Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le négoce français au Chili

 | 
Enrique Fernández-Domingo

Première partie. La France au Chili : intérêts et atouts

Chapitre 3. La colonie et la culture française comme instruments de pénétration de France au Chili

Enrique Fernández-Domingo

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Leon P., op. cit., t. 4, p. 573.

1Selon P. Leon, le cône sud du continent sud-américain a toujours été considéré par les puissances occidentales « comme un secteur colonial, voué au peuplement et à l’exploration de ses ressources propres, comme un prolongement de l’Europe1 ». L’indépendance par rapport à la Couronne espagnole en 1818, incite le Chili à se tourner vers l’Europe et les États-Unis pour développer ses relations économiques.

L’émigration européenne, un facteur de développement des échanges commerciaux

  • 2 Zea L., op. cit., p. 17-91.
  • 3 L’apport des migrations au total de la population chilienne est de 68 689 personnes entre 1883 et (...)

2Le gouvernement chilien considère que le peuplement des nouveaux territoires conquis sur les indigènes dans le Sud du pays est indispensable pour imposer le pouvoir de l’État sur ces contrées et pour développer économiquement ces nouvelles régions. Dans l’imaginaire des élites chiliennes, l’élément européen était estimé supérieur à l’élément national2. L’arrivée d’un peuplement européen est donc regardée comme une valeur sûre dans le but d’incorporer ces nouvelles terres à la civilisation et de développer leur potentiel économique. Néanmoins, malgré la politique favorable à l’immigration du Gouvernement de Balmaceda (1886-1891), contrairement à d’autres pays d’Amérique du sud, tels que l’Argentine, l’Uruguay, ou le Brésil, le Chili n’est pas une des principales destinations pour les émigrants3.

3Jusqu’en 1850 les colons européens arrivent isolés et en faible nombre. De cette date à 1870 un assez fort contingent d’Allemands s’établit dans les régions du Sud, de Valdivia à Puerto Montt. À cette époque, les problèmes des terres ne se posent pas : on applique en fait le droit du premier occupant. En 1882 le gouvernement chilien crée l’Agence de Colonisation Générale en Europe. La mission de cette agence est de recruter des immigrants européens. Il existe parallèlement des compagnies privées de colonisation créées par des nationaux des pays européens, telle que la Société Colonisatrice « Nueva Italia » de Jorge Ricci qui travaille à Malleco et Temuco.

Tableau 25 : Colonies étrangères au Chili

Tableau 25 : Colonies étrangères au Chili

Source : Rapports 14/2/1912, 22/9/1927, 8/1/1937, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 29.

  • 4 « Dans les provinces de Valdivia et de Llanquihue, les plus développées de tout le Chili au point (...)

4En 1883, de nouveaux colons allemands arrivent à Talcahuano. Jusqu’à la veille de la Première guerre mondiale, on recense l’arrivée de 1 000 émigrants européens en moyenne par an sur les terres du sud du pays. Ces colons (Espagnols, Italiens, Suisses, Yougoslaves, Allemands, Français…) y développent les activités agricoles, commerciales et industrielles4.

5Mais, pendant le premier tiers du xxe siècle, à la différence d’autres pays de la région, le Chili a des difficultés pour attirer sur son territoire un mouvement d’immigration assez important. De 1908 à 1935, l’excédent des entrées sur les sorties est de 135 000 contre 1 848 000 en Argentine. Le chiffre chilien correspond, en grande partie, au retour au Chili de beaucoup de citoyens chiliens établis en Europe.

6La cause principale du faible nombre d’émigrants réside dans l’absence de terres agricoles disponibles susceptibles d’être distribuées gratuitement ou presque aux nouveaux colons. Ceci s’accompagne des mauvaises conditions climatiques des terres à coloniser et du mauvais accueil que les nouveaux arrivés connaissent de la part de la population native. Dans beaucoup de cas s’ajoutent les promesses non tenues par les compagnies d’immigration. En 1903 sont promulguées par exemple des lois accordant aux nouveaux venus des concessions gratuites pouvant aller jusqu’à 40 hectares. Les pesantes conditions administratives, l’extrême dureté du climat des régions australes et l’inexistence de voies de communication rendent l’offre peu attrayante.

L’émigration comme accélérateur du commerce extérieur européen

  • 5 Bairoch P., op. cit.

7Les conclusions de P. Bairoch sur les effets à l’étranger des migrations nous montrent que le transfert de facteurs de production que le mouvement migratoire réalise est positif en ce qui concerne la progression des échanges commerciaux avec les pays européens. P. Bairoch postule que la grande majorité des exportations vers les pays de peuplement européen, autres que les États-Unis, est une conséquence assez directe des mouvements migratoires (60-80 % des exportations5).

  • 6 Pour l’exemple de l’importance de l’émigration allemande voir Blancpain J.-P., Les Allemands au Ch (...)
  • 7 En 1925, 49,4 % des patrons de manufactures sont des étrangers, Casassus C., Les nouveaux entrepre (...)

8Bien que l’apport quantitatif de la vague migratoire européenne ne soit pas important (dans un premier temps, puisqu’il faudrait connaître l’importance relative du nombre de descendants directs des immigrants) dans le total de la croissance de la population chilienne, une partie des émigrants se dirige vers les nouveaux territoires6 du sud où ils constituent des éléments de classe moyenne. Ce sont des entrepreneurs dans le secteur agricole ou industriel7, des commerçants, des chargés de maisons d’importation, qui élargissent le marché chilien. Ils deviennent les meilleurs représentants des produits de leur pays, des éléments essentiels pour le développement du commerce de leurs nations respectives et, enfin, les principaux acheteurs potentiels de biens de consommation et de biens de production provenant de leurs pays d’origine. L’autre partie de l’émigration européenne se fixe dans les villes importantes du Chili où elle ouvre des boutiques et de petits commerces qui s’approvisionnent en produits manufacturés provenant généralement des industries européennes.

La colonie française : une colonie dont l’importance s’érode progressivement

9Entre 1850 et le milieu des années 1870, la colonie française occupe la troisième position par rapport au reste des autres colonies européennes. Elle se situe après la colonie allemande laquelle représente plus ou moins 13 % des étrangers au Chili, et derrière la colonie anglaise qui comprend 11,5 %.

10En 1875 les effectifs français se placent à la même hauteur que les Allemands (12,6 % des étrangers au Chili), mais toujours derrière les Anglais (16,3 %). Cinq ans plus tard les pourcentages de ces trois colonies connaissent une réduction par rapport au total de la population étrangère à cause de l’arrivée de nombreux émigrés de nouveaux pays (Suisses, Yougoslaves, Russes, Italiens, etc.). À cette diminution de l’importance relative de la population française s’ajoute le recul de sa position parmi les colonies étrangères. Les ressortissants espagnols rattrapent les Français (4,8 % de la population étrangère) tandis que les Allemands prennent la tête (7,8 %) devant les Anglais (6,1 %).

11Néanmoins, les années 1885-1895 voient l’arrivée de nouveaux citoyens français. À cette période, la colonie française se place en quatrième position, en passant de 5,3 % à 9,5 % de la population étrangère, après la colonie espagnole (10,6 %). Les Italiens passent en seconde position (9,7 %). Les Allemands occupent la troisième (9,6 %), tandis que les Anglais (même s’ils passent de 6,1 % à 8,6 %) descendent à la cinquième place.

12Le premier tiers du xxe siècle voit le déclin de la colonie française, aussi bien au niveau des effectifs (1907 : 9800 ; 1930 : 5000) que de sa place parmi la population étrangère du Chili (1895 : 9,5 % ; 1907 : 7,3 % ; 1930 : 4,7 %). En 1907 et en 1930, les Français n’occupent que la cinquième position après la colonie espagnole (1907 : 7,3 % ; 1930 : 25 %), l’italienne (1907 : 7,6 % ; 1930 : 10,4 %), l’allemande (1907 : 8 % ; 1930 : 10,4 %) et l’anglaise (1907 : 13,9 % ; 1930 : 5 %).

La communauté française au Chili : la lente et progressive disparition des liens avec la métropole

13Au temps des guerres d’indépendance latino-américaines, 1810-1825, le flux migratoire de français vers le Chili se compose essentiellement d’exilés politiques anciens officiers des armées impériales et des savants. Jusqu’en 1860 les colons français arrivant au Chili sont peu nombreux. La totalité de ces colons arrive individuellement. Il s’agit encore « d’immigration libre » ou en famille, mais rarement en groupe. Ils sont majoritairement commerçants, professeurs, médecins, ingénieurs, architectes, lithographes, œnologues, agronomes, imprimeurs, artistes ou hommes d’église.

14Parallèlement à l’émigration individuelle, les premiers contingents de colons français arrivent à partir de la fin des années 1860 dans les régions du sud du pays. À partir des années 1880, les colons français arrivent dans le cadre des campagnes de recrutement lancées par l’Agence de Colonisation du Chili en Europe. Les immigrants français qui forment ces groupes de colons sont des ouvriers ou de paysans, adultes, jeunes, formés dans leur région d’origine. 80 % environ des colons français arrivant au Chili sont originaires du Pays Basque, du Bordelais, des Charentes et des régions entre Gers et Périgord.

  • 8 Par exemple en 1907 le gouvernement chilien confie à Eugène Cibié la mission de recruter des ouvri (...)

15Les dernières tentatives du gouvernement chilien pour attirer les émigrants sont faites aux périodes de la présidence de Jose Manuel Balmaceda (1886-1891) et de Pedro Montt (1906-1910). Le gouvernement chilien réalise en France des campagnes de publicité à travers une série de conférences sur la prospérité du pays et les conditions favorables d’accueil au Chili afin d’attirer un certain nombre de colons français vers les terres chiliennes. Il recrute des citoyens français dans certains départements industriels qui connaissent des problèmes de chômage. Par la suite les Français qui décident de s’expatrier doivent s’adresser aux agences privées d’immigration qui perçoivent une cotisation par émigrant8.

  • 9 L’introduction au Chili de ces colons doit se faire dans l’espace de 8 années. En même temps le go (...)

16Pendant les années 1880, le gouvernement chilien mène une campagne de colonisation des provinces du sud du pays. Des contingents de colons français s’installent dans les provinces du sud. Après la guerre civile de 1891 le gouvernement chilien reprend l’œuvre de colonisation interrompue. En 1896, il accepte la proposition de l’agent maritime bordelais Charles Colson qui s’engage à faire introduire au Chili 5 000 familles de colons9.

  • 10 D’après le règlement du 15 octobre 1895 l’émigrant est tenu de fournir 80 francs par passage d’adu (...)

17En 1910, le gouvernement chilien crée à Paris l’Agence générale d’émigration afin de remédier au manque de main-d’œuvre après le tremblement de terre de Valparaiso en 1906. La direction de cette agence est confiée au député chilien Agustín Gana Urzua. Le bureau de Paris applique le règlement chilien de 189510. Pendant les années 1910, à côté de la nouvelle agence chilienne de Paris, existent également en France des entreprises privées d’immigration. À Bordeaux l’agence de Charles Colson fonctionne toujours. À Paris se trouve l’agence Exhaurren et Larrain et à Marseille recrute l’agence Trotebas. Le début de la Première guerre mondiale signifie la fin du flux migratoire français vers le Chili.

Le tournant du xxe siècle et le début du déclinde la colonie française au Chili

18Le tableau 26 nous montre l’évolution du nombre des Français résidant au Chili. Ces chiffres sont le résultat des différents recensements faits par le gouvernement chilien tout au long du xixe siècle et le premier tiers du xxe. Dans ces recensements les professions des Français résidant au Chili ne sont pas spécifiées. Les chiffres totaux des membres de la colonie française sont contestés par les rapports consulaires. Les recensements chiliens ne tiennent pas compte des Français et des descendants de Français qui adoptent la nationalité chilienne. Malgré cela nous allons analyser ces chiffres, les seules données officielles à propos de la population française habitant au Chili.

La fin du xixe siècle ou le ralentissement de la croissance numérique de la colonie française au Chili

19L’évolution de la colonie française connaît deux périodes : la première période se caractérise par une croissance du nombre de Français au Chili tandis que pendant la seconde période a lieu une rapide réduction des effectifs de la colonie française. La première période s’arrête brusquement avec l’irruption de la Première guerre mondiale.

20Entre la moitié du xixe siècle et la veille de la guerre le nombre total de Français au Chili connaît une forte croissance passant de 1654 personnes en 1854 à 10 000 en 1912. Néanmoins, l’évolution relative des effectifs nous montre que cette progression commence à ralentir à la fin du xixe siècle. Tandis que pendant la période de 1854-1895 la progression relative du nombre de Français au Chili connaît une croissance forte et continue – 1854-1875 : +48,2 % ; 1876-1895 : +61,4 % –, à partir de 1895 cette croissance se réduit d’une manière assez importante (1913-1930 : +17,3 %).

  • 11 Blancpain J.-P., Le Chili et la France : xviiie -xxe siècle, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 131.

21D’après les calculs de J.-P. Blancpain11, établis à partir des documents officiels du Ministère chilien des relations extérieures, pour les années 1882-1907, 8 413 Français sont entrés dans le pays pour la seule période d’octobre 1882 à décembre 1897, c’est-à-dire au moment où le gouvernement chilien réalise les campagnes de recrutement en Europe en vue de la colonisation du sud du pays. La phase de plus grande densité se situe, toujours d’après J.-P. Blancpain, entre novembre 1888 et décembre 1890 avec près de 5 000 entrées, 6 500 au total d’avril 1886 à décembre 1891. Cette période coïncide avec le moment décisif du peuplement et de la mise en valeur de l’Araucanie.

  • 12 Rapport de 1910, ADN, Santiago du Chili, carton 29.

22Mais si nous observons ces chiffres par rapport au total des Français constituant la colonie chilienne, nous nous rendons compte qu’il existe un décalage entre la croissance totale du nombre de Français résidant au Chili et les flux migratoires provenant de France. Grâce aux documents consulaires nous connaissons les raisons de ce décalage dont les plus importantes sont : les mauvaises conditions que rencontrent les colons français (organisation défectueuse du service d’immigration, cherté de la vie matérielle, conditions de travail très rudes) font que « une part des immigrants français arrivés au Chili passe en Argentine, d’autres se présentent à la Légation pour obtenir leur rapatriement en France12 ».

Le processus d’assimilation des Français à la société chilienne ou le « doux » éloignement de la France

23À la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle au Chili, hormis les cas de naturalisation directe à titre de récompense ou par grâce spéciale, tout étranger peut se faire naturaliser après un an de résidence sur résolution favorable du conseil municipal de sa commune d’élection. Parallèlement, d’après la loi chilienne toute personne née dans le pays, même de parents étrangers, est considérée comme chilienne.

24Au début du xxe siècle et surtout après la Première guerre mondiale, il s’opère une accélération du processus d’assimilation des descendants de Français à la population locale. L’ambassadeur français au Chili écrit :

  • 13 Rapport du 15/3/1935, ADN, Santiago du Chili, carton 94.

« Ce phénomène social bien connu de dénationalisation, quoique toujours plus ou moins inéluctable, mérite dans le cas présent de retenir l’attention parce qu’il entraîne une diminution progressive de nos colonies qui ne se renouvellent guère par les éléments nouveaux venus de France 13. »

25Ce processus d’assimilation va de pair avec une progressive rupture des liens de la colonie française du Chili avec la France. Parallèlement l’entreprise individuelle et familiale française connaît un déclin.

26La Première guerre mondiale signifie une rupture dans la progression du nombre de Français au Chili. La « chilinisation » des descendants des ressortissants français qui s’étaient installés au Chili à la fin du xixe siècle accompagnée de la fin des flux de population entre les deux pays provoquent un retournement de la progression. Ainsi après la guerre le nombre de Français chute de moitié et n’atteint plus, en 1930, qu’un chiffre de 5 000 personnes.

Tableau 26 : Nombre de Français au Chili

Tableau 26 : Nombre de Français au Chili

Source : Rapports du 14/2/1912, 22/9/1927, 8/1/1937, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 29.

Une colonie secondaire par rapport aux colonies françaises des pays « rioplatenses »

27La comparaison avec les autres colonies françaises du « cône » sud du continent américain fait apparaître que la colonie française du Chili occupe une position secondaire en ce qui concerne au nombre de ses membres. Les données des populations de Français dans le « cône » sud nous montrent aussi que les pays où se trouvent les colonies françaises les plus importantes de l’Amérique latine sont, logiquement, avec les principaux partenaires commerciaux latino-américains de la France.

28Entre la fin du xixe siècle et le début des années 1930, c’est l’Argentine qui reçoit le flux le plus important d’immigrants français. Entre 1857 et 1924, 226 900 Français sont entrés en Argentine dont 120 000 ont regagné la France et 106 000 ont fait souche. Entre 1870 et la Première guerre mondiale, le nombre de Français établis à Buenos Aires est déjà supérieur pour lui-même au nombre total de Français recensés au Chili : 1869, 14 180 ; 1895 : 33 185 ; 1914 : 27 923. Au début du xxe siècle les Français constituent 1 % environ de la population argentine.

29Entre 1884 et 1939, le Brésil reçoit 32373 Français. Pour les ressortissants français la destination brésilienne est largement secondaire par rapport à l’Argentine. Au début du xxe siècle les Français constituent une très faible minorité nationale (0,03 %) par rapport au total de la population brésilienne.

30Au début du xxe siècle la colonie française de l’Uruguay connaît, à la différence de celle du Chili pour la même période, une réduction du nombre de ses effectifs passant de 13 000 en 1900 à 9 500 en 1912. À la veille de la guerre cette colonie représente à peu près le même nombre de Français habitant au Chili. Cependant si nous comparons avec la colonie du Chili, la population française de l’Uruguay est plus importante par rapport à la population totale du pays puisqu’elle constitue à peu près 0,9 % de ses habitants.

31Après la Première guerre mondiale tandis que le nombre de Français résidant au Chili commence à se réduire rapidement – comme nous venons de le montrer dans le point précédent – les colonies françaises des pays du « cône » sud connaissent soit une croissance (Argentine, Brésil) soit une stabilisation de leurs effectifs (Uruguay).

Tableau 27 : Nombre de Français dans les pays du « cône » sud américain

Tableau 27 : Nombre de Français dans les pays du « cône » sud américain

Source : Rapport du 27/2/1932, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 94 et Rippy J.-F., op. cit., p. 53.

Une colonie urbaine et entreprenante

32Bien que nous n’ayons pas de chiffres complets à propos de la répartition des Français sur l’ensemble du territoire le territoire chilien avant le xxe siècle, les témoignages des contemporains et les chiffres des rapports du Consulat français de Valparaiso de 1863 sur les Français domiciliés dans cette région nous montrent qu’avant le dernier tiers du xixe siècle les citoyens français gagnant le Chili s’installent majoritairement à Valparaiso et à Santiago. Les caractéristiques professionnelles (commerçants, professions libérales, architectes et savants contractés par le gouvernement chilien, artistes, etc.) et l’« esprit d’entreprise » qui caractérise certains de ces émigrés « individuels » font que leur destination essentielle est le monde urbain et « civilisé » du Chili.

33La ville de Valparaiso, avec son port, est le principal centre commercial du pays, par conséquent l’endroit le plus intéressant pour développer une carrière de négociant. Pendant les années 1860, 38 % des Français du Chili sont domiciliés à Valparaiso. Parallèlement, la croissance urbaine de Santiago du Chili, ajoutée à sa place de capitale politique et sociale du pays, donne à l’immigrant français la possibilité d’y installer sa propre entreprise avec une forte chance de réussite.

34La colonisation des régions du Sud attire les premiers contingents organisés de colons français au Chili. Désormais, la répartition des Français au Chili connaît quelques changements. Parallèlement à la croissance de la colonie française, nous observons une différentiation majeure dans la répartition géographique de ses effectifs.

  • 14 Voir annexe 37, p. 697.

35Malgré cette nouvelle répartition, la plupart des immigrants continue de se situer dans les provinces où se trouvent les plus importants centres urbains du pays, c’est-à-dire, Valparaiso, Santiago du Chili et Concepción. D’après les publications officielles du gouvernement chilien en 1903 près d’un tiers des familles françaises vivent à Santiago, soit 1 030, 380 environ habitent Valparaiso et les communes environnantes et 300 Concepción et ses environs14.

36Les rapports des postes consulaires confirment que, jusqu’aux années 1930, la colonie française réside en très grande partie à Santiago du Chili, à Valparaiso et dans les environs de ces deux villes. En regardant les chiffres du tableau 28, nous observons que pour la période de 1907-1930 plus de 45 % des Français de Chili habitent la circonscription de Santiago du Chili, tandis que 15 % environ résident dans la circonscription de Valparaiso, c’est-à-dire que 6 Français sur 10 habitent les régions centrales et les plus urbanisées du pays.

37Ces chiffres nous montrent aussi que, par le nombre, l’autre zone importante où s’installent les émigrés français est les régions du Sud ou de « frontière ». L’arrivée des colons fait augmenter le nombre de Français dans ces terres. Ce flux de colons fait qu’au début du xxe siècle un quart de la colonie française se situe dans ces provinces. La réduction des effectifs français dans le Nord du pays pendant les années 1920 à cause de la crise de l’industrie du nitrate, ainsi que la réduction totale du nombre de Français habitant au Chili font que la part de la colonie française située dans les provinces du Sud représente 35 % environ du nombre total.

Tableau 28 : Répartition de la population française du Chilipar circonscriptions consulaires

Tableau 28 : Répartition de la population française du Chilipar circonscriptions consulaires

Source : Rapports du 14/2/1912, 22/9/1927, 8/1/1937, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 29.

  • 15 Rapport du 27/2/1932, ADN, Santiago du Chili, carton 94.

38À la fin des années 1920 peu de Français sont établis dans les campagnes chiliennes. À cette période la colonie française se concentre dans les deux grands centres de Santiago et Valparaiso et « ceux qui possèdent des terres vivent généralement des revenus de leur exploitation, mais souvent à la ville15 ».

Une colonie importante par son activité économique et non par son poids démographique

39Entre 1880 et 1929, la présence française se remarque au Chili à travers l’activité économique (commerce et industrie) et l’activité culturelle de la colonie plutôt que par la place qu’elle occupe par rapport à sa population. Tout au long de la deuxième moitié du xixe siècle et du premier tiers du xxe siècle les Français représentent des pourcentages très faibles par rapport à la population totale du pays. L’évolution de la part relative de la colonie française par rapport à la population chilienne va de pair avec l’évolution du nombre de Français résidant au Chili. Ainsi la rupture de la guerre marque le retour de la tendance et tandis qu’à la veille de la Première guerre mondiale les Français du Chili représentent 0,30 % des habitants du pays, au début des années 1920 ce pourcentage tombe jusqu’à 0,19 %.

Les principales activités économiques des Français du Chili : des commerces de vente au détail, de petites et moyennes industries et des exploitations agricoles

  • 16 Cochut, « Le Chili en 1859 » dans Revue des Deux Mondes, novembre-décembre 1859, p. 827.

40Vers la moitié du xixe siècle, A. Cochut nous montre dans son article sur la société chilienne les caractéristiques des activités économiques des membres de la colonie française. En 1859, il écrit que cette colonie est formée par « 300 commerçants, 40 professeurs, 38 missionnaires et 36 modistes16 ». Entre la moitié et la fin du xixe siècle, les Français arrivant au Chili créent et développent la plupart de leurs négoces commerciaux, industriels et agricoles.

Tableau 29 : Pourcentage de la population française sur le total de la population du Chili

Tableau 29 : Pourcentage de la population française sur le total de la population du Chili

Source : d’après les rapports du 14/2/1912, 22/9/1927, 8/1/1937, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 29.

41À part le témoignage de A. Cochut, les premières estimations sur les établissements commerciaux français au Chili sont faites au début du xxe siècle. Entre 1899 et 1901, le ministère des Affaires étrangères lance une première enquête pour connaître et comptabiliser la fortune française à l’étranger. Dans les années 1920, une nouvelle enquête est réalisée. Ces enquêtes faites par les postes diplomatiques doivent fournir au gouvernement français le nombre et la valeur des entreprises françaises agissant à l’étranger et des entreprises appartenant à des citoyens français installés en dehors de la France.

42En suivant le Guide de la colonie d’E. Choteau nous croyons que les immigrants français arrivant au Chili font partie d’une population habituée au travail industriel. Ils amènent avec eux une culture et une tradition industrielle du travail du cuir, de l’armurerie, des tissus, etc. Néanmoins dans un second temps, à partir du début du xxe siècle, les immigrants français se font plus rares et manifestent moins d’» esprit d’entreprise ».

43Dans les années 1880, l’activité industrielle qui prédomine dans la colonie française du Chili est la tannerie. Pour la fin du xixe siècle, J.-P. Blancpain comptabilise une cinquantaine d’établissements de tannerie français.

  • 17 Voir annexe 10.

44D’après les résultats des enquêtes du ministère des Affaires étrangères français, nous pouvons dire qu’au début du xxe siècle les fabriques de biens de consommation, avec 71 établissements en fonctionnement, sont la principale activité industrielle de la colonie française. Ces établissements fabriquent une grande variété de produits : liqueurs, savons, meubles, billards, briques, amidon.17… La tannerie, avec 50 établissements, est la deuxième activité industrielle en importance. Ces deux activités constituent 44,2 % des établissements industriels français au Chili. D’autres activités industrielles occupent une place secondaire : 9 boulangeries représentant 8 % ; 6 minoteries représentant 5,3 % ; 5 fonderies représentant 4,4 %.

Tableau 30 : Établissements industriels français au Chili en 1901-1909 et 1920-1925 (répartition géographique)

Tableau 30 : Établissements industriels français au Chili en 1901-1909 et 1920-1925 (répartition géographique)
  • * Provinces d’Atacama, Antofagasta, Tarapacá.

45Note*

  • ** Provinces de Coquimbo, Valparaiso, Aconcagua, Santiago, Colchique, O’Higgins, Curicó, Talca, Maule, (...)

46Note**

  • *** Provinces de Bio-Bio, Arauco, Malleco, Cautín, Valdivia, Osorno, Chiloé, Aysén, Magellan.

47Note***

Sources : d’après plusieurs rapports, Archives Diplomatiques de Nantes, Valparaiso, carton 12 et Santiago du Chili, carton 67 et 94.

48Les données nous montrent que 80,3 % des établissements industriels français se localisent dans les provinces du Chili « historique ». Dans cette partie du pays se situent les principaux centres urbains : Santiago, Valparaiso et Concepción. La moitié, à peu près, de la totalité des établissements industriels sont dans ces trois villes et leur zone environnante. Dans les terres du sud existent 15 établissements constituant 13,3 % des établissements industriels français du Chili. Dans les provinces du nord, l’activité industrielle se réduit pratiquement à l’exploitation minière en constituant 4,4 % des établissements.

  • 18 Voir annexe 12.

49Pendant les années 1920, les fabriques de produits de consommation18 et la tannerie continuent d’être les activités industrielles les plus importantes de la colonie française. Ces deux activités représentent plus de la moitié des établissements industriels français : 52,8 %. En même temps, le nombre et l’importance relative des boulangeries (18,3 % de la totalité d’établissements), des minoteries (10,9 %) et des scieries (12,3 %) croissent par rapport au début du xxe siècle. Au contraire, les fonderies connaissent un déclin passant de 6 à 1 seul établissement.

50Pour la période de 1920-1925, la presque totalité des établissements industriels français (90,3 %) se localisent dans les provinces du centre du pays. Plus de 40 % de ces établissements siègent dans la ville de Santiago et ses environs. La zone de Concepción/Talcahuano auberge 10 % des établissements, tandis que la ville de Valparaiso et ses environs n’en ont que 5,2 %. La croissance du nombre d’établissements industriels dans les provinces du sud du pays (1901-1909 : 15 ; 1920-1925 : 21) n’empêche pas la chute de l’importance relative de l’activité industrielle française dans ces contrées : le pourcentage par rapport au total d’établissements industriels français passe de 13,3 % en 1901-1909 à 9,2 % en 1920-1925.

  • 19 Blancpain J.-P., op. cit., p. 182.

51Malgré l’existence en 1925 de 231 établissements industriels français au Chili, les années 1920 signifient un « véritable déclin de l’entreprise individuelle et familiale française19 ». Pendant la période de l’entre-deux-guerres et parallèlement à la fin des retours en France, il s’opère une chilinisation d’entreprises. En même temps, une rupture progressive des liens existants entre les Français du Chili et la métropole a lieu.

52Au début du xxe siècle la plupart des exploitations agricoles appartenant à citoyens français se localisent dans les terres des provinces centrales. Les 159 entreprises agricoles se trouvant dans ces contrées représentent 92,4 % de la totalité des entreprises agricoles françaises du Chili. Deux tiers de ces entreprises sont des exploitations de produits du pays (céréales, fruits). Le reste est des exploitations viticoles. Leur production est commercialisée dans le marché chilien. D’après les données du poste diplomatique de Santiago du Chili, en 1901, il y a quatre exploitations agricoles à San Felipe, vingt-six à Traiguén, deux à Ercilla et une à Angol. En 1909, dix entreprises agricoles sont recensées à Talcahuano, quatre à Coronel, deux à Coquimbo et vingt Concepción. Les exploitations se trouvant dans les provinces du sud du pays atteignent le chiffre de trente, constituant 25,3 % des entreprises agricoles françaises. Elles sont principalement des exploitations commerciales d’élevage de moutons. En 1909, dix entreprises agricoles sont recensées à Punta Arenas et une à Osorno.

53Au début des années 1920 le nombre des exploitations agricoles françaises dans les provinces du centre se réduit de plus de 80 %. Celles-ci passent de 159 exploitations agricoles en 1901-1909 à 30 en 1920-1925, dont la presque totalité sont de domaines viticoles et d’exploitations de blé (entre 1 000 et 4 000 ha) et d’élevage (entre 300-2 600 bêtes). La chilinisation des entreprises et l’abandon de l’activité agricole en faveur d’une vie de rentier font que la plupart entreprises agricoles françaises du centre du pays disparaissent. En 1925, les documents consulaires nous renseignent que dans les provinces centrales du pays il y a vingt exploitations agricoles à Concepción/Talcahuano, six à Coquimbo et quatre à San Felipe/Los Andes.

54Contrairement, le nombre des exploitations situées dans les provinces du sud connaît une forte croissance. Il passe de 30 en 1901-1909 à 89 en 1920-1925 (huit à Valdivia, trois à Osorno, douze à Puerto-Montt et soixante-six à Punta-Arenas), dont constituent 74,7 % des exploitations agricoles françaises du Chili. La plupart de ces entreprises sont des exploitations extensives d’élevage de moutons (10 000-26 ha).

Tableau 31 : Exploitations agricoles et d’élevage françaises au Chili en 1901-1909 et 1920-1925 (répartition géographique)

Tableau 31 : Exploitations agricoles et d’élevage françaises au Chili en 1901-1909 et 1920-1925 (répartition géographique)
  • * Provinces d’Atacama, Antofagasta, Tarapacá.

55Note*

  • ** Provinces de Coquimbo, Valparaiso, Aconcagua, Santiago, Colchagua, O’Higgins, Curicó, Talca, Maule (...)

56Note**

  • *** Provinces de Bio-Bio, Arauco, Malleco, Cautín, Valdivia, Osorno, Chiloé, Aysén, Magellan.

57Note***

Sources : d’après plusieurs rapports, Archives Diplomatiques de Nantes, Valparaiso, carton 12 et Santiago du Chili, carton 67 et 94.

58Au début du xxe siècle les établissements commerciaux forment un « réseau » qui a comme activité principale l’importation de produits de consommation et leur vente au détail. En observant le tableau 32, nous constatons qu’en 1901-1909, des 268 établissements commerciaux français existant au Chili plus de 80 % sont des maisons de vente au détail dont une grande partie se livre aussi à des activités d’importation. Un peu plus de 50 % de ces négoces de vente au détail se situent dans les deux principales villes du pays : Santiago du Chili, 34,5 % ; Valparaiso, 15,6 %.

59Ces chiffres nous montrent aussi que les années 1920 correspondent à un déclin de l’activité commerciale de la colonie française. La rupture de la guerre, la « chilinisation » des membres de la colonie, la fin des flux d’émigrants provenant de France, la concurrence des produits à bon marché de l’industrie textile chilienne, et l’existence de maisons de commerce d’autres pays proposant aussi au client chilien des produits français, font que le « petit empire » commercial français du Chili se réduise progressivement.

60Au début des années 1920, d’après les documents diplomatiques, les établissements commerciaux français ne sont plus que 183, c’est-à-dire, à peu près un tiers de moins qu’au début du xxe siècle. Tandis qu’entre le début du xxe siècle et les premières années de la décennie de 1920 les maisons de commerce en gros passent de sept à six (en 1901, elles gèrent 16 établissements dans tout le pays. Vingt ans plus tard, elles n’en gèrent plus que 8) les maisons de vente au détail passent de 217 à 147 et les négoces d’hôtellerie de 23 à 13. À cette période, la ville de Santiago du Chili continue d’avoir le plus grand nombre d’établissements commerciaux français, avec 35 % du total suivi de Valparaiso avec 13,7 %.

Tableau 32 : Établissements commerciaux français au Chili en 1901-1909 et 1920-1925 (répartition géographique)

Tableau 32 : Établissements commerciaux français au Chili en 1901-1909 et 1920-1925 (répartition géographique)
  • * Un nombre important de ces établissements a des activités d’importation et un nombre réduit des ac (...)

61Note*

Sources : d’après plusieurs rapports, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 67.

La France comme référence culturelle et sociale des élites mais non comme un exemple de développement économique

62À l’égard de la formation institutionnelle et législative de la nouvelle république, l’élite dirigeante chilienne adopte les principes idéologiques propagés par la Révolution française. Cette adoption procède d’une logique de rupture avec le passé colonial. Sous l’angle du libéralisme et du développement intellectuel de l’individu, la France devient un référent politique pour la classe politique chilienne qui la considère comme faisant partie de son univers.

  • 20 Tapié V., Histoire de l’Amérique latine au xixe siècle, Paris, 1945, p. 264.
  • 21 En 1838, le Collège des Religieuses du Sacré Cœur de Pic Pus commence à fonctionner. Vers 1878, le (...)

63Cette sympathie dont bénéficie la France ne se réduit pas seulement à la sphère de l’idéologie politique. L’oligarchie chilienne voit en la France le centre névralgique de la culture occidentale. Le résultat de ce processus d’identification est « l’imprégnation de France des élites20 ». Cette présence culturelle se traduit par l’apprentissage de la langue et de la culture françaises par l’élite chilienne. La fondation de centres éducatifs français, le recrutement de professeurs français par les institutions scientifiques chiliennes ainsi que l’appel aux spécialistes français par les pouvoirs publics, sont la preuve de l’attrait que la France suscite chez les dirigeants chiliens. À la fin du xixe siècle, il existe une vraie francophilie culturelle parmi les couches instruites de la société chilienne21. Mais cela ne reflète pas une authentique influence politique.

Les classes aisées, principales consommatrices des produits de luxe

  • 22 « C’est donc une aristocratie mixte qui prend les rênes de la vie économique et sociale du pays : (...)

64À la fin du xixe siècle, une oligarchie composée de l’ancienne aristocratie foncière et de nouveaux groupes d’entrepreneurs issus des affaires minières et commerciales, occupe le sommet de la pyramide sociale chilienne. La pénétration de ce nouveau groupe social dans l’aristocratie coloniale se réalise à travers des alliances matrimoniales. Ce processus est présenté par l’historien A. Edwards comme le mélange de l’esprit bourgeois et de la tradition aristocratique.22

  • 23 Il suffit de lire les biographies de plusieurs de ces familles dans Encina F. A., op. cit., vol. X (...)

65Cette classe sociale se transforme en une classe de millionnaires et se différencie du reste des Chiliens par ses origines sociales et surtout sa richesse23. Cela procure à cette oligarchie l’élargissement de son pouvoir économique et le renfort de son statut social. Une partie de l’épargne est destinée à la propriété foncière et aux dépenses somptuaires lesquelles permettent d’afficher la position sociale.

66Le style de vie « à la française » s’étend parallèlement parmi les classes aisées du pays. La France est considérée comme l’exemple du sommet du raffinement social. Les voyages à Paris, la mode, la gastronomie, les jeux et les parfums français, les voyages font le quotidien de l’oligarchie. Elle mène une vie somptueuse en constante compétition d’opulence entre ses rangs : mobilier, décoration, équipage, toilette, grandes maisons, instruments de musique, parfums, champagne, soieries, hôtels particuliers, grandes maisons, souci d’ostentation cosmopolite dans les intérieurs, le tout complété par l’introduction, vers 1900, de l’automobile.

  • 24 Voir Blancpain J.-P., op. cit., p. 270-280.

67Les riches familles chiliennes ne cachent pas leur fortune et montrent sans pudeur les signes extérieurs de richesse dans toute réunion sociale. L’organisation de fêtes, de repas, de réceptions, sans tenir nullement compte des dépenses, devient une habitude chez les riches familles chiliennes24.

68Cette oligarchie a besoin d’affirmer son rang social par une consommation de produits de luxe en fonction de son statut. Ces biens de consommation « nécessaires », que sont les produits de luxe pour cette classe sociale, font partie de cette consommation de prestige du fait de leur prix élevé.

69Ce groupe de consommateurs fortement influencé par le mode de vie de la haute société européenne, notamment par celle de Paris, forme une clientèle exigeante qui parfois s’adresse directement aux grands couturiers et aux boutiques de luxe du vieux continent. Leurs fréquents voyages en Europe favorisent la découverte des produits et multiplient les possibilités d’achat directement sur place.

La France ne représente pas le « progrès économique »

70Bien que l’influence culturelle de la France parmi les élites chiliennes soit une réalité, lorsqu’il s’agit de progrès économique c’est la présence anglaise et allemande qui est appréciée par l’opinion publique chilienne. Celle-ci demande au Gouvernement l’obligation de s’assurer du concours des grandes puissances européennes. Au début des années 1910, le plus important journal du pays, El Mercurio (qualifié par l’ambassadeur français de pondéré et représentant très exact de l’opinion chilienne) expose que

  • 25 El Mercurio, 18/5/1912.

« c’est spécialement en Angleterre et en Allemagne […] que doit s’exercer notre effort sous forme de missions plutôt financières et commerciales que politiques, car ces deux pays peuvent nous procurer les éléments les plus précieux en capitaux, en organisation industrielle, en hommes, en techniques et en mécanique25 ».

71Le résultat en est la pénétration des éléments allemands et anglais dans les institutions chiliennes. À partir de 1896, l’armée est profondément modifiée sous l’influence du capitaine Emil Körner, Allemand venu au Chili à la demande du gouvernement. Il s’introduit dans l’armée chilienne une vague de modernisation qui touche aussi bien le matériel militaire que l’armement. L’achat de matériel militaire croît chaque fois qu’il se produit une crise avec les pays voisins, par exemple pendant la tension frontalière avec l’Argentine en Terre de Feu au cours des années 1890. Faute d’industrie d’armement, le pays doit nécessairement tout importer et les usines allemandes Krupp deviennent les principaux fournisseurs de l’armée chilienne.

72La marine chilienne est sous l’influence des conseillers militaires anglais. Les officiers chiliens de la marine suivent leur formation en Angleterre, et leur anglophilie est assez remarquable. Pendant les années 1910 est réalisée une rénovation des bâtiments de la marine moyennant l’achat de nouveaux bateaux en Europe. D’après les documents diplomatiques la France est pratiquement exclue du marché.

73Dans les nouvelles industries le choix de la France est secondaire aussi après l’Allemagne, les États-Unis et l’Angleterre. La première usine électrique du Chili est par exemple l’œuvre de l’ingénieur allemand Kolhorst en 1898. Siemens-Schuckert ouvre ses premiers ateliers au Chili en 1907. En 1914, sept centrales électriques sont équipées par Siemens.

Les ruptures culturelles de la période de l’entre-deux guerres

  • 26 Les déclarations réitérées affirmant depuis E. Renan que La France se meurt (avant 1910) puis, ave (...)

74La confrontation européenne qui a lieu pendant la Première guerre mondiale jointe aux incertitudes des années 1920 provoque une détérioration progressive de l’image de la France. Avec la confrontation armée naît dans les milieux intellectuels des sociétés d’Amérique latine une première mise en question de l’idéal de la société occidentale et des principes émanant de la Révolution française. Au début des années 1940 cette mise en question aboutit à ce que L. Zea nomme la « répercussion morale de la Seconde guerre mondiale26 ».

75La Première guerre mondiale est perçue comme un échec politique de la France. À cela s’ajoute la suspension des voyages des Chiliens en France. Lorsque ceux-ci reprennent ce sont les élites littéraires ou artistiques (de plus en plus issues de la classe moyenne et chaque fois plus différenciées de l’ensemble de l’élite chilienne) et non plus des élites économiques et politiques qui voyagent.

  • 27 Rapport de 1929, ADN, Santiago du Chili, carton 43.
  • 28 Création du Banco Central (21/8/1925), établissement de l’unité monétaire chilienne (16/11/1925) e (...)

76Parallèlement, l’éloignement progressif des élites chiliennes de la francophilie est aussi lié à la pénétration économique progressive et culturelle des États-Unis pendant la période de l’entre-deux-guerres. Le Gouvernement américain multiplie « les invitations d’échange de professeurs, de médecins, voir même d’officiers, ayant offert de recevoir dans les divers centres nord-américains cinquante officiers chiliens de toutes armes27 ». En 1925, l’économiste américain M. Kemmerer est invité par le gouvernement chilien pour étudier dans le pays les diverses mesures d’urgence afin de faire face à la crise économique qui touche le pays. Accompagné d’une mission d’économistes américains il réorganise la structure financière chilienne28.

77Un autre facteur qui fait pâlir l’image de la francophilie des élites chiliennes est l’active propagande allemande anti-française pendant et surtout après le conflit militaire. Il existe au Chili un bureau central de propagande allemande, Werbeausschuss. Il est à l’origine, pendant la Première Guerre mondiale, de la formation d’une Ligue chileno-allemande qui établit des groupes locaux dans chaque ville importante du Chili. Cette ligue poursuit ses activités au long des années 1920. La propagande anti-française se concentre sur le sujet de l’occupation française de la Rhur et de la brutalité de l’armée française. Durant ces années les bases les moins assurées de la francophilie au Chili sont ainsi sapées.

78À cette dégradation de l’image de la France, s’ajoute l’endettement d’une grande partie des familles aristocratiques et ce à cause de leur vie d’opulence malgré leurs revenus considérables. Dans certains cas leurs dépenses dépassent largement la limite que des considérations économiques élémentaires fixeraient. La période de l’entre-deux-guerres nous fait découvrir une aristocratie chilienne ruinée qui éprouve de graves difficultés à conserver le rythme de consommation de produits de luxe qu’elle avait jusqu’alors.

  • 29 Tarif douanier de 1921: 100 % d’augmentation sur les articles de parfumerie. Pour les droits sur l (...)

79Les années 1920 voient aussi l’entrée sur la scène politique chilienne de nouveaux acteurs politiques et sociaux. Les secteurs mécontents des couches moyennes et de la classe ouvrière organisée se mobilisent contre le pouvoir de l’oligarchie. Les caisses de l’État sont vides ; les fonctionnaires et l’armée ne reçoivent que très irrégulièrement leurs salaires. La crise économique et financière détériore le niveau de vie de la classe moyenne salariée. En 1920, le représentant de la classe moyenne, Arturo Alessandri, est élu président. En 1924, l’armée s’empare du pouvoir, et, un an plus tard, le nouveau gouvernement promulgue une nouvelle constitution qui donne d’importants pouvoirs au président du pays. La perte du pouvoir politique de l’aristocratie chilienne et le contrôle étranger de la production et commercialisation des matières premières font que les nouveaux gouvernements, en quête de nouvelles recettes pour l’État, augmentent les taxes d’importation sur les produits de luxe29 provoquant par là une hausse des prix d’achat de ces produits.

Notes

1 Leon P., op. cit., t. 4, p. 573.

2 Zea L., op. cit., p. 17-91.

3 L’apport des migrations au total de la population chilienne est de 68 689 personnes entre 1883 et 1912. Pour la période 1880-1920, l’Argentine et le Brésil présentent respectivement un solde net de 2,4 et 3 millions d’immigrants.

4 « Dans les provinces de Valdivia et de Llanquihue, les plus développées de tout le Chili au point de vue industriel, toutes les usines sans exception sont allemandes ; elles consistent en 40 tanneries, grandes brasseries, abattoirs pour l’exportation, fabriques d’alcool et de savon, minoteries, fabriques de chaussures, de lin et de meubles », rapport n° 29 du 4/8/1900, ADN, Santiago du Chili, carton 46.

5 Bairoch P., op. cit.

6 Pour l’exemple de l’importance de l’émigration allemande voir Blancpain J.-P., Les Allemands au Chili (1816-1945), Köln-Wien, Bohlan Verlag, 1974.

7 En 1925, 49,4 % des patrons de manufactures sont des étrangers, Casassus C., Les nouveaux entrepreneurs : le cas du Chili, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 41.

8 Par exemple en 1907 le gouvernement chilien confie à Eugène Cibié la mission de recruter des ouvriers mécaniciens, des typographes et des cultivateurs dans les départements du sur ouest de la France. En 1910 les Français qui veulent s’expatrier doivent payer une cotisation de 25 francs à l’agence Colson.

9 L’introduction au Chili de ces colons doit se faire dans l’espace de 8 années. En même temps le gouvernement chilien concède à Charles Colson la propriété de 300 000 ha de terrain dans les provinces de Constitución et Valdivia sur lesquelles doivent s’installer 3 000 familles ; 225 000 ha dans la province de Llanquihue (1 500 familles) et 100 000 ha dans la province de Chiloé (500 familles). Les familles doivent être d’origine européenne (contrôle de la part de l’Agence Générale de colonisation et immigration en Europe, agence ouverte le 10 octobre 1882).

10 D’après le règlement du 15 octobre 1895 l’émigrant est tenu de fournir 80 francs par passage d’adulte au-dessus de 12 ans et des sommes moins élevées suivant l’âge. Le gouvernement fait la différence entre la valeur fournie et le tarif de 10 livres sterling fixé par contrat à la Pacific Steam Navigation Cie pour chaque voyage. Le crédit budgétaire est de 50 000 pesos. D’autre part, toute personne qui se présente à l’Agence doit payer la somme de 10 livres sterling, c’est ce qu’on appelle l’émigration libre.

11 Blancpain J.-P., Le Chili et la France : xviiie -xxe siècle, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 131.

12 Rapport de 1910, ADN, Santiago du Chili, carton 29.

13 Rapport du 15/3/1935, ADN, Santiago du Chili, carton 94.

14 Voir annexe 37, p. 697.

15 Rapport du 27/2/1932, ADN, Santiago du Chili, carton 94.

16 Cochut, « Le Chili en 1859 » dans Revue des Deux Mondes, novembre-décembre 1859, p. 827.

17 Voir annexe 10.

* Provinces d’Atacama, Antofagasta, Tarapacá.

** Provinces de Coquimbo, Valparaiso, Aconcagua, Santiago, Colchique, O’Higgins, Curicó, Talca, Maule, Linares, Concepción, Nuble.

*** Provinces de Bio-Bio, Arauco, Malleco, Cautín, Valdivia, Osorno, Chiloé, Aysén, Magellan.

18 Voir annexe 12.

19 Blancpain J.-P., op. cit., p. 182.

* Provinces d’Atacama, Antofagasta, Tarapacá.

** Provinces de Coquimbo, Valparaiso, Aconcagua, Santiago, Colchagua, O’Higgins, Curicó, Talca, Maule, Linares, Concepción, Nuble.

*** Provinces de Bio-Bio, Arauco, Malleco, Cautín, Valdivia, Osorno, Chiloé, Aysén, Magellan.

* Un nombre important de ces établissements a des activités d’importation et un nombre réduit des activités d’exportation. Vente au détail de vin, de produits chiliens et de produits industriels de consommation.

20 Tapié V., Histoire de l’Amérique latine au xixe siècle, Paris, 1945, p. 264.

21 En 1838, le Collège des Religieuses du Sacré Cœur de Pic Pus commence à fonctionner. Vers 1878, le gouvernement chilien manifeste le désir d’imiter la France en matière d’éducation. En 1885, les ministres Amunategui et Matte visitent les écoles de Paris et les établissements d’instruction publique de la Seine. En 1889, le Chili participe à l’exposition universelle de Paris. L’École de l’Alliance Française de Traiguen est fondée en 1892 et en 1903 est créée l’Alliance Française de Santiago du Chili. En 1907, P. Lemétayer est le Président de l’Institut d’Hygiène, M. Obrecht occupe le poste de directeur de l’observatoire de Santiago et L. Jéquier, J. Deyere et M. Jouanon sont des architectes du gouvernement chilien. Les écoles françaises fondées pour apprendre la langue à une minorité sont de plus en plus fréquentées par les élèves chiliens. En 1930, le nombre des établissements français d’instruction s’élève à 23. Dans la Bibliothèque nationale à Santiago du Chili les ouvrages français constituent près de la moitié des prêts étrangers : 43 % en 1912, 42 % en 1913, 36 % en 1914, soit alors 28 910 volumes sur 73 348, les livres nationaux atteignant à peine 50 000 volumes.

22 « C’est donc une aristocratie mixte qui prend les rênes de la vie économique et sociale du pays : elle est bourgeoise, en ce sens que c’est le triomphe de l’argent qui lui permet de se constituer ; elle l’est également par son esprit marchand et entrepreneur, et par les valeurs qu’elle incarne de raison, de modération, de patrimoine et d’ordre ; mais dans ses veines coule un sang aristocratique, hérité des plus vieilles familles féodales. C’est ce mélange d’éléments bourgeois et féodaux qui a donné à notre ancienne classe dirigeante sa formidable énergie, mais aussi certaines faiblesses », Edwards A., op. cit., p. 33 (traduction de Montero Casassus).

23 Il suffit de lire les biographies de plusieurs de ces familles dans Encina F. A., op. cit., vol. XIII.

24 Voir Blancpain J.-P., op. cit., p. 270-280.

25 El Mercurio, 18/5/1912.

26 Les déclarations réitérées affirmant depuis E. Renan que La France se meurt (avant 1910) puis, avec Demangeon en 1920 et Spengler en 1926 que l’Occident est en déclin, et R. Aron affirmant que la Décadence de la Nation française (1931) est avérée, participent aussi de l’élaboration d’une nouvelle image de la France.

27 Rapport de 1929, ADN, Santiago du Chili, carton 43.

28 Création du Banco Central (21/8/1925), établissement de l’unité monétaire chilienne (16/11/1925) et nouvelle réglementation des banques commerciales (26/11/1925).

29 Tarif douanier de 1921: 100 % d’augmentation sur les articles de parfumerie. Pour les droits sur l’importation des vins de Champagne s’applique une élévation de 2,50 à 7,50 pesos de 18 pences.

Table des illustrations

Titre Tableau 25 : Colonies étrangères au Chili
Légende Source : Rapports 14/2/1912, 22/9/1927, 8/1/1937, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 29.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25235/img-1.png
Fichier image/, 151k
Titre Tableau 26 : Nombre de Français au Chili
Légende Source : Rapports du 14/2/1912, 22/9/1927, 8/1/1937, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 29.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25235/img-2.png
Fichier image/, 56k
Titre Tableau 27 : Nombre de Français dans les pays du « cône » sud américain
Légende Source : Rapport du 27/2/1932, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 94 et Rippy J.-F., op. cit., p. 53.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25235/img-3.png
Fichier image/, 71k
Titre Tableau 28 : Répartition de la population française du Chilipar circonscriptions consulaires
Légende Source : Rapports du 14/2/1912, 22/9/1927, 8/1/1937, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 29.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25235/img-4.png
Fichier image/, 183k
Titre Tableau 29 : Pourcentage de la population française sur le total de la population du Chili
Légende Source : d’après les rapports du 14/2/1912, 22/9/1927, 8/1/1937, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 29.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25235/img-5.png
Fichier image/, 48k
Titre Tableau 30 : Établissements industriels français au Chili en 1901-1909 et 1920-1925 (répartition géographique)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25235/img-6.png
Fichier image/, 196k
Titre Tableau 31 : Exploitations agricoles et d’élevage françaises au Chili en 1901-1909 et 1920-1925 (répartition géographique)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25235/img-7.png
Fichier image/, 41k
Titre Tableau 32 : Établissements commerciaux français au Chili en 1901-1909 et 1920-1925 (répartition géographique)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25235/img-8.png
Fichier image/, 152k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540