheter et de vendre les marchandises transportées.

  • 138 Exemple d’un bateau affrété par la Compagnie Lamport et Holt : Départ du Havre : 3 500 tonnes dont (...)

173Il existe d’autres firmes, comme la maison britannique Lamport et Holt, qui se chargent d’affréter des navires pour le transport de matières premières chiliennes et de marchandises européennes138. L’affrètement des bateaux de cette compagnie se fait à la demande des agents des maisons de commerce établis au Chili. Par exemple, la maison de commerce anglaise Duncan Fox est l’agent des bateaux français affrétés par Lamport et Holt et la maison Weber and Cie représente au Chili, la compagnie allemande Reederei F. Laeisz. Dans les ports européens, ces compagnies traitent avec des maisons de consignation qui reçoivent les marchandises en dépôt, soit pour les remettre à leur destinataire en contrepartie de leur règlement, soit pour les revendre. Ainsi la compagnie Lamport et Holt traite au Havre avec la maison de consignation de M. Grosos.

174Une autre possibilité est l’affrètement de navires par des sociétés formées par l’union de plusieurs armateurs. C’est le cas de la Société Anonyme des Armateurs Nantais, de la Société Anonyme des Voiliers Nantais ou de la Société Nouvelle d’Armement qui, avec leurs navires, fréquentent les ports chiliens en se limitant à apporter du charbon et à repartir avec un chargement de nitrate.

175Pendant les années 1920, le transport maritime voit la naissance de compagnies appartenant à des grands trusts qui servent à transporter la production des compagnies « sœurs » ou les frets fournis par des maisons de commerce appartenant au même trust. L’exemple le plus révélateur est celui des lignes américaines. La Grace Line et la New Orleans and South America S/S Cie (WOSA Line) sont des filiales de la W. R. Grace and Cie. Un autre exemple est celui de la Betheleem Steel Cie qui exploite les gisements de fer du Tofo et assure le transport des minerais aux fonderies nord-américaines au moyen d’une flotte privée totalisant un tonnage de plus de 120 000 tonnes qui lui permet d’apporter au retour les produits manufacturés dans ses usines aux conditions les plus avantageuses.

Tableau 52 : Compagnies maritimes mixtes étrangères au Chili en 1909

Tableau 52 : Compagnies maritimes mixtes étrangères au Chili en 1909

Source : Rapport de juillet 1909, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 76.

Les lignes maritimes mixtes anglaises et allemandes : le contrôle du marché maritime chilien

176En 1872, les entrepreneurs chiliens établissent à Valparaiso la Compañía Sud-Americana de vapores. Cette compagnie naît de la fusion des Compagnies Chilena et Nacional de vapores. Sous la présidence de Maximiliano Errázuriz et avec un capital initial de 1 500 000 de pesos-or 18 d. (16 000 000 de pesos-or 18 d. en 1928) cette compagnie essaie d’entretenir une ligne de navigation mixte avec le nord du Pérou, avec les ports de Guayaquil et Panamá. À la fin du xixe siècle, un service spécial jusqu’à San Francisco est établi. Cette compagnie chilienne se heurte à la concurrence de la Pacific Steam Navigation. Les deux compagnies sont subventionnées par le gouvernement chilien. N’ayant pu s’éliminer mutuellement, elles se partagent le trafic et s’unissent contre les nouveaux venus. Mais au début du xxe siècle, la compagnie chilienne ne pouvant faire face à la concurrence étrangère

  • 139 Rapport n° H-2, du 12/12/1929, ADN, Santiago du Chili, carton 76.

« végète misérablement. Cette compagnie se borne à faire le service de Valparaiso à Panama, en 14 jours, avec des navires vieux, démodés, mal tenus – concurremment avec des bateaux à deux hélices, de 7 à 8 000 tonnes de la Pacific Steam qui, eux l’assurent en 12 – et à desservir, à intervalles irréguliers, avec des itinéraires variables, la plupart des petits ports de toute la côte sud. En résumé, flotte de cabotage, sans grand rendement et qui est loin de répondre aux besoins et aux nécessités du pays139 ».

  • 140 Mouvement de passagers : 17 417 passagers débarqués et 11 809 embarqués en 1924; 14612 et 19 861 e (...)

177Les lignes transatlantiques régulières de paquebots et de cargos à vapeur transportent, en plus des matières premières, des passagers140 (émigrants, hommes d’affaires et touristes) et des colis postaux. Elles disposent d’agents dans toutes les villes importantes du pays, aussi bien sur la côte que dans l’intérieur. Elles se chargent de négocier avec les maisons de consignation et d’obtenir le plus possible de passagers. Il existe des compagnies qui possèdent des entrepôts de stockage de marchandises en vue de leur redistribution dans le Pacifique Sud. C’est le cas de la compagnie allemande Kosmos, qui en 1907, ouvre des grands entrepôts de stockage au port de Valparaiso. Dans les ports européens et des États-Unis, ces compagnies traitent avec des maisons de consignation. Par exemple, la Pacific Steam Navigation négocie avec M. Grosos qui travaille aussi avec Lamport et Holt.

  • 141 « Cette faculté constitue, à proprement parler, un véritable privilège, dans une rade sans port, o (...)

178En 1867, la compagnie anglaise Pacific Steam Navigation établit un service mensuel permanent entre Valparaiso et Liverpool en réduisant d’un tiers le temps qui était nécessaire aux voiliers pour faire le même trajet. Cette compagnie jouit longtemps d’une exclusivité presque absolue en plus du privilège d’être la seule compagnie pouvant accoster à l’unique môle fiscal du port de Valparaiso141. Dès 1871, 16 vapeurs, sommairement aménagés pour émigrants et passagers et appartenant à des compagnies allemandes relient Hambourg à Lima avec six escales chiliennes. En 1906, la compagnie allemande Roland Line vient, en quelque sorte, compléter l’autre compagnie allemande déjà présente au Chili, la Kosmos. Ces compagnies comptent sur une subvention du gouvernement allemand tout comme la compagnie anglaise compte avec celle de son gouvernement (prêts de fortes sommes à intérêt réduit pour la construction de navires, tant de charge que de passagers).

  • 142 Rapport de 1909, ADN, Santiago du Chili, carton 76.
  • 143 « La Pacifique Steam Navigation et la Kosmos possèdent une flotte nombreuse, puissante, admirablem (...)
  • 144 « Les Compagnies étrangères en sus des avis et tableaux affiches qu’elles font placer dans les Hôt (...)
  • 145 Au début du xxe siècle, la compagnie Kosmos prolonge ses lignes maritimes en touchant les ports de (...)
  • 146 « La Pacific Steam Navigation a un passé déjà long, une expérience éprouvée, sans parler du presti (...)

179Au début du siècle, la suprématie de la compagnie anglaise est une butte à « une lutte jalouse, ardente, poursuivie âprement142 » de la part des compagnies maritimes allemandes. Au cours des premières décennies du xxe siècle, ces compagnies s’adonnent à une concurrence acharnée pour obtenir la plus grande quantité de fret et pour garder et augmenter leur clientèle de passagers. Cette concurrence joue essentiellement sur une amélioration des conditions du voyage (confort, prix et vitesse143), un grand effort publicitaire144, la recherche de nouvelles escales145 et le prestige de la compagnie146.

  • 147 La Pallice, La Corogne, Porto, Lisbonne, Bahia, Pernambuco, Río do Janeiro, Montevideo, Illes Malo (...)

180En 1909, les liaisons maritimes avec l’Europe et les États-Unis sont assurées par des compagnies britanniques, allemandes et américaines. Parmi celles-ci, la Pacific Steam Navigation anglaise est la seule compagnie à avoir une ligne régulière postale (un départ tous les 14 jours dans chaque sens). Cette ligne fonctionne entre Valparaiso et Liverpool en faisant plusieurs escales147. La compagnie exploite une ligne annexe qui suit la côte chilienne jusqu’à Puerto Montt et l’île de Chiloe. Les compagnies anglaises Gulf-Line et Lamport et Holt ont une ligne mensuelle de cargo-boat entre Glasgow-Liverpool et la côte sud du Pacifique, jusqu’à Guayaquil. La compagnie allemande Kosmos n’a ni itinéraires ni départs fixes. Elle exploite des cargo-boat qui dépendent des frets entre Hambourg et la côte du Pacifique. La Roland Line, compagnie allemande, propose un service mensuel de cargo-boat entre Brême et le Pacifique sud jusqu’à Callao. Les compagnies West Coast Line des États-Unis et Merchants Line d’Angleterre ont des cargo-boats qui assurent une liaison irrégulière entre le Pacifique sud et les ports de New York et de San Francisco.

Les années 1920 : l’élargissement du marché maritime chilien

  • 148 Entrées de navires étrangers aux ports chiliens en 1924: 1236251 tonnes ; en 1925: 1 642 391 tonne (...)
  • 149 « Le fret est suffisamment abondant sur cette côte. Il s’agit seulement de savoir l’obtenir », rap (...)

181La fin de la Première guerre mondiale ouvre pour le commerce extérieur chilien une importante période de mouvement commercial148, conséquence logique de la paralysie due à la guerre, de la soudaine disponibilité de nombreux bâtiments immobilisés par les besoins du conflit, et de la nécessité, pour les pays européens, de la normalisation des circuits commerciaux et internationaux. En même temps, l’ouverture du canal de Panama rend le marché chilien attractif pour les compagnies maritimes149.

  • 150 Voir annexe 18.

182Plusieurs lignes mixtes installent leurs agences au Chili et ouvrent de nouvelles lignes régulières vers de nouvelles destinations. Les compagnies allemandes fusionnent pour pouvoir mieux faire face à cette nouvelle donne. Ainsi, en 1926, la Hamburg America Line, la Maritima Kosmos et la Hugo Stinnes Line forment la Hamburg Amerika Line. L’arrivée sur le marché de ces compagnies150 élargit la concurrence et engendre une compétition plus grande dans le démarchage de la clientèle que le marché chilien peut offrir.

Tableau 53 : Compagnies maritimes mixtes étrangères en 1928

Tableau 53 : Compagnies maritimes mixtes étrangères en 1928

Source : Rapport H-5, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 77.

Le transport des marchandises françaises est en grande partie assuré par les armateurs étrangers

  • 151 Pétré-Grenouilleau O., op. cit., p. 174.
  • 152 Ibidem, p. 175

183Les années 1870-1880 constituent une période de stagnation pour la marine marchande française, avant la reprise des années 1890-1920. Au total, entre 1845 et 1908, le nombre de bâtiments marchands diminue tandis que le tonnage de la flotte augmente. Parallèlement, la progression du tonnage vapeur augmente régulièrement (177 000 tonneaux en 1872, 806 073 en 1909). En 1880, la marine marchande française n’est qu’au sixième rang des marines marchandes mondiales, derrière la Grande-Bretagne, les États-Unis, la Norvège, l’Allemagne et l’Italie : « Le problème réside dans le fait que les progrès de la puissance maritime française, évidents en chiffres absolus, mais saccadés et inégaux, correspondent à un déclin relatif par rapport à nos concurrents étrangers151. » En même temps, on constate une prédominance des pavillons étrangers dans le trafic au long-cours français : 1877-1887, 62 % ; 1896, 70 % ; 1908, 74 % ; 1913, 77,4 % marchandises importées, 53,2 % à l’exportation ; 1920, 74,2 % et 68,1 %, 1923, 72,1 % et 72,3 %152.

184À partir des années 1870, la marine marchande française au Chili connaît une période de stagnation qui correspond à celle de l’ensemble de sa marine. La domination du marché chilien par les compagnies anglaises et allemandes provoque une plus grande participation des navires étrangers dans le transport de marchandises entre le Chili et la France. Ainsi à la fin du xixe siècle, la part des pavillons étrangers dans le trafic entre les deux pays représente à peu près 78 % de la totalité des marchandises transportées. Le départ de la Compagnie Générale Transatlantique et la recherche de frets de départ dans d’autres pays (comme pour le cas de la maison Bordes et le charbon anglais), sont à l’origine de la faible importance que le pavillon français joue ensuite dans le commerce franco-chilien : entre 1896 et 1900, l’exportation réalisée sous pavillon national ne constitue qu’un ridicule 2,3 %. Le déclassement relatif de la marine française au Chili par rapport à l’étranger s’est donc accru.

185Le redressement de la marine marchande française au Chili commence à partir du début du xxe siècle. L’arrivée de nouveaux armateurs sur le marché chilien (Compagnie Française Maritime du Pacifique, Compagnie Havraise Péninsulaire) est à l’origine de la récupération par la marine marchande française d’une partie du fret de sortie vers le Chili : la part du pavillon français dans l’exportation vers le Chili passe de 15,1 % pour la période 1901-1905 à 16,3 % en 1906-1910. L’activité de la maison Bordes et fils dans le transport et la vente des nitrates en France fait que, en même temps, une partie importante de l’importation en provenance du Chili est réalisée par des bateaux français : la part du pavillon français dans l’importation de marchandises chiliennes représente entre 1896-1910, 40 % de la totalité des marchandises importées du Chili.

186Après une période de réquisition des navires marchands entre le printemps 1918 et 1921 et les lourdes pertes à cause de la guerre (960 000 tonneaux par faits de guerre, 170 000 par accidents de mer), entre 1926 et 1930, la marine marchande française connaît une période de réelle prospérité due à l’augmentation du trafic mondial et à la croissance des échanges avec les colonies. Malgré cette prospérité, la France ne se classe qu’au neuvième rang mondial pour les cargos de 6 000 à 8 000 tonnes, et elle occupe un des derniers rangs mondiaux pour les bâtiments à moteur.

187Au début des années 1920, la Compagnie Générale Transatlantique ouvre une ligne régulière de cargos entre le Chili et la France. Grâce à cette initiative, la part du pavillon étranger dans le trafic total entre les deux pays connaît une diminution au cours des années 1920 : 66,7 % pour la période de 1916-1920 ; 45,8 % pour celle de 1921-1925. Néanmoins, les difficultés pour trouver du fret de retour et la disparition de la maison Bordes et fils entraînent une augmentation du pavillon étranger dans le transport des marchandises en provenance du Chili : 57,7 % pour la période de 1916-1920 ; 75,7 % pour celle de 1921-1925.

188Si nous comparons le mouvement de la navigation et l’ensemble du commerce franco-chilien, au cours des années 1880, l’érosion des échanges commerciaux entre les deux pays (1880-1884 : indice 100 pour les importations, indice 100 pour les exportations ; 1885-1890 : 51 importation, 54 exportation) ne correspond pas à une réduction de la part du pavillon français : 1881-1885 : 20,7 % ; 1886-1890 : 24,5 %. La réduction de la part du pavillon français se produit (1896-1900 : 41,6 % ; 1906-1910 : 34,3 %), au moment où on assiste à une explosion des importations de produits chiliens en France (1890-1894 : 100 ; 1895-1899 : 136 ; 1905-1909 : 201). La croissance des exportations (1890-1894 : 100 ; 1905-1909 : 150), au contraire, va de pair avec l’augmentation de la part du pavillon français dans leur réalisation (1896-1900 : 2,3 % ; 1906-1910 : 10,7 %).

189Au cours des années 1910 et au début des années 1920, nous observons que la part des navires français se réduit à peu près de moitié (1916-1920 : 42,3 % ; 1921-1925 : 23,1 %) tandis que le volume des importations stagne entre 1915-1924 (1910-1914 : base 100, 1915-1919 : 103 ; 1920-1924 : 96). En ce qui concerne le volume des exportations, les données nous montrent que leur chute (1910-1914 : base 100 ; 1915-1919 : 27 ; 1920-1924 : 59) ne coïncide pas avec l’augmentation de la part du pavillon français dans leur réalisation (1911-1915 : 10,7 % ; 1916-1920 : 24,0 % ; 1921-1925 : 27,2 %).

190Au total, on voit qu’il existe une relative autonomie du mouvement de la navigation vis-à-vis du commerce franco-chilien. Il nous semble également important de prendre en compte des variables complémentaires, notamment les stratégies des armateurs et le rôle de l’État.

La faible présence des navires français dans les ports chiliens

191L’importance que prend le pavillon étranger dans le commerce franco-chilien se traduit par une faible présence de la marine marchande française :

  • 153 Rapport de 1901, ADN, Santiago du Chili, carton 70.

« On voit le drapeau français au-dessus de la porte de nos légations les jours de fête, mais jamais dans les ports chiliens sur un navire régulier. Le port d’Iquique voit bien les voiliers Bordes, mais ils servent aux Anglais de Tarapaca à recevoir le charbon venant d’Angleterre, et aux Allemands de partout à répartir leurs marchandises153. »

Tableau 54 : Navigation de concurrence entre la France et le Chili (en pourcentage)

Tableau 54 : Navigation de concurrence entre la France et le Chili (en pourcentage)

Source : Tableau général du commerce et de la navigation.

192Pour les armateurs français, les relations commerciales entre la France et le Chili ne sont pas assez importantes pour justifier la création d’une ligne de navigation entre les deux pays. Le fret de retour manque également. L’Angleterre, et en moindre mesure l’Allemagne, contrôlent une bonne partie du marché chilien des nitrates et par conséquent le fret de sortie manque aux Français. En même temps, le courant de passagers entre la France et le Chili, plus rémunérateur que celui de la marchandise pour les Compagnies maritimes, est assez réduit.

193Avant la Première guerre mondiale, le transport de marchandises se fait de quatre façons différentes : par les vapeurs de la Compagnie française maritime du Pacifique, par les navires de la Compagnie havraise péninsulaire, par les vapeurs allemands des compagnies Kosmos et Rolland Linie, et par la Pacific Steam Navigation.

194Au début des années 1880, Emile Bossière, armateur du Havre, fonde la Compagnie française maritime du Pacifique. Le gouvernement chilien lui accorde la jouissance des mêmes privilèges que ceux concédés aux compagnies anglaises et allemandes. Le service, avec départ au Havre et arrivée à Valparaiso, est inauguré en 1881. Il est bimensuel et a une durée de 45/50 jours. Les départs sont assez irréguliers. Les vapeurs transportent de grosses marchandises ne pouvant supporter un coût de fret élevé. Le but principal est l’obtention d’un fret de retour (phosphates, cuirs, cuivre…) lequel rentabilise le voyage.

  • 154 Rapport n° 28 du 18/4/1903, ADN, Santiago du Chili, carton 76.

195La Compagnie havraise péninsulaire inaugure, en 1903, un service de trois navires entre Liverpool, le Chili, le Pérou et l’Équateur. Les navires de cette compagnie sont destinés à alterner avec ceux de la maison anglaise Lamport et Holt qui assurent parallèlement le même service de navigation, avec escale au Havre. Cependant, les bâtiments de la Compagnie havraise péninsulaire « quoique navigant sous les couleurs françaises, portent le pavillon commercial de la compagnie anglaise154 ». Le directeur de la compagnie française est en même temps l’agent en France de la maison Lamport et Holt. La maison anglaise touche une forte commission sur les bâtiments français mis en circulation. La Compagnie havraise péninsulaire charge au Havre, indifféremment par bateau, 1 600 à 2 000 tonnes de marchandises françaises, à destination du Chili. Ce service est presque paralysé à la veille de la Première guerre mondiale.

196Les vapeurs allemands des compagnies Kosmos et Rolland Linie ont leur départ à Anvers. Ils transportent les articles français provenant du Nord de la France. Le départ se réalise à Anvers car le prix du transport des marchandises par chemin de fer jusqu’à Anvers est moins cher que pour Le Havre ou La Pallice. Les départs sont réguliers et la durée du voyage est de 45/60 jours.

197Les vapeurs de la Pacific Steam Navigation touchent les ports français de La Pallice et de La Rochelle tous les 14 jours. La durée du voyage est de 35 jours jusqu’à Valparaiso. Cette compagnie reçoit une subvention annuelle du gouvernement français pour toucher La Pallice et y prendre le fret français.

Le développement du mouvement commercial au Chili et l’ouverture du Canal de Panama : un regard nouveau porté sur le marché chilien

198À la veille de la Première guerre mondiale, l’ouverture du canal du Panama éveille un « soudain » intérêt chez les commerciaux et industriels français pour les marchés sud-américains de la côte Pacifique. En 1915, le Congrès commercial et industriel de Thouars, sous la direction de la Fédération des groupements commerciaux et industriels de France,

  • 155 Rapport du 23/6/1915, ADN, Valparaiso, carton 22.

« lance l’idée d’établir une ligne de navigation franco-chilienne, subventionnée par les deux pays, afin de pouvoir diriger sur le marché chilien, dans des conditions avantageuses, les produits de l’industrie et de la manufacture française et recevoir, en échange, le cuivre, le fer, le nitrate, et d’autres produits chiliens, qui assureront suffisamment les frets de retour155 ».

199L’État français commence aussi à considérer le développement de sa marine marchande dans les contrées de la côte américaine du Pacifique sud comme un outil nécessaire au développement du commerce français dans la région :

  • 156 Rapport n° 467 du 12/9/1919, ADN, Santiago du Chili, carton 76 et rapport de 1921, ADN, carton 70.

« Ce serait une faute impardonnable de retomber à nouveau dans les errements d’avant-guerre en laissant notre commerce livré à la bonne volonté des fréteurs étrangers, et cela, quand nos futurs rivaux commerciaux font tous les sacrifices pour assurer par des moyens nationaux le transport de leurs produits. […] comme complément nécessaire et logique, le commerce français aurait besoin de lignes de navigation française régulières, c’est-à-dire, partant et arrivant à date fixe. Ces bateaux doivent partir de France et le fret français doit être réservé156. »

La Compagnie Générale Transatlantique et le Chili : une concurrence trop forte dans un marché très limité pour les compagnies françaises

200À la fin de 1856, la Compagnie Générale Maritime exploite deux lignes de long-courriers partant de Bordeaux pour le trafic vers l’Australie et vers San Francisco. L’essentiel de l’exploitation est concentré au Havre. Les départs sont bimensuels à destination de Valparaiso. En 1861, la compagnie adopte par décret la dénomination de Compagnie Générale Transatlantique. Il lui est désormais interdit de réaliser des opérations commerciales. Initialement, c’est l’État qui apporte une partie du capital nécessaire à la modernisation de sa flotte. Ensuite, il délivre des concessions, multiplie les primes annuelles, verse des subventions lorsque surviennent des difficultés.

Les « débuts » de la Compagnie Générale Transatlantique au Chili (1872-1874)

  • 157 Voir Barbance M., Histoire de la Compagnie Générale Transatlantique, Paris, Arts et métiers graphi (...)

201À la fin de 1867, la Compagnie négocie et parvient à signer un accord avec l’État français (convention du 30 avril 1867) pour que celui-ci participe avec une subvention fixe de 750 000 francs par an à la création d’un service postal mensuel de Panama à Valparaiso. Ce service devait permettre de compenser la crise de la ligne du Mexique157.

  • 158 « La voie maritime directe par le détroit de Magellan avait été aménagée par la construction de ph (...)

202Au début des années 1870, la Guerre franco-prussienne est à l’origine de l’absence, presque complète, des paquebots de la Compagnie Générale Transatlantique sur les routes maritimes. À cause du conflit, le service de Panama à Valparaiso n’est inauguré qu’en 1872, avec quatre ans de retard. Le service est mal adapté aux nouvelles conditions d’exploitation, complètement bouleversées au cours de ces quatre années158. Les paquebots de la compagnie se heurtent, parallèlement, à la concurrence de la Pacific Steam Navigation et la Compañía Sudamericana de Vapores subventionnées par l’État chilien. Dans ces conditions, le service du Pacifique s’avère lourdement déficitaire.

203La Compagnie Générale Transatlantique conserve jusqu’en 1874, malgré les pertes, son service de paquebots sur le Pacifique. Le 10 mars 1874 a lieu, cependant, le dernier départ de Valparaiso à Saint-Nazaire. De suite, les installations appartenant à la Compagnie Générale Transatlantique établies dans les ports d’Amérique du Sud, les ateliers, les pontons…, tous les approvisionnements en vivres et en charbon, tout le matériel annexe, sont cédés à la Pacifique Steam Navigation. Après le départ de la Compagnie Générale Transatlantique, le monopole de navigation entre l’Europe et le Pacifique exercé par les compagnies anglaises et allemandes explique que les frets exigés par ces compagnies soient très élevés.

Le Chili : un marché qui n’attire plus la Compagnie Générale Transatlantique (fin xixe siècle-1912)

204Au début des années 1880, la Compagnie Générale Transatlantique « prend possession » du domaine commercial d’Afrique du Nord. Depuis les années 1890, la compagnie n’a plus à faire face à la concurrence étrangère grâce à l’établissement du monopole de pavillon. En même temps, de nouvelles conventions (subvention fixe et prime de vitesse) sont accordées par l’État pour la ligne de New York et le service des Antilles. La compagnie préfère adopter une stratégie commerciale axée sur l’exploitation des lignes dans des marchés où la concurrence est faible ou inexistante, plutôt que d’essayer de pénétrer à nouveau dans un marché à forte concurrence et à faible rentabilité comme c’est le cas pour le marché chilien.

205Le résultat de cette stratégie est l’absence totale de la Compagnie Générale Transatlantique dans la lutte pour la clientèle des pays américains de la côte du Pacifique sud :

  • 159 Rapports du 28/9/1912, du 15/10/1912 et du 22/1/1913, ADN, Valparaiso, carton 22.

« Cette entreprise est inconnue ici, la publicité des journaux locaux mentionnant les services de nombreuses compagnies étrangères, mais ne mentionnant jamais le nom d’un bâtiment ou d’une entreprise de navigation française […]. Les Compagnies françaises sont absolument inconnues de la masse du public sur toute la côte du Pacifique.
[…] Les Compagnies de navigation françaises qui maintiennent des services de Colón et de Buenos Aires aux ports français de la métropole ne font aucune publicité dans aucun port du Pacifique de l’Amérique du Sud, alors que les Compagnies étrangères partant de ces mêmes points en sus des avis et tableaux affiches qu’elles possèdent dans toutes les villes importantes de la côte et même à l’intérieur, font paraître régulièrement dans les journaux locaux des annonces indiquant les prochains départs à destination de l’Europe et des États-Unis. Cette absence de publicité se produit dans tous les pays sud-américains de la côte du Pacifique. À part deux ou trois articles parus dans un journal français se publiant à Santiago et qui n’est lu que par un nombre restreint de lecteurs français exclusivement, jamais on ne lit dans une feuille locale, jamais on ne rencontre une affiche murale dans un hôtel, ou même à la porte d’une agence quelconque, même le nom d’une de nos Compagnies dont la plupart des clients possibles et éventuels ignorent complètement l’existence alors qu’ils ne peuvent ignorer celles des Compagnies étrangères.
La Compagnie Générale Transatlantique néglige la ligne partant de Colon. Cette compagnie fait au Mexique et en Amérique Centrale une publicité raisonnée et fructueuse. Cependant elle néglige de parti pris la clientèle qu’elle pourrait avoir au Chili comme en Bolivie et au Pérou159. »

Le retour de la Compagnie Générale Transatlantique au Chili (1913-1929)

  • 160 En 1895, les cargos ne représentent que 10 % du tonnage de la Compagnie Générale Transatlantique. (...)

206Entre 1905 et 1913, la Compagnie Générale Transatlantique connaît une période de prospérité qui pousse la direction de la firme à entreprendre une stratégie d’expansion et d’adaptation au transport de marchandises160. Dans l’Assemblée des actionnaires du 15 juin 1913, Jules Charles-Roux, président de la compagnie, exprime en ces termes la nouvelle stratégie d’expansion de la firme :

  • 161 Ibidem, p. 182.

« Nous avons l’ambition, si les circonstances ne nous desservent pas et si nous obtenons le concours de l’État, d’exercer notre ambition directement ou indirectement sur toutes les lignes de navigation, depuis le Canada jusqu’au détroit de Magellan, et de porter notre pavillon dans le Pacifique quand le Canal de Panama sera ouvert, la France ayant de gros intérêts sur la côte occidentale de l’Amérique du Sud161. »

207En 1913, la Compagnie Générale Transatlantique envoie un de ses inspecteurs en voyage d’études sur les côtes du Pacifique. Au cours de ce voyage, l’inspecteur de la compagnie étudie la possibilité d’étendre jusqu’au Chili la ligne des bateaux de cette compagnie qui éventuellement passeraient le canal de Panama au départ. Si le service mensuel de marchandises est retenu, le service de passagers entre la France et la côte Pacifique de l’Amérique du Sud n’est pas envisagé en raison de sa rentabilité très réduite.

  • 162 Lettre du ministre du Commerce au Consul français de Valparaiso, 28/11/1916, ADN, Valparaiso, cart (...)

208Au cours de l’étude portant sur la création d’une ligne régulière passant par Panama, le Sous-secrétaire d’État à la Marine demande à la Compagnie Générale Transatlantique « d’envoyer aussi souvent que possible, un de ses cargos vers la côte du Pacifique de l’Amérique du Sud162 ». Pour l’État, il s’agit de défendre le pavillon national, de faire de cette compagnie un instrument de prestige, de soutenir l’activité maritime et de former les instruments d’une pénétration commerciale sur le marché de la côte Pacifique de l’Amérique du Sud.

  • 163 Lettre du ministre des Affaires étrangères au Consul français de Valparaiso, 18/9/1915, ADN, Valpa (...)

209De son côté, la Compagnie Générale Transatlantique demande une convention avec l’État français en vue de la création du service maritime sur la côte Pacifique de l’Amérique latine. L’administration de la Compagnie maritime et l’État français entament des conversations à propos de l’ouverture de ce service : « Une conférence au sein de laquelle des secrétaires des ministères des Affaires étrangères et du commerce et le sous-secrétaire de la Marine marchande, d’une part, et les agents de la Compagnie Générale Transatlantique, d’autre part, se réunit actuellement163. »

  • 164 Barbance M., op. cit., p. 224-225.

210À la fin de la Première guerre mondiale, la Compagnie Générale Transatlantique récupère la pleine liberté de son exploitation. Toutes les lignes libres existant avant 1914 sont, parallèlement, rétablies et développés. La tâche principale de l’entreprise est de « reconstruire la flotte, reconquérir une clientèle négligée, ressaisir les positions commerciales du passé et les développer. Sans effectuer de tramping, elle met tout son soin à offrir des bateaux partout et à tous ceux qui en ont besoin164 ». La Compagnie française participe aux accords commerciaux conclus entre les armateurs desservant le continent américain. Le but de ces accords est de limiter les bénéfices excessifs et d’éviter les guerres commerciales préjudiciables pour tous.

211En 1919, P. Prudhom, agent général de la Compagnie Générale Transatlantique, arrive au Chili pour installer l’agence à laquelle la consignation des bâtiments de la compagnie est confiée. Une année plus tard, cette compagnie installe un service régulier de navigation entre la France et le Chili. Au début la ligne n’est desservie que par des cargo-boat dont le premier, le Saint Louis, arrive à Valparaiso le 21 janvier et en repart le 1er février 1920.

  • 165 Rapport n° 51 du 12/6/1926, ADN, Santiago du Chili, carton 76.

212La tête de ligne est Bordeaux, les cargos desservent Hambourg et Anvers, touchent au retour Le Havre et reviennent à Bordeaux pour se diriger sans escale à Colon. Après le Canal de Panama, les cargos desservent les ports de Guayaquil et font les escales dans les ports péruviens de Payta, Callao, Mollendo. Au Chili, ils font escale aux ports de Iquique, Antofagasta, Valparaiso et Talcahuano. Au retour l’itinéraire n’est pas fixe. Ces bâtiments trouvent difficilement du fret en raison des crises économiques sévissant au Chili. Ces difficultés s’ajoutent aux carences du service de la compagnie française laquelle ne peut être compétitive face aux compagnies maritimes étrangères : « Les navires français mettent, la plupart du temps, quinze à vingt jours de plus que leurs concurrents, pour venir d’Europe165. »

213Mais l’État veut que la compagnie développe ses activités et son service de transport de passagers pour être à la hauteur des compagnies étrangères qui travaillent avec le Chili :

  • 166 Rapport n° 14 307 du 28/9/1926, ADN, Santiago du Chili, carton 76 et rapport n° 43 du 21/7/1926, A (...)

« L’effort de la ligne de cargos doit être maintenu et augmenté avec l’aide de l’État, par la création d’une ligne à passagers, ce qui peut être obtenu par la prolongation de la ligne Le Havre-Antilles-Colón jusqu’aux ports du Chili. […] La Commission Interministérielle signale qu’une subvention relative au service sur le Chili ne peut être envisagée que si un élément suffisant en passagers est assuré166. »

  • 167 Lettre de la direction de la Compagnie Générale Transatlantique au ministère des Affaires étrangèr (...)

214La Compagnie Générale Transatlantique considère que le service de passagers n’est pas assez rentable et elle ne tient pas compte des demandes de l’État français : « Les études très complètes que nous avons faites de la question nous ont démontré que le service dont la création est suggérée ne peut, actuellement, être exploité dans des conditions suffisamment rémunératrices167. »

Tableau 55 : Vapeurs français entrés dans le port de Valparaiso en 1920

Tableau 55 : Vapeurs français entrés dans le port de Valparaiso en 1920
  • * Compagnie Générale Transatlantique

215Note*

Source : Rapport n° 1, Archives Diplomatiques de Nantes, Valparaiso, carton 22.

  • 168 « La variété des produits transportés, la diversité des régions desservies permet de compenser un (...)

216La nouvelle stratégie de la Compagnie Générale Transatlantique pousse la compagnie à se risquer sur le marché chilien. Nous pensons que, bien que l’ouverture de la ligne de la côte américaine du Pacifique Sud entre dans les plans d’expansion de la Compagnie française, la création de cette ligne fait partie d’un calcul de réduction de risques. La réussite de la politique d’expansion entamée par la compagnie permet de compenser les pertes d’un tel service168. Conjointement, la restriction du service de transport de marchandises et la subvention de l’État, poussent la Compagnie française à essayer de pénétrer dans un marché à forte concurrence, sans prendre de risques excessifs. Au moment où l’État français demande une amélioration et un élargissement du service de transport de passagers, la Compagnie Générale Transatlantique, connaissant le coût de l’investissement et les minces possibilités de succès, essaie de réduire son service au Chili sans avoir à l’améliorer.

  • 169 « Les magnifiques nouveaux paquebots, comme l’Asturias de la Royal Mail, le Giulio Cesare de 22 00 (...)

217À la fin de 1928, la Compagnie Générale Transatlantique supprime un départ sur deux pour la côte du Pacifique Sud. En avril 1929, la pression du gouvernement français fait que la compagnie décide de rétablir les deux départs mensuels de la ligne sur les ports du Pacifique sud américain. Parallèlement, d’autres compagnies concurrentes améliorent leur service169, tandis que la Compagnie Générale Transatlantique continue à utiliser les mêmes bâtiments qu’au début du service.

218Au total, la faiblesse du rôle joué par les différents instruments du commerce français au Chili, ne va pas sans soulever une question : celle de la place qu’occupe le Chili dans la politique commerciale de l’État français. A-t-il réellement tenté de favoriser le négoce français au Chili ? De quels moyens disposait-il à cet effet ?

La politique commerciale de l’État français au Chili : des mesures liées à des intérêts ponctuels

219L’action de l’État français dans le domaine commercial subit la pression des milieux économiques. Ceux-ci exigent une politique douanière précise, ou l’action de l’État en leur faveur lors de la négociation d’emprunts d’États étrangers, ou même un service d’information performant.

La politique commerciale de l’État français au Chili : entre la conservation de la clause de « la nation la plus favorisée » et la défense des intérêts de l’agriculture française

220La clause de « nation la plus favorisée » est à la base de tous les arrangements commerciaux de la France avec les pays étrangers. En 1895, le gouvernement chilien dénonce le traité commercial avec la France du 15 septembre 1846 et l’accord additionnel du 30 juin 1852, ainsi que plusieurs traités avec d’autres pays européens. Bien que l’article 8 du traité de 1846 autorise un des deux pays contractants à réclamer de l’autre, en matière de droits de douane, le traitement de « nation la plus favorisée », ce privilège est restreint par l’article 28 du même traité à l’octroi d’une compensation équivalente. Le paragraphe 5 des articles additionnels de l’accord de 1852 réserve au Chili la faculté d’accorder à l’un des pays voisins de l’Amérique du Sud des faveurs spéciales pour certains produits de son sol ou de son industrie, en échange de faveurs d’une égale importance qui seraient concédées par ce pays aux produits similaires du Chili.

  • 170 Rapport n° 23 du ministère des Affaires étrangères, 1/7/1896, ADN, Santiago du Chili, carton 64.

221Le Chili demande, par la dénonciation des traités commerciaux avec les pays européens, l’élimination de la clause générale des franchises au titre de la « nation la plus favorisée » afin de faire des concessions spéciales ou d’octroyer des privilèges aux pays d’Amérique latine, sans pour autant avoir à en étendre le bénéfice aux pays européens. La demande du gouvernement chilien est considérée par le gouvernement français comme « trop grave, au point de vue de notre droit conventionnel pour que nous puissions y consentir170 ».

  • 171 Traité chileno-helvétique du 31/10/1897, traité italo-chilien du 12/7/1898, traité chileno-britann (...)

222À la fin du xixe siècle, le Chili signe avec divers États européens des traités de commerce171 dans lesquels le traitement réciproque de « nation la plus favorisée » est accepté, avec toutefois cette réserve : que ce traitement ne s’applique pas aux cas dans lesquels le Chili accorderait des faveurs spéciales, exceptions ou privilèges, aux produits des autres États latino-américains, à moins que ces faveurs ne soient accordées à un État ne formant pas partie de l’Amérique latine.

  • 172 Lettre du ministre des Affaires étrangères à l’ambassadeur français de Santiago du Chili, 24/2/190 (...)
  • 173 Lettre du Charge d’affaires au ministre des Affaires étrangères français, 16/3/1894, ADN, Santiago (...)

223En ce qui le concerne, l’État français ne modifie pas, par rapport au Chili, sa politique commerciale générale par crainte d’un effet « domino » dans ses relations commerciales avec les autres : « La France s’est toujours refusée à accepter l’insertion d’une semblable clause dans un projet de traité avec le Chili. Elle considère que le précédent que l’on demande de créer serait particulièrement grave, puisqu’il pourrait à l’occasion être invoqué contre la France par d’autres puissances172. » L’État français considère, en même temps, que les produits français doivent avoir un régime douanier similaire au reste des pays voisins du Chili : « En vue de la conclusion d’un arrangement commercial nous devons demander le traitement réciproque de nation la plus favorisée. J’estime qu’il y a une grande utilité à procurer aux marchandises françaises importées au Chili le meilleur régime douanier173. »

224Une des difficultés principales, cependant, que l’État français rencontre pour proroger le traité de 1846, est que le gouvernement chilien a peu d’intérêt à s’assurer le bénéfice du tarif français le plus réduit car l’essentiel des produits chiliens importés en France est exempté de droits au tarif maximum et au tarif minimum :

  • 174 Lettre du ministre des Affaires étrangères à l’ambassadeur français de Santiago du Chili, 30/8/189 (...)

« Une réserve relative au seul trafic frontière ne suffit pas pour amener le Chili à nous accorder la clause de nation la plus favorisée, je serais disposé à étendre cette restriction à l’ensemble des avantages particuliers, accordés par le Cabinet de Santiago, aux trois pays limitrophes, en exceptant, toutefois, les articles intéressant notre commerce d’importation au Chili, sur lesquels cet État ne pourrait accorder à aucune nation, même limitrophe un avantage privatif174. »

Les intérêts du commerce français au Chili soumis aux besoins de l’agriculture française

  • 175 Rapport du 24/6/1913, ADN, Santiago du Chili, carton 70.

225À la veille de la Première guerre mondiale, le gouvernement chilien lance un projet visant à augmenter les taxes douanières. Cette augmentation touche une grande partie des produits français importés au Chili. La légation française de Santiago du Chili demande à son gouvernement de prendre des mesures pour essayer de défendre les intérêts du commerce français face aux difficultés posées par une éventuelle hausse de prix : « La loi serait singulièrement aisée si le commerce chilien se voyait menacé des mesures de représailles. J’envisageais de frapper de droits l’importation en France du nitrate chilien175. »

  • 176 Lettre du ministre des Affaires étrangères à la légation française de Santiago du Chili, 15/11/191 (...)

226À Paris, cependant, la possibilité d’augmenter les droits d’importation du nitrate chilien n’est pas considérée comme une mesure convenable. Pour le gouvernement français, cette mesure peut plutôt provoquer des complications pour le commerce français au Chili : « D’après un tableau fait par le ministère du Commerce, le montant des droits à payer en supplément par nos importateurs ne serait guère inférieur à 4 300 000 de francs. Le dommage qui résulterait pour nous est très grand176. »

227Dans la mise en place d’une action pour défendre les produits français, les ministères du Commerce et de l’Agriculture imposent leur avis. L’importance des importations de nitrate chilien et les contraintes supplémentaires que provoquerait pour l’agriculture française une hausse des taxes sur l’entrée de ce produit dans le pays, écartent la possibilité d’envisager des représailles économiques contre le gouvernement chilien. Le ministre des Affaires étrangères écrit à l’ambassadeur français de Santiago du Chili :

  • 177 Ibidem.

« Il importe en effet de reprendre, d’une manière plus générale auprès du Cabinet de Santiago, la protestation en priant d’élever sur un point spécialement déterminé [taxation de vins et champagne]. Il semblerait qu’on pût à cet égard espérer quelque effet d’une menace de représailles nettement fondées. J’aurais été, en principe, favorable à l’adoption d’une telle attitude, mais, les Ministères du Commerce et de l’Agriculture ayant exprimé un avis contraire, la question des mesures de rétorsion devra être provisoirement écartée de la discussion, ou du moins n’y être l’objet que d’une allusion générale.
Mes collègues fondent leur opinion sur les considérations suivantes : en ce qui concerne, d’abord, le nitrate nous ne saurions envisager la création de droits. Cette matière première constitue, en effet, les trois quarts des importations chiliennes en France et se présente comme un engrais absolument indispensable à notre agriculture qui ne peut se le procurer ailleurs. L’imposition de cette marchandise n’aurait donc pas pour résultat d’en arrêter la vente mais simplement de grever l’agriculture française.
Restant les autres produits tels que la laine, les peaux, le cuivre : le ministre du Commerce qui avait, à l’origine, songé à soumettre ces articles au tarif général, ne considère pas aujourd’hui que cette aggravation puisse être obtenue sans soulever les protestations de nos commerçants et il estime, par suite, que l’application de telles mesures rencontrerait des difficultés177. »

228Les priorités du gouvernement français en faveur des besoins de l’agriculture français, entraînent le ministère des Affaires étrangères à laisser entre les mains de la légation diplomatique la tâche de défendre les intérêts du commerce français face au gouvernement chilien :

  • 178 Ibid.

« Il est certain qu’en abandonnant tout projet de taxation des importations chiliennes, nous nous privons d’un appui efficace. Il y aurait lieu d’exposer au gouvernement chilien que, suite à la dernière admission à la cote des obligations de la caisse de Crédit hypothécaire, des sommes considérables, fournies par l’épargne française, se trouvent maintenant contribuant au développement de la vie économique du Chili.
Il va de soi que notre décision de ne pas frapper les nitrates ne doit pas être connue du gouvernement chilien, non plus que notre répugnance à taxer les autres produits178. »

229Cette politique commerciale se répète chaque fois que le gouvernement chilien envisage une augmentation des droits douaniers. Au cours des années 1920, le gouvernement chilien lance plusieurs lois douanières. La réponse des autorités de Paris reste la même que celle d’avant-guerre :

  • 179 Rapport du 13/11/1927, ADN, Santiago du Chili, carton 71.

« Bien qu’officiellement il soit indispensable d’agiter la menace de représailles contre le Chili, je crois que l’industrie européenne des engrais synthétiques n’est pas au point et que nous avons encore besoin des nitrates chiliens. Au point de vue français, il est donc assez délicat de prendre des mesures contre un produit nécessaire à notre agriculture pour une période qu’il est difficile de prévoir maintenant179. »

La politique douanière de l’État français : un handicap pour la défense du commerce français au Chili

  • 180 Voir Sauvy, op. cit., v. III, p. 17-21.

230Après la Première guerre mondiale, la France, à la demande de ses industriels et fabricants, prend l’initiative d’un ensemble de mesures de protection contre l’importation étrangère, soit en relevant les tarifs douaniers, soit en faisant jouer les coefficients de majoration. Au cours des années 1920, l’État français adopte une politique d’augmentation des tarifs douaniers180. La défense de la production française par l’augmentation des taxes douanières complique considérablement l’obtention d’avantages commerciaux par rapport à la législation douanière au Chili :

  • 181 Lettre du ministre des Affaires étrangères au ministre du Commerce et de l’industrie, 24/6/1921, A (...)

« Nous avons donc dressé de notre côté contre l’introduction des produits étrangers une barrière douanière parfois infranchissable et nos négociants n’admettent point la réciprocité de la part des pays étrangers. Il ne faut pas nous dissimuler que nous n’avons aucune chance d’aboutir, lorsque nous insisterons auprès des autorités chiliennes pour qu’elles modifient ou atténuent en notre faveur les dispositions de leur dernière loi douanière : il y aurait là de notre pat une pression au moins étrange sur un pays qui a pris de telles mesures dans la plénitude de ses droits pour protéger son commerce intérieur et qui d’ailleurs n’a fait qu’imiter ce qui se passe en Europe […] Il est impossible que rendant les ventes étrangères en France des plus difficiles, nous trouverons les pays étrangers tout disposés, par contre, à favoriser nos exportations chez eux181. »

231Les problèmes engendrés par le protectionnisme de l’État français sont à l’origine d’un débat au sein du gouvernement français à propos de la politique douanière du gouvernement :

  • 182 Lettre du ministre des Affaires étrangères au ministre du Commerce et de l’Industrie, 24/6/1921, A (...)

« Toutefois, les doléances de nos exportateurs peuvent nous apporter une double indication : nous faire connaître d’une part les produits intéressants plus spécialement tel ou tel pays et nous permettre, pour des accords commerciaux éventuels [généraux ou partiels], de savoir ce que nous devons obtenir et ce que nous pouvons céder, d’autre part nous faire sentir qu’une politique douanière trop prohibitionniste risque de se heurter à des mesures de rétorsion et poser le problème de savoir s’il vaut mieux protéger l’industrie nationale jusqu’à l’excès, quitte à ne plus rien vendre au dehors ou s’en tenir à une procédure plus libérale qui nous ouvrira les marchés mondiaux182. »

L’absence d’efficacité des instruments étatiques pour développer le commerce français au Chili

  • 183 « La légation reçoit un nombre considérable de demandes de renseignements commerciaux adressés soi (...)
  • 184 Au début du xxe siècle, le poste de Santiago compte trois membres, l’ambassadeur inclus, et une ma (...)

232Les postes diplomatiques de Santiago et de Valparaiso sont les instruments principaux de l’État français pour développer son action en faveur de son commerce. Les membres de la légation française doivent, parallèlement, fournir en France les informations essentielles sur les aspects économiques du Chili183 et défendre les intérêts commerciaux français dans ce pays. Malheureusement, la réussite de cette tâche est assez limitée en raison du peu de ressources humaines et matérielles dont dispose la légation française184.

Les attachés, conseillers, agents commerciaux : l’information comme aide au développement commercial français au Chili

233La création, en 1898, de l’Office national du commerce extérieur se traduit par la nomination de correspondants spéciaux parmi les notabilités commerciales et industrielles françaises du Chili. Ils ont qualité de Conseillers du commerce extérieur. Ces correspondants sont désignés par décret, à la suite de propositions émanant de l’agent diplomatique de Santiago et de l’agent consulaire de Valparaiso. Ils envoient directement à l’Office national du commerce extérieur toutes les informations d’ordre économique qu’ils recueillent.

234Au début du xxe siècle, conjointement, dans la légation diplomatique de Santiago, l’ambassadeur est assisté d’un agent commercial. Celui-ci signale aux représentants diplomatiques et consulaires les cas de nature à motiver leur intervention auprès des autorités étrangères. Ils recueillent les renseignements utiles en vue de l’étude des intérêts économiques français et peuvent à cet effet s’adresser aux autorités chiliennes, ils doivent, enfin, pourvoir à la défense et à l’extension des intérêts commerciaux en secondant l’activité des industriels, des commerçants et des agriculteurs français. Leurs rapports doivent être communiqués au Chef du poste diplomatique de Santiago du Chili. Celui-ci informe, à son tour, le ministère des Affaires étrangères. Depuis 1898, l’Office national du commerce extérieur reçoit un rapport annuel de l’agent commercial. Jusqu’en 1906, le ministère du Commerce et de l’Industrie n’a aucun rapport direct avec les légations diplomatiques.

235Ces instruments mis en place par l’État français pour le développement de son commerce extérieur français ne produisent pas les résultats escomptés et leur action laisse fortement à désirer :

  • 185 Rapport du 26/12/1906, ADN, Santiago du Chili, carton 7.

« Dans les Chambres de commerce et dans les groupements industriels autorisés, depuis des années, des vœux avaient été émis à maintes reprises d’une plus exacte appréciation des exigences du commerce extérieur. Ces demandes sont motivées par le désir d’activer le zèle des agents, de supprimer les délais inutiles dans la transmission de leurs informations économiques et de leur attribuer une action plus efficace sur l’accroissement de notre trafic avec l’étranger [sic]185. »

236Les changements dans les structures des relations commerciales dans le monde et l’insuccès des instruments étatiques de renseignement commercial poussent le gouvernement français à réorganiser ses structures d’information. En 1906, le gouvernement français modifie l’organisation de la transmission de l’information. Ainsi grâce à l’entente entre le ministère des Affaires étrangères et le ministère du Commerce et de l’Industrie, ce dernier reçoit aussi directement les rapports de l’agent commercial :

  • 186 Ibidem.

« Le gouvernement, tenant compte des conditions actuelles du commerce international, de l’âpreté croissante de la concurrence, des facteurs nouveaux influant sur le mouvement des échanges par suite du développement industriel de certains pays, qui d’acheteurs deviennent de producteurs, a réalisé cette réforme par décret du 3 novembre 1906186. »

237Malgré les réformes, le fonctionnement des instruments étatiques d’information n’est pas à la hauteur des besoins des maisons commerciales françaises :

  • 187 Circulaire n° 5 du ministère des Affaires étrangères aux agents diplomatiques et consulaires de la (...)

« […] les Chambres de commerce de France se plaignent souvent, soit de ne pas obtenir de tous nos représentants à l’étranger des renseignements complets et précis sur les questions au sujet desquelles il les consultent, soit de ne pas recevoir ces renseignements assez rapidement, soit même parfois de ne recevoir aucune réponse à leurs demandes de renseignements187 ».

Tableau 56 : Les conseillers du commerce extérieur au Chili en 1914

Tableau 56 : Les conseillers du commerce extérieur au Chili en 1914

Source : rapport de 1914, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 7.

238Le poste d’attaché commercial à l’ambassade française de Santiago du Chili est créé en vertu de la loi du 25 août 1919 et du règlement d’administration publique du 26 décembre 1919. En même temps, le poste d’agent commercial auprès du poste diplomatique du Chili disparaît. (En 1928, la légation française au Chili est composée par le ministre de France à Santiago, le chargé d’affaires, les agences consulaires, les conseillers du commerce extérieur de la France, et l’attaché commercial). L’attaché commercial est d’abord le collaborateur et le conseiller technique du chef de la légation. Il est aussi l’intermédiaire des commerçants français. L’attaché commercial ne peut rien par lui-même, il n’est qu’un agent de l’ambassade. Le rôle principal de l’attaché commercial est de fournir des renseignements à l’Organisation nationale du commerce extérieur et aux maisons commerciales établies en France et qui, n’ayant pas de représentants sur place, ou désirant contrôler les renseignements qui leur sont donnés par ces représentants, s’adressent pour ce faire à l’attaché commercial. Il doit également fournir des renseignements aux voyageurs de passage qui, ne connaissant pas le Chili n’ont pas le moyen de se les procurer et qui, étant délégués directement par des maisons françaises, ont droit à ces renseignements et fournissent toutes les garanties de discrétion voulues.

239Bien que l’attaché commercial possède une formation dans le domaine économique, le résultat de son action continue à être fortement critiqué :

  • 188 Lettres du ministre des Affaires étrangères aux postes diplomatiques, 13/11/1925 et 2/8/1930, ADN, (...)

240« Certaines lacunes se sont produites dans la documentation économique étrangère du Département. […] Les rapports qui me sont adressés ne prennent toute leur valeur et n’acquièrent toute leur efficacité que s’ils sont transmis rapidement aux organismes les plus qualifiés pour leur utilisation immédiate188. »

Les missions commerciales : une utilisation exceptionnelle qui outrepasse le cadre exclusivement commercial

241Les missions commerciales envoyées par le gouvernement français au Chili ne sont pas très nombreuses. Dans nos recherches, la première mission commerciale dont nous trouvons une trace a lieu en 1907. Cette année-là, le ministère des Affaires étrangères charge M. Charles Wiener, ministre plénipotentiaire d’une mission commerciale en Amérique du Sud, pour rechercher les débouchés qui peuvent s’offrir au commerce français dans les différents États de ce continent. Trois années plus tard, Maurice Gandolphe est chargé par le ministère des Affaires étrangères d’étudier les progrès de l’expansion économique du Chili ainsi que le développement des relations intellectuelles et artistiques de ce pays avec la France. Les documents diplomatiques ne nous donnent aucune information sur la réalisation d’autres missions commerciales envoyées par le gouvernement français.

242Les missions nous montrent que le Chili n’est pas considéré comme un marché à part entière. Les missions commerciales profitent cependant de leurs voyages pour visiter et développer leur action dans la plus grande partie des pays de l’Amérique du Sud. Le but de ces missions, en fait, n’est pas seulement commercial. Elles ont aussi la responsabilité d’élargir la présence culturelle française dans ces pays.

243L’utilisation réduite des missions commerciales contraste avec les habitudes des principaux concurrents commerciaux de la France :

  • 189 Lettre 3/10/1919, ADN, Santiago du Chili, carton 66.

« Par lettre vous avez bien voulu attirer mon attention sur l’aide que les Consuls britanniques apportent à leur commerce national en remettant aux commerçants chiliens partant pour l’Europe des lettres de recommandation. Ils ont depuis longtemps l’habitude, aussi, d’envoyer d’importantes missions d’études commerciales et industrielles189. »

L’utilisation réduite de l’arme financière en faveur du commerce français au Chili

244Les Bourses de Londres, Paris, Berlin et, après 1914, celle de New York, sont les seules places qui comptent sur le marché mondial. La possibilité de l’admission à la cote d’un emprunt chilien donne l’occasion aux gouvernements des pays occidentaux d’émettre un avis ou même d’exercer une pression sur le Chili. En Allemagne et en France, les émissions publiques des emprunts chiliens ont besoin de l’autorisation légale des gouvernements respectifs pour obtenir la cotation de ces valeurs à la Bourse. En Angleterre et aux États-Unis, il existe une liberté totale, mais cela n’empêche pas les gouvernements de ces pays de faire connaître aux banques leur avis sur les possibilités économiques ou politiques que tel fait peut représenter.

245La négociation d’un emprunt donne la possibilité aux gouvernements des pays prêteurs de poursuivre d’autres objectifs en imposant des conditions ou des contreparties en compensation de l’acceptation de l’émission de l’emprunt. Les gouvernements interviennent directement ou indirectement sur la négociation des emprunts d’État sur leurs marchés.

246Dans les négociations des emprunts chiliens, les contreparties en faveur de l’État créancier sont essentiellement économiques. Celles-ci peuvent être, par exemple, la possibilité de fournir aux firmes nationales la réalisation d’intéressants travaux publics, d’obliger le gouvernement chilien à faire ses commandes de matériel auprès de l’industrie nationale ou même de défendre les droits d’un syndicat d’industriels national.

  • 190 Rapport du 12/4/1906, ADN, Santiago du Chili, carton 72.
  • 191 Ibidem.

247En 1906, par exemple, les propositions allemandes pour emporter l’adjudication des travaux de construction du chemin de fer Arica-La Paz échouent. La même année le gouvernement chilien lance un projet d’emprunt destiné à payer les travaux de ce chemin de fer et ceux afférents à la création des égouts de Talca et de Concepción. Cet emprunt est conclu « dans des conditions de rapidité et de discrétion exceptionnelles190 » avec la Banque allemande transatlantique qui représente à Santiago la Deutsche Bank de Berlin et la Banque Spegen Brothers de Londres. L’adjudication de cet emprunt, en « compensation donnée par le Chili à l’échec subi par les entrepreneurs allemands dans la soumission de la ligne Arica-La Paz191 », s’accompagne de l’attribution des travaux urbains à des firmes allemandes.

248Pendant la Première guerre mondiale, le gouvernement chilien s’empare de la section sud du chemin de fer longitudinal appartenant à un syndicat anglais. Depuis lors, ce syndicat ne cesse de réclamer le complément du forfait dû et une indemnité pour le dommage causé. En 1923, les milieux financiers londoniens font pression sur le gouvernement chilien. Pendant la négociation d’un nouvel emprunt du gouvernement chilien, la maison Rotschild impose le règlement du problème. Peu après, l’ambassadeur du Chili à Londres M. Edwars est autorisé à signer avec l’un des administrateurs du syndicat anglais une transaction donnant satisfaction aux réclamations anglaises.

L’acceptation des valeurs chiliennes comme arme commerciale du gouvernement français : une marge de manœuvre très réduite

  • 192 « L’abstention des banques françaises à l’emprunt chilien de 1912 s’explique en partie par les obj (...)

249Jusqu’en 1911, aucun fonds d’État chilien n’a été ni offert ni placé sur le marché français à cause de l’exclusivisme anglais et allemand dans la négociation des valeurs chiliennes. Parallèlement, les retards qu’en violation du traité d’Ancon le Chili apporte pour régler la question de la liquidation d’une partie de créances françaises contre le Pérou et la tendance du gouvernement chilien à récuser sur ce point ses engagements, et à refuser toute occasion de règlement192 éloignent économiquement le gouvernement français de celui du Chili.

250En 1911, on remarque quelques indices de rapprochement économique entre le Chili et la France. Comme nous l’avons vu dans les chapitres antérieurs, quelques travaux publics sont concédés ou proposés à des entreprises françaises. En même temps, les promoteurs de valeurs chiliennes en France s’adressent au gouvernement français pour le convaincre de faciliter l’acceptation de ces valeurs. Pour le gouvernement français, cela représente une possibilité d’utiliser son influence financière pour favoriser les affaires commerciales françaises : « Je crois devoir vous confirmer », indique le ministre des Affaires étrangères,

  • 193 Lettres du ministre des Affaires étrangères français à la légation française de Santiago du Chili, (...)

« que la participation de notre industrie aux travaux publics du Chili et l’avantage d’y contrebalancer d’autres influences européennes, me font considérer que nous n’avons point intérêt à exclure les fonds d’État chiliens de notre marché officiel.
[…] Nous avons intérêt à ne pas concéder gratuitement au Chili de nouvelles facilitées financières et à rechercher tout au moins des assurances en faveur de notre commerce, de notre industrie et de nos réclamations. Mon département se promet à cette occasion d’obtenir du gouvernement chilien les assurances désirées par les créanciers français, la part de commandes demandées par nos industriels, voir certains avantages pour notre commerce193 ».

  • 194 Lette du ministre des Affaires étrangères français à la légation française de Santiago du Chili, A (...)

251En mai 1911, les maisons Bermberg et Cie ainsi que Dreyfus et Cie demandent à la Caisse de crédit hypothécaire du Chili l’autorisation d’obtenir une série de ses titres pour une valeur de 25 000 000 de francs. La Caisse de crédit hypothécaire du Chili a des attaches très étroites avec le gouvernement chilien. Ses titres sont classés sur les marchés officiels comme fonds d’État chilien. Les maisons Bermberg et Dreyfus émettent des obligations payables à Londres par l’agence de la Banque du Chili et à Paris par le Crédit Lyonnais. En juillet, le ministre des Finances autorise la Chambre syndicale des agents de change de Paris à admettre aux négociations de la Bourse, au comptant, les titres de la Caisse de crédit hypothécaire du Chili pour 25 000 000 de francs. Puis en décembre 1911, une deuxième tranche de bons de la Caisse de crédit hypothécaire du Chili, de 15 millions de francs est admise à la cote. Les introducteurs des bons de la Caisse ont obtenu l’inscription de ces titres à la cote de Paris comme fonds de l’État chilien. Cependant la position du gouvernement français vis-à-vis de l’admission à la cote de la troisième tranche de bons à placer en France pour une valeur de 25 à 10 millions, change en raison « des mauvaises dispositions douanières du gouvernement chilien envers les intérêts français194 ».

  • 195 ibidem.

252Le changement des conditions de la réforme douanière est la condition de l’autorisation du ministre des Finances français pour admettre à la cote la troisième tranche de la Caisse de crédit hypothécaire du Chili : « Au cours d’une conversation concernant cette émission que la réforme douanière envisagée à cette époque par la commission parlementaire avait un caractère général et soit par son taux soit par ses spécialités, ne devait porter aucune atteinte spéciale à l’importation française au Chili195. »

L’émission des valeurs chiliennes contre des commandes pour l’industrie française

  • 196 El Diario Ilustrado, 7/7/1930.

253À la fin des années 1920, le marché monétaire de Paris offre plus de facilités pour l’émission d’emprunts étrangers en réduisant de 4 % à 1 % le droit de timbre sur les bons et de 25 % à 18 % la contribution sur les coupons des intérêts : « Pendant les derniers mois la Banque de France et les banques privées appellent le gouvernement français pour qu’il prenne des mesures en faveur d’une politique d’investissement à l’étranger196. »

254En même temps, le gouvernement chilien lance un emprunt de 135 millions de pesos. Cet emprunt est divisé en trois tranches placées simultanément en France, en Hollande et en Suisse. En 1929, la Banque française et italienne pour l’Amérique du Sud lance l’émission de la tranche française. Parmi les conditions qui ont été posées au gouvernement chilien pour admettre ses titres à la cote à la bourse de Paris,

  • 197 Rapport du 16/4/1930, ADN, Santiago du Chili, carton 72.

« et qui ont été acceptées, figure la clause suivante : le gouvernement du Chili s’engage à donner la préférence à l’industrie française pour ses commandes futures à l’étranger, à la plus prochaine occasion, et jusqu’à un montant de 15 000 000 de francs, sous la condition que les prix soumis par les industriels français pour les fournitures qui en font l’objet correspondent aux prix normaux du marché international, frais de transport compris197 ».

255Une fois l’émission des valeurs de l’emprunt chilien acceptée par le gouvernement français, le ministre chilien des Finances remet à la Banque française et italienne pour l’Amérique du Sud la liste des achats effectués en exécution de cet engagement.

  • 198 Lettre n° 23 du département des relations commerciales au poste diplomatique de Santiago du Chili, (...)

256À propos du boycottage pratiqué contre la Compagnie Générale Transatlantique par l’Association des producteurs de nitrate chilien « la récente conclusion de l’emprunt chilien, dont une tranche importante a été placée à Paris, nous a fourni l’occasion de soulever la question auprès du gouvernement de Santiago. En effet, les banques émettrices ont demandé que la préférence soit accordée à nos compagnies pour les nitrates à destination de la France198 ». Cependant, la puissante Association de producteurs de nitrate réussit à maintenir la compagnie française à l’écart de ses affaires nitrières.

Notes

1 Verley P., op. cit., introduction.

2 Bâtiment à la coque en fer, faits pour la marche mais capable de transporter de grandes quantités de produits.

3 Bâtiment navigant à la vapeur avec de lourdes machines et des cales énormes pour stocker le combustible. Ils font des escales fréquentes pour se ravitailler, et sont parfois, au début, munis de voiles utilisées en complément ou en secours.

4 Navire de dimension moyenne transportant de passagers et courrier. Dans les paquebots mixtes le navire transporte aussi de marchandises.

5 John North débarque un jour à Chañaral en qualité d’ouvrier mécanicien. À Iquique, il achète des bateaux et fonde une société de transport maritime. L’invasion chilienne des terres péruviennes fait que les propriétaires péruviens d’usines de salpêtre essaient de réaliser leur fortune en vendant leurs titres de propriété. Leur situation incite à une forte spéculation autour des intérêts du salpêtre. Dans cette ambiance de spéculation, John North flaire la victoire chilienne et avec Robert Harvey réunit assez de capitaux pour acheter les titres de propriété des mines de la région de Tarapacá. La décision du gouvernement chilien de respecter la propriété privée des terrains nitriers et d’accepter les anciens titres de propriété comme preuve fait de John North le « roi du nitrate ».

6 « Les Anglais ne s’assimilent pas aux pays dans lesquels ils s’implantent », Mizgier S., op. cit., p. 153.

7 Cordemoy C., op. cit., p. 22.

8 Ibidem, p. 157.

9 Par exemple, E. Reclus, en parlant de la ville d’Iquique une des plus importantes villes commerciales du Chili, indique que « les Anglais possèdent les usines du littoral, les navires, les appontements et les entrepôts du port ; ce sont eux qui ont construit le réseau de voies ferrées », Reclus E., Nouvelle géographie universelle : la terre et les hommes, tome XVIII, Paris, Hachette, 1893, p. 771.

10 Lafond G., op. cit., p. 166.

11 « Les Anglais qui n’appartiennent pas au grand commerce sont invariablement mécaniciens. Les capitaines des vapeurs chiliens sont presque tous sujets britanniques », Cordemoy C., op. cit., p. 157.

12 Bellessort A., op. cit., p. 56.

13 Mizgier S., op. cit., p. 153.

14 « Les Anglais toutefois ne sont pas de taille à lutter avec les Américains du Nord », ibidem, p. 153.

15 Bellessort A., op. cit., p. 2.

16 Contreras F., op. cit., p. 145.

17 Cordemoy C., op. cit., p. 226.

18 Bellessort A., op. cit., p. 11 et p. 31.

19 Cordemoy C., op. cit., p. 24.

20 Rapport du 4/8/1900, ADN, Santiago du Chili, carton 46.

21 ADN, Santiago du Chili, carton 46.

22 Lafond G., op. cit., p. 113.

23 Bellessort A., op. cit., p. 325.

24 Cordemoy C., op. cit., p. 157.

25 Dans le cas des Chiliens d’origine allemande, le gouvernement allemand veut conserver la nationalité des émigrants allemands et de leurs descendants. Le résultat est la loi Delburck du 22 juillet 1913 dans laquelle on décrète que si un sujet allemand, naturalisé à l’étranger sur sa demande, désire conserver en outre sa nationalité d’origine, il n’a besoin d’autre chose que de demander l’autorisation. Face à cela, Henri Hoppemont, Chargé des affaires de la légation française à Santiago du Chili, écrit le 24 juillet 1916 un rapport dans lequel il indique qu’il est trop évident que l’Allemand qui a pu se faire chilien en invoquant la loi, a conservé dans son esprit sa nationalité d’Allemand. Ce n’est pas pour amour pour son nouveau pays qu’il a demandé à être traité comme les indigènes, mais pour obtenir des droits impossibles à exercer sans cette condition requise, et, pour, en les exerçant, poursuivre plus commodément puisqu’il le fait en secret, les fins allemandes qu’il s’est imposé. Il est clair que tous les Allemands qui adoptent la nationalité chilienne sous la loi Delburck ne peuvent pas être inclus dans le jugement de Henri Hoppemot. Pour la légation française, cependant, cela signifie une politique d’expansion de l’Allemagne qui s’appuie sur ses colonies à l’étranger pour sa réalisation.

26 Mizgier S., op. cit., p. 177.

27 Bellessort A., op. cit., p. 325.

28 Ibidem, p. 59.

29 Bazin R., Nord-Sud, Tours, Alfred Mame et fils, 1913, p. 66.

30 Cordemoy C., op. cit., p. 157.

31 Mizgier S., op. cit., p. 181.

32 « Pour qui a beaucoup voyagé, le véritable vaincu de 1870, sur le terrain commercial, c’est l’Angleterre. La prépondérance politique de l’Allemagne lui a permis le développement de sa puissance mercantile sur tous les marchés du globe, et pour prendre le premier rang elle a évincé les Anglais », Cordemoy C., op. cit., p. 24.

33 Quant aux affaires du salpêtre, « là encore, les Allemands sont en voie d’évincer les fils d’Albion. Nombre d’usines leur appartiennent maintenant, et les produits en sont dirigés vers Hambourg », ibidem, p. 253.

34 Dehon L., Mille lieux dans l’Amérique du Sud, Tournai, Ed. Casterman, 1908, conclusion.

35 Contreras F., op. cit., p. 146 et 148.

36 Lafond G., op. cit., p. 172 et 190.

37 Cordemoy C., op. cit., p. 152.

38 Rapport du 10/2/1922, ADN, Santiago du Chili, carton 7.

39 Mizgier S., op. cit., p. 177 et 182.

40 Ibidem, p. 206.

41 Marmier X., Lettres sur l’Amérique, Paris, Ed. Plon, 1881, p. 144.

42 Armand B., Mes voyages avec le Docteur Philips dans les Républiques de la Plata, Tours, Alfred Mame et fils, 1884, p. 66.

43 Cordemoy C., op. cit., p. 153.

44 « Survint, pendant la guerre, un troisième larron, les États-Unis d’Amérique, qui maintenant tiennent la première place et ne la lâcheront plus, tout au moins pour un certain nombre d’années », Mizgier S., op. cit., p. 151.

45 Rapports n° 113 du 9/8/1913 et n° 77 du 8/8/1915, ADN, Santiago du Chili, carton 43.

46 Contreras F., op. cit., p. 151

47 Mizgier S., op. cit., p. 96.

48 Rapport n° 179 du 3/12/1930, ADN, Santiago du Chili, carton 43.

49 Siegfried A., En Amérique du Sud, Le Havre, Le Petit Havre, 1932, p. 86-87.

50 Poirier E., op. cit., p. 219.

51 Mizgier S., op. cit., p. 200.

52 Lafond G., op. cit., p. 115-116.

53 ADN, Santiago du Chili, carton 43.

54 Siegfried A., op. cit., p. 86.

55 Siegfried A., Amérique latine, Paris, A. Colin, 1934, p. 155.

56 Voir Carmagnanim., Les mécanismes de la vie économique dans une société coloniale : Le Chili (1680-1830), Paris, SEVPEN, 1973.

57 « Il faut, notre industrie textile relevée, ne pas retomber dans l’erreur d’antan et ne plus en faire exporter les produits par les Boches », rapport de 1921, ADN, carton 70.

58 Lettre du 30/6/1910, ADN, Santiago du Chili, carton 77.

59 Blancpain J.-P., op. cit., p. 812-815.

60 Article du journal allemand « Industrie und Handelszeitung » traduit en français dans le rapport n° 5 du 24/3/1921, ADN, Santiago du Chili, carton 46.

61 Rapport du 13/4/1929, ADN, Santiago du Chili, carton 57 et rapport n° J-3 du 15/4/1929, ADN, Santiago du Chili, carton 57.

62 La Société commerciale Baignères et Dewisme est fondée en 1825. À la fin des années 1920, son capital est de 6 300 000 de francs. Elle est spécialisée dans la vente d’engrais, de minerais et de produits chimiques tant en France qu’à l’exportation.

63 Les vendeurs tirant pour 90 % de la valeur du nitrate vendu et la commission d’acceptation relative au calcul des frais se montant à 3/8 %, il apparaît indispensable pour la Banque française et italienne de faire cesser la pratique établie par une longue routine de tirer en livres sterling et de faire profiter les banques anglaises de cette commission en ce qui concerne le nitrate vendu en France.

64 Lafond de Lurcy G., Voyages autour du monde, Paris, Administration de Librairie, tomes III et IV, 1844, p. 320-321.

65 Cordemoy C., op. cit., p. 157.

66 Voir annexe 8.

67 Lafond G., op. cit., p. 123.

68 Cordemoy C., op. cit., p. 1.

69 Lafond G., op. cit., p. 142.

70 « J’ai vu rester sans réponse de simples demandes de catalogues, germes peut-être d’importantes affaires », Cordemoy C., op. cit., p. 156.

71 « […] ne pas se servir de commis-voyageurs sachant la langue du pays et à ne pas faire leur réclame ou rédiger leurs catalogues en langue espagnole », Contreras F., op. cit., p. 154.

72 « La publicité c’est une science que de savoir lutter, à l’heure actuelle, non pas seulement contre les concurrents des pays étrangers, qui deviennent de plus en plus redoutables, et qui n’ont pas eu, eux, la même pusillanimité à l’égard d’une publicité intelligente et savamment ordonnée, car grâce à elle, ils ont établi partout de relations immuables », Avenel H., L’Amérique latine, Paris, May and Motteroz, 1892, p. 6.

73 Voir annexe 8.

74 Bellessort A., op. cit., p. 326-327.

75 Mizgier S., op. cit., p. 176 et 179.

76 Voir annexe 8.

77 Rapport de 1901, ADN, Santiago du Chili, carton 70.

78 Rapport de 1921, ADN, carton 70.

79 À la veille de la Première guerre mondiale, les 20 compagnies d’assurances environ existant au Chili sont en mains des Anglais et des Allemands, rapport 11/1/1918, ADN, Santiago du Chili, carton 67.

80 En 1849, il y a 17 maisons anglaises de consignation à Valparaiso qui contrôlent 26,5 % du commerce extérieur.

81 Le Bulletin des Halles, 6/5/1918.

82 Ibidem.

83 « Un mouvement provoqué par un groupe de fortes firmes allemandes et destiné à créer de nouvelles bases de collaboration commerciale et industrielle chileno-allemande se développe depuis d’un an avec la Foire de Leipzig. Un comité d’industriels allemands a été formé sous le patronage de l’Union des Industries Allemandes. Le but est d’augmenter les échanges commerciaux entre les deux pays, de créer de nouvelles industries ou d’apporter des capitaux des machines et d’envoyer des techniciens à entreprises chiliennes en développement. Afin de faciliter et d’activer les négociations préliminaires, George Schneider Labbé a été désigné. La Chambre de commerce allemande a sollicité des autorités allemandes un concours qui assure le maintien de la concurrence allemande dans le commerce latino-américain », Rapport VIII 551, fin 1924, ADN, Santiago du Chili, carton 55.

84 « Mémoire du développement commercial au Chili des nations alliées autres que la France et ses conséquences vis-à-vis de l’influence et de l’expansion commerciale française », 11/1/1918, ADN, Santiago du Chili, carton 67.

85 Ibidem.

86 Bulletin de la Chambre de commerce française de Valparaiso, p. 6 et 7.

87 « Mémoire du développement commercial au Chili des nations alliées autres que la France et ses conséquences vis-à-vis de l’influence et de l’expansion commerciale française », 11/1/1918, ADN, Santiago du Chili, carton 67.

88 Ibidem.

89 Voir annexe 16.

90 Rapport de 1901, ADN, Santiago du Chili, carton 70.

91 Rapport du 25 août 1905, ADN, Santiago du Chili, carton 66.

92 Rapport n° 786 du 5/1/1926, ADN, Santiago du Chili, carton 66.

93 Ibidem.

94 Rapport de 1921, ADN, carton 70.

95 Rapport n° 506, janvier 1925, ADN, Santiago du Chili, carton 66.

96 Rapport VIII 551, fin 1924, ADN, Santiago du Chili, carton 55.

97 Ibidem.

98 Rapport n° 786 du 5/1/1926, ADN, Santiago du Chili, carton 66.

99 Rapport n° 45 du 25 août 1905, ADN, Santiago du Chili, carton 66.

100 Rapport du 6/5/1922, ADN, Santiago du Chili, carton 67.

101 Rapport de 1921, ADN, carton 70.

102 Rapport de 1920, ADN, Santiago du Chili, carton 67.

103 Rapport de 1921, ADN, carton 70.

104 Rapport de 1921, ADN, carton 70.

105 Rapport VIII 551, fin 1924, ADN, Santiago du Chili, carton 55.

106 Ibidem.

107 Poidevin R., Finances et relations internationales 1887-1914, Paris, A. Colin, p. 7.

108 Revue des deux mondes, n° 38, 1880, p. 430-456

109 Carmagnanim., « Banques étrangères et banques nationales au Chili », dans Caravelle, n° 20, 1973, p. 34.

110 Blancpain J.-P., op. cit., p. 814.

111 « Alors que l’on voit en d’autres pays et notamment en Allemagne les grands manieurs de capitaux subordonner leur action aux intérêts nationaux sous la haute direction du gouvernement », lettre de l’ambassadeur français de Rome au ministère des Affaires étrangères (11/4/1910) citée dans Poidevin R., op. cit., p. 50. « L’Allemagne de Guillaume II s’engage dans une Weltpolitik qui tend à développer l’influence et les intérêts du Reich dans le monde. C’est en grande partie par l’arme financière que l’Allemagne peut atteindre ce but », ibidem, p. 140.

112 La Patrie, 1/3/1913.

113 Carmagnani M., op. cit., p. 34.

114 Note sur les Banques au Chili, fin 1928, ADN, Santiago du Chili, carton 72.

115 Carmagnani M., op. cit., p. 36-37.

116 Ibidem, p. 48.

117 Rapport de 1901, ADN, Santiago du Chili, carton 70.

118 Rapport n° 123 de 1912, ADN, Santiago du Chili, carton 73.

119 « Dans les premiers jours de juillet 1913, le Banco de la Republica a du faire face à des difficultés causées par certaines rumeurs qui étaient en circulation à Santiago et à Valparaiso depuis quelque temps. Ces rumeurs ont été paraît-il mises en circulation par un groupe de banques allemandes qui naturellement avaient intérêt à faire échoir les négociations en cours, qui auraient abouti à l’installation d’une puissante Banque française au Chili. Il est en tout cas certain que le 10 juillet 1913 le directeur d’une banque allemande avait informé le gérant du Banco de la Republica qu’à l’avenir il n’accepterait plus que les “clearing [vales]” se règlent à Valparaiso, pour les opérations avec lui, mais qu’il se passe à Santiago. Ceci est une première preuve de manque de confiance », Rapport du directeur du Banco de la Republica, juillet 1913, ADN, Santiago du Chili, carton 73.

120 « Mémoire du développement commercial au Chili des nations alliées autres que la France et ses conséquences vis-à-vis de l’influence et de l’expansion commerciale française », 11/1/1918, ADN, Santiago du Chili, carton 67.

121 Le Journal du Chili, 5/9/1909.

122 Ibidem, 20/8/1909.

123 Rapport de 1907, ADN, Santiago du Chili, carton 94.

124 La Patrie, 1/3/1913.

125 Rapport de 1909, ADN, Valparaiso, carton 29.

126 La Banque française de Buenos Aires se fonde sur place sur la base de l’émission locale de ses actions. Une partie de ces actions est souscrite en Europe.

127 Projet de création de la Banque française du Pacifique.

128 En 1920, le conseil d’administration de la Banque française du Chili est formé par le député libéral Rafael Orrego, président; Jules Pra, vice-président et président de la Chambre de commerce française ; Fernand Freire, administrateur ; Amédée Heiremans, consul de Belgique à Santiago du Chili, administrateur ; Rodolphe Wedels, administrateur ; Guido Colombo, administrateur.

129 « Mémoire du développement commercial au Chili des nations alliées autres que la France et ses conséquences vis-à-vis de l’influence et de l’expansion commerciale française », 11/1/1918, ADN, Santiago du Chili, carton 67.

130 Rapport n° 7 du 20/1/1920, ADN, Valparaiso, carton 29.

131 Communiqué n° 23 du 1/5/1918, ADN, Valparaiso, carton 29.

132 Rapport du 30/4/1919, ADN, Santiago du Chili, carton 73.

133 La Banque française et italienne pour l’Amérique du Sud contrôle avec ses propres actions et les représentations des actionnaires français environ 60 % du capital de la Banque française du Chili.

134 Rapport de 1921, ADN, carton 70.

135 Voir annexe 18.

136 Rapport n° 28 du 18/4/1903, ADN, Santiago du Chili, carton 76.

137 Les armateurs ont vendu tous leurs voiliers à la Finlande qui les utilise pour le transport de bois sur la mer Baltique.

138 Exemple d’un bateau affrété par la Compagnie Lamport et Holt : Départ du Havre : 3 500 tonnes dont 800 tonnes chargées à Glasgow 2 000 tonnes chargées à Liverpool 700 tonnes chargées au Havre au retour, en quittant Valparaiso, après être allé au préalable jusqu’à Guayaquil, le même vapeur avait le chargement suivant : 1 000 tonnes de sucre pour l’Angleterre 500 tonnes de charbon pour l’Angleterre 2 000 tonnes de salpêtre pour Rotterdam 1 000 tonnes de minerais pour Anvers et Swansea 500 tonnes diverses pour Le Havre

139 Rapport n° H-2, du 12/12/1929, ADN, Santiago du Chili, carton 76.

140 Mouvement de passagers : 17 417 passagers débarqués et 11 809 embarqués en 1924; 14612 et 19 861 en 1925, d’après le rapport n° 14 307 du 28/9/1926, ADN, Santiago du Chili, carton 76.

141 « Cette faculté constitue, à proprement parler, un véritable privilège, dans une rade sans port, ouverte à tous les vents, dépourvue de tout autre débarcadère utilisable et où les sinistres ne se comptent plus. Il est, en vérité, une forme modifiée de la subvention mensuelle de 466 £ que lui a octroyée, un moment, le gouvernement chilien et qui a été supprimée il y a quelques années seulement. La Kosmos, qui n’a pas accès au môle fiscal, proteste et proteste. L’exécutif chilien préfère faire traîner les choses en longueur », rapport du 21/7/1911, ADN, Santiago du Chili, carton 76.

142 Rapport de 1909, ADN, Santiago du Chili, carton 76.

143 « La Pacifique Steam Navigation et la Kosmos possèdent une flotte nombreuse, puissante, admirablement outillée, pourvue depuis longtemps de la TSF, susceptible, en un mot, de répondre à toutes les exigences actuelles et dont on peut dire que la rivalité est comme une garantie de leur progrès », rapport du 21/7/1911, ADN, Santiago du Chili, carton 76.

144 « Les Compagnies étrangères en sus des avis et tableaux affiches qu’elles font placer dans les Hôtels et chez les Agents qu’elles possèdent dans toutes les villes importantes de la côte et même de l’intérieur font paraître régulièrement dans les journaux locaux des annonces indiquant les prochains départs à destination de l’Europe ou des États-Unis », rapport du 22/1/1913, ADN, Valparaiso, carton 22.

145 Au début du xxe siècle, la compagnie Kosmos prolonge ses lignes maritimes en touchant les ports depuis Corral au Sud qui n’étaient desservis avant que par des compagnies chiliennes.

146 « La Pacific Steam Navigation a un passé déjà long, une expérience éprouvée, sans parler du prestige que lui confère le service de la malle », rapport du 21/7/1911, ADN, Santiago du Chili, carton 76.

147 La Pallice, La Corogne, Porto, Lisbonne, Bahia, Pernambuco, Río do Janeiro, Montevideo, Illes Malouines, Punta Arenas, Coronel et Talcahuano.

148 Entrées de navires étrangers aux ports chiliens en 1924: 1236251 tonnes ; en 1925: 1 642 391 tonnes, rapport n° 14 307 du 28/9/1926, ADN, Santiago du Chili, carton 76.

149 « Le fret est suffisamment abondant sur cette côte. Il s’agit seulement de savoir l’obtenir », rapport n° 14 307 du 28/9/1926, ADN, Santiago du Chili, carton 76.

150 Voir annexe 18.

151 Pétré-Grenouilleau O., op. cit., p. 174.

152 Ibidem, p. 175

153 Rapport de 1901, ADN, Santiago du Chili, carton 70.

154 Rapport n° 28 du 18/4/1903, ADN, Santiago du Chili, carton 76.

155 Rapport du 23/6/1915, ADN, Valparaiso, carton 22.

156 Rapport n° 467 du 12/9/1919, ADN, Santiago du Chili, carton 76 et rapport de 1921, ADN, carton 70.

157 Voir Barbance M., Histoire de la Compagnie Générale Transatlantique, Paris, Arts et métiers graphiques, Draeger, 1955, p. 42-62.

158 « La voie maritime directe par le détroit de Magellan avait été aménagée par la construction de phares et l’établissement de stations pilotes, et les paquebots à vapeur l’avaient adopté. […] Les trois paquebots transatlantiques n’étaient pas adaptés à ce genre d’exploitation: construits pour transporter de passagers à grande vitesse, ils consommaient trop de charbon pour être utilisés au cabotage, ils avaient un trop fort tirant d’eau pour accéder à tous les ports qu’il devenait nécessaire de desservir », ibidem, p. 83-84.

159 Rapports du 28/9/1912, du 15/10/1912 et du 22/1/1913, ADN, Valparaiso, carton 22.

160 En 1895, les cargos ne représentent que 10 % du tonnage de la Compagnie Générale Transatlantique. En 1913, ils constituent 36 % du tonnage, Barbance M., op. cit., conclusion.

161 Ibidem, p. 182.

162 Lettre du ministre du Commerce au Consul français de Valparaiso, 28/11/1916, ADN, Valparaiso, carton 22. « En ce qui concerne la création d’une ligne de navigation française desservant les ports du Chili, le ministre de Commerce vient d’appeler l’attention du Ministre des Transports sur l’intérêt primordial que présente cette question », lettre du 3/10/1919, ADN, Santiago du Chili, carton 66.

163 Lettre du ministre des Affaires étrangères au Consul français de Valparaiso, 18/9/1915, ADN, Valparaiso, carton 22.

164 Barbance M., op. cit., p. 224-225.

165 Rapport n° 51 du 12/6/1926, ADN, Santiago du Chili, carton 76.

166 Rapport n° 14 307 du 28/9/1926, ADN, Santiago du Chili, carton 76 et rapport n° 43 du 21/7/1926, ADN, Santiago du Chili, carton 76.

167 Lettre de la direction de la Compagnie Générale Transatlantique au ministère des Affaires étrangères, rapport n° 92 du 18/10/1927, ADN, Santiago du Chili, carton 76.

* Compagnie Générale Transatlantique

168 « La variété des produits transportés, la diversité des régions desservies permet de compenser un fléchissement temporaire dans quelque partie du réseau par une survalue obtenue ailleurs », Barbance M., op. cit., p. 226.

169 « Les magnifiques nouveaux paquebots, comme l’Asturias de la Royal Mail, le Giulio Cesare de 22 000 tonnes [qui fait la traversée en 13 jours] de la Navigazione Generale Italiana, et le Cap Polonio, de la Compagnie Hamburgo-Sudamerika, menacent d’enlever une bonne part de la clientèle des côtes du Pacifique Sud », rapport du 24/3/1926, ADN, Santiago du Chili, carton 76.

170 Rapport n° 23 du ministère des Affaires étrangères, 1/7/1896, ADN, Santiago du Chili, carton 64.

171 Traité chileno-helvétique du 31/10/1897, traité italo-chilien du 12/7/1898, traité chileno-britannique du 25/3/1899.

172 Lettre du ministre des Affaires étrangères à l’ambassadeur français de Santiago du Chili, 24/2/1908, ADN, Santiago du Chili, carton 65.

173 Lettre du Charge d’affaires au ministre des Affaires étrangères français, 16/3/1894, ADN, Santiago du Chili, carton 64.

174 Lettre du ministre des Affaires étrangères à l’ambassadeur français de Santiago du Chili, 30/8/1894, ADN, Santiago du Chili, carton 64.

175 Rapport du 24/6/1913, ADN, Santiago du Chili, carton 70.

176 Lettre du ministre des Affaires étrangères à la légation française de Santiago du Chili, 15/11/1913, ADN, Santiago du Chili, carton 70.

177 Ibidem.

178 Ibid.

179 Rapport du 13/11/1927, ADN, Santiago du Chili, carton 71.

180 Voir Sauvy, op. cit., v. III, p. 17-21.

181 Lettre du ministre des Affaires étrangères au ministre du Commerce et de l’industrie, 24/6/1921, ADN, Santiago du Chili, carton 70.

182 Lettre du ministre des Affaires étrangères au ministre du Commerce et de l’Industrie, 24/6/1921, ADN, Santiago du Chili, carton 70.

183 « La légation reçoit un nombre considérable de demandes de renseignements commerciaux adressés soit par de négociants, soit par l’Office national du commerce extérieur. Il est répondu à toutes ces demandes aussitôt que la Légation qui recueille ses informations soit auprès de la Chambre de commerce, soit auprès de négociants français, est en mesure de le faire », rapport de 1907, ADN, Santiago du Chili, carton 94.

184 Au début du xxe siècle, le poste de Santiago compte trois membres, l’ambassadeur inclus, et une machine à écrire.

185 Rapport du 26/12/1906, ADN, Santiago du Chili, carton 7.

186 Ibidem.

187 Circulaire n° 5 du ministère des Affaires étrangères aux agents diplomatiques et consulaires de la République à l’étranger, 1/11/1909, ADN, Santiago du Chili, carton 64.

188 Lettres du ministre des Affaires étrangères aux postes diplomatiques, 13/11/1925 et 2/8/1930, ADN, Santiago du Chili, carton 7.

189 Lettre 3/10/1919, ADN, Santiago du Chili, carton 66.

190 Rapport du 12/4/1906, ADN, Santiago du Chili, carton 72.

191 Ibidem.

192 « L’abstention des banques françaises à l’emprunt chilien de 1912 s’explique en partie par les objections soulevées au nom des créanciers du Pérou par la banque de Paris et des Pays-Bas mandataire légal de ces derniers. Cet établissement de crédit croit en effet pouvoir s’appuyer, sur des engagements antérieurs du Chili envers le Pérou et envers nous-mêmes, pour s’opposer, du moins en principe, aux emprunts d’État chilien aussi longtemps qu'une satisfaction ne lui aura pas été donnée », lettre du ministère des Affaires étrangères à l’ambassadeur français de Santiago du Chili, 27/1/1912, ADN, Santiago du Chili, carton 72.

193 Lettres du ministre des Affaires étrangères français à la légation française de Santiago du Chili, Amérique n° 16 et n° 3 du 6/5/1912 et du 27/1/1913, ADN, Valparaiso, carton 29.

194 Lette du ministre des Affaires étrangères français à la légation française de Santiago du Chili, Amérique n° 3, 27/1/1913, ADN, Valparaiso, carton 29.

195 ibidem.

196 El Diario Ilustrado, 7/7/1930.

197 Rapport du 16/4/1930, ADN, Santiago du Chili, carton 72.

198 Lettre n° 23 du département des relations commerciales au poste diplomatique de Santiago du Chili, ADN, Santiago du Chili, carton 56.

Table des illustrations

Titre Tableau 47 : Les « combinaciones » et la publicité du nitrate
Légende Source : Vayssière P., op. cit., p. 800.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25242/img-1.png
Fichier image/png, 273k
Titre Tableau 48 : Principales maisons s’occupant de l’achat et de la vente du nitrate en 1905
Légende Source : Rapport du 18/7/1905, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 19.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25242/img-2.png
Fichier image/png, 88k
Titre Tableau 49 : Sociétés commerciales d’exportation du nitrate en 1916 et 1921
Légende Source : Vayssière P., op. cit., p. 790.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25242/img-3.png
Fichier image/png, 117k
Titre Tableau 50 : Ventes de nitrate synthétique (en %)
Légende Source : Rapport n° J3 du 15/4/1929, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 57.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25242/img-4.png
Fichier image/png, 70k
Titre Tableau 51 : Mouvement de navires dans les ports chiliens en 1883 et 1911
Légende Source : d’après Annales du Commerce extérieur, 1886, 4e fascicule, p. 6-7, et lettre de la Chambre du commerce de Santiago du Chili du 2/2/1913, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 67.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25242/img-5.png
Fichier image/png, 95k
Titre Tableau 52 : Compagnies maritimes mixtes étrangères au Chili en 1909
Légende Source : Rapport de juillet 1909, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 76.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25242/img-6.png
Fichier image/png, 92k
Titre Tableau 53 : Compagnies maritimes mixtes étrangères en 1928
Légende Source : Rapport H-5, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 77.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25242/img-7.png
Fichier image/png, 130k
Titre Tableau 54 : Navigation de concurrence entre la France et le Chili (en pourcentage)
Légende Source : Tableau général du commerce et de la navigation.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25242/img-8.png
Fichier image/png, 189k
Titre Tableau 55 : Vapeurs français entrés dans le port de Valparaiso en 1920
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25242/img-9.png
Fichier image/png, 205k
Titre Tableau 56 : Les conseillers du commerce extérieur au Chili en 1914
Légende Source : rapport de 1914, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 7.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25242/img-10.png
Fichier image/png, 151k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540