Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le négoce français au Chili

 | 
Enrique Fernández-Domingo

Première partie. La France au Chili : intérêts et atouts

Chapitre 1. L’insertion du Chili dans l’économie mondiale

Enrique Fernández-Domingo

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Les pays européens et les États-Unis connaissent une forte expansion économique entre les années 1830 et 1860 grâce à la diffusion de la première révolution industrielle. Mais la croissance de l’économie mondiale subit un ralentissement entre les années 1870 et les années 1890 pour connaître une nouvelle période d’essor accéléré à partir de 1896. L’Allemagne et les États-Unis sont à la tête de cette forte croissance marquée par un processus d’innovation technologique qui aboutit à la diversification des produits industriels, le grand développement de l’industrie légère, la mise en place de procédés économiques de production d’acier, la naissance de l’industrie chimique moderne et l’essor de l’industrie électrique.

2Pendant la période de l’entre-deux-guerres, les biens de consommation font l’objet d’un changement qualitatif avec l’expansion de la production et de la consommation de nouveaux produits ou de produits déjà apparus avant le conflit. Cette vague d’industrialisation voit l’apparition de nouvelles techniques telles que la production en masse et en série, de nouveaux modes de financement comme les banques d’affaires, et de nouvelles organisations du travail tels les cartels ou les monopoles dans une période d’incertitudes politiques, monétaires et financières.

  • 1 Bairoch P., op. cit., vol. II, p. 311. Voir aussi Bairoch P., Commerce extérieur et développement (...)
  • 2 Feis H., Europe : the World’s Banker, 1870-1914, Newq Havenk, Yale UP, 1936.

3Ce processus d’industrialisation provoque un accroissement de la demande de matières premières. L’augmentation rapide de la productivité s’accompagne d’une nécessité d’élargissement des marchés pour pouvoir placer la plus grande quantité possible de la production. Il en découle une rapide expansion du commerce extérieur mais, d’après les études de P. Bairoch, avec peu de bouleversements en termes relatifs : « entre 1880 et 1913 l’importance du commerce avec le tiers-monde s’accroît rapidement en termes absolus, mais ne s’accroît que faiblement en termes relatifs1 ». Cette croissance s’accompagne de l’existence d’une grande disponibilité de capitaux dans les pays occidentaux. Cela montre que jusqu’en 1914 l’Europe est « le banquier du monde2 », avant de laisser sa place aux États-Unis après la guerre.

  • 3 En 1880, plus de 60 % des navires de la flotte mondiale sont à vapeur. En 1900, le pourcentage s’é (...)
  • 4 Accroissement des dimensions et du tonnage des navires pour le monde : tonnage moyen en 1870 : 317 (...)
  • 5 Indices du fret maritime à prix constants: 149,8 en 1880; 123,4 en 1890; 100 en 1900; 71,2 en 1910 (...)
  • 6 Réalisation des câbles sous-marins entre Europe et Amérique du sud entre 1866 et 1890.

4En même temps se produisent une formidable extension et une grande amélioration technique des réseaux de communication dans les transports et l’information qui mettent à portée des pays industriels de nouvelles contrées dans d’autres continents. Dans les communications maritimes, on assiste à une introduction progressive de la vapeur3, et à l’apparition du cargo sur les routes maritimes4 ainsi qu’à un perfectionnement dans la construction des navires. Le temps du voyage interocéanique se réduit ainsi que les frets maritimes5 entraînant la compétitivité des prix des produits bruts des pays neufs. Ces années voient s’étendre sur tous les continents l’utilisation du télégraphe et du téléphone6.

  • 7 Le processus d’intégration et de maturation de la position des pays latino-américains dans la répa (...)

5Un des résultats de ces mutations est l’incorporation de l’Amérique latine dans le système économique capitaliste7. Dans le cas chilien, nous nous demanderons comment se réalise cette incorporation et quel rôle joue l’économie chilienne dans le marché mondial. Le Chili, est-il un débouché pour les produits occidentaux manufacturés ?

Les exportations chiliennes liées aux nécessités des pays occidentaux

6Dès la Guerre du Pacifique (1879-1882), on constate que les réserves de nitrate les plus importantes du monde ainsi que d’importantes mines de cuivre, se trouvent au Chili. Ces deux produits miniers se révèlent nécessaires pour le développement des pays industriels et dominent la structure des exportations chiliennes pendant toute la période de 1880 jusqu’au krach de 1930.

Le nitrate : un produit convoité par les pays occidentaux

7La nécessité des engrais dans l’agriculture occidentale accroît la demande en nitrate. Une deuxième révolution agricole s’étend en Europe. Il existe une recherche d’une plus grande productivité des terres. La campagne européenne connaît une généralisation du machinisme agricole, et la production agricole bénéficie des progrès de la chimie des sols en créant un besoin de nouveaux engrais pour les terres. Les réserves de guano épuisées, le nitrate devient l’engrais le plus convoité par l’agriculture occidentale.

8Le nitrate est aussi utilisé dans l’industrie militaire pour la fabrication d’explosifs. La demande de ce produit par l’industrie militaire des puissances occidentales se développe dans un cadre international de tensions diplomatiques, de course aux armements, qui aboutit au premier conflit mondial, et à l’expansion impérialiste en Afrique et en Asie.

9La consommation mondiale de nitrate connaît une extraordinaire croissance à partir des années 1890 dans le cadre de la résolution de la crise que le système capitaliste traverse pendant la fin du xixe siècle. Nous pouvons ainsi observer que la quantité de tonnes consommées dans le monde en 1895, donne lieu à une augmentation d’environ 140 % par rapport à la consommation de 1885. Cette consommation suit une ligne ascendante qui atteint son sommet avant la Première guerre mondiale, en 1910, avec environ 11 800 000 tonnes consommées dans le monde.

10Cette croissance de la consommation du nitrate est stoppée par le début du conflit militaire et l’élimination de l’Allemagne du commerce mondial. L’accélération de la fabrication d’explosifs et la recherche de meilleurs rendements dans l’agriculture pour produire plus d’aliments afin d’alimenter les populations des pays en guerre expliquent le sursaut de la consommation qui en 1917 et 1918 voit le plus haut chiffre de nitrate jamais consommé (1917 : 13 724 000 tonnes ; 1918 : 13 721 500 tonnes). Après la fin de la guerre, la consommation de nitrate devient irrégulière, à cause de la concurrence de nouveaux engrais synthétiques arrivés sur le marché et de l’instabilité des prix du marché mondial.

11Les plus importants pays consommateurs de nitrate sont les pays industriels qui ont réalisé leur révolution agricole et ont des productions agricoles commercialisées en grande partie dans les marchés nationaux. Ces pays ont besoin d’accroître les rendements de leurs terres agricoles pour combler la demande croissante du monde urbain.

12Le Chili est un faible consommateur de nitrate. En 1895 le pays consomme 0,1 % du nitrate mondial. Le faible pourcentage de la consommation chilienne par rapport à la consommation mondiale se maintient pendant tout le premier tiers du xxe siècle (1911 : 0,1 % ; 1918 : 0,3 % ; 1924 : 0,4 %). L’existence d’une agriculture extensive et l’inexistence d’une industrie militaire réduisent la consommation interne du nitrate.

13Par contre les plus grands consommateurs de nitrate sont les pays d’Europe occidentale et les États-Unis. Parmi ceux-là l’Allemagne est, à partir de 1890 et jusqu’à l’aube de la guerre, le plus grand utilisateur : elle accapare le tiers de la consommation mondiale environ entre 1890 et 1910. Après l’Allemagne, la France, qui en consomme 1 500 000 tonnes environ en moyenne entre 1890 et 1915, est le deuxième grand consommateur mondial (1890 : 21,8 % de la consommation mondiale ; 1900 : 20,5 % ; 1905 : 15,3 % ; 1910 : 14,3 %). Le Royaume-Uni, les États-Unis, la Belgique, et les Pays Bas sont les autres grands consommateurs de nitrate.

14Le conflit armé voit disparaître l’Allemagne à la tête des pays consommateurs de nitrate et l’augmentation de la consommation dans les principaux pays qui participent au conflit. Pendant ces années l’Allemagne laisse la place aux États-Unis qui deviennent largement le plus grand consommateur pendant la guerre (1916 : 46,7 % de la consommation totale ; 1917 : 57,1 % ; 1918 : 61 %). Mais sa consommation devient très irrégulière à cause des grands stocks réalisés pendant les années de la confrontation (1921 : 1 329 500 tonnes ; 1922 : 3 751 500 tonnes ; 1923 : 4 735 000 tonnes ; 1924 : 5 157 000 tonnes). Simultanément – et à l’exception de l’Allemagne et du Royaume-Uni qui affiche une réduction de sa consommation – le reste des grands consommateurs maintient sa consommation sans connaître de grands bouleversements. Entre 1916 et 1924, la France a une consommation moyenne de 1 150 000 tonnes de nitrate environ. Pendant cette période le pourcentage de la consommation française par rapport à la consommation mondiale de nitrate oscille entre 20,4 % de 1916 et 9,3 % de 1918 (1919 : 14,2 % ; 1921 : 14,9 % ; 1924 : 11,7 %).

15Parallèlement à cette hausse de la consommation et à la pénétration de capitaux anglais dans l’industrie du nitrate, on développe la production de nitrate pour répondre aux besoins et à la demande des pays consommateurs de salpêtre. D’après les données de C. Cariola et O. Sunkel nous observons que la production de nitrate connaît un « boom » pendant la décennie de 1880 : 2 433 000 tonnes pour la période 1881-1885 et 3 957 000 tonnes pour celle de 1886-1890. Par la suite, il existe une intensification de la production à partir de 1895 en réponse à la hausse de consommation du produit. Ainsi pour la période de 1895-1900 la production atteint à 6 588 000 tonnes. Désormais la production de nitrate continue à croître même pendant les périodes de crise ou de baisse de la demande extérieure. Preuve est le fait que la production de salpêtre conserve une croissance continue qui ralentit pendant les années de la Première guerre mondiale : 1901-1905 : 7 477 000 tonnes, 1906-1910 : 10 215 000 tonnes, 1911-1915 : 12 097 000 tonnes, 1916-1920 : 12 999 000 tonnes. Après la guerre le fléchissement de la demande conduit à la réduction de la production qui descend jusqu’à 8 520 000 tonnes pour 1921-1925, et même s’il y a un rebondissement dans les années précédant la crise de 1930 (1926-1930 : 11 502 000 tonnes), la production n’atteint pas les quantités de la première moitié de la décennie de 1910.

L’industrialisation occidentale et le besoin de cuivre

  • 8 Vayssière P., op. cit., p. 522.

16Le cuivre est un produit lié à l’industrialisation et à la modernisation des équipements urbains. Le développement des moyens de communication de l’information, tels que le télégraphe, l’augmentation des réseaux électriques et la modernisation de l’équipement des grandes villes provoquent un accroissement de l’intérêt pour le cuivre. D’après le travail de P. Vayssière8 la consommation mondiale de cuivre double de 1880 à 1894 et passe de 150 000 à 330 000 tonnes. Cette consommation explose avec l’arrivée du nouveau siècle. En 1900, la consommation s’élève à 508 000 tonnes et à la veille de la Première guerre mondiale, le chiffre atteint 1 040 000 tonnes. Avec 60 % de la demande dans la période 1897-1912, l’Europe est le plus grand consommateur suivi par l’Amérique de Nord qui absorbe 37 % de la production.

Tableau 5 : Production mondiale de cuivre et pourcentage de la production chilienne 1901-1925 (millions de tonnes)

Tableau 5 : Production mondiale de cuivre et pourcentage de la production chilienne 1901-1925 (millions de tonnes)

Source : Vayssière P., Les premiers cycles du capitalisme minier au Chili : argent, cuivre et nitrate. 1830-1930, Th., Histoire contemporaine, Paris 10, 1978, p. 515.

17La production mondiale de cuivre va de pair avec la consommation. Le premier tiers du xxe siècle connaît un développement de la production de cuivre et atteint son sommet dans les dernières années du conflit mondial et les premières de la période de l’entre-deux-guerres.

18Le Chili est un important producteur de cuivre dans le monde et sa production est aussi sujette à cette montée de la demande de la part des pays industriels. L’arrivée des capitaux américains et des nouvelles techniques d’exploitation dans l’industrie minière du fait que la production chilienne connait une croissance spectaculaire à partir des années 1916-1920. Les chiffres montrent comment la production de cuivre passe de 178405 tonnes en 1906-1910 à 217 334 en 1911-1915 et à 459 187 en 1916-1920. Contrairement à la totalité de la production mondiale, le Chili ne subit pas de baisse dans sa production de cuivre, bien au contraire : les quantités augmentent de 64 % pour la période 1921-1925 par rapport aux cinq années précédentes avec un chiffre de 753 069 tonnes. Cette croissance de la production, loin de fléchir dans les années suivantes, atteint le chiffre de 1 024 600 tonnes pour la période 1926-1929.

Le Chili : un pays fournisseur de produits miniers

19Les produits miniers dans les exportations chiliennes ont une importance primordiale. Le Chili occupe une place de fournisseur de matières premières dans le marché mondial. Cette affirmation nous la vérifions en regardant les pourcentages de la distribution des différentes catégories de produits dans la valeur totale des exportations chiliennes pour la période de 1880-1930. Celles-ci se réduisent pratiquement aux matières premières. La part des produits miniers dans la valeur totale des exportations ne descend jamais au-dessous de 80 %. Le pourcentage le plus bas se situe en 1905 – par suite la crise économique – à 82,8 % du total tandis que le plus haut, en 1890, en plein « boom » du nitrate, atteint 98,2 %.

20Une autre constatation c’est la transformation du Chili en pays essentiellement exportateur de matières minérales au détriment des matières agricoles. L’appropriation des réserves de nitrate à la fin de la Guerre du Pacifique marque intensément, à partir de 1885, la transformation qualitative des exportations chiliennes. De 1885 à 1930 plus des deux tiers des exportations chiliennes sont des produits miniers.

Tableau 6 : Structure des marchandises exportées par le Chili (pourcentage sur la valeur totale des exportations)

Tableau 6 : Structure des marchandises exportées par le Chili (pourcentage sur la valeur totale des exportations)
  • * Non inclus l’exportation de boissons + Y compris l’exportation de boissons.

21Note*

Sourcess : d’après Annales du Commerce Extérieur et Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, cartons 55 et 66.

22Les céréales occupent la place prédominante parmi les produits agricoles exportés par le Chili. Le blé et les farines dérivées, le froment et l’orge en grains constituent l’essentiel des exportations agricoles chiliennes avant la guerre européenne. De tous les produits miniers exportés, le nitrate est le produit clé des exportations chiliennes suivi de loin par le cuivre (en brut et en minerai) et d’autres produits miniers tels la houille dont les exportations fléchissent à partir de 1904, ou l’iode.

Le nitrate ou le cœur des exportations chiliennes

  • 9 Dénomination utilisée par Vayssière P., Ibidem et Cariola C., Sunkel O., op. cit., pour la période (...)

23La place du nitrate dans la valeur totale des exportations chiliennes confirme la qualification de cette période de l’histoire économique chilienne comme le « cycle du nitrate9 ». Son importance dans la structure des exportations chiliennes ne cesse d’augmenter depuis l’appropriation par le Chili, des réserves nitrières du Pérou et de la Bolivie. C’est seulement à partir de la fin des années 1880 que le nitrate constitue plus de la moitié de la valeur totale des exportations du pays (1890 : 57 %). Cette domination du nitrate sur le reste des produits se confirme et s’amplifie jusqu’à la fin du conflit armé européen. Entre 1900 et 1920 les chiffres nous montrent comment le nitrate réalise plus des deux tiers de la valeur totale des exportations (1900 : 68 % ; 1910 : 79 % ; 1920 : 68 %). Les changements provoqués par la Première guerre mondiale dans les structures de l’économie mondiale, la modification dans la demande de produits miniers et l’apparition des engrais chimiques sur le marché font que l’importance du nitrate commence à diminuer sans perdre pour autant la première place dans les produits chiliens exportés. Malgré l’irrégularité de la demande extérieure pendant la décennie de 1920, le nitrate occupe toujours plus de la moitié du total de la valeur des exportations (1924 : 54 % ; 1928 : 55 %).

Tableau 7 : Place du nitrate dans la structure des exportations chiliennes (millions de pesos)

Tableau 7 : Place du nitrate dans la structure des exportations chiliennes (millions de pesos)

Source : Cariola C. et Sunkel O., Un siglo de historia económica de Chile, 1830-1930, Madrid, Cultura hispánica des Instituto de cooperación iberoamericana, 1982, p. 139.

Le cuivre : un produit important dans les exportations chiliennes

24Depuis la fin du xixe siècle le cuivre prend, aux côtés du nitrate, la deuxième place dans la structure des exportations chiliennes. L’importance relative du cuivre dans la valeur totale des exportations connaît une croissance au tournant du siècle en atteignant 12,3 % de la valeur totale en 1900. Ce pourcentage ne dépasse pas pourtant celui du début des années 1880 (1883 : 19 % de la valeur totale des exportations). C’est seulement durant les années de l’entre-deux-guerres que l’omniprésence du nitrate commence à diminuer en faveur d’une montée des exportations de cuivre. Simultanément à la perte d’importance du nitrate, les années 1920 voient croître l’importance relative du cuivre par rapport à la valeur totale des exportations chiliennes. À la fin de cette décennie les exportations de cuivre représentent un tiers des exportations chiliennes (1928 : 31 % de la valeur totale des exportations).

  • * Cuivre brut et minerai de cuivre.

Tableau 8 : Pourcentage de la part du cuivre dans la valeur totale des exportations**

Tableau 8 : Pourcentage de la part du cuivre dans la valeur totale des exportations**

Sources : d’après Annales du Commerce Extérieur et rapports des Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, cartons 55 et 66.

Le marché chilien : un débouché pour les produits occidentaux manufacturés

  • 10 Voir Martner D., Historia de Chili : Historia económica, Santiago de Chile, Balcells, 1929.

25Le développement intérieur du pays crée dans la société chilienne de nouveaux besoins auxquels la faible industrie nationale ne peut répondre en grande partie10. La croissance du commerce extérieur chilien multiplie les possibilités de financement de l’achat de produits industriels à l’extérieur. La conséquence principale en est la substitution rapide et progressive de la production nationale en faveur des importations de produits européens.

Tableau 9 : Structure des marchandises importées au Chili (pourcentage sur la valeur totale des importations)

Tableau 9 : Structure des marchandises importées au Chili (pourcentage sur la valeur totale des importations)
  • * Boissons, tabac ouvré, produits de l’industrie textile, papier, carton, livres, gravures, articles (...)

26Note*

  • ** Machines et outils pour l’industrie et les transports, armes et munitions, produits de l’industrie (...)

27Note**

  • *** Produits miniers, agricoles, alimentation et autres.

28Note***

Sourcess : d’après Annales du Commerce Extérieur et plusieurs rapports Archives Diplomatiques de Nantes, cartons 19 et 55.

29Nous observons qu’après une baisse de la part relative des produits de consommation pendant les années 1880, celle-ci se situe autour de 30 % de la valeur totale des importations chiliennes pour le reste de la période. Ce sont les produits de l’industrie textile qui dominent dans l’ensemble des importations de produits de consommation.

30Avant l’entre-deux-guerres, l’importation de biens de production occupe une position secondaire par rapport aux biens de consommation. La part relative de ce genre de produits dans la valeur totale des importations chiliennes arrive à constituer 20 % du total pendant la période maximale de construction des lignes de chemin de fer à la fin du xixe siècle (1888 : 19,6 % ; 1889 : 19,5 % ; 1890 : 25,6 % ; 1891 : 21,9 % ; 1892 : 18,1 % ; 1893 : 21,7 % ; 1894 : 23 %).

31Le changement qualitatif dans la fabrication et l’offre des biens de consommation, l’arrivée sur le marché de nouveaux produits, l’inflation que connaissent les monnaies et l’augmentation des prix des produits industriels, surtout les biens de production, pendant la période de l’entre-deux-guerres, sont les raisons principales qui expliquent la croissance du pourcentage de la valeur relative des importations de produits industriels dans les importations chiliennes après la guerre.

32Les principaux fournisseurs de produits manufacturés sont les puissances économiques occidentales : l’Angleterre, l’Allemagne, les États-Unis et la France. Comme nous le montre le tableau suivant, les importations chiliennes provenant de ces quatre pays constituent en moyenne 79 % du total des importations entre 1873 et 1910. Ce pourcentage connaît une diminution pendant les années de la Première guerre mondiale à cause des difficultés industrielles des pays belligérants et du développement de l’industrie nationale de biens de consommation (1915 : 67 %). À partir des années 1920 la protection douanière et la défense gouvernementale de l’industrie nationale chilienne font que les pourcentages n’atteignent plus les niveaux d’avant-guerre même si les produits provenant de ces quatre pays représentent les deux tiers des exportations chiliennes (1920 : 61,1 % ; 1925 : 63,9 %).

Tableau 10 : Pourcentage de l’Angleterre, de la France, de l’Allemagne et des États-Unis dans les valeurs totales du commerce extérieur chilien

Tableau 10 : Pourcentage de l’Angleterre, de la France, de l’Allemagne et des États-Unis dans les valeurs totales du commerce extérieur chilien

Sources : d’après Annales du Commerce Extérieur et rapports Archives Diplomatiques de Nantes, cartons 55 et 66.

Le Chili en tant que champ d’investissement des capitaux occidentaux

33La large disponibilité de capitaux dans les pays occidentaux, liée au processus de développement économique, explique que le succès économique produit par l’exploitation du nitrate au Chili attire ces capitaux, surtout quand le profit global appelle l’investissement. Le résultat c’est l’arrivée massive de capitaux occidentaux.

34Il ne faut pas oublier que la circulation de capitaux dans le système capitaliste n’est entravée par aucune loi, aucun règlement durant les années 1871-1914 : les taxes sur les chiffres d’affaires et les bénéfices, les droits d’enregistrement et de timbre frappent simplement ces usages de fonds tout comme les capitaux nationaux lorsque des lois de ce type existent dans un État. Au Chili ce n’est que pendant les années 1920 que les bénéfices et les chiffres d’affaires commencent à être taxés.

  • 11 Encina F. A., Nuestra inferioridad económica. Sus causas, sus consecuencias, Santiago de Chile, Ed (...)
  • 12 Pinto Santa Cruz A., Chile. Un caso de desarrollo fustrado, Santiago de Chile, Editorial universita (...)
  • 13 Ramírez Necochea H., Historia del imperialismo en Chile, Santiago de Chile, Austral, 1970.

35L’importance que prennent les capitaux étrangers et les hommes occidentaux dans les structures économiques chiliennes a poussé les historiens chiliens à chercher les causes de cette dépendance économique envers des pays occidentaux. La thèse de F. A. Encina11, qui a eu une grande influence dans l’historiographie chilienne, est que la population chilienne ne possède pas les vertus industrielles requises pour une expansion économique comme celle que le pays a connu durant la période du nitrate. Les idées actuelles sur l’histoire économique du pays s’appuient sur le travail d’A. Pinto Santa Cruz12. Pour lui les caractéristiques du modèle de croissance chilien ont provoqué la dépendance extérieure. H. Ramirez Necochea se rapporte à une pénétration étrangère provoquée par l’impérialisme économique réalisé par les pays occidentaux13.

  • 14 Rapport n° 248 du 16/6/1909, ADN, Santiago du Chili, carton 48.

36Une partie des investissements occidentaux s’oriente vers le contrôle de la propriété des moyens de production dans l’industrie minière. Nous observons ainsi qu’en 1909 les capitaux anglais cotés au Stock Exchange de Londres représentent le chiffre de 44 018 405 livres dont 8 764 833 engagées dans les entreprises minières14. En 1902 les capitaux français investis dans les entreprises minières, principalement dans l’industrie du cuivre, atteignent le chiffre de 18 000 000 de francs, soit 713 691 livres, tandis que les capitaux allemands engagés dans les affaires du nitrate en 1910 se chiffrent à 330 000 livres.

37La politique de construction et de financement de travaux publics que le gouvernement chilien réalise éveille l’intérêt des capitalistes européens. Les firmes occidentales essaient d’obtenir les contrats de réalisation des travaux publics mis en concours par le gouvernement chilien en attendant de réaliser de grands bénéfices. Dans le même temps les banques proposent leur argent aux autorités du Chili sous forme d’emprunt d’État, et lancent des bons de la dette publique chilienne sur les marchés européens, surtout à Londres. Les estimations de l’attaché commercial de l’ambassade de France de Santiago du Chili révèlent qu’en 1909 les capitaux anglais engagés dans les chemins de fer au Chili s’élèvent à 14 881 060 livres tandis que 20 402 512 livres sont placées dans les bons du gouvernement chilien. J.-F. Rippy, dans son livre sur les investissements anglais en Amérique latine, considère que les capitaux anglais investis dans les obligations d’État chiliennes passent de 7 765 000 en 1880 à 34 676 000 livres en 1913.

38Après la guerre les capitaux américains arrivent en force dans les affaires minières chiliennes et les emprunts gouvernementaux : les capitaux américains atteignent la somme de 260 000 000 dollars placés dans les emprunts chiliens. Mais c’est seulement à la fin des années 1920 qu’ils prédominent au détriment des capitaux anglais. Cette arrivée des capitaux américains

  • 15 Manigat L., op. cit., p. 250-252.

« est délibérée et symptomatique du type nouveau développé par la diplomatie du dollar dans les deux formes que revêt celle-ci, à savoir à la fois l’utilisation de l’appui politique de leur gouvernement, appui qu’elles s’efforcent d’obtenir par tous les moyens imaginables, et l’action du gouvernement américain auprès de pays étrangers pour ouvrir ces pays aux capitaux américains ou pour y faciliter l’élargissement du capital américain déjà investi 15 ».

  • 16 Rapport n° 1213 du 8/3/1927, ADN, Santiago du Chili, carton 43.

39En 1927, le capital américain investi au Chili atteint le montant de 420 000 000 de dollars dont 190 000 000 sont placés dans l’industrie du cuivre, 47 000 000 dans l’industrie du nitrate et 12 000 000 dans l’industrie du fer16.

  • 17 Le capital des États-Unis en Amérique latine en 1930 (en pourcentage) : Source : d’après Manigat L (...)

40Cet afflux de capitaux américains dans l’industrie du cuivre et de façon générale au Chili, plus spécialement pendant la période de l’entre-deux-guerres, se développe dans le cadre d’une politique économique expansionniste des États-Unis dans les pays voisins du sud, et dans celui de la crise européenne de l’après-guerre. Cette expansion provoque une croissance de l’exportation de capitaux américains en Amérique latine17

41Il existe en outre aux États-Unis, une grande quantité de capitalistes qui cherchent des emplacements susceptibles de représenter de bonnes affaires. Nous trouvons dans le rapport que l’Attaché commercial de l’ambassade de France à Santiago du Chili rédigé le 5 mars 1929, un témoignage de cette abondance de capitalistes à la recherche de bonnes affaires :

« […] les Banques américaines auraient actuellement quatre millions de dollars inoccupés, qu’elles en cherchaient le placement et que nulle part elles ne trouveraient de meilleures conditions qu’au Chili […] plutôt que dans d’autres pays américains, déjà saturés d’argent américain [Équateur, Bolivie, Pérou] ».

42En même temps l’Allemagne, oppressée par les réparations de l’après-guerre, liquide pratiquement ses avoirs en Amérique latine. La France subit aussi de graves problèmes financiers et une forte crise monétaire. Enfin, l’Angleterre conserve ses avoirs mais se voit obligée à redistribuer ses capitaux et à se concentrer surtout en Argentine, au Brésil et au Venezuela.

Tableau 11 : Investissements anglais, allemands, américains et français au Chili 1880-1930 (milliers de francs constants)

Tableau 11 : Investissements anglais, allemands, américains et français au Chili 1880-1930 (milliers de francs constants)

Sources : Angleterre et Allemagne : pour 1880 et 1913, Rippy J.-F., op. cit., p. 25 ; pour 1908, Blancpain J.-P., Le Chili et la France : xviiiexxe siècle, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 814 ; pour 1890, Sarget M. N., Histoire du Chili, Paris, L’Harmattan, 1996, p. 78-79 ; pour 1900, rapport n° 29 du 4/8/1900, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 46 ; pour 1904-1906, Vayssière P., op. cit., p. 511 ; pour 1909, rapport n° 248, du 16/6/1909, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 48 ; pour 1914, Poidevin R., op. cit., p. 31 ; pour 1918, Chevalier F., L’Amérique latine de l’indépendance à nos jours, Paris, PUF, 1993, p. 129 ; pour 1930, Manigat L., op. cit., p. 251. États-Unis : pour 1912, Rapport n° 1213 du 8/3/1928, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 43 ; pour 1914, Chevalier F., op. cit. p. 133 ; pour 1904, 1915 et 1925, Sarget M. N., op. cit., p. 78-79 ; pour 1900, Blakemore H., op. cit., p. 204 ; pour 1926 et 1927, Rapport n° 1213 du 8/3/1928, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 43 ; pour 1928, El Mercurio, 25/1/1928 ; pour 1925, Sarget M. N., op. cit. p. 78-79 ; pour 1930, Manigat L., op. cit., p. 251. France : pour 1902 et 1913, Rippy J.-F., op. cit., p. 52-71 ; pour 1919 et 1925, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 94.

La croissance spectaculaire du commerce extérieur chilien

  • 18 Bairoch P., op. cit., vol. II, p. 310.

43Les valeurs du commerce extérieur chilien ne cessent de croître durant les dernières années du xixe siècle. Bien que les exportations de matières premières fassent augmenter les valeurs, cette croissance ne dépasse pas la hausse de la période de 1881-1885. C’est désormais entre 1900 et 1910 que se produit le décollage des valeurs du commerce extérieur chilien. Cette croissance spectaculaire se produit parallèlement au processus de modernisation des transports et de croissance économique du pays. Si l’on s’en tient aux conclusions de P. Bairoch concernant le commerce mondial18, dans le cas chilien, il apparaît que la croissance économique a été davantage un moteur du commerce extérieur que le commerce extérieur ne l’a été pour la croissance économique.

44Le commerce extérieur chilien connaît une autre vague de croissance pendant les années de la Première guerre mondiale grâce aux exportations. Le fléchissement rapide des exportations pendant la crise des années de l’après-guerre provoque une chute du chiffre d’affaires du commerce extérieur chilien. La période de 1926-1930 en voit renaître les flux. Ce rebondissement est provoqué par le développement extraordinaire des exportations et l’explosion du chiffre des achats à cause, surtout, de la croissance des prix des produits manufacturés.

L’évolution des exportations : une croissance liée au « boom » nitrier

45La valeur des exportations chiliennes connaît une croissance juste après l’appropriation des réserves nitrières par le Chili. Mais le vrai décollage se produit à la fin de la crise économique du capitalisme à la fin du xixe siècle. La deuxième partie de la décennie de 1890 connaît une première augmentation qui se transforme en un vrai « boom » des exportations chiliennes avec l’arrivée du nouveau siècle. Cette explosion est liée à l’exportation du nitrate. L’indice des exportations est multiplié par 1,65 en cinq ans (1901-1905).

46Cette croissance se stabilise dans les années suivantes pour subir une autre poussée forte liée toujours à l’exportation de nitrates, pendant les années de la guerre mondiale. De 1916 à 1920, l’indice de l’évolution des exportations est multiplié par 1,77 ; une croissance totale et relative plus forte que dans la période de 1900-1905.

47Les transformations produites par la guerre et la diminution de la demande de nitrate dans les marchés occidentaux provoquent un fléchissement des exportations chiliennes à partir de 1920. Pour la première fois dans toute la période de 1880-1930 l’indice d’évolution des exportations diminue. Cet indice se rétablit pendant la deuxième partie des années 1920 grâce à une période de prospérité pour l’économie mondiale et à la réactivation de la demande de produits primaires de la part des pays européens.

  • 19 Dès 1879, le peso passe de 46 pences à 33. Il se déprécie fortement en 1891 et en 1915, en passant (...)

48La dégradation du peso19 est favorable au secteur de l’exportation. La baisse des cours du nitrate, produit clé des exportations, fait que le produit ne reste compétitif que par des dévaluations successives du peso.

Tableau 12 : Évolution des exportations chiliennes (valeurs en milliers de pesos)

Tableau 12 : Évolution des exportations chiliennes (valeurs en milliers de pesos)
  • * Pour 1930 valeurs seulement jusqu’en août.

49Note*

Sourcess : d’après Annales du Commerce Extérieur et Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, cartons 55 et 66.

L’évolution des importations : la croissance continue des achats

50Entre 1895 et 1910 les importations chiliennes connaissent une période de croissance plus rapide qu’au cours des périodes antérieures. Le développement de l’urbanisation et l’équipement du pays sont les moteurs de cette hausse.

51Cette tendance s’arrête pendant les premières années de la Première guerre mondiale. Entre 1916 et 1920 les importations reprennent leur élan de croissance pour faire croître l’indice de plus de 150 points par rapport à la période antérieure de 1911-1915. La crise des premières années de l’après-guerre freine radicalement cette tendance, et la valeur totale des importations subit une forte baisse. La fin de la crise fait flamber la valeur des importations chiliennes entre 1926 et 1930.

52Nous remarquons, quand même, que lorsque les exportations sont en hausse, la valeur des importations augmente fortement. Toutefois, dans le cas contraire, les achats ne présentent pas une ligne de décroissance dans les mêmes proportions, et la balance commerciale affiche alors des résultats négatifs, comme c’est le cas pour les années 1892, 1907, 1919 ou 1929.

Tableau 13 : Évolution des importations chiliennes (valeurs en milliers de pesos)

Tableau 13 : Évolution des importations chiliennes (valeurs en milliers de pesos)
  • * Pour 1930 valeurs seulement jusqu’en août.

53Note*

Sources : d’après Annales du Commerce Extérieur, plusieurs années et Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, cartons 55 et 66.

L’économie chilienne dans le sillage du monde occidental

54La forte dépendance du système économique chilien des exportations de nitrate explique que le Chili subisse le contrecoup des vicissitudes conjoncturelles avec d’autant plus de force. Chaque crise cyclique

  • 20 Leon P., op. cit., t. 4, p. 587.

« entraîne une contraction immédiate des relations commerciales, et le mouvement des injections de capitaux européens se calque sur la conjoncture longue : l’arrivée de capitaux occidentaux au cours des périodes prospères, leur absence durant les années de récession. Ces fluctuations s’accompagnent de difficultés financières angoissantes20 ».

55La crise fait que les produits de l’agriculture et de l’industrie minière (constituant l’essentiel des exportations chiliennes) ne trouvent plus qu’à se placer difficilement et à des prix peu rémunérateurs sur les marchés extérieurs. Parallèlement les pays industriels stimulés par la nécessité s’efforcent d’imposer leurs produits sur le marché chilien et consentent pour cela aux importateurs des conditions de prix et de crédit vraiment exceptionnelles. Simultanément, le pouvoir d’achat du consommateur chilien baisse considérablement avec la période de crise.

56À cela s’ajoute la réduction de l’accès aux capitaux étrangers provoquant ainsi une crise qui est le résultat d’une expansion trop comprimée par la disproportion énorme qui existe entre les sources de production et les moyens de les développer, ceci indépendamment de l’insuffisance du système financier en matière de banques et de l’indécision qui règne en haut lieu quant aux mesures à prendre pour normaliser la situation.

57Mais cette influence des bouleversements économiques du système capitaliste mondial sur les structures de l’économie chilienne a son origine dans le processus d’insertion de l’économie chilienne dans le capitalisme mondial. Nous allons analyser les facteurs qui développent ce processus pour mieux comprendre les possibilités qu’offre le Chili en tant que débouché commercial.

Les facteurs de l’insertion du Chili dans l’économie mondiale

58La majorité des échanges de produits manufacturés se réalise entre les pays industrialisés, mais le débouché d’outre-mer est pourtant nécessaire pour la bonne santé des économies européennes même s’il ne constitue qu’une composante parmi bien d’autres. Dans cette perspective nous allons analyser les changements qui se produisent dans les structures économiques et sociales chiliennes et voir la transformation qu’ils introduisent au Chili en tant que marché pour les produits manufacturés occidentaux.

Le Chili comme acteur des changements internationaux : l’occupation de nouvelles ressources et la mise en valeur de nouvelles terres

59L’État chilien accomplit durant la deuxième moitié du xixe siècle un rôle d’importance capitale dans la structuration physique et identitaire de la nation. L’émergence de l’État vers la moitié du siècle fait que son autonomie face à la société s’affirme. L’autonomie et l’autorité de l’État chilien se fondent en grande partie sur une nouvelle source de légitimité que Max Weber a appelée « bureaucratique », dont la perte entraîne toujours un affaiblissement de l’État et de ses institutions.

60Pendant les dernières décennies du xixe siècle se produisent d’importants changements politiques qui, a posteriori, ont une forte influence dans l’économie chilienne. Le Chili entreprend un processus d’expansion de ses frontières qui tend à un double but : l’appropriation de nouvelles richesses naturelles et l’achèvement de la construction nationale. La Guerre du Pacifique (1879-1883), accompagnée de la conquête et de la domination des territoires des tribus indigènes des contrées du Sud, sont les deux axes de ce processus.

L’occupation des réserves de nitrate ou les nouvelles bases de l’économie chilienne

61La guerre contre le Pérou et la Bolivie est estimée par l’historiographie chilienne comme un point de rupture dans l’histoire du pays. Les historiens chiliens considèrent que la conséquence la plus importante de la victoire militaire, c’est-à-dire l’appropriation des exploitations nitrières, entraîne une transformation qualitative des structures étatiques et sociales.

  • 21 Pinto Santa Cruz A., op. cit.

62En s’appuyant sur une interprétation « psychologique » des caractéristiques, valeurs et attitudes des personnalités historiques du Chili, F. A. Encina considère dans sa monumentale Histoire du Chili que les richesses financières obtenues grâce au nitrate conduisent le pays à une « décadence de l’esprit national » et à la disparition des « vertus fondamentales » du peuple chilien. De son côté A. Pinto Santa Cruz, dans la deuxième partie de son livre sur l’histoire économique du Chili21, étudie la période dominée par le nitrate. Son analyse économique l’amène à la conclusion que les transformations engendrées par la victoire mènent le Chili à un « déclin sous la prospérité » qui est à l’origine d’un sentiment de frustration dans la société chilienne.

  • 22 Le gouvernement bolivien de Melgarejo déclare officiellement par la loi du 8 janvier 1872 « propri (...)
  • 23 En 1878, 77 % de la population de la Basse Bolivie est d’origine chilienne. Au Pérou, les Chiliens (...)
  • 24 Pour connaître le déroulement de la guerre voir Barros Arana D., Historia de la Guerra del Pacífic (...)

63La confrontation entre la politique des gouvernements bolivien et péruvien au sujet des nitrates22 et les intérêts des investisseurs chiliens et européens dans la région23 se trouvent à la base du déclenchement du conflit armé. La victoire chilienne après les quatre années de la Guerre du Pacifique (1879-1883)24 a pour conséquence l’occupation des territoires boliviens de la Basse Bolivie et des régions péruviennes du Tarapacá et de l’Antofagasta. Cette occupation donne au Chili la propriété « de facto » des richesses minières de ces régions.

  • 25 Rapport D 1736 du 14/9/1881, ADN, Santiago du Chili, carton 56.

64L’idéologie de libre entreprise du gouvernement chilien, mais aussi les pressions exercées par les détenteurs de titres de propriété des mines nitrières, font que le 11 juin 1881 le Président chilien publie un décret affectant la région de Tarapacá. Ce décret met en voie d’exécution le projet d’abandon du monopole des exploitations de salpêtre et la réduction de l’ingérence dans les affaires des nitrates en échange d’un droit sur les exportations. Les dispositions du décret « prescrivent la restitution des exploitations à ceux qui déposeront les 3/4 des titres hypothécaires correspondants, et imposent un conditionnement destiné à garantir le remboursement des titres non produits [mise en enchères des usines non revendiquées]25 ».

  • 26 D’après le rapport D 1736 du 26/12/1881, ADN, Santiago du Chili, carton 56, les certificats émis p (...)

65Cette décision provoque dans les décennies postérieures non seulement l’affluence d’une immense richesse dans les coffres de l’État mais aussi le développement pendant la guerre, d’une grande spéculation autour des titres de propriété26et l’expansion de la présence européenne dans l’industrie du nitrate.

La « frontière » sud : la conquête de nouvelles terres

  • 27 En 1857, Cornelio Saavedra, l’intendant d’Arauco, élabore un plan pour « incorporer » les territoi (...)

66Depuis l’indépendance les terres situées au sud du fleuve Bio-Bio ainsi que la région de Magellan échappaient au contrôle de l’état chilien. Dès la moitié du xixe siècle27, l’État mène une campagne militaire et de colonisation qui a comme objectif l’incorporation de ces terres au « vieux Chili » et de plus le développement d’un peuplement qui mettrait en valeur les terres de ces contrées.

67Pendant les années 1880, la campagne d’occupation du terrain et l’élimination de la résistance indigène arrivent à leur fin. L’État devient propriétaire des terres conquises sans reconnaître le droit des indigènes sur ces terres. Le gouvernement chilien lance en Europe une campagne de recrutement de colons. Le Chili essaie d’attirer des colons européens dans la nouvelle contrée. L’arrivée de ces nouveaux colons doit s’accompagner de la construction de chemins de fer, de la création d’une ligne de télégraphe, de l’aménagement des chemins et de la réalisation de ponts pour développer en même temps le processus de colonisation des nouvelles terres.

Les rectifications des frontières entre 1870 et 1914 en Amérique du sud

Les rectifications des frontières entre 1870 et 1914 en Amérique du sud

Source : Riado P., L’Amérique latine de 1870 à nos jours, économies, sociétés et vie politique, Paris, Masson, 1980, p. 44.

La guerre civile de 1891 et les intérêts étrangers

68En 1889, confronté à la spéculation sur le nitrate, le gouvernement de Jose Manuel Balmaceda (1886-1891) décide d’exercer son contrôle et de prendre lui-même en charge les ventes sur les marchés extérieurs ; il n’envisage apparemment pas l’étatisation des industries du salpêtre, mais il prévoit d’en réserver l’accès aux capitaux privés chiliens.

  • 28 Ramírez Necochea H., Balmaceda y la contrarrevolución del 1891, Santiago de Chile, Editorial unive (...)

69Pour R. Necochea et H. Blakemore28 la cause principale de la chute du président c’est le problème des nitrates. Face à la décision du président Balmaceda, les intérêts étrangers, et en particulier ceux des Britanniques, auraient eu une importante influence dans la chute de Balmaceda en utilisant tous les moyens pour parvenir à cette fin, en particulier la multiplication des corruptions individuelles des congressistes.

  • 29 Edwards A., La fronda aristocrática, Santiago de Chile, Editorial universitaria, 1989.

70À l’inverse A. Edwards29 nie l’intervention étrangère dans le conflit. Il pense que le rôle de l’oligarchie est particulièrement évident dans la prise du pouvoir. L’historien chilien croit que seul le hasard des intrigues parlementaires et des rivalités personnelles serait à l’origine immédiate de la crise.

  • 30 Silva Galdames O., Breve historia contemporánea de Chile, Mexico, Fondo de cultura económica, 1995 (...)

71Une opinion plus nuancée que celle d’A. Edwards est à la base des travaux d’O. Silva Galdames et de M. Sarget30. Ils présentent la guerre civile de 1891 comme le résultat de l’action principale d’une bourgeoisie, née à l’abri du progrès économique, qui ne peut pas profiter des libertés indispensables pour son développement, et d’une action secondaire où les intérêts étrangers se lient à ceux des congressistes chiliens dans le but de lutter contre Balmaceda. Pour ces deux historiens il n’est pas certain que les étrangers aient disposé de moyens d’action, si l’oligarchie n’avait pas eu, comme eux, intérêt à refuser la domination de l’exécutif : l’oligarchie n’avait sans doute pas besoin des étrangers pour renverser Balmaceda.

72Nous pensons que cette victoire et par conséquent la disparition d’un président trop gênant, était souhaitée aussi bien par les producteurs étrangers que par l’oligarchie chilienne. En fait, la récupération des exploitations nitrières par les Européens n’était pas considérée par l’oligarchie chilienne comme une affaire intéressante à cause de la responsabilité économique que celle-ci entretenait. Pour cette oligarchie les rentes de production dégagées par l’industrie du nitrate étaient largement plus intéressantes.

Urbanisation et changement des structures sociales : une forte répercussion sur l’élargissement de la demande de biens de consommation

73Comme les autres pays d’Amérique du Sud, le Chili connaît une croissance de sa population tout au long de la fin du xixe siècle et les deux premières décennies du xxe. D’après les données du tableau 15, entre 1865 et 1895 la population chilienne croît de 48 %. De 1895 à 1930 cette croissance est de 59 %. À long terme le pays double largement sa population (1865 : 1 819 000 hab. ; 1930 : 4 287 000 hab.).

74Entre 1870 et 1914 le taux de croissance du Chili se trouve très loin des pays qui présentent les plus importants taux de croissance du sous-continent. L’arrivée massive d’immigrants et la croissance naturelle de la population font que le Brésil, l’Argentine et l’Uruguay doublent ou même triplent leur population.

75Quant au rythme de croissance de la population chilienne, nous constatons, à long terme, une progression régulière pour la période de 1870 à 1930 (1870-1914 : + 42,8 % ; 1914-1930 : + 43,3 %). De leur côté, les populations des autres pays d’Amérique du Sud, hormis le Pérou, connaissent parallèlement une progression irrégulière. Entre 1870-1914 les pourcentages de croissance des populations de l’Argentine, du Brésil, de l’Uruguay et de la Colombie sont plus importants que celui du Chili. Entre 1914 et 1930 s’opère, cependant, une réduction des taux de croissance de la population de ces quatre pays. Leurs pourcentages atteignent des valeurs légèrement supérieures (Uruguay) ou inférieurs (Colombie, Brésil, Argentine) à celui du Chili.

Tableau 14 : Population des pays d’Amérique du Sud (en millions d’habitants)

Tableau 14 : Population des pays d’Amérique du Sud (en millions d’habitants)

Source : d’après Riado P., op. cit., p. 20 et 138.

76D’après les données de C. Cariola et O. Sunkel la population chilienne présente une évolution rapide pendant les dernières années du xixe siècle et les premières du siècle suivant par rapport à la période antérieure de 1885-1895 : tandis qu’entre 1896 et 1907 la croissance annuelle est de 44 666 habitants, celle de la période 1885-1895 n’atteint que 18 888 habitants.

77La population chilienne continue sur sa ligne ascendante dans les années suivantes, mais la croissance annuelle révèle un ralentissement par rapport à la période antérieure. Entre 1908 et 1920 le Chili affiche une croissance annuelle de 38 382 personnes. Les années vingt représentent pour le pays la plus grande croissance annuelle depuis le début du siècle. La période de 1921-1930 voit croître la population du Chili à un rythme de 61 888 âmes par an.

Tableau 15 : Population du Chili 1865-1930 (en milliers d’habitants)

Tableau 15 : Population du Chili 1865-1930 (en milliers d’habitants)

Source : Cariola C. et Sunkel O., op. cit., p. 144 ; Avalos R., Le Chili, Paris, PUF, 1992, p. 120 ; Blakemore H., « Chile desde la guerra del Pacífico hasta la depresión mundial » dans Historia de América Latina, t. 10, Barcelona, Crítica, 1992, p. 161 ; Riado P., op. cit., p. 20.

78L’amélioration des conditions de vie, le progrès sanitaire ainsi qu’une évolution et une propagation dans la société chilienne de meilleures habitudes d’hygiène, produisent un excédent de naissances qui est à la base de la croissance de la population du pays. L’apport quantitatif de l’immigration européenne n’est pas très important, mais les émigrants européens jouent un rôle considérable dans le développement du commerce chilien avec les pays occidentaux.

Un important processus d’urbanisation

  • 31 – Santiago du Chili : d’après Blakemore H., « Chile desde la guerra del Pacífico hasta la depresió (...)
  • 32 Manigat L., op. cit., p. 75.

79L’accroissement de la population chilienne occasionne, en plus des flux migratoires internes, une croissance de population dans les principales villes31. L’ampleur du processus d’urbanisation de la société chilienne peut varier selon les paramètres utilisés dans les calculs des taux d’urbanisation. Si nous utilisons les données du tableau 16, dans lequel la notion de ville est acceptée à partir de deux mille habitants, nous observons que la société chilienne connaît à partir des années 1890 une forte croissance du taux d’urbanisation. Au début des années trente, un Chilien sur deux pratiquement habite en milieu urbain (1885 : 28,6 % de population urbaine/71,4 % de population rurale ; 1895 : 34,2 %/65,8 % ; 1907 : 37,9 %/62,1 % ; 1920 : 42,8 %/57,2 % ; 1930 : 48,2 %/51,8 %). Si nous utilisons au contraire les paramètres proposés par L. Manigat32 pour ses calculs (villes de plus de 10 000 habitants), le taux d’urbanisation se réduit : 1885 : 14,9 %/85,1 % ; 1895 : 21,9 %/78,1 % ; 1907 : 28,6 %/71,4 %. Néanmoins, nous notons que l’importance du processus d’urbanisation est toujours considérable bien que son ampleur se réduise par rapport aux chiffres fournis par C. Cariola et O. Sunkel.

  • 33 Vayssière P., op. cit., p. 15.

80Les chiffres de P. Vayssière33 nous montrent que le Chili développe entre 1860 et 1920 un processus d’urbanisation plus important que celui des pays voisins. D’après P. Vayssière le taux d’urbanisation chilien évolue de 11 % en 1860 à 28 % en 1920. La croissance du taux d’urbanisation est la plus importante de la région alors que pour les mêmes années les taux d’urbanisation des pays voisins du Nord restent faibles (Colombie 5 % ; Pérou 8 % ; Venezuela 8 %), l’Argentine et le Brésil passent respectivement de 10 % à 25 % et de 4 % à 8 %.

  • 34 Verley P., op. cit., chap. VII.

81P. Verley considère que les villes sont des marchés de consommation homogènes, car il existe un renforcement des contacts entre vendeurs au détail et producteurs. Dans le cas du Chili ces derniers sont remplacés par les maisons d’importation. Suivant le raisonnement de P. Verley, la vente par boutique permet un débit plus important de marchandises que la vente par colportage ou à l’occasion de foires. Elle fait de la vente à crédit aussi bien pour l’alimentation que pour les produits manufacturés les plus usuels34. Ces boutiques, de différentes dimensions et importance selon la région, s’installent dans les villes chiliennes. La ville fait aussi naître de nouveaux types de consommation en créant de nouveaux besoins.

82Le développement des centres urbains du Chili fait apparaître durant la période de 1880-1930 des succursales des maisons européennes, ou des négoces ex-novo, des magasins de nouveautés. Dans les rues du centre de la capitale telle la rue Ahumada ou le Passage Matte, ou dans le quartier d’affaires de Valparaiso, se situent des bâtiments qui rassemblent en un même lieu une vaste gamme de produits. Ce sont d’abord des articles de linge blanc, des nouveautés, des coiffures, des accessoires, de la lingerie, de la bonneterie, de la ganterie et des « confections », c’est-à-dire des vêtements de série, neufs et d’un prix abordable. Il existe aussi des magasins qui proposent des produits pour le décor intérieur (mobilier, vaisselle, bibelots, etc.) ainsi que des jouets. Ces maisons introduisent dans le pays la mode européenne et de nouveaux produits de consommation qui font leur apparition dans le marché occidental. Tout au long de cette période se généralise aussi l’utilisation de la presse, qui bénéficie elle aussi des perfectionnements techniques. La presse devient aussi, grâce à l’amélioration des moyens de communication, un outil de la publicité commerciale et de la mode.

Tableau 16 : Population : distribution d’après la dimension de la ville (milliers d’habitants)

Tableau 16 : Population : distribution d’après la dimension de la ville (milliers d’habitants)

Source : Cariola C. et Sunkel O., op. cit., p. 144.

Des transformations dans les structures sociales chiliennes

  • 35 Par exemple le nombre d’établissements d’éducation de l’État passe de 1732 en 1895 à 4242 en 1925. (...)

83L’augmentation de la population, l’importance que prend la ville dans la vie chilienne, la multiplication des échanges commerciaux et des affaires dans le pays, le développement de la structure étatique35, impliquent au fur et à mesure un accroissement de la complexité des structures économiques et sociales du pays. On assiste donc à une multiplication de postes administratifs secondaires, aussi bien dans les entreprises privées que dans le fonctionnement de l’État (le nombre de fonctionnaires est multiplié par 15 entre 1880 et 1930 : 1880 : 3048 ; 1900 : 13 119 ; 1919 : 27 469 ; 1930 : 47 193). Cette augmentation est rendue nécessaire pour le bon fonctionnement de l’administration de l’État et des affaires multiples qui sont réalisées dans le pays.

84Selon L. Manigat en 1900 une centaine d’entreprises industrielles emploient 6 300 personnes. D’autres emplois se développent également dans le commerce et les transports, ainsi entre 1907 et 1920 le nombre d’emplois dans ces activités passe de 127 000 à 183 400 pour atteindre le chiffre de 209 500 en 1930. L’accès à cette catégorie d’emplois d’une partie de la société chilienne fait qu’une classe moyenne commence à se structurer ainsi qu’une classe ouvrière embryonnaire. Ce changement qualitatif des structures sociales s’accompagne d’une élévation du niveau de vie d’une partie de la population chilienne localisée surtout dans le monde urbain, et en conséquence cela produit une augmentation de la diversification et du volume de sa consommation.

  • 36 Leon P., op. cit., t. 4, p. 126.

85La hausse des revenus dans la population chilienne, ajoutée à la consommation de la classe supérieure, entraîne la baisse des produits alimentaires dans les importations chiliennes (1885 : 23,8 % ; 1895 : 20,6 % ; 1900 : 11,1 % ; 1912 : 6,9 % ; 1923 : 5,8 %). La nouvelle structure de la demande conditionne l’apparition de nouveaux produits dans le marché chilien (automobiles, articles d’habillement de valeur moyenne, gramophones, etc.). Mais il ne faut pas oublier le phénomène d’imitation : « chaque catégorie sociale, dans un cadre de vie de plus en plus urbanisé, vise à imiter les habitudes vestimentaires, alimentaires ou autres des catégories supérieures36 ».

86Malgré des politiques d’industrialisation lancées dans les années 1870-1890, l’industrie manufacturière chilienne n’est pas capable de faire face à l’ensemble de la demande intérieure. Il en résulte une croissance rapide des importations de ces biens en provenance de l’Europe. La société urbaine chilienne des premières décennies du xxe siècle réalise le passage à une consommation habituelle de produits largement standardisés.

La modernisation des infrastructures du pays à la base de la demande de biens de production

87La croissance économique du pays entraîne un développement des structures d’équipement. La nécessité de la modernisation des réseaux de communication et les nouveaux besoins des villes chiliennes, créent une demande de biens de production à l’extérieur pour mener à terme la réalisation des travaux (1890 : 24,1 % des importations ; 1900 : 12,9 % ; 1912 : 13 % ; 1923 : 17 %).

  • 37 Voir Sarget M. N., op. cit.

88Au long de la seconde moitié du xixe siècle l’idée de service public, de bien public prend racine dans la société politique chilienne37. À partir de là dans l’imaginaire collectif de la classe dirigeante du Chili, l’État incarne l’idée de gestion des ressources fiscales et devient responsable du développement d’une politique de travaux publics et de dépenses administratives.

  • 38 En 1894, le nombre de télégrammes transmis est de 1 041 065. En 1900, 1 286 807 ; en 1907, 2 035 9 (...)

89L’arrivée des immenses entrées financières dues au nitrate donne au président Jose Manuel Balmaceda (1886-1891) la possibilité d’accroître les dépenses de l’État dans les moyens de transport, dans l’éducation, dans la colonisation, dans l’armée… Sous son mandat une large politique de travaux publics se développe tant au niveau des municipalités qu’au niveau de l’État et de la politique de construction d’infrastructures. L’expansion du télégraphe et de son utilisation38, et plus tard du téléphone, l’aménagement des grands centres urbains, des ports et, surtout, les moyens de transport, constituent le centre de l’action économique de l’État.

  • 39 Dans les soumissions présentées au gouvernement chilien au long de la période de 1880-1930 nous tr (...)

90L’offre par le gouvernement des possibilités d’investir dans le marché chilien par le biais de la réalisation de travaux publics amène les firmes européennes et nord-américaines à s’intéresser aux négociations possibles dans la construction et, selon les cas, dans l’exploitation de ces entreprises39.

  • 40 La première usine électrique du Chili fut construite en 1898.
  • 41 Un exemple : les travaux d’assainissement de Santiago du Chili entre 1904 et 1910.

91Les grandes villes chiliennes réalisent d’importants travaux d’équipement. Au début du xxe siècle l’électricité.40 s’installe dans les quartiers des plus importantes agglomérations. On entreprend également des travaux de construction de lignes de tramways qui plus tard sillonnent les rues de Santiago et Valparaiso. D’autres grands travaux d’amélioration urbaine sont exécutés dans les premières décennies du xxe siècle41.

Tableau 17 : Tableau des chemins de fer chiliens par rapport à la nature de leur exploitation

Tableau 17 : Tableau des chemins de fer chiliens par rapport à la nature de leur exploitation

Source : Historia de los ferrocarriles de Iberoamérica, Madrid, Ministerio de Fomento, 1998, CD rom.

Le développement du réseau ferroviaire chilien

92Même si la construction de la première ligne ferroviaire remonte à 1851, suivie par d’autres lignes pendant les années 1870, c’est seulement à partir des années 1880 que le pays développe une fébrile activité de création de kilomètres de rail. Entre 1883 et 1914 on met en exploitation au Chili plus de 7 000 nouveaux kilomètres de lignes de chemins de fer. Toute cette construction s’accompagne de l’achat de matériel ferroviaire.

  • 42 Voir annexe 3.
  • 43 En 1884, l’État chilien créé une entreprise étatique, l’Empresa de los Ferrocarriles del Estado, d (...)

93Il existe au Chili des lignes de chemin de fer concédées à des particuliers et des lignes appartenant à l’État. En 1886, la Loi Générale des Chemins de fer de 1862 est complétée par une autre loi sur les concessions. En 1906, un décret réglemente la concession des chemins de fer particuliers42. L’État chilien intervient dans les affaires ferroviaires soit pour gérer une entreprise soit pour la lancer quand la rentabilité des capitaux ne peut être la même que dans les lignes privées43. Dans ce cas l’État chilien paie la plupart des investissements d’infrastructure. En même temps, il s’avère généreux en matière de soumissions ferroviaires en stimulant l’expansion du réseau grâce aux garanties sur le capital investi, à l’attribution d’une subvention à fonds perdus ou bien à la subvention fixe par kilomètre construit.

  • 44 Par exemple, dans l’affaire de l’électrification de la première section des Chemins de fer de l’Ét (...)
  • 45 Les exportations anglaises de biens d’investissement sont largement soutenues grâce aux ressources (...)

94Dans les entreprises ferroviaires nous heurtons, à la fin du xixe siècle, à un manque de capitaux nationaux privés susceptibles de financer la plupart des travaux. S’ajoute à cela l’inexistence de professionnels qualifiés pour réaliser les études techniques et scientifiques nécessaires aux travaux44. Depuis l’ouverture d’une nouvelle possibilité pour réaliser des investissements dans le marché chilien sous la « protection » de l’État, les firmes européennes n’hésitent pas à s’intéresser à toutes les négociations possibles dans la construction et l’exploitation des lignes de chemin de fer. Ce sont les firmes anglaises qui réalisent la presque totalité des travaux ferroviaires chiliens45.

95Le lancement des entreprises ferroviaires par l’État suit généralement trois procédés : la construction et l’exploitation effectuées directement par l’État ; la construction exécutée par un entrepreneur, les travaux étant payés au moyen d’un emprunt et garantis pendant un certain nombre d’années ; la construction et le service confiés par contrat à une maison spécialisée moyennant des paiements annuels qui comprennent l’amortissement du matériel et des travaux.

  • 46 En 1881 : 339 km; 1887 : 861 km; 1894 : 1 069 km; 1905 : 1 787 km.

96Les premières entreprises appartiennent au capital privé chilien ou partagé avec l’État. À partir de la moitié des années 1870 l’option du capital mixte est abandonnée. Du début de la décennie de 1880 jusqu’en 1914 le tableau kilométrique nous montre le décollage des kilomètres appartenant aux entreprises privées. La construction des chemins de fer « salitreros46 » afin de pouvoir évacuer la production des mines de salpêtre vers les ports d’exportation et les contrats d’exploitation signés par l’État avec des entreprises privées, se trouve à la base de cette croissance des kilomètres privés dans le réseau ferroviaire chilien.

  • 47 Rapport n° 32 du 26/10/1911, ADN, Santiago du Chili, carton 75.
  • 48 Rapport du 5/6/1916, ADN, Santiago du Chili, carton 74.

97L’intérêt qu’un investissement ferroviaire peut offrir se mesure à la rentabilité potentielle de l’affaire par rapport aux capitaux investis. Nous observons ainsi comment les capitaux occidentaux essaient de lancer une entreprise de ce genre quand il existe de grandes possibilités de réaliser rapidement des bénéfices. Dans le cas contraire l’affaire n’est pas considérée. En 1911, la maison Gibbs et Cie essaie d’obtenir la concession d’une ligne de chemin de fer allant d’Alianza à Chucumata. Pour l’ambassadeur français de Santiago du Chili « le but poursuivi dans cette opération est d’enlever à la Nitrate Railway Cie une bonne partie de son trafic, en reliant directement à la mer les usines de salpêtre de Alianza, Pan de Azucar et des environs, actuellement desservies par cette Compagnie47 ». Dans le cas contraire la priorité du bénéfice est clairement exprimée dans le projet de la construction d’un chemin de fer panaméricain. En 1916, dans un article du Journal of Commerce, on considère « qu’exiger des États-Unis un sacrifice d’un demi-milliard de dollars pour améliorer les rapports des républiques latines entre elles sans apporter aucun profit paraît utopique et dangereux48 ».

98Le développement de la production et de la commercialisation du nitrate fait apparaître l’investissement dans le transport de ce produit des mines aux ports d’exportation comme une affaire intéressante pour les capitaux anglais. Les entreprises ferroviaires particulières lancées à la fin du xixe siècle et pendant les premières années du xxe siècle s’intéressent, pour la plupart, à la construction et l’exploitation des chemins de fer pour le transport du nitrate. En 1882 est constituée d’après la législation anglaise, la Nitrate Railway Cie pour acquérir et prendre les concessions, les chemins de fer et biens de la société The National Nitrate Railways Cie. Les concessions postérieures octroyées par le gouvernement chilien développent le réseau de cette compagnie, lequel atteint 483 km en 1907. Les lignes de ce dernier se situent entièrement dans la région nitrière de Tarapacá.

99Dans d’autres cas, il se produit le transfert ou l’achat de la concession octroyée par le gouvernement. Ainsi en 1881, l’entrepreneur chilien Alfredo Quaet-Falsem transfère-t-il la concession pour la construction et l’exploitation du Chemin de fer de Taltal à la maison anglaise The Taltal Railway Cie Ldt. Trois ans plus tard, un autre Chilien, Gustavo Lenz, reçoit une concession pour réaliser la construction d’un chemin de fer depuis Concepción à Curanilahué. Cette concession est transférée à la compagnie anglaise The Arauco Company Limited. En 1888, Eduardo Squire donne à l’Anglo-Chilian Nitrate and Railway Cie la concession du Chemin de fer Tocopilla-Toco. L’achat d’une entreprise ferroviaire déjà en fonctionnement est une autre possibilité. En 1908, la firme américaine W. R. Grace and Cie achète le Chemin de fer Caleta Coloso-Aguas Blancas. Un an plus tard, la compagnie américaine vend ce chemin de fer à la firme The Antofagasta and Bolivia Cie.

La rénovation et l’amélioration du réseau portuaire chilien

  • 49 1912-1918 : travaux de construction du port de San Antonio, 1912 ; travaux d’amélioration du port (...)

100L’augmentation des flux commerciaux signifie une grande croissance du mouvement maritime dans les ports chiliens. À partir de la fin du xixe siècle et jusqu’à la fin de la Première guerre mondiale l’augmentation des exportations de nitrate et des importations de produits manufacturés occidentaux provoque la multiplication des marchandises débarquées et embarquées. Le stockage des marchandises, l’évolution technique des bâtiments et leur agrandissement font que les ports chiliens se trouvent rapidement insuffisants pour pouvoir offrir les meilleures conditions à un tel flux de personnes et de marchandises. Au cours des années 1910, d’importants travaux d’amélioration sont effectués dans les installations et les rades des ports les plus importants du pays49.

Tableau 18 : Mouvement maritime (en milliers de tonneaux)

Tableau 18 : Mouvement maritime (en milliers de tonneaux)

Sources : d’après plusieurs rapports, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, cartons 77 et 67.

  • 50 Valparaiso-New York : 8 350 milles par Magellan, 4 500 milles par Panamá.

101Au début du xxe siècle, le gouvernement chilien commence à se rendre compte que les installations portuaires du pays sont démodées et de plus en plus insuffisantes par rapport au trafic commercial et maritime qu’elles reçoivent depuis l’ouverture du canal de Panama en 1914. Depuis l’ouverture du canal, par exemple, New York se trouve deux jours plus près de Valparaiso que de Buenos Aires50.

  • 51 En 1898, l’ingénieur Kraus, directeur de l’École polytechnique de Delft (Pays-Bas), et une équipe (...)

102Le gouvernement présente au Congrès des projets de grands travaux à effectuer dans les ports chiliens. Comme dans le cas des chemins de fer l’absence de techniciens et d’ingénieurs de qualité oblige le gouvernement à recruter des spécialistes européens pour la réalisation de ces projets51.

103Les différents projets de loi d’amélioration des anciens ports ou de construction des nouveaux ports autorisent le gouvernement à faire des appels d’offres avec une adjudication postérieure des travaux. Les capitaux nationaux ne répondent à aucun appel d’offres, et ce sont les entreprises privées européennes qui sont les adjudicataires de tous les travaux au cours des années 1910 et 1920.

104Le gouvernement demande dans les adjudications d’adopter l’un des trois paiements suivants : soit de payer les travaux annuellement et en argent sur les fonds du budget ; soit de céder à la compagnie concessionnaire l’exploitation de son ouvrage pendant un temps dépendant des garanties d’intérêt et d’amortissement, soit d’émettre des bons du trésor pour payer les travaux.

La légitimation idéologique du modèle de croissance par le positivisme

  • 52 Lemogodeuc J., L’Amérique hispanique au xxe siècle, Paris, PUF, 1997, p. 96.
  • 53 Ce courant de la pensée latino-américaine prône l’imitation du modèle occidental, car il nie tout (...)

105Les élites latino-américaines « cherchent volontiers en dehors de leur sous-continent, les modèles sociaux et culturels d’après lesquels elles pourraient construire le monde52 ». Depuis l’indépendance, la tendance est à imiter et à assimiler la pensée occidentale. La fameuse dichotomie forgée par Sarmiento au milieu du xixe siècle, entre « Civilisation » (Europe, ville) et « Barbarie » (Amérique, campagne), s’installe dans l’imaginaire des élites latino-américaines53. D’après le philosophe mexicain L. Zea,

  • 54 Zea L., El pensamiento latinoamericano, Barcelona, Ariel, 1976, p. 7 et 17 (traduction personnelle (...)

« dans l’acceptation des idées relativement étrangères, l’homme latino-américain fait de la transformation de son Amérique en un monde à la hauteur du monde occidental, son idée centrale. Le positivisme se présente comme un outil mental pour créer une nouvelle donnée qui remplacera la donnée coloniale 54 ».

106L’élite sociale chilienne constitue un groupe fermé assez restreint et à expérience politique et sociale commune. La pratique et les liens politiques, le monopole du pouvoir, les relations familiales et la fréquentation des mêmes établissements scolaires créent parmi les hommes de cette classe sociale une certaine similitude dans leurs objectifs pour organiser et dominer les structures sociales du pays.

107Il existe pourtant dans l’élite sociale chilienne des individus qui, grâce à une formation culturelle, deviennent l’intelligentsia du pays. Cette intelligentsia est la principale courroie de transmission des idées. Et l’incorporation de ces hommes à la vie publique les amène à donner le ton de l’idéologie qu’ils ont épousée.

  • 55 Par exemple Gonzalo Bulnes et Diego Barros Arana étudient en France. Le positivisme chilien retien (...)

108Pleinement formé dans le libéralisme, le milieu restreint des étudiants chiliens de la moitié du xixe siècle découvre le positivisme européen55. Entre 1873 et 1881 l’Academia de Bellas Letras fonctionne au Chili créé par Victorino Lastarria. Cette institution culturelle a pour but la diffusion du positivisme au Chili. Il existe parallèlement la Sociedad de la Ilustración, un cercle culturel dirigé par Jorge Lagarrigue, qui défend les principes positivistes. Les activités culturelles de cette intelligentsia et le travail intellectuel d’hommes tels que Valentín Letelier, Juan Enrique et Luís Lagarrigue intègrent le positivisme dans l’univers mental de l’élite chilienne. Celle-ci adopte ce courant comme idéologie officielle jusqu’à la fin de la « République oligarchique » dans les années 1920.

109Les intérêts de classe prédominent quant à l’adoption par les élites d’une idéologie. Cette adoption se réalise parmi les idéologies qui se présentent comme possibles pour constituer le fondement idéologique d’une société et d’une action de gouvernement. La pratique du pouvoir nécessite une justification idéologique pour légitimer les décisions adoptées sans provoquer des doutes dans la classe dirigeante ou des contestations de la société dominée.

110Évidemment le chemin inverse se produit simultanément, et le choix réalisé au niveau idéologique influence l’action pragmatique d’un gouvernement composé d’individus qui, eux-mêmes, font partie de l’élite sociale. Mais en général, dans la réalité, des accommodements s’imposent lorsqu’un nouveau groupe jouissant d’une importance sociale et économique considérable intègre l’élite sociale.

111Dans le cas chilien s’opèrent des accommodements provoqués par l’intégration dans l’oligarchie d’un groupe d’« hommes nouveaux », de la banque, du commerce et de l’industrie. Dans la pratique du pouvoir cela se traduit par la recherche d’une solide garantie pour les intérêts nationaux qui concernent la souveraineté de l’État. On essaie parallèlement de satisfaire les exigences du commerce et de l’industrie minière. La mentalité capitaliste fait partie du système théorique du positivisme latino-américain : elle considère la richesse privée comme sacrée et à la fois comme un signe et un outil de progrès, et facilite les accommodements des différentes élites chiliennes.

  • 56 Guerra F. X., Le Mexique. De l’ancien régime à la révolution, Paris, L’Harmattan, p. 345-405.

112Le positivisme au Chili, comme dans le cas mexicain56, présent des éléments comme la cohésion du pays, la modernisation économique, le développement de l’instruction, la paix… et même des moyens, c’est-à-dire, le non-accomplissement des préceptes constitutionnels, qui ne s’écartent pas des idéaux libéraux. Ce positivisme prend une forme radicale à cause de l’homogénéité idéologique dans l’élite et de l’écart existant entre celle-ci et la société.

  • 57 En 1901, le discours fait aux ambassadeurs par le président Germán Riesco Errazuriz lors sa prise (...)

113Le pragmatisme de ce positivisme au Chili, nous le trouvons aussi bien dans les efforts que les gouvernements chiliens réalisent dans la modernisation des structures économiques pour mettre le pays sur la voie de la prospérité et le rapprocher des pays les plus avancés que dans sa préoccupation pour l’éducation des citoyens. En politique les mots progrès, liberté et démocratie sur des bases scientifiques et positives apparaissent comme les nouveaux principes57. Pour la classe dirigeante, la mise en pratique de la doctrine positiviste devait permettre d’étendre le confort matériel et le bonheur dans la société chilienne.

114À partir de 1919, l’image de l’Europe se modifie progressivement mais profondément en Amérique latine. La dichotomie de Sarmiento est jugée de moins en moins opératoire. La période de l’entre-deux-guerres représente en Amérique latine la quête d’une identité culturelle. Dans le Chili des années 1920, la crise structurelle de la société chilienne aboutit à une considérable érosion du discours des groupes dirigeants en faveur de l’émergence d’un discours né dans les couches moyennes ascendantes contre l’ordre oligarchique déclinant. Ce discours est basé sur un « néo-positivisme » qui oppose à l’idée de l’ordre inaltérable et d’un progrès limité de l’ancien positivisme, une philosophie du changement et du progrès illimité. Parallèlement se développe dans la pensée latino-américaine un courant qui considère nécessaire la revendication et la mise en valeur de l’identité nationale pour accéder à la modernité, en s’éloignant ainsi des modèles européens.

115Nous venons de voir comment les structures socio-économiques du Chili subissent une importante transformation grâce à la croissance économique du pays. Dans le chapitre suivant, nous allons analyser les atouts que possède la France au Chili, parallèlement aux changements que connaissent la société et l’économie chiliennes, qui peuvent aider à développer les relations commerciales entre les deux pays.

Notes

1 Bairoch P., op. cit., vol. II, p. 311. Voir aussi Bairoch P., Commerce extérieur et développement économique de l’Europe au xixe siècle, Paris, EHESS, 1976.

2 Feis H., Europe : the World’s Banker, 1870-1914, Newq Havenk, Yale UP, 1936.

3 En 1880, plus de 60 % des navires de la flotte mondiale sont à vapeur. En 1900, le pourcentage s’élève à près de 90 %.

4 Accroissement des dimensions et du tonnage des navires pour le monde : tonnage moyen en 1870 : 317 tonnes ; tonnage moyen en 1917 : 870, d’après Riado P., L’Amérique latine de 1870 à nos jours, Paris, Masson, 1980.

5 Indices du fret maritime à prix constants: 149,8 en 1880; 123,4 en 1890; 100 en 1900; 71,2 en 1910; d’après Girault, Diplomatie européenne, 1871-1914: nations et impérialismes, Paris, A. Colin, 1979, p. 23.

6 Réalisation des câbles sous-marins entre Europe et Amérique du sud entre 1866 et 1890.

7 Le processus d’intégration et de maturation de la position des pays latino-américains dans la répartition des tâches et ses conséquences a constitué le sujet principal d’un débat historiographique sur le problème de la dépendance et le développement de ces territoires envers les pays industrialisés : Henrique Cardoso F., Dépendance et développement en Amérique latine, Paris, PUF, 1978; Leon P., Économies et sociétés de l’Amérique latine, Paris, SEDES, 1969; Serra J., Desarrollo latinoamericano, ensayos críticos, Mexico, 1974 ; Touraine A., Les sociétés dépendantes. Essais sur l’Amérique latine, Paris, Odile Jacos, 1988 ; Frank A., Capitalisme et sous-développement, Paris, Maspero, 1968 ; Martins L. éd., Amérique latine : crise et dépendance, Paris, Anthropos, 1972.

8 Vayssière P., op. cit., p. 522.

* Non inclus l’exportation de boissons + Y compris l’exportation de boissons.

9 Dénomination utilisée par Vayssière P., Ibidem et Cariola C., Sunkel O., op. cit., pour la période de l’histoire chilienne entre 1880-1930.

* Cuivre brut et minerai de cuivre.

10 Voir Martner D., Historia de Chili : Historia económica, Santiago de Chile, Balcells, 1929.

* Boissons, tabac ouvré, produits de l’industrie textile, papier, carton, livres, gravures, articles de ménage.

** Machines et outils pour l’industrie et les transports, armes et munitions, produits de l’industrie métallurgique, produits chimiques, manufactures diverses.

*** Produits miniers, agricoles, alimentation et autres.

11 Encina F. A., Nuestra inferioridad económica. Sus causas, sus consecuencias, Santiago de Chile, Editorial universitaria, 1955.

12 Pinto Santa Cruz A., Chile. Un caso de desarrollo fustrado, Santiago de Chile, Editorial universitaria, 1959.

13 Ramírez Necochea H., Historia del imperialismo en Chile, Santiago de Chile, Austral, 1970.

14 Rapport n° 248 du 16/6/1909, ADN, Santiago du Chili, carton 48.

15 Manigat L., op. cit., p. 250-252.

16 Rapport n° 1213 du 8/3/1927, ADN, Santiago du Chili, carton 43.

17 Le capital des États-Unis en Amérique latine en 1930 (en pourcentage) : Source : d’après Manigat L., op. cit., p. 255.

18 Bairoch P., op. cit., vol. II, p. 310.

19 Dès 1879, le peso passe de 46 pences à 33. Il se déprécie fortement en 1891 et en 1915, en passant à 18,8 pences et 8,25 pence respectivement. En 1918, il remonte jusqu’à 14,5 pences pour tomber à 6 pences en 1929, Vayssière P., op. cit., p. 969.

* Pour 1930 valeurs seulement jusqu’en août.

* Pour 1930 valeurs seulement jusqu’en août.

20 Leon P., op. cit., t. 4, p. 587.

21 Pinto Santa Cruz A., op. cit.

22 Le gouvernement bolivien de Melgarejo déclare officiellement par la loi du 8 janvier 1872 « propriété de l’État les couches et dépôts de borax, nitrates, combustibles et autres substances inorganiques non métallifères existant sur le sol bolivien ». De 1868 à 1878, le gouvernement péruvien de Manuel Pardo réalise une politique de plus en plus interventionniste basée sur l’imposition fiscale, création du « estanco » ou le monopole étatique de la vente du nitrate et l’exportation massive.

23 En 1878, 77 % de la population de la Basse Bolivie est d’origine chilienne. Au Pérou, les Chiliens contrôlent 18 % du capital investi dans les nitrières et 20 % du nitrate exporté par le Pérou

24 Pour connaître le déroulement de la guerre voir Barros Arana D., Historia de la Guerra del Pacífico, Santiago de Chile, Imprenta Barcelona, 1914.

25 Rapport D 1736 du 14/9/1881, ADN, Santiago du Chili, carton 56.

26 D’après le rapport D 1736 du 26/12/1881, ADN, Santiago du Chili, carton 56, les certificats émis pour le gouvernement péruvien pour couvrir les expropriations seraient reparties par nationalités de la manière suivante :

  • aux Anglais et aux Chiliens 18 500 000 de francs
  • aux Italiens 9 000 000 de francs
  • aux Français et aux Allemands 5 550 000 de francs
  • TOTAL 33 050 000 de francs.

27 En 1857, Cornelio Saavedra, l’intendant d’Arauco, élabore un plan pour « incorporer » les territoires de l’Araucanie à la souveraineté effective du Chili moyennant une constante progression de la frontière vers le sud.

28 Ramírez Necochea H., Balmaceda y la contrarrevolución del 1891, Santiago de Chile, Editorial universitaria, 1969 et Blakemore H., British Nitrates and Chilean Politics, 1886-1896, Londres, 1976.

29 Edwards A., La fronda aristocrática, Santiago de Chile, Editorial universitaria, 1989.

30 Silva Galdames O., Breve historia contemporánea de Chile, Mexico, Fondo de cultura económica, 1995, p. 212-256 et Sarget M. N., Histoire du Chile : de la conquête à nos jours, Paris, L’Harmattan, 1996, p. 225-245.

31 – Santiago du Chili : d’après Blakemore H., « Chile desde la guerra del Pacífico hasta la depresión mundial » dans Historia de América Latina, Barcelona, Crítica, t. 10: 300 000 habitants en 1895 et 547 000 habitants en 1920 ; d’après Vayssière P., L’Amérique latine de 1890 à nos jours, Paris, Hachette, 1996 : 100 000 habitants en 1870, 300 000 habitants en 1890 et 500 000 habitants en 1920 ; d’après Poirier E., Chile en 1908, Santiago de Chile, Imprenta Barcelona, 1909 : 332 724 habitants en 1908.

  • Valparaiso : d’après Casassus C., Travail et travailleurs au Chili, Paris, La Découverte, 1984 et Sarget M. N., op. cit. : 122 000 habitants en 1895 et 162 000 en 1907 ; d’après Blakemore H., Ibidem: 173 000 habitants en 1895 et 266 000 habitants en 1920 ; d’après Poirier E., Ibidem: 162 447 habitants en 1908.
  • Concepción: d’après Blakemore H., Ibid. : 95 000 habitants en 1895 et 142 000 habitants en 1920 ; d’après Poirier E., Ibid. : 55 330 habitants en 1908.
  • Antofagasta : d’après Casassus C., Ibidem et Sarget M. N., op. cit. : 13 000 habitants en 1895 et 33 000 habitants en 1907 ; d’après Poirier E., Ibid. : 32 496 habitants en 1908.
  • Puerto Montt : d’après Poirier E., Ibid. : 51 408 habitants en 1908.

32 Manigat L., op. cit., p. 75.

33 Vayssière P., op. cit., p. 15.

34 Verley P., op. cit., chap. VII.

35 Par exemple le nombre d’établissements d’éducation de l’État passe de 1732 en 1895 à 4242 en 1925. Parallèlement, le nombre d’élèves dans ces établissements passe de 152705 à 501 060.

36 Leon P., op. cit., t. 4, p. 126.

37 Voir Sarget M. N., op. cit.

38 En 1894, le nombre de télégrammes transmis est de 1 041 065. En 1900, 1 286 807 ; en 1907, 2 035 921 et en 1912, 2 345 000. En 1907, les lignes de télégraphe de l’État ont une longueur de 14,189 km avec 26,675 km de fils. Dans la même année, le nombre de bureaux télégraphique au Chili est de 339 dont 10 sont servis de téléphone. Le service est réalisé avec 532 appareils télégraphiques et 36 téléphoniques. En 1911, le nombre de bureaux est de 357, Poirier E., op. cit., p. 188 et 191.

39 Dans les soumissions présentées au gouvernement chilien au long de la période de 1880-1930 nous trouvons des firmes anglaises : John Jackson Ltd, Pearson and son Ldt, G. J. Wills and son Ldt, Griffiths and Cie, Gibbs and Cie, Grace et Cie ; des firmes françaises : Giros-Loucher, Société de construction des Batignolles, Régie générale des chemins de fer, Schneider et Cie ; des firmes allemandes : Siemens-Schuckert, Phillips Holzman et Cie ; des firmes américaines : Westinghouse et ses filiales française et italienne, le Syndicat Farquahr ; des firmes hollandaises comme la Société Volker.

40 La première usine électrique du Chili fut construite en 1898.

41 Un exemple : les travaux d’assainissement de Santiago du Chili entre 1904 et 1910.

42 Voir annexe 3.

43 En 1884, l’État chilien créé une entreprise étatique, l’Empresa de los Ferrocarriles del Estado, dans le but de lancer certaines entreprises publiques et de gérer les entreprises qui passent aux mains de l’État grâce à la fin des délais des certaines soumissions, à des investissements directs de l’État et aux nationalisations de lignes ferroviaires.

44 Par exemple, dans l’affaire de l’électrification de la première section des Chemins de fer de l’État, c’est l’ingénieur irlandais R. Seaver qui au nom des firmes Rothschild and Wernher Beit fait remarquer en 1903 au gouvernement chilien les grandes difficultés dans les services des chemins de fer à cette période.

45 Les exportations anglaises de biens d’investissement sont largement soutenues grâce aux ressources en capitaux qu’elles fournissent aux pays exportateurs de matières premières.

46 En 1881 : 339 km; 1887 : 861 km; 1894 : 1 069 km; 1905 : 1 787 km.

47 Rapport n° 32 du 26/10/1911, ADN, Santiago du Chili, carton 75.

48 Rapport du 5/6/1916, ADN, Santiago du Chili, carton 74.

49 1912-1918 : travaux de construction du port de San Antonio, 1912 ; travaux d’amélioration du port de Valparaiso, 1912-1926 ; travaux du port de Talcahuano ; 1920-1925 travaux du port de Constitution.

50 Valparaiso-New York : 8 350 milles par Magellan, 4 500 milles par Panamá.

51 En 1898, l’ingénieur Kraus, directeur de l’École polytechnique de Delft (Pays-Bas), et une équipe de huit ingénieurs de la même école sont chargés par le gouvernement chilien d’étudier le premier projet des grands travaux du port de Valparaiso.

52 Lemogodeuc J., L’Amérique hispanique au xxe siècle, Paris, PUF, 1997, p. 96.

53 Ce courant de la pensée latino-américaine prône l’imitation du modèle occidental, car il nie tout ce qui est autochtone, voyant en lui la barbarie, le retard, le sous-développement.

54 Zea L., El pensamiento latinoamericano, Barcelona, Ariel, 1976, p. 7 et 17 (traduction personnelle).

55 Par exemple Gonzalo Bulnes et Diego Barros Arana étudient en France. Le positivisme chilien retient du positivisme européen le souci de la science, de l’organisation rationnelle et efficace, de la technicité. Il accorde au savoir-faire technique et à la connaissance scientifique un pouvoir incomparable, celui de réaliser le progrès par l’organisation rationnelle et scientifique de la société, mais selon un processus évolutif, la révolution étant l’ennemie de l’ordre et du progrès.

56 Guerra F. X., Le Mexique. De l’ancien régime à la révolution, Paris, L’Harmattan, p. 345-405.

57 En 1901, le discours fait aux ambassadeurs par le président Germán Riesco Errazuriz lors sa prise du pouvoir contenait des phrases comme : « […] en ce jour qui rappelle les glorieux souvenirs pour la République, le patriotisme chilien contemple avec satisfaction le chemin parcouru et rend l’hommage de son admiration et de sa reconnaissance à la mémoire de ceux qui se sont sacrifiés pour l’indépendance nationale. Le pays a suivi une marche prospère et heureuse qui lui a permis de développer ses forces productives, d’affermir ses constitutions et d’améliorer ses mœurs politique répondant ainsi aussi aux espérances des fondateurs de la République. Il vient de donner une preuve de ces progrès en réalisant un des actes les plus transcendants de la vie républicaine : le renouvellement du pouvoir exécutif dans des conditions régulières et correctes, […] et en apportant au gouvernement les idées de paix, de tranquillité et de travail qui sont aujourd’hui l’aspiration commune de tous les Chiliens », rapport n° 41 du 23/9/1901, ADN, Santiago du Chili, carton 36. Dans son message à l’ouverture de la session ordinaire du Congrès de 1911, le président Ramón Barros Luco concluait en disant : « le Premier centenaire de l’indépendance chilienne a montré le pays parvenu à une hauteur digne des nations qui ont un avenir assuré et qu’il intime à tous les Chiliens de continuer avec décision cette oeuvre de progrès moral et matériel »,rapport n° 68 du 24/7/1911, ADN, Santiago du Chili, carton 36. Discours du président Pedro Montt le 1/6/1908 à Santiago du Chili : « […] diffuser l’éducation populaire, chercher dans le bien public le bonheur de nos concitoyens », Poirier E., op. cit., p. 182.

Table des illustrations

Titre Tableau 5 : Production mondiale de cuivre et pourcentage de la production chilienne 1901-1925 (millions de tonnes)
Légende Source : Vayssière P., Les premiers cycles du capitalisme minier au Chili : argent, cuivre et nitrate. 1830-1930, Th., Histoire contemporaine, Paris 10, 1978, p. 515.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25233/img-1.png
Fichier image/png, 106k
Titre Tableau 6 : Structure des marchandises exportées par le Chili (pourcentage sur la valeur totale des exportations)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25233/img-2.png
Fichier image/png, 109k
Titre Tableau 7 : Place du nitrate dans la structure des exportations chiliennes (millions de pesos)
Légende Source : Cariola C. et Sunkel O., Un siglo de historia económica de Chile, 1830-1930, Madrid, Cultura hispánica des Instituto de cooperación iberoamericana, 1982, p. 139.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25233/img-3.png
Fichier image/png, 103k
Titre Tableau 8 : Pourcentage de la part du cuivre dans la valeur totale des exportations**
Légende Sources : d’après Annales du Commerce Extérieur et rapports des Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, cartons 55 et 66.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25233/img-4.png
Fichier image/png, 59k
Titre Tableau 9 : Structure des marchandises importées au Chili (pourcentage sur la valeur totale des importations)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25233/img-5.png
Fichier image/png, 128k
Titre Tableau 10 : Pourcentage de l’Angleterre, de la France, de l’Allemagne et des États-Unis dans les valeurs totales du commerce extérieur chilien
Légende Sources : d’après Annales du Commerce Extérieur et rapports Archives Diplomatiques de Nantes, cartons 55 et 66.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25233/img-6.png
Fichier image/png, 120k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25233/img-7.png
Fichier image/png, 117k
Titre Tableau 11 : Investissements anglais, allemands, américains et français au Chili 1880-1930 (milliers de francs constants)
Légende Sources : Angleterre et Allemagne : pour 1880 et 1913, Rippy J.-F., op. cit., p. 25 ; pour 1908, Blancpain J.-P., Le Chili et la France : xviiie xxe siècle, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 814 ; pour 1890, Sarget M. N., Histoire du Chili, Paris, L’Harmattan, 1996, p. 78-79 ; pour 1900, rapport n° 29 du 4/8/1900, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 46 ; pour 1904-1906, Vayssière P., op. cit., p. 511 ; pour 1909, rapport n° 248, du 16/6/1909, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 48 ; pour 1914, Poidevin R., op. cit., p. 31 ; pour 1918, Chevalier F., L’Amérique latine de l’indépendance à nos jours, Paris, PUF, 1993, p. 129 ; pour 1930, Manigat L., op. cit., p. 251. États-Unis : pour 1912, Rapport n° 1213 du 8/3/1928, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 43 ; pour 1914, Chevalier F., op. cit. p. 133 ; pour 1904, 1915 et 1925, Sarget M. N., op. cit., p. 78-79 ; pour 1900, Blakemore H., op. cit., p. 204 ; pour 1926 et 1927, Rapport n° 1213 du 8/3/1928, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 43 ; pour 1928, El Mercurio, 25/1/1928 ; pour 1925, Sarget M. N., op. cit. p. 78-79 ; pour 1930, Manigat L., op. cit., p. 251. France : pour 1902 et 1913, Rippy J.-F., op. cit., p. 52-71 ; pour 1919 et 1925, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, carton 94.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25233/img-8.png
Fichier image/png, 184k
Titre Tableau 12 : Évolution des exportations chiliennes (valeurs en milliers de pesos)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25233/img-9.png
Fichier image/png, 121k
Titre Tableau 13 : Évolution des importations chiliennes (valeurs en milliers de pesos)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25233/img-10.png
Fichier image/png, 115k
Titre Les rectifications des frontières entre 1870 et 1914 en Amérique du sud
Légende Source : Riado P., L’Amérique latine de 1870 à nos jours, économies, sociétés et vie politique, Paris, Masson, 1980, p. 44.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25233/img-11.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Tableau 14 : Population des pays d’Amérique du Sud (en millions d’habitants)
Légende Source : d’après Riado P., op. cit., p. 20 et 138.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25233/img-12.png
Fichier image/png, 133k
Titre Tableau 15 : Population du Chili 1865-1930 (en milliers d’habitants)
Légende Source : Cariola C. et Sunkel O., op. cit., p. 144 ; Avalos R., Le Chili, Paris, PUF, 1992, p. 120 ; Blakemore H., « Chile desde la guerra del Pacífico hasta la depresión mundial » dans Historia de América Latina, t. 10, Barcelona, Crítica, 1992, p. 161 ; Riado P., op. cit., p. 20.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25233/img-13.png
Fichier image/png, 118k
Titre Tableau 16 : Population : distribution d’après la dimension de la ville (milliers d’habitants)
Légende Source : Cariola C. et Sunkel O., op. cit., p. 144.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25233/img-14.png
Fichier image/png, 114k
Titre Tableau 17 : Tableau des chemins de fer chiliens par rapport à la nature de leur exploitation
Légende Source : Historia de los ferrocarriles de Iberoamérica, Madrid, Ministerio de Fomento, 1998, CD rom.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25233/img-15.png
Fichier image/png, 209k
Titre Tableau 18 : Mouvement maritime (en milliers de tonneaux)
Légende Sources : d’après plusieurs rapports, Archives Diplomatiques de Nantes, Santiago du Chili, cartons 77 et 67.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25233/img-16.png
Fichier image/png, 101k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540