Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Le négoce français au Chili

 | 
Enrique Fernández-Domingo

Introduction

Enrique Fernández-Domingo

Indexeinträge

Géographique :

France

Volltext

  • 1 Nous pouvons citer comme ouvrages plus ou moins reliés à la question Lévy-Leboyer M., La position (...)
  • 2 Pétré-Grenouilleau O., op. cit.
  • 3 Ibidem.

1L’histoire du négoce international français entre 1880 et 1929 est mal connue1. Elle est « appréhendée en fonction de l’éclairage qu’elle est susceptible d’apporter à d’autres questions2 ». Dans le cadre de l’étude de l’histoire française de la période 1880-1929, la question du négoce international français se résume généralement à l’analyse de la législation douanière et à celle des flux de capitaux. C’est comme si l’histoire du négoce international français « ne pouvait être faite et exister qu’en fonction et pour d’autres histoires, comme si elle devait être condamnée à servir de faire-valoir à d’autres questions, d’autres disciplines3 ».

  • 4 Voir, par exemple, Colin A., La navigation commerciale au xixe siècle, Paris, A. Rousseau, 1901.
  • 5 Levasseur E., Histoire du commerce de la France, Paris, A. Rousseau, 1912.

2Au début du xxe siècle, les sujets de la politique douanière et de la marine marchande sont l’objet d’étude de certaines thèses de droit et de géographie4. Mais à cette époque le travail d’E. Levasseur est le seul directement consacré, à part entière, à l’histoire du commerce français5. Depuis une perspective factuelle et analytique, l’ouvrage d’E. Levasseur étudie le commerce intérieur et le commerce extérieur de la France, la législation commerciale, les monnaies, les politiques douanières, les moyens de transport, les marchandises et leur destination géographique.

  • 6 Bairoch P., Commerce extérieur et développement économique de l’Europe au xixe siècle, Paris, EHES (...)
  • 7 Braudel F., Histoire économique et sociale de la France, Paris, PUF, 1993.

3Le développement postérieur de l’histoire économétrique explique pourquoi les études sur les trends et les structures économiques dominent l’histoire du négoce international français au détriment de celles des hommes et des milieux sociaux. Dans ces travaux le commerce est utilisé comme une composante parmi d’autres devant aider à trouver des réponses à des problématiques plus globales. Ainsi l’histoire du négoce international de la France est abordée à travers la problématique des rapports entre centres développés et périphéries dominées6 ou par rapport à l’évolution de l’économie nationale7.

4En fait, nous pouvons dire qu’il existe dans l’historiographie française un manque d’études mettant en lumière l’action et l’évolution des instruments du négoce international, des hommes qui le réalisent, ou même des destinations et des produits composant les échanges commerciaux. Au moyen d’une vision plus élargie que celle habituellement utilisée pour les travaux de cette nature, ce livre essaie de contribuer à la compréhension de quelques-uns des problèmes liés à l’évolution et aux structures du négoce français en général, et du négoce français au Chili, en particulier.

Le négoce international : nécessité d’une définition

  • 8 Pétré-Grenouilleau O., « Pour une histoire du négoce international français au xixe siècle », xixe(...)

5Nous préférons utiliser dans ce travail, l’expression de négoce international à celle, plus réductrice, de « commerce extérieur ». En paraphrasant O. Pétré-Grenouilleau8, quand nous parlons de « négoce international », nous ajoutons à l’aspect statistique et quantitatif, une dimension technique, humaine et culturelle.

6Dans l’expression de négoce international nous faisons aussi référence aux instruments que le commerce extérieur utilise pour réaliser l’action commerciale : le transport de marchandises, les transactions commerciales… Ces instruments constituent une organisation commerciale sur laquelle se développent les échanges commerciaux. Ainsi la référence à l’étude des flottes, des maisons de commerce, des banques commerciales… est-elle inclue dans l’expression de négoce international.

7Parallèlement, en utilisant cette expression, nous nous référons également aux stratégies et aux politiques commerciales utilisées aussi bien par les entreprises que par l’État afin de développer les échanges commerciaux. En outre, des analyses par produit et par aires géographiques du commerce extérieur, ou bien encore des données relatives aux hommes impliqués dans ce commerce, font aussi partie d’un travail sur le négoce international.

La question des liens entre investissements et exportations de marchandises

  • 9 Lénine V., L’impérialisme stade suprême du capitalisme, Paris, Éditions Sociales, 1979; Hilferding(...)

8Pour les théoriciens marxistes9, les capitaux ne peuvent s’exporter que dans les pays « neufs » où la main-d’œuvre est bon marché et le développement capitaliste est faible. Cette exportation de capital a été rendue nécessaire par l’existence d’un surplus de capitaux dans les grands pays industriels et l’insuffisance de débouchés à l’intérieur. Après avoir accaparé les marchés intérieurs, les ententes capitalistes (cartels, trusts, concentrations bancaires) se sont appliquées à conquérir les marchés extérieurs. Ces ententes cherchent des débouchés pour la production et l’exportation des capitaux. Néanmoins les études marxistes ne repèrent ni envisagent la possible non-concordance géographique entre mouvement de capitaux et mouvement de marchandises.

  • 10 Cameron R., La France et le développement économique de l’Europe, Paris, Seuil, 1971.
  • 11 Woodruffw., Impact of Western Man. A Study of Europe’s Role in the World Economy, 1750-1960, Londo (...)
  • 12 Rippy J.-F., « French Investments in Latin America » dans Inter-Américan Economic Affairs, II, 2, (...)

9La chronologie et la comptabilité des exportations de capitaux français à long terme ont été étudiées par R. Cameron10 – de 1815 à 1914 –, par Woodruff11 – de 1880 à 1960 – et par J. Rippy12 pour l’Amérique latine – de 1815 à 1938. En envisageant les divers marchés extérieurs, considérés chacun à part dans leurs relations avec l’économie française (voir notamment les travaux de R. Girault sur les relations franco-russes de 1887 à 1914 et ceux de R. Poidevin sur les relations franco-allemandes de 1898 à 1914) on s’aperçoit que, sur le long terme, les directions géographiques du commerce extérieur français ne coïncident pas avec les directions des flux d’exportations de capitaux.

  • 13 Bouvier J., L’impérialisme français avant 1914, Paris, Mouton, 1976, p. 305-333.

10Cependant J. Bouvier13 observe que certaines exportations et importations de marchandises concernant des marchés déterminés sont directement liées à des exportations de capitaux français à long terme sur ces marchés. Preuve qu’il existe certains rapports, indirects, entre échanges de marchandises et mouvements des capitaux à court terme entre la France et les marchés monétaires étrangers.

11Dans ce livre les investissements français au Chili ne sont pas traités pour eux-mêmes mais comme un moyen de comprendre l’évolution du commerce franco-chilien et d’aborder le problème des liaisons entre exportations de capitaux et exportations de marchandises françaises au Chili.

Du « grand commerce » du xviiie siècle au déclassement progressif du commerce extérieur français

12La croissance quantitative des trafics et le mouvement portuaire, leurs liens supposés avec l’essor industriel et économique du pays, font que le xviiie siècle est perçu dans l’historiographie française comme une période de progrès pour le commerce international.

  • 14 Pétré-Grenouilleau O., op. cit.

13Les dernières décennies du xviiie siècle sont considérées comme une période de crise du système colonial français qu’aurait provoquée, même sans la rupture révolutionnaire, le déclin de son commerce colonial. Parallèlement l’historiographie française considère la rupture révolutionnaire comme la fin du type d’économie et de société des négociants-armateurs. Néanmoins les événements révolutionnaires masquent une série de réajustements au sein du système du grand commerce maritime. Ainsi au lieu de parler d’une crise du système, « il faut sans doute plus parler d’une réorientation et d’une restructuration des circuits du grand commerce colonial amorcée au tournant de la seconde moitié du xviiie siècle14 ».

  • 15 Pétré-Grenouilleau O., op. cit., p. 147-175.

14La période révolutionnaire et impériale (1789-1815) s’accompagne de l’effondrement des trafics dès le début de la guerre, en 1792. Parallèlement l’ancien négoce subit les conséquences des guerres. Le milieu des grands négociants se recompose. De la fin de la période impériale jusqu’au tournant des années 1840-1860, et à nouveau à la fin du xixe siècle, les forces traditionnelles conservent leur supériorité15. Encore puissant à la veille de la Première guerre mondiale, le monde du négoce maritime traditionnel devient dépendant de structures économiques et commerciales sur lesquelles il ne peut pas agir.

15Le xixe siècle, par rapport au xviiie siècle, est considéré comme la période des « occasions manquées ». Avec le tournant libre-échangiste des années 1860, dans les témoignages des contemporains les malheurs des deux premiers tiers du xixe siècle aboutissent à une « crise » de la marine marchande, et donc du commerce français.

  • 16 Braudel F., op. cit., t. 3, p. 305-346.

16D’une manière générale, les historiens français considèrent deux périodes clairement différenciées et de tendances opposées dans l’évolution du commerce extérieur français au xixe siècle. D’après A. Broder16 le mouvement général de ce commerce est assez faible aux importations dans les années 1820-1835, la croissance devient ensuite forte, vers 1835-1880. La période 1880-1892 signifie une récession pour les importations. Ce n’est qu’en 1906 qu’elles retrouvent le niveau de 1880. Quant aux exportations, vers 1820-1830, elles connaissent une croissance modérée, plus forte entre 1838 et 1875, puis décline, mais de façon moins marquée qu’aux importations.

  • 17 Pétré-Grenouilleau O., op. cit.
  • 18 A. Broder note qu’entre 1820 et 1892 la valeur des échanges est multipliée par 10,5 (elle passe de (...)

17O. Pétré-Grenouilleau17 dessine deux ensembles dans l’évolution du commerce extérieur français du xixe siècle : l’un plus gris (après 1875-1880), l’autre plus dynamique (vers 1820-1835/1875-1880), la valeur des échanges internationaux étant multipliée par 9 (1820-1880)18, alors que les prix ont tendance à baisser.

  • 19 Pétré-Grenouilleau O., op. cit.
  • 20 Verley P., op. cit.

18M. Lévy-Léboyer19 réduit dans le temps la période de croissance, qui, débutant « dès le début des années 1830 pour les produits industriels, et vers la fin des années 1840 pour les produits agricoles, s’interrompt à hauteur des années 1870 ». Il n’y aura ensuite pas de reprise pour les produits agricoles, le volume des exportations stagnant jusqu’en 1913, tandis que « les produits industriels ne retrouveront une position concurrentielle favorable que dans le courant des années 1890 ». P. Verley considère les années 1830-1860 comme les « Trente Glorieuses du commerce extérieur français20 ».

  • 21 Lévy-Leboyer M., op. cit., p. 55.

19Selon J. Toutain la croissance rectiligne des exportations s’arrête en 1870 et celle des importations en 1880. Ces deux dates sont le point d’infléchissement de la croissance des échanges du commerce extérieur français : « La crise de 1870-1890, a été une crise de mutations des structures, puisque c’est la vitesse de croisière de l’accroissement des échanges à long terme qui va durablement s’infléchir21. »

20Parallèlement, au début de la deuxième révolution industrielle, la position de la France dans le commerce mondial commence à reculer. Entre les années 1870 (en 1875 la France occupe toujours le second rang des puissances commerciales en réalisant 12,7 % des échanges commerciaux mondiaux) et la période 1890-1900, la France passe de seconde à quatrième puissance commerciale derrière la Grande-Bretagne, l’Allemagne et les États-Unis.

21Comme nous venons de le voir, les données objectives nous montrent que le commerce français éprouve des difficultés. Néanmoins pour O. Pétré-Grenouilleau le terme de crise est exagéré :

  • 22 Pétré-Grenouilleau O., op. cit.

« Parler de “déboire” du commerce français n’est donc nullement suffisant, le diagnostic [d’ailleurs à nuancer] n’excluant nullement, au-delà de la recherche des causes simples, la mise en évidence du système dans son ensemble. Longtemps discréditée, elle aussi, l’histoire d’un capitalisme français a été réécrite. Là où l’on voyait auparavant retards et échecs, on pense maintenant croissance, évolution et mutation originales. Il n’en va pas de même en ce que concerne l’histoire du commerce français, où une révolution culturelle du même type se fait toujours attendre22. »

  • 23 Lévy-Léboyer M., op. cit., p. 221-237.
  • 24 Marseille J., Empire colonial et capitalisme français. Histoire d’un divorce, Paris, A. Michel, 19 (...)

22En suivant l’article de Ch. Asselain23, la progression des exportations
françaises reprend dès les années 1890, et s’accélère jusqu’à la guerre de 1914. Pendant cette période la hausse des exportations devance largement celle des importations. Après la rupture de la Première guerre mondiale, dès 1923 le volume des exportations retrouve le niveau de 1913 ; en 1927-1929, le niveau de 1913 est dépassé de moitié (et même des deux tiers en ce qui concerne le volume des exportations d’objets fabriqués). La progression des importations est sensiblement moindre, de sorte que la France, de 1924 à 1927, enregistre quatre ans de suite un excédent commercial. Dans la mesure où le marché colonial absorbe une très grande part des exportations françaises de biens de consommation, J. Marseille24 se demande s’il n’a pas contribué à affaiblir la compétitivité des produits de ce secteur.

23Malgré cette ouverture de l’économie française, la part de la France dans le commerce mondial ne cesse de diminuer entre 1910 et 1929. Cependant elle réussit à conserver le quatrième rang parmi les puissances commerciales.

24Pendant la Restauration (1815-1830) la France reconstitue sa puissance navale. Néanmoins ce n’est qu’en 1827 que le commerce extérieur français atteint la hauteur des valeurs de la fin de l’Ancien Régime avec 1168 millions, dont 357 par voie terrestre et 811 par voie maritime. Durant la monarchie de Juillet (1830-1848) le volume des produits échangés connaît une croissance modérée : le total de marchandises embarquées et débarquées dans les dix premiers ports français (tous pavillons confondus, cabotage exclu), n’augmente que de 6,2 % passant de 3 832 000 tonnes à 4 069 000 tonnes.

  • 25 Tonnage net total, entrées plus sorties, cabotage exclu.

25Entre 1845 et 1855 le tonnage de la marine marchande française augmente très rapidement et atteint le tonnage maximum du siècle vers la moitié des années 1870. Après cette période de croissance, la fin du xixe siècle voit une diminution tant du nombre de navires que du tonnage de la marine marchande française. Parallèlement le mouvement portuaire français connaît une période de stagnation entre la fin des années 1860 et le début des années 1870, suivi par un fléchissement tout au long des années 1880 passant de 27 700 000 tonnes25 en 1881 à 22 000 000 tonnes en 1895.

26Le tournant du siècle marque une forte reprise pour la flotte marchande française qui se maintient jusqu’à la deuxième moitié des années 1920 malgré les graves difficultés provoquées par la Première guerre mondiale (réquisition, pertes de navires). Le mouvement portuaire reprend aussi son élan et en 1908 le tonnage des marchandises chargées dans les ports français double largement celui de 1895 en atteignant 47 781 000 tonnes.

Tableau 1 : Évolution de la flotte marchande française

Tableau 1 : Évolution de la flotte marchande française
  • * Navires pontés d’au moins 100 tonneaux.

27Note*

  • ** Navires jaugeant plus de 100 tonneaux. En outre, il est à noter que le mode de jaugeage utilisé pou (...)

28Note**

Sources : d’après Pétré-Grenouilleau O., Les négoces maritimes français xviiie-xxe siècles, Paris, Belin, 1997, p. 171 et Pétré-Grenouilleau O., « Pour une histoire du négoce international français au xixe siècle : problèmes, sources et perspectives », xixe siècle.

1880, 1914 et 1929 : trois dates clefs

29La Grande Dépression des années 1880 et le début de celle des années 1930 cadrent chronologiquement la période étudiée. Le début du conflit européen montre une division intérieure. Cette division met en évidence la rupture que connaît l’économie mondiale avec la Première guerre mondiale. Cependant, il est possible de dégager des problématiques récurrentes pour toute la période de 1880-1929.

30De 1880 à 1914, le capitalisme libéral arrive à maturité. Le début des années 1880 voit le retour au protectionnisme de l’Europe continentale, la confirmation des États-Unis et de l’Allemagne comme nouvelles puissances économiques à la tête de la deuxième révolution industrielle, le développement technologique des moyens de transport et de communication, la progression des exportations de capitaux et l’incorporation des pays neufs dans les structures du capitalisme mondial.

  • 26 Leon P., Histoire économique et sociale du monde, t. 5, Paris, Colin, 1970, p. 7.

31La Première guerre mondiale constitue une rupture dans l’histoire économique. Avec le début du conflit « s’achève le temps des permanences et s’installe le temps des ruptures26 ». Pendant les années 1920 les structures du capitalisme libéral sont profondément modifiées. Les puissances européennes ne peuvent plus jouer le rôle qui était le leur au xixe siècle. Si le dirigisme de l’État n’a plus cours durant ces années, ce dernier reste nonobstant un partenaire économique. L’instabilité du système économique mondial n’est pas seulement financière et monétaire. Le système productif, en voie de restauration, est aussi affecté par l’instabilité.

32Le krach de 1929 marque le début d’une crise de forte amplitude qui traverse les années 1930 en provoquant la chute du volume du commerce international. Mais cette date marque aussi la fin des structures économiques du capitalisme libéral du xixe siècle et le début d’une transition vers une nouvelle ère économique.

Les changements du commerce international

33La période 1880-1914 correspond à un intense développement des échanges économiques, d’une ampleur inconnue jusqu’alors. Ces années voient l’intégration du reste du monde à ce que P. Bairoch appelle le système économique européen. Cette intégration se fait d’abord par le biais de l’augmentation du commerce de l’Europe avec le reste du monde et grâce aux formidables extensions des réseaux de communication. L’extraordinaire flux migratoire d’Européens vers les pays « neufs » et les investissements internationaux avec la création d’entreprises multinationales qui apparaissent déjà à cette époque, parachèvent ce processus d’intégration.

34Les années 1920 se présentent comme une période de prospérité non généralisée. Ces années connaissent de significatives modifications monétaires (disparition du Gold Standard system et naissance du Gold Exchange Standard) et le début de la consommation de masse de produits manufacturés de consommation.

La croissance du commerce extérieur et sa structure géographique

  • 27 Au xixe siècle le volume du commerce mondial a été multiplié par 25, Bairoch P., Victoires et débo (...)

35Le commerce mondial connaît durant le xixe siècle une progression sans précédent historique27. Cette expansion rapide touche de façon inégale les divers pays, et il n’y a que peu de relations avec les phases des politiques douanières. Après la rupture que signifie la Première guerre mondiale dans le commerce extérieur, un ralentissement de la progression des échanges commerciaux internationaux se produit pendant les années 1920.

  • 28 Ibidem, p. 311.

36Jusqu’aux années 1880-1890 environ 80 % des échanges des pays développés se font avec d’autres pays développés et seulement 20 %, et même un peu moins, ont lieu avec le reste du monde. Entre les années 1880 et 1914, l’importance du commerce avec les continents « nouveaux » s’accroît rapidement en termes absolus, mais ne s’accroît que faiblement en termes relatifs, puisque les échanges avec les autres pays industriels continuent à s’accroître. De sorte « qu’à la veille de la Première guerre mondiale le commerce avec le futur tiers-monde ne représente qu’un peu moins de 20 % du commerce extérieur total des pays développés, tant au niveau des exportations que des importations28 ».

37Dans le commerce des pays développés, la place de l’Europe est largement dominante. Pour les pays européens, hormis pour la Grande-Bretagne, environ 80 % des exportations sont destinées à d’autres pays européens. L’Asie et l’Amérique latine constituent 8 à 10 % des destinations des exportations des pays développés. L’Afrique, surtout jusqu’en 1890, ne représente qu’autour de 2 %. La place qu’occupe le continent africain dans le commerce extérieur des pays développés augmente par la suite, surtout entre les deux guerres mondiales.

38Pendant les années 1920 il s’opère un fléchissement des importations et des exportations européennes, de l’ordre de 7 % par rapport à 1913. Cette baisse relative profite pour une moitié aux États-Unis et pour l’autre aux pays en voie de développement. Par contre les importations de l’Europe en provenance du reste du monde augmentent sans être compensées vraiment par des exportations vers les autres continents.

Tableau 2 : Part dans le commerce mondial des principaux pays industriels
(en %)

Tableau 2 : Part dans le commerce mondial des principaux pays industriels (en %)

Source : d’après Braudel F., Histoire économique et sociale de la France, Paris, PUF, 1993, t. 4, vol. 1, p. 200 et vol. 2, p. 742.

La composition des échanges

39Les échanges commerciaux sont caractérisés par une prédominance des articles manufacturés qui constituent environ les deux tiers du commerce des pays développés, l’autre tiers étant constitué de produits bruts. Les exportations vers les pays sous-développés se caractérisent par une prédominance encore plus grande des articles manufacturés. En ce qui concerne les importations réalisées par les pays industriels provenant des pays sous-développés, ce sont, au contraire, les produits bruts qui prédominent largement.

Les investissements à l’étranger des pays occidentaux

  • 29 Leon P., op. cit., t. 4, p. 466.

40Durant la deuxième moitié du xixe siècle les marchés nationaux des puissances économiques européennes absorbent de moins en moins la production industrielle. Ces puissances économiques arrivent à un certain stade de développement capitaliste. Ils doivent désormais également exporter des capitaux afin de trouver une plus grande rentabilité à leurs investissements. Ainsi, induite par le développement capitaliste, l’exportation de capital « devient en même temps l’un de ses moteurs, puisqu’elle est pratiquée en tant que mécanisme de soutien et de développement des taux de profit, à travers les diverses opportunités d’affaires29 ».

De la domination européenne au leadership américain

  • 30 Le stock mondial des investissements bruts à l’étranger (directs et de portefeuille) a été évalué (...)

41Pendant la période 1880-1914, les mouvements internationaux de capitaux prennent une grande ampleur dans le monde30. Le mobile de ces opérations est tantôt l’investissement direct (construction de chemins de fer, équipement d’une mine…) tantôt purement financier (placements de portefeuille).

42À cette époque la Grande-Bretagne occupe le premier rang mondial comme pourvoyeuse de capitaux dans le monde suivie de la France et de l’Allemagne. En 1913 ces trois pays cumulent à eux seuls les trois quarts des capitaux exportés dans le monde. À la veille de la guerre, la Grande-Bretagne aurait exporté à l’étranger entre 92 et 95 milliards de francs or, la France entre 40 et 42 milliards et l’Allemagne entre 25 et 28 milliards.

43Jusqu’en 1913, les États-Unis sont dans le groupe des pays débiteurs de l’Europe. Alors que pendant la Première guerre mondiale, les États-Unis sont les principaux fournisseurs des pays européens en guerre. Parallèlement leur capacité de production augmente considérablement. La conséquence directe de la guerre c’est la modification de l’équilibre capitaliste en faveur des États-Unis qui deviennent les créanciers de l’Europe et du monde.

L’Amérique latine : un champ d’investissement pour les capitaux occidentaux

44Tout au long du dernier tiers du xixe siècle la pénétration commerciale des puissances économiques occidentales en Amérique latine s’accompagne d’une politique financière et de crédit agressive. Les emprunts négociés par les États latino-américains en Europe et, après la Première guerre mondiale, aux États-Unis, comblent le déficit de ressources économiques existant en Amérique latine pour développer les forces productives de ces pays.

45L’Amérique latine représente une destination très importante pour les capitaux américains investis à l’étranger. Entre la fin du xixe siècle et 1929, les capitaux américains placés dans les pays latino-américains représentent à peu près la moitié des investissements étrangers des États-Unis. Parallèlement pour les trois puissances européennes l’Amérique latine occupe une position importante mais secondaire dans la destination des investissements étrangers du Royaume-Uni, de la France et de l’Allemagne.

46À la fin du xixe siècle le Royaume-Uni est le premier investisseur en Amérique latine suivi de la France. À la veille de la guerre, tandis que le Royaume-Uni conserve sa condition privilégiée, les États-Unis atteignent la deuxième position, avec 1649 millions de dollars, soit 22,7 % du total des investissements étrangers en Amérique latine. La France est reléguée à la troisième position, avec plus d’un milliard de dollars, suivie de l’Allemagne avec près de 850 millions de dollars, soit 11,6 % du total des investissements étrangers dans le continent. À la fin des années 1920, les États-Unis deviennent le premier investisseur en Amérique latine en dépit du Royaume-Uni. Parallèlement la France et l’Allemagne réduisent leurs investissements. Tandis que la France y investit 629 millions de dollars en 1929, l’Allemagne n’y a plus que 200 millions de dollars.

Tableau 3 : Pourcentage de l’Amérique latine dans les investissements étrangers du Royaume-Uni, des États-Unis, de la France et de l’Allemagne

Tableau 3 : Pourcentage de l’Amérique latine dans les investissements étrangers du Royaume-Uni, des États-Unis, de la France et de l’Allemagne
  • * Avec les investissements aux États-Unis.

47Note*

Sources : d’après Manigat L., L’Amérique latine au xxe siècle, 1889-1929, Paris, Seuil, 1991, p. 100, 104, 251 et 253 ; Poidevin R., Finances et relations internationales, 1887-1914, Paris, A. Colin, 1970, p. 26 ; Braudel F., op. cit., t. V, p. 238 ; Rippy J.-F., « French Investments in Latin America », dans Inter-Américan Economic Affairs, II, 2, 1948, p. 59, 62 et 63.

Tableau 4 : Investissements britanniques, américains, français et allemands
en Amérique latine fin xixe siècle-1929 (en millions de dollars)

Tableau 4 : Investissements britanniques, américains, français et allemands en Amérique latine fin xixe siècle-1929 (en millions de dollars)

Source : d’après Manigat L., op. cit., p. 98-101 ; Poidevin R., op. cit., p. 25-26 ; Rippy J.-F., op. cit., p. 59 et 62.

  • + Fin 1880

48Note+

  • * 1897

49Note*

  • ** 1902.

50Note**

Le Chili : un marché concurrentiel qui s’ouvre aux produits et aux capitaux français

51Les relations économiques entre le Chili et la France se développent dans le cadre d’un système capitaliste en voie de transformation. Elles sont aussi des relations entre un pays politiquement indépendant, appartenant à la « périphérie capitaliste », et une puissance économique occidentale. La France doit faire face, en même temps, à une rude concurrence dans un pays ouvert aux marchandises et capitaux occidentaux et qui est le premier producteur mondial de nitrate.

52L’étude du négoce français au Chili peut nous aider à analyser et à connaître les difficultés qu’éprouvent les structures du commerce extérieur français à s’adapter à un nouveau système et à en tirer parti. Dans ce processus d’adaptation, le cas chilien nous offre la possibilité de mesurer la persistance et la disparition des formes d’« un capitalisme relationnel » dans un capitalisme qui connaît d’importants changements dans ses structures.

53L’analyse des échanges franco-chiliens nous présente la possibilité de mesurer l’influence des forces et des faiblesses de l’économie française. La production de l’industrie française est surtout tournée vers la fabrication de produits à haute valeur ajoutée. Parallèlement à la croissance économique du Chili, une classe moyenne émerge et se consolide. Contrairement à une aristocratie déclinante depuis le début du xxe siècle, cette classe moyenne devient demandeuse de produits plus nombreux, plus variés mais aussi moins chers que ceux réservés à l’aristocratie.

54Malgré la faible importance en valeurs absolues des échanges commerciaux entre la France et le Chili, la place qu’occupe le Chili dans le commerce français avec les pays latino-américains n’est pas négligeable : le Chili est le troisième partenaire commercial de la France en Amérique latine. Les valeurs du commerce français au Chili, en même temps, s’érigent parfois au niveau de celles de certains des principaux concurrents commerciaux de la France. L’analyse de l’érosion des positions commerciales françaises avec le temps est un autre aspect intéressant que nous offre le cas chilien. Sur un plan strictement quantitatif les échanges français avec le Chili ne sont pas, en effet, un sujet dépourvu d’intérêt. L’étude de ces échanges peut servir à comprendre plus facilement ce qui a pu ou non permettre à la France de diversifier la structure de ses échanges.

55Les structures de l’économie française n’expliquent pas tout. Ce travail porte sur la manière dont s’effectue le négoce français avec un pays qui se trouve en dehors des marchés traditionnels de son commerce extérieur. La croissance économique que connaît l’économie chilienne opère une ouverture rapide et importante du pays sur l’Occident. Cette ouverture se réalise dans un contexte où les pays occidentaux sont justement à la recherche de ce type d’opportunité. Ceci explique que les grandes maisons occidentales se disputent âprement le marché chilien. La concurrence commerciale entre les firmes occidentales au Chili est beaucoup moins connue que dans les cas du Brésil ou de l’Argentine, malgré le fait que le marché chilien, rapporté en termes de commerce/habitant, pèse parfois plus que le marché brésilien.

56Le cas chilien nous offre l’occasion d’analyser la manière dont la France agit sur un marché concurrentiel de « pays neuf ». Or, si l’on a étudié l’empire colonial – secteur non concurrentiel – on connaît peu de chose sur les liens économiques entre la France et les pays neufs ou sur la France et les marchés concurrentiels. Dans l’étude du négoce français au Chili nous pouvons mieux appréhender le rôle joué par les acteurs du négoce franco-chilien (l’État, les négociants, la colonie française au Chili, les armateurs, les industriels) et la nature de leurs liaisons fonctionnelles avec les différentes composantes des milieux d’affaires impliqués dans le négoce international.

57Le Chili, en tant qu’une des destinations des flux migratoires du xixe siècle et du début du xxe siècle, nous offre la possibilité de mesurer le rôle des ressortissants français dans les structures et le développement du commerce français. Nous pouvons aussi analyser l’influence des structures sociales et culturelles dans la colonie négociante française du Chili par rapport à l’évolution des structures du négoce français dans le pays.

58Un des objectifs de ce travail est la mise en relation du préjugé favorable des élites chiliennes vis-à-vis de la culture française et de ses possibles retombées commerciales. De façon complémentaire nous pouvons voir la place qu’occupe le Chili dans l’imaginaire français comme débouché commercial.

59L’étude du négoce français au Chili peut permettre de mieux connaître la manière d’agir des forces impliquées dans le négoce international français par rapport à celles des pays concurrents. Elle nous renseigne sur l’évolution des liaisons entre l’industrie, la banque, le commerce et la navigation. On peut ainsi espérer mettre en évidence la nature et l’efficacité des stratégies de conquête des marchés et mesurer comment elles ont été ou non soutenues par l’État.

60À ce propos nous analyserons les choix et les priorités de la politique commerciale de la France. Nous tenterons de voir si les décisions sont ou non cohérentes dans leur succession et leur mise en œuvre et s’il existe une véritable « politique » commerciale envers le Chili.

Une histoire en trois parties

61La fin du xixe siècle se caractérise au Chili par la croissance économique du pays et par la totale intégration du marché chilien dans le système économique mondial. Ce développement économique qui se prolonge jusqu’au lendemain de la guerre, provoque de profonds changements dans les structures économiques et sociales du pays en transformant les caractéristiques du marché chilien.

62Parallèlement l’expansion commerciale des nouvelles puissances économiques – l’Allemagne et les États-Unis – et des nouveaux pays industriels – Pays-Bas, Belgique, Italie… – engendre une forte concurrence commerciale et politique dans les nouveaux marchés latino-américains. Les pays industriels se lancent à la conquête de ces nouveaux débouchés afin de pouvoir placer une partie de leur production industrielle.

63La Première guerre mondiale est à l’origine de la montée des États-Unis comme première puissance économique mondiale, et d’un bouleversement des structures du système économique mondial. Ces changements provoquent la crise des structures économiques du Chili durant les années 1920.

64Face à ces grandes tendances du système économique mondial et aux transformations socio-économiques du Chili, quels succès et quelles limites le commerce français trouve-t-il dans le marché chilien entre 1880 et 1929 ? Quelle est l’évolution des structures du négoce français au Chili ? L’évolution et les structures des échanges commerciaux, les instruments du négoce français au Chili, les stratégies commerciales et les hommes impliqués dans ce commerce font l’objet principal d’une étude systématique sur la longue durée.

65Dans la première partie du livre nous analyserons les structures du marché chilien. Nous étudierons comment il s’incorpore au système économique mondial et quel rôle il joue dans le commerce international par rapport aux pays industriels, et notamment par rapport à la France. Nous étudierons les changements des structures socio-économiques du Chili et leur influence sur la demande chilienne. En même temps nous mesurerons les bases socio-économiques sur lesquelles la rencontre commerciale entre le Chili et la France a lieu. Cette analyse doit nous montrer le niveau de concordance qui existe à priori entre les intérêts des deux pays, avant même de savoir si le contexte économique se prête au développement des échanges commerciaux entre eux. La deuxième partie s’inscrit par contre dans une optique plus analytique qui nous permettra de voir l’évolution et les structures de la pénétration commerciale française. Dans la troisième partie, nous étudierons l’organisation du négoce français au Chili. L’analyse des structures et de l’action commerciale des hommes de la colonie française, l’examen des stratégies et les intérêts de la grande entreprise française, l’étude du rôle de la banque et de la marine marchande française dans les relations commerciales franco-chiliennes, et l’analyse de la politique commerciale de l’État français par rapport au Chili nous permettent d’expliquer les succès comme les limites de la pénétration commerciale française.

Anmerkungen

1 Nous pouvons citer comme ouvrages plus ou moins reliés à la question Lévy-Leboyer M., La position internationale de la France. Aspects économiques et financiers, xixe et xxe siècles, Paris, AFHE, Éditions de l’EHESS, 1977 ; Lévy-Leboyer M., Entre l’État et le marche, Paris, Gallimard, 1991, p. 220-245 ; Pétré-Grenouilleau O., Les négoces maritimes français xviie-xxe siècle, Paris, Belin, 1997; Verley P., L’Échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, Paris, Gallimard, 1997; Sauvy A., Histoire économique de la France de l’entre-deux-guerres, Paris, Economica, 1984. Sur les instruments du négoce international de la France nous pouvons citer deux monographies sur les compagnies maritimes françaises : Barbance M., Histoire de la Compagnie Générale Transatlantique, Paris, Arts et métiers graphiques, Draeger, 1955; Barbance M., Vie commerciale de la route du cap Horn au xixe siècle, Paris, SEVPEN, 1969.

2 Pétré-Grenouilleau O., op. cit.

3 Ibidem.

4 Voir, par exemple, Colin A., La navigation commerciale au xixe siècle, Paris, A. Rousseau, 1901.

5 Levasseur E., Histoire du commerce de la France, Paris, A. Rousseau, 1912.

6 Bairoch P., Commerce extérieur et développement économique de l’Europe au xixe siècle, Paris, EHESS, 1976.

7 Braudel F., Histoire économique et sociale de la France, Paris, PUF, 1993.

8 Pétré-Grenouilleau O., « Pour une histoire du négoce international français au xixe siècle », xixe siècle, (à paraître).

9 Lénine V., L’impérialisme stade suprême du capitalisme, Paris, Éditions Sociales, 1979; Hilferding R., Le capital financier, Paris, Éditions de Minuit, 1979; Hobson J.A., Imperialism a study, Londres, Allen end Unwin, 1948; Luxemburg R., L’Accumulation du capital. Contribution à l’explication économique de l’Impérialisme, Paris, Maspero, 1976.

10 Cameron R., La France et le développement économique de l’Europe, Paris, Seuil, 1971.

11 Woodruffw., Impact of Western Man. A Study of Europe’s Role in the World Economy, 1750-1960, London-New York, Macmillan and St. Martin Press, 1966.

12 Rippy J.-F., « French Investments in Latin America » dans Inter-Américan Economic Affairs, II, 2, 1948, p. 52-71.

13 Bouvier J., L’impérialisme français avant 1914, Paris, Mouton, 1976, p. 305-333.

14 Pétré-Grenouilleau O., op. cit.

15 Pétré-Grenouilleau O., op. cit., p. 147-175.

16 Braudel F., op. cit., t. 3, p. 305-346.

17 Pétré-Grenouilleau O., op. cit.

18 A. Broder note qu’entre 1820 et 1892 la valeur des échanges est multipliée par 10,5 (elle passe de 733 millions, numéraire non compris, à 7 465 millions).

19 Pétré-Grenouilleau O., op. cit.

20 Verley P., op. cit.

21 Lévy-Leboyer M., op. cit., p. 55.

22 Pétré-Grenouilleau O., op. cit.

23 Lévy-Léboyer M., op. cit., p. 221-237.

24 Marseille J., Empire colonial et capitalisme français. Histoire d’un divorce, Paris, A. Michel, 1984.

25 Tonnage net total, entrées plus sorties, cabotage exclu.

* Navires pontés d’au moins 100 tonneaux.

** Navires jaugeant plus de 100 tonneaux. En outre, il est à noter que le mode de jaugeage utilisé pour les navires français à partir de juin 1904 conduit à une augmentation d’environ 13 %.

26 Leon P., Histoire économique et sociale du monde, t. 5, Paris, Colin, 1970, p. 7.

27 Au xixe siècle le volume du commerce mondial a été multiplié par 25, Bairoch P., Victoires et déboires. Histoire économique et sociale du monde du xvie siècle à nos jours, Paris, Gallimard, 2000, v. II, p. 306.

28 Ibidem, p. 311.

29 Leon P., op. cit., t. 4, p. 466.

30 Le stock mondial des investissements bruts à l’étranger (directs et de portefeuille) a été évalué à des minima de 1,6 milliards de dollars pour 1840, 9 milliards pour 1870, 28 milliards pour 1900 et 44 milliards pour 1913, ibid., t. 4, p. 460.

* Avec les investissements aux États-Unis.

+ Fin 1880

* 1897

** 1902.

Abbildungsverzeichnis

Titel Tableau 1 : Évolution de la flotte marchande française
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25231/img-1.png
Datei image/png, 109k
Titel Tableau 2 : Part dans le commerce mondial des principaux pays industriels (en %)
Bildunterschrift Source : d’après Braudel F., Histoire économique et sociale de la France, Paris, PUF, 1993, t. 4, vol. 1, p. 200 et vol. 2, p. 742.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25231/img-2.png
Datei image/png, 69k
Titel Tableau 3 : Pourcentage de l’Amérique latine dans les investissements étrangers du Royaume-Uni, des États-Unis, de la France et de l’Allemagne
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25231/img-3.png
Datei image/png, 77k
Titel Tableau 4 : Investissements britanniques, américains, français et allemands en Amérique latine fin xixe siècle-1929 (en millions de dollars)
Bildunterschrift Source : d’après Manigat L., op. cit., p. 98-101 ; Poidevin R., op. cit., p. 25-26 ; Rippy J.-F., op. cit., p. 59 et 62.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25231/img-4.png
Datei image/png, 62k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540