Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le négoce français au Chili

 | 
Enrique Fernández-Domingo

Troisième partie. Évolution, difficultés et adaptations du négoce français au Chili

Chapitre 6. La colonie commerciale française : un atout pour le commerce français

Enrique Fernández-Domingo

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1La disparition du monopole de la Couronne espagnole sur ses colonies américaines à la fin des guerres d’indépendance (1818-1824), provoque l’ouverture des « frontières » des nouvelles républiques aux étrangers. Désormais un premier flux d’aventuriers, de mécontents de tous les régimes, d’hommes de science, des négociants, s’installe dans la région.

  • 1 Entre 1851 et 1915, environ 41 millions d’Européens ont quitté l’Europe pour aller s’installer sur (...)
  • 2 Girault R., Diplomatie européenne, 1871-1914 : nations et impérialismes, Paris, A. Colin, 1979, p. (...)

2Après 1860 le flux migratoire vers les nouvelles contrées connaît une très forte ampleur1. La quasi-stagnation économique qui sévit en Europe pendant la période de 1873-1896 oblige des milliers d’Européens à quitter leur foyer dans l’espoir de connaître un niveau de vie meilleur. À cette immigration, que R. Girault qualifie de « celle de la pure misère2 », s’ajoute le départ d’agriculteurs qualifiés, techniciens, hommes d’affaires, ingénieurs, qui répondent à l’appel des possibilités proposées par les nouveaux pays.

3Une partie de ce mouvement d’immigration se dirige vers les pays du « cône » sud du continent américain. De leur côté, les gouvernements latino-américains s’efforcent d’améliorer l’accueil des immigrants et de grandes compagnies de navigation assurent des déplacements plus massifs.

4La faible croissance que connaît la population française tout au long du xixe siècle fait que dans la vague d’émigration que connaît le continent européen pendant le dernier tiers du xixe siècle, la quantité de Français ayant quitté le pays pour aller s’installer dans les pays « neufs » soit plus réduite que pour les autres pays occidentaux.

5L’immigration européenne au Chili n’a jamais été massive : elle s’est limitée à des flux irréguliers, numériquement faibles. Après son indépendance, le Chili voit l’arrivée de commerçants d’origine européenne. Ce sont principalement des marchands et des employés anglais des maisons de commerce qui s’installent dans les ports chiliens. Entre 1846 et 1875, une importante vague migratoire provenant d’Allemagne a lieu. Tel que nous l’avons montré dans le deuxième chapitre après 1880, l’afflux d’émigrants devient plus important et comprend plusieurs nationalités européennes.

6Avant 1860, au Chili, les émigrants européens, en dehors d’un pourcentage très important de commerçants, ont des professions libérales. Après 1880, les émigrants européens constituent de contingents assez jeunes parmi lesquels, les agriculteurs de métier son rares. La plupart de ces gens sont des prolétaires sans ressources et sans instruction.

7Dans ce contexte de déplacement de population vers ces nouvelles contrées, comment se développent et fonctionnent les structures économiques et sociales de la colonie commerciale française du Chili ? Quel est son rôle dans le développement des échanges commerciaux franco-chiliens ?

La colonie française et la vision des contemporains : un groupe travailleur mais trop individualiste

8Dans les livres de voyages, nous trouvons toujours un chapitre sur la colonie française. Les voyageurs parlent de leurs rencontres avec quelques hommes de cette colonie. Ils décrivent les différentes activités de ces Français et essaient de peindre un tableau des entreprises et des postes de responsabilité que ceux-là occupent au Chili. Mais cette description se réduit, généralement, aux Français qui occupent une position privilégiée dans la société chilienne ou à ceux qui gèrent d’importantes affaires. Ce sont géographiquement les groupes de Santiago et Valparaiso ceux qui sont le plus souvent dépeints.

9Ceci n’empêche pas de trouver des visions sur le fonctionnement et les caractéristiques de la colonie française dans son ensemble. La comparaison constante avec les autres groupes européens, et spécialement avec la colonie allemande, dont nous parlerons dans les points suivants, corrige les impressions des différents voyageurs. Elle incite à critiquer la structure relationnelle qui fonctionne au sein de la colonie. Le manque d’esprit patriotique, l’absence d’une organisation efficace, l’individualisme et la concurrence entre les Français eux-mêmes, constituent une peinture de la colonie française assez accablante pour les Français qui écrivent sur le Chili.

  • 3 Meyer J., Histoire de la France coloniale : 1. Des origines à 1914, Paris, A. Colin, 1990, p. 346.

10Mais l’aspect qui occupe la place d’honneur dans l’intérêt des observateurs français c’est l’activité économique de la colonie française. Cet intérêt croissant au fil des années, est étroitement lié à une plus grande ouverture de l’économie française vers l’extérieur et à une plus grande stabilité politique3. Le Chili se présente comme un pays d’un grand potentiel à exploiter. D’après ces voyageurs, la colonie française a le devoir patriotique de développer au maximum ses activités économiques pour accroître l’importance et l’influence de la France dans ce pays. Elle aura pour cela à se doter d’armes commerciales afin d’être en mesure de lutter contre les colonies des autres nations concurrentes. L’analyse de l’activité économique française est faite en résumé sous une optique patriotique liant le drapeau et le commerce.

  • 4 Wiener C., Chili et les Chiliens, Paris, Léopolde Crf, 1888, p. 246.
  • 5 Cordemoy C., op. cit., p. 158.
  • 6 Mizgier S., Le Chili en 1919, Lyon, Noirclerc, 1920, p. 155.
  • 7 Bellessort A., La jeune Amérique. Chili et Bolivie, Paris, Perrin, 1923, p. 117.

11La colonie française suscite des opinions très différentes selon le voyageur. Voilà pourquoi nous trouvons majoritairement des témoignages qui présentent une colonie assez bien intégrée dans la société chilienne, composée de gens sérieux dans leur travail et qui ne s’immiscent pas dans les affaires essentiellement chiliennes. À cet égard, Ch. Wiener considère la colonie française du Chili comme « fort travailleuse. Elle est riche et bienfaisante, ne s’occupant guère de politique chilienne4 ». Partageant le même avis, C. de Cordemoy qualifie les Français d’« un peu tapageurs mais travailleurs et honnêtes5 ». S. Mizgier croit que cette colonie « est l’une les plus saines que nous ayons à l’étranger […] composée des gens probes, travailleurs et économes6 ». Un avis différent est véhiculé par A. Bellessort sur les colons français qui débarquent dans les terres minières du Nord. Il croit en effet que ces Français qui s’expatrient au Chili « contractent les vices de l’indigène, sans s’assimiler ses qualités de résistance, et convaincus de leur supériorité, ils manifestent des prétentions injustifiables7 ».

12La plupart des Français que les voyageurs rencontrent sont des commerçants, en grande partie gérants de maisons de nouveautés ou hommes de professions libérales. Les récits montrent aussi que l’hôtellerie est en partie dans les mains des Français. D’autres métiers dans lesquels les Français sont moins présents sont aussi indiqués.

  • 8 Cordemoy C., op. cit., p. 162-163.
  • 9 Wiener C., op. cit., p. 246.

13Au cours de leurs voyages au Chili, G. Lafond de Lurcy et A. d’Orbigny racontent que les hôtels dans lesquels ils ont l’occasion de séjourner au Chili appartiennent à des Français. J. Miran, à son arrivée à Valparaiso, signale la présence de plusieurs médecins français dans la ville. Quelques années plus tard, C. de Cordemoy fait une esquisse des métiers des Français dans ce pays. Il écrit qu’« il y a au Chili des ingénieurs et des médecins français justement réputés […]. Beaucoup d’industriels ont des établissements importants de fonderie, de construction de voitures, de tanneries. Les principales maisons françaises de commerce sont les magasins de nouveautés8 ». Et bien que dans son livre Ch. Wiener parle presque essentiellement des Français de Santiago et de Valparaiso, il n’hésite pas à se livrer à un résumé concis de la présence française dans le pays : « Les Français sont agriculteurs au Sud, commerçants ou viticulteurs au centre, mineurs au Nord, ils ont des ateliers un peu partout9. »

14L’impression que les voyageurs français font ressortir au sujet de la solidarité interne de la colonie française n’est néanmoins pas très positive. La critique se fonde sur le manque de cohésion existant chez les résidants Français et qui est dû au caractère individualiste du Français. C’est ainsi que le nouvel arrivé ne trouve pas au sein de la colonie le soutien nécessaire pour mener à bien son entreprise : il est perçu comme un concurrent plutôt que comme un compatriote. Par ailleurs, l’absence chez les Français d’un « savoir-faire » dans les affaires est aussi pointée du doigt. Ceci crée un handicap considérable face aux commerçants des autres colonies étant donné que la tâche fondamentale de la colonie française, à l’égard des voyageurs, est d’essayer de développer le plus possible, le commerce avec leur métropole.

  • 10 « Si les émigrants français ne réussissent ni aussi vite ni aussi bien que les Allemands, cette in (...)
  • 11 Mizgier S., op. cit., p. 221.
  • 12 Lafond G., L’effort français en Amérique latine, Paris, Payot, 1917, p. 121.
  • 13 « C’est que le Français, plein d’idées spéculatives et théoriques, net et précis, élégant même, hé (...)

15Aussi A. Bellessort critique-t-il durement la colonie française en constatant l’absence de solidarité entre ses membres et leur méfiance envers ceux qui arrivent au Chili10. S. Mizgier se plaint qu’il n’existe pas dans la colonie d’information suffisante pour les nouveaux arrivés. Ce qui a comme effet un « écueil, pour beaucoup de Français arrivant à l’étranger, et encore de ne pouvoir bien souvent trouver une situation en rapport avec leurs connaissances et avec leurs aptitudes11 ». G. Lafond ajoute quelques éléments à cette critique de la colonie française. Il y voit en effet « un individualisme excessif, une phobie de l’audace, une illusion de la supériorité et un dédain du prestige12 ». Et H. Avenel, plus extrême dans ses conclusions, parle d’une infériorité innée chez les Français pour le commerce face aux peuples du Nord13.

  • 14 « Les Français ne vont au Chili que dans un nombre restreint », Contreras F., op. cit., p. 13.
  • 15 « Si les parents restent obstinément français, les enfants deviennent le plus souvent Chiliens ; i (...)

16Cet intérêt pour les Français et leur fonctionnement en tant que colonie, disparaît dans les livres publiés pendant la période de l’entre-deux-guerres. À cette période, en effet, les pays du Cône sud américain ne sont plus perçus comme des territoires inconnus provoquant l’envie d’aventure et de découverte chez l’Européen. Les récits de voyage cèdent alors la place à des ouvrages plus spécialisés. Par ailleurs, la colonie a considérablement diminué à cause de l’importante réduction de l’afflux de Français au Chili14 et de la naturalisation des descendants des Français installés dans le pays15. Désormais, dans ces ouvrages, le seul aspect susceptible d’éveiller l’intérêt est celui des affaires commerciales au détriment des résidants Français au Chili.

L’entreprise individuelle et familiale française au Chili : le négoce comme un moyen d’ascension sociale

  • 16 Drancourt, L’Entreprise de l’Antiquité à nos jours, Paris, PUF, 1998, p. 8.

17Pour reprendre la définition de M. Drancourt16, l’entreprise est le regroupement durable et la mise en œuvre organisée de moyens en capitaux, en hommes, en techniques, pour produire des biens et des services destinés à un marché solvable. L’entreprise soumise au principe de réalité doit, sur la durée, créer plus de richesses qu’elle n’en consomme.

18La grande majorité des entreprises françaises au Chili sont la propriété d’un homme ou d’une famille qui engage sa responsabilité sur l’ensemble de ses biens. Bien que certaines entreprises commencent par le prêt à la grosse aventure, la plupart se constituent en association simple sans contrat ou en commandite. Le système de la commandite reste, même après la Première guerre mondiale, fréquemment utilisé, et, lorsque de grandes entreprises passent au stade de la société anonyme, les actionnaires font partie de la famille ou d’un cercle de connaissances très proche. Parallèlement, autour de l’entreprise, le négociant crée un réseau de rapports humains qui modèlent son comportement social et développent un certain univers mental du négociant.

L’entrepreneur « solitaire » et son réseau de connaissances à l’origine de l’entreprise : entre l’« aventure » et des débuts « solitaires » bien encadrés

19À part les entrepreneurs « aventuriers » qui créent leur propre entreprise, comme c’est le cas de Claude Prat, une partie des commerçants français du Chili profite de sa condition de commis d’une entreprise métropolitaine ou d’employé d’une entreprise française pour lancer leur propre établissement commercial.

20Les cas d’Antoine Dominique Bordes et George Zamulo sont révélateurs. C’est en 1835 qu’Antoine Dominique Bordes quitte Bordeaux pour le Chili. Dès son arrivée, il trouve un emploi de vendeur dans la Maison Casaubin de San Felipe. Il assume ensuite, à Santiago du Chili, la direction de la Maison Lataste. En 1837, lui-même fonde une maison de consignation à Valparaiso. À la fin des années 1860, il est à la tête de sa propre maison comme négociant-armateur.

21George Zamulo arrive en 1863 en tant que commis de la librairie Mousis, entre 1864 et 1878, il travaille comme employé dans la succursale chilienne de la maison française d’importation et de consignation Jouve et Gorlier. Pendant les années 1880, il fonde à Santiago du Chili son propre négoce de nouveautés et de mode.

22Le même itinéraire est suivi par beaucoup des principaux propriétaires d’établissements de vente au détail de produits textiles et de nouveautés français. Henri Chopis est employé en 1850 chez Soubiron. En 1870, il est propriétaire de deux grands magasins de nouveautés à Santiago du Chili et à Valparaiso. Des commerçants comme Launay, Burgalat, Cherrier, Leboscain, Labatut et tant d’autres, propriétaires de magasins vendant de produits industriels de consommation français, ont forgé leur entreprise de la même manière.

Le réseau des connaissances et les liens familiaux : des appuis importants pour le lancement et la réussite du négoce

23Le négociant français au Chili est un investisseur individuel qui agit dans un réseau de liens personnels et commerciaux, et une partie de sa réussite repose sur l’utilisation de ces liens d’une façon efficace. Ces liens personnels sont le réseau des connaissances et les attachements familiaux du négociant.

24Dans plusieurs cas, c’est le noyau familial qui est à l’origine de l’entreprise et de son développement ultérieur. Alcide Magnère arrive en 1860 pour le compte d’une société. Avec l’aide de son père et de son frère, qui s’installent aussi au Chili, il crée une entreprise industrielle. Vingt ans plus tard, ils sont propriétaires d’une importante entreprise familiale qui se compose de trois tanneries, une fabrique de chaussures et une maison d’importation-exportation.

25Au début des années 1880, Eugène Saint-Macary prend, avec son frère Victor, la direction d’une modeste tannerie appartenant à un autre français pour lequel il travaillait depuis 1867. Au début des années 1890, ils gèrent un comptoir de gros à Valparaiso, un atelier de chaussures à Santiago et à Concepción et une tannerie de 8 000 m2.

26En décembre 1917, la Maison Bordes se transforme en Société Anonyme sous le nom de Compagnie d’Armements et d’Importation de Nitrate de Soude. Dans un souci de conserver le négoce dans le cercle familial les actions sont partagées entre les membres de la famille et quelques anciens capitaines et employés des services sédentaires.

27Parallèlement, le soutien des connaissances bien placées dans la société chilienne peut aider à lancer et développer le négoce. A. D. Bordes tisse des liens d’amitié avec quelques personnages importants de la société chilienne, tels l’amiral Blanco, qui place 80 000 piastres dans sa maison de consignation, ou Agustín Edward, qui devient son associé et lui assure toujours son concours illimité. Même après la mort d’Agustín Edwards en 1878, les deux familles conservent les liens économiques et d’amitié. Les héritiers d’Agustín Edwards continuent à se charger des achats et de l’expédition du cuivre à compte à demi avec la maison Bordes.

  • 17 « Notre demande est étudiée par l’Amiral Nef et le député Gomez Carreño. Par rapport au député nou (...)

28Louis Testart utilise son réseau de connaissances pour essayer de mener à bien son projet d’aéro-navigation commerciale. Son amitié avec quelques militaires de l’armée chilienne, tel que le commandant Cochrane Salvo17, ou sa relation avec L. des Longschamps-Deville, ambassadeur de France à Santiago du Chili, fait qu’il a recours à leur aide pour appuyer son entreprise :

  • 18 Lettre du 15/10/1924 de Louis Testart à l’ambassadeur français de Santiago du Chili, ADN, Santiago (...)

« Comme monsieur l’Amiral Nef [chargé de la commission traitant l’affaire de l’aviation commerciale chilienne] est un ami intime de notre cher consul G. Le Lorrain, j’ai pris la liberté de bien vouloir écrire à l’Amiral Nef en lui demandant d’appuyer de toute son influence pour la prompte acceptation de mon projet18. »

La promotion sociale dans la société chilienne : un des buts principaux du négociant français du Chili

29Les connaissances pratiques et l’éducation conférée par la famille demeurent essentielles dans la continuité du négoce. À l’intérieur du cercle familial du négociant se reproduit une « culture négociante ». Paraphrasant O. Pétré-Grenouilleau, les familles du négoce français au Chili entretiennent un patrimoine culturel propre. Parallèlement, le grand négoce reste dans la colonie l’un des principaux secteurs de la promotion sociale. Il est aussi un des moyens pour jouer un rôle d’importance au sein des institutions de la colonie, comme nous avons vu dans la chambre de commerce française de Santiago du Chili.

30Des mariages d’intérêt sont à la base des comportements sociaux qui ont pour objet à la fois la réussite de l’entreprise et la promotion sociale. Entre la fin du xixe siècle et le début du xxe siècle, quelques exemples nous montrent qu’il existe une certaine tendance à « l’endogamie », tant au niveau social qu’économique, au sein de la colonie. Jean-Michel Etchepare, employé dans la maison d’importation-exportation Etchegaray, épouse la fille de son patron. Au début des années 1875, la question de la succession à la tête de l’entreprise est posée. En 1875, il devient l’associé de son beau-père et quelques années plus tard, le seul propriétaire de l’entreprise.

31Un fait semblable se produit à la direction de la maison Prat. À la mort du propriétaire-fondateur, Claude Prat, en 1897, son gendre et ses deux fils lui succèdent à la tête de l’entreprise. Dans la même logique socio-économique d’autres familles de commerçants ou d’industriels françaises du Chili s’unissent à travers des liens du mariage. Par exemple, les Texier s’allient économiquement aux Puyo et aux Guérin grâce à la « création » de ces nouveaux liens familiaux. À la fin du xixe siècle, Emile Cheyre, commerçant, hôtelier et industriel français au Chili épouse la sœur de l’industriel français d’Alcide Magnère.

32Tout au long du xixe siècle, les Français qui ont des professions libérales et qui arrivent dans le pays, recrutés par le gouvernement chilien ou à travers les grandes firmes françaises, s’installent par la suite dans le pays et tentent d’intégrer la « bonne société » locale grâce au mariage. Nous pouvons citer comme exemple les mariages de l’ingénieur Jules Ferré, de l’agronome Delaporte, des architectes Joannon et Raymon Devès avec des demoiselles de l’oligarchie chilienne.

  • 19 Rapport de 1923 sur l’« Enquête sur la situation de nos nationaux au Chili », ADN, Santiago du Chi (...)

33Cette reconnaissance sociale, de la part de la « bonne société » chilienne, est aussi recherchée par les plus importants négociants de la colonie française. Un des fils de Claude Prat est marié à une fille de l’ancien président chilien José Manuel Balmaceda. En 1923, dans un rapport sur les Français habitant le Chili l’ambassadeur écrit : « Un tiers de la colonie appartient à la bonne société chilienne. Une dizaine de nos compatriotes ont une fortune évaluée à plus d’un million de francs19. »

Les liens entre le négoce et l’industrie dans la colonie française du Chili

34À la fin du xixe siècle, la base de la prospérité des grands négoces français repose sur une certaine répartition des investissements. Plusieurs exemples nous montrent que les négociants français s’intéressent alors à tout ce qui peut être rentable par rapport à l’activité commerciale qu’ils développent.

35Au début de son existence, la firme Prat ne possède que l’établissement de vente au détail. La réussite de leur négoce fait que le propriétaire, et plus tard ses descendants, réalisent des investissements dans des activités industrielles et agricoles même si leur orientation reste essentiellement commerciale. Ainsi Claude Prat, et après son fils Jules Prat, placent des capitaux dans la construction et l’exploitation d’une fabrique de meubles, d’une fabrique de papier et carton, la création des ateliers de confection et l’achat d’une cave dans la région de Santiago.

36À côté de son négoce d’importation-exportation à Coquimbo, Charles Castex étend et diversifie ses activités dans le monde de l’industrie. En 1900, il possède un moulin, une fabrique de pâtes, une fabrique de chandelles, une fabrique de savons, une fabrique de salaisons et une entreprise de mécanique.

37D’autres exemples nous sont fournis par les cas d’Emile Cheyre ou des frères Duhart. Le premier est un commerçant importateur qui diversifie ses investissements dans l’industrie du cuir et le monde de la restauration. Les seconds ajoutent à leur négoce d’importation-exportation une fabrique d’alcools, des exploitations agricoles et d’élevage, un moulin à force hydraulique, un moulin à vapeur.

38Les frères Fagalde, propriétaires d’un commerce de chaussures, investissent dans la construction d’une fabrique de chaussures. Maisonnave, commerçant en chaussures également, investit son argent dans la création d’une tannerie.

39Dans le sud du pays le négociant français place une partie de son argent dans l’agriculture plutôt que dans l’industrie. À côté de son négoce d’importation-exportation, J. B. Etcheverry possède plusieurs exploitations agricoles et d’élevage. Braund et Blanchard, négociants-armateurs travaillant en 1908 avec 8 bateaux dans le transport de marchandises au niveau du marché chilien, investissent une partie de leur argent dans l’exploitation de deux fermes à Punta Arenas.

Les relations commerciales avec la métropole : entre l’intérêt commercial et le devoir patriotique

40Les négociants français gardent des contacts avec la métropole. Tantôt pour leur activité commerciale, tantôt pour leur activité économique, ils utilisent leurs liens avec la métropole. Par exemple, Claude Prat exerce de multiples responsabilités, au Chili et en France, à la tête d’associations telles que Négociants-commissionnaires du commerce extérieur, l’Alliance syndicale du Commerce et l’Industrie ou la Société de Géographie commerciale. Les liens économiques avec la France continuent à se développer avec son fils qui reprend la direction de la firme en 1897. Ainsi au début du xxe siècle, la maison Prat contracte des ouvriers verriers basques grâce aux contacts de son propriétaire, dont la famille est originaire de la même région. En 1910, une entreprise de conserves de poisson dirigée par Mme Solminihac, bretonne d’origine, engage plusieurs pêcheurs bretons pour travailler dans son usine au Chili.

41Les négociants français connaissent les produits et le monde commercial français. Leur activité ne se réduit pas à la commercialisation des produits fabriqués en France, elle implique également une connaissance des méthodes commerciales des maisons françaises pour pouvoir mener à bien leurs activités économiques.

42Parallèlement à l’intérêt purement économique qui existe dans les relations de la colonie française avec la métropole, le patriotisme joue un rôle considérable dans le développement de ces relations. Il ne faut pas oublier que le patriotisme est d’abord un sentiment. C’est un sentiment de préférence que la colonie française éprouve pour le groupe national dont elle considère qu’elle fait partie. Cette tendance porte les hommes de la colonie française à s’intéresser au destin de leur pays, à participer activement à sa vie, à partager ses souffrances, ses joies et ses espoirs. Ce sentiment a ses racines dans l’affectivité que chaque membre de la colonie porte vers son pays d’origine.

  • 20 La Société française de secours mutuels de Magallanes est fondée en 1897; la Société française de (...)

43L’actualisation de ce sentiment se fait à travers la conservation de la nationalité française, la pratique de la langue française et l’existence d’institutions créées au sein de la colonie20. Ces données fédèrent et conservent parmi les Français du Chili le sentiment d’une appartenance à part entière à la nation française.

L’appel à l’aide : un réflexe inné dans le comportement du négociant français du Chili

44Lorsque surgissent des difficultés le réflexe de la communauté commerciale française est d’en appeler à l’État français à travers les lettres et les plaintes dirigées aux postes diplomatiques de Santiago et Valparaiso. Dans certains articles des journaux français du Chili et dans les plaintes des commerçants français adressées aux postes diplomatiques de la France à Santiago du Chili et à Valparaiso, les négociants français considèrent et font valoir que l’activité commerciale qu’ils développent avec la métropole et dans leur pays de résidence est, en certaine manière, un devoir patriotique et une défense des intérêts de la France à l’étranger.

45Par exemple, au début du xxe siècle, la création d’une banque française est devenue un des objectifs principaux des commerçants français. En 1909, dans un éditorial Le journal du Chili, nous lisons :

  • 21 Le journal du Chili, 5/9/1909.

« À défaut d’une Banque française, le capital dont nous parlons doit forcément et inconsciemment contribuer à alimenter le mouvement commercial de nos concurrents au détriment du nôtre et il nous paraît rationnel et patriotique à la fois de faire un effort pour donner à ce courant une direction favorable aux intérêts français21. »

46Mais ce sentiment exprimé dans ces lettres et ces articles contient en contrepartie la conviction que la France se doit de protéger et de soutenir l’action commerciale de ses citoyens à l’étranger. Les demandes au gouvernement français pour qu’il se charge du lancement d’une ligne maritime française et de la création d’une banque française au Chili, les demandes d’aide à l’ambassadeur pour essayer de mettre un terme à la constante augmentation des droits de douane, sont présentées en même temps comme une nécessité pour le développement du commerce extérieur français et comme une obligation patriotique de la part du gouvernement français.

47Tout au long de la fin du xixe siècle et du début du xxe, la petite et moyenne entreprise française se développe au Chili. Ces entreprises créent un réseau commercial qui garde des liens importants avec la France. Dans le prochain point, nous allons analyser son rôle dans le développement du commerce français au Chili.

La colonie française : plaque tournante de la commercialisation des produits de consommation français au Chili

  • 22 Deux phases d’expansion des « affaires » au Chili avant le début du « cycle du nitrate » : 1849-18 (...)

48Tout au long de la première moitié du xixe siècle, le commerce français au Chili ne peut qu’être embryonnaire ou itinérant dans un pays au mode de vie traditionnel autarcique et replié sur lui-même. Le « boom » économique22 que connaît le pays à partir des années 1850 accélère son développement économique à différentes reprises. Parallèlement, nous venons de voir comment les établissements commerciaux français se sont développés avec l’implantation de la colonie française. Maintenant nous allons voir leur rôle et leur importance dans le réseau d’« intermédiation » dans le commerce franco-chilien.

Le rôle des établissements français au Chili

49La croissance des villes chiliennes qui accompagne le développement économique du pays fait que l’exercice d’un métier commercial, l’ouverture d’un commerce ou le lancement d’une entreprise industrielle dans les moyennes et les grandes agglomérations urbaines est, normalement, immédiatement rentable. Le changement quantitatif et qualitatif que connaît la demande de produits de consommation au Chili fait que l’établissement commercial de nombreux étrangers avec de rayons diversifiés, puis spécialisés, permet désormais d’offrir non seulement le nécessaire mais aussi l’utile et le superflu.

Les établissements commerciaux français au Chili en tant que principaux demandeurs de produits français : les produits de consommation français à la portée du client chilien

50À la fin du xixe siècle, 40 % du commerce de détail de Santiago du Chili environ est aux mains des établissements français. Parmi ce commerce les grands établissements français de vente au détail sont les centres où l’on propose au client chilien la plus grande quantité et la gamme la plus variée de produits français de consommation.

Les grands magasins et les maisons de vente au détail en tant que principaux centres de commercialisation des produits français au Chili « historique »

51Entre 1870-1890, une dizaine de grands magasins de vente au détail existent dans tout le pays. Ils s’inspirent des maisons mères ou de leurs homologues parisiennes et s’installent dans les quartiers les plus huppés de la ville. Situés dans de grands bâtiments bien éclairés, ils concentrent en un même lieu sur plusieurs étages une vaste gamme de produits. Ces maisons commerciales sont des sociétés en participation et généralement elles possèdent en même temps des établissements à Valparaiso et à Santiago du Chili.

52Les années 1860-1890 voient la naissance et le développement de ces maisons françaises qui dominent, en général, le commerce de détail dans les plus importantes villes du pays à la fin du xixe siècle. L’établissement La Belle Jardinière de Poney à Concepción, à côté de ses rayons de nouveautés pour homme et femme, vend une gamme diversifiée de produits de consommation qui va des armes de chasse aux éventails. La Casa Burgalat est spécialisée dans les articles de luxe, les établissements A la ville de Paris appartenant à Henri Chopis sont, eux, spécialisés dans les tissus, les nouveautés, la lingerie, la mercerie, la chapellerie… la maison Vve de Muzard dans les articles d’ameublement et de literie, ou la firme Limozin et Cie dans les articles de quincaillerie, sont de maisons importantes de vente au détail de produits industriels français de consommation. Entre 1880 et 1914, les établissements commerciaux de Casa Pra et la Casa Francesa (Simon et Cie) sont les plus grandes, par la taille et le choix, et les plus importantes, par le chiffre d’affaires, des magasins français de vente au détail au Chili.

53Claude Prat, originaire de Bayonne, ouvre en 1865 sa maison de nouveautés à Santiago du Chili. Progressivement la maison Prat étend et diversifie ses activités. Ainsi cette diversification fait que Claude Prat ajoute à ses rayons de vente de produits de consommation (confections, articles de ménage, meubles, vins, spiritueux, tabac) et crée au Chili une fabrique de meubles, des ateliers de confection, une chemiserie, une blanchisserie, une fabrique de cartonnage et des caves et chais. En 1897, l’établissement central de la Casa Pra est transféré en plein centre de la capitale chilienne.

54La Casa Francesa est, depuis 1858, une imposante succursale chilienne de la Grande Maison de Paris qui possède d’importants magasins d’habillement à Paris, Lyon, Lille et Marseille et une manufacture à Paris. Au Chili, cette chaîne commerciale gère deux établissements d’habillement et de nouveautés à Santiago du Chili et à Valparaiso. Vers 1900, l’entreprise crée une manufacture à Santiago du Chili qui travaille pour fournir les établissements chiliens.

55À côté de ces grands magasins, il existe aussi dans les centres urbains chiliens les plus importants (Santiago du Chili, Valparaiso et Concepción) une série de maisons de vente au détail, de taille moyenne et petite, qui offre au consommateur chilien la possibilité d’accéder aux produits français de consommation.

56Au début du xxe siècle à Santiago du Chili, les maisons de vente au détail atteignent le nombre de 75, tandis qu’à Valparaiso et à Concepción elles ne sont que 34 et 6 respectivement. Dans d’autres villes du centre du pays, d’autres magasins de vente au détail d’importance diverse commercialisent les produits français. Nous pouvons citer deux maisons de vente au détail et une boutique de quincaillerie à Traiguén, une maison de détail à Los Angeles, trois à Angol, une armurerie à Los Andes, quatre maisons de détail à San Felipe, une parfumerie à Coquimbo…

57L’ensemble de ces maisons de détail et des négoces de restauration (10 à Santiago et 5 à Valparaiso au début du xxe siècle) proposent un grand choix de produits de consommation. La plupart de ces négoces vendent des articles de luxe, de nouveautés, des vêtements et des articles textiles. Dans un second rang, nous trouvons des établissements pharmaceutiques vendant des produits chimiques et pharmaceutiques, des quincailleries, des commerces de cuir et de peaux, et des hôteliers qui proposent des vins et des conserves françaises.

Les maisons de gros et les maisons de vente au détail dans les provinces du Chili central à la base des importations de produits français

58Entre 1880 et jusqu’à la fin des années 1920, les importations de produits français se réalisent à travers les maisons de commerce de gros, les grands établissements de vente au détail et quelques maisons moyennes de vente au détail. Les produits importés par les maisons françaises sont dans leur totalité des produits de consommation. Il n’existe pas de grande maison de commerce française au Chili important de produits de base ou d’équipement.

59Au début du xxe siècle et jusqu’aux années 1920, il y a quatre maisons de commerce françaises en gros travaillant dans les provinces du Chili central. Ces entreprises possèdent des établissements dans les trois villes les plus importantes du pays.

60La maison Jouve et Gorlier est fondée en 1847. Au début du xxe siècle, elle possède un comptoir à Valparaiso, un autre à Santiago du Chili et une succursale à Concepción. Au début, ils n’ont qu’une maison à Paris qui se charge des achats des produits exportés au Chili. Le développement des affaires fait que la firme ouvre d’autres maisons en France (Roubaix, Lyon) et en Angleterre (Manchester). L’entreprise est une société en nom collectif. La firme Jouve et Gorlier est consignataire et importateur au Chili d’une large variété d’articles français et d’autres nationalités : confections, nouveautés, cristaux, coutellerie, chaussures, armes, articles de pêche, objets religieux.

61La deuxième grande maison de commerce en gros en tant qu’entreprise en nom collectif, est la firme Guerin frères. Cette entreprise possède trois comptoirs (Valparaiso et Concepción et Santiago) dont un grand entrepôt de cuirs et fournitures pour cordonniers et un comptoir spécialisé en tissus, chapellerie, bonneterie et mercerie. Guerin frères sont aussi commissionnaires pour le compte de tiers sur tous les marchés européens. Cette firme possède une maison commerciale à Paris.

62Une autre maison de commerce en gros est la firme Haran frères travaillant à Concepción. Cette firme est aussi une maison de vente au détail. Elle possède, en plus de l’établissement de Concepción, une maison à Talcahuano. Cette entreprise importe des tissus en général et des produits de chapellerie, bonneterie, draperie, des nouveautés pour homme et femme et des cuirs et articles pour cordonniers. Parallèlement, cette maison fait de l’exportation en France de cuirs et de laines chiliennes.

63La quatrième maison de commerce de gros est la firme Fontaine et Cie. Cette maison possède un comptoir à Valparaiso. Elle importe de France des produits industriels de consommation : tissus, nouveautés, confections, meubles, etc. Après la guerre, l’établissement commercial que la maison Fontaine et Cie possède au Chili disparaît.

64Les grands magasins de vente au détail réalisent eux-mêmes les importations des produits. À l’origine de l’entreprise Prat, c’est Claude Prat en personne qui fait des navettes incessantes entre Santiago du Chili et Paris pour réaliser les achats pour son établissement au Chili. Le développement et la réussite de l’établissement commercial l’obligent à créer en France et en Angleterre des centres d’achats pour approvisionner son établissement à Santiago du Chili.

65La Casa Francesa (Simon et Cie) possède un comptoir à Santiago du Chili et une manufacture à Paris qui lui fournit les vêtements et les articles d’habillement pour hommes et enfants. Des firmes comme Limozin et Cie, Gratry ou Vve d’E. Muzard ont des maisons à Paris et importent différents articles de France et d’autres pays occidentaux. Par exemple, la maison Vve d’E. Muzard importe la plupart de ses produits d’ameublement de France, mais le reste de ses produits provient du Royaume-Uni et des États-Unis.

66Parallèlement, il existe toute une série d’établissements commerciaux de taille moyenne qui réalisent leurs achats en France. À la différence des grands magasins, ces maisons n’ont pas de réseau commercial propre pour réaliser par elles-mêmes les achats des marchandises. Dans ce cas, ces maisons s’adressent aux négociants commissionnaires et consignataires qui agissent pour le compte de celles-ci. Au début du xxe siècle, à part les maisons en gros qui font des opérations de commission et consignation, il n’existe que deux courtiers commissionnaires à Valparaiso et aucun à Santiago du Chili et Concepción.

67Une grande partie des moyennes et petites maisons de vente au détail doivent s’adresser soit aux grandes maisons de vente en gros, soit aux fabriques françaises directement, soit aux maisons de commission et consignation. Néanmoins, un grand nombre de ces maisons ne travaillent pas avec les firmes françaises,

  • 23 Rapport de 1901, ADN, Santiago du Chili, carton 67.

« elles trafiquent surtout avec l’Allemagne vu les entraves sans nombre que les 9/10 des fabriques françaises opposent à ceux que leurs goûts ou leur nationalité attireraient vers la France. Pour travailler avec la France il faut beaucoup de bonne volonté ou avoir besoin de certaines spécialités qu’elle a monopolisé jusqu’à ce jour23 ».

Les maisons de gros dans les régions du Sud du pays : importation et commercialisation de produits français et exportation de produits chiliens en France

68Entre la fin du xixe siècle et les années 1920, deux grandes maisons françaises de gros fonctionnant en association simple sans contrat, sont à la base de l’importation et de la commercialisation des produits industriels français de consommation dans la région des grands lacs. Dans certains cas (achats en commission, gérance d’établissements d’exportation), ces deux maisons travaillent ensemble. Grâce aux établissements situés dans les villes les plus importantes de la région, les maisons Etcheverry et Duhart frères commercialisent les produits importés de France. La plupart des petits commerces français de vente au détail dans les provinces de la région des lacs se fournissent d’auprès des comptoirs de ces maisons. Parallèlement, ces maisons se chargent de l’exportation en France des produits agricoles chiliens.

69La maison Etcheverry est fondée en 1881. Elle réalise de l’importation d’articles manufacturés occidentaux. Cette maison a des représentants ou des agents commissionnaires en Europe pour réaliser les opérations d’importation-exportation. La firme française du Chili Duhart frères est leur agent à Paris, la maison Schmidt et Cie et le négociant Ernest Matthaei sont ses agents commissionnaires à Nottingham et Hambourg respectivement. Les produits français importés par cette maison sont des draps et tissus, des articles de Paris variés, des vins et liqueurs, des soieries, des lainages, de grosses cotonnades, des papiers peints, de la chapellerie et bonneterie. La maison Etcheverry est aussi l’agent des machines agricoles et industrielles de la firme américaine W. R. Grace et Cie, la firme à un comptoir principal à Puerto Montt et des succursales à Osorno, Valdivia, Octay et Río Negro. Cette maison commerciale exporte de la laine brute au Havre et du crin brut, du miel en barils et de la cire en pains à Hambourg.

70La maison de commerce en gros Duahrt frères réalise des opérations commerciales d’importation-exportation. Au début du xxe siècle, grâce à son réseau commercial composé par ses antennes de Paris et de Santiago du Chili, ses succursales de Lota, Coronel, Temuco et Angol, et son comptoir de Puerto-Montt, cette maison importe des articles d’épicerie en gros et des articles pour hommes et dames. L’entreprise Duahrt frères possède deux exploitations agricoles à Cañete produisant du blé et des produits d’élevage. Les produits dérivés de ces exploitations sont exportés en Europe à travers une succursale – gérée avec la maison Etcheverry et dédiée seulement à l’exportation – située à Coquimbo dans la région de La Serena au centre du pays. Cette succursale exporte aussi en France des cuirs et peaux de chinchillas. À partir de la fin des années 1900, cette maison abandonne progressivement l’importation pour s’occuper de l’exportation des produits du pays, de l’élevage d’animaux et de la fabrique d’alcool.

71À la même période dans la Patagonie australe, les maisons de commerce d’importation-exportation en gros Braun et Blanchard et Detaille Henkes et Cie, et les négociants Léon Darricades et Segard et Cie, commissionnaires en marchandises, sont à l’origine de la plupart des échanges avec la France et fournissent la majeure partie des maisons françaises de vente au détail de la région.

72Tandis que la maison Braun et Blanchard importe des marchandises générales et exporte des produits agricoles du pays, Detaille Henkes et Cie importe et exporte des marchandises pour approvisionnements. Les deux négoces possèdent des comptoirs à Punta Arenas où ils font de la vente en gros et de la vente au détail.

73D’autres maisons de vente au détail réalisent des importations de produits français par l’intermédiaire des maisons de commission. Ces maisons importent des articles de lingerie, de confections, de nouveautés, des articles de Paris, des produits de parfumerie, des automobiles, des tracteurs, des papiers peints, des produits pharmaceutiques, des verres, de la peinture…

Les années 1920 : le début du déclin du commerce français en gros et de détail au Chili

74Durant les années 1920, les produits industriels de consommation connaissent une réduction de leurs prix grâce à l’application de nouvelles technologies dans la production. Parallèlement, d’autres entreprises étrangères proposent des produits de consommation identiques aux produits français et à meilleur marché. En même temps, la production de l’industrie chilienne arrive sur le marché chilien s’adressant surtout aux nouvelles couches moyennes du pays. Ces faits font que pour les établissements français le marché chilien se réduit de plus en plus. Pour faire face à cette nouvelle donnée et essayer de survivre commercialement, beaucoup de ces maisons françaises s’adaptent et se conforment à la demande de la vielle aristocratie et la nouvelle bourgeoisie chilienne.

75Pendant les années 1920, de grands magasins français, comme Casa Pra, disparaissent, mais d’importants établissements commerciaux français, comme la Casa Burgalat ou la Casa Francesa se maintiennent jusqu’aux années 1930. D’autres établissements de mode, d’habillement, de luxe, de voitures et d’hôtellerie de moindre importance continuent d’exister : La ville de Londres, les établissements Capdeville, Modes Parisienne, le Cecil Hôtel, l’Hôtel de France, ou les maisons d’importation d’automobiles des frères Simon et des frères Douzet à Santiago et Valparaiso ; les maisons de commerce Esquerré et Laporte, les fourrures Laleur, les chaussures Iriart et Darrigal, l’établissement de mode de Marthe Pecriaux Chic parisien, la parfumerie Iris de Daniel Conchol à Concepción ; les hôtels Lassalle, Alzugzt, Fourcade et Bichendaritz à Temuco, sont quelques exemples de continuité. D’après les chiffres de la première statistique commerciale officielle du gouvernement chilien, faite en 1928, J.-P. Blancpain montre qu’à cette date les Français et Franco-Chiliens contrôlent entre 7 et 10 % du commerce chilien de gros et de détail.

76Néanmoins, la situation de la colonie commerciale française de Valparaiso, décrite en 1929 par le Consul de France dans cette ville, nous montre clairement le déclin de l’activité commerciale dans le port chilien :

  • 24 Rapport n° 1 404 du 7/11/1929, ADN, Valparaiso, carton 13.

« La colonie française de Valparaiso est aujourd’hui à peu près inexistante. En dehors des chefs de 5 ou 6 maisons de relative importance, nos autres compatriotes, à quelques exceptions près, occupent des situations très modestes qui ne leur permettent guère l’aide nécessaire pour le développement du commerce français au Chili. Mais, si Valparaiso est la seconde ville du pays, et son plus grand port, la Colonie française de Valparaiso ne sera bientôt plus qu’un lointain souvenir24. »

La représentation des maisons françaises métropolitaines entre les mains des établissements français du Chili

77Les entreprises industrielles françaises ayant des liens commerciaux avec le Chili ou envisageant de pénétrer le marché chilien utilisent normalement deux voies pour accorder leur représentation dans le pays : les maisons commerciales françaises ou les ressortissants français déjà installés dans le pays et spécialisés dans la représentation commerciale.

78Couramment, les relations que les maisons commerciales françaises du Chili entretiennent avec les industries métropolitaines facilitent les accords de représentation entre les entreprises métropolitaines et le négociant français du Chili. Quant ces liens n’existent pas, les industriels métropolitains s’adressent aux chambres de commerce françaises du Chili ou, par le biais de l’Organisation Nationale du Commerce Extérieur, au poste diplomatique pour demander des renseignements à propos des possibilités de contrats de représentation. Ceux-ci se réalisent avec les maisons françaises du Chili ou avec les hommes de commerce spécialisés dans la représentation.

79Les représentants de commerce entreprennent des voyages à travers le pays dans l’intention d’accroître les affaires commerciales. Avant de réaliser ces voyages, ils se renseignent auprès de la chambre de commerce française ou auprès du poste diplomatique des principales activités commerciales des régions chiliennes. Ils utilisent ces deux institutions pour se mettre en rapport avec les principaux négociants de ces régions.

80D’après les rapports consulaires et les bulletins de la chambre de commerce française de Santiago du Chili, nous pouvons citer à peu près une dizaine de Français spécialisés dans la représentation commerciale : Joseph Lerond, citoyen français résidant à Santiago du Chili, représente la société Tourcoing-Exportation, Société Anonyme de Fabricants textiles pour la vente directe de leurs produits dans les marchés d’exportation. E. Mettais est représentant de commerce de la firme de confection Barbis et Cie. À Valparaiso, Elie Poisson est représentant de la maison Pierre Chabanneau de Bordeaux et de différentes fabriques de moulures. Emmanuel Dreyfus, Auguste Basse, Léopold Brebger, Lamote frères, sont des représentants de commerce qu’acceptent toutes représentations des firmes métropolitaines. Parallèlement, il existe des représentants spécialisés dans la vente de certains produits comme Auguste Meytre, représentant de produits pharmaceutiques.

81Parallèlement, les entreprises métropolitaines qui laissent la représentation de leurs produits entre les mains des maisons de commerce françaises du Chili s’adressent essentiellement aux marchés de Santiago du Chili et Valparaiso sans chercher à élargir leurs affaires dans d’autres régions chiliennes. À la différence des représentants commerciaux spécialisés, les négociants de Santiago et Valparaiso qui détiennent la représentation d’une maison métropolitaine ne réalisent pas de voyages pour élargir le marché des produits qu’ils représentent.

82Une autre différence entre les représentants de commerce et les négociants tenant une représentation est la gamme de produits représentés. Tandis que les représentants de commerce essaient d’élargir les affaires pour les entreprises textiles ou de confection, les représentations tenues par les négociants sont plus variées : les maisons Simon frères et Dauzet frères représentent certains fabricants français d’automobiles ; depuis 1918, Louis Testart est représentant exclusif au Chili de la Société Anonyme des ateliers d’aviation Louis Breguet, des avions Spad, des établissements Laboulais (machines en général) et de la Maison H. Ernault (machines, outils et tours de précision) ; en 1923, les établissements Piraud (André Piraud), Roca, Rochet et Raab, maison fondée en 1884, représentent au Chili les grandes maisons françaises de construction mécaniques et importent des sulfateuses et des charrues adaptées à la vigne, des pressoirs, des pompes et des refouloirs, des insecticides, des ciseaux, des filtres et des appareils de vinification, des douves, des capsules et des bouchons, robinetterie et de l’outillage de tonnellerie, ainsi que tout l’appareillage indispensable pour la production viticole chilienne.

83Les maisons françaises acceptent aussi la représentation de firmes d’autres nationalités. Ainsi la maison de commerce J. B. Etcheberry représente la maison américaine W. R. Grace et Cie pour la vente de machines agricoles dans la province d’Osorno. La maison Jouve et Gerlier sert d’agent pour la firme Fil Brook.

Les journaux en langue française et les chambres de commerce en tant qu’instruments pour le développement du commerce français

  • 25 Rapport de 1910, ADN, Santiago du Chili, carton 29.

84Si nous analysons le nombre et les sujets des publications de langue française au Chili, nous pouvons dire qu’il n’existe pas dans ce pays un véritable développement de la presse de langue française. S’adressant fondamentalement aux membres de la colonie française, les journaux en langue française ont comme objectif principal le commerce. Ils visent la promotion des échanges entre le Chili et la France et le développement de l’activité commerciale de la colonie française : « À Santiago les deux journaux rédigés en français ont beaucoup d’annonces et rendent service à nos négociants25. »

Les journaux en langue française au Chili : des instruments d’information et de protestation pour la colonie commerciale française

  • 26 Par exemple pour la demande au gouvernement français et aux établissements bancaires de France et (...)

85Dans leur fonction commerciale, les journaux en langue française sont un moyen publicitaire intéressant pour les établissements présentant les produits qui remplissent les rayons des magasins et les nouveautés qu’ils viennent de recevoir. Parallèlement, ces publications sont aussi un important outil d’information pour les entreprises commerciales françaises (arrivées et départs des lignes de navigation, taux de change, lois et décrets par rapport à la législation douanière, etc.). Certains journaux sont aussi utilisés comme une tribune depuis laquelle la colonie commerciale française expose ses demandes par rapport à l’organisation et au développement du commerce français dans le pays26.

  • 27 Les premières tentatives sans lendemain de créer un organe régulier sont les périodiques Courrier (...)

86La première publication régulière en langue française27 fut l’hebdomadaire La Colonie Française né à Valparaiso le 23 avril 1883 et publié à Santiago du Chili à partir de 1885. En 1887, il est ensuite remplacé par La France fondé et dirigé jusqu’en 1897 par l’entrepreneur Joseph Rieu, puis en 1897-1898, par le journaliste Théodore Chandre qui en avait été jusque-là le correspondant parisien.

87Le début du xxe siècle voit l’apparition d’autres périodiques en langue française. Après la publication du Projet de publicité et de propagande en France et en Europe en faveur du Chili signé par Louis Civrac et Jean Bernard, en 1907, Alexandre Biron fonde la revue hebdomadaire Le Journal du Chili. Deux ans plus tard, Réné Gorichon fonde le journal hebdomadaire La Patrie. Il dirige la publication durant vingt ans. En 1929 apparaît le premier numéro de la revue hebdomadaire Le Courrier du Pacifique. En même temps, on constate dans la presse chilienne de langue espagnole une absence de tout élément d’information française. Après la Première guerre mondiale, l’information provenant de l’étranger est le monopole de la compagnie américaine United Press.

88Parallèlement, il existe parmi les groupes de citoyens français habitant au Chili des petits organes de presse locaux du genre El Colono ou La Colonie, voix des pionniers français des régions de colonisation du Sud du pays. Ces publications sont bilingues ou n’utilisent que l’espagnol. Des organes homologues existent à Valdivia et Llanquihue. Les sujets abordés sont très variés : la vie des colons, les événements de la ville, la vie sociale, la publicité commerciale, etc. L’existence de ces publications est éphémère.

La chambre de commerce de Santiago du Chili : entre l’aide au développement du commerce français et les affrontements d’intérêts particuliers

89Fondée le 5 janvier 1892, la chambre de commerce française de Santiago du Chili a pour but de développer et de soutenir les relations commerciales et industrielles franco-chiliennes, les arts et la langue française. À travers la collecte et l’échange, entre les commerçants et les institutions françaises de tous les renseignements propres à développer l’industrie et le commerce français dans le pays, elle doit faciliter et augmenter les échanges commerciaux entre la France et le Chili. Son financement se réalise grâce à la cotisation de ses membres, les prix des avis insérés dans le Bulletin, la subvention que lui apporte le gouvernement français et les intérêts de banque.

90La chambre de commerce française de Santiago du Chili est le correspondant au Chili du ministère du Commerce et de l’Industrie de Paris. Ce ministère s’adresse à la chambre de commerce française de Santiago du Chili pour se renseigner sur les questions commerciales du Chili par rapport à la France et rassembler les informations les plus exactes possibles sur le commerce extérieur chilien.

  • 28 « Sont membres actifs les Directeurs, Gérants, Représentants et Agents de maisons françaises ou co (...)

91La chambre de commerce est constituée par les représentants des principales maisons de commerce françaises au Chili. Quelques industriels et négociants de la métropole sont membres adhérents de l’institution28. Elle est administrée par un Conseil composé de neuf membres élus en Assemblée Générale qui décide les modifications de ses statuts. Ce Conseil est, jusqu’en 1905, renouvelé chaque année. Après cette date, il est renouvelé pour 3 ans. Le renouvellement du Conseil se fait par tiers sortant sur la base d’un tirage au sort pour les deux premières années. Le Conseil est composé d’un Président, un vice-président, un secrétaire, un trésorier et cinq conseillers.

  • 29 Voir annexe 15.

92Au début du xxe siècle, la composition du Conseil, à deux ou trois exceptions près ne varie pas. Les directeurs gérants et les associés de quelques grands magasins qui en font partie (Casa Francesa, Casa Pra, Zamulo) y forment une sorte de pouvoir dans l’institution qui, lors des élections, rend le Conseil inaccessible à des négociants plus modestes. Ce groupe utilise la chambre comme un outil pour défendre ses intérêts commerciaux et réaliser des opérations économiques avantageuses pour lui29.

Entre l’indifférence des négociants français du Chili et le manque de renseignement complets et utiles offerts par l’institution aux négociants et industriels de la métropole

93Le fonctionnement de l’institution laisse à désirer ce qui explique le peu d’intérêt que lui portent les négociants français de Santiago du Chili. L’ambassadeur français au Chili écrit :

  • 30 Rapport n° 4 du 15/1/1907 et rapport n° 74 du 15/11/1907, ADN, Santiago du Chili, carton 67.

« […] malheureusement nos séances ne sont pas suivies non plus régulièrement que je le voudrais. Il arrive souvent que tout au plus 4 ou 5 personnes, y compris le Président, le Secrétaire, le Trésorier, répondent aux convocations quelquefois. La rédaction du bulletin laisse aussi fort à désirer.
[…] Cette indifférence est d’autant plus regrettable que celle de nos négociants qui négligent de participer aux travaux de la chambre, sont précisément ceux qui se plaignent continuellement ici que le commerce de la France avec le Chili est stationnaire et qu’on ne fait rien pour lui apporter des encouragements30. »

94Cette indifférence se répercute sur le nombre de membres constituant la chambre de commerce française de Santiago du Chili. Depuis le début du xxe siècle, le nombre de membres de la chambre est en baisse : en 1907, 132 membres ; en 1908, 122 dont 55 membres actifs, 63 adhérents et 4 correspondants.

95Assez souvent, il n’est pas donné suite aux demandes d’information des négociants et des industriels métropolitains. Face à ce mauvais fonctionnement des services, le Président de la chambre accuse le manque de précision dans les demandes de renseignements comme étant la cause principale de cette défaillance :

  • 31 Lettre de la chambre du commerce française de Santiago du Chili à l’ambassadeur français, 16/4/190 (...)

« Généralement des renseignements sont demandés par un commerçant de la métropole dans le but de savoir si des marchandises peuvent être envoyées à une certaine personne sans paiement préalable. Parfois cette personne n’a aucune surface commerciale et n’offre aucune sorte de responsabilité, nous ne pouvons donc fournir que de très vagues renseignements qui ne permettent pas à celui qui les demande de conclure l’affaire avec son client.
[…] L’indication du montant du crédit est également indispensable car une personne peut être solvable pour une petite somme ; ne connaissant pas le montant du crédit à accorder nous ne pouvons rien répondre sur la question solvabilité31. »

96Néanmoins, d’après l’analyse de l’ambassadeur de France à Santiago du Chili, président d’honneur de la chambre, l’institution a beaucoup du mal à mener à bien son travail de renseignement commercial à cause d’une organisation défaillante dans la recherche de l’information :

  • 32 Rapport du 16/3/1909, ADN, Santiago du Chili, carton 67.

« Comme dans le passé, la chambre a la même routine dans la façon de procéder en présence des demandes de renseignements commerciaux, des demandes qui nécessitent des enquêtes sérieuses, souvent délicates lorsqu’elles portent sur la notoriété et la solvabilité d’un négociant français ou étranger sont transmises à une agence chilienne de renseignements qui moyennant 20 piastres papier par mois, communique une réponse au Président de la chambre alors que celui-ci ou un membre du Comité devraient s’occuper personnellement et discrètement de l’enquête. Quant aux représentants que des maisons de commerce désirent trouver au Chili, il n’est point donné de publicité suffisante à leurs demandes, certains membres du Conseil, chefs de maisons, se réservent de l’examiner dans leur intérêt personnel32. »

97Le mauvais fonctionnement de l’institution et les maigres résultats qu’elle apporte au développement du commerce français au Chili fait qu’au début des années 1910, le gouvernement français décide de supprimer la subvention accordée à la chambre de commerce française de Santiago du Chili.

  • 33 Ibidem.

98La chambre publie un bulletin trimestriel. Celui-ci contient les comptes rendus des assemblées générales et présente, sous forme de tableaux sans aucun éclaircissement, des informations plus ou moins précises sur l’importation et l’exportation, le bilan de banques, le change, ainsi que des traductions d’articles de journaux locaux. Parallèlement, la chambre reçoit toutes sortes de publications, des catalogues de maisons françaises et étrangères, des revues d’économie politique, des journaux, des bulletins de statistiques… Néanmoins, d’après les considérations de l’ambassadeur de France au Chili les informations contenues dans ces publications ne sont pas utilisées et si jamais un négociant voulait se documenter et demander des renseignements à la chambre, il lui serait impossible de recevoir une réponse immédiate à cause « du grand désordre des archives de la chambre de commerce et le soin nul que celle-ci porte sur ses documents33 ».

Tableau 46 : Correspondance commerciale de la chambre de commerce française de Santiago du Chili, 1902-1912

Tableau 46 : Correspondance commerciale de la chambre de commerce française de Santiago du Chili, 1902-1912

Source : Rapport de 1913, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 94.

La rupture de la Première guerre mondiale et la difficile survie de la chambre durant les années 1920

99Les années de guerre signifient pour la chambre de commerce française de Santiago du Chili le début des graves difficultés budgétaires que l’institution connaît tout au long des années 1920. Ces difficultés réduisent de plus en plus l’action de renseignement et de soutien au commerce français réalisé par la chambre. La diminution de l’activité commerciale entre la France et le Chili ainsi que la réduction du nombre de membres de la chambre (110 membres en 1916, dont 65 membres actifs, 41 adhérents et 4 correspondants) créent de sérieuses difficultés de trésorerie à l’institution. En 1916, le président de la chambre s’adresse à l’ambassadeur pour demander le rétablissement de la subvention gouvernementale nécessaire pour :

  • 34 Lettre de la chambre du commerce française de Santiago du Chili à l’ambassadeur français, 1/5/1916 (...)

« faire face aux dépenses les plus nécessaires : notre Bulletin autrefois trimestriel a dû devenir semestriel faute des fonds nécessaires à son impression ; notre chambre a dû demander au Cercle Français de Santiago l’hospitalité pour ses réunions et ses archives, d’autre part nombre de ses membres, tant adhérents que membres actifs, se trouvent mobilisés et par conséquent dispensés de payer leur cotisation actuelle, de sorte que chaque jour les ressources de notre institution se font plus précaires et il paraît urgent d’aviser pour que les travaux, aussi modestes soient-ils, de la chambre de commerce puissent se continuer34 ».

  • 35 Lettre de la chambre du commerce française de Santiago du Chili à l’ambassadeur français, 18/5/192 (...)

100Le début des années 1920 ne change pas les données. À cette période, comme nous l’avons vu dans le point précédent, l’ensemble des commerçants français au Chili exerce le commerce de détail et la chambre ne peut compter sur leurs cotisations que pour une faible part d’entre eux (81 membres actifs au Chili en 1930), c’est-à-dire que les rentrées de la chambre sont insuffisantes pour le fonctionnement correct de l’institution. Cette situation fait que la chambre de commerce française de Santiago du Chili travaille de plus en plus avec des maisons d’autres nationalités : « La propagande que nous faisons touche, souvent, les maisons d’autres nationalités qui, de ce fait, deviennent de clients de la chambre35. »

101Néanmoins, ces difficultés sont aussi dues à la stratégie des chambres de commerce françaises qui provoquent, en plus des difficultés budgétaires internes de la chambre, une réelle infériorité du commerce français face à ses concurrents commerciaux en ce qui concerne le renseignement et l’action commerciale. Tandis que les chambres de commerce des principaux concurrents commerciaux de la France concentrent leurs efforts en une seule chambre de commerce pour le Chili, située dans le centre le plus important de leurs affaires et n’ont que des comités ou délégations dans le reste du pays, la France possède d’autres chambres de commerce à Valparaiso et Concepción totalement indépendantes de celle de Santiago du Chili.

Les chambres de commerce de Valparaiso et de Concepción : un échec dans la tentative pour supplanter le commerce allemand durant et après la Première guerre mondiale

102À la fin du xxe siècle, il existe à Valparaiso une chambre de commerce française. Elle est fondée en juillet 1884 et avait pour but le développement du commerce français au Chili. Nous ne possédons d’informations ni sur son fonctionnement ni sur son organisation. Elle disparaît en juillet 1891.

103Deux nouvelles chambres de commerce françaises naissent à Valparaiso et Concepción dans le contexte exceptionnel de la Première guerre mondiale. En juin 1916, suite à la création d’une chambre de commerce Allemande et d’une autre, Italienne, à Valparaiso pour combattre les tentatives d’établissement de listes noires de maisons de commerce, un groupe de négociants français, encouragés fortement par leur consul, crée le Comité d’Études Commerciales de Valparaiso. Le 27 décembre 1917, ce comité devient la chambre de commerce française de Valparaiso.

  • 36 « La chambre de commerce a pour but de recueillir et d’échanger avec les commerçants et les instit (...)

104En 1915, à l’appel de l’agent consulaire de France de Concepción, un certain nombre de commerçants français de la ville et de sa région se réunissent pour parler de l’utilité d’une éventuelle création d’une chambre de commerce dans la ville de Concepción. Le 22 décembre 1917, un groupe de quarante négociants de la région fonde la chambre de commerce française de Concepción et Talcahuano36.

  • 37 Conseil directif pour 1918-1919 de la chambre de commerce française de Concepción et Talcahuano : (...)

105Bien que les deux chambres aient pour objectif de développer le commerce et l’influence française au Chili37, le contexte international fait que ces institutions travaillent avec le but très précis d’éliminer le commerce allemand pendant et après la guerre :

  • 38 Rapport du 15/5/1918, ADN, Valparaiso, carton 13.

« L’intérêt qu’il y avait de prendre des mesures, pour qu’après la guerre, nos compatriotes puissent arriver à détruire le cosmopolitisme économique allemand qui règne au Chili.
[…] la grande occupation de ces chambres est actuellement de poursuivre le commerce ennemi : notre chambre avec le concours des chambres de commerce Anglaise et Italienne fondées à Valparaiso à l’imitation de la nôtre, et les délégués du haut commerce des États-Unis, a poussé à la création d’un Comité interallié dénommé Comité Commercial Interallié lequel, selon son programme, est appelé à rendre de grands services aux Consuls des quatre puissances à Valparaiso38. »

106La chambre de commerce française de Valparaiso publie Le Bulletin annuel de la chambre et un périodique : Informations mensuelles. À la fin de 1930, le nombre de membres adhérents de la chambre est de 62 dont 32 Français établis à l’étranger, et 30 maisons établies en France.

107Après la fin du conflit armé les deux chambres continuent leur activité, mais leurs performances, leur situation budgétaire et leur activité est très réduite et sans résultats pour le commerce français :

  • 39 Rapport du 13/2/1928 de la chambre de commerce française de Valparaiso, ADN, Valparaiso, carton 13

« Malgré ce peu encourageant résultat, nous avons poursuivi nos efforts pour développer l’exportation française au Chili des articles qui sont réellement en situation de lutter sur les marchés étrangers. M. le Consul a bien voulu initier des démarches auprès du ministre des Affaires étrangères, sollicitant un crédit qui permet une propagande commerciale française, si réduite soit-elle, dans quelques journaux chiliens39. »

Les cas Bordes et Testart : la difficile accommodation du négociant aux changements des structures économiques du capitalisme mondial

108L’impact de la guerre, les changements des structures du système capitaliste, l’évolution économique du pays, mettent en difficulté et bouleversent le négoce familial français au Chili. Cependant, il survit jusqu’aux années 1930. Nous trouvons deux exemples du choc qu’impliquent ces changements dans le négoce français avec le cas de la maison Bordes et fils, et celui de l’aventure de l’aviation commerciale entreprise par Louis Testart.

La maison Bordes et fils : la lente disparition du rôle de négociant-armateur

109Le repli temporaire que connaît le commerce du vin à Bordeaux pendant les années 1850 incite une certaine diversification sectorielle et géographique des affaires des entrepreneurs commerciaux bordelais. Les familles de négociants savent conserver leurs marchés en Europe du Nord-Est, mais elles s’adaptent aussi aux mutations du commerce mondial. Parmi les négociants qui savent s’adapter, nous trouvons le cas de Bordes qui se lance dans une prospection des débouchés transatlantiques et gagne la côte chilienne.

110Le 24 janvier 1857, Antoine Dominique Bordes et Le Quellec concluent avec la Compagnie Générale Maritime un traité pour les opérations du Pérou, Chili, Brésil et Centre Amérique. En 1864, la Compagnie Générale Maritime, devenue Compagnie Générale Transatlantique en 1863, abandonne l’exploitation de la ligne du Pacifique sud.

111Le décès de Casimir Le Quellec en 1861 marque la fin de l’association entre les deux hommes. Les avoirs communs se partagent entre Antoine Dominique Bordes et les fils de Casimir Le Quellec. C’est à cette période qu’Antoine Dominique Bordes entame la construction de sa flotte.

112Dans les années 1870-1880, Antoine Dominique Bordes devient négociant-armateur. Sa Maison est « acheteur permanent » de nitrate à Iquique. Ses navires chargent aussi à Pisagua et à Junin. Il a plusieurs fournisseurs de nitrate – Gibbs and sons, Compagnie de Tarapacá, Martinez Velardo, Haisworth and Cie, Basser Miliaris, Guidemeister – et ses acheteurs sont à Londres et au Havre – Sociétés de Saint-Gobain, Meleta, Kuhlmann.

113Qu’il achète le nitrate pour son compte, ou qu’il en fasse le transport pour un tiers, Bordes subit à la fois les conséquences des prix de vente du nitrate et des taux de fret. Cette fin du xixe siècle voit comment la flotte marchande mondiale est en pleine révolution. Le voilier long-courrier et le cargo à vapeur sont désormais en fer. L’exploitation est intensifiée. Parallèlement, la durée des rotations complètes diminue et les tarifs des frets se réduisent. À partir des années 1890, les armements de voiliers cap-horniers, dont l’armement Bordes, ne suffisent plus à assurer ces transports de nitrate.

114Le début de la Première guerre mondiale provoque au Chili l’immobilisation de tous les navires de commerce alliés. En 1917, la Maison Bordes se transforme en société anonyme. Cependant la Création du Nitrate of Soda Executive Committe, et, par la suite, la centralisation complète des achats à Londres écartent la Maison Bordes du négoce du nitrate.

115La transformation des structures commerciales du négoce maritime réduit les fonctions de la Maison Bordes et surtout crée au sein de cette Maison une extrême dépendance à l’égard des structures économiques et commerciales sur lesquelles elle ne peut agir. Le résultat est la disparition au début des années 1920 de l’armement Bordes.

Louis Testart et l’aviation commerciale : un monde qui disparaît dans un monde nouveau qui s’impose

116Louis Testart fonde, en 1889, sa maison de commerce d’importation de tissus et nouveautés à Valparaiso. En 1921, en comptant sur les revenus fixes de sa maison de commerce et son réseau de connaissances, il présente au gouvernement chilien un projet d’aéro-navigation commerciale. Il spécule sur la réussite de l’entreprise, grâce au monopole de l’aviation commerciale au Chili, et au rachat ultérieur de l’entreprise par le gouvernement prévu par le contrat de soumission.

117En décembre 1924, le gouvernement approuve le projet de Louis Testart. Le contrat avec l’État chilien prévoit : une soumission de l’exploitation pour 12 ans, le transport de colis postaux et de passagers est préférentiel et le fisc participe sur les 3/8 des bénéfices. La compagnie doit donner une préférence spéciale au transport des employés publics, des militaires et des marins qui voyagent en commission de service. Un escompte de 50 % est consenti pour le transport des correspondances du gouvernement chilien. Le gouvernement chilien conserve le droit d’établir les tarifs et d’utiliser gratuitement les installations de la compagnie pour l’aviation militaire.

118Parallèlement, d’autres compagnies européennes et américaines s’intéressent aussi à la création de l’aviation commerciale au Chili. Néanmoins, les sociétés de navigation aérienne ne subsistent en Europe, dans des conditions bien plus favorables que celles du Chili, que grâce à l’appui financier des États intéressés. C’est pour cela que toutes les autres propositions demandent une garantie ou une subvention de l’État chilien.

  • 40 8 avions de 450 Hpc, 4 groupes de moteurs, 5 hangars, 5 stations TSH, 5 groupes d’ateliers, 5 auto (...)

119L’entreprise de Louis Testart doit préparer une nombreuse équipe d’aviateurs et techniciens et amener au Chili le matériel nécessaire pour l’établissement de la ligne40. Les énormes besoins en capitaux font que la recherche de fonds dépasse les limites du réseau familial et des connaissances. Louis Testart est obligé de former une Société anonyme. En 1925, il lance ses actions sur le marché chilien au nom de la Compañía de Aeronavegación Sudamericana. Il ne parvient jamais à réunir le capital nominal en raison de la crise économique et politique que le pays subit depuis 1924. Parallèlement, la concurrence du chemin de fer, qui met Valparaiso à 3 heures de Santiago du Chili, fait que l’expérience aéronautique tourne court très rapidement.

  • 41 Rapport n° 432, ADN, Santiago du Chili, carton 79.

120Malgré l’appel aux capitaux chiliens, la Société de Louis Testart a de graves problèmes financiers pour mener à bien son projet : « La maison Breguet était toute disposée à envoyer un avion piloté par Lemaître, moyennant une quote-part assurée par M. Testart de 50 000 pesos. M. Testart refusa en motivant son refus par le manque de fonds41. »

121La Compañía de Aeronavegación Sudamericana inaugure le 3 mai 1927 son service de liaison postale entre Santiago du Chili et Valparaiso. Le but avec l’ouverture de la ligne est d’intéresser des capitalistes susceptibles d’apporter leur aide financière à la réalisation d’autres lignes au Chili. Louis Testart s’engage avec plusieurs constructeurs français à qui il propose de céder des actions contre la fourniture de matériel, mais la réponse est négative.

122Après quelques vols, les pertes économiques de l’entreprise empêchent Louis Testart d’accomplir les termes du contrat signé avec le gouvernement chilien. L’échec de la tentative aéronautique de Louis Testart provoque de nouveaux efforts de la part des Compagnies aériennes solides et déjà implantées sur le continent pour faire rescinder le contrat du gouvernement chilien avec le négociant français. En septembre 1928, la soumission est annulée par le gouvernement chilien. L’entreprise abandonnée par Louis Testart est reprise par des sociétés américaines ou anglaises disposant de moyens financiers ou politiques bien supérieurs aux siens.

Notes

1 Entre 1851 et 1915, environ 41 millions d’Européens ont quitté l’Europe pour aller s’installer surtout dans le Nouveau Monde. Sur ces 41 millions, quelque 32 à 33 millions, l’ont fait dans les trois décennies et demie précédant 1915, Bairoch P., op. cit., p. 176.

2 Girault R., Diplomatie européenne, 1871-1914 : nations et impérialismes, Paris, A. Colin, 1979, p. 152.

3 Meyer J., Histoire de la France coloniale : 1. Des origines à 1914, Paris, A. Colin, 1990, p. 346.

4 Wiener C., Chili et les Chiliens, Paris, Léopolde Crf, 1888, p. 246.

5 Cordemoy C., op. cit., p. 158.

6 Mizgier S., Le Chili en 1919, Lyon, Noirclerc, 1920, p. 155.

7 Bellessort A., La jeune Amérique. Chili et Bolivie, Paris, Perrin, 1923, p. 117.

8 Cordemoy C., op. cit., p. 162-163.

9 Wiener C., op. cit., p. 246.

10 « Si les émigrants français ne réussissent ni aussi vite ni aussi bien que les Allemands, cette infériorité provient de notre absence presque complète de solidarité […]. À l’étranger, les Français gardent la même défiance envers leurs concitoyens qui vont les rejoindre, que nos provinciaux à l’égard de ceux qui reviennent des contrées lointaines. Le Français ne trouve en débarquant aucun encouragement, aucun appui. Si ses compatriotes soupçonnent en lui un concurrent futur, ils le dissuaderont de s’attarder dans leurs parages. S’ils prévoient un appel à leur bourse ils se claquemureront chez eux. C’est d’un individualisme intelligent », Bellessort A., op. cit., p. 324-325.

11 Mizgier S., op. cit., p. 221.

12 Lafond G., L’effort français en Amérique latine, Paris, Payot, 1917, p. 121.

13 « C’est que le Français, plein d’idées spéculatives et théoriques, net et précis, élégant même, hésite et s’embarrasse dès qu’il s’agit de mise en pratique : il lui manque le génie commercial qui caractérise les lourdes et patientes races du Nord ; il lui manque de savoir commercer », Avenel H., L’Amérique latine, Paris, May and Motteroz, 1892, p. 6.

14 « Les Français ne vont au Chili que dans un nombre restreint », Contreras F., op. cit., p. 13.

15 « Si les parents restent obstinément français, les enfants deviennent le plus souvent Chiliens ; ils ne peuvent guère faire autrement, ils n’ont aucun lieu qui les rattache à la mère patrie, ils n’ont pas l’espoir d’y retourner », Cordemoy C., op. cit., p. 165.

16 Drancourt, L’Entreprise de l’Antiquité à nos jours, Paris, PUF, 1998, p. 8.

17 « Notre demande est étudiée par l’Amiral Nef et le député Gomez Carreño. Par rapport au député nous avons de fortes influences », lettre du 14/10/1924 du commandant Cochrane Salvo à Louis Testart, ADN, Santiago du Chili, carton 79.

18 Lettre du 15/10/1924 de Louis Testart à l’ambassadeur français de Santiago du Chili, ADN, Santiago du Chili, carton 79.

19 Rapport de 1923 sur l’« Enquête sur la situation de nos nationaux au Chili », ADN, Santiago du Chili, carton 94.

20 La Société française de secours mutuels de Magallanes est fondée en 1897; la Société française de secours est fondée en 1869; la Société française de Bienfaisance Valparaiso est fondée en 1869 et celle de Santiago du Chili en 1887; l’Union nationale des combattants groupe de Santiago du Chili est créée en 1919 ; l’Union des employés français au Chili est née en 1900 (société mutuelle ayant pour but de faciliter l’arrivée des français au Chili, accordant à ses membres des soins médicaux et pharmaceutiques, des allocations…) ; le Comité de dames de la colonie française est crée en 1908.

21 Le journal du Chili, 5/9/1909.

22 Deux phases d’expansion des « affaires » au Chili avant le début du « cycle du nitrate » : 1849-1857 et 1864-1873, voir Les Booms économiques en Amérique latine, Toulouse, Université Toulouse-Le Mirail, 1993, p. 33-48.

23 Rapport de 1901, ADN, Santiago du Chili, carton 67.

24 Rapport n° 1 404 du 7/11/1929, ADN, Valparaiso, carton 13.

25 Rapport de 1910, ADN, Santiago du Chili, carton 29.

26 Par exemple pour la demande au gouvernement français et aux établissements bancaires de France et la présentation d’un projet à propos de la création d’une banque française au Chili voir les différents articles de 20/8/1909, 29/8/1909, 5/9/1909, Le Journal du Chili.

27 Les premières tentatives sans lendemain de créer un organe régulier sont les périodiques Courrier du Chili – publié à Valparaiso très irrégulièrement entre 1870 et 1871 – et Les Échos du Pacifique – 22 numéros publiés à Valparaiso du 28/10/1886 au 22/1/1887.

28 « Sont membres actifs les Directeurs, Gérants, Représentants et Agents de maisons françaises ou compagnies financières, commerciales, industrielles, agricoles, de navigation et d’assurances, résidant au Chili munis de procurations, alors même qu’ils seraient de nationalité étrangère », article 4 des statuts de la chambre de commerce française de Santiago du Chili, d’après le rapport du 13/5/1905, ADN, Santiago du Chili, carton 67. Voir aussi l’annexe 14.

29 Voir annexe 15.

30 Rapport n° 4 du 15/1/1907 et rapport n° 74 du 15/11/1907, ADN, Santiago du Chili, carton 67.

31 Lettre de la chambre du commerce française de Santiago du Chili à l’ambassadeur français, 16/4/1905, ADN, Santiago du Chili, carton 67.

32 Rapport du 16/3/1909, ADN, Santiago du Chili, carton 67.

33 Ibidem.

34 Lettre de la chambre du commerce française de Santiago du Chili à l’ambassadeur français, 1/5/1916, ADN, Santiago du Chili, carton 67.

35 Lettre de la chambre du commerce française de Santiago du Chili à l’ambassadeur français, 18/5/1920, ADN, Santiago du Chili, carton 67.

36 « La chambre de commerce a pour but de recueillir et d’échanger avec les commerçants et les institutions commerciales de la métropole tous les renseignements propres à développer l’industrie et le commerce français au Chili. Elle correspond directement avec les différents ministères, notamment avec les ministères du Commerce et des Affaires étrangères, avec les agents diplomatiques et consulaires et les chambres de commerce de la métropole. », Statuts et règlements intérieurs de la chambre de commerce de Valparaiso, article 2. « La chambre de commerce a pour but de recueillir et d’échanger avec les commerçants, industriels et institutions commerciales analogues du pays et de la métropole, tous les renseignements propres à développer l’industrie et le commerce français au Chili. […] Communiquer et décrire les divers procédés d’achat et de vente employés par les négociants étrangers. », Statuts de la chambre de commerce française de Concepción et Talcahuano, article 2.

37 Conseil directif pour 1918-1919 de la chambre de commerce française de Concepción et Talcahuano : Etienne Othacehe, président ; Alexandre Etcheberry, vice-président ; Joseph V. Soulodre, secrétaire ; Victor Beaudouin, trésorier ; Adrien Haran, Rémy Simondet, Félix Arretchea, Bernard Olhagaray, Joseph Poney, conseillers.

38 Rapport du 15/5/1918, ADN, Valparaiso, carton 13.

39 Rapport du 13/2/1928 de la chambre de commerce française de Valparaiso, ADN, Valparaiso, carton 13.

40 8 avions de 450 Hpc, 4 groupes de moteurs, 5 hangars, 5 stations TSH, 5 groupes d’ateliers, 5 automobiles, pièces d’aéronautique.

41 Rapport n° 432, ADN, Santiago du Chili, carton 79.

Table des illustrations

Titre Tableau 46 : Correspondance commerciale de la chambre de commerce française de Santiago du Chili, 1902-1912
Légende Source : Rapport de 1913, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 94.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25240/img-1.png
Fichier image/png, 114k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540