Version classiqueVersion mobile

Voix de la rue ou voie des urnes ?

 | 
Simon Luck
, 
Stéphanie Dechezelles

Troisième partie. Des individus entre partis et mouvements : carrières militantes et multipositionnements

9. Partis, mouvements catégoriels et entrées de femmes en politique au Togo et au Bénin

Guillaume Girard

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Lorsqu’en 2004, la militante écologiste kényane Wangari Muta Maathai reçoit le prix Nobel de la paix, c’est la première fois que cette distinction est décernée à une Africaine. L’année suivante, la libérienne Ellen Johnson Sirleaf est la première femme à briguer avec succès la présidence d’un État africain. En 2008, le parlement rwandais devient le premier au monde à compter en son sein une majorité de femmes. Ces trois situations ébranlent le stéréotype d’un pouvoir africain immuable et éternellement masculin. Si l’Afrique sub-saharienne semble avoir pris le train d’une tendance mondiale à la féminisation du pouvoir, les situations nationales en matière de représentation politique des femmes y demeurent comme sur les autres continents très contrastées1. Alors que l’Afrique du Sud, l’Angola, le Burundi, le Mozambique, l’Ouganda, le Rwanda et la Tanzanie comptent en 2010 plus de 30 % de femmes au sein de leurs parlements, les autres États du continent atteignent une moyenne de 13 %2....

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search