Version classiqueVersion mobile

Voix de la rue ou voie des urnes ?

 | 
Simon Luck
, 
Stéphanie Dechezelles

Deuxième partie. Des mouvements au parti : Les transformations organisationnelles et leurs résistances

4. Quand le mouvement se fait parti

Hélène Combes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1997, le mouvement des défenseurs de la feuille de coca, avec Evo Morales à sa tête, se transforme en parti politique : le Mouvement vers le socialisme-Instrument politique pour la souveraineté des peuples (MAS-IPSP). Il s’inscrit dans l’héritage du syndicalisme minier et dans les mobilisations indigènes des années 1990 en Bolivie1.

Après une mobilisation paysanne au début des années 1990 en Pologne, le mouvement Samoobrona prend la forme d’un parti tout en conservant son volet syndical. Cette « organisation-caméléon » connaît des mues successives depuis près de vingt ans, déclinant son activité alternativement, et souvent indistinctement, sous le label syndical, partisan ou mouvementiste2.

Alors que le Brésil est encore sous le joug de la dictature, des syndicalistes, notamment du secteur métallurgique, des dirigeants de quartier, des militants étudiants, des universitaires, etc., forment le Parti des travailleurs (PT), grand promoteur dans les années 1990 du budget participatif e...

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search