Version classiqueVersion mobile

Vies de cadres

 | 
Éric Roussel

Deuxième partie. Le souci de soi

Chapitre VIII. Action collective, action individuelle

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le syndicalisme cadre est issu d’une triple opposition, d’une triple prise de distance à l’égard de la classe ouvrière, du patronat et des pouvoirs publics. Ce syndicalisme a pris naissance, puis s’est développé, à partir des tensions qui ont alimenté les rapports de forces à l’intérieur des champs de la représentation et du monde du travail. On ne peut concevoir l’un sans les autres. La raison d’être de ce syndicalisme puise à un contexte où la lutte des classes pouvait se lire sur l’organigramme de l’entreprise. Le souci d’une différenciation chez la Confédération générale des cadres (CGC), d’une démarcation des cadres à l’égard des autres salariés, dont on sait qu’il est au fondement de la création de ce syndicat, qu’il en « assure la cohésion », pour reprendre l’expression de Luc Boltanski1, ne peut donc être compris qu’une fois rapporté à la structuration de l’espace de la production. Des schèmes de pensées et d’actions s’y sont forgés qui détermineront pour longtemps le pensab...

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search