Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le négoce français au Chili

 | 
Enrique Fernández-Domingo

Troisième partie. Évolution, difficultés et adaptations du négoce français au Chili

Chapitre 7. La grande entreprise française au Chili : à la recherche d’affaires

Enrique Fernández-Domingo

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Dans les années 1850-1860, on tirait aisément 6 à 8 % du placement de capitaux en France. À la fin (...)

1À la fin du xixe siècle, les banquiers et les banques françaises s’aperçoivent que le marché national devient de moins en moins rentable1. Cette diminution du rendement des capitaux concerne surtout les prêts consentis aux industriels. En même temps, entre 1873 et 1895, les dépôts continuent d’affluer dans les banques, et le placement d’argent dans les pays « neufs » (investissement direct ou de portefeuille) peut rapporter aisément entre 8 % et 15 % :

  • 2 Ibidem, p. 250.

« Les capitaux en “surpression” dans les pays avancés s’écoulent alors à l’extérieur par un mouvement naturel, inévitable, normal. Ils sont attirés par les espoirs de rendements élevés. Ils vont là où ils espèrent gagner plus et plus vite. Les banques, et les grandes firmes industrielles, en sont les éléments moteurs2. »

  • 3 Voir Barjot D., La grande entreprise française de travaux publics de 1883 à 1974, Th., Histoire co (...)

2Parallèlement, entre le début des années 1880 et la veille de la Première guerre mondiale, le marché métropolitain des travaux publics se caractérise par son étroitesse et le poids des incertitudes qui planent sur les firmes. La fin des années 1890 est une période particulièrement difficile pour les entreprises françaises de travaux publics. Au début du xxe siècle, elles tirent pleinement profit du prestige renaissant de la technique française. Jusqu’à la veille de la Première guerre mondiale, elles retrouvent alors un nouveau dynamisme en se retournant vers les marchés étrangers3.

3La Première guerre mondiale provoque un profond recul de la position des entreprises françaises dans le monde. Les grandes maisons françaises de travaux publics ne perdent certes rien de leurs capacités techniques, mais l’épargne française ne peut plus désormais financer l’effort d’équipement des pays « neufs ».

4Dans ce contexte, celui de la recherche de nouvelles affaires dans les pays « neufs » par les grandes firmes françaises, quelles sont les stratégies d’expansion utilisées pour pénétrer le marché chilien ? Quelles sont les origines de la grande entreprise française au Chili ? Comment se développe le processus de lancement de l’entreprise ? Quelles sont les « armes » que les firmes françaises utilisent pour faire face aux maisons concurrentes ?

Les grandes firmes et l’action commerciale au Chili : objectif similaire, stratégies différentes

  • 4 Barjot D., op. cit., p. 331.

5À la fin du xixe siècle et au début du xxe, la prospérité économique et l’effort d’équipement que connaissent les pays du « cône » sud du continent américain et le Brésil font que ces pays offrent aux grandes entreprises des marchés considérables. À la veille de la Première guerre mondiale, les entrepreneurs français réalisent « leurs plus grosses affaires en Amérique latine4 ».

L’information, point de départ de l’affaire

  • 5 « Nous relevons, dans une revue française, l’information que le Conseil de Travaux Publics du Gouv (...)

6Une fois qu’un projet de création d’infrastructures est approuvé par les autorités chiliennes, l’appel d’offre se fait dans le journal officiel chilien, dans les journaux chiliens et dans des publications européennes5. Du côté des firmes françaises intéressées à l’affaire, l’ouverture des soumissions est précédée par le début d’un processus de renseignement, afin de connaître les avantages et les difficultés de l’entreprise.

7Dans cette phase préliminaire de lancement du projet, promoteurs et hommes d’étude ne sont pas toujours confondus. L’initiative peut revenir soit à des ingénieurs du privé, indépendants ou travaillant pour une entreprise, soit à des entrepreneurs.

La figure de l’ingénieur à l’origine des affaires

8De plus en plus, les ingénieurs occidentaux sont sollicités par le gouvernement chilien pour l’information et la réalisation d’études sur les projets d’équipement du pays. Grâce à ces études ils peuvent fournir de précieux renseignements aux firmes occidentales sur les affaires possibles à développer au Chili.

9Ces études évaluent deux paramètres-clefs de l’opération financière qui s’accompagnera de la création d’un syndicat ou d’une société anonyme pour la réalisation et l’exploitation. Ces paramètres sont : le capital nécessaire dans l’immédiat pour la réalisation des travaux, et, dans le cas de l’exploitation, l’estimation du rendement prévisible.

10Le gouvernement chilien recrute, au début des années 1870, l’ingénieur français C. Vattier dont nous n’avons pas trouvé d’information ni sur son parcours professionnel ni sur les raisons de son recrutement. En 1875, cet ingénieur prépare une monographie destinée à l’Exposition Internationale de Santiago du Chili sur les ressources du Chili en minerai de fer. Au nom de gouvernement chilien, C. Vattier présente directement à Schneider et Cie toute l’information sur les mines de fer du pays dans le but de convaincre la maison française d’y construire un établissement sidérurgique. Néanmoins, c’est l’ingénieur A. Carbonel, très lié à Schneider et Cie, qui accepte l’idée d’étudier l’affaire. A. Carbonel envoie un ingénieur des mines, J. Delaunay, pour étudier les dépôts de fer, les bois et les autres possibilités que le pays offre pour le développement de l’industrie sidérurgique. J. Delaunay doit trouver le minerai le plus convenable pour le système de fonte des fourneaux du Creusot. C. Vattier est à son tour recruté par A. Carbonel. Le recrutement de C. Vattier a pour but d’utiliser sa connaissance du pays et son réseau d’« amis » politiques pour obtenir les concessions et l’aide financière de l’État chilien. Ces conditions préalables sont indispensables pour obtenir en propriété les mines de fer. A. Carbonel et Schneider et Cie décident de lancer l’entreprise au vu des rapports favorables de J. Delaunay. En 1904, l’ingénieur J. Delaunay est à nouveau envoyé au Chili pour poursuivre les études techniques, mais cette fois-ci au nom de la Société d’études de El Fierro chileno.

11Au début du xxe siècle, le gouvernement chilien recrute l’ingénieur irlandais R. Seaver pour faire une étude sur l’électrification de la ligne de chemin de fer entre Santiago du Chili et Valparaiso. À son retour en Europe, R. Seaver présente un rapport de son voyage aux ingénieurs Von Kando, administrateur et membre de la Société Anonyme Westinghouse française, et L. Pontecorvo, directeur de la Société Anonyme Westinghouse italienne.

12À la même période, l’ingénieur hollandais M. Kraus réalise un projet pour les travaux du port de Valparaiso qui est traduit en espagnol, français, anglais et allemand. Ce projet est proposé à plusieurs firmes européennes. Plus tard plusieurs projets sont présentés au gouvernement.

  • 6 ANR, 89 AQ 1526 à 1581.

13Dès que les soumissions pour l’adjudication des travaux d’assainissement de Santiago du Chili sont ouvertes, la Société des Batignolles envoie une mission composée par des ingénieurs de la maison6 pour étudier sur place les travaux et réunir les informations financière et technique nécessaires pour réaliser un projet qui puisse être présenté à la commission gouvernementale habilitée à choisir la soumission la plus convenable pour le gouvernement chilien.

Ingénieurs des Ponts et Chaussées et hommes d’entreprise

14Depuis 1840, les techniques de génie civil ne cessent de progresser en France. À partir des années 1860, les entreprises françaises attirent à elles un nombre croissant d’Ingénieurs des Ponts et Chaussées. Les entreprises françaises de travaux publics disposent en effet d’ingénieurs de qualité et d’un « noyau dur » d’ouvriers d’élite, qui leur donnent la possibilité de satisfaire des maîtres d’ouvrage exigeants.

15Ces ingénieurs jouissent d’un grand prestige à l’étranger. Au début des années 1880, ils bénéficient, grâce au régime des congés illimités, d’une forte implantation dans le secteur privé. Ce prestige est durement atteint durant les années 1880 et 1890 à cause de l’échec de Panama et de l’effondrement de la digue de Bouzey en 1895.

16À partir du début du xxe siècle, la réforme de l’administration du corps d’Ingénieurs de Ponts et Chaussées développe la participation active des ingénieurs au renouveau des techniques du génie civil français.

17À cette époque, le génie portuaire s’affirme de plus en plus comme l’une des grandes spécialités des ingénieurs de ponts et chaussées français. Dans ce domaine, Adolphe Guérard (vers 1848-1921) est reconnu comme l’un des experts internationaux les plus réputés de son temps. Profitant de sa renommée auprès du gouvernement chilien, l’ingénieur Adolphe Guérard est formellement chargé de demander des propositions à la Société des Batignolles. Adolphe Guérard dirige les conversations entamées par la société française avec les autorités municipales et gouvernementales chiliennes pour essayer de décrocher l’affaire. Parallèlement, la Société de construction des Batignolles envoie C. Vignaud, ingénieur de la firme, à Valparaiso à l’effet d’étudier sur place un projet de travaux pour l’aménagement du port. De retour en France, il présente un dossier qui amène la direction de la firme française à considérer l’affaire comme étant intéressante.

La mission diplomatique comme moyen de transmission de l’information

18Avec l’arrivée du xxe siècle, les pouvoirs publics français commencent à développer le réseau officiel d’information sur les affaires commerciales et industrielles étrangères. Ce réseau a pour objectif de procurer aux entreprises françaises les instruments nécessaires pour pouvoir s’informer des possibles affaires qui se présenteraient à l’étranger. La vitesse et la qualité de la transmission de l’information devraient supprimer le handicap dont pourraient souffrir les entrepreneurs français face aux maisons concurrentes à cause de l’absence de ces renseignements. Comme nous le verrons aussi pour le commerce extérieur, cet intérêt se traduit dans la pratique par la création de l’Office National du Commerce Extérieur. Au Chili, l’institution fonctionne d’une manière régulière pendant les années antérieures au conflit armé et les plus grosses entreprises françaises y ont recours fréquemment pour se renseigner sur les affaires chiliennes.

19Dans une circulaire du 14 mai 1909 envoyée aux ambassades françaises par le ministre des Affaires étrangères, celui-ci souligne l’intérêt

  • 7 ADN, Valparaiso, carton 19.

« qui s’attache à ce que l’Office National du Commerce Extérieur soit avisé sans retard, et même télégraphiquement aux frais de l’office en cas de besoin, des concours et d’adjudications qui sont de nature à intéresser nos entrepreneurs et nos industriels et qui ont lieu dans le pays de votre résidence7 ».

  • 8 « J’ai eu connaissance d’un décret du ministère de l’Industrie et des Travaux Publics publié dans (...)
  • 9 Le 27 août 1920, l’ingénieur chimique B. Diaz Ossa, professeur à l’Université du Chili, écrit à la (...)

20L’ambassade reçoit directement du gouvernement chilien8, à travers le journal officiel, ou à travers des contacts que les diplomates tissent dans le milieu politique et social du pays9, des informations sur les possibles affaires que le gouvernement pense réaliser ou qui sont déjà lancées. Ces informations apportent des renseignements sur les délais pour la présentation des soumissions, les données économiques et techniques des différentes affaires et répondent en cela aux instructions de la circulaire de 1909 qui stipulait :

« Nos agents diplomatiques et consulaires doivent tenir très exactement au courant des concours et des adjudications qui ont lieu dans le pays de leur résidence et qui sont susceptibles d’intéresser nos entrepreneurs et nos industriels. Ils doivent veiller tout particulièrement aux délais impartis pour la réception des propositions, de manière à ce que nos compatriotes aient le temps matériel de soumissionner et que les Administrations locales ne puissent, ou restreignant à l’extrême les délais, arriver à évincer la concurrence étrangère. Nos Agences diplomatiques pourraient, lorsque les délais sont manifestement trop courts, demander spontanément la remise de l’adjudication à une date ultérieure.
Les affaires qu’ils nous soumettent doivent être suffisamment complètes, et comprendre, non pas seulement l’avis de l’adjudication en quelques lignes, mais constituer un dossier, ou se trouvent réunis les cahiers de charges, les plans, les spécifications techniques précises des articles à fournir, etc. Enfin l’Office aurait également intérêt à être avisé des résultats des concours. »

21Une fois les renseignements reçus, le ministère des Affaires étrangères et le ministère du Commerce et de l’Industrie, à travers l’Office National du Commerce Extérieur, se chargent de contacter les entreprises françaises susceptibles d’être intéressées ou de répondre à leurs demandes d’information à propos de l’affaire.

22La désorganisation provoquée par la guerre, la crise économique qui frappe le Chili pendant les années de l’après-guerre et le retrait des grandes firmes françaises du pays sud-américain, font que le recours aux services de l’Office se réduit considérablement en ce qui concerne le marché chilien.

La création d’infrastructures au Chili : la « porte d’entrée » pour les grandes maisons françaises

23Les grandes entreprises françaises se lançant à la recherche d’affaires ont pour objectif principal leur implantation commerciale sur le marché chilien. La forte concurrence qu’elles y trouvent les oblige à adopter différentes stratégies pour pouvoir décrocher l’affaire et écarter du marché chilien les maisons concurrentes. Ces stratégies se structurent par rapport à la politique générale d’expansion de la firme, une conjoncture favorable ou la possibilité de tisser des alliances qui permettent de pénétrer le nouveau marché.

L’exportation d’une nouvelle technologie comme outil de pénétration commerciale

  • 10 Les gisements de houille et de minerai de fer que Schneider et Cie possède en Bourgogne s’épuisent (...)

24À la fin des années 1860, la société Schneider et Cie, qui couvre une gamme étendue de compétences (métallurgie, mécanique, artillerie, constructions navales, électricité et travaux publics), adopte l’acier Bessemer et Martin. Pendant quelque temps cette décision provoque des problèmes d’approvisionnement en matières premières10. Dans les années 1880, l’achèvement des réseaux ferroviaires fait que le marché européen se réduit en ce qui concerne ces constructions. Parallèlement, la vente d’armes ne constitue pas un marché suffisant pour ses capacités de production.

25Dans les années 1890, la société Schneider et Cie se confronte à la double difficulté d’avoir à chercher des nouvelles contrées et de trouver des sites miniers dans des pays de plus en plus lointains. Elle entreprend une politique ambitieuse d’extension dans les pays étrangers, en multipliant les prises de participations dans des sociétés existantes ou dans des syndicats d’études. Cette politique amène la firme à s’implanter dans certains pays où l’on juge qu’il existe un potentiel de grosses commandes, sous la forme d’usines métallurgiques comme à Volga-Vichera en Russie et à Corral au Chili, ou de pôles métallurgie-mécanique comme celui de Poutilov en Russie, afin d’exploiter directement les matières premières sur place.

26Depuis 1889, Schneider et Cie obtient au Chili plusieurs marchés de ponts, en même temps qu’elle échoue pour le marché d’armements devant la concurrence de la firme allemande Krupp. Le projet de la création d’un établissement métallurgique (projet qui impliquerait des commandes de matériel) offre à la firme française la possibilité de menacer la suprématie de la firme allemande. En 1904, Schneider et Cie reçoit une commande de 4 000 tonnes de ponts de la part du gouvernement chilien. À ce moment-là, la firme française envisage la possibilité de s’engager dans la création d’une usine au Chili.

  • 11 Beaud C., « Investissements et profits du groupe multinational Schneider (1894-1914) » dans Histoi (...)

27En 1906, Eugène II Schneider participe avec 2 000 actions (soit 200 000 francs), plus, à partir de 1907, 14 800 parts à la création de la Société des hauts fourneaux, forges et aciéries du Chili. Les difficultés apparues dans le projet, empêchent Schneider et Cie de conquérir le marché chilien et de produire directement le métal à partir des minerais disponibles sur place. La firme se désengage progressivement de la Société des hauts fourneaux, forges et aciéries du Chili. Dès 1912, sa participation dans le capital de la société tombe à 8,5 %, et en 1914, elle n’y figure plus du tout11.

28La firme Schneider et Cie accepte la construction de l’usine de Corral seulement parce qu’elle connaît le marché chilien et qu’elle envisage un débouché concret, celui des ponts, et d’autres, éventuels, ceux des bateaux et des armes. L’échec de l’entreprise provoque la fin des expériences de Schneider et Cie sur le territoire chilien.

Des concurrents qui deviennent des partenaires

  • 12 Barjot D., op. cit., p. 352.

29La Régie Générale des chemins de fer, société mère du groupe Vitali, est avant tout une grande entreprise de travaux publics tournée vers les pays qui tentent d’amorcer leur développement. L’entreprise développe une très forte spécialisation technique : entre 1859 et 1913, les équipements ferroviaires assurent 92 % de son activité12. Ce haut degré de spécialisation constitue la clef de sa réussite.

30Parallèlement, les équipements ferroviaires constituent l’un des points forts de l’exportation des travaux publics au Chili. Cependant, dans ce domaine, la firme française n’a pu combler son retard sur les Britanniques. Face à cette situation, la Régie générale des chemins de fer doit s’entendre avec les entreprises anglaises pour pénétrer le marché chilien.

31En 1908, le gouvernement chilien autorise l’exécution des travaux de construction du chemin de fer longitudinal. La construction et l’exploitation de la ligne sont confiées à des concessionnaires anglais : Howard syndicate limited et The Chilian longitudinal railway construction company limited. Pour participer à l’exécution du contrat du chemin de fer longitudinal chilien, la Régie Générale des Chemins de Fer doit s’allier avec les maisons anglaises.

32La Régie Générale des Chemins de Fer doit entamer des conversations avec la maison anglaise Griffiths and Cie, pour participer au financement et à la réalisation des travaux de la concession du Howard syndicate limited. Finalement la Régie Générale des Chemins de Fer devient constructeur-conjoint avec la maison Griffiths and Cie. Pour la réalisation des chantiers la firme française crée la Société de travaux publics au Chili dont le capital est partagé également entre le groupe français et le groupe anglais.

Des alliances pour surmonter la relative faiblesse des groupes électriques français

33La Société française de la maison Westinghouse appartient au groupe Westinghouse qui est représenté par trente-sept filières dans le monde. La filière française prend la relève de la filière italienne une fois que le projet d’électrification de la première section des chemins de fer de l’État chilien est présenté conjointement avec la maison Giros et Loucher. La Société Westinghouse apporte un soutien technique et commercial, mais son but principal est d’introduire son matériel ferroviaire (locomotives électriques, wagons, etc.) dans le marché chilien grâce à l’adjudication des travaux à Giros et Loucher.

34Le groupe Westinghouse propose le projet à une firme industrielle française pour pouvoir pénétrer et concurrencer les firmes allemandes dans le marché chilien des fournitures électriques et ferroviaires. La concession des travaux à la maison Giros et Loucher se présente comme une porte d’entrée pour les produits de la firme Westinghouse. La prise en charge du projet par la filière française donne au projet d’investissement un caractère pleinement français. Se rallier à un projet français à cent pour cent signifie faire partie d’une affaire d’une grande puissance politique et commerciale. C’est donc là une bonne stratégie pour obtenir l’appui des autorités françaises.

  • 13 Ibidem, p. 681.

35La maison Giros et Loucher est une firme industrielle spécialisée dans la construction d’usines et de canalisations de distribution d’énergie électrique en France. La direction de la firme est entre les mains d’« une équipe soudée et compétente dont le dynamisme profite à l’ensemble du groupe. Alexandre Giros et Louis Loucher, les deux administrateurs délégués, en sont les principaux animateurs13 ». Au début du xxe siècle, la firme Giros-Loucher fait de sa spécialisation dans la construction d’équipements électriques d’infrastructure et de l’internationalisation de son activité les deux piliers de sa stratégie commerciale.

  • 14 Ibid., p. 598.

36Cependant en 1913, l’industrie française n’assure que 4 % de la production mondiale de biens d’équipements électriques et 4,4 % de l’ensemble des exportations contre respectivement 39,4 % et 48 % pour l’Allemagne ou 28,9 % et 16,3 % pour les États-Unis14. Au Chili, face au holding allemand Siemens-Schuckert, la firme française se caractérise par une relative faiblesse. Pour essayer de prendre place sur le marché des matériels de chemin de fer électriques, Giros-Loucher n’a d’autre solution que de s’entendre avec Westinghouse.

La diversification géographique des investissements : la bonne conjoncture ou le moment de faire une bonne affaire

37À la fin des années 1850, la Société de construction des Batignolles subit une chute brutale de son activité en métropole. Les points forts de l’entreprise (constructions métalliques et génie civil) connaissent des marges très irrégulières et incertaines qui poussent la firme française à multiplier les participations et à traquer les concessions afin d’en tirer des revenus réguliers et sûrs.

  • 15 Issue de l’industrie mécanique, la Société de construction des Batignolles devient largement une e (...)
  • 16 Ibid., p. 361.

38La Société de construction des Batignolles adopte une stratégie de diversification comme principal moyen de faire face à l’incertitude des marchés15. Elle va également diversifier la répartition géographique de son activité. Bien qu’elle réalise une part importante de son activité en métropole (30 %), « sa vocation exportatrice est indiscutable16 ».

39Au début du xxe siècle, l’effort de construction d’infrastructures du Chili et l’amélioration des capacités de paiement du gouvernement font que le pays offre des affaires intéressantes à la Société de construction des Batignolles dans le cadre de la stratégie de diversification géographique de ses marchés : la firme française s’intéresse aussi bien à des travaux d’équipement urbain (travaux d’assainissement de Santiago du Chili) qu’aux installations portuaires (port de Valparaiso, port de San Antonio…).

40Cependant, le choix des affaires dépend aussi de la rentabilité que l’opération est susceptible de présenter à un moment donné. Le représentant financier de la Société des Batignolles envoie alors une lettre au président de la République chilienne pour l’informer que la société ne s’intéresse plus aux travaux du port de Valparaiso. Le contenu de cette lettre nous laisse percevoir la stratégie de la firme dans cette affaire. Pour la Société des Batignolles, au moment du lancement de l’affaire, la conjoncture était favorable à la maison française. Après les dépenses réalisées pour la réalisation du projet, l’incertitude de la suite de l’affaire, ainsi que l’ouverture d’autres marchés, l’amène à abandonner le projet initial.

41Les arguments présentés par le représentant de la maison française sont les suivants :

  • 17 Lettre du 27/5/1909, ADN, Santiago du Chili, carton 77.

« Le marché financier était très facile pour notre société au moment de la proposition du projet. Depuis, il a été modifié à cause des investissements réalisés en Russie, en Argentine et au Brésil, lesquels ont absorbé des importants capitaux. Notre maison a dû profiter de l’opportunité et elle a contracté des travaux importants et en conditions beaucoup plus satisfaisantes que celles de l’affaire chilienne [sic.]17. »

À la recherche de la protection de l’État

  • 18 28 sociétés de construction aéronautique et 5 sociétés d’aviation commerciale françaises en 1927.
  • 19 Le réseau exploité quadruple entre 1920-1924 et 1929-1930, de même que le tonnage des messageries.

42À la fin de la guerre et pendant les années de l’entre-deux-guerres, l’aviation commerciale voit naître ses premières lignes à une échelle extrêmement réduite. Le transport aérien n’est pas encore considéré comme un moyen pratique pour le commerce extérieur. Il existe plusieurs compagnies, souvent créées en 1919-1920, avec de très faibles moyens et dans des conditions techniques très rudimentaires18. Néanmoins, grâce aux progrès techniques que l’aviation connaît à cette période, tant dans la construction des appareils que dans l’exploitation des lignes, l’aviation commerciale française progresse considérablement19. Avec l’aide de l’État, sous forme de subventions, les compagnies aériennes peuvent être compétitives face aux compagnies concurrentes.

43Le 7 septembre 1918, P. Latécoëre présente au gouvernement français un premier projet de ligne aérienne entre la France, le Maroc, le Sénégal et l’Amérique du sud. En 1919, la ligne France-Maroc fonctionne régulièrement. Six ans plus tard, c’est la ligne France-Dakar qui fonctionne de façon régulière. Au cours de l’année 1925, les avions de la Compagnie Latécoëre transportent 4560 passagers, 7 502 191 lettres et 151 007 kilogrammes de colis postaux. En 1927, la ligne postale Buenos Aires-Europe est inaugurée. Les difficultés financières de la Compagnie Latécoëre, peu soutenue à l’époque par l’État français, font que son propriétaire, P. Latécoëre, accepte l’offre d’achat de la compagnie par M. Bouilloux-Lafont, entrepreneur dans les affaires mobilières.

44L’affaire chilienne se présente comme une possibilité d’expansion pour la compagnie, mais l’entreprise doit obtenir des avantages de l’État chilien pour pouvoir lancer l’entreprise sans grands problèmes de budget et pour écarter la concurrence que mettrait en péril le développement de l’affaire :

  • 20 Rapport du 28/8/1920, ADN, Santiago du Chili, carton 78.

« Étant donnés les frais qu’entraînerait un voyage d’étude et d’expérience en Amérique du sud, les difficultés de transport et la concurrence de maisons étrangères d’aviation déjà établies, les Compagnies françaises ne sauraient s’engager dans une telle entreprise sans être assurées du large concours de gouvernement chilien20. »

45La stratégie des compagnies occidentales d’aviation qui s’intéressent au marché chilien consiste à demander un régime d’égalité absolue avec la compagnie française, analogue à celui des compagnies de navigation maritime. Une telle clause entraverait considérablement la réalisation pratique du projet français, si la compagnie française n’était pas subventionnée par l’État français. En même temps, les autres compagnies occidentales comptent sur d’importantes subventions de leur gouvernement.

  • 21 « Tous les ans, le gouvernement verse de millions de francs dans les coffres du service de l’Améri (...)

46La Société Latécoëre sait que sans l’aide financière de l’État français elle ne réussirait pas à mener l’affaire à bien. Après de longues conversations avec le gouvernement, la compagnie obtient une subvention de l’État pour lancer le service aéropostal21.

47Avec l’élargissement du service aérien jusqu’au Chili, la Société Latécoëre cherche à étendre l’organisation du service aérien sur la côte du Pacifique, en direction du Nord. D’autre part, elle escompte que la subvention de l’État français lui donnera les moyens de réaliser, dans les plus brefs délais et aux conditions les plus économiques, la concession octroyée par le gouvernement chilien.

48Une fois que l’affaire est analysée et la stratégie mise en place, une nouvelle étape commence. Elle consiste en une dure lutte pour essayer d’obtenir l’affaire convoitée. Dans les pages suivantes nous allons voir comment les firmes françaises fourbissent leurs « armes » pour faire face à la rude compétition des maisons concurrentes.

La concurrence commerciale : la lutte acharnée pour obtenir les contrats

49Dans toutes les affaires, les entrepreneurs occidentaux revendiquent des conditions de concurrence équitable. Mais la concurrence entre les firmes occidentales est systématique surtout dans les soumissions de travaux publics proposées par le gouvernement chilien. Cette concurrence se développe pendant la période de discussions et de décision quant à leur attribution sur les projets. Elle est encore présente à d’autres niveaux complémentaires : la phase préliminaire du projet, dont nous venons de parler, la concurrence technique, la lutte commerciale et la propagande.

Un projet convenable pour les intérêts du gouvernement chilien

50Il est vrai que l’État chilien peut trouver les capitaux nécessaires aux travaux de modernisation des structures économiques du pays dans des mêmes conditions que celles que lui proposent les maisons occidentales. Sur les grands marchés financiers, le crédit du Chili est assez important. Mais en recourant à l’adjudication, l’État chilien estime qu’il ne pourrait investir les capitaux dans de conditions aussi avantageuses que les sociétés intéressées. Ces entreprises privées par la nature même des choses seraient portées à dépenser moins d’argent que l’État, ce qui pourrait compenser les avantages du crédit national.

51En outre, l’État chilien sait que s’il exécute les travaux tous les dangers et incidents éventuels seraient à sa charge, tandis que, entrepris par des tiers, ceux-ci seraient seuls responsables des risques à courir. De plus, l’État chilien se trouverait en présence de difficultés insurmontables s’il entreprenait lui-même les travaux. Les brevets, études, expériences, méthodes et systèmes qu’il devrait appliquer, ne sont pas de son domaine.

52Parallèlement, pour le gouvernement chilien la construction et la modernisation des structures (développement des chemins de fer, construction de la première usine de l’industrie sidérurgique chilienne, création du réseau électrique…) doivent rapporter de grands bénéfices au pays, mais les autorités chiliennes tentent de minimiser le plus possible la part financière attribuée aux entreprises nationales. Par exemple, dans la réalisation des travaux publics la diminution des dépenses est un des plus grands objectifs. Le gouvernement veut assurer la participation des entreprises capables de faire preuve de leur capacité technique et économique. Il s’agit de rendre le marché chilien attirant pour firmes spécialisées dans les différents domaines des travaux publics.

53Le gouvernement chilien utilise aussi les adjudications de travaux publics comme une arme de politique financière visant l’ouverture des marchés boursiers européens aux valeurs chiliennes. Ainsi pour l’affaire de la concession pour la construction du chemin de fer longitudinal l’ambassadeur français nous montre qu’

  • 22 Rapport du 21/6/1909, ADN, Santiago du Chili, carton 77.

« un des avantages pour le Chili que cette concession soit donnée au groupe français est qu’ainsi une valeur importante aurait la cote officielle de la Bourse de Paris, ce qui faciliterait l’inversion des capitaux français au Chili ; en plus cela serait un acheminement vers l’obtention désirée du Gouvernement chilien de la cote à la Bourse de Paris des titres de la dette extérieure chilienne22 ».

  • 23 Dans les affaires des travaux publics les projets doivent être les plus conformes au cahier des ch (...)

54Face à cette attitude du gouvernement chilien, chaque entreprise, selon ses propres possibilités et en conformité avec le cahier des charges, essaie de présenter le projet le plus convenable, tant au niveau technique23 qu’économique. Ainsi, avant le premier conflit mondial, les avantages techniques et budgétaires que l’industrie électrique allemande offre au gouvernement chilien constituent une des causes du monopole allemand au Chili en matière d’équipement électrique.

55Dans le cas de l’adjudication des travaux du port de Valparaiso, le coût des travaux est une des causes, parmi bien d’autres, du refus du projet de la Société des Batignolles au bénéfice de la maison anglaise Pearson and son. Un rapport de l’ambassadeur français de Santiago du Chili nous indique que

  • 24 Rapport du 16/11/1908, ADN, Santiago du Chili, carton 77.

« le 5 novembre 1908, les amiraux Montt, Uribe et Goni présentent au Congrès un compte rendu sur les projets du port de Valparaiso. Ils estiment que le coût de la digue du projet Guérard [3 millions de livres] est excessif et que sa construction ne répond point à un besoin réel, étant données les conditions dans lesquelles s’effectue le travail dans la baie24. »

56Inversement, le projet présenté par Auguste Galtier pour la construction du port de San Antonio est le moins coûteux pour les finances chiliennes. Finalement, l’entrepreneur français emporte l’affaire.

57Parallèlement, les maisons qui présentent leurs propositions s’organisent en combinant la concentration économique et la rationalisation de l’entreprise. Les firmes occidentales essaient d’élargir les marges de succès tout en réduisant la concurrence et le coût de l’investissement dans le projet.

Les appuis politiques et sociaux : un atout important pour l’adjudication

58Les maisons qui essaient d’obtenir un contrat au Chili doivent affronter une forte concurrence et faire face aux intérêts que génèrent les affaires. On passe alors de la lutte technique à la lutte commerciale. L’action sur place des agents ou l’utilisation de filiales devient très importante. Les firmes doivent agir dans les milieux politiques chiliens et chercher l’appui des missions diplomatiques de leur pays.

Les approches de l’élite locale : les imprévus du système politico-économique chilien

  • 25 Entre 1981 et 1915 se succèdent pas moins de 60 cabinets gouvernementaux.
  • 26 « On sait, en effet, que d’après le règlement du Congrès chilien, un seul parlementaire peut faire (...)

59Les entreprises étrangères lançant des investissements au Chili doivent compter sur le milieu politico-économique pour pouvoir mener à bien leurs projets. Les crises politiques continuelles25 et les luttes entre les hommes politiques provoquent une instabilité chronique des coalitions politiques. Le contrôle du pouvoir du Congrès sur le pouvoir exécutif depuis la guerre civile de 1891, évite les majorités automatiques pour les initiatives présidentielles26 et structure un jeu politique dans lequel les différentes entreprises luttent pour gagner le soutien des hommes d’influence chiliens. Les liens politiques et économiques avec la classe dirigeante chilienne peuvent donc faciliter ou bloquer le lancement d’une entreprise occidentale au Chili.

  • 27 Rapport n° 12 du 3/3/1907, ADN, Santiago du Chili, carton 77.

60Face à cette situation, l’ambassadeur de France à Santiago du Chili conseille aux entreprises françaises à propos de l’adjudication des travaux publics de « signer les contrats dans un bref délai afin d’éviter la compétition de tous genres et surtout les intrigues auxquelles les entrepreneurs des travaux publics européens sont exposés dans ce pays. Il convient aussi pour écarter les intermédiaires étrangers qui seraient tentés d’offrir leur influence et leur concours auprès le gouvernement chilien27 ». Cependant, les intrigues, la défense des privilèges acquis et la recherche d’appuis politiques sont présentes dès que se profile la possibilité d’une bonne affaire.

61À la fin du xixe siècle, le cas de la Société franco-chilienne du wharf d’Iquique nous montre comment le « pacte » entre le gouvernement chilien et les entrepreneurs anglais du nitrate empêche la réussite de l’entreprise française. Bien que la Société française ait en sa faveur la concession des terrains et la possibilité de lancer l’affaire, le monopole sur le nitrate concédé par le gouvernement chilien aux Anglais fait échouer le projet français. À Iquique, les compagnies anglaises de consignation et d’embarquement réalisent d’énormes bénéfices. La construction d’un wharf en fer par une société française pourrait multiplier le nombre de voyages des navires et la quantité de nitrate à transporter. Le résultat serait la réduction du prix du nitrate exporté. En envisagent cette possibilité les maisons anglaises agissent contre la société française et font échouer le projet. La réussite de l’entreprise aurait exigé l’annulation des concessions faites aux maisons anglaises, c’est-à-dire, la fin du monopole du nitrate, et comme nous avons vu le gouvernement chilien n’était pas décidé cela.

62En 1904, à la suite de la présentation du premier projet de loi pour les travaux du port de Valparaiso, l’Almiral Montt, directeur général de la flotte chilienne, reçoit de Sir Edwards Reed, conseiller naval auprès du gouvernement chilien à Londres, un télégramme dans lequel ce dernier lui fait savoir qu’une grande maison anglaise est déjà prête à entreprendre les travaux en question. L’envoi de ce télégramme amène le consul français de Valparaiso à prévenir les entreprises françaises des démarches à faire dans ce pays où les affaires se gèrent d’une manière différente :

  • 28 Rapport n° 12 du 16/10/1904, ADN, Valparaiso, carton 22.

« Les chefs de la marine chilienne étant tous plus ou moins inféodés à l’influence anglaise, il est probable que l’affaire soit confiée à nos voisins d’outre manche. Si l’industrie française veut se mettre sur les rangs elle n’aurait quelque chance de succès qu’en se pliant aux mœurs administratives du pays qui paraissent choquants aux Européens. Aucune affaire de ce genre ne s’enlève sans l’amorce de fortes commissions28. »

63Au début du xxe siècle, dans l’affaire de l’électrification de la Première section des Chemins de fer de l’État chilien, tant les compagnies de chemin de fer que les fournisseurs de charbon cherchent à conserver le système de traction à vapeur dans le réseau ferroviaire. Elles savent que l’électrification de la première section serait suivie par d’autres projets d’électrification du réseau. Ces compagnies ne peuvent se résoudre à perdre d’un coup les énormes capitaux engagés pour le coût de la voie, les ateliers, le matériel et le charbon. Les frais occasionnés par la transformation, ajoutés à la perte des capitaux inutilisés, représentent des sommes si considérables que ce n’est qu’après plusieurs années que les avantages de la traction électrique permettent de récupérer l’argent perdu et de réaliser un gain. Les compagnies mettent en avant quelques personnalités chiliennes qui organisent une opposition contre le projet.

64Cette opposition apparaît dès que le choix du gouvernement chilien se manifeste en faveur de la maison française. Le Congrès critique la procédure de sélection du projet et indique que le Gouvernement n’a pas eu l’autorisation du pouvoir législatif. Selon une partie des députés les propositions ont un coût excessivement élevé et l’État peut fournir des capitaux et procéder lui-même aux travaux pour l’électrification dans des conditions plus avantageuses que celles des candidats.

65Les faits, dont nous avons parlé dans le chapitre 5, nous montrent que finalement les chambres empêchent la concession de cette affaire. La Westinghouse avec la Société Giros et Loucher, ainsi que leur concurrente, la firme allemande Siemens-Schuckert, doivent agir dans les milieux politiques chiliens, ce que le vice-consul de France à Valparaiso, M. René d’Hennezel, indique au ministre des Affaires étrangères, M. Stephen Pichon, dans une lettre confidentielle en 1910 :

  • 29 Lettre du 18/1/1910, ADN, Santiago du Chili, carton 74.

« Au surplus, je ne sache pas que jusqu’à présent, la Westinghouse et la Siemens-Schuckert aient fait les ouvertures d’usage aux membres influents de la chambre des Représentants ; c’est ici le mot de la fin, mais c’est toujours par ces préliminaires de conciliation qu’il faut débuter, pour peu que l’on veuille mener à bien son entreprise. L’échec de la maison Batignolles, en ce qui concerne les travaux du port de Valparaiso, doit être attribué entre autres causes, à cette inobservation des usages du pays29. »

  • 30 Pour l’affaire du port de Valparaiso l’ambassadeur français écrit : « Merry del Val, l’agent du pr (...)
  • 31 La concession octroyée à la Compagnie Latécoëre fait que l’ambassadeur français du Chili propose à (...)
  • 32 « […] le député M. Tocornal, que j’ai remercié de l’appui qu’il venait de donner à la demande de l (...)

66Les entreprises étrangères utilisent la corruption pour essayer de décrocher les meilleures affaires dans les meilleures conditions pour les développer. Cette corruption peut se réaliser moyennant l’utilisation simple et courante du pot-de-vin30 ou par le moyen de la « reconnaissance » officielle31 pour acheter des influences et des informations politiques. Les firmes peuvent aussi utiliser l’influence des secteurs dirigeants locaux32 dans lesquels on recrute des hommes de paille, des avocats, des agents ou des conseillers qui sont plus appréciés pour leur ascendant politique ou national que pour leur compétence technique.

67Le journal El Mercurio, dans son édition du 12 juillet 1900, accuse nettement les membres du Congrès d’avoir, dans un but de spéculation financière, fait part aux maisons de commerce et aux banques étrangères de ce qui avait été dit dans les séances secrètes de la chambre. L’ambassade de France à Santiago du Chili commente le fait en nous montrant l’impunité dont les cas de corruption bénéficient au Chili :

  • 33 Rapport n° 36 du 19/7/1900, ADN, Santiago du Chili, carton 36.

« La révélation du Mercurio a naturellement produit un véritable scandale au Parlement. Le ministère public, suivant la jurisprudence de ce pays, ne peut intenter une action aux parlementaires indiscrets, c’est-à-dire à des inconnus, et en faisant un procès au journal ; celui-ci, en vertu des lois sur la liberté de la presse, peut se retrancher de nouveau derrière le secret professionnel et arrêter net l’œuvre de la justice33. »

68Les entreprises étrangères et chiliennes cherchent à gagner le soutien public des hommes politiques pour qu’ils entraînent avec eux une partie de la classe politique et de l’opinion publique à appuyer leurs projets. Dans les adjudications de certains travaux publics, l’influence des maisons allemandes se manifeste jusque dans les commissions, comme l’indique l’ambassadeur de France à Santiago du Chili à propos de l’affaire de l’électrification :

  • 34 34 Lettre de l’ambassadeur M. Deprès adressée au ministre des Affaires étrangères le 11/7/1910, ADN (...)

« En principe, une maison française en concurrence avec une maison allemande quand elle concourt au Chili ne peut s’attendre à voir juger ses offres par une composition formée exactement par moitié [3 sur 6] d’éléments allemands. La situation est encore plus délicate quand l’un de ces membres, le plus élevé en situation, celui dont le poste à la tête d’un service public rend ses avis prépondérants est un fonctionnaire de l’État prussien3344. »

69Dans l’affaire des travaux du port de Valparaiso, le projet de la maison anglaise Pearson compte avec le soutien politique du député conservateur Merry del Val dont le frère est une personnalité très importante dans les milieux catholiques chiliens. Vers 1908, le projet de la Société de construction des Batignolles avait été accepté par le gouvernement chilien. Mais cette année-là, une dépêche de la mission française de Valparaiso prévient que

  • 35 35 Rapport du 24/11/1908, ADN, Valparaiso, carton 22.

« l’obstruction qui se fait à la chambre des Représentants en vue d’amener le pays à refuser le projet de M. Guérard, de la maison des Batignolles, n’était pas l’œuvre d’un seul groupe, mais bien de tout le parti conservateur et radical. Le Cardinal Merry del Val avait convaincu un membre influent du clergé à Santiago de provoquer parmi les catholiques une campagne en faveur du projet anglais qui a été présenté par l’ingénieur Merry del Val, frère du cardinal3355 ».

  • 36 Parmi les conservateurs nous trouvons les députés Ruiz Valledor, Barros Errazuri, Flores et Francis (...)

70Le résultat est la présentation, et l’acceptation, d’une motion signée par quinze députés36 en faveur de l’ajournement définitif du projet français.

71Mais ces appuis dépendent aussi des fragiles coalitions au pouvoir. Une crise politique ou économique peut amener les groupes politiques à soutenir tel ou tel projet au titre d’arme politique contre le gouvernement ou le président de la République. Une lettre publiée dans le journal El Heraldo nous montre comment la confrontation politique peut engendrer une critique acharnée autour d’un projet. L’auteur de cette lettre, une haute personnalité du monde politique chilien qui ne donne pas son nom, écrit à propos de l’affaire du port de Valparaiso :

  • 37 Rapport du 24/11/1908, ADN, Santiago du Chili, carton 77.

« Il se trame en ce moment contre le projet de ce port toutes sortes d’intrigues à la chambre des députés. Les bourses craignent que l’afflux d’or n’amène à coup sûr une hausse du change ; d’autres font de l’obstruction pour arracher au président de la République une déclaration d’ajournement de la conversion monétaire ; les conservateurs et quelques mécontents lui font la guerre par haine du président et dans l’espoir qu’il entraînerait dans sa chute l’Alliance libérale37. »

72À la même période, un nouveau projet pour le port de Valparaiso est présenté par l’ingénieur chilien M. Cordovez Aguirre. L’auteur du projet est

  • 38 Rapport du 7/9/1908, ADN, Santiago du Chili, carton 77.

« puissamment soutenu par le deuxième maire de Valparaiso M. Garaham qui agit avec l’approbation du premier maire M. Bermudez. M. Garaham s’appuie à son tour sur M. Fernández Vial, ancien contre-amiral. Ces deux hommes comptent de nombreux partisans dans le parti libéral démocratique, aujourd’hui puissant depuis l’avènement du nouveau cabinet38 ».

  • 39 Rapport n° 110 du 27/8/1929, ADN, Santiago du Chili, carton 80.

73Dans les années 1920, un autre exemple nous est fourni par un rapport de la mission française à Santiago du Chili. En parlant de la concession obtenue par la Compagnie Latécoëre, le rapport indique que « le succès de la Compagnie est dû pour beaucoup à l’attitude prise par le Directeur de l’aviation au ministère de la Guerre, le lieutenant-colonel Arturo Merino, qui a nettement pris parti contre les Yankees en faveur d’une collaboration avec l’entreprise française39 ».

74L’influence indirecte dont les pays occidentaux font usage dans les crises politiques chiliennes ou dans les choix économiques du gouvernement chilien est très difficile à discerner. Il existe trop de conversations, de communications téléphoniques qui n’ont laissé aucune trace dans les archives. Les mobiles n’apparaissent pas toujours clairement. Les exemples de la Guerre du Pacifique, dans laquelle des investisseurs anglais, français, allemands et américains essaient d’utiliser le prestige de leur pays en faveur de leurs intérêts, ou l’utilisation des légations diplomatiques pour faire pression sur les autorités chiliennes dans les affaires de soumissions des travaux publics, nous montrent à quel point les intérêts politiques des pays occidentaux interfèrent avec les intérêts économiques du Chili.

Des avocats socialement intégrés et connaissant les usages du pays

75Les représentants des firmes françaises se chargent du recrutement des avocats et des consultants, normalement Chiliens, qui assurent le soutien juridique des intérêts français face au gouvernement chilien. Ces avocats instruisent les protestations juridiques des maisons françaises. Ils proviennent des familles influentes ou en font partie et ils disposent de relations dans les milieux politiques du pays. La maison Giros-Loucher recrute à son service le cabinet d’avocats de M. Mac Yver qui occupe un siège au Sénat chilien.

  • 40 Dans le cas des Chiliens d’origine allemande, le gouvernement allemand veut conserver la nationalit (...)

76À l’inverse, les firmes allemandes utilisent en général l’appui juridique d’avocats d’origine allemande40, bien placés dans l’administration chilienne. C’est le cas de Guillermo Rivera et Samuel Claro Lastarria, respectivement ministres de l’Intérieur et des Finances au début des années 1910.

La légation française au Chili : l’appel à l’aide de l’État

  • 41 « Au point de vue de notre influence dans ce pays (le Chili), les affaires données aux entreprises (...)

77La légation française de Santiago du Chili organise plusieurs réunions avec les agents des firmes françaises, chaque fois qu’une société française lance une entreprise dans le pays. Ces réunions ont pour objet d’informer sur les mouvements des maisons concurrentes, les modes de présentation et de protestation au gouvernement chilien, la mise en place d’une stratégie diplomatique pour défendre les intérêts français, la présentation des travaux et des réussites des maisons françaises. Pour le gouvernement français, il est en effet très important de contrecarrer l’action des pays concurrents dans les pays de l’Amérique du Sud et de donner l’avantage à l’industrie et aux entreprises françaises411. Parallèlement, les firmes françaises ont besoin du soutien diplomatique et d’un appui politique très important pour faire pression sur les autorités chiliennes.

  • 42 Lettre du 26/10/1912, ADN, Santiago du Chili, carton 74.
  • 43 « […] au cours d’un entretien que j’ai eu hier soir chez moi avec le ministre des Relations Extérie (...)
  • 44 « J’ai eu connaissance du refus des soumissions présentées pour l’électrification de la ligne Sant (...)

78Dans le cas de l’électrification du chemin de fer Santiago-Valparaiso, la maison Giros-Loucher s’adresse au gouvernement français pour lui demander un soutien diplomatique. L’ambassadeur de France au Chili est chargé par le ministre des Affaires étrangères d’apporter tout le soutien possible à la proposition française : « Nos compatriotes désirent que vous soyez prévenu pour que vous puissiez vous entendre avec votre collègue italien et provoquer des démarches de votre part ou participer à celles qu’il ferait42. » Les démarches de l’ambassadeur se traduisent par des nombreuses réunions avec les mandataires chiliens pour défendre et appuyer la soumission française43, des conversations secrètes avec des hommes politiques d’influence, et la présentation de protestations aux gouvernements chiliens44.

  • 45 Lettre du 20/7/1917, ADN, Santiago du Chili, carton 77.

79Nous trouvons d’autres exemples dans les affaires du port de San Antonio et du chemin de fer longitudinal. Le cahier des charges de la construction du port de San Antonio prescrivait que les travaux devraient être terminés à la fin de l’année 1917. La guerre apporta un trouble profond dans l’économie générale de l’entreprise. Au début de l’année, l’entreprise française savait qu’il lui serait impossible de finir les travaux dans le délai fixé. De son côté, le gouvernement chilien allègue la non-exécution du cahier des charges pour ne pas réaliser le contrat de concession. L’entreprise française invoque la cause de force majeure, prévue au contrat, pour faire des réclamations auprès du gouvernement chilien. Le 20 juillet 1917, l’entrepreneur A. Galtier s’adresse au ministre des Affaires étrangères, M. Ribot, en lui demandant, « lorsque le moment sera venu, d’appuyer notre demande auprès du Gouvernement du Chili45 ». Le ministre écrit à l’ambassadeur à Santiago du Chili pour lui recommander les intérêts de l’entreprise française.

80La saisie du cautionnement de la Société de travaux publics au Chili provoque une réclamation du syndicat anglo-français. Ce syndicat demande aux autorités anglaises et françaises leur intervention dans le contentieux qui l’oppose au gouvernement chilien :

  • 46 Lettre du 29/3/1920, ADN, Santiago du Chili, carton 77.

« En ce qui nous concerne, nous demanderons au Foreing Office et au Quai d’Orsay de prier les ministres du Chili à Londres et à Paris d’user de leur influence auprès de leur gouvernement pour que celui-ci ne retarde pas plus longtemps un arrangement amiable, dont tous les éléments sont déjà préparés et qui pourrait être rapidement conclu46. »

  • 47 Rapport n° 82 du 4/3/1929, ADN, Santiago du Chili, carton 80.

81Dans le cas du soutien à la Compagnie Générale Aéropostale, les autorités françaises considèrent que la réussite de l’entreprise peut servir au prestige de l’aéronautique française dans tout le continent américain. Le soutien que l’ambassade donne à cette compagnie ne se réduit pas donc seulement à la sphère diplomatique. Le chef de bataillon, B. Blaizot, attaché militaire auprès de la légation, essaie de convaincre les autorités métropolitaines d’offrir à la compagnie une aide matérielle. Il demande à Paris « la cession immédiate à la Compagnie Générale Aéropostale de 4 avions militaires […] pour une utilisation commerciale47 ».

82Toutefois, cette utilisation de la légation diplomatique dans la défense des intérêts d’une entreprise n’est pas exclusive des maisons françaises. Les firmes des pays concurrents ont aussi recours à leurs ambassades pour demander et planifier une stratégie de défense de leurs projets au Chili.

83Pendant les discussions de la Compagnie Latécoëre pour obtenir la concession de la ligne aérienne du service postal avec l’Europe, les légations diplomatiques des États-Unis, de l’Angleterre et de l’Allemagne, lancent des actions destinées à faire échouer les conversations de la société française avec le gouvernement chilien. Ces actions visent à obtenir la concession pour des compagnies de leur nationalité :

  • 48 Rapport du 7/8/1928, ADN, Santiago du Chili, carton 78.

« Aussi bien l’ambassade des États-Unis à Santiago du Chili que le Département d’État à Washington, ont cherché et cherchent sans cesse à contrecarrer nos efforts par des manœuvres qui n’ont pas toujours été fort scrupuleuses. Il est de même aussi des Anglais qui depuis longtemps considèrent le Chili comme une base d’appui au cas d’un conflit dans le pacifique […]. Les Allemands, de leur côté, ne sont pas restés inactifs. Grâce à l’action diplomatique et le soutien de la colonie allemande ils ont cherché à se ménager pour l’avenir la possibilité d’étendre leur activité aérienne au Chili, comme ils ont fait déjà en Colombie, en Équateur, au Pérou et en Bolivie48. »

Le rôle des représentants sur place

  • 49 « […] la maison Giros-Loucher a souvent demandé aux différentes personnes qui, dans cette période, (...)

84Les entreprises sont obligées d’être présentes sur place tout au long des discussions des affaires pour pouvoir agir et pouvoir être continuellement informées des changements de la situation49. Il est presque impossible de gérer les particularités de chaque affaire depuis le siège central en France. Les firmes sont obligées d’utiliser des hommes de confiance, normalement des ingénieurs de la maison, qui puissent défendre les intérêts de l’entreprise.

85Le rôle de ces agents est de rester sur place pour être au courant de tous les évènements en relation avec l’affaire en question. Ils doivent défendre les intérêts de leur maison face à la concurrence. Ils essaient de convaincre le gouvernement chilien de favoriser leurs intérêts. Normalement, ils ont les pleins pouvoirs, ce qui leur donne une certaine autonomie dans leurs démarches, mais ils renseignent constamment leur maison sur la situation et reçoivent des instructions directement de France par le service de télégraphie, par courrier ou par téléphone quand cela est possible. Ces informations définissent la stratégie générale à suivre. Les représentants retournent en France quand la situation les y oblige (fermeture du parlement, blocage des conversations…), ou à la demande de leurs maisons pour présenter un rapport au siège principal quant au résultat des conversations avec les autorités locales et aux démarches entreprises.

86En 1906, J. de la Taille est nommé représentant général au Chili de la Société des hauts fourneaux, forges et aciéries du Chili. Sa tâche principale est de négocier la concession de toutes les mines qu’il considère utiles pour la société. Il se charge de toutes les formalités nécessaires pour la légalisation des titres de propriété des mines achetées au nom de la société.

87À partir de 1908, aussi bien le groupe Westinghouse que la Société Giros-Loucher ont leur agent respectif. Ces agents doivent procéder à toutes les démarches en rapport avec les conversations en vue de l’adjudication des travaux de l’affaire de l’électrification de la ligne ferroviaire Santiago-Valparaiso. Au début de la négociation, la maison italienne de Westinghouse a son directeur permanent au Chili, L. Pontecorvo. Quand la proposition est soutenue par la maison française de Westinghouse avec Giros-Loucher, L. Pontecorvo devient le représentant avec pleins pouvoirs pour les deux maisons. Ce représentant est accompagné d’un adjoint financier, non-détenteur de pouvoirs, envoyé par Giros-Loucher et le Crédit Mobilier. En décembre 1911, la maison Giros-Loucher envoie J. Forret comme représentant aux pleins pouvoirs avec l’ordre d’agir avec L. Pontecorvo.

88En 1912, la chambre ne traite pas l’affaire. L. Pontecorvo rentre en France, et, face à l’incertitude quant à la suite de l’affaire et de l’opportunité de son retour au Chili, la représentation de la maison Westinghouse est déléguée par contrat à M. Ossa y Ossa, un ingénieur chilien appartenant à une importante famille, très connu dans le milieu des représentations des maisons étrangères pour les affaires ferroviaires (il a déjà participé à la soumission d’une maison anglaise, représentant de R. Seaver…). À la même période, la maison Giros-Loucher envoie son ingénieur R. Jonnart comme représentant auprès du gouvernement chilien. En 1914, R. Jonnart quitte le Chili et la représentation de la proposition française passe totalement à M. Ossa y Ossa, jusqu’à l’abandon du projet par Giros-Loucher, au début du conflit européen.

  • 50 Rapport n° 59 du 30/6/1908, ADN, Santiago du Chili, carton 77.

89Au Chili, la Société des Batignolles envoie un représentant différent pour l’affaire des travaux du port de Valparaiso. Elle envoie R. Wedeles comme représentant financier investi de pleins pouvoirs. R. Wedeles, qui travaille aux côtés d’Alphonse Guérard, « soutient une lutte très vive contre leurs rivaux étrangers50 ». Il a la tâche de présenter et défendre face au gouvernement chilien le projet dressé par l’ingénieur Alphonse Guérard et les propositions de la firme française.

  • 51 Rapport du 7/4/1925, ADN, Santiago du Chili, carton 77.

90Dans l’affaire du Chemin de fer longitudinal du Chili, M. Homberg est le représentant de la Banque de l’Union parisienne au Chili. Il préside la Société de travaux publics au Chili créée pour gérer les chantiers de l’affaire et mener les négociations préliminaires avec les autorités chiliennes. Il reste à la tête de la société de 1910 à juin 1912. Les différents désaccords entre les intérêts français et les Anglais, qui sont à l’origine d’un contentieux avec l’État chilien, provoquent sa démission. En 1915, le gouvernement chilien profite du début de la Première guerre mondiale pour s’emparer de la ligne du Chemin de fer longitudinal et saisir le cautionnement de la Société des travaux publics au Chili. Le départ des ingénieurs de la firme française fait que Gilbert Laville, membre du Conseil de la Banque française du Chili, est recruté par la Régie générale des chemins de fer pour défendre les intérêts de la société française au Chili. Face au changement de situation, le rôle du nouveau représentant « doit consister à rappeler purement et simplement au ministre chilien l’obligation dont il est tenu de soumettre l’accord au Congrès. Il doit se refuser absolument à discuter le montant de la dette du gouvernement qui est définitivement réglée au chiffre accepté dans le contrat du 192251 ».

91Le président du Conseil d’administration et nouveau propriétaire de la Compagnie Latécoëre, M. Bouilloux-Lafont, accompagné par son chef des services techniques, J. Vachet, voyage à Santiago du Chili pour étudier l’affaire et entamer les premières réunions d’information avec les membres du gouvernement chilien. Après conversations, la compagnie envoie L. Portait comme représentant de la maison pour diriger et réaliser toutes les démarches administratives et techniques en vue de la constitution et de la mise en marche de la concession de la ligne aéropostale. L. Portait négocie alors avec les ministères de l’Intérieur et de la Guerre pour obtenir une concession sans monopole, mais qui lui assurerait pourtant un droit préférentiel pour le transport du courrier.

92Contrairement à leurs homologues françaises, les maisons allemandes utilisent les autres institutions de la même nationalité déjà implantées sur place, soit les succursales bancaires soit leurs filières, comme celle de Siemens, pour mener toutes les démarches par rapport aux affaires envisagées. Par exemple, les directeurs des succursales des banques allemandes au Chili, profitant de ce qu’elles sont sur place en permanence et mettant à profit un bon réseau de connaissances dans le milieu politique chilien, essaient de se renseigner sur le déroulement des affaires. Fréquemment, ce sont les représentants des intérêts des maisons allemandes qui nous montrent l’alliance qui se produit entre la banque et l’industrie dans les investissements allemands au Chili.

93Les firmes anglaises recrutent leurs agents parmi des hommes qui connaissent bien le pays. Ce sont des hommes d’affaires qui travaillent depuis longtemps au Chili et possèdent d’excellentes relations avec le milieu politique local ou bien des ingénieurs qui sont recrutés par le gouvernement chilien, comme l’ingénieur A. Scott qui est simultanément ingénieur-conseil des ports chiliens et représentant de la maison Pearson and son dans l’affaire du port de Valparaiso.

L’utilisation de la presse et de la propagande : le discrédit de l’adversaire comme arme commerciale

94Le centre des discussions politiques se situe à Santiago du Chili et le cœur économique du pays à Valparaiso. Ce sont les deux villes les plus importantes du pays où se situe aussi la classe politique et financière qui dirige la politique économique de l’État. L’importance des journaux et leur influence dans les milieux bourgeois du pays font de l’opinion publique une arme de premier plan pour conditionner les décisions politiques. Il ne faut pas oublier que les journaux appartiennent à des hommes politiques (c’est le cas de A. Edwards propriétaire de El Mercurio) ou bien sont très proches d’un groupe politique, comme le journal La Unión. Dans les articles des journaux, nous trouvons de prises de position en faveur de projets. Les journaux lancent des campagnes de propagande pour influencer la prise de décision du gouvernement en faveur d’une telle ou telle firme.

95Cette utilisation de la presse est en étroite relation avec les appuis politiques, lesquels sont très liés aux propriétaires des journaux. Les hommes politiques chiliens n’hésitent pas à utiliser la tribune journalistique en faveur de l’entreprise soutenue mais aussi au profit de leurs intérêts dans les affaires. Au soutien politique s’ajoute l’utilisation d’un journal pour lancer une campagne contre le projet français du port de Valparaiso. En 1908, l’ambassadeur français à Santiago écrit :

  • 52 Rapport du 7/9/1908, ADN, Santiago du Chili, carton 77.

« Il convient cependant de mentionner que le journal La Unión, généralement peu favorable à la France, entreprend une campagne en faveur du projet de M. Cordovez Aguirre et contre nos intérêts. Si cette campagne se poursuivait longtemps, elle pourrait être à la fin nuisible aux intérêts français et suffirait peut-être à surprendre l’opinion publique, lassée par tous ces retards et revirements successifs52. »

  • 53 Rapport de 1910, ADN, Santiago du Chili, carton 74.

96Les firmes étrangères n’hésitent pas non plus à utiliser la presse et la propagande. Dans la lutte commerciale que les entreprises allemandes mènent pour maintenir leur contrôle sur l’industrie électrique au Chili, elles publient des articles, venant directement des cadres de l’entreprise ou des hommes politiques chiliens qui les soutiennent, contre les autres firmes. Dans l’affaire de l’électrification de la Première section des chemins de fer de l’État, l’entreprise française Giros et Loucher est présentée comme une firme qui n’a pas « l’envergure et les garanties suffisantes pour faire face à ses engagements53 ». Face à cela, les journaux chiliens parlent des « succès » de l’industrie électrique allemande dans d’autres pays d’Europe. L’agent de la maison française et l’ambassadeur français adressent une protestation au gouvernement chilien, mais par contre nous n’avons trouvé aucune réponse à cette campagne dans la presse chilienne.

97Cette utilisation de la presse, nous la retrouvons dans d’autres affaires, avec des concurrents différents. Dans la lutte pour décrocher le contrat de modernisation des infrastructures du port de Valparaiso, nous constatons un vif débat, très « intéressé », dans les journaux les plus importants du pays. Dans ce débat, la lutte politique et les intérêts commerciaux sont clairement mêlés. Il ne faut pas oublier que ces travaux ont une grande importance pour le développement économique du pays et que l’intérêt que représente cette affaire dépasse en importance, à cette époque, le reste des projets. À cela s’ajoutent les caractéristiques d’une période politique particulièrement trouble. L’alliance gouvernementale entre les libéraux et les conservateurs est en crise et le président P. Montt se trouve dans une situation politique très difficile.

  • 54 La Unión, 29/1/1907; 7/10/1907; 13/10/1907.
  • 55 El Mercurio, 11/9/1907; 11/10/1907; 14/10/1907.

98Dans ce contexte, le journal La Unión lance, en 1907, une campagne contre le projet Guérard. Plusieurs articles traitent du sujet des travaux du port de Valparaiso. Dans ces articles, l’aspect technique de la proposition française est constamment mis en cause ainsi que les compétences de l’ingénieur Guérard54. Contrairement au cas de l’électrification du chemin de fer Santiago-Valparaiso, le journal El Mercurio publie des articles qui répondent et nient les accusations lancées depuis le journal conservateur55.

  • 56 Rapport du 15/3/1930, ADN, Santiago du Chili, carton 80.

99Dans le cas de la création de l’aviation commerciale au Chili, les Américains utilisent la presse dans le but de dénigrer la compagnie française. L’ambassadeur français à Santiago du Chili nous renseigne sur la campagne que les Américains ont lancée dans les plus importants journaux chiliens : « Les Yankees en particulier ont, depuis longtemps, lancé dans la presse chilienne une campagne où la Compagnie Générale Aéropostale est présentée comme étant incapable d’exploiter ces lignes et ils proposent les compagnies américaines pour assurer les liaisons aériennes56. »

100Dans cette même affaire, les maisons allemandes n’hésitent pas à mobiliser d’importants moyens pour mettre en valeur la performance de l’aviation allemande. Cette mobilisation a comme objectif d’empêcher l’adjudication de la concession de la ligne aéro-commerciale à la Compagnie d’aviation créée par Louis Testart :

  • 57 Rapport de janvier 1925, ADN, Santiago du Chili, carton 79.

« À la veille d’obtenir du gouvernement chilien le décret accordant la concession à M. Louis Testart, il est arrivé une mission allemande avec trois avions de transport pour trois ou six passagers de la firme Junker qui ont fait beaucoup de vols avec de passagers et plusieurs exhibitions de toutes sortes. Les Allemands ont dépensé des sommes très fortes et ont déposé un contreprojet pour obtenir au dernier moment la concession57. »

101Après une rude lutte commerciale contre les maisons concurrentes, certaines firmes françaises réussissent à obtenir l’affaire. À ce moment-là, la phase de lancement de l’entreprise commence. Dans les pages suivantes nous allons voir comment les maisons françaises essaient de concrétiser leurs projets.

Le financement de l’entreprise : la formation des sociétés anonymes et la recherche de fonds

  • 58 Voir Lefebvre-Teillard A., La Société Anonyme au xixe siècle, Paris, PUF, 1985.

102La croissance des entreprises et leur internationalisation contribuent à de grands changements en ce qui concerne la structure juridique des entreprises et les moyens de financement et de crédit. Avec l’ère industrielle et l’apparition d’entreprises conçues pour durer, les problèmes juridiques posés par l’exercice du droit de propriété et par la responsabilité des dirigeants réels des entreprises prennent une ampleur de plus en plus grande. Après un long processus58, les pouvoirs publics admettent la société anonyme.

103Les sociétés anonymes sont régies par les lois de 24 juillet 1867, 1er août 1893, 9 juillet 1902 et 16 novembre 1903, qui prévoient les statuts de la société même et les éventuelles modifications qui peuvent y être apportées.

La création d’une société d’études : premier pas vers la société anonyme

104Dans la préparation du lancement d’une entreprise, les entrepreneurs commencent par créer des sociétés ou syndicats qui ont comme objet le financement de missions d’étude et commerciales. Ces sociétés, constituées en associations en participation, sont considérées comme nécessaires pour pouvoir lancer a posteriori l’entreprise en réduisant les risques.

105Pour l’affaire du port de Valparaiso, la Société des Batignolles constitue un syndicat d’études comprenant avec elle-même les maisons de construction et de banque Fould et Cie de Paris, Erlanger et Cie de Londres, Pauling et Cie de Londres, et Dolfus et Wiriot de Paris. À la suite des études de ce syndicat, la maison française se déclare en mesure d’exécuter les travaux du port de Valparaiso.

106Pour l’affaire de l’installation de la métallurgie du fer au Chili, on crée la Société d’études El Fierro chileno. C’est une association en participation pour poursuivre les études techniques et essayer d’obtenir du gouvernement chilien diverses concessions. Cette association a un capital de 140 000 francs divisé en 140 parts de 1 000 francs chacune et elle a une durée de deux ans. Au terme de l’existence de cette société les droits concédés par le gouvernement chilien et toutes les études techniques et financières relatives à l’affaire sont rapportés à la société formée pour réaliser l’entreprise.

La Société anonyme : l’appel aux capitaux et le contrôle de la gestion

107Les grandes entreprises françaises au Chili forment leurs sociétés anonymes sur le principe d’une association entre la banque et l’industrie. L’objectif des banques est de fournir les crédits pour les travaux, en attendant leur remboursement par les obligations émises par la suite.

108À travers la société anonyme, l’entreprise recherche l’argent auprès des capitalistes et des épargnants pour financer l’affaire. La formation de la société anonyme se réalise entre les souscripteurs et les propriétaires des actions créées au long de l’existence de la société. Mais l’argent est entièrement contrôlé par le groupe fondateur et dirigeant. Bien que ce groupe restreint n’aie pas la propriété entière du capital, il garde son entière liberté dans la gestion, c’est-à-dire dans le libre usage du capital.

109En 1907, une société anonyme pour une durée de 50 ans est créée pour lancer l’exploitation du gisement de cuivre et autres métaux à Naltagua au Chili. Elle doit assurer le traitement par tous procédés et le commerce de tous minerais et toutes opérations s’y rattachant. Le capital social est composé de 10 millions de francs, divisé en 100 000 actions de 100 francs. En outre, il est aussi créé 20 000 parts de fondateurs qui sont attribuées, en sus de 31250 actions et de 1 700 000 francs en espèces, en rémunération des apports. Parallèlement, un emprunt par obligation est lancé constitué par 6 000 obligations de 500 francs à 5 % émises en 1910. Au 30 juin 1912, il en reste 5 742 en circulation. Ces titres, remboursables au pair avant 1936 par tirages au sort annuels en février ou par rachat en Bourse. Ils sont productifs d’un intérêt annuel de 25 francs, payable par coupons semestriels les 1er février et 1er août. La répartition des bénéfices se fait à 5 % à la réserve légale, 8 % d’intérêt aux actions. Sur le surplus : 10 % au conseil d’administration. Sur le solde : 30 % aux parts de fondateur, 70 % aux actions.

  • 59 M. Compte Armand (7 %) ; J. Blanchet, ingénieur agronome (2 %) ; A. Busquet, ingénieur civil de min (...)

110La Société des hauts fourneaux, forges et aciéries du Chili se forme une fois que la Société d’études El Fierro chileno disparaît. Les apports d’argent proviennent des mêmes personnes que pour la société d’études. Nous constatons la participation de l’ingénieur A. Carbonel, promoteur de l’entreprise, avec 30 % du capital, et celle de trois établissements bancaires : la Banque Française pour le Commerce et l’Industrie qui se charge de lancer en France les valeurs de la société et les banques d’affaires Renauld de Nancy et Grandjean qui détiennent respectivement 7 %, 3 % et 4 % du capital, l’établissement industriel Schneider et Cie avec 26 % et plusieurs associés individuels qui apportent le reste du capital (30 %)59.

111La Société des Batignolles passe avec la maison Fould and Cie une convention pour la réalisation des travaux d’assainissement de la Ville de Santiago. La firme Fould and Cie se charge des opérations financières. Cette maison dirige le service financier de l’entreprise entre le Chili et l’Europe et la centralisation des sommes qui constituent le fonds de roulement de l’entreprise, en se basant sur les prévisions des besoins financiers établis par la Société des Batignolles et sur les prévisions de paiement du gouvernement chilien.

112Pour la réalisation des travaux d’électrification de la première section des chemins de fer de l’État chilien, la maison Giros et Loucher compte former une société anonyme avec l’aide du Crédit Mobilier Français et la Banque française pour le commerce et l’industrie. Cette dernière lancerait sur le marché financier de Paris, les différentes valeurs de la société, étant entendu que la garantie du gouvernement chilien répondrait aux usages pour faire l’émission financière des obligations.

113Dans le cas où la firme française remporterait l’affaire, la société qui se substituerait à Giros-Loucher serait une société anonyme française ayant son siège au Chili. Cette société serait formée sur la base du capital industriel de la maison Giros et Loucher. Le capital-actions serait, au nominal, d’environ 10 millions de francs. Le capital-obligations serait, au nominal, d’environ 70 millions de francs, divisé en 140 000 obligations de 500 francs chacune. L’intérêt et l’amortissement des obligations seraient garantis pendant les 10 premières années par l’annuité de 12 millions à recevoir du gouvernement chilien et entre les 20 et 25 années, par le produit de la vente de l’énergie électrique fournie aux chemins de fer. En raison de la différence du chiffre de recettes pendant la période « dite de garantie » et pendant la période suivante, jusqu’à l’expiration du contrat de fourniture, la plus grande partie du capital-obligations devrait être remboursée au cours des 10 premières années, le solde étant amortissable au cours des 25 années suivantes.

  • 60 Bonin H., La Banque de l’union parisienne 1874/1904-1974, Paris, Plage, 2001, p. 51.

114Dans l’affaire du Chemin de fer longitudinal plusieurs firmes et établissements bancaires fournissent le capital nécessaire pour la formation de la Société de travaux publics au Chili. Cette société « symbolise le désir des participants français de voir octroyer aux firmes de leur pays une fraction des retombées “industrielles” du projet, en échange de la contribution de l’épargne nationale60 ». Les 75 millions de francs prévus à l’origine se réduisent à la moitié. Au sein de ce groupe français, la Banque de l’Union parisienne détient 25 % du capital, la Société Générale, aux côtés de la Régie générale des chemins de fer, la firme de travaux publics (22 %), de petites banques d’affaires (Bardac, Spitzer, 10 % chacune) et la Banque Impériale Ottomane (8 %). Dans cette affaire, les intérêts français ont besoin d’élargir la capacité de placement. C’est Paribas qui conduit le syndicat auquel la Banque de l’Union parisienne est associée. Plusieurs émissions sont lancées en 1912, 1913 et 1914.

115Le financement des travaux du port de San Antonio se fait à travers la formation d’une société anonyme, la Société franco-néerlandaise, constituée pour la réalisation de l’affaire. Cette société comprend la Banque française pour le commerce et l’industrie, qui se charge de lancer les valeurs de la société à Paris, le Crédit Mobilier français, les maisons de Neuflize, Portails, Thalmann et l’entrepreneur de travaux publics A. Galtier qui sont les éléments français de la société.

116Pour le service postal aérien se constitue une société anonyme chilienne dont le capital social est composé grâce aux apports de matériel et d’argent de la Compagnie Latécoëre et aux capitaux des entrepreneurs chiliens qui s’intéressent au projet. Le capital initial est 2 500 000 de pesos qui peut s’augmenter jusqu’à un maximum de 45 000 000 de pesos. La Compagnie française apporte la quantité de 1 500 000 de pesos, tandis que le reste est constitué de capitaux chiliens. Dans le cas d’une augmentation du capital, les anciens actionnaires ont un droit de priorité dans toute nouvelle émission à la bourse de Santiago du Chili. Dans le cas où les souscriptions n’arriveraient pas à combler la partie du capital offert au public, la Compagnie Latécoëre s’engage à prendre à sa charge la partie du capital qui ne serait pas souscrit.

117Mais face aux problèmes de trésorerie du service aérien, la Compagnie Latécoëre doit rechercher, par le biais d’emprunts à court terme, les moyens financiers que la durée insuffisante de sa concession ne lui permet pas de se procurer autrement. Dans ce but, elle fait appel aux concours financier des banques de son groupe, comme par exemple le Crédit Foncier du Brésil. En fait, plus de 160 millions sont investis par ces banques soit sous forme d’avances à court terme ou de garanties, soit sous forme de participation dans le capital de la Compagnie, soit dans ceux des Sociétés sud-américaines qui mettaient à la disposition de la Compagnie leurs terrains et leurs installations.

La réalisation du projet : une entreprise française, des cadres français

118Le besoin de rationalisation des structures et des liens hiérarchiques dans l’entreprise fait que l’entreprise fonctionne sur le mode de prises de décisions concrètes aussi bien pour les décisions d’ordre général que pour la réalisation des travaux de l’entreprise.

119Les sociétés anonymes de la grande entreprise française au Chili fonctionnent sur un mode de prise de décision s’articulant autour du Conseil d’administration et de l’Assemblée Générale des actionnaires. Ces deux organes de décision doivent être formés selon les statuts de la société. Malheureusement, nous n’avons pas assez d’information pour connaître la manière dont les organes des sociétés (et dont les hommes à leur tête) dirigent les affaires. Il serait question, postérieurement, d’élargir le travail de recherche sur ce point avec le dépouillage de nouvelles sources.

Des cadres français à la tête des travaux

  • 61 Voir annexes 20 et 21.
  • 62 Barjot D., op. cit., p. 279.

120Les cadres des entreprises françaises au Chili sont tous d’origine française. Ils sont employés61 par les sociétés qui procèdent à la réalisation de l’affaire. Néanmoins, dans tout le processus de formation et de mise en place de l’entreprise, deux cultures techniques complémentaires se côtoient : celle des maîtres de l’ouvrage qui possèdent un haut niveau scientifique et un haut degré de participation à l’administration et qui, comme nous l’avons vu dans le premier point de ce chapitre, assurent la représentation de l’entreprise, et, d’autre part, celle des ouvriers qualifiés travaillant pour l’entreprise et qui représentent « un noyau d’ouvriers d’élite qui se transmettent, par métier et de père en fils, un savoir-faire éprouvé62 ».

121La direction technique et administrative des chantiers du chemin de fer longitudinal réalisée par la Régie générale de chemins de fer est assumée par les ingénieurs de la société française. M. Courau, ancien Directeur général de la Compagnie des chemins de fer de la province de Santa Fé en Argentine, est le représentant en chef de la société française dans l’affaire. Les ingénieurs Garcia, Michel et Bonnet forment le groupe dirigeant de l’entreprise au Chili.

122Pour la direction de l’entreprise des travaux d’assainissement de la capitale chilienne, un comité formé par des ingénieurs de la maison de travaux publics et des représentants de la firme financière, fonctionne sous la direction supérieure de la Société des Batignolles pour ce qui concerne les travaux et de Fould and Cie pour les opérations financières.

123La Société des Batignolles envoie sur place l’ingénieur civil des mines Roland Gosselin, administrateur de la société. Il se rend au Chili pour inspecter et contrôler la réalisation des travaux du réseau d’égouts de la ville de Santiago du Chili. Il dirige le recrutement des ingénieurs, des chefs de chantier et des employés qui travaillent à l’entreprise. La société française fixe leurs attributions, traitements, gratifications et primes. Les postes de direction des chantiers sont occupés par des employés français appartenant à la Société des Batignolles. Pour d’autres postes et d’autres travaux de moindre importance la société française conclue des marchés avec de sous-traitants et tâcherons chiliens aux prix et conditions qu’elle juge convenables.

Les investissements de l’entreprise française au Chili : une faible influence sur la progression des exportations françaises

124Entre 1880 et 1929, les capitaux français au Chili sont investis généralement dans les entreprises de travaux publics, dans les exploitations agricoles, dans la moyenne et petite industrie et dans l’industrie minière.

Les travaux publics : entre les défaites face à la concurrence et les placements d’argent français sans retombées commerciales pour la France

  • 63 Dès 1872, Gustave Eiffel enlève d’intéressants marchés au Chili et depuis 1889, Schneider et Cie o (...)

125Dès les années 1870, il existe une présence des firmes françaises de génie civil au Chili63. Jusqu’au début du xxe siècle, ces affaires restent cependant modestes. L’activité des firmes françaises se partage alors entre travaux d’équipement portuaire et chantiers urbains.

Le wharf d’Iquique : des produits de base français qui ne trouvent pas d’acheteur

126La ville d’Iquique connaît, à la fin du xixe siècle, un grand développement économique grâce à l’exploitation et au commerce du nitrate. Une île plate, située à 500 mètres de la côte, met à l’abri contre les vents du Sud une rade où mouillent les navires qui viennent charger le nitrate. À cette période, le gouvernement chilien n’envisage pas la construction d’un port qui assurerait aux vaisseaux une certaine sécurité contre les tempêtes. Les usines, la plupart des bateaux qui transportent le nitrate, les appontements, les chemins de fer et les entrepôts du port appartiennent aux entrepreneurs anglais.

127Le développement économique de la ville n’amène aucun changement du système de chargement des bateaux. Celui-ci garde plutôt son caractère rudimentaire. Les sacs de nitrate sont transportés à dos d’homme, sur de petits môles en bois, de l’entrepôt dans le chaland, qui les conduit jusqu’au navire. Et là, quand la mer le permet, on les hisse à bord. La construction d’un appontement en fer devrait permettre de rendre plus sûr l’accostage des bateaux les plus forts et d’améliorer les conditions tout en réduisant le temps du chargement du nitrate.

128À la fin des années 1880, l’ingénieur chilien, Orrego Cortés reçoit du gouvernement chilien (sans privilège d’ailleurs) une concession de terrains sur le bord de la mer pour la construction d’un wharf. Dès que les maisons anglaises d’Iquique connaissent l’adjudication de deux cents mètres de rivage à Orrego Cortés, elles s’empressent d’y bâtir des magasins pour ne plus laisser un mètre de littoral libre.

129L’ingénieur chilien part à Paris, à la recherche d’un entrepreneur et de capitaux nécessaires à la réalisation des travaux. Il trouve en la personne du fils d’un ancien consul français au Chili, G. Aninat (dont nous n’avons plus d’information), l’entrepreneur pour le lancement de l’entreprise. Comme représentant d’Orrego Cortés, G. Aninat contacte quelques industriels français pour leur proposer l’affaire.

130En 1888, la Société franco-chilienne du wharf d’Iquique est constituée. La possibilité d’enlever une partie du commerce du nitrate aux maisons de commerce anglaises incite la Banque de Paris et des Pays-Bas à accepter les titres, les plans et les devis de l’ingénieur chilien. Schneider et Cie assure son concours sans réaliser une véritable étude de l’affaire sur place, et sans tenir compte du contrôle anglais des ressources nitrières d’Iquique.

  • 64 Bellessort A., op. cit., p. 77.

131Le contrat signé avec G. Aninat apporte à la Société « l’usage et la jouissance pendant vingt ans, à compter des trois années accordées pour l’achèvement des travaux, de deux cents mètres de rivage dans le port d’Iquique, afin d’y construire et d’y exploiter un quai, môle ou wharf d’embarquement et de débarquement64 ». Ce contrat apporte aussi le bénéfice de tous traités, marchés, conventions passés ou à passer. Le môle aurait cinq mètres de long sur vingt de large et se composerait d’une jetée en enrochement de deux cent quarante mètres et d’une partie métallique de deux cent soixante mètres. Le prix des travaux est fixé à quatre millions de francs. Pour la réalisation de l’enrochement, le Creusot signe à G. Aninat un traité à forfait d’un million de francs.

132À la fin de 1888, G. Aninat, accompagné d’un personnel d’ingénieurs et de contremaîtres recrutés par lui, ainsi que d’un représentant de la Société franco-chilienne du wharf d’Iquique, part au Chili pour étudier l’affaire sur place. Le Creusot envoie en même temps des rails, des wagons et des machines pour préparer le commencement des travaux à réaliser. Mais une fois sur place, ils se rendent compte que le prix des travaux de construction du môle s’élèverait au moins à sept millions de francs, au lieu des quatre qui avaient été prévus. Immédiatement Schneider et Cie commissionne un de ses ingénieurs, J. Fliche, pour l’étude de l’affaire d’un point de vue théorique. On lui adjoint un ancien capitaine de la maison Bordes, F. Voisin, pour toutes les questions pratiques du mouillage des navires.

133Les maisons anglaises avaient reçu le mot d’ordre du comité de Londres de boycotter l’entreprise française. Et lorsque les bateaux transportant l’envoi du Creusot essayent de débarquer les engins, elles s’y opposent catégoriquement : la totalité des môles en bois de la rade d’Iquique sont leur propriété particulière.

134Le problème de l’enchérissement des travaux et l’impossibilité de contourner le monopole anglais du commerce du nitrate sans retirer aux maisons anglaises l’autorisation gouvernementale d’embarquer leur nitrate autrement que par la voie de la Société franco-chilienne, font que Schneider et Cie arrête les frais et que l’entreprise ne se réalise pas.

La modernisation du port de Valparaiso : un marché de plus pour les produits anglais

  • 65 Valeur des importations par le port de Valparaiso (en millions de pesos or 18 pences) : Source : El (...)

135Valparaiso est le centre commercial du Chili. La plupart des opérations de change, de ventes et d’achats de traites sur l’Europe et les États-Unis sont réalisées à Valparaiso. Les sièges sociaux des principales banques étrangères ainsi que les grandes maisons de commerce en gros et les nombreuses maisons de vente au détail sont localisées à Valparaiso. Même si l’exportation est surtout réalisée par les ports des régions minières du nord, il faut remarquer que la valeur des importations par le port de Valparaiso est la plus importante du Chili65

  • 66 En 1852, Buenaventura Sanchez présente un projet en demandant la concession d’un môle et d’une dars (...)

136Au début du xxe siècle, le gouvernement chilien, après quelques projets présentés auparavant66, envisage sérieusement la modernisation et l’élargissement du port de Valparaiso. Cette amélioration est nécessaire pour pouvoir absorber tout le mouvement réel de marchandises et l’augmentation possible de ce mouvement grâce à la prochaine ouverture du Canal de Panama qui laisse Valparaiso plus près de New York que Buenos Aires de deux jours. Ceci ne peut que valoriser les ports chiliens du Pacifique.

137En 1903, le gouvernement chilien forme une commission pour réaliser des études dans le port de Valparaiso avec l’idée d’en réaliser les travaux de modernisation. La commission, sous la direction de l’ingénieur hollandais Krauss, procède dans la baie à de nombreux sondages, à des relevés et à des études minutieuses. À la suite de ces travaux, le gouvernement chilien présente le 14 janvier 1904 un projet de loi relatif à l’exécution du plan Krauss. Après des discussions stériles, l’étude finit par rester dans les cartons du ministère des Finances.

138En 1907, l’ingénieur A. Guérard présente, au nom de la Société de construction des Batignolles, un projet de port artificiel avec la construction d’un brise-lames et d’un môle de longueur variant entre 1 000 et 1 500 mètres. Le gouvernement chilien constitue une commission d’information sur la proposition de l’entreprise française. Le 19 juin de la même année, le président de la République, P. Montt, signe un décret concédant à la Société de construction des Batignolles, la construction et l’exploitation du port de Valparaiso. En même temps, le projet Guérard est choisi pour la réalisation des travaux. La lutte politique qui secoue le pays pousse le Congrès à prendre la décision de ne pas approuver le décret présidentiel. En 1909, lassée par les intrigues politiques, les changements techniques des commissions et les grandes dépenses réalisées dans l’étude (plus de 25 000 £ sterling), la préparation du projet de A. Guérard, et l’entretien pendant plus de deux ans de ses techniciens et représentants au Chili, la Société des Batignolles décide de ne plus s’intéresser à l’affaire.

  • 67 Soumissions présentées pour les travaux du port de Valparaiso :

139Deux ans plus tard, le président en fonction, E. Figueroa, nomme une commission formée de quatre ingénieurs chiliens chargés d’établir un plan définitif, déposé le 14 février 1911. Ce plan prévoit l’exécution d’un bras de 700 mètres de long. Le 22 septembre 1911, le gouvernement chilien ouvre les soumissions qu’il demande à différents pays d’Europe et aux États-Unis. Mais il n’y a pas de firmes intéressées par la construction du port de Valparaiso. On prétend que les études du projet de la commission sont incomplètes et manquent de précision. Le 20 avril 1912, on procède à l’ouverture des plis. Quatre concurrents seulement se présentent dont la maison française Galtier qui, profitant de sa concession du port de San Antonio, essaie de décrocher l’affaire. Grâce à la pression des représentants de la firme et à un projet moins cher67, les propositions de la maison Pearson and son Ltd de Londres sont acceptées pour l’exécution des travaux de Valparaiso, en conformité avec les suggestions de la commission. Le contrat est signé le 11 mai 1912.

L’électrification de la première section des chemins de fer de l’État chilien : le marché chilien fermé aux produits de l’industrie électrique française

140Valparaiso et Santiago sont les villes les plus importantes et les deux plus grands marchés du pays. Nous avons vu dans le deuxième chapitre que ces deux villes connaissent un fort accroissement de leur population. Si Valparaiso est la capitale économique du pays, Santiago en est le centre administratif de décision. La population de cette dernière constitue le marché le plus important du pays et absorbe une grande quantité des importations des produits manufacturés. La réduction des taxes de transport et la diminution du temps du voyage entre ces deux villes, font de la modernisation du réseau de communication ferroviaire une affaire importante pour l’économie chilienne.

  • 68 L’entreprise de la ligne Santiago-Valparaiso est lancée au début des années 1850 avec l’aide de cap (...)

141En 1903, l’ingénieur irlandais R. Seaver arrive au Chili, au nom des firmes Rothschild and Wernher Beit, pour étudier quelques affaires minières. L’ingénieur fait remarquer au gouvernement chilien les grandes difficultés dans les services des chemins de fer, spécialement dans la section de Santiago du Chili à Valparaiso et dans les tronçons de Los Andes, et il indique l’opportunité de substituer la traction électrique à la traction à vapeur68

  • 69 La soumission comporte l’électrification de la ligne : câbles primaires le long du chemin de fer, s (...)

142Au cours de l’année 1908, de leur propre initiative, les sociétés anonymes Westinghouse italienne et Giros et Loucher, proposent un projet au gouvernement du Chili. Une commission spéciale d’information est nommée en août 1909. Celle-ci approuve le projet, aussi bien pour la partie technique que pour la partie financière. Mais au moment où le gouvernement chilien entreprend les contacts avec la firme italo-française, la maison allemande Siemens-Schuckert se lance dans un projet identique. Pour obtenir toutes les garanties, elle exige du gouvernement un concours public qui lui sera accordé69.

143La commission du gouvernement prévoit une augmentation annuelle de 5 % du trafic ferroviaire de la ligne Santiago-Valparaiso. Cette augmentation occasionnée par la construction du port de San Antonio serait la conséquence de la croissance des flux commerciaux dans la région de Santiago. Les études de la commission montrent que la ligne serait saturée en 1915. La saturation provoquerait des restrictions dans les mouvements de marchandises dans l’accumulation du matériel de transport ainsi que dans la charge à transporter. Et, pour finir, les bénéfices de l’exploitation de la ligne diminueraient.

144Tenant compte des remarques faites par la commission, le gouvernement chilien prévoit l’engagement des travaux de l’électrification, l’acquisition à prix forfaitaire des locomotives électriques et d’autres matériaux nécessaires, et la construction du réseau des stations productrices d’électricité. Ces stations resteraient aux mains du soumissionnaire lequel vendrait à l’État chilien, l’électricité produite dans les stations.

  • 70 Le nouveau projet change les conditions des travaux prévus en 1910. Au lieu de réaliser le paiement (...)

145Le 29 août 1910, le gouvernement chilien présente à la chambre son projet de loi. Le président de la République, Pedro Montt, croit pouvoir procéder au concours public ainsi qu’à la signature du contrat pour l’électrification. Le projet de loi est immédiatement transmis aux deux commissions parlementaires de l’Industrie et des Travaux publics. Quelques mois après, en novembre de la même année, la discussion sur le projet de loi commence. Cette discussion est ajournée jusqu’à la fin de l’année à cause de la situation politique, c’est-à-dire, jusqu’aux élections présidentielles suivantes. En décembre 1911, la commission technique informe des propositions des deux maisons. Cinq mois plus tard, une nouvelle commission commence à étudier la partie économique des propositions présentées. Mais à la fin 1912, le nouveau gouvernement publie un décret annulant ces propositions. Ce n’est que le 18 janvier 1913 que la chambre des députés approuve enfin le projet de loi70. Or, la période de guerre stoppe les démarches. Après la guerre, le gouvernement chilien ouvre à nouveau les soumissions pour l’électrification mais la maison française Giros et Loucher, plus intéressée par le marché national, ne se présente pas. Parallèlement, la maison française de Westinghouse, dans le cadre d’une stratégie d’expansion plus agressive de la firme en Amérique latine, cède la place à la maison américaine de Westinghouse.

La construction du Chemin de fer longitudinal : participation française, produits anglais

146En 1910, la Banque de l’Union Parisienne est confrontée au projet de la construction du « Chemin de fer longitudinal du Chili (Southern Section) » entre Santiago du Chili et Puerto-Montt. Cette entreprise vise à la mise en valeur des contrées du sud du pays. Mais la grande influence dont les hommes d’affaires britanniques jouissent dans le milieu politique et économique chilien (grâce à l’utilisation des emprunts comme arme financière) empêche le projet français de l’emporter. Les banques anglaises obtiennent la concession la même année et mènent l’affaire derrière Schröder et divers financiers.

147Toutefois, en novembre 1910, la Banque de l’Union Parisienne joue, avec le groupe de travaux publics Vitali (Régie générale des chemins de fer), un rôle actif en tant que cofondatrice de la Société de travaux publics au Chili qui gère les chantiers sur la ligne, au nom d’une fédération d’industriels et de banquiers anglais et français. D’après une dépêche de 1911 de l’ambassadeur de France à Santiago du Chili : « Une grande partie des fournitures pour les travaux et le matériel ferroviaire provient néanmoins de la Grande-Bretagne ».

Le port de San Antonio : entrepreneur français, matériaux hollandais

  • 71 Trafic comparé entre les deux ports (en tonnes) : Source : Rapport de 1921, ADN, Santiago du Chili, (...)

148La municipalité de Santiago du Chili avait, depuis la fin du xixe siècle, l’intention de créer dans la baie de San Antonio, à quelques kilomètres au sud de Valparaiso, un port de première classe. À la fin des années 1900, les représentants de San Antonio soutenus par quelques propriétaires de terrain et par un certain nombre de parlementaires amènent le Congrès à prendre en considération le projet de travaux à effectuer dans cette baie pour l’aménager en port de mer. Ce projet est élaboré en vue d’adjudications et fait partie de celui de Valparaiso, mais l’absence de soumissions pour ce dernier dans l’appel d’offres de 1911 a pour résultat l’adjudication à part des travaux de San Antonio. Le port de San Antonio est présenté comme un auxiliaire de celui de Valparaiso. Il devait servir qu’à l’importation de marchandises lourdes, telles les combustibles solides et les matériaux de construction qui, à Valparaiso, en raison de l’augmentation du trafic71, n’auraient fait qu’encombrer les quais et congestionner le port.

149L’entrepreneur de travaux publics Auguste Galtier entretient d’étroites relations avec l’ingénieur hollandais G. Kamp, qui avait travaillé pour le gouvernement chilien dans la commission Krauss. Grâce à G. Kamp, l’entrepreneur français s’intéresse au projet de construction du port. Il s’adjoint le concours de la Société hollandaise de travaux en béton armé de La Haye et de quelques maisons françaises afin de pouvoir présenter un projet pour les travaux du port de San Antonio.

  • 72 Soumissions présentées pour les travaux du port de San Antonio :

150L’appel d’offres sur la base de 10 441 957 de pesos a lieu en août 1911. Les propositions pour le port de San Antonio sont acceptées le 22 septembre 1911, parmi cinq soumissions présentées72. La construction du port conformément au projet de la commission des ports, doit être réalisée en 4 ans moyennant la somme de 9 700 000 de pesos. Les travaux commencent dès le début de 1912. Il s’agit de fait de la construction de deux brise-lames de 700 et 100 mètres. Après de graves difficultés financières occasionnées par le début de la guerre, les travaux se terminent en 1918.

Des travaux et des matériaux français pour l’assainissement de la ville de Santiago du Chili

151La capitale du Chili double à peu près sa population en vingt ans (1885 : 189 000 hab. ; 1907 : 332 000 hab.). Cela oblige la municipalité et le gouvernement chilien à programmer une série de travaux d’aménagement urbain pour adapter la ville aux besoins créés par la croissance de la population.

152En 1903, le gouvernement chilien lance un emprunt qui a pour objet de financer les travaux d’assainissement de la capitale, c’est-à-dire la construction de canalisations, le pavage des rues et l’amélioration du service en eau potable. Il décide en même temps de mettre en adjudication la totalité de ces travaux.

153Au cours de la même année, la Société des Batignolles et MM. Fould and Cie passent un accord pour préparer l’adjudication. Elles présentent, à la commission gouvernementale un projet qui est accepté par le gouvernement et la municipalité de la ville de Santiago du Chili. Les travaux commencent le 1er juillet 1905. L’ensemble du projet montre l’importance de ces travaux : 45 km de collecteurs et d’émissaires, 300 km de canalisation de décharge, 35 km de canalisation de lavage, 11 km de canaux à ciel ouvert, environ 190 km de conduites en fonte, 3 000 robinets-vannes de tous diamètres pour l’eau potable. Les travaux doivent s’effectuer dans quatre zones. Les deux premières, représentant plus de la moitié de la totalité du travail, sont livrées successivement à l’exploitation, la première en novembre 1907, et la deuxième en août 1908. Quant aux deux autres zones, elles sont livrées en septembre 1909, et en décembre 1909.

154La Société des Batignolles se charge de diriger l’exécution proprement dite des travaux et des fournitures de l’entreprise. Il s’agit de tous les rapports avec le gouvernement chilien et la municipalité de Santiago en vue de l’exécution des travaux et des fournitures. La Société française passe tous les marchés relatifs à la fourniture de matériel, des matières et des matériaux dont la moitié environ (1 500 000 de francs) sont achetés en France.

1914-1929 : le départ des entreprises de travaux publics françaises

155Face à la poussée américaine, les firmes françaises de travaux publics doivent abandonner la majeure partie des positions acquises par elles en Amérique latine :

  • 73 Barjot D., op. cit., p. 1080.

« L’impossibilité de reconquérir les positions perdues ne tient donc pas au déclin de la technique des entreprises françaises de travaux publics. En fait, elles sont victimes des malheurs du franc, du recul de la puissance financière française ainsi que de l’affaiblissement de la banque nationale73. »

L’aviation commerciale : des achats de matériel aéronautique français

156Avant la Première guerre mondiale, le gouvernement chilien estime que les besoins immédiats du pays sont, avant tout d’ordre militaire. Ainsi l’aviation pénètre au Chili. Au début de 1913, le Sénat et le Congrès chiliens votent successivement un crédit de 750 000 pesos pour procéder à l’organisation du service d’aéronautique militaire et fonder une école destinée à former le personnel de ce service.

  • 74 Le temps moyen de transport du courrier est estimé à 17 jours pour une lettre de France à Rio de Ja (...)

157Un des plus importants courants de transport postal du monde entre l’Europe et l’Amérique du sud se manifeste à cette période. Les chemins de fer traversant la Cordillère des Andes et reliant le Chili à l’Argentine et à la Bolivie ne permettent que des communications lentes74. Après la guerre 14-18, le gouvernement chilien projette la création d’un service postal aérien et il donne à L. Testart la concession du monopole du service. L’échec du projet de L. Testart, dont nous parlerons dans le prochain chapitre, fait que le gouvernement chilien se refuse à accorder toute concession monopolistique en matière d’aviation commerciale. À partir de ce moment, le Chili accepte les services de toute compagnie d’aviation qui désire y travailler, mais sans créer un régime de liberté absolue pour l’installation de la navigation aérienne. Ainsi les entreprises qui s’intéressent au marché chilien doivent-elles être soumises à l’autorisation de la Direction de l’Aviation du Chili.

158En 1927, la Société Latécoëre signe un accord avec L. Testart, propriétaire de la ligne chilienne d’aviation commerciale. Ce dernier cède tous ses droits à la société française. Les dirigeants de la société comptent intensifier les services postaux aériens au Chili et entreprendre l’exploitation de nouvelles lignes, notamment celles de Temuco-Santiago du Chili-Valparaiso et d’Iquique-Santiago du Chili. Ils étudient également la possibilité de prolonger jusqu’à la capitale chilienne les services aériens d’Europe-Buenos Aires, pour réaliser une liaison postale directe entre la France et le Chili.

  • 75 Concession pour plus de 10 ans de l’exclusivité de fait du transport du courrier aérien à destinati (...)

159Une fois le contrat avec L. Testart signé, la Compagnie Latécoëre présente au gouvernement un projet pour créer au Chili, un réseau postal aéro-transatlantique. La compagnie inaugure le service de la ligne Buenos Aires-Europe à la fin de 1927 tout en ayant l’idée de se substituer à L. Testart dans l’exploitation de la concession. Elle ne peut malheureusement réussir à obtenir du gouvernement chilien ni l’autorisation de transfert nécessaire, ni la mise en œuvre au nom même de L. Testart, lequel avait consenti à jouer le rôle d’homme de paille. En février de l’année suivante, la Compagnie Latécoëre signe une convention par laquelle le gouvernement chilien consent à se relier à la ligne aéropostale unissant la France et l’Argentine. La firme française obtient une concession sans monopole, mais qui lui assure pourtant un droit préférentiel pour le transport du courrier75. Pour rédiger le contrat de collaboration avec le gouvernement chilien, la Compagnie Générale Aéropostale est créée. La création de celle-ci s’accompagne de l’achat de matériel aéronautique français pour une quantité de 370 000 francs, en 1928 et de 476 000 francs, en 1929.

160En août 1929, la Compagnie Générale Aéropostale commence le service direct entre le Chili et l’Europe. Au début des années 1930, la subvention accordée par l’État français est supprimée à cause des mauvais résultats économiques de l’entreprise. À cette décision s’ajoute le développement de la concurrence d’autres compagnies occidentales. La Pan-American Airways, qui bénéficie du soutien et de la subvention du gouvernement de Washington, essaie de drainer tout le courrier des états côtiers et d’installer aussi une base en Guyane britannique pour le transit du courrier d’Europe. Les Allemands essayent parallèlement d’établir un service régulier depuis Santiago du Chili à l’aide des dirigeables « zeppelin ».

161Le 28 mars 1931, la Compagnie Générale Aéropostale dépose son bilan. En avril 1931, le tribunal de commerce chilien en accepte la liquidation judiciaire. La convention intervenue entre le ministre de l’air français au nom et pour le compte de l’État, et la société centrale pour l’exploitation des lignes aériennes est approuvée le 1er juin 1933. La convention regroupe en une société unique, les diverses lignes françaises de navigation aérienne.

L’industrie française au Chili : l’entreprise familiale à la base de la demande de biens d’équipement français

162La majorité des entreprises industrielles françaises est de taille petite ou moyenne. Ces entreprises ont été fondées par des émigrés français qui restent au Chili mais conservent leur nationalité d’origine. Les premiers investissements miniers français débutent probablement après 1870 et se développent à partir de la première décennie du xxe siècle. Au début du xxe siècle, la société Schneider et Cie essaie de s’implanter physiquement au Chili au moyen de sa participation dans la création de l’industrie métallurgique chilienne.

L’entreprise familiale et ses liens avec la France

163Ce sont des entreprises individuelles à caractère familial pour la plupart, qui se constituent par association simple, sans contrat ou en commandite. L’entrepreneur français maintient des liens très étroits avec la métropole. Ils lui servent à s’approvisionner en France en produits nécessaires au développement de son entreprise au Chili.

Les années 1920 : la rupture progressive des liens avec la France et la « chilinisation » des capitaux français

164Pendant les années 1920, la plupart des Français installés au Chili sont devenus Chiliens, et le flux des capitaux se réduit fortement au sein de la colonie française :

  • 76 Étude du Mémorandum n° CD 89 du 23/7/1929, 7/8/1929, ADN, Santiago du Chili, carton 65.

« En outre, à quelques exceptions près, les capitaux français au Chili profitent surtout à ce pays, nos compatriotes préférant généralement les réemployer sur place afin d’éviter les lourdes charges fiscales dont ils seraient frappés en France. Ils finissent par faire proprement partie des capitaux chiliens76. »

  • 77 « Fonder une maison c’est bien, la faire prospérer c’est mieux, mais l’abandonner quand son existen (...)

165Cette réduction des investissements français est parallèlement due aussi à l’abandon de l’activité commerciale de la part de certains entrepreneurs français au Chili pour une vie paisible obtenue grâce aux bénéfices gagnés pendant l’exploitation de l’entreprise77. Ce déclin de la petite et moyenne industrie familiale française réduit l’élasticité de la demande de produits d’équipement provenant de France.

L’échec de l’exportation de technologie : les Hauts fourneaux, Forges et Aciéries du Chili

166À la fin du xixe siècle, le gouvernement chilien veut développer l’industrie sidérurgique nationale. En 1902, il crée une mission chargée d’étudier la construction d’une usine métallurgique. Cette mission contacte l’ingénieur A. Carbonel, en relation étroite avec Schneider et Cie, pour lui proposer l’affaire. En 1904, l’ingénieur français accepte de se charger de l’affaire. Le 5 mai 1904 se constitue un syndicat pour mener à terme les études techniques et obtenir du gouvernement chilien des primes et des concessions qui garantissent de bons intérêts aux capitaux investis. En juillet 1904, A. Carbonel présente au ministère de l’Industrie et des Travaux publics chilien, au nom du syndicat, une proposition pour construire au Chili, un établissement sidérurgique.

167Le 11 octobre 1905, la loi n° 1768 autorise le président de la République chilienne à signer un contrat avec M. Carbonel. Ce contrat envisage l’installation d’un établissement sidérurgique, des primes de production, une garantie d’intérêt pour le capital payé en obligations et la concession gratuite de 100 ha de terrain pour l’emplacement de l’établissement avec le droit d’exploiter 80 ha des forêts de l’État pendant 30 ans.

  • 78 Statuts de la Société anonyme hauts fourneaux et aciéries du Chili.

168En 1906 est créée la Société des hauts fourneaux, forges et aciéries du Chili avec un capital social de 7 millions de francs. Le 6 mars 1906, les statuts de cette société sont déposés à Paris. Ces statuts nous précisent que l’objet de la société est la création et l’exploitation d’usines sidérurgiques au Chili, l’amodiation, l’achat et l’exploitation de mines de toute nature, la location, l’achat et l’exploitation des forêts de l’État et des particuliers, la création, la location, l’acquisition et l’exploitation de tous les moyens de transport utiles à l’exploitation des mines, des forêts et des établissements industriels de la Société, le traitement et la vente des produits des dits mines, forêts et établissements, l’exploitation de toutes les industries pouvant s’y rattacher, et généralement toutes opérations commerciales, industrielles, agricoles et financières, mobilières et immobilières se rapportant à l’affaire78.

  • 79 « Situation commerciale et industrielle du Chili en 1909. Mouvement général des échanges » dans Rap (...)

169Le 27 mars 1908, la Société décide la construction de l’usine de Corral. C’est la firme Schneider et Cie qui participe à la création de la Société et qui se charge de la construction de hauts fourneaux à acier, à Corral, près de Valdivia, dans le Chili central, au cœur de la région forestière des lacs et des volcans, dans une province très boisée près du port de Coronel. Le fer provient des mines de Tofo et Taltal. Un premier fourneau est allumé en février 1910. Il est chauffé au bois, préalablement séché par des expositions à l’air, et n’est fonctionne que par intermittence79. Mais, il s’avère bientôt que le charbon chilien se prête difficilement à la fabrication du coke métallique. C’est donc cause de ces difficultés que le fourneau est définitivement éteint en 1911.

170La Société française des hauts fourneaux, forges et aciéries du Chili échoue dans son but de créer l’industrie métallurgique chilienne. Les difficultés pour la mise en marche du fourneau et l’arrêt postérieur, avant la Première guerre mondiale, des activités du site industriel de Corral entraînent l’échec de la société française Schneider et Cie dans son idée d’implanter solidement ses produits dans le marché chilien.

171En 1926 est créée la société anonyme chilienne Compañía Electro Siderúrgica e Industrial de Valdivia laquelle a pour objectif l’implantation au Chili, de l’industrie sidérurgique. La Société des hauts fourneaux, forges et aciéries du Chili s’incorpore à cette société chilienne en apportant ses biens meubles et son équipement du site de Corral ainsi que les concessions fiscales octroyées par le gouvernement chilien.

172L’entreprise française va jouer désormais un rôle secondaire participant seulement à la société (10 % des actions). L’entreprise américaine, J.-G. White Engineering Corporation (The Engineers Corporation en Amérique du Sud), se charge de la direction technique et de la construction des travaux hydrauliques et de l’adaptation des installations du site industriel de Corral. En même temps, la nouvelle industrie sidérurgique chilienne est équipée de hauts fourneaux électriques et de raffinage Siemens Martin provenant des États-Unis.

L’industrie minière du cuivre : des achats de matériel anglo-saxon

173Au début du xxe siècle, on trouve au Chili la Société Française des Mines de Cuivre de Naltagua au capital de 8 900 000 de pesos. C’est à El Monte, dans la province de Santiago, que se situent le domaine minier et l’usine de cuivre de l’entreprise française. Les mines de Naltagua, qui sont échelonnées sur une longueur de 5 kilomètres, comptent 318 concessions qui couvrent une superficie totale de 1390 hectares. La Société exploite également des produits calcaires, ferrugineux et porphyriques utilisés comme fondants. Jusqu’en 1917, l’usine travaille avec deux Water-Jackets ayant respectivement une capacité de 200 et de 350 tonnes par jour. En 1906, est créée la Société de Mines Chañaral au capital de 11 340 000 de pesos. Un an plus tard, la Société de Mines de Cuivre Catemu est fondée au capital de 18 900 000 de pesos. Ces sociétés possèdent des concessions de terrains miniers et des fonderies.

  • 80 Rapports de 1910 et 1911, ADN, Santiago du Chili, carton 69.

174Pour cette période, nous n’avons malheureusement pas de chiffres qui nous donnent la valeur exacte des achats de machines et de matériel industriel que ces compagnies françaises réalisent. Grâce aux documents diplomatiques80, nous savons cependant que si le matériel des chemins de fer des exploitations minières provient de Grande-Bretagne, les machines pour les usines proviennent, elles, des États-Unis.

175Au début des années 1920, les investissements français dans l’industrie minière au Chili s’effectuent essentiellement dans la production du cuivre (88 %). Le reste des investissements est dirigé vers l’industrie du nitrate et les mines de charbon. En 1919, le montant est de 4 700 000 de pesos, soit 8 601 000 de francs (1,5 % du total des investissements français au Chili), investis dans l’industrie du nitrate et de 2 000 000 de pesos, soit 3700000 de francs, dans les mines de charbon (0,06 % du total des investissements français au Chili). Dans l’industrie du nitrate presque toutes les machines viennent des États-Unis et de la Grande-Bretagne.

176La Société des mines de cuivre de Naltagua nous montre l’exemple du manque d’achats de biens d’équipement français par les industries minières françaises du Chili. Au début des années 1920, cette entreprise française est équipée de deux nouveaux Waters-Jackets, de deux fours à réverbères, d’un convertisseur Pierre Smith et de six petits convertisseurs provenant des États-Unis et d’Angleterre. La production de cuivre de la Société des mines de cuivre de Naltagua est vendue aux États-Unis et en Grande-Bretagne par la compagnie minière chilienne Disputada de las Condes.

  • 81 Rapport du 1/9/1921, ADN, Santiago du Chili, carton 70.

177Cette situation pousse l’ambassadeur français, à affirmer que « les groupements français au Chili sont inopérants, leurs efforts ne concourent pas toujours à la protection et au développement du commerce de leur patrie81 ».

Les entreprises agricoles : une demande presque inexistante en produits français

178D’après les rapports diplomatiques de l’ambassade de France à Santiago du Chili, les entreprises agricoles françaises représentent 35,3 % des investissements français dans le pays en 1902 et 20,2 % en 1925. Entre 1880 et 1929, la presque totalité des entrepreneurs agricoles français du Chili n’ont pas l’habitude d’acheter leur matériel agricole en France.

179Entre la fin du xixe siècle et le début du xxe, une partie des ressortissants français qui s’installent au Chili créent des exploitations dans l’agriculture et l’élevage. Celles-ci se trouvent, en partie dans les régions de colonisation situées dans le sud du pays et varient par rapport à leur taille. À côté d’exploitations importantes, assez mécanisées, nous pouvons trouver en effet de plus petites destinées à la consommation familiale. En 1901, les investissements français des 72 entreprises agricoles situées dans la province de Malleco s’élèvent à 1 201 480 de pesos, soit 2 222 738 de francs.

  • 82 Ibidem.

180Bien qu’il y ait un noyau d’entreprises agricoles françaises, l’analyse de l’ambassadeur français nous montre, que traditionnellement, « les agriculteurs ou éleveurs français du Chili sont absolument inexistants pour ce qui est de l’échange commercial franco-chilien absolument82 ».

  • 83 Ibid.

181Face à ce manque d’intérêt pour les produits venant de France, « seuls les viticulteurs font venir leurs installations de France83 ». Le processus de modernisation des procédés de production dans les domaines viticoles suppose la fourniture d’un matériel viticole et de machines pour la vinification qui sont achetés en grande partie en France.

Le lancement et l’exécution d’une grande entreprise française au Chili

Le lancement et l’exécution d’une grande entreprise française au Chili

Notes

1 Dans les années 1850-1860, on tirait aisément 6 à 8 % du placement de capitaux en France. À la fin du xixe siècle, on s’estimait fort heureux de gagner 3 %, Bouvier J., Initiation au vocabulaire et aux mécanismes économiques contemporains, Paris, SEDES, 1977, p. 249.

2 Ibidem, p. 250.

3 Voir Barjot D., La grande entreprise française de travaux publics de 1883 à 1974, Th., Histoire contemporaine, Paris IV, 1990, p. 285-385; Sauvy A., op. cit., vol. I, p. 6-22.

4 Barjot D., op. cit., p. 331.

5 « Nous relevons, dans une revue française, l’information que le Conseil de Travaux Publics du Gouvernement chilien étudie un projet pour la construction d’un chemin de fer transandin de San Bernardo à El Volcán, qui se reliera aux lignes argentines », lettre de la Société Universelle d’Explosifs à l’ambassadeur de France à Santiago du Chili, 4/7/1913, ADN, Santiago du Chili, carton 75.

6 ANR, 89 AQ 1526 à 1581.

7 ADN, Valparaiso, carton 19.

8 « J’ai eu connaissance d’un décret du ministère de l’Industrie et des Travaux Publics publié dans le journal officiel pour lequel se demandent des nouvelles soumissions pour l’électrification de la première section des chemins de fer de l’État », rapport d’août 1912, ADN, Santiago du Chili, carton 74.

9 Le 27 août 1920, l’ingénieur chimique B. Diaz Ossa, professeur à l’Université du Chili, écrit à la légation française de Santiago pour renseigner à l’ambassadeur français des nouvelles soumissions demandées par le gouvernement chilien : « les Chemins de Fer de l’État ont sollicité une nouvelle ouverture de soumissions pour l’électrification de la première section, en attendant que les industriels français s’intéressent pour uns des plus importants travaux du pays. Les soumissions s’ouvriront le mois de mars de l’année prochaine », ADN, Santiago du Chili, carton 74.

10 Les gisements de houille et de minerai de fer que Schneider et Cie possède en Bourgogne s’épuisent et celle-ci est obligée de diversifier ses sources d’approvisionnement et de les adapter aux exigences des aciers spéciaux.

11 Beaud C., « Investissements et profits du groupe multinational Schneider (1894-1914) » dans Histoire, économie et société, n° 1, 1988, p. 132-133.

12 Barjot D., op. cit., p. 352.

13 Ibidem, p. 681.

14 Ibid., p. 598.

15 Issue de l’industrie mécanique, la Société de construction des Batignolles devient largement une entreprise de travaux publics. Entre 1847 et 1913, les constructions métalliques représentent en effet un tiers de son chiffre d’affaires, contre un tiers pour les infrastructures de chemin de fer, un quart pour les équipements portuaires et le reste pour les aménagements hydrauliques, ibid., p. 361.

16 Ibid., p. 361.

17 Lettre du 27/5/1909, ADN, Santiago du Chili, carton 77.

18 28 sociétés de construction aéronautique et 5 sociétés d’aviation commerciale françaises en 1927.

19 Le réseau exploité quadruple entre 1920-1924 et 1929-1930, de même que le tonnage des messageries.

20 Rapport du 28/8/1920, ADN, Santiago du Chili, carton 78.

21 « Tous les ans, le gouvernement verse de millions de francs dans les coffres du service de l’Amérique du sud pour le maintenir », rapport du 20/3/1933, ADN, Santiago du Chili, carton 80. L’ensemble des subventions approche de 100 000 000 de francs.

22 Rapport du 21/6/1909, ADN, Santiago du Chili, carton 77.

23 Dans les affaires des travaux publics les projets doivent être les plus conformes au cahier des charges et avoir le plus d’avantages techniques.

24 Rapport du 16/11/1908, ADN, Santiago du Chili, carton 77.

25 Entre 1981 et 1915 se succèdent pas moins de 60 cabinets gouvernementaux.

26 « On sait, en effet, que d’après le règlement du Congrès chilien, un seul parlementaire peut faire l’obstruction d’un projet », 11/2/1911, ADN, Santiago du Chili, carton 74.

27 Rapport n° 12 du 3/3/1907, ADN, Santiago du Chili, carton 77.

28 Rapport n° 12 du 16/10/1904, ADN, Valparaiso, carton 22.

29 Lettre du 18/1/1910, ADN, Santiago du Chili, carton 74.

30 Pour l’affaire du port de Valparaiso l’ambassadeur français écrit : « Merry del Val, l’agent du projet anglais, qui d’accord avec des avocats et hommes d’affaires, distribue de la main à la main de succulents pots de vins », rapport du 24/11/1908, ADN, Santiago du Chili, carton 77.

31 La concession octroyée à la Compagnie Latécoëre fait que l’ambassadeur français du Chili propose à Paris la reconnaissance des militaires chiliens qui ont soutenu et appuyé l’entreprise française : « je me permets donc, Monsieur le ministre, de vous demander de faire accorder au Général Blanche, aussi bien qu’au Colonel Merino, la distinction de la Légion d’honneur, qui convient à leur situation respective », lettre du 5/8/1929, ADN, Santiago du Chili, carton 80.

32 « […] le député M. Tocornal, que j’ai remercié de l’appui qu’il venait de donner à la demande de la Société des Batignolles et de la Société des hauts fourneaux de Corral », rapport du 31/1/1912, ADN, Santiago du Chili, carton 74.

33 Rapport n° 36 du 19/7/1900, ADN, Santiago du Chili, carton 36.

34 34 Lettre de l’ambassadeur M. Deprès adressée au ministre des Affaires étrangères le 11/7/1910, ADN, Santiago du Chili, carton 74.

35 35 Rapport du 24/11/1908, ADN, Valparaiso, carton 22.

36 Parmi les conservateurs nous trouvons les députés Ruiz Valledor, Barros Errazuri, Flores et Francisco Izquierdo, Carlos Campino, Emilio Claro, Francisco José Correa, Astorquiza et Abraham Ovalle. Les députés libéraux sont Alfred Irarrazabal, Rivas Ramirez, E. Zanartu, Mariano Palacios et José Ramón Gutierrez.

37 Rapport du 24/11/1908, ADN, Santiago du Chili, carton 77.

38 Rapport du 7/9/1908, ADN, Santiago du Chili, carton 77.

39 Rapport n° 110 du 27/8/1929, ADN, Santiago du Chili, carton 80.

40 Dans le cas des Chiliens d’origine allemande, le gouvernement allemand veut conserver la nationalité des émigrants allemands et de leurs descendants. Le résultat est la loi Delburck du 22 juillet 1913 dans laquelle on décrète que si un sujet allemand, naturalisé à l’étranger sur sa demande, désire conserver en outre sa nationalité d’origine, il n’a besoin d’autre chose que de demander l’autorisation. Face à cela, Henri Hoppemont, Chargé des affaires de la légation française à Santiago du Chili, écrit le 24 juillet 1916, un rapport dans lequel il indique qu’il est trop évident que l’Allemand qui a pu se faire Chilien en invoquant la loi, a conservé dans son esprit sa nationalité d’Allemand. Ce n’est pas pour amour pour son nouveau pays qu’il a demandé à être traité comme les indigènes, mais pour obtenir des droits impossibles à exercer sans cette condition requise, et, pour, en les exerçant, poursuivre plus commodément puisqu’il le fait en secret, les fins allemandes qu’il s’est imposé. Il est clair que tous les Allemands qui adoptent la nationalité Chilienne sous la loi Delburck ne peuvent pas être inclus dans le jugement de Henri Hoppemot. Pour la légation française, cependant, cela signifie une politique d’expansion de l’Allemagne qui s’appuie sur ses colonies à l’étranger pour sa réalisation.

41 « Au point de vue de notre influence dans ce pays (le Chili), les affaires données aux entreprises françaises pourraient être profitables. Elles nous mettraient à même de concurrencer l’influence anglaise, ramènerait au Chili un élément social français distingué, qui a disparu depuis 25 ans, permettraient la nomination d’une foule d’employés de notre nation qui sont disséminés de toutes parts sur le territoire sans profit pour nous et nous mettraient enfin à même de nous intéresser peu à peu a des concessions de mines, de ports, de travaux publics dans les régions desservies par ce réseau », lettre du 15/4/1919 de M. Gilbert, ambassadeur français à Santiago, au ministre des Affaires étrangères, ADN, Santiago du Chili, carton 74.

42 Lettre du 26/10/1912, ADN, Santiago du Chili, carton 74.

43 « […] au cours d’un entretien que j’ai eu hier soir chez moi avec le ministre des Relations Extérieures, j’ai pu lui signaler l’importance des travaux entrepris jusqu’ici, tant en France qu’à l’étranger, par la maison Giros-Loucher, et les garanties financières qu’elle présente du fait de l’appui qu’elle reçoit des banques françaises », rapport n° 124 du 1/12/1911, ADN, Santiago du Chili, carton 74; « par la demande du représentant de Giros-Loucher, je suis allé voir cet après midi Don Ramón Barros (Chef de cabinet). Je lui ai rappelé les nombreuses demandes que j’avais faites déjà auprès de lui en faveur de la société », lettre du 17/6/1912, ADN, Santiago du Chili, carton 74.

44 « J’ai eu connaissance du refus des soumissions présentées pour l’électrification de la ligne Santiago- Valparaiso. La soumission présentée par Giros-Loucher avec Westinghouse est la meilleure dans tous les domaines. Le refus de cette soumission est injustifié et il n’est pas en règle ni avec le cahier de charges ni avec la justice. Ce refus cause de préjudices directs sans aucune cause acceptable », note de l’ambassadeur français au ministre des Relations Extérieures, 1912, ADN, Santiago du Chili, carton 74.

45 Lettre du 20/7/1917, ADN, Santiago du Chili, carton 77.

46 Lettre du 29/3/1920, ADN, Santiago du Chili, carton 77.

47 Rapport n° 82 du 4/3/1929, ADN, Santiago du Chili, carton 80.

48 Rapport du 7/8/1928, ADN, Santiago du Chili, carton 78.

49 « […] la maison Giros-Loucher a souvent demandé aux différentes personnes qui, dans cette période, ont occupé le ministère des Travaux Publics, si la présence de ses représentants et des ingénieurs au Chili était nécessaire et toujours, il lui a été répondu qu’ils ne devraient pas s’absenter », lettre de J. Figueroa, ministre des Relations Extérieures du Chili à l’ambassadeur français, 17/7/1912, ADN, Santiago du Chili, carton 74.

50 Rapport n° 59 du 30/6/1908, ADN, Santiago du Chili, carton 77.

51 Rapport du 7/4/1925, ADN, Santiago du Chili, carton 77.

52 Rapport du 7/9/1908, ADN, Santiago du Chili, carton 77.

53 Rapport de 1910, ADN, Santiago du Chili, carton 74.

54 La Unión, 29/1/1907; 7/10/1907; 13/10/1907.

55 El Mercurio, 11/9/1907; 11/10/1907; 14/10/1907.

56 Rapport du 15/3/1930, ADN, Santiago du Chili, carton 80.

57 Rapport de janvier 1925, ADN, Santiago du Chili, carton 79.

58 Voir Lefebvre-Teillard A., La Société Anonyme au xixe siècle, Paris, PUF, 1985.

59 M. Compte Armand (7 %) ; J. Blanchet, ingénieur agronome (2 %) ; A. Busquet, ingénieur civil de mines (3 %) ; L. Cordonnier, propriétaire (3 %) ; Marquis de Chasseloup-Laubat, ingénieur (7 %) ; P. Gontard (1 %) ; L. de Pellerin de Latouche, propriétaire (2 %) ; A. Saintgirons (3 %) ; E. Sarasin, ingénieur (2 %).

60 Bonin H., La Banque de l’union parisienne 1874/1904-1974, Paris, Plage, 2001, p. 51.

61 Voir annexes 20 et 21.

62 Barjot D., op. cit., p. 279.

63 Dès 1872, Gustave Eiffel enlève d’intéressants marchés au Chili et depuis 1889, Schneider et Cie obtient d’importants marchés de ponts.

64 Bellessort A., op. cit., p. 77.

65 Valeur des importations par le port de Valparaiso (en millions de pesos or 18 pences) : Source : El Mercurio, 1/12/1928.Image

66 En 1852, Buenaventura Sanchez présente un projet en demandant la concession d’un môle et d’une darse, mais sa demande est rejetée. En 1861, l’ingénieur Ramón Salazar fait des études qui sont reprises par les ingénieurs français Alfred Levêque et Eugène de la Motte pour le projet d’amélioration du port. Ce projet est aussi rejeté.

67 Soumissions présentées pour les travaux du port de Valparaiso :

  • Auguste Galtier (France), pour 34 750 000 piastres
  • Pearson and son Cie (Angleterre), pour 34 632 500 piastres
  • Holzmann et Cie (Allemagne), pour 39 007 000 piastres
  • Jackson limited (Angleterre), pour 43 885 000 piastres.

68 L’entreprise de la ligne Santiago-Valparaiso est lancée au début des années 1850 avec l’aide de capitaux mixtes. C’est une ligne de transport universel à traction à vapeur. Le premier tronçon entre en service en 1855. La ligne est nationalisée en 1859. Le dernier tronçon entre en service en 1874. En 1884 le chemin de fer Santiago-Valparaiso fusionne avec l’Empresa de los Ferrocarriles del Estado. La ligne se compose de 265 kilomètres. Construction de la ligne Santiago-Valparaiso Image

69 La soumission comporte l’électrification de la ligne : câbles primaires le long du chemin de fer, sous-stations de transformation du courant électrique, voie aérienne et ses supports, atelier spécial de réparation du matériel électrique et locomotives électriques pour un trafic supérieur de 50 % au trafic de 1908. Il s’agit également de construire les usines électriques (dont une hydraulique et l’autre thermique) et de délivrer le courant nécessaire aux transports de la ligne aux manœuvres des gares, à l’actionnement des ateliers et à l’éclairage des gares pour un certain nombre d’années. Giros-Loucher/Westinghouse et Siemens-Schuckert proposent de fournir tout l’équipement, applicable à la ligne du chemin de fer, en le réalisant dans une période de trois ans, de régler par voie d’amortissement ce matériel, de fournir le courant électrique nécessaire et d’assurer la traction électrique. Le gouvernement devient propriétaire du matériel d’équipement du chemin de fer à la fin de la période de dix ans et des usines d’énergie avec leurs dépendances à l’expiration de 35 ans de production du contrat. Paiement des travaux et du courrant électrique :

  • Giros-Loucher/Westinghouse : 120 mensualités de 40 000 £ et fournit le courant électrique pendant 25 ou 23 ans au prix de 3,7 centimes de peso.
  • Siemens-Schuckert : remise à l’État des installations électriques après le premier service. Prix forfaitaire de 826 011 £ comme maximum et 777 472 comme minimum. Prix du courant électrique 8 8/10 centimes de peso.

70 Le nouveau projet change les conditions des travaux prévus en 1910. Au lieu de réaliser le paiement des installations et matériaux pendant dix ans, le paiement serait fait comptant sous forme de bons de l’État chilien amortissables en vingt ou trente-cinq ans. Deuxièmement, dans l’ancien projet de loi la Société ou Syndicat est obligée de réaliser le service pendant dix ans, sous la direction des Ferrocarriles del Estado, moyennant pour le service une somme forfaitaire dans laquelle l’amortissement, les intérêts et le bénéfice des capitaux investis sont inclus. Dans le nouveau projet, le Syndicat serait obligé de faire le service lui-même pendant un certain nombre d’années, en recevant pour le service une somme forfaitaire qui serait payée le trimestre échu. Troisièmement, la vente de courant électrique serait faite par unité remise. Ce paiement aurait comme intérêt l’amortissement du capital investi et le bénéfice des adjudicataires inclus et après trente-cinq ans les travaux hydrauliques appartiendraient à l’entreprise des Ferrocarriles del Estado sans aucun paiement.

71 Trafic comparé entre les deux ports (en tonnes) : Source : Rapport de 1921, ADN, Santiago du Chili, carton 77. Image

72 Soumissions présentées pour les travaux du port de San Antonio :

  • Auguste Galtier, pour 9 750 000 de pesos et un délai de 4 ans.
  • G. J. Wills ans son, pour 14 893 000 de pesos et un délai de 5 ans.
  • Philips Holzmann et Cie, pour 10 997 189 de pesos et un délai de 4 ans.
  • P. C. Gocdhart, pour 11 000 000 de pesos et un délai de 5 ans.
  • Pearson and son, 14 733 400 de pesos et un délai de 5 ans.

73 Barjot D., op. cit., p. 1080.

74 Le temps moyen de transport du courrier est estimé à 17 jours pour une lettre de France à Rio de Janeiro et à 25 jours pour Buenos Aires. Pour le Chili, le temps estimé est de 30 jours par Buenos Aires et de 45 jours par le Canal de Panama.

75 Concession pour plus de 10 ans de l’exclusivité de fait du transport du courrier aérien à destination de l’Argentine, de l’Europe et des pays intermédiaires. Concession de 25 ans de l’autorisation à utiliser les terrains militaires existant au Chili entre Copiapo et Santiago du Chili et la possibilité d’installer les postes de TSF, de radiogonimétrié, etc., sur les terrains créés par la Compagnie.

76 Étude du Mémorandum n° CD 89 du 23/7/1929, 7/8/1929, ADN, Santiago du Chili, carton 65.

77 « Fonder une maison c’est bien, la faire prospérer c’est mieux, mais l’abandonner quand son existence est définitivement assurée, c’est très mal. Or, c’est là le défaut de beaucoup de Français qui s’expatrient au Chili. Sous prétexte que la course est gagnée, ils abandonnent le coursier », rapport de 1/9/1921, ADN, Santiago du Chili, carton 70.

78 Statuts de la Société anonyme hauts fourneaux et aciéries du Chili.

79 « Situation commerciale et industrielle du Chili en 1909. Mouvement général des échanges » dans Rapports commerciaux des agents diplomatiques et consulaires de France, Paris, ministère des Affaires étrangères, 1910.

80 Rapports de 1910 et 1911, ADN, Santiago du Chili, carton 69.

81 Rapport du 1/9/1921, ADN, Santiago du Chili, carton 70.

82 Ibidem.

83 Ibid.

Table des illustrations

Titre Le lancement et l’exécution d’une grande entreprise française au Chili
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25241/img-1.png
Fichier image/png, 302k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540