Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le négoce français au Chili

 | 
Enrique Fernández-Domingo

Deuxième partie. Les succès et les échecs de la pénétration commerciale française au Chili

Chapitre 5. Des résistances, des continuités et des exceptions dans le commerce français au Chili

Enrique Fernández-Domingo

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1En 1896 a lieu la fin de la longue dépression que connaît l’économie française depuis les dernières années de la décennie 1850. Désormais la France connaît une croissance ralentie qui s’accélère entre 1905 et 1914. Elle est accompagnée d’une industrialisation rapide.

2Malgré la poussée de certains secteurs industriels comme l’industrie de l’automobile, l’aluminium ou l’aéronautique, pendant la période de 1880-1914 les structures des exportations françaises continuent cependant d’être dominées par les produits textiles et les articles de Paris.

  • 1 La part de la production industrielle destinée à l’exportation en 1920-1924 est de 31,2 %.
  • 2 La part de la France dans les exportations mondiales d’articles manufacturés entre 1926 et 1929 es (...)
  • 3 Lévy-Leboyer M., op. cit., p. 226.

3Les années 1920 coïncident avec un moment de croissance vigoureuse de l’industrie française. Celui-ci est accompagné d’un développement spectaculaire de secteurs tels que celui de l’automobile, de l’industrie électrique ou même celui du pétrole. La part de la production industrielle française destinée à l’exportation connaît conjointement une forte croissance1. Au cours de cette période la France va conserver sa part de marché et sa position par rapport au commerce mondial2. L’évolution du commerce extérieur français pendant la décennie de 1920, est néanmoins complexe puisqu’« après un bond en avant initial des exportations industrielles et du taux d’exportation, le retournement de tendance s’amorce dès avant 19293 ». Quels changements et quelles continuités connaissent l’évolution et les structures du commerce franco-chilien ? Quelles influences ont les investissements français au Chili sur les exportations françaises ?

Le marché chilien pour la France : des postes à ne pas négliger

4Jusqu’en 1894, la réduction des exportations françaises au Chili par rapport aux marchés latino-américains est accompagnée d’une perte d’importance du marché chilien, en tant qu’acheteur de produits français. Entre 1880 et 1894, la part que le débouché chilien occupe dans les ventes françaises en Amérique latine diminue de 1,5 % et passe de 8,3 % en 1880-1884 à 6,8 % en 1890-1894. Pendant la période de 1895-1899, les valeurs des ventes françaises au Chili se maintiennent. En même temps s’opère le retournement de tendance du pourcentage du marché chilien dans les exportations françaises en Amérique latine. Celui-ci connaît pendant ces cinq ans une augmentation pour atteindre 7,7 %. Cette croissance continue avec l’arrivée du nouveau siècle et se maintient avec un rythme plus faible pendant les dix années qui précédent la Première guerre mondiale. Ainsi entre 1900 et 1914, le marché chilien absorbe-t-il 9,3 % des exportations françaises en Amérique latine. Malgré une légère croissance des pourcentages pendant les années de la guerre (1915-1915 : 10,6 %), pendant les années 1920, la part du Chili dans les valeurs du commerce français en Amérique latine se maintient stable : 1920-1924 : 9,6 %, 1925-1929 : 9,2 %.

5La très faible part qu’occupe le marché chilien par rapport à l’ensemble des exportations françaises reste au contraire plus ou moins stable pendant toute cette période. Le pourcentage des exportations françaises au Chili atteint alors ses valeurs les plus importantes pour les deux extrêmes de la période 1880-1914 – 1880-1884 : 0,7 % ; 1910-1910 : 0,6 % – pour se maintenir à 0,4-0,5 % entre 1889 et 1909. Pendant les années 1920, la part du Chili dans les valeurs du commerce extérieur français présente des pourcentages similaires à ceux des années antérieures à la Première guerre mondiale : 1920-1924 : 0,4 %, 1925-1929 : 0,5 %. Ces pourcentages nous montrent clairement le caractère résiduel que la contrée chilienne représente pour l’ensemble des exportations françaises.

Le marché chilien par rapport à l’évolution de sa population : un débouché stable

  • 4 Voir tableau 14.

6Les valeurs du tableau 41, que nous avons obtenues de la mise en relation de l’évolution des exportations et de l’évolution de la population de chaque pays, nous montrent que l’importance que certains marchés représentent en tant que débouché pour les exportations françaises en Amérique latine se modifie considérablement. Nous notons par exemple que le marché brésilien, deuxième en importance pour les valeurs totales des produits français vendus en Amérique latine, se trouve au début du xxe siècle largement derrière des marchés du Cône sud, avec des valeurs similaires à celles de la Colombie, ou du Pérou. La croissance de la population brésilienne4 ne fait que réduire ces valeurs.

7À l’opposé l’Uruguay se trouve en 1900, à la tête des marchés d’Amérique du Sud demandeurs de produits français. Avec 13 millions de francs d’exportations par habitant, le marché uruguayen devance même l’Argentine qui le suit de près avec 12,4 millions de francs par habitant. Mais bien qu’il perde cette position privilégiée à la veille de la guerre, l’Uruguay continue d’être le deuxième marché en importance pour la France en Amérique du Sud.

Tableau 41 : Exportation française par habitant dans les principaux paysde l’Amérique du Sud, 1900-1928 (en millions de francs)

Tableau 41 : Exportation française par habitant dans les principaux paysde l’Amérique du Sud, 1900-1928 (en millions de francs)
  • * Uruguay et Paraguay

8Note*

Sources : d’après Riado P., op. cit., et le Tableau général du commerce et de la navigation.

9Entre 1900 et 1914, le Chili, par rapport à sa population, se présente comme un marché plus important que le Brésil mais plus faible comparé à l’Uruguay ou l’Argentine. Il est toujours un client plus important que la Colombie, le Venezuela ou le Pérou. Mais malgré la croissance de sa population les résultats des exportations françaises de 1900 et 1914 (avec 6,1 et 6,9 millions de francs respectivement par habitant) nous montrent que le marché chilien est un débouché stable pour les produits français.

Les années 1920 : des continuités dans le marché chilien par rapport à sa population

10Bien qu’il existe dans tous les pays d’Amérique du Sud une croissance forte dans les valeurs des exportations françaises par habitant et par rapport à la période d’avant-guerre, nous observons qu’il existe cependant certaines continuités dans l’évolution et l’importance que les différents marchés sud-américains représentent pour le commerce extérieur français.

11Nous observons par exemple que l’Argentine continue d’être la destination la plus importante pour les exportations françaises vers l’Amérique du Sud. Nous remarquons aussi que l’Uruguay représente toujours un marché considérable dans le sous-continent par rapport à sa population. Par contre le Brésil, deuxième partenaire commercial de la France en Amérique latine, n’occupe qu’une position résiduelle dans les exportations françaises vers l’Amérique du Sud. Le Chili, lui maintient sa position de marché secondaire derrière ses voisins de l’est, et largement devant le Brésil et le Pérou.

La croissance française comme moteur de la progression des exportations françaises

12La longue dépression de l’économie française des années 1880-1890 s’accompagne d’une réduction des valeurs du commerce spécial des exportations dirigées vers le marché chilien.

De la fin du xixe siècle à la veille de la Première guerre mondiale : la reprise de l’économie française et la progression des exportations françaises au Chili

13En comparant l’évolution des exportations françaises au Chili, au Pérou et en Argentine, nous tirons la conclusion que la reprise, en 1895, de l’économie française est à la base du changement de tendance des indices des trois pays. Lorsque la baisse de l’indice chilien s’arrête vers 1899, les indices péruvien et argentin connaissent respectivement, entre 1900 et 1904, une hausse de 19 et de 6 points (bien que le point de départ des exportations, au Pérou soit beaucoup plus bas que celui des exportations vers l’Argentine).

  • 5 Voir tableau 14.
  • 6 Voir tableau 26.

14L’accélération de la croissance française qui se produit à partir de 1904-1905 (marquée par le développement de branches industrielles nouvelles telles l’aluminium, l’automobile ou l’aéronautique) a une influence très importante sur la reprise des indices des exportations françaises vers les trois marchés latino-américains. À partir de 1904, les tendances des indices des trois pays explosent. Entre 1905 et 1914 tandis que les indices argentin et chilien augmentent de plus de 100 points (exportations en Argentine : + 165 ; exportations au Chili : + 119), l’indice péruvien augmente de 55 points. Nous croyons que cette différence dans le rythme de croissance des trois indices s’explique par les caractéristiques internes des marchés de ces trois pays. Ainsi l’Argentine connaît-elle une expansion économique et une croissance de sa population plus rapide que celles du Chili ou encore celles du Pérou5, ce qui fait que la demande argentine est plus importante (aussi bien en quantité qu’en qualité que la demande chilienne). Le différent niveau de croissance entre le Chili et le Pérou provoque parallèlement le même décalage entre le marché chilien et le marché péruvien. Il faut ajouter que l’Argentine abrite une colonie française plus nombreuse que celle du Chili et aussi que celle du Pérou, lequel ne constitue pas une destination importante pour les émigrés européens6.

La Première guerre mondiale : des conditions exceptionnelles à l’origine de la chute relative des exportations françaises au Chili

15Dès le début de la guerre, le gouvernement français applique des prohibitions qui visent d’empêcher la sortie de produits utiles à l’alimentation ou à la défense nationale tels que lait, sucre, volaille, chevaux, voitures, etc. Entre 1915 et 1918, ces prohibitions sont largement étendues. Les conditions exceptionnelles dans lesquelles se trouve le développement du commerce extérieur pendant les années de la guerre (conditions douanières, guerre sous-marine, difficultés de la marine marchande française…) se traduisent par une chute relative des exportations françaises au Chili.

16Entre l’évolution des valeurs des exportations françaises dirigées vers l’Argentine, le Pérou et le Chili, l’indice de ce dernier est le seul à afficher une croissance pendant les années du conflit mondial. Tandis que les indices argentin et péruvien connaissent de fortes chutes par rapport à la période d’avant-guerre (ils passent respectivement de 100 à 73 et à 85 pour le commerce spécial) l’indice chilien progresse de 10 points. L’impact de la guerre avec la restriction des importations en provenance de l’Europe (dans le cas de la France) n’apparaît que dans l’évolution des indices argentin et péruvien. Nous pensons que l’accélération de la croissance économique chilienne grâce à la hausse de la demande de nitrate et de cuivre et le véritable démarrage pendant la guerre d’une l’industrie textile chilienne (source d’une demande en produits demi-finis) sont à la base de ces différences de tendances entre les trois marchés.

Les années 1920 : la croissance industrielle française et la dévaluation du franc à la base de la progression des valeurs des exportations

17Une croissance des importations chiliennes provenant des pays occidentaux a lieu à la fin de la guerre. Les décrets français du 20 janvier et du 13 mai 1919, confirmés par les lois des 25 et 27 octobre 1919 et du 5 janvier 1920, éliminent rapidement les prohibitions d’exportations. La croissance industrielle française et la dévaluation du franc provoquent, au cours des années 1920, un retour « à la normale » qui a pour effet une croissance parallèle des indices des valeurs des exportations françaises vers ces trois pays. La rapide progression des indices est constante tout au long des années 1920. Nous observons aussi que pour la période de 1925-1929, les rythmes de croissance sont à peu près similaires pour le commerce spécial. Ainsi tandis que l’indice chilien est multiplié par 2, celui de l’Argentine est multiplié par 2,2 et celui du Pérou par 1,8.

Tableau 42 : Part du Chili dans les valeurs du commerce extérieur français (en pourcentage), 1880-1929

Tableau 42 : Part du Chili dans les valeurs du commerce extérieur français (en pourcentage), 1880-1929

CG : Commerce général. CS : Commerce spécial. Source : d’après le Tableau général du commerce et de la navigation.

Les produits textiles et du vêtement : les plus importantes exportations françaises au Chili

18Nous pouvons dire qu’en général les évolutions structurelles des exportations françaises au Chili restent assez limitées. La structure des exportations est dominée par les secteurs traditionnels de la structure générale des exportations françaises. Les exportations de produits alimentaires viennent toujours après les produits manufacturés. Les textiles, les vêtements et les articles considérés de mode et de luxe représentent tout au long de la période 1880-1914 – hormis entre 1885-1894 durée au cours de laquelle la part de ces produits atteint à peu près 45 % – plus de la moitié des exportations.

19Malgré un fléchissement dans la croissance des industries du textile, du vêtement et des articles de luxe, la part des produits de ces industries dans les exportations françaises au Chili augmente par rapport à la période de 1880-1914. Pendant la guerre, les restrictions imposées à l’exportation de certains produits par le gouvernement français favorisent la progression relative des produits textiles et du vêtement dans les exportations au Chili. Pour la période de 1915-1919, ce type de produits représente un peu plus de la moitié des ventes françaises au Chili. Au cours des années 1920, l’ensemble des produits textiles, de vêtement et de luxe maintient son importance relative dans les exportations destinées au Chili en constituant tout au long de la décennie plus de la moitié des produits français achetés par le pays sud-américain.

Les produits des industries de la laine et du coton à la base des exportations de produits textiles

20Une analyse sectorielle nous montre que bien que la part que les produits de l’industrie de la laine constitue sur le long terme, entre 11 et 14 % des exportations françaises au Chili entre 1880 et 1914, la fin du xixe siècle représente un recul des valeurs des exportations lainières. Elles passent de 18 000 000 de francs environ en 1880-1884 à 11 000 000 de francs au début du xxe siècle. La reconversion de cette industrie dans les exportations de demi-produits (laine peignée ou cardée, fils de laine) se trouve à la base du retournement de tendance et de l’augmentation des valeurs des exportations de ce type de produits. Ainsi entre 1905 et 1909, les exportations lainières atteignent-elles 13 000 000 de francs environ et dépassent largement 22 000 000 de francs pour la première moitié des années 1910. Entre 1880 et 1910 les ventes de tissus, passements et rubans de laine au Chili constitue 1 % des exportations françaises de ces produits. À la veille de la Première guerre mondiale ce pourcentage atteint 2,3 %.

21Les valeurs des exportations des produits de l’industrie de la soie sont assez stables tout au long des années 1880 et pendant la première moitié des années 1890 pour connaître un léger recul à la fin du xixe siècle (1890-1894 : 2 735 776 de francs ; 1895-1899 : 1 442 440 de francs). C’est seulement à partir du début du xxe siècle que les innovations commerciales et industrielles que subit l’industrie de la soie se reflètent dans les valeurs des exportations au Chili (1905-1909, 5 533 000 de francs ; 1910-1914 : 3 960 000 de francs) et la progression relative par rapport à la totalité des exportations (1900-1904 : 2,9 %-2,4 %, 1905-1909 : 4,8 %-4,7 %). Depuis la fin du xixe siècle et jusqu’à la veille de la Première guerre mondiale, le marché chilien absorbe 0,2 % des exportations françaises de tissus, passements et rubans de soie.

22À la base de la croissance, depuis 1915, de la part des produits textiles et du vêtement se trouve la progression relative des exportations de produits de l’industrie de la laine et de la soie par rapport à la période d’avant-guerre. La part des exportations de l’industrie lainière par rapport au total des exportations françaises au Chili passe de 3,4 % pour le commerce général et de 4 % pour le commerce spécial durant la période de 1915-1919 à 15,7 % et à 16,6 % pour 1920-1924. Pendant la période de 1925-1929, les exportations françaises au Chili, atteignent les pourcentages les plus importants depuis 1880 avec 22,5 %/22,8 %. Entre 1915 et 1924, les exportations de tissus, passements et rubans de laine au Chili représentent 1,7 % des exportations françaises de ces produits. À la fin des années 1920, ce pourcentage atteint 3,1 %.

23À la différence de l’industrie de la laine dont l’exportation au Chili est composée essentiellement de tissus, la progression relative par rapport à la période de 1880-1914, de la part des produits de l’industrie de la soie est plutôt fondée sur la vente de produits demi finis ou de bourre de soie. Pour les années 1920 l’exportation de tissus, de fils et de bourre de soie constitue 8,7 % du total des exportations françaises au Chili. Par rapport à la totalité des exportations françaises le pourcentage se situe autour de 0,5 %.

24À la fin du xixe siècle, les achats chiliens de produits cotonniers français subissent les conséquences du ralenti de l’industrie cotonnière française laquelle débute au cours des années 1860. Les valeurs chutent entre 1880 et 1894 pour se réduire de plus de moitié : 1880-1884, 7 770 408 de francs ; 1890-1894, 2 215 908 de francs. L’augmentation des valeurs des exportations cotonnières au Chili va de pair avec la croissance soutenue que l’industrie cotonnière française connaît à partir des années 1890. Nous voyons donc avec l’arrivée du xxe siècle l’explosion des valeurs : elles passent de 3976005 de francs à la fin du xixe siècle à 22 658 000 de francs pour la période de 1910-1914. En même temps s’opère une augmentation de la part occupée par ces produits dans les ventes françaises au Chili : 1895-1899, 5,3 % ; 1900-1904, 10 % ; 1910-1914, 16,7 %. Au début des années 1880, le marché chilien absorbe 1,7 % des exportations françaises de tissus, passements et rubans de coton. Pendant la fin du xixe siècle et jusqu’en 1905, ce pourcentage connaît une réduction pour présenter des valeurs situées entre 0,4 % et 0,8 %. Entre 1905 et la veille de la Première guerre mondiale, la part du marché chilien connaît une hausse pour constituer 1,4 % des exportations françaises.

25La réintégration de l’industrie cotonnière alsacienne à l’industrie française à la fin de la Première guerre mondiale entraîne une croissance de la production de l’industrie du coton. La concurrence des industries cotonnières asiatiques et américaines, ainsi que l’essor des textiles synthétiques, pousse l’industrie du coton française à diriger ses exportations vers les débouchés coloniaux. En ce qui concerne les exportations de l’industrie cotonnière au Chili cette situation occasionne un fort recul de la part des produits cotonniers français exportés au Chili par rapport à la période de l’avant-guerre. Tandis qu’entre 1880 et 1914 la part des exportations de produits de l’industrie du coton destinées au Chili connaît une progression continue en constituant à la veille de la guerre 16,7 % des exportations par rapport au total, durant les années 1920, a lieu un recul relatif, qui se traduit la baisse du pourcentage jusqu’à 9,2 % pour la période allant de 1925 à 1929. En même temps l’importance relative des ventes de tissus, passements et rubans de coton au Chili par rapport à la totalité des exportations françaises chute de plus d’un tiers après la fin de la Première guerre mondiale : 1915-1919 : 2,9 % ; 1925-1929 : 0,7 %.

26L’importance des produits dérivés de l’industrie du lin est très réduite tout au long de la période 1880-1929. Les exportations de lin disparaissent même des statistiques douanières pendant la période 1895-1899. Le retour à la mode des tissus de lin au début du xxe siècle, fait que la part des exportations de ces produits entraîne une légère hausse : elle est de 0,7 % pour la période de 1905-1909 pour disparaître presque par la suite à la veille de la Première guerre mondiale. Tout au long de la période de 1880-1929 le marché chilien constitue 0,2 % des exportations françaises des produits de l’industrie du lin.

L’irrégularité des exportations de vêtements français au Chili

27Les valeurs des exportations de vêtements subissent une baisse de plus de 58 % pendant la deuxième moitié des années 1880. Les années 1890 voient la récupération des ventes de ces produits qui atteignent leurs valeurs du début de la période 1880-1914. Désormais, la valeur des exportations de ce type de produits se maintient plus ou moins stable jusqu’en 1895, date à laquelle celles-ci oscillent entre 12 000 000 et 14 000 000 de francs. Une nouvelle baisse se produit au début du xxe siècle (1900-1904 : 9 519 000 de francs) et ces mêmes valeurs se maintiennent à peu près au cours de 1910-1914 avec un peu plus de 10 000 000 de francs. Cette baisse est accompagnée d’un recul relatif de la part des exportations de l’industrie du vêtement, qui passe de 10 %-12,9 % pour la période 1900-1904 à 5,5 %-5,8 % pour 1910-1914. À la fin du xixe siècle, les ventes de vêtements au Chili constituent 2 % des exportations françaises de ces produits. Le début du xxe siècle connaît une baisse de ce pourcentage : 1905-1914 : 0,9 %. Les années de la Première guerre mondiale présentent le pourcentage le plus important de la période 1880-1929 : 4,3 %.

28Pendant les années 1920, la perte de dynamisme de l’industrie française du vêtement, dans laquelle la France s’était spécialisée pour les articles de « haut gamme », s’accompagne d’une baisse des prix des articles des pays concurrents grâce à l’application de nouvelles technologies dans la fabrication des vêtements, entraînant un fort relatif recul des exportations françaises de vêtements au Chili. La part des produits de l’industrie du vêtement passe de 29,7 % pour 1915-1919 à 10 % pour la période de 1925-1929. Parallèlement, la part du marché chilien par rapport aux exportations françaises retrouve les pourcentages d’avant-guerre : 1920-1924 : 0,9 % ; 1925-1929 : 1 %.

La résistance des produits textiles et les vêtements français dans le marché chilien

29Les produits textiles et d’habillement subissent une réduction de leur part de marché au Chili. Tout au long des années 1880, ces produits ne constituent plus que 33 % des achats chiliens de tissus et de vêtements. Pendant les premières années de la décennie suivante ce pourcentage se réduit d’un tiers environ pour n’être plus que de 20 % pendant la période 1890-1894. Bien qu’il soit plus atténué, ce recul des produits du textile et du vêtement français se poursuit avec l’arrivée du xxe siècle. Pour la période 1905-1909, ces produits ne représentent que 16,8 % du total des achats chiliens dans ce secteur. Vers la moitié des années 1920, les exportations françaises de produits de l’industrie textile et du vêtement ne constituent qu’à peu près 10 % des importations chiliennes de ce type de produits : 1923 : 10,9 % ; 1924 : 9,1 %. Or les importations de produits textiles provenant d’Allemagne représentent plus ou moins le même pourcentage que pour les produits français. Ajoutons que la part de marché qu’occupent les importations britanniques et américaines atteint respectivement 40 % et 16 %. Pour la même période, d’autres pays voient augmenter leur part de marché. En 1923, les textiles provenant des Indes représentent par exemple 6,3 % du total des exportations des produits textiles, celles provenant de Belgique, 4,1 %, et celles d’Italie, 5,6 %.

La résistance relative des produits de luxe dans les exportations françaises au Chili

30Les valeurs des exportations de produits de luxe et de Paris subissent une forte baisse à la fin du xixe siècle. Ainsi les valeurs des ventes au Chili passent-elles de 21 300 886 de francs en 1880-1884 à 12 379 193 francs entre 1895-1899. La part relative de ces produits par rapport au total des exportations ne varie pas. Elle se maintient autour de 18 % pour ces deux périodes. Ces valeurs se maintiennent à peu près jusqu’à la deuxième moitié des années 1900. Mais le début des années 1910 voit une hausse des exportations de ces mêmes produits et ceux-ci atteignent des valeurs autour de 20 000 000 de francs entre 1910-1914. Par contre, parallèlement à cette hausse des valeurs, la part des produits de luxe et de mode se réduit et passe de 16,1 % pour la période 1900-1904 à 11,5 % pour 1910-1914. Depuis la fin du xixe siècle et jusqu’à la Première guerre mondiale, les exportations de ces produits au Chili représentent 1 % de la totalité des exportations françaises.

31La régression industrielle que connaissent les industries d’art et de luxe pendant les années 1920, accompagné du fléchissement de la demande chilienne résultant des changements sociaux et politiques qui se produisent au Chili (dont nous avons parlé dans la première partie) ont pour conséquence le recul relatif de l’exportation de ces produits. C’est ainsi que la part des exportations de produits de luxe et de mode au Chili se réduit presque de moitié au cours des années 1920 passant de 12,6 % pour la période de 1920-1924, à 6,9 % pour celle de 1925-1929. Cependant la part du marché chilien continue à représenter 1 % des exportations françaises de produits de luxe et de mode.

32Au cours des années 1880, les produits français de luxe et de mode dominent clairement le marché chilien. Pour la période de 1882-1886, un produit de luxe sur deux exporté au Chili est français. À cette époque, les exportations de produits français de luxe et de mode au Chili représentent 51,2 % des importations chiliennes de ce type de produits. Avec la fin du xixe siècle a lieu le recul de la part de marché des produits français de luxe et de mode. Elle réduit de moitié pour tomber, au tournant du siècle, autour de 20 %. Bien que la France occupe la première position, on constate aussi que vers la moitié des années 1920, la part relative des produits de luxe et de mode français sur le marché chilien atteint 30 %, connaissant ainsi une croissance par rapport aux exportations de la veille de la guerre.

Les vins et les alcools à la tête des exportations de produits alimentaires

  • 7 Braudel F., op. cit., t. 4, vol. 1, p. 312.

33Les exportations alimentaires sont dominées à long terme par le vin et les alcools grâce à la récupération de la production viticole française et aussi à cause du recul (et de la disparition postérieure avec l’arrivée du nouveau siècle) des exportations de l’industrie sucrière laquelle ne peut pas faire face « à la qualité des betteraves et de l’outillage de l’industrie allemande7 ». Néanmoins, au cours des années 1920 nous remarquons un fort recul relatif des exportations de vins et de liqueurs. Pour la période de 1920-1929, la part de ces produits par rapport au total des exportations françaises au Chili, n’est qu’à peu près que de 2 %, (baisse d’un tiers par rapport au pourcentage de la période de 1910-1914). Entre 1880 et 1929, les exportations de vins, d’eaux-de-vie et de liqueurs au Chili constituent 0,4 % des exportations françaises de ces produits.

34Parmi les importations chiliennes de produits de consommation ce sont le vin et les liqueurs qui réussissent à conserver une part de marché respectable. Pour la période de 1882-1886, les importations de vins et de liqueurs français représentent un tiers de la totalité des importations de ces produits au Chili. Ce pourcentage augmente au début des années 1890 pour atteindre 44,7 % pour la période de 1890-1894. Mais à partir du début du xxe siècle, un retournement de tendance se produit. La part des vins et des liqueurs français dans le marché chilien connaît rapidement une forte réduction pour tomber à 23,8 % entre 1905-1909.

35En 1925, l’importation de vins et de liqueurs est frappée d’un impôt. Cependant au cours des années 1920 l’importance relative des importations chiliennes de vins et de liqueurs français augmente. Elle représente à peu près 35 % des achats chiliens de vins et de liqueurs étrangers. Dans ce secteur la France occupe la deuxième position après le Royaume-Uni.

Les années 1900 : le début de la croissance des exportations de produits de l’industrie chimique et des colis postaux

36Les valeurs des ventes de produits de l’industrie chimique de consommation (parfumerie, peintures) stagnent entre 1880 et 1894. Elles ne représentent que 2 700 000 francs environ, et à peu près 3 % des exportations françaises au Chili. Une légère croissance se produit pendant le changement de siècle pour atteindre quasiment 3 500 000 francs. De 1905 à 1914, les exportations des produits de l’industrie chimique française connaissent une forte croissance grâce à une nouvelle exportation de produits chimiques de base. Pour la période de 1910-1914, la valeur de ces exportations totalise 7 379 000 francs. Pour la période de 1905-1909, le marché chilien absorbe 0,5 % des exportations françaises de produits chimiques. À la veille de la Première guerre mondiale ce pourcentage chute jusqu’à 0,1 %.

37La création d’une industrie chimique organique, d’une chimie des colorants ainsi que la nouvelle fabrication de produits synthétiques, ont pour conséquence une progression relative des exportations de produits chimiques pendant les années 1920. À partir de 1920, nous observons l’apparition de ces nouveaux produits de l’industrie chimique dans les exportations françaises au Chili. Pour la période de 1920-1924 par exemple, les exportations de peaux et de cuirs artificiels relèvent à 3 640 000 francs. Nous remarquons aussi la croissance des exportations de colorants, l’exportation d’engrais chimiques en 1927 ou même celle de rouleaux pour cinéma pendant toute la deuxième moitié des années 1920.

38En 1925, la vente d’articles de parfumerie et de spécialités pharmaceutiques au Chili est frappée d’un impôt. En 1928 est appliqué un nouveau tarif douanier. Bien que la part des produits de l’industrie chimique baisse de 1 point entre 1920 et 1929 (1920-1924 : 6,8 % commerce général, 8,2 % commerce spécial, 1925-1929 : 7,5 %-6,9 %), la part de ces produits dans les exportations est une fois et demie plus importante par rapport à celle de la veille de la guerre. Pendant les années 1920, les exportations de produits chimiques au Chili constituent 0,1 % des exportations françaises environ.

L’importante position commerciale des produits de l’industrie chimique française au Chili

39Pour les années 1880, les importations chiliennes de produits de l’industrie chimique française – les produits de parfumerie inclus – représentent autour de 75 % des importations totales de ces mêmes produits. Au début des années 1890, ce pourcentage fléchit rapidement pour baisser jusqu’à 32 % pour la période de 1890-1894. Cette diminution rapide et continue de la part des produits de l’industrie chimique française fait que pour 1905-1909 ce pourcentage soit à 14,5 %. Cependant, à la moitié des années 1920, les importations de produits chimiques français représentent plus de 30 % du total des importations chiliennes de ces produits. La France occupe la première position dans ce secteur du marché chilien. Pendant ce temps la part des importations provenant des États-Unis n’atteint que 26 % du total, celle de l’Allemagne 16 % et celle du Royaume-Uni 12 % environ.

Le développement rapide des exportations de colis postaux

40À partir de 1898, les envois de colis postaux commencent à figurer dans les statistiques douanières. La progression de leur valeur est rapide. Entre la fin du xixe siècle et la veille de la Première guerre mondiale, la part des colis postaux parmi les exportations françaises au Chili augmente de plus de 10 points : 1895-1899 0,3 %-0,5 % ; 1910-1914, 9,1 %-11,1 %. Parallèlement, le pourcentage par rapport aux exportations françaises de colis postaux connaît aussi une croissance : 1895-1899, 0,03 % ; 1910-1914, 0,8 %.

41La croissance relative de la part des envois de colis postaux au Chili qui s’étaient effectués depuis la fin du xixe siècle est arrêtée pendant les années de la guerre 14-18. Pour la période 1915-1919, l’exportation de colis postaux au Chili représente entre 5 et 6 % des exportations françaises au Chili. Le retour à la normale des communications maritimes dans le monde après la fin du conflit, a pour effet une nouvelle progression de la part des colis postaux dans les exportations françaises vers ce pays. Ainsi au cours des années 1920 les colis postaux représentent-ils 10 % des achats chiliens en France et 0,9 % de la totalité des exportations françaises de colis postaux.

L’industrie de la transformation des métaux : l’érosion des positions commerciales

42Les valeurs des exportations de l’industrie mécanique française au Chili sont en constante augmentation tout au long de cette période. Les valeurs passent alors d’un demi-million de francs environ pour les trois périodes de cinq ans entre 1880 et 1895 à 1 300 000 francs pour la période 1895-1899. Avec 6 034 000 de francs, les années 1905-1909 présentent les valeurs des ventes de machines et mécaniques les plus importantes de toute la période. Cette croissance s’arrête au début des années 1910. Entre la fin du xixe siècle et la veille de la Première guerre mondiale, le marché chilien de machines et mécaniques passe de constituer 0,5 % à 1,1 % de la totalité des exportations françaises.

43Entre 1915 et 1929, il s’opère un recul relatif de la part des exportations de machines françaises au Chili. Les pourcentages qu’occupent les exportations de machines par rapport au total des exportations, nous montrent la faible compétitivité des machines françaises qui ne réussissent pas à pénétrer le marché chilien. La part que ce type de produit cependant occupe dans les exportations françaises au Chili atteint le pourcentage de la veille de la guerre à la fin des années 1920 : 1925-1929, 3,2 %. Parallèlement, la part de marché chilien par rapport aux exportations françaises de machines et mécaniques se réduit tout au long des années 1920 : 1920-1924, 0,4 % ; 1925-1929, 0,2 %.

Les années 1920 et la progression relative des exportations de produits de l’industrie de la transformation des métaux

44La croissance industrielle des années 1920 occasionne aussi une progression relative d’exportations au Chili des produits issus de la transformation des métaux. Pour la deuxième moitié des années 1920, les exportations de produits des industries de la transformation des métaux constituent 9,4 % du total des exportations françaises au Chili, c’est-à-dire, un tiers de plus par rapport au pourcentage de la veille de la guerre.

45Grâce au retour du bassin de la Moselle à la fin de la guerre, la France redevient une puissance métallurgique comparable à la Grande-Bretagne. Mais pour maintenir l’activité de l’industrie métallurgique et ne pas courir le risque d’un excédent de production, il faut trouver de nouveaux débouchés, soit sur le marché français soit en diversifiant ses exportations. À partir de 1923, l’industrie métallurgique française réussit à placer une petite partie de sa production au Chili. Les ventes totales d’acier et de fonte de toute sorte connaissent une forte poussée pendant la deuxième moitié des années 1920. Elles passent de 984 000 francs pour la période de 1920-1924 à 13 666 000 francs pour 1925-1929. Cette poussée des valeurs des exportations d’acier et des fontes s’accompagne d’une progression relative de la part de ces produits dans les exportations françaises au Chili lesquelles passent de moins de 1 % pour 1920-1924, à 1,2 % pour 1925-1929. Par rapport à la totalité des exportations françaises d’acier et de fonte le marché chilien représente 0,1 %.

La forte réduction du marché chilien pour les machines et les produits issus de la transformation des métaux en provenance de France

46Bien que les importations de machines françaises pendant toute la période se situent à un niveau assez bas, la part de marché de ces produits connaît encore une forte réduction. Pour la période de 1882-1886, les importations de machines françaises représentent en effet 6,7 % des importations chiliennes de machines. Au début des années 1890, ce pourcentage tombe à 0,7 %. Aussi au début du xxe siècle et jusqu’à la guerre, les machines françaises ne constituent-elles que 2 % environ des machines importées par le Chili.

47Au cours des années 1920, les importations chiliennes de machines et de produits issus de la transformation des métaux en provenance de France, représentent des pourcentages très bas par rapport au total des importations chiliennes de ces produits. Face aux pourcentages des achats chiliens de ce type de produits réalisés aux États-Unis (22 % pour les produits de l’industrie des métaux, et 40 % pour les machines), en Allemagne (23 % et 22 %), au Royaume-Uni (25 % et 18 %), ou même en Belgique (20 % et 13 %), les exportations françaises n’atteignent que 2 %.

L’exportation sporadique de produits de l’industrie de l’armement

48Tout au long de la période 1880-1914, la vente d’armes est très sporadique et elle constitue des valeurs assez réduites par rapport au total des exportations françaises au Chili (1897 : 191 673 francs ; 1898 : 81 927 ; 1901 : 64 000 francs ; 1905-1909 : 405 000 francs). C’est seulement en 1911 que les valeurs des produits de l’industrie de l’armement atteignent des sommes assez respectables : 1911, 1 047 000 francs, 2,9 % du total des exportations au Chili et 0,3 % de la totalité des exportations françaises. Les ventes de bâtiments de mer sont ponctuelles et très variables en valeur : 1896, 192 250 francs, 0,9 % du total des exportations françaises au Chili ; 1903 : 80 000 francs, 0,5 % ; 1906 : 135 000 francs, 0,5 % ; 1914 : 303 000 francs, 1,5 %.

Les secteurs nouveaux : du dynamisme commercial du début du xxe siècle au recul des années 1920

49Au tournant de siècle nous assistons à une prolifération de produits nouveaux. Le dynamisme du secteur de l’automobile se traduit, depuis l’apparition en 1906 de ces produits dans le marché chilien, par une croissance des valeurs des exportations françaises dans ce domaine vers le Chili : 1905-1909, 2 068 000 francs ; 1910-1914, 7 284 000 francs. L’industrie aéronautique réussit à placer ses produits sur le marché chilien grâce à la naissance de l’aviation militaire chilienne en 1913. Le Chili achète en effet cette année-là 243 000 francs de matériel aéronautique, ce qui se traduit par 0,6 % des exportations françaises au Chili. Mais les produits de l’industrie électrique française sont au contraire presque totalement absents sur le marché chilien. Et les produits électriques français réussissent seulement à pénétrer le marché chilien en 1905 et 1906 : 1905, 154 000 francs ; 1906, 153 000 francs.

L’industrie de l’automobile et le marché extérieur : une exception avant 1914

  • 8 Chadeau E., L’industrie aéronautique en France 1900-1950, Paris, Fayard, 1987.
  • 9 Lévy-Leboyer M., op. cit., p. 228.

50Le marché extérieur est le complément idéal à l’élargissement du marché intérieur pour l’évolution de l’industrie de l’automobile ainsi que pour l’industrie cinématographique (qui connaît un développement spectaculaire entre 1880 et 1910) et l’industrie aéronautique8. Les exportations d’automobiles apparaissent en 1901, à destination notamment de l’Angleterre. Elles se développent au Chili à partir de 1906 (elles représentent dès 1906 près de 5 % de la valeur des exportations manufacturières). En 1913, elles absorbent la moitié d’une production annuelle de 45 000 véhicules, et assurent à la France une part de marché de 19,6 % dans les exportations de « matériels de transport modernes [automobiles, cycles…]9 ».

51Les années 1910 voient l’ouverture du marché chilien aux produits aéronautiques. En 1913, le gouvernement chilien approuve l’organisation du service d’aéronautique militaire et la fondation d’une école d’aviation. Ces projets s’accompagnent de l’achat, en Europe, d’avions et de matériel aéronautique.

1914-1929 : le recul des produits de l’industrie de l’automobile

52Après la guerre, l’industrie de l’automobile ainsi que l’industrie aéronautique subit d’abord un recul relatif puis un recul absolu de leurs positions exportatrices. La pénétration des industries nord-américaines de l’automobile, (la Ford Motor Cie crée en 1924 une succursale à Santiago du Chili) qui proposent des produits plus compétitifs chasse du marché chilien les produits automobiles français. En 1926, la croissance de la production s’appuie entièrement sur le marché intérieur.

53Tandis qu’à la veille de la Première guerre mondiale les exportations de voitures automobiles au Chili représentent 0,8 % des exportations françaises, pendant les années 1920 ce pourcentage n’atteint que 0,2 %. Entre 1914 et 1920, l’industrie de l’automobile française abandonne pratiquement le marché chilien. Pendant les années 1920, le manque de compétitivité de l’industrie française de l’automobile est à la base du recul relatif de ses positions dans les exportations destinées au Chili. Ce recul est dû aussi à la stratégie de l’industrie française de l’automobile qui s’oriente de plus en plus vers le marché intérieur. Tout au long de la période 1915-1929, la part des produits de l’industrie de l’automobile constitue 1,5 % du total des exportations françaises au Chili.

54Pendant les années 1920, l’industrie de l’automobile, qui avait fait une importante percée dans le marché chilien avant la guerre, subit les effets de la concurrence et de l’expansion de l’industrie de l’automobile américaine. L’existence d’une agence et d’une chaîne de montage de la Ford Motor Cie laisse les marques françaises dans une position d’infériorité. Ainsi en 1924 les importations de produits de l’industrie de l’automobile américaine au Chili représentent 64 % de la totalité, tandis que les importations de produits de l’industrie française de l’automobile ne dépassent pas 3 %.

La faible importance relative des exportations de caoutchouc

55Les exportations françaises de caoutchouc au Chili apparaissent à partir de 1895. Désormais, leur part par rapport au total des ventes françaises au Chili oscille entre 0,6 et 0,9 %. Par rapport à la totalité des exportations françaises d’ouvrages en caoutchouc le marché chilien représente 0,4 %. Malgré la forte croissance de l’industrie du caoutchouc durant les années 1920, la contribution aux exportations françaises au Chili diminue pendant la deuxième moitié de cette décennie. La part des produits de l’industrie du caoutchouc dans les exportations françaises au Chili passe de 2,4 % pour la période de 1920-1924, à 1,9 % pour la période de 1925-1929. En même temps les exportations d’ouvrages en caoutchouc constituent 0,4 % et 0,5 % des exportations françaises.

Le recul relatif des exportations de produits de l’industrie du boiset de l’industrie du papier pendant les années 1920

56La hausse des exportations de papier et carton au Chili, coïncide avec la croissance de ce secteur industriel. À partir de 1905, après des années de stagnation les valeurs des exportations de ces produits connaissent une augmentation. Les valeurs des exportations de papier, carton et ses applications passent de 2 058 000 francs en 1900-1904, à 5 648 000 francs en 1910-1914. Cette hausse des valeurs est accompagnée d’une progression relative de ce type de produits. Leur part par rapport à la totalité des exportations françaises au Chili passe de 2,7 % en 1900-1904 à 3,3 % en 1910-1914. Depuis la fin du xixe siècle et jusqu’à la veille de la Première guerre mondiale, les ventes françaises de produits de l’industrie du papier au Chili constituent 1 % de la totalité des exportations françaises de ces produits.

57Les exportations de produits de l’industrie du bois, de celle du papier et de celle du verre et de la céramique connaissent un recul relatif par rapport à la période de 1880-1914. Tandis que les produits de l’industrie du bois et les ventes de papier, de carton et de leurs applications sont réduits de moitié par rapport à la période de 1880-1914 (Industrie du bois : 1920-1929, 0,7 % ; Papier, carton et leurs applications : 1920-1929, 1,3 %), le recul que subissaient les exportations du verre, de céramique et des matériaux avant la guerre 14-18 continue durant les années 1920 (1920-1929 : 0,9 %). Par rapport à la totalité des exportations françaises de ces produits, pendant les années 1920 les exportations au Chili de papier, carton et leurs applications constituent 0,2 % et celles de verre et de céramique représentent 0,2 %.

Exportations et investissements français au Chili : des rythmes et des évolutions différents

58Avant 1880, les investissements français sont absents ou presque dans les pays de l’Amérique latine. À un premier « boom » entre 1880 et 1890, succède un profond reflux conséquence des banqueroutes des États latino-américains et de la faillite de la Compagnie universelle du canal de Panama. À partir de 1902, l’Amérique latine bénéfice d’une seconde vague d’investissements, plus forte que celle des années 1880.

59Après la Première guerre mondiale, le recul de la finance française en Amérique latine, mais aussi celui de finance allemande, belge ou britannique, favorise l’arrivée des investissements américains. Les entreprises de construction des États-Unis à travers leurs filiales (sous la forme de sociétés autochtones) ne tardent pas à obtenir de plus en plus les faveurs des gouvernements latino-américains au détriment de leurs concurrents européens. Au Chili, elles construisent les câbles nécessaires aux télécommunications entre New York et Valparaiso, de nombreuses installations industrielles et d’équipements d’infrastructure électrique.

60En même temps et pendant toute la période de l’entre-deux-guerres, la majorité des Français du Chili deviennent Chiliens à part entière et l’idée d’un possible retour en France disparaît pour la plupart d’entre eux.

  • 10 Étude du Mémorandum n° CD 89 du 23/7/1929, 7/8/1929, ADN, Santiago du Chili, carton 65.

61Cette conjonction de faits explique qu’« en ce qui concerne les capitaux français engagés au Chili, ils tendent à diminuer de jour en jour. Ils ne sont d’ailleurs comparables en aucune façon à ceux de l’Angleterre, de l’Allemagne et des États-Unis, pays qui jouissent, eux, d’une balance favorable dans leurs échanges avec le Chili10 ».

1880-1902 : croissance des investissements, régression des exportations

  • 11 Rippy J.-F., op. cit.

62Nous ne disposons malheureusement pas de chiffres sur les investissements français au Chili avant le début du xxe siècle, mais d’après l’article de J.-F. Rippy sur les investissements français en Amérique latine11 et la prise en compte de l’évolution générale des placements français dans le continent nous pouvons dire qu’entre 1880 et le début du xxe siècle, il s’opère une croissance de la valeur totale des investissements français au Chili.

63En tenant compte de ces remarques, nous remarquons qu’il y a un décalage entre la tendance des investissements et celle des exportations. Ainsi, tandis que les placements français augmentent entre 1880 et 1902, l’indice des exportations connaît une forte régression entre 1880 et 1904 (1880-1884 : 145 ; 1900-1904 : 88). Le manque de données pour cette période nous ôte la possibilité d’analyser plus profondément la différence entre les rythmes de ces deux tendances.

1902-1914 : stagnation des investissements, une forte progression des exportations

64Les différences entre les tendances des investissements et des exportations se retrouvent pour les années qui s’écoulent entre le début du xxe siècle et la Première guerre mondiale. Nous remarquons en effet que les investissements français au Chili stagnent et qu’ils subissent même une légère réduction dans la totalité de valeurs. Ils passent ainsi de 226 000 000 de francs en 1902 à 212 000 000 de francs à la veille de la Première guerre mondiale, ce qui représente une baisse de 6,2 %. Les capitaux placés dans les entreprises commerciales connaissent aussi une réduction des valeurs (1902 : 218 000 000 de francs, 1913 : 142 000 000 de francs), tant comme une baisse de leur importance relative par rapport au total des investissements français au Chili (1902 : 96,5 %, 1913 : 67,0 %). La tendance des ventes de produits français au Chili se modifie pour connaître une forte progression à partir de 1905. Le rythme de la croissance de l’indice des exportations est alors rapide : il passe de 88 en 1900-1904 à 207 pour 1910-1914 (augmentation de 19 points).

Les années 1920 : croissance des exportations, diminution des investissements

65Entre 1920 et 1925, les évolutions relatives des exportations et des valeurs des investissements français au Chili connaissent des tendances différentes. Tandis qu’entre 1920 et 1925, l’indice des exportations françaises au Chili est en forte hausse, tant au niveau du volume (1914-1919 : 100, 1920-1925 : 214) qu’au niveau des valeurs (+ 249), le montant des investissements subit une légère réduction, passant de 567 000 000 francs en 1919 à 527 025 000 francs en 1925.

Tableau 43 : Investissements français au Chili en 1902 et 1913 (en milliers de francs)

Tableau 43 : Investissements français au Chili en 1902 et 1913 (en milliers de francs)

Source : Rippy J.-F., op. cit., p. 52-71.

Tableau 44 : Investissements français au Chili en 1919 et 1925 (en milliers de francs)

Tableau 44 : Investissements français au Chili en 1919 et 1925 (en milliers de francs)

Source : pour 1919, le « Tableau récapitulatif des capitaux français et de la population française », Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 94, pour 1925, le rapport sur la fortune française au Chili, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 94.

66D’après cette comparaison, nous pouvons dire que, pendant la première moitié des années 1920, il ne se manifeste pas de coïncidences entre l’évolution des investissements et l’évolution du commerce français. Nous remarquons qu’il existe un recul relatif des investissements commerciaux, miniers et agricoles. L’importance relative des placements industriels et des investissements dans les bons d’État et les valeurs mobilières connaît en même temps une certaine progression. La non-coïncidence entre l’évolution de la valeur des investissements commerciaux et de la valeur des exportations françaises au Chili est remarquée par les contemporains. En septembre 1921, dans un rapport de l’ambassade française de Santiago du Chili sur le commerce français au Chili, l’attaché commercial du poste diplomatique écrit :

67« À notre plus gros chiffre d’exportation, celui des exportations françaises de matières textiles brutes et manufacturées, correspond un capital investi au Chili approximativement de 15 millions de piastres or. Si l’on considère que le chiffre des exportations françaises au Chili, pour cette branche, ne dépasse guère 7 millions de piastres or, on est obligé d’avouer que le capital de ces maisons françaises au Chili ne sert que bien peu au développement de la vente des articles français. »

Les provinces du « vieux Chili », principale destination des investissements français

68Pendant les années 1920, les provinces où se situent les villes les plus grandes du pays sont la destination principale des capitaux français. Ainsi les provinces de Santiago, Valparaiso et Concepción absorbent plus d’un tiers des investissements français au Chili : 1919, 35,5 % ; 1925, 40 %. Les provinces minières du nord cumulent à peu près 10 % des investissements (1919 : 9,6 %, 1925 : 7,2 %). Les contrées qui se trouvent au sud du fleuve Bio-Bio totalisent en 1919, 20 % des investissements. En 1925, les provinces de Cautín, Malleco et Arauco en absorbent 7,2 %.

Les exploitations agricoles et les actions immeubles comme les principaux investissements français au Chili

69Pendant les années 1920, les exploitations agricoles et les actions immeubles représentent les négoces les plus importants où se placent les capitaux français. Entre 1919 et 1925, les investissements dans les exploitations agricoles représentent 14 % du total des investissements français dans ce pays. Parallèlement, les capitaux placés dans les biens immeubles constituent à peu près 13 %. L’importance relative des investissements dans les mines de cuivre se maintien autour de 11 %. Les maisons de nouveautés et les magasins assortis connaissent une réduction de leur importance relative par rapport à la totalité des capitaux français investis au Chili passant de 11,5 % en 1919 à 9,5 % en 1925. En même temps les tanneries passent de 8,5 % à 16,6 %.

70Pendant les années 1920, les exploitations agricoles et d’élevage représentent 68 % des investissements français placés dans l’agriculture, les exploitations viticoles 17,5 % et les exploitations d’élevage de moutons à peu près 14,5 %.

71En 1919, les magasins de nouveautés absorbent 23,4 % de la totalité des investissements commerciaux français dans le pays. Cependant, ce pourcentage se réduit au cours des années 1920 n’atteignant que 15,9 % en 1925. Au contraire, l’importance relative des capitaux investis dans les magasins assortis progresse. En 1919, les investissements dans cette activité commerciale représentent 16,4 % des investissements commerciaux. En 1925, ils atteignent 17,7 %. Entre 1919 et 1925, les affaires de restauration, les bijouteries, les magasins de chaussures et cuir, les maisons d’importation-exportation et les firmes de représentation de commerce occupent une position secondaire dans les investissements commerciaux. La part des investissements placés dans les affaires de représentation commerciale se réduit de moitié passant de 8,3 % à 4,3 %. L’importance relative des magasins de chaussures et cuir connaît aussi un fort recul. La part des capitaux investis dans cette activité commerciale passe de 10,3 % à 6,8 %. Le pourcentage des investissements en hôtels et restaurants se réduit aussi : 1919, 6,9 % ; 1925, 5,7 %. Cependant, les capitaux placés en bijouteries maintiennent leur importance relative passant de 6,1 % à 6,2 %. Ceux des maisons d’importation-exportation passent de 1,1 % à 4,3 %.

72Tout au long des années 1920, l’importance relative des capitaux placés dans les tanneries et les fabriques de chaussures connaît une forte croissance par rapport à la totalité des investissements industriels. En 1919, ces investissements constituent à peu près la moitié des investissements industriels français au Chili (41,6 %). En 1925, le pourcentage se situe en 72 %. Nous trouvons ensuite les moulins, les distilleries, les boulangeries et les ateliers de mécanique comme le second groupe d’activités industrielles où se placent les capitaux français. Les moulins sont, avec 8 % en 1919 et 6 % en 1925, la deuxième activité industrielle par rapport à la totalité des investissements industriels français. L’importance relative des investissements dans les distilleries passe de 5,7 % à 4,3 %. En même temps, le pourcentage des boulangeries se maintient autour 3,7 %. Après la Première guerre mondiale, les investissements dans les scieries prennent une certaine importance. En 1925, cette activité absorbe 6,3 % des investissements industriels français.

Tableau 45 : Investissements français et franco-chiliens au Chili en 1919 et 1925 (répartition géographique en %)

Tableau 45 : Investissements français et franco-chiliens au Chili en 1919 et 1925 (répartition géographique en %)

Source : d’après plusieurs rapports, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 67 et Blancpain J.-P., op. cit., p. 138.

Notes

1 La part de la production industrielle destinée à l’exportation en 1920-1924 est de 31,2 %.

2 La part de la France dans les exportations mondiales d’articles manufacturés entre 1926 et 1929 est de 10,9 %.

3 Lévy-Leboyer M., op. cit., p. 226.

4 Voir tableau 14.

* Uruguay et Paraguay

5 Voir tableau 14.

6 Voir tableau 26.

7 Braudel F., op. cit., t. 4, vol. 1, p. 312.

8 Chadeau E., L’industrie aéronautique en France 1900-1950, Paris, Fayard, 1987.

9 Lévy-Leboyer M., op. cit., p. 228.

10 Étude du Mémorandum n° CD 89 du 23/7/1929, 7/8/1929, ADN, Santiago du Chili, carton 65.

11 Rippy J.-F., op. cit.

Table des illustrations

Titre Tableau 41 : Exportation française par habitant dans les principaux paysde l’Amérique du Sud, 1900-1928 (en millions de francs)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25238/img-1.png
Fichier image/png, 71k
Titre Tableau 42 : Part du Chili dans les valeurs du commerce extérieur français (en pourcentage), 1880-1929
Légende CG : Commerce général. CS : Commerce spécial. Source : d’après le Tableau général du commerce et de la navigation.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25238/img-2.png
Fichier image/png, 240k
Titre Tableau 43 : Investissements français au Chili en 1902 et 1913 (en milliers de francs)
Légende Source : Rippy J.-F., op. cit., p. 52-71.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25238/img-3.png
Fichier image/png, 95k
Titre Tableau 44 : Investissements français au Chili en 1919 et 1925 (en milliers de francs)
Légende Source : pour 1919, le « Tableau récapitulatif des capitaux français et de la population française », Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 94, pour 1925, le rapport sur la fortune française au Chili, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 94.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25238/img-4.png
Fichier image/png, 112k
Titre Tableau 45 : Investissements français et franco-chiliens au Chili en 1919 et 1925 (répartition géographique en %)
Légende Source : d’après plusieurs rapports, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 67 et Blancpain J.-P., op. cit., p. 138.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25238/img-5.png
Fichier image/png, 192k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540