Version classiqueVersion mobile

Voix de la rue ou voie des urnes ?

 | 
Simon Luck
, 
Stéphanie Dechezelles

Troisième partie. Des individus entre partis et mouvements : carrières militantes et multipositionnements

10. La réactivation des mobilisations syndicales dans le Chili post-dictatorial

Trajectoires de militants communistes1

Daniela Cuadros Garland

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Durant l’année 2007, au Chili, deux grandes mobilisations de travailleurs rompent avec la stabilité politique instaurée depuis le retour de la démocratie dix-sept ans plus tôt. Dans le Sud, les 12, 13 et 14 mars, la province d’Arauco devient la scène d’une première grève au terme de laquelle les 8 000 grévistes, tous employés comme main-d’œuvre sous-traitante pour Bosques Arauco2, engagent une négociation avec cette entreprise mandataire. Mais la lenteur et la teneur des pourparlers augmentent le mécontentement et les mobilisations reprennent au terme de quarante-cinq jours de tractation. Dans la soirée du 3 mai, lors d’intenses affrontements avec la police (voitures retournées, bombes lacrymogènes, coups de feu…) face à l’usine de cellulose Horcones à Larequete (petite localité située à 20 kilomètres de la ville d’Arauco), un ouvrier de 26 ans meurt sous les balles de mitraillettes policières. C’est le point d’inflexion pour la mobilisation. Trois jours plus tard, ses funérailles s...

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search