Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le négoce français au Chili

 | 
Enrique Fernández-Domingo

Deuxième partie. Les succès et les échecs de la pénétration commerciale française au Chili

Chapitre 4. Le Chili en tant que champ de pénétration économique : la France à l’ombre de ses principaux concurrents commerciaux

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Le développement économique du Chili opère des changements dans les structures économiques du pays. Parallèlement, les grandes nations occidentales, qui cherchent de nouveaux débouchés pour leurs produits et leurs capitaux, se disputent le marché chilien. Quelle place occupe la France dans cette lutte économique par rapport aux autres puissances occidentales ?

Les élites chiliennes et les capitalistes étrangers : la portion congrue française dans le partage objectif des tâches et des profits

2Durant le xixe siècle la propriété des ressources minières du Chili se trouve aux mains des entrepreneurs nationaux. Un nouveau groupe d’hommes s’enrichit avec les bénéfices obtenus grâce aux affaires minières et commerciales. Ce groupe se fond dans l’aristocratie chilienne. Mais les structures sociopolitiques chiliennes et l’influence des changements du capitalisme international au Chili, obligent ce groupe social à réaliser de nouveaux choix politiques et économiques.

  • 1 Vayssière P., op. cit.

3Les travaux de P. Vayssière1 montrent comment avant le développement de la demande extérieure de produits miniers la propriété des concessions et du capital d’exploitation de l’industrie minière du pays reste surtout chilienne. Lorsque le niveau de production doit augmenter pour répondre à la demande extérieure, les entrepreneurs chiliens sont obligés de faire face aux changements techniques et commerciaux que cela impose. Mais, bien que dans cette nouvelle donnée les producteurs nationaux se révèlent dépendants du marché et du capital étranger, ils parviennent, surtout dans l’industrie du nitrate, à conserver une partie des centres de production minière et la quasi-totalité de la production agricole.

4Après la guerre contre le Pérou et la Bolivie, avec 36 % en 1884, les capitaux chiliens occupent la première place dans la production de nitrate. Jusqu’à la Première guerre mondiale il se produit la même situation dans l’industrie du cuivre avec 40 % de la production environ. La production de ces exploitations se réalise grâce à une main-d’œuvre soumise fournissant un maximum de plus-value à l’entreprise. Cela provoque une lente évolution technique, car les bénéfices restent toujours importants sans avoir besoin d’investissements dans l’amélioration technique de la production.

  • 2 Cariola C., Sunkel O., op. cit., p. 50.

5Il n’existe pas à l’évidence un transfert important de capitaux privés dans l’agriculture et l’industrie2. Pendant longtemps la concurrence des produits occidentaux plus élaborés, plus modernes et mieux finis, et l’afflux de devises permettant d’acheter à l’étranger ces produits, écarte les capitaux chiliens de l’investissement industriel. L’absence d’une nécessité d’investir pour maintenir le niveau de bénéfices tirés de l’exploitation minière à pour conséquence que l’accumulation du capital réalisée grâce aux affaires minières s’oriente vers d’autres affaires dans lesquelles l’investisseur chilien trouve un profit social ou économique : la propriété foncière qui offre une légitimation sociale et un profit économique à court terme ; la banque ; les assurances ; les affaires commerciales ou les services.

  • 3 Vayssière P., op. cit., p. 959.

6La nécessité d’augmenter la production oblige à moderniser les techniques d’exploitation et d’organisation du travail du secteur minier. Ainsi, dans l’industrie du nitrate les unités de production sont de faible dimension ce qui fait qu’en 1911, par exemple, les 17 plus grosses sociétés (toutes anglaises), d’une capacité d’extraction supérieure à 460 000 tonnes de salpêtre, exportent près de 63 % de la production nationale tandis que 50 autres petites compagnies, essentiellement nationales, traitent moins de 18 000 tonnes par an3. Du point de vue technique, le vieux procédé du chauffage direct du salpêtre ne peut convenir à une production de masse.

Tableau 33 : Production du nitrate selon la nationalité des capitaux (pourcentages)

Tableau 33 : Production du nitrate selon la nationalité des capitaux (pourcentages)
  • * Usines allemandes inclues.

7Note*

Sources : Cariola C. et Sunkel O., op. cit., p. 136 et Vayssière P., op. cit., p. 770 pour 1922.

  • 4 D’après Encina F. A., op. cit., p. 35 sq., il n’existait au Chili aucune instance universitaire su (...)

8Cette nouvelle échelle de production et les systèmes d’organisation et d’exploitation qui l’accompagnent nécessitent une capacité technique au niveau humain et une grande quantité de capitaux destinés au remplacement et à l’achat du matériel. Or ces demandes dépassent les capacités du pays. L’exemple de l’industrie du cuivre révèle comment les entrepreneurs chiliens ne peuvent pas faire face aux défis techniques4 et d’investissement qu’impose la croissance de la production. Les Chiliens laissent une grande partie des exploitations minières entre les mains des capitaux étrangers.

9Face à cette situation, l’oligarchie chilienne préfère faire des investissements spéculatifs dans les marchés foncier et mobilier. Il faut penser que l’oligarchie chilienne, avant d’investir ses capitaux, opère un choix en se basant sur la réalité et en suivant un calcul économique bien précis. Cette réalité c’est la possibilité d’accès à des capitaux et au contrôle de la technologie des investisseurs étrangers. Il se pourrait que sans le développement des ressources primaires, les activités aussi bien productives que commerciales, entrent dans une période de stagnation et même de récession. Pour encourager le développement de l’économie chilienne il faut accepter les règles des marchés extérieurs et de l’argent étranger.

L’occupation de l’État par l’oligarchie chilienne : à la recherche du contrôle des richesses perçues par l’État

10La victoire dans la guerre civile de 1891 donne à l’oligarchie, la direction et le contrôle de l’État. La domination du pouvoir législatif sur le pouvoir exécutif et sur le chef de l’État, sera le quotidien dans les années qui suivent la défaite des adeptes de Balmaceda. Le congrès imposera sa loi sur l’action gouvernementale et le gouvernement devient le prisonnier d’ententes instables entre les différents partis.

11Les intérêts de groupe prédominent sur l’intérêt général du pays. Ce n’est pas par hasard si, entre 1891 et 1915, ne se succèdent pas moins de 60 cabinets gouvernementaux. La structure politique et constitutionnelle permet à l’oligarchie de jouer un jeu politique dans lequel les différents groupes luttent pour le pouvoir et les influences. L’ambassadeur français de Santiago du Chili, dans une de ces dépêches diplomatiques, nous montre comment s’organise le jeu politique du pays :

  • 5 Rapport nº 24 du 24/2/1902, ADN, Santiago du Chili, carton 36.

« Le Chili est un pays où la population toute entière est gouvernée par une oligarchie réduite dont les membres sont liés entre eux par des questions d’intérêts, des engagements et des relations de parenté5. »

12L’oligarchie, qui à partir de cette période pourrait être qualifiée de ploutocratie, occupe le pouvoir afin de faire parer à toute éventualité de la part de l’État pour orienter la rente du nitrate vers des investissements non immédiatement productifs. Elle va gérer simultanément, à son gré, les immenses entrées fiscales produites par le nitrate. L’oligarchie chilienne se consacre au « repos et à la fonction publique ».

13L’entrepreneur chilien trouve dans l’État la sécurité économique et l’outil pour réaliser des bénéfices sans courir de risque. Il exige fréquemment par exemple, l’aide de l’État pour se lancer dans l’investissement industriel (protection douanière : les droits de base à l’importation sur les produits de consommation passent de 35 % en 1880 à 60 % en 1897). Nous trouvons un autre exemple dans l’action de l’État sur la politique monétaire : les affaires boursières et agraires de l’oligarchie, considérées dans un premier temps comme mauvaises, n’en deviennent que meilleures grâce à la réduction de la valeur de la monnaie en circulation.

La production et le commerce du nitrate sous contrôle anglais

14Avant le « boom » nitrier, les capitaux anglais dans l’industrie du nitrate étaient inférieurs aux capitaux chiliens et péruviens. Les événements de la Guerre du Pacifique (1879-1883) marquent le changement d’une grande partie de la propriété des nitrates. Celle-ci va se concentrer entre les mains de quelques particuliers et, surtout, dans celles de compagnies anonymes anglaises jusqu’à la veille de la Première guerre mondiale.

  • 6 Entre 1883 et 1906, on crée 34 sociétés nitrières à Londres dont deux tiers après 1894, Blakemore (...)

15Suite à la victoire chilienne, il se forme à la Stock-Echange de Londres des sociétés anonymes pour exploiter les réserves de salpêtre. Les usines de salpêtre sont offertes par les spéculateurs anglais. Les grands bénéfices (sans risques majeurs dans l’exploitation) que l’industrie du nitrate fournit incitent les Anglais à investir leurs capitaux dans les affaires nitrières6. Le résultat est un contrôle anglais progressif de la production du nitrate. À cette période un certain nombre de certificats d’indemnité d’une valeur totale de 2 092 868 francs, émis pour le gouvernement péruvien pour couvrir les expropriations des usines nitrières, se trouvent entre les mains de citoyens français. Le gouvernement chilien reconnaît les droits des producteurs de nitrate possédant un titre de propriété mais pas ceux des porteurs de certificats. Ainsi l’autorité chilienne dans le Tarapacá empêche-t-elle ces Français d’exploiter les terrains nitriers correspondant aux certificats d’indemnité. Ces terrains passent pour être propriété de l’État chilien et sont vendus aux enchères. Le négociant français établi en même temps Iquique, Louis Boney, achète en 1881 les certificats de l’usine Solferino, mise en vente par le gouvernement chilien et la mette en exploitation. À la fin du xixe siècle, Louis Boney vend son usine et quitte le négoce du nitrate. Au début du xxe siècle, les citoyens français possédant des certificats péruviens créent l’Association française des porteurs de certificats pour réaliser d’actions juridiques en faveur de leurs droits de propriété. Cependant l’État chilien ne reconnaît jamais les certificats d’indemnité du gouvernement péruvien.

16Alors qu’en 1878, les compagnies anglaises produisent 2 200 000 quintaux de nitrate, soit 13,5 % de la production totale, en 1901 ce chiffre est de 20 784 000, soit 55 % de la production totale. Pendant ce temps, les producteurs français ne produisent que 2 % du total en 1895, et 8 % en 1897. Vers 1900, on dénombre 46 usines de nitrate anglaises en Tarapacá contre 12 allemandes, 11 chiliennes et 8 espagnoles. En 1910, il existe seulement deux usines françaises propriété de l’entrepreneur français établi au Chili Gil Galte, dont les sources ne nous donnent plus d’information. Ces usines produisent 0,8 % du nitrate total et atteignent ce même chiffre quant à l’exportation totale de nitrate. Malgré un recul du capital anglais, celui-ci assure encore en 1912, 38,5 % de la production nitrière. Parallèlement, l’industrie du borax dont le Chili est le plus grand producteur en 1887, se trouve sous le monopole de la compagnie anglaise Borax Consolidated Co.

17Le capital anglais domine la production et les ventes du nitrate chilien. Les compagnies anglaises décident des cours du nitrate à Londres, et elles dirigent l’Asociation de productores de Salitre, dont nous parlerons dans la troisième partie. Cette association planifie la quasi-totalité de la production, en fixant les quotas de production des entreprises et contrôle la vente du nitrate.

  • 7 Rapport nº J3 du 15/4/1929, ADN, Santiago du Chili, carton 57.

18À la fin de la Première guerre mondiale, il se produit une crise de reconversion de l’industrie européenne. À cause des stocks dans les pays européens et de la concurrence des engrais synthétiques dont la production passe de 823 000 tonnes en 1913 à 1 190 000 en 19257, il existe dans le marché une grande quantité de nitrate qui entraîne une crise commerciale. La bourse commence à se détourner des affaires nitrières. Dès 1920, un cinquième des usines de nitrate arrête leur production.

19Entre 1922 et 1924, l’industrie du nitrate connaît une période noire. En 1922, au Chili, 22 Sociétés anglaises ou anglo-chiliennes continuent à travailler dans le secteur contre 35 auparavant. Ces Sociétés représentent 30,7 % de la production de nitrate. En 1925, ces Sociétés possèdent 54 usines qui vendent 50,6 % du total du nitrate. Depuis 1914, les Anglais n’ont créé aucune société nouvelle. Le krach de 1929 représente la fin des affaires nitrières. Pendant les années 1920, il n’existe plus de producteurs français dans cette industrie.

Des enclaves françaises dans l’industrie du cuivre

20Entre 1890 et 1910, le secteur minier chilien ne peut pas empêcher la formation d’enclaves étrangères. En 1905, les investissements étrangers négligent le cuivre : 15 % des capitaux sont investis dans l’ensemble des mines de métaux (cuivre, argent, fer…). Entre 1904 et 1906, seize nouvelles Sociétés anonymes ont été créées dans l’industrie du cuivre, dont la moitié correspond à des apports anglais (1,15 million de livres, 15 % du capital anglais investi au Chili). En 1906 se créent les premières entreprises françaises du cuivre.

21D’après P. Vayssière, les investisseurs potentiels (Anglais et Français)

  • 8 Vayssière P., op. cit., p. 518.

« refusent les risques d’une gestion directe, beaucoup trop aléatoire. Calcul suivant : les fondeurs chiliens maîtrisent beaucoup plus sûrement que les étrangers les techniques coloniales, bien adaptées aux conditions locales, il est donc préférable de leur laisser la responsabilité de la production, contentons-nous du rôle, moins délicat et plus lucratif, de banquiers et de commerçants du cuivre8 ».

22En 1910, six des quatorze plus grosses entreprises dans la métallurgie du cuivre sont européennes (2 anglaises, 1 anglo-chilienne et 3 françaises) et que la production de cuivre sous contrôle des capitaux français, atteint à peu près 10 % du total.

  • 9 Casassus C., op. cit., p. 18.

23Après la guerre, la reconstruction industrielle et la suite du processus d’urbanisation des pays occidentaux occasionnent une croissance de la demande extérieure de cuivre. Suite à l’augmentation de cette demande, les Compagnies américaines trouvent dans le cuivre chilien une place assez rémunératrice pour y investir leurs capitaux. Un rapport spécial du gouvernement fédéral américain montre aux entreprises américaines que l’industrie du cuivre au Chili, offre un faible coût de la main-d’œuvre et, que le pays présente une certaine stabilité politique et sociale9.

24La pénétration américaine, commencée avant la guerre se développe pendant les années 1920. Elle oblige l’industrie minière chilienne et les entreprises anglaises et françaises, à mettre en concurrence directe leurs méthodes et les techniques de production face aux nouveaux systèmes de production américains. La production chilienne repose sur une organisation du travail qui n’a pas changé depuis le xixe siècle, et sur l’extraction dans les gisements à haute teneur. La productivité est très faible. Face à cette entreprise archaïque de puissants groupements (« horizontal trusts ») capitalistes s’installent, qui possèdent de grandes exploitations de cuivre disposant d’une technologie d’exploitation du minerai à basse concentration (3 à 5 %) laquelle produit d’énormes rendements. Cette concurrence élimine les producteurs marginaux et donne aux Compagnies capitalistes le contrôle de l’essentiel de la production.

  • 10 Rapport d’octobre 1927, ADN, Santiago du Chili, carton 43.

25En 1904, la Branden Copper Cie rachète le site d’El Teniente. Huit ans plus tard la Chile Exploration Cie devient propriétaire du site de Chiquicamata, lequel devient en 1915 la plus grande mine à ciel ouvert du monde. En 1927, il existe au Chili quatre Compagnies américaines productrices de cuivre : Andes Copper Mining Cie, (capital : 83 369 425 $) sous le contrôle de la Chile Copper Cie, filiale de l’Anaconda Copper M. ; Anaconda Copper Cie, (capital : 60 000 000 $) ; Braden Copper Cie, (capital : 2 332 030 $) sous le contrôle de Kennecott Copper Corporation ; Kenecott Copper Corporation, (capital : 2 332 030 $) appartient au groupe Guggenheim Brothers. En 1929, les Compagnies américaines ont le contrôle total de l’industrie du fer. Elles maîtrisent 95 % de la production du cuivre et un cinquième de la production de nitrate10.

  • 11 Rapport du 13/6/1927, ADN, Santiago du Chili, carton 63.

26Les entreprises françaises doivent se réorganiser pour faire face à la concurrence américaine. Il en résulte une diminution de l’importance de la production française dans l’ensemble de la production du cuivre chilien. Au début des années 1920, les établissements français ne produisent que 3,5 % de la production de cuivre tandis que les Américains contrôlent 86,7 % de la production totale. En 1927, la Société des Mines de Chañaral, la Société de mines de cuivre de Caterna et la Société des Mines de Cuivre Naltagua sont les survivantes des entreprises françaises nées avant la guerre mais elles subissent une perte de leur poids dans la production totale de cuivre (la Société des mines de Cuivre Naltagua produit 2,4 % du cuivre chilien en 1924, et 1,7 % en 1925)11. À ces sociétés s’ajoute la création de la Compagnie Minière du M’Zaita.

Tableau 34 : Sociétés dans l’industrie chilienne du cuivre vers 1910

Tableau 34 : Sociétés dans l’industrie chilienne du cuivre vers 1910

Source : d’après Vayssière P., op. cit., p. 570 et 605 et rapport n° 844 du 26/3/1936, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 63.

Tableau 35 : Producteurs de cuivre selon l’origine des capitaux vers 1920

Tableau 35 : Producteurs de cuivre selon l’origine des capitaux vers 1920

Source : Vayssière P., op. cit., p. 590.

L’absence d’emprunts chiliens négociés en France

  • 12 Voir annexe 4.

27La prospérité des finances chiliennes se base sur les massives entrées fiscales12 fournies par le nitrate. Parallèlement l’absence de difficultés de paiement que le pays offre à ses créanciers stimule le traitement des besoins financiers urgents du pays. L’arrivée de capitaux pour faire face à ces besoins financiers se fait sous forme d’emprunts négociés avec les banques des pays industrialisés (entre 1885 et 1914 les gouvernements chiliens font des emprunts publics pour une valeur de plus de 50 millions de livres sterling).

  • 13 Montant total des emprunts 1885-1930 : 4 671 557 955 pesos dont 2 338 403 793 destinés à surmonter (...)
  • 14 El Mercurio, 29/6/1930, article de Ricardo Salas Edwards (traduction personnelle).

28Les gouvernements chiliens et les municipalités qui se sont succédé au pouvoir ont largement abusé de cette politique d’emprunt qui leur apportait des ressources faciles. Ainsi entre 1885 et 1930, la moitié de l’argent emprunté13 est-il destiné à surmonter les problèmes budgétaires, à payer et à financer le lancement de la dette de l’État et des municipalités, à annuler des emprunts antérieurs, etc. La « culture » de l’emprunt s’installe dans les classes dirigeantes du pays. L’apparition de la moindre difficulté financière n’empêche pas l’utilisation de l’emprunt comme la seule réponse politique et économique pour faire face aux problèmes d’un « gouvernement de Congrès dans lequel le gouvernement et l’opposition ont presque le même pouvoir et retardent la marche de l’État14 ». L’emprunt est considéré par le gouvernement chilien comme l’une des sources auxquelles on peut librement et continuellement accéder.

  • 15 Voir annexe 4.

29Si nous observons les deux tableaux qui montrent l’évolution de la dette extérieure directe et indirecte du Chili entre 1885 et janvier 193015, les deux objets principaux des emprunts sont le remboursement de la dette extérieure et le besoin de liquidité pour entreprendre toute une série de travaux publics parmi lesquels prédominent la construction et la rénovation du réseau ferroviaire ainsi que l’aménagement urbain. Mais il ne faut pas oublier que ces emprunts sont essentiels pour « lubrifier » le système en place.

30Ces tableaux de la dette chilienne nous montrent l’importance des recettes du nitrate dans l’équilibre financier de l’État. Lorsque ces recettes commencent à remplir les caisses de l’État, le gouvernement chilien peut aboutir à l’annulation des différents emprunts réalisés avant la Guerre du Pacifique et mener une politique de développement des travaux publics. Pendant les années 1920, la réduction des recettes du nitrate et l’instabilité monétaire chilienne sont à l’origine du lancement des emprunts destinés à payer la dette publique.

L’absence totale d’emprunts négociés en France, 1885-1915

31Pendant cette période ce sont les banques anglaises qui monopolisent les emprunts chiliens. La quasi-totalité des emprunts chiliens a été remportée par des banques anglaises (24 sur 27), fait qui se confirme, si nous observons le pourcentage de l’argent prêté aux différents gouvernements chiliens de la période. En observant les chiffres, nous remarquons tout de suite l’écrasante domination anglaise sur les emprunts chiliens : 90,9 % de la totalité de l’argent emprunté entre 1885 et 1915. Parmi les banques anglaises, jusqu’à la veille de la Première guerre mondiale, la banque Rothschild and Sons est le principal créancier de l’État chilien. Cette banque gère 71,2 % de l’argent des emprunts chiliens de cette période, soit 1 294 608 002 pesos répartis entre 16 emprunts. Viennent ensuite la Royal Exchange Assurance et la Midland Bank avec 6,7 % et 3,6 % de la totalité et respectivement 1 et 3 emprunts.

32Le monopole anglais est brisé par la banque allemande, Deutsche Bank, en 1888. Le lancement par la part du Président Balmaceda de cet emprunt se trouve encadré dans une politique plus large (acquisition de matériel civil et militaire en Allemagne) laquelle a pour but de limiter l’influence anglaise. À cet emprunt s’ajoute celui de la Dresdner Bank, conjointement avec la Swiss Bank Corporation et la Banque belge pour l’étranger, lancé en 1912. Au total les banques allemandes prêtent 5,2 % du total de l’argent emprunté pendant cette période tandis que les banques américaines n’arrivent qu’un insignifiant 0,3 %. De la fin du xixe siècle à la Première guerre mondiale la banque française est totalement absente des emprunts chiliens.

33En utilisant le concours public pour désigner la banque choisie pour lancer l’emprunt, le gouvernement chilien peut bénéficier de la lutte entre les différentes banques des pays industriels afin d’obtenir des conditions plus favorables à l’heure d’achever la négociation d’un emprunt.

34Dans ce cas nous trouvons l’exemple dans l’emprunt contracté auprès de la banque Rothschild, en 1910, pour la reconstruction de Valparaiso après le tremblement de terre qui avait dévasté la ville en 1906. Dans une dépêche du 8 mai 1910, l’ambassadeur français de Santiago du Chili, M. Desprez, fait observer à son ministre des Affaires étrangères que

« plusieurs banques avaient soumissionné : la London City and Midland Bank, la Deutsche Bank à Londres, la Banque Germanique et l’Anglo-Sud American Bank à Santiago. C’est la maison Rothschild qui a offert les meilleures conditions en acceptant l’emprunt libre de tous frais pour le gouvernement chilien, ce qui représente pour celui-ci, rien que sur le droit de timbre, une économie de 26 000 livres sterling ».

La petite et tardive participation française aux emprunts chiliens, 1922-1930

35La crise économique conséquence des événements de la guerre et qui touche fortement le Chili, provoque un besoin de liquidité dans les finances de l’État chilien. Celui-ci cherche de l’argent. En huit ans, entre 1922 et 1930, le gouvernement chilien négocie vingt-sept emprunts (le même nombre d’emprunts que pendant les trente ans de la période 1885-1915), en augmentant d’un tiers la somme empruntée (1885-1915 : 1 819 505 475 pesos ; 1922-1930 : 2 852 052 480 pesos). L’éventail de banques créancières reste stable : 11 banques pour 1885-1915, 10 pour 1922-1930.

Tableau 36 : Participation et pourcentage par nationalité des banques créancières de l’État chilien, 1885-1915

Tableau 36 : Participation et pourcentage par nationalité des banques créancières de l’État chilien, 1885-1915

Source : d’après l’annexe 4.

36Pendant ces années a lieu l’arrivée en force des banques américaines, lesquelles rattrapent presque en nombre les banques anglaises (3 banques américaines contre 4 anglaises), tandis que les banques allemandes disparaissent. Bien que les banques américaines soient inférieures en nombre aux anglaises pour la valeur des emprunts celles-ci sont largement dépassées par les premières et elles deviennent les principaux créanciers de l’État chilien. Ainsi les banques américaines gèrent-elles 79,4 % de l’argent emprunté tandis que les banques anglaises perdent plus des trois quarts de la valeur des emprunts par rapport à la période antérieure (1885-1915 : 90,9 % ; 1922-1930 : 14,4 %).

37À la différence de la période antérieure, il n’existe pas de « monopole » de la banque Rothschild par rapport aux emprunts chiliens. Entre 1922 et 1930, la quantité d’argent emprunté par les gouvernements chiliens se trouve plus répartie entre les banques. Cependant le « leadership » des créanciers passe aux mains de la National City Bank. Cette banque américaine prête à l’État chilien 33,2 % de la totalité de l’argent de la période (soit 947 484 000 pesos) distribués entre huit emprunts. La Kuhn Loeby Guaranty Trust Cie et la Kissel Kinnicutt y Hallgarten la suivent avec respectivement 26 % et 20,2 % de la totalité de l’argent, le tout partagé entre 5 et 2 emprunts.

38Le lancement d’un nouvel emprunt peut servir aussi au gouvernement chilien pour essayer d’appliquer une nouvelle ligne politique dans les finances du pays. Nous avons déjà évoqué la décision du Président Balmaceda de contracter un emprunt auprès de la Deutsche Bank, en 1888 pour briser l’influence anglaise dans la vie économique et politique chilienne. En 1927, le crédit extérieur se réorganise. Le gouvernement chilien désigne alors comme banques officielles et uniques la National City Bank et la National City Cie pour les États-Unis, la firme Rothschild pour le marché européen. Un an plus tard, le Président Carlos Ibañez del Campo autorise pour réaliser des travaux publics un nouvel emprunt divisé en trois tranches. Celles sont négociées avec la National City Bank, un syndicat de Banques, et la banque Rotschild :

  • 16 Rapport du 7/9/1928, ADN, Santiago du Chili, carton 72.

« Le gouvernement chilien a profité de la situation défavorable du marché monétaire américain pour reprendre comme on le faisait jadis, des opérations avec la Banque Rotschild. Le danger d’une emprise américaine sur les finances nationales n’échappe donc pas aux hommes d’État chiliens16. »

39C’est dans cette conjoncture politique que la France réussit à négocier une tranche d’un emprunt extérieur de l’État chilien. En 1929, le gouvernement chilien lance un emprunt de 135 millions de pesos divisé en trois tranches d’un tiers de la quantité totale chacune, qui se sont placées simultanément en France, en Hollande et en Suisse. L’émission française est ratifiée à Paris par Pablo Ramirez, ministre des Finances du Chili.

40La participation de la banque française dans les emprunts chiliens nous montre la maigre proportion sur la totalité de l’argent emprunté par l’État chilien en France : 1,1 % pour la période 1922-1930 et 0,71 % pour l’ensemble des deux périodes (1885-1930). La France n’obtient que les plus petites miettes du gâteau.

Tableau 37 : Participation et pourcentage par nationalité des banques créancières de l’État chilien, 1922-1930

Tableau 37 : Participation et pourcentage par nationalité des banques créancières de l’État chilien, 1922-1930

Source : d’après l’annexe 4.

41Entre la fin du xixe siècle et la crise des années 1930, la phase de « développement vers l’extérieur » prend de l’extension en Amérique latine. Elle est encadrée dans une division internationale du travail dans lequel il existe un « centre » concentrant les capitaux, la plupart de l’activité industrielle et la quasi-totalité de la production des biens d’équipement. Ce « centre » est parallèlement le principal marché importateur de produits primaires.

La détérioration de la position française au Chili

42La valeur des exportations françaises au Chili de 1883 n’est atteinte que ponctuellement en 1907. Elles ne sont dépassées d’une façon constante qu’à partir de 1910, c’est-à-dire avant que le début de la guerre ne stoppe cette progression.

43Les valeurs des exportations s’opèrent une tendance à la baisse. Entre 1880 et 1905, l’indice du commerce spécial chute de 57 points et passe de 145 pour 1880-1884, à 88 en 1900-1904. Cette baisse connaît une pause pendant la première moitié des années 1890 au cours desquelles l’indice remonte de 21 points pour continuer à baisser jusqu’en 1905-1909. Désormais, et jusqu’à la veille de la guerre, une croissance de 110 points pour les ventes françaises au Chili a lieu. Pendant la période 1905-1909 les valeurs des exportations atteignent celles du début des années 1880 pour les dépasser entre 1910-1914.

  • 17 Voir le tableau 13.

44La phase de régression rapide des exportations coïncide avec la période de fléchissement économique français (années 1880). La phase de progression rapide des exportations démarre cependant en 1905, c’est-à-dire, dix ans plus tard par rapport au début de la phase de croissance soutenue de l’économie française (1895), mais parallèlement à l’accélération de cette phase de croissance. Par rapport à l’évolution des importations chiliennes, la phase de croissance des exportations françaises vers le Chili coïncide avec la phase maximale de croissance des importations chiliennes17.

La chute et la faible récupération relative du commerce français au Chili après la Première guerre mondiale

45Malgré la progression de 21 points que connaît l’indice des valeurs des ventes françaises au Chili pendant la période de 1915-1919 par rapport à l’indice de la période de 1910-1914, l’indice du volume des exportations françaises au Chili passe de 100 pour la période de 1910-1914, à 28 pour celle de 1915-1919.

46La progression des valeurs est continue tout au long des années 1920. L’indice de l’évolution des valeurs des exportations pour le commerce général est multiplié par 3 pour la période de 1920-1924, et par 7 pour celle de 1925-1929. Pour le commerce spécial, l’indice est multiplié par 3 et par 2 respectivement. Si nous faisons cependant la comparaison avec l’évolution de l’indice par rapport au volume, nous observons qu’il existe des rythmes très différents. Ainsi, pendant la période 1920-1924, tandis que l’indice des valeurs augmente rapidement (+ 249), l’indice par rapport au volume total des exportations connaît une augmentation plus nuancée : + 31. Bien que le rythme de croissance de l’indice du volume augmente pendant la deuxième moitié des années 1920, il est toujours fortement inférieur à celui de l’indice des valeurs. Cette faible progression explique que, pour la période de 1924-1929, l’indice du volume des exportations françaises au Chili dépasse difficilement celui d’avant-guerre : 1910-1914, 100 ; 1925-1929, 104.

L’évolution générale des exportations françaises et l’évolution de l’exportation française au Chili : du recul de la fin du xixe siècle à la progression d’avant-guerre

47Les années 1880 voient aussi bien le recul des valeurs totales des exportations françaises que celles des ventes au Chili. Le rythme de la régression des indices chiliens est cependant beaucoup plus rapide que celui des valeurs générales françaises. Tandis que ces dernières chutent de 66 points, les premières subissent seulement une baise de 4 points. La fin du xixe siècle et le début du xxe siècle voient le décalage entre l’évolution des deux indices. À partir des années 1890, l’évolution des valeurs totales des exportations françaises retourne la tendance. Les exportations françaises au Chili continuent en même temps leur déclin. Ainsi, entre 1890 et 1904, lorsque l’indice du commerce spécial des exportations françaises passe de 100 à 123, l’indice chilien passe de 100 à 88.

48Pendant la période 1905-1914, les deux indices progressent, mais pour la deuxième moitié des années 1900 le rythme de croissance des exportations dirigées vers le marché chilien est plus fort que celui du total des exportations françaises (exportations : + 32, exportations au Chili : + 62) Les deux indices atteignent alors des valeurs à peu près similaires : exportations totales, 155 ; exportations vers le Chili, 150. Bien que la tendance à la hausse continue pour les deux indices au cours des années qui précèdent la guerre, le rythme de croissance de l’indice chilien est toujours plus important que l’indice général du commerce spécial des exportations françaises : 1910-1914 – indice général + 25 ; indice chilien + 57.

Tableau 38 : Évolution des valeurs générales des exportations françaises et des exportations destinées au Chili, au Pérou et à l’Argentine, 1880-1914 (1890-1894 : indice 100)

Tableau 38 : Évolution des valeurs générales des exportations françaises et des exportations destinées au Chili, au Pérou et à l’Argentine, 1880-1914 (1890-1894 : indice 100)
  • ** Pour le commerce général de 1914, il n’y a pas de valeurs pour le Chili, l’Argentine et le Pérou.

49Note**

CG : Commerce général CS : Commerce spécial.Source : d’après le Tableau général du commerce et de la navigation et le Tableau décennal du commerce de la France avec ses colonies et les puissances étrangères.

Les années 1920 : des tendances parallèles dans l’évolution des valeurs des exportations françaises au Chili et des exportations françaises

  • 18 « Liée à l’inflation interne, la baisse du cours du franc sur le marché des changes jusqu’en 1926 (...)

50On remarque clairement les similitudes existantes entre l’évolution de l’indice général des exportations françaises et celui des exportations destinées au Chili. Les deux indices ont une progression constante tout au long de la période. Le retour de l’Alsace-Lorraine à la France, en 1918, augmente le potentiel industriel de celle-ci et, grâce à la dépréciation du franc18, elle accroît, davantage encore ses possibilités d’exportation. Nous constatons ces changements aussi dans le rythme de croissance, lequel est aussi très important dans les deux cas. Tandis que l’indice des valeurs totales des exportations françaises passe de 371/469 pour la période 1920-1924 à 728/855 pour 1925-1929, l’indice des valeurs des exportations françaises au Chili passe de 370/359 à 856/703.

Tableau 39 : Évolution des valeurs générales des exportations françaises et des exportations destinées au Chili, au Pérou et à l’Argentine, 1915-1929 (1910-1914 : indice 100)

Tableau 39 : Évolution des valeurs générales des exportations françaises et des exportations destinées au Chili, au Pérou et à l’Argentine, 1915-1929 (1910-1914 : indice 100)

CG : Commerce général CS : Commerce spécial. Source : d’après le Tableau général du commerce et de la navigation.

51En même temps, ce degré de similitude existe aussi dans le cas de l’évolution des indices par rapport au volume des exportations. Pendant la première moitié des années 1920, l’indice du volume des exportations françaises connaît une légère hausse de même que celui des exportations destinées au Chili. La période de 1925-1929 continue sur une poussée importante du volume du total des exportations françaises. Entre 1927 et 1929, les exportations françaises atteignent des chiffres record quant au volume. Les indices annuels se situent entre 165 et 185 pour une base 100, en 1913. Pendant 1925-1929 l’indice des exportations destinées au Chili voit apparaître parallèlement aussi une forte croissance, mais il ne dépasse pour cette période que très légèrement celui de l’avant-guerre. Entre 1927 et 1929, les indices annuels se situent entre 100 et 105 pour une base 100 en 1913.

Le recul commercial des pays de la « première génération industrielle » face à l’avance des nouvelles puissances industrielles

52De même que dans les exportations, les quatre pays les plus importants du commerce mondial de l’époque imposent leur poids dans les importations chiliennes. Sans tenir compte de la réexportation des articles de ces pays faite par un pays tiers, la partie relative de la valeur des marchandises provenant du Royaume-Uni, des États-Unis, de l’Allemagne et de la France dans les importations chiliennes, se situe entre 73 et 85 % pour la période comprise entre 1880 à 1914.

53Jusqu’au début de la Première guerre mondiale, le Royaume-Uni est le principal fournisseur du Chili. À la fin du xixe siècle environ 45 % du total de la valeur des importations arrivent en effet du Royaume-Uni. Mais dès la fin du xixe siècle et au tournant du xxe siècle la concurrence des produits allemands et américains se fait sentir sur une partie du marché chilien, au détriment des produits britanniques.

54Les deux dernières décennies du xixe siècle voient la douce mais constante progression de la part que les produits allemands occupent sur le marché chilien. À partir de 1880, cette pénétration commerciale allemande relègue les produits français au troisième rang des fournisseurs du Chili. La croissance relative de l’importation allemande plafonne avec le changement de siècle. Depuis 1880 et jusqu’en 1914, l’Allemagne fournit un quart de la valeur totale des importations chiliennes (1889 : 28 % ; 1900 : 26,7 % ; 1902 : 27,5 % ; 1903 : 27,3 %).

Tableau 40 : Structure géographique des importations chiliennes (pourcentages des valeurs totales)

Tableau 40 : Structure géographique des importations chiliennes (pourcentages des valeurs totales)

Sources : d’après Annales du Commerce Extérieur et rapports des Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, cartons 55 et 66.

55Entre 1880 et 1904, la valeur des importations provenant des États-Unis double pratiquement (1880 : 5,6 % ; 1904 : 10 %). Elles occupent la troisième place en 1893, au détriment de la France. La part que les produits américains occupent sur le marché chilien continue sa progression et, entre 1905 et le début de la Première guerre mondiale, le pourcentage des ventes américaines passe de 10 % à 20,5 % (par rapport au total des importations du Chili).

56La part de la France dans le marché chilien subit au contraire un recul précoce et particulièrement accentué auprès des principales puissances industrielles, comme nous venons de le voir durant l’ensemble de la période. Depuis la moitié des années 1870 et jusqu’au début du xxe siècle, le pourcentage à long terme des importations françaises du Chili n’en finit pas de baisser. Entre 1875 et 1900, les pourcentages se réduisent de 13,3 points. Il passe de 20,5 pour 1875 à 7,2 % en 1900. Bien que le pourcentage se stabilise pendant la première moitié des années 1900, celles qui précédent le début du conflit mondial voient à nouveau la réduction de l’importance des produits français dans les importations chiliennes. Ainsi entre 1905 et 1914 la part de la France dans les importations chiliennes passe-t-elle de 7,5 % à 4,3 %.

La Première guerre mondiale et les années 1920 : prédominance des produits américains et la réduction de la part de la France dans le marché chilien

  • 19 Niveau d’industrialisation au Chili en 1929 : 7,9 %.

57Bien qu’au Chili les importations provenant des États-Unis explosent à partir de 1915, l’effort développé par les industries européennes pour approvisionner leurs pays respectifs pendant les années de guerre entraîne une baisse de la partie relative de l’ensemble des quatre puissances mondiales (France, Royaume-Uni, Allemagne, États-Unis) dans la totalité des importations du Chili. Pendant les années 1920, le pourcentage des importations chiliennes provenant de ces quatre pays ne supère pas 70 %. Pendant les années de guerre, la demande chilienne de produits manufacturés n’est pas comblée par les pays européens. Ceci a pour effet le développement de certaines industries de biens de consommation au Chili, lesquelles gardent la part de marché conquise pendant la période de l’entre-deux-guerres19.

58Avec le déclenchement du conflit militaire, la partie relative des importations britanniques descend en dessous des 25 % (1915 : 23,9 % ; 1916 : 24,8 % ; 1917 : 18,2 % ; 1918 : 18,7 %). La guerre a pour conséquence la substitution des produits anglais par des produits américains au premier rang des importations chiliennes. La guerre commerciale qui accompagne le conflit (listes noires des entreprises commerciales allemandes, disparition des navires allemands des ports d’Amérique latine…) occasionne la chute des importations allemandes, lesquelles ne commencent à retrouver leur quota qu’à partir de la moitié des années 1920.

59Mais c’est seulement à partir de 1915, comme nous l’avons indiqué auparavant, que les importations américaines connaissent un grand développement. Le « débarquement » d’entreprises commerciales, soutenues par une politique commerciale agressive de la part du gouvernement des États-Unis, fait qu’à partir de cette année-là le marché chilien est dominé par les produits américains qui atteignent environ 30 % de la valeur totale des importations du Chili.

60La poussée américaine ajoutée aux difficultés commerciales qu’implique la guerre entraîne sur le marché chilien une réduction de la part des importations provenant de la France. Si bien que pour les années du conflit celle-ci varie entre 4 % et 3 %. Les difficultés que les puissances commerciales européennes de l’époque éprouvent pendant la guerre ont pour conséquence l’augmentation de la part de marché occupée par les partenaires commerciaux latino-américains traditionnels (Argentine : 7,1 % en 1918 ; Pérou : 8,5 % en 1915 et 6,9 % en 1916) ou celle des pays neutres (Indes : 4,3 % en 1918 ; Espagne : 2,8 % en 1918).

61Après une légère hausse à la fin de guerre et au début des années 1920, les années suivantes voient l’érosion progressive de la part de marché de la France au Chili. Le pourcentage passe de 5,8 % en 1921 à 5,2 % en 1924, et à 4,2 % en 1926. La France se voit même devancée par les importations provenant des Indes anglaises (qui représentent 5 % des importations chiliennes pour la fin des années 1920) ou même par celles de la Belgique (5,8 % en 1923, 9,9 % en 1924, 5,1 % en 1926), de l’Italie (4,7 % en 1925) et du Pérou (5,3 % en 1923, 6,1 % en 1926).

La France au Chili : une influence culturelle sans retombées économiques

62L’analyse de l’influence française au Chili occupe une place très importante dans les livres publiés en France sur le Chili. Pour un Français, il existe un intérêt patriotique à connaître la place occupée par son pays. Outre leur simple curiosité « nationaliste », les voyageurs essaient de connaître le développement des affaires des négociants français et aussi leur influence réelle dans les cercles politiques et économiques.

  • 20 Cordemoy C., Au Chili, Paris, Hachette, 1889, p. 161.
  • 21 Poirier E., op. cit., p. 219.

63À propos de l’importance culturelle française au Chili et dans le reste du continent, C. de Cordemoy observe que « la seule littérature qui se lise au Chili est la nôtre ; les devantures des libraires n’exposent que des livres français. Toutes les populations de l’Amérique du sud sont nourries du pain intellectuel que leur distribuent nos romanciers20 ». Au cours de la présentation du Chili au lecteur français, E. Poirier explique comment ce pays reçoit de la France « la production littéraire et artistique, et toutes les manufactures imposées par la mode21 ».

  • 22 Avenel H., L’Amérique latine, Paris, May and Motteroz, 1892, p. 5.
  • 23 Lafond G., L’effort français en Amérique latine, Paris, Payot, 1917, p. 4 et 70.

64Ce succès de la culture française parmi l’élite chilienne, mais aussi parmi celle des autres pays latino-américains, se présente aux yeux des voyageurs français comme un éventail de possibilités que la France doit utiliser pour étendre sa présence dans ces contrées. À cet égard, H. Avenel croit que cette situation « semble concourir à créer des liens de plus en plus indissolubles entre la France et ce peuple encore jeune : la langue, les origines, les lois, les institutions, les mœurs démocratiques22 ». G. Lafond estime que l’influence culturelle est une arme importante pour ouvrir la porte du Chili aux entrepreneurs français. Elle doit être suivie du développement des affaires, sinon cela disparaît. Il pense qu’» en matière politique aussi bien qu’économique, l’influence et le prestige sont les moyens d’action les plus efficaces […]. Plus que jamais la langue suit le commerce et il est difficile de concevoir une influence intellectuelle se conservant intacte sans l’appui d’une influence économique23 ». F. Contreras reproche enfin à la France son manque d’intérêt pour les contrées d’Amérique du sud, et spécialement pour le Chili. Il exprime son regret qu’à cause de son désintérêt, la France n’ait pas su profiter des avantages qu’elle avait dans ces pays. F. Contreras écrit encore que

  • 24 Contreras F., Le Chili et la France. Pour l’élargissement de l’influence française en Amérique du (...)

« la France ne s’est pas empressée de resserrer ses relations économiques avec les Républiques hispano-américaines autant que d’autres nations européennes, telles l’Angleterre ou l’Allemagne. Elle a pour ce faire cependant un avantage exceptionnel, car ces jeunes peuples de culture latine ont pour elle une admiration et une sympathie des plus ferventes ; ils ont puisé dans son génie leur idéal de liberté et leur goût littéraire et artistique24 ».

65En conclusion, cette empreinte culturelle n’a pas de suite dans les domaines politique et économique. Le peu d’intérêt porté par le gouvernement à ce pays explique que la France ne sache pas tirer profit de l’importance dont bénéficie la culture politique et littéraire française dans la classe dirigeante chilienne. Au début des années 1930, une analyse éclairée de A. Siegfried met en évidence tous les reproches antérieurs faits par les voyageurs français « à la France » à propos de la non-utilisation de la francophilie pour y promouvoir l’expansion économique de la France. A. Siegfried partage l’opinion qu’en Amérique du sud, les élites ont recherché la culture française, mais il indique « qu’il convient toutefois, pour éviter certaines désillusions, de distinguer en Amérique latine la politique de la culture ». L’idée que culture et influence politique sont liées est mise en question en effet par A. Siegfried :

  • 25 Siegfried A., Amérique latine, Paris, A. Colin, 1934, p. 153.

« On commettrait une erreur si l’on croyait que la sympathie pour notre culture entraîne nécessairement l’approbation de notre politique. Il est presque fréquent de rencontrer des hommes qui sont français d’esprit et qui cependant ne se classent pas politiquement parmi les amis de la France25. »

66La plupart des livres sur le Chili présentent la structure du commerce de la France, ses commerçants et entrepreneurs, et même son gouvernement, comme les responsables de la position de faiblesse qu’occupe face aux autres puissances occidentales, dans les domaines politique et économique chiliens. Ces auteurs ont un point de vue assez réducteur et n’analysent pas en profondeur d’autres types de causes. De même, la description des actions des autres nations occidentales est fondée sur une vision simpliste des caractères attribués à chaque peuple.

67Il ne faut pas oublier que l’importance économique prise par l’Angleterre à la suite de l’indépendance du Chili, entraîne une certaine influence des Anglais sur les instances politiques du pays. L’Angleterre essaie de conserver cette position de privilège au cours des années suivantes. D’autre part, la défaite militaire française contre la Prusse au début des années 1870 et l’augmentation du volume des affaires allemandes dans cette contrée, véhiculent parmi l’élite chilienne l’idée d’une supériorité militaire et technique de l’Allemagne face à la France. Les dirigeants basculent dans le camp prussien, et la présence allemande commence à être visible aussi bien dans l’armée que dans les institutions publiques. Enfin, la culture française a été essentiellement adoptée par les couches supérieures de la société chilienne. La classe moyenne et la nouvelle classe prolétarienne s’éloignent de la culture française puisqu’elles ne constituent pas une clientèle pour les produits français de luxe.

  • 26 Plusieurs documents des ADN, Santiago du Chili, carton 94.

68La diplomatie française maintient certes l’idée de la supériorité culturelle, mais son discours ne tient pas compte de l’évolution en cours. Les dépêches de l’Ambassade de Santiago du Chili font en effet le compte des écoles et des lycées français du Chili26 et parlent de l’importance de la langue française dans l’éducation chilienne, mais ne portent aucune remarque quant aux changements qui se produisent dans la société chilienne et au recul de l’influence culturelle française dans le pays. La Première guerre mondiale, ainsi que les incertitudes de l’entre-deux-guerres en Europe et les changements structuraux de la société chilienne portent atteinte, lentement mais profondément, au crédit de la France et à son image. Simultanément sa puissance économique en Amérique latine est fortement ébranlée, notamment par le conflit mondial.

  • 27 Un exemple de l’activité diplomatique américaine est la multiplication des missions spéciales envo (...)
  • 28 Le journal chilien El Mercurio dans l’édition du 3 juin 1923, reproduit sous le titre « El balance (...)

69D’autre part ce recul de la francophilie est aussi lié à l’affirmation de la doctrine panaméricaine de Monroe27 et à la politique de bon voisinage de Roosevelt. Il est lié par ailleurs à l’activité diplomatique, aux missions militaires et à la propagande allemande anti-française28 pendant et surtout après la Première guerre mondiale. À la fin de 1924, l’Attaché commercial de la légation de Santiago du Chili signale qu’

  • 29 Rapport n° VIII-551, ADN, Santiago du Chili, carton 55.

« au Chili, les dépêches de l’étranger occupent chaque jour deux pages entières des trois grands journaux du pays, El Mercurio, La Nación et El Diario Ilustrado. Or, la plus grande partie des nouvelles concernant notre pays et publiées dans ces quotidiens émanent de la United Press nord-américaine, ou des agences anglaises très intéressées les unes et les autres à présenter les choses sous un point de vue tendancieux […]. Nous ne voyons plus de nouvelles de France que par le canal d’une agence allemande ou américaine. L’activité économique et la politique de notre pays sont présentées sous une forme mensongère […]. L’intervention du commerce anglais et allemand auprès des journaux eut tout le succès désirable d’autant plus que parmi les trois quotidiens aucun ne possédait de sentiments sympathiques à l’égard de la France29 ».

La création et la protection de l’industrie chilienne : des barrières aux produits de consommation français

70La croissance économique que connaît le Chili à cause du développement des activités liées à l’exploitation et commercialisation des produits des réserves nitrières et à l’augmentation des dépenses publiques, crée un marché national qui se développe pendant les premières années du nouveau siècle.

Le développement de l’industrie manufacturière chilienne

  • 30 Lagos Escobar R., La industria de Chile. Antecedentes estructurales, Santiago de Chile, Publicacio (...)

71Dans son livre sur l’industrie chilienne30, l’historien chilien R. Lagos Escobar montre que la naissance de l’industrie chilienne remonte à une période antérieure à la Première guerre mondiale. Cette industrie se concentre sur les biens de consommation courants écoulés dans un marché intérieur où la concurrence est faible.

  • 31 La brasserie CCU, de la Compagnie Industrielle (huiles), les ciments Melón, l’usine de pâtes Caroz (...)
  • 32 Manigat L., op. cit., p. 243.
  • 33 En 1900, l’artisanat chilien groupe 250 000 personnes.

72Pendant les années précédant la guerre un dynamisme se manifeste dans le marché intérieur chilien poussant le pays vers une certaine industrialisation. D’importantes industries sont créées entre 1900 et 191031. Ainsi entre 1908 et 1913, la croissance industrielle du Chili est-elle de 4 % par an pour les cinq secteurs du textile, de la confection, des chaussures, des boissons et de l’alimentation32. À la veille de la guerre, à côté d’un artisanat encore important33 dans la confection et le bois, l’industrie chilienne compte parmi ses secteurs les plus avancés, l’alimentation, le textile, les cuirs, le papier et la chimie.

73Pendant les années du conflit armé, l’Europe est incapable de fournir la totalité des produits demandés par le Chili. Face à cette situation ce pays est obligé de trouver des produits locaux de substitution à ses importations étrangères traditionnelles. C’est à cette période que démarre véritablement au Chili, l’industrie textile par suite des restrictions d’importations de tissus étrangers.

La montée des droits douaniers : des barrières pour les produits français

74Au Chili les droits de base à l’importation sur les produits de consommation passent de 35 % en 1880 à 60 % en 1897. À la veille de la Première guerre mondiale, le congrès promulgue, en février 1912 une loi déterminant une sanction douanière à l’entrée d’automobiles au Chili. Cette augmentation des droits de douane et leur établissement dans la région de Magellan, sont, à la différence des tarifs douaniers d’après guerre, une mesure tendant simplement à combler le déficit du trésor chilien.

75Après la guerre le flux des importations se rétablit. Le faible secteur industriel chilien à peine né et aux débuts encore mal assurés, doit affronter la rude concurrence des produits occidentaux qui recommencent à pénétrer dans le marché national. Cette situation incite la Sociedad de Fomento Fabril (Société pour le développement de la manufacture) à mener une campagne politique et de presse en faveur de l’adoption d’un projet de tarif douanier ultra-protectionniste. Elle fait appel au sentiment national dans l’intérêt de la protection de l’industrie chilienne.

76En 1921, le gouvernement élève le tarif douanier de 2,50 à 7,50 pesos pour ce qui concerne les droits sur l’importation de vins de Champagne :

  • 34 Note du 17/3/1927, ADN, Santiago du Chili, carton 71.

« Après le paiement de cette taxe, une bouteille de champagne d’une valeur de 20 à 50 francs, doit acquitter encore 6 % de surtaxe et 10 pesos de droit de circulation. De sorte qu’avant d’être livrée par le détaillant à la circulation, elle a déjà payé quelques 34 pesos soit plus de 100 francs français, c’est-à-dire plus du double de sa valeur originelle34. »

77La taxe sur les articles de parfumerie a également augmenté de 100 % en visant le développement de la production nationale de parfums à l’abri des taxes douanières. Les eaux minérales taxées de 0,25 pesos par kilogramme en 1913, connaissent une augmentation de 100 %. Les tissus de soie et leurs imitations ainsi que les tissus contenant de la soie, subissent des augmentations variées allant de 30 à 50 % et plus. À cette époque, le Chili est presque entièrement dépendant de l’étranger pour ce genre de produits. Les produits de la région de Lyon, spécialisée dans l’industrie de la soie, doivent lutter contre des produits de fabrication chilienne de qualité très inférieure.

78En 1923, une commission de révision du tarif douanier, dont la plupart des membres appartient à la Sociedad de Fomento Fabril, se charge d’étudier et d’élaborer un nouveau tarif douanier. Deux ans plus tard, un décret-loi frappe d’un impôt à la vente des vins et des liqueurs ainsi que les articles de parfumerie et les spécialités pharmaceutiques. Ces mesures s’accompagnent d’une intense propagande auprès du consommateur chilien pour l’inciter à préférer à tout autre le produit national par patriotisme d’abord et aussi dans son propre intérêt.

79Quatre ans plus tard un nouveau projet qui mettrait en difficultés l’entrée au Chili des marchandises visées prévoit non seulement le maintien de la plupart des droits en vigueur mais encore une augmentation de certains d’entre eux. Cette fois encore ce sont les produits considérés comme articles de luxe ou ayant leur équivalent dans le pays qui devraient subir le tarif douanier et se trouver en désavantage sur le marché chilien face aux produits nationaux. La Chambre de commerce française de Valparaiso écrit à l’ambassadeur français pour le prévenir des risques qu’en courent les produits français, si le nouveau tarif douanier est approuvé :

  • 35 Lettre du 16/3/1927, ADN, Santiago du Chili, carton 71.

« Nos firmes remarquent qu’une politique protectionniste à outrance qui occasionnerait une diminution sensible dans les importations, entraînerait un renchérissement immédiat dans les frets d’exportation du Chili à l’étranger, puisque les navires n’auraient plus qu’une charge réduite dans leurs voyages de l’étranger au Chili […]
Les articles qui auraient été les plus affectés par le projet que la Société de Fomento Fabril avait obtenu de faire protéger par la Commission des Chambres, étaient les lainages, les cotonnades, les soieries en pièces, les bonneteries de soie, les parfums, les liqueurs, les conserves, en un mot, les principaux produits français d’exportation35. »

80Ce projet aboutit à la publication de la loi n° 4321 du 27 février 1928 dans laquelle l’article 15 autorise le président de la République

  • 36 Rapport du 3/11/1930, ADN, Santiago du Chili, carton 71.

« à élever jusqu’à 35 % les droits d’importation sur les articles analogues à ceux que le pays produit en quantité suffisante pour ses besoins. La dite autorisation restera subordonnée aux règlements qui seront édités dans chaque cas, par le président de la République pour régulariser le prix de ces produits36 ».

Le manque de compétitivité des produits de base et d’équipement français

  • 37 Lévy-Leboyer, op. cit., p. 228.
  • 38 Ibidem, p. 244.

81Selon J. Ch. Asselain, les nouvelles industries motrices (métallurgiques, mécaniques, électriques) ne sont pas en France celles qui sont les « plus tournées vers l’exportation », à cause du retard pris à la fin du xixe siècle et des périodes de haute demande intérieure de biens d’équipement. D’après les calculs de cet auteur, la part des produits de base dans les exportations françaises progresse de 21,8 % en 1899, à 23,8 % en 1913 et celle des biens d’équipement, de 5,1 % à 12,3 %37. Cette reprise se traduit par l’adaptation réussie d’une partie de l’industrie française de base et d’équipement aux nouvelles conditions de la concurrence internationale. Par rapport à la participation française dans le commerce international de produits de base les niveaux sont néanmoins très bas : 4,1 % pour les biens d’équipement, 4,5 % pour le matériel électrique et 3,8 % pour le matériel ferroviaire et de navigation38.

  • 39 Ibid., p. 235.

82Après la guerre, l’effet de stimulation de la dépréciation du franc fait que les exportations de produits de base et d’équipement connaissent une croissance relative plus importante que celle des produits de consommation. Pendant les années 1920, il se produit une accélération de l’expansion de l’industrie du médicament et de quelques industries de transformation : les exportations d’acier brut absorbent une proportion considérable de la production française (45,6 % en 1922, 44,6 % en 1925 et 34,6 % en 1929). La part des industries du travail des métaux dans la valeur totale des exportations industrielles, passe de 15,8 % en 1913, à 18,8 % en 1929. Celle des exportations de fer et d’acier progresse enfin de six points entre ces mêmes dates (1913 : 3,1 % ; 1929 : 9,1 %39). Dès le début des années 1920 une branche essentielle de l’industrie française, l’industrie métallurgique, trouve néanmoins dans le marché « colonial » la solution au problème des débouchés à l’exportation posé par la faible demande intérieure. Vers 1925, les exportations des biens de base et d’équipement absorbent un tiers de la production industrielle française.

Les contraintes des biens de base et d’équipement français

83À la fin du xixe siècle et au début du xxe, les exportations françaises de biens d’équipement atteignent leur maximum. En contrepartie, dès que la demande intérieure augmente, il se produit une croissance automatique des importations. C’est là le résultat d’une grave rigidité de l’offre des producteurs français.

  • 40 Ibid., p. 230.

84F. Crouzet40 nous en fournit un exemple avec le cas de l’industrie de la locomotive. La restriction des débouchés extérieurs dans les années 1880, l’étroitesse du marché national, l’irrégularité des commandes des compagnies de chemin de fer tendent à provoquer une déspécialisation des firmes françaises et une hausse de leurs coûts de production, qui diminue leur capacité concurrentielle. La récupération de l’industrie française de la locomotive à la veille de la Première guerre mondiale, ne sert pas à reconquérir les marchés extérieurs hormis les marchés coloniaux fortement protégés.

85Comme nous l’avons vu dans les pages précédentes, une partie croissante des lignes de chemin de fer au Chili est parallèlement gérée par l’État à travers l’Empresa de los Ferrocarriles del Estado. C’est le ministère des Travaux publics qui autorise le directeur général de cette entreprise étatique à faire des acquisitions par soumissions publiques du matériel roulant et des rails pour les chemins de fer contrôlés par l’État. La fin des années 1900 et la période de l’entre-deux-guerres constituent les moments où la demande chilienne de matériel ferroviaire s’élargit.

  • 41 En 1929, l’Empresa de los Ferrocarriles del Estado lance une soumission pour l’adjudication de 12 (...)

86Face à cette demande, l’industrie française de matériel de chemin de fer n’est pas capable d’offrir des délais de livraison compétitifs41. Par exemple, en 1927, à propos d’une adjudication d’accessoires pour les chemins de fer de l’État chilien, l’ambassadeur français écrit :

  • 42 Rapport du 30/7/1927, ADN, Santiago du Chili, carton 74.

« Malgré la bonne réputation dont jouissaient jadis nos industriels pour la fourniture de matériel de chemins de fer, il semble que cette affaire nous échappera cette fois, comme nous ont échappé précédemment plusieurs commandes importantes. Ces échecs sont imputables à nos fabricants eux-mêmes qui n’ont pas suivi les Allemands et les Belges dans l’amélioration des procédés de fabrication, et qui présentent depuis quelque temps des prix supérieurs de 15 à 20 % à ceux de leurs concurrents42. »

  • 43 « L’adjudication de 37 000 tonnes de rails pour les chemins de fer de l’État chilien a été enlevée (...)

87Comme dans le cas de l’industrie de matériel de chemin de fer, les structures industrielles françaises du secteur sidérurgique ne sont pas non plus en mesure d’offrir des produits et des prix compétitifs dans le marché chilien. Pendant les années 1920, les États-Unis fournissent l’acier Martin (système Openhearth) tandis que la France fournit presque toujours l’acier Thomas (système Bessemer classique) car les minerais de fer français ne se prêtent pas au système Openhearth. Certaines mauvaises livraisons en acier Thomas d’usines belges et le prix élevé de l’acier français43 déqualifient ce matériel au Chili. Le gouvernement chilien impose aux livraisons d’acier Thomas une dévalorisation de 15 %. En d’autres termes, la direction générale de l’Empresa de los Ferrocarriles del Estado n’accepte l’acier Thomas que si son prix est de 15 % inférieur à l’acier Martin. Dans ces conditions l’acier français ne peut pas soutenir la lutte commerciale contre l’acier américain et le marché chilien reste très limité pour les produits français :

  • 44 Rapport du 4/2/1929, ADN, Santiago du Chili, carton 74.

« Il est donc évident que nous ne pourrions en aucun cas assurer une livraison de 10 à 15 000 tonnes de rails Martin dans un délai raisonnable, mais nous pouvons en cas de nécessité, nous charger de petites affaires limitées à 2, 3 ou 4 000 tonnes, comme il en vient de temps à autre sur le marché chilien44. »

Notes

1 Vayssière P., op. cit.

2 Cariola C., Sunkel O., op. cit., p. 50.

3 Vayssière P., op. cit., p. 959.

* Usines allemandes inclues.

4 D’après Encina F. A., op. cit., p. 35 sq., il n’existait au Chili aucune instance universitaire susceptible de répondre au défi technique. Au Chili, il existe un ingénieur pour sept avocats. L’enseignement minier resta embryonnaire jusqu’aux années 1920. Le bilan de plus d’un demi-siècle (fin xixe-années 1920) se réduit à quelques écoles de mines aux effectifs très réduits et à une centaine d’ingénieurs de mines.

5 Rapport nº 24 du 24/2/1902, ADN, Santiago du Chili, carton 36.

6 Entre 1883 et 1906, on crée 34 sociétés nitrières à Londres dont deux tiers après 1894, Blakemore H., op. cit., p. 32-64.

7 Rapport nº J3 du 15/4/1929, ADN, Santiago du Chili, carton 57.

8 Vayssière P., op. cit., p. 518.

9 Casassus C., op. cit., p. 18.

10 Rapport d’octobre 1927, ADN, Santiago du Chili, carton 43.

11 Rapport du 13/6/1927, ADN, Santiago du Chili, carton 63.

12 Voir annexe 4.

13 Montant total des emprunts 1885-1930 : 4 671 557 955 pesos dont 2 338 403 793 destinés à surmonter des problèmes financiers et 2 333 154 162 pour les travaux publics.

14 El Mercurio, 29/6/1930, article de Ricardo Salas Edwards (traduction personnelle).

15 Voir annexe 4.

16 Rapport du 7/9/1928, ADN, Santiago du Chili, carton 72.

17 Voir le tableau 13.

** Pour le commerce général de 1914, il n’y a pas de valeurs pour le Chili, l’Argentine et le Pérou.

18 « Liée à l’inflation interne, la baisse du cours du franc sur le marché des changes jusqu’en 1926 est cependant de plus forte amplitude : elle “anticipe” sur la hausse des prix internes, et procure de ce fait un avantage aux exportateurs français (capables de vendre à des prix or relativement concurrentiels), tout en rendant plus attrayante la vente sur les marchés extérieurs (la contre-valeur en francs d’une recette donnée en devises se trouve par l’évolution des changes) », Lévy-Leboyer M., op. cit., p. 232.

19 Niveau d’industrialisation au Chili en 1929 : 7,9 %.

20 Cordemoy C., Au Chili, Paris, Hachette, 1889, p. 161.

21 Poirier E., op. cit., p. 219.

22 Avenel H., L’Amérique latine, Paris, May and Motteroz, 1892, p. 5.

23 Lafond G., L’effort français en Amérique latine, Paris, Payot, 1917, p. 4 et 70.

24 Contreras F., Le Chili et la France. Pour l’élargissement de l’influence française en Amérique du Sud, Paris, Bossard, 1919, p. 13-14.

25 Siegfried A., Amérique latine, Paris, A. Colin, 1934, p. 153.

26 Plusieurs documents des ADN, Santiago du Chili, carton 94.

27 Un exemple de l’activité diplomatique américaine est la multiplication des missions spéciales envoyées au Chili par le gouvernement des États-Unis. Ces missions se font très communes pendant la Première guerre mondiale. Une de ces missions fait l’objet d’une dépêche de l’ambassadeur français de Santiago du Chili. Le rapport n° 17 du 8 août 1915 indique au ministre français des Affaires étrangères que les Américains ont envoyé auprès du gouvernement chilien « une mission spéciale dont l’objet est de faire une enquête sur l’influence que la guerre a pu exercer sur l’industrie, le commerce et les finances du Chili. M. Rowe (recteur de l’Université de Pennsylvanie et ancien secrétaire général du congrès) dit que le problème du crédit financier doit être résolu en faveur des États-Unis. La guerre européenne aura pour effet de transférer à cette puissance le rôle financier que les pays européens possédaient naguère », ADN, Santiago du Chili, carton 43.

28 Le journal chilien El Mercurio dans l’édition du 3 juin 1923, reproduit sous le titre « El balance de la invasión francesa en la cuenca del Ruhr », le discours du chancelier allemand critiquant l’action française. Le consul français de Valparaiso commente dans sa dépêche n° 61 du 5 février 1923 que le journal allemand du Chili Deutsche Zeitung für Chile, répandu à Valparaiso publie des articles défavorables à la politique française de la Ruhr. Dans la dépêche n° 38 du 24 novembre 1923, le même consul écrit sur la campagne de presse anti-française au Chili menée par les journaux chiliens La Patria et La Unión: « La Patria a pris la succession, il y a huit jours, du journal La Unión disparu depuis plusieurs mois après une assez longue existence au cours de laquelle, et pendant la guerre notamment, il n’a cessé de mener une campagne anti-française […] La Patria va volontiers chercher le mot d’ordre pro allemand », ADN, Santiago du Chili, carton 47.

29 Rapport n° VIII-551, ADN, Santiago du Chili, carton 55.

30 Lagos Escobar R., La industria de Chile. Antecedentes estructurales, Santiago de Chile, Publicaciones del Instituto de Economía, 1966.

31 La brasserie CCU, de la Compagnie Industrielle (huiles), les ciments Melón, l’usine de pâtes Carozzi et de l’usine El Volcán.

32 Manigat L., op. cit., p. 243.

33 En 1900, l’artisanat chilien groupe 250 000 personnes.

34 Note du 17/3/1927, ADN, Santiago du Chili, carton 71.

35 Lettre du 16/3/1927, ADN, Santiago du Chili, carton 71.

36 Rapport du 3/11/1930, ADN, Santiago du Chili, carton 71.

37 Lévy-Leboyer, op. cit., p. 228.

38 Ibidem, p. 244.

39 Ibid., p. 235.

40 Ibid., p. 230.

41 En 1929, l’Empresa de los Ferrocarriles del Estado lance une soumission pour l’adjudication de 12 locomotives type Montana (livraison : machines entièrement montées, mises sur rails et en ordre de marche). Les différentes firmes qui se présentent le 5/7/1929 offrent les conditions suivantes :

  • L. Schwarkoff, États-Unis : prix : 429 000 pesos la locomotive livraison : 2 locomotives dans 5 mois, ensuite 2 par semaine.
  • The Baldwin Locomotives Works, États-Unis : prix : 442 167 pesos la locomotive livraison: la totalité de locomotives dans un délai de 5 à 5 mois et demi.
  • Jung Lokomotivfabrik, Allemagne : prix : 554 400 la locomotive livraison: la totalité des locomotives dans un délai de 12 à 15 mois.
  • Henschell and SDHN. Cassel : prix : 375 800 pesos la locomotive livraison: la totalité des locomotives dans un délai de 8 mois.
  • S/A/Officine Mecanique, Italie : prix : 414 880 pesos la locomotive livraison: 3 locomotives en 12 mois, les 9 autres dans les trois mois suivants.
  • Forges, Usines et Fonderies de Haines Saint Pierre, France : prix : 446 407 pesos la locomotive livraison : la première locomotive en 12 mois, ensuite 2 par mois.
  • Hanomag : prix : 375 760 pesos livraison: 2 locomotives en 7 mois, ensuite 5 par semaine.
  • American Locomotive Cie, États-Unis : prix : 420 750 pesos livraison: ?
Finalement l’affaire est enlevée par la compagnie nord-américaine The Baldwin Locomotives Works. D’après le rapport du 2/12/1929, ADN, Santiago du Chili, carton 74.

42 Rapport du 30/7/1927, ADN, Santiago du Chili, carton 74.

43 « L’adjudication de 37 000 tonnes de rails pour les chemins de fer de l’État chilien a été enlevée par la firme américaine Bethlehem Steel Cie qui a offert des rails en acier Siemens à 40 dollars la tonne. Les prix du Comptoir Sidérurgique de France semblaient, de toute façon, très élevés (41,30 dollars la tonne Bessemer), et la plupart des autres concurrents offraient des cotations meilleures par suite de la dévalorisation de 15 % imposées par l’État chilien à l’acier Bessemer basique, dévalorisation qui handicape les usines françaises », rapport du 20/11/1927, ADN, Santiago du Chili, carton 74.

44 Rapport du 4/2/1929, ADN, Santiago du Chili, carton 74.

Table des illustrations

Titre Tableau 33 : Production du nitrate selon la nationalité des capitaux (pourcentages)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25237/img-1.png
Fichier image/png, 114k
Titre Tableau 34 : Sociétés dans l’industrie chilienne du cuivre vers 1910
Légende Source : d’après Vayssière P., op. cit., p. 570 et 605 et rapport n° 844 du 26/3/1936, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 63.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25237/img-2.png
Fichier image/png, 284k
Titre Tableau 35 : Producteurs de cuivre selon l’origine des capitaux vers 1920
Légende Source : Vayssière P., op. cit., p. 590.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25237/img-3.png
Fichier image/png, 73k
Titre Tableau 36 : Participation et pourcentage par nationalité des banques créancières de l’État chilien, 1885-1915
Légende Source : d’après l’annexe 4.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25237/img-4.png
Fichier image/png, 99k
Titre Tableau 37 : Participation et pourcentage par nationalité des banques créancières de l’État chilien, 1922-1930
Légende Source : d’après l’annexe 4.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25237/img-5.png
Fichier image/png, 103k
Titre Tableau 38 : Évolution des valeurs générales des exportations françaises et des exportations destinées au Chili, au Pérou et à l’Argentine, 1880-1914 (1890-1894 : indice 100)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25237/img-6.png
Fichier image/png, 142k
Titre Tableau 39 : Évolution des valeurs générales des exportations françaises et des exportations destinées au Chili, au Pérou et à l’Argentine, 1915-1929 (1910-1914 : indice 100)
Légende CG : Commerce général CS : Commerce spécial. Source : d’après le Tableau général du commerce et de la navigation.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25237/img-7.png
Fichier image/png, 97k
Titre Tableau 40 : Structure géographique des importations chiliennes (pourcentages des valeurs totales)
Légende Sources : d’après Annales du Commerce Extérieur et rapports des Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, cartons 55 et 66.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25237/img-8.png
Fichier image/png, 159k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540