Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le leadership politique et le territoire

 | 
Andy Smith
, 
Claude Sorbets

Conclusion

Parler du leadership politique
À propos des pragmatiques des usagers-chercheurs quelques questions se posent

Claude Sorbets

Texte intégral

1Le colloque Leadership politique et Territoires, s’est donné pour objectif de faire confronter les opinions de chercheurs en science politique ayant l’expérience d’un rapport personnel à la notion de leadership politique afin d’évaluer la capacité heuristique de cette notion et, sans doute, sa valeur théorique, plus générale, d’outil analytique. Ce qui suppose bien sûr que d’autres notions peuvent être mises en balance avec elle et que l’évidence de son utilité demeure – pour le moins – à être établie.

  • 1 E. Goffman, Les cadres de l’expérience, Paris, Éd. de Minuit, 1991. E. Goffman, Façons de parler, (...)

2Aussi, les préférences exprimées par les chercheurs réunis à cette fin s’inscrivent-elles dans une relecture évaluative des cadres d’expériences1 de recherche mis en place pour élaborer des analyses et des synthèses. Chacun, dans cette perspective, se retrouve devoir dire : comment il dit les choses ? comment il sait les choses qu’il dit ? comment il est disposé pour dire ? comment il fait pour dire ce qu’il dit ? Soit de répondre aux quatre interrogations que l’épistémologue réfère aux questions, analytique, épistémique, synthétique, évaluative.

3En outre, la singularité de l’objet d’analyse « leadership politique » comme de la pragmatique de la notion de leadership politique – de sa propriété et de sa relation, de ses usages et des circonstances d’usage – est lourde de difficultés pour engager un débat clarifié dès lors que, d’une part, ne sont pas préalablement explicitées les prémisses qui orientent les argumentations rhétoriques des chercheurs et que, d’autre part, des effets confusionnels surgissent dans les échanges de vues ; les facteurs en étant imputables aussi bien à des chevauchements de considérations portant les unes sur le mot et les autres sur la chose – ceci dans l’ordre des propositions des chercheurs et dans celui des énonciations dans le champ d’objet dans le « monde des acteurs » – qu’à des glissements dans les termes convoqués au procès de la norme : de « leader » à « leadership », de ceux-ci à « leadership politique » et encore à celui-ci qualifié par l’attribut « territorial » (« leadership politique territorial »).

4La dissociation que nous avons proposée précédemment entre « concepts analytiques », définis par leur fonctionnalité de « guider vers le réel », et concepts synthétiques, supposés « dire le réel tel qu’il est ou tel qu’il est dit être au terme de son identification », est sans doute déjà utile pour conserver en mémoire que le mot n’est pas la chose.

5Elle l’est sans doute également en nous obligeant à réfléchir sur des notions qui sont de véritables « paradigmes pratiques » en imposant leur présence pour signifier le réel : n’est-ce pas la situation provoquée par la notion de leadership politique qui est largement usitée dans le vécu quotidien pour évoquer des rapports de pouvoir à partir de positions personnalisées et individuées d’autorité ?

6Les journalistes ont contribué à de telles lectures de la réalité politique ; en particulier en valorisant des positions de personnalités pour donner à comprendre la procédure ou les règles du jeu politique observé ici ou là, au niveau national, international ou local, dans les sphères gouvernementales comme dans les organisations partisanes.

  • 2 Encore que nous aussi ayons eu recours à cette notion – dans une perspective « analytique », au se (...)

7Notre intention n’est pas d’ajouter un récit de notre expérience personnelle de recherche à celle de collègues2. Le propos de ce chapitre de conclusion est plutôt relatif aux raisons pour lesquelles l’on peut valider ou contribuer à mettre en doute l’utilité de cette notion. Notre proposition a à voir avec les degrés de liberté d’une telle position défendue par tel ou tel chercheur, ceci au regard de sa posture particulière ou de sa personnalité singulière.

8À l’écoute des débats et au vu des contributions rédigées par les uns et par les autres il est possible de percevoir le problème posé par un tel objectif de positionnement évaluatif d’une notion supposée pouvoir posséder ou se voir reconnaître une vocation paradigmatique.

9Pour sortir d’une démarche argumentative « en faveur », « sceptique » voire « opposée » à un usage même raisonné de la notion de leadership politique, il est peut-être utile de faire un inventaire des éléments, dimensions ou niveaux, constitutifs du cadre de cette expérience conceptuelle.

Question de postures d’expression : du devoir au pouvoir dire

10En premier lieu, la posture que le chercheur adopte, et donc la position d’où il énonce, peut être examinée. On peut différencier différentes postures types, chacune ayant son économie générale de positionnement au regard de l’activité et de la réflexivité, et un principe indexical qui la cadre.

  • 3 D. C. Dennett, La stratégie de l’interprète : le sens commun et l’univers quotidien, Paris, Gallim (...)

11Ainsi, la posture de l’interprète, celle de l’acteur proprement dit, dont le principe est « à propos de », peut être associée à une approche de l’action sociétale référée à l’intentionnalité phénoménologique3. Au regard de l’usage de la notion, parler de « leadership politique » est ainsi une façon de nommer des qualités de responsables publics. Ce que l’enquêteur pourra valider en transcrivant tels quels des propos d’acteurs de cet ordre.

12La posture d’exégète – le principe en est « à la place de » – dont les spécialistes de l’herméneutique connaissent les tenants et les aboutissants, désigne une position pouvant être celle de l’expert ou celle du mandataire que les démocraties connaissent bien, que ce soit par les figures des fonctionnaires ou des collaborateurs des décideurs, ou par les élus « représentants du peuple » en charge d’expression collective.

13Dans la posture d’anachorète les chercheurs peuvent reconnaître une position privilégiée ou pertinente : du fait de la valorisation de la distance vis-à-vis de l’objet, distance pensée requise pour signifier de façon rigoureuse la réalité observée (se distancier des présupposés ordinaires ou prendre une position à l’écart ou en surplomb du factuel ou de l’actuel) ; le principe de cette posture peut être référé à la locution adverbiale « à la limite de ». C’est sans doute en cet « esprit de posture » que les chercheurs réunis à Bordeaux, pour ce débat, sont collectivement, à situer ; ou peuvent l’être concurremment avec la dernière posture, celle de catachorète.

14La posture de catachorète achève la série de postures singulières types. C’est celle qui pose « le retour au monde » et à partir de là l’énonciation valorisée par, et durant, le détour méthodique (par le passage au « désert »), par la distanciation du champ du vécu de la part du chercheur. Dans cette visée posturale le leadership politique, comme signifiant et comme signifié, peut être vu constituer un mode spécialisé de dire la politique par les faces personnelle et organisationnelle.

  • 4 M. Weber, Économie et société, Paris, Librairie Plon, 1971.
  • 5 L. Sfez, L’enfer et le paradis, Paris, PUF, 1978.

15Si l’on devait effectivement clore la série des séries singulières de postures types on devrait en ajouter une qui permet la déclinaison des précédentes : la posture prothétique qui est celle du substitut fonctionnel ou de l’opérateur d’interface, de l’élément intégrateur, praxéologique, dont le principe est « faire avec ». Le politologue peut, nous le comprenons, occuper ce créneau, ne serait-ce qu’en tant qu’expert possible du prince, ce dernier pouvant être vu dans les fonctions expressives dont Max Weber4 a typifié la dualité – « sociation » des intérêts, « communalisation » – ou dans ses fonctions symboliques, celles que Lucien Sfez a rapportées aux identifications de la conservation d’état et de son changement5.

16Il est certain qu’un chercheur aujourd’hui en science politique peut se retrouver successivement dans toutes ces postures. Et, en chacune, la référence au « leadership politique » est différentiellement validable : davantage sans doute et plus directement dans les postures d’interprète et d’exégète voire de catachorète.

17Chaque chercheur s’intéresse plus ou moins directement à certaines dimensions du « politique » : à la polity (l’espace politique), à la politics (régime et compétition politique), à la policy (politiques publiques, action publique), aux politicians (relations de pouvoir, personnel politique). La référence au « leadership politique » est sans doute plus ou moins automatique ou forcée selon que les chercheurs s’intéressent davantage à certaines de ces dimensions ; encore que même les rapports interinstitutionnels peuvent amener à s’intéresser à du leadership local ou politique vis-à-vis d’un autre état de chose antérieur plus « étatique » ou plus « administratif ».

  • 6 Cette relation de pouvoir peut être pensée constituer un des universaux politiques sous la forme d (...)

18On pourrait sans doute dire que la notion de leadership transcende les diverses dimensions d’accès à la question politique : comme valeur analytique pour le chercheur et comme valeur synthétique pour l’expression ordinaire de ce qui fait le quotidien de la politique racontée au peuple. En outre, cette notion peut permettre de glisser de ce plan général de la relation de pouvoir6 à d’autres niveaux, ceux de l’institution, de l’organisation, ou du vécu sociétal de base, autant de niveaux du, ou de la, politique où le leadership peut dénoter de la norme, de la règle ou un halo d’ambiance dans l’expressivité des états de, et dans les, sociétés.

Question des contenus de l’énonciation : du dire au vouloir dire

19La remise en contexte (celui de la pratique professionnelle) des leçons tirées de l’expérience par les uns ou par les autres, permet de noter que les justifications, au regard d’un engagement raisonné dans un des « camps » polarisés par l’éventuel usage de la notion, sont de l’ordre de l’expression d’attestations de l’efficacité analytique relative ou de l’opportunité conjoncturelle de son usage, et peuvent être rapportées comparativement à des notions alternatives différenciées : la domination, l’institutionnalisation, la gouvernance, les intérêts ; des référents dissociés qui ressortissent à des niveaux différents de la réalité sociopolitique : la société, les institutions, les dispositifs organisés d’action, les vécus quotidiens.

  • 7 Les études relatives aux conditions de l’influence, dans la communauté universitaire des géographe (...)

20Lorsqu’on écoute les débats entre chercheurs sur les raisons de leur positionnement affiché au regard de la notion mise en débat, on se trouve confronté à des argumentaires qui semblent supposer que chacun est prêt à adopter ou à renoncer à une approche particulière ; ceci alors que la sociologie de la connaissance pourrait conduire à faire de logiques d’école et d’intérêts sociaux associés les véritables déterminants de l’adoption de paradigmes définis7.

  • 8 Ch. Perelman, L. Olbrechts-Tyteca, Traité de l’argumentation, Bruxelles, Éd. de L’Université de Br (...)
  • 9 A. Giddens, La constitution de la société, Paris, PUF, 1987.

21J. Lagroye et F. Sawicki soulignent le caractère excessif ou excédentaire de la notion de leadership politique ; ce qui les amène à répondre négativement à la question de son utilité réelle. Ne fait-elle pas double usage par rapport à une autre notion préférée ? On peut faire l’hypothèse selon laquelle ce type de jugement de non-congruence d’une notion pour exprimer une représentation du politique trouve, au moins en partie, sa base de cohérence dans ce que la posture non plus dans son format mais dans sa contexture amène à s’intéresser au politique à partir soit des valeurs, soit des normes, soit des règles ou encore des façons de faire, et que chaque « entrée » a ses notions clés. N’est-ce pas l’effet de cette réalité qui induit tel ou tel chercheur à convoquer en soutien rhétorique8 ici les théoriciens du pouvoir, là ceux de l’institution, aujourd’hui les dispositifs d’action (ou les « équipes » en sollicitant A. Giddens9) et toujours les apports de connaissance des anthropologues ?

22Certains autres chercheurs proposent des compromis d’usage : un « oui mais » en quelque sorte… en y ajoutant ici telle notion – par exemple celle de configuration rapportée à Elias (Baraize, Négrier) – ou en en nuançant l’usage (Borraz). D’autres (Daloz) pourront restreindre – ou souhaiter voir – l’usage, au nom de la « rigueur conceptuelle », à un état de société (ici le concept n’a d’efficace et de légitimité que pour parler d’un champ d’objet en un certain état, qu’il aurait en quelque sorte une capacité à reconnaître ou à désigner). Dans l’un comme dans l’autre cas de figure, il y a sans doute une partie de jugement pro domo justifiant des formes de syncrétismes méthodologiques ad hoc.

  • 10 L. Binder (collab.), Crises and sequences in political development, Princeton, Princeton Universit (...)
  • 11 Ch. Taylor, Rapprocher les solitudes, Québec, PUL, 1992.

23Mais qui ne perçoit pas qu’au regard du champ d’objet le même phénomène sociétal, par exemple ce qui est relatif à l’identité, pour ne pas se limiter à la seule considération de ce que vise à signifier la référence au leadership politique, pourra être qualifié dans des termes initiaux divers qui indiquent des dénivellations de visée plus que de ce qui est voulu être désigné : la même réalité phénoménale pourra être dite constituer une « question » (la « question identitaire »), de « crise » (pensons à la « crise d’identité » parmi les cinq crises dans la conceptualisation développementaliste de Binder10), de « problème » (un « problème » qui appelle un « traitement ») ou n’être qu’un « halo » (la « dimension identitaire » d’une personne, d’une communauté, voire d’une institution pour Ch. Taylor11) ?

Qui est qui ? Qui dit quoi ? Comment pouvoir (le) dire ?

24On pourrait rapporter les prégnances contrastées de la notion de leadership politique à la personnalité du chercheur selon que celui-ci est porté « naturellement » à rendre compte de façon dominante de dimensions processuelles ou de formes phénoménales. Chacun n’est pas en effet également prédisposé à cet égard et n’est pas « libre » de faire au coup par coup le choix de la tonalité expressive qu’il va actualiser.

25Un « lecteur au près » qui considère les conditions de la formation des énoncés scientifiques repérera des constances dans la pratique propositionnelle des uns et des autres. Dans une démarche analytique nous avons différencié quatre grandes familles de fonctionnement cognitif selon que se retrouve une dominante de temps ou une autre d’espace (et en chacune une dominante de « grand » ou de « petit » mouvements ou états de forme).

  • 12 Voir G. Deleuze, Spinoza et le problème de l’expression, Paris, Éd. de Minuit, 1968 ; N. Israël, S (...)

26Pour signifier ces types – items de référence nous avons affecté à chacun un nom rappelant un grand philosophe qui peut en identifier l’esprit, le fond et la forme de pensée12. Brièvement schématisé on pourra ainsi dire qu’un Héraclitéen cherche à rendre compte des processus de connaissance en prenant appui sur la « séparation » du signifiant et du signifié et sur la mise en tension de l’observation au regard de ce qui est observé. Il pourra ainsi trouver dans la dualité leader/leadership un passage du particulier au général permettant de décaler deux niveaux d’origine de la réalité et de ce que l’on peut en dire, et dans la répétition des situations une multiplicité d’origines de processus particuliers dont il peut être suivi le cours (cf. Montané). Un Platonicien (cf. Daloz), lui, sera vu poser le leadership politique en « paradigma » culturaliste et pouvoir tenter de faire voir dans les restrictions d’usage recommandées une condition de congruence identifiante et donc de l’intelligibilité des phénomènes qui peuvent être observés.

27Un Spinozien – cf. Lagroye-pourra voir dans cette notion une notion transitoire devant aboutir à la valeur index suit d’un modèle ad hoc en lequel la réalité phénoménale se trouve exprimée en même temps que la raison humaine. Enfin, un Occamien, pourra voir dans la notion « leadership politique » le signe d’une généralisation opérée d’une série de situations singulières individuées.

28Ainsi, même si le jeu des deux notions « leader – leadership politique » autorise de fait une lecture dans les deux perspectives : dans la perspective de forme – celle d’un « Platonicien » ou celle d’un « Occamien » – ce sont des états d’entités qui sont mises en évidence ; dans la perspective des processus – celle d’un « Héraclitéen » ou celle d’un « Spinozien » – ce sont des systèmes d’action qui le sont. Ce qui rend sans doute la catégorisation en question problématique dans son acceptation – réception scientifique, mais aussi difficile à soumettre à une critique de fond.

29Qui plus est, si l’on employait métaphoriquement un registre tiré de l’informatique, on pourrait dire que sur le « système machine », niveau où se dédoublent les modes d’opération (en processus et en formes), d’autres variations sont à situer au niveau du « langage logiciel » et sont relatives aux formats des processus et des formes différenciés. Enfin, ce sont les données intégrées qui vont une troisième fois cliver les postures énonciatives selon leur access dans la machine à traiter l’information : c’est ici que les notions nodales de prédilection joueront in fine le rôle du « daimon de Maxwell » en triant les éléments qui entreront dans l’enceinte de l’observateur-analyseur.

  • 13 H. Garfinkel, « Le programme de l’ethnoméhodologie », dans M. de Fornel, A. Ogien, L. Quéré (dir.) (...)

30En tout état de cause une question récurrente apparue dans les débats est relative à ce qui est à observer et au comment l’observer. On le sait, Durkheim et Garfinkel peuvent, chacun, faire des faits sociaux la base de leur sociologie respective ; mais avec la réserve du second de les considérer non dans la perspective formelle de son illustre prédécesseur mais comme dimension pratique et continue à appréhender dans la genèse de formation des sociétés13.

  • 14 P. Scheurer, Révolutions de la science et permanence du réel, Paris, PUF, 1979.

31Corrélativement, soulignons que chaque discipline définit « sa » question spécifique14, et par là canalise l’intérêt analytique du chercheur sur certaines dimensions de la réalité : on sait que la science politique se construit sur le couple de focalisation « institution/pouvoir ».

32À partir de cette assise de base, c’est un double mouvement qui est constitutif de la démarche scientifique : un mouvement de généralisation, car il s’agit de ramener du particulier à du plus général, par là de chercher non à décrire mais à expliquer ; ceci suppose un tri dans les informations pouvant être collectées (pour échapper au factuel et au descriptif) donc un second mouvement, lui, de réduction.

  • 15 W.O. Quine, Le mot et la chose, Paris, Flammarion, 1977.
  • 16 V. Descombes, Les institutions du sens, Paris, Éd. de Minuit, 1996.

33Là encore la notion de « réduction » est, comme le sont les théories en sciences sociales pour O. W. Quine15 « sous-déterminée au regard de la réalité ». En effet, le terme « réduction » peut signifier des opérations très diverses. En empruntant la formule du sous-titre d’un ouvrage de V. Descombes16, on serait tenté de parler de réductions « en tous genres » et d’en illustrer la situation à partir et en retour de notre notion de leadership politique mise ici en débat.

  • 17 J.-P Lacan, « Le politicien investisseur – Un modèle d’interprétation de la gestion des ressources (...)

34Une notion peut être dite, dans le langage ordinaire, « synthétique » en résumant une position ou en ressaisissant des dimensions éparses. Dans cette optique la notion de leadership politique pourrait constituer, d’abord dans une forme de pensée élitaire, une façon de ramener à l’essentiel (une forme de réduction phénoménologique en quelque sorte si celle-ci ramène le phénomène à son essence), en l’espèce la relation inégale d’autorité voire la dimension personnelle de la relation de pouvoir (avec la charge réifiante que connotent les spécifications attributives de qualité de « la conquête » ou de la « détention » « du pouvoir », voire celle à des gestions de « stocks de ressources17 »).

  • 18 On connaît bien les arguments développés par L. Althusser à l’adresse de l’auteur de « Le hasard e (...)
  • 19 A. Badiou, Théorie de la contradiction, Paris, F. Maspero, 1975.

35Cette réduction éidétique peut venir se combiner avec une pratique plus ou moins explicitée qui actualisera de façon « spontanée18 » la grande réduction empirique qui tout à la fois ramène bien l’ensemble des contenus de l’expérience aux données sensibles immédiates et présuppose comme l’a souligné A. Badiou19, que le réel porte en lui-même son propre modèle d’explication ; celui qu’une observation avisée permettra au chercheur de formuler.

36Qui ne perçoit pas encore les risques d’une troisième grande famille de réductions « classiques » qui se profilent parfois dans la pragmatique conceptuelle de chercheurs en sciences sociales, à savoir des réductions nominalistes conduisant à la « faute » soulignée par Wittgenstein, d’amener à prendre tous les mots pour des noms pour avoir opéré la réduction lexicale aux seules entités estimées indispensables et de réduire de la sorte les universaux à des noms de choses ? N’est-ce pas ce qui est parfois en arrière-plan des rapports personnels exprimés à la notion de leadership politique ?

  • 20 V. Descombes, Grammaire d’objets en tous genres, Paris, Éd. de Minuit, 1983.

37Remarquons qu’en disant ceci nous adhérons à la perspective d’une autre « réduction », la réduction grammaticale, celle que V. Descombes prône et que ce philosophe définit par la réduction de façons de dire en d’autres façons de parler de quelque chose20.

38Notons que, du même coup, on effectue un glissement de niveau d’expression : du culturel ou de l’institutionnel ou de l’organisationnel au vécu en société, et aux façons d’y faire. En l’occurrence aux représentations localisées de faire avec le pouvoir, l’autorité, les décideurs, aux façons de faire et de dire des choses qui sont et qui ont à voir dans la ou le politique.

Question d’une culture politologique partagée : du terrain disciplinaire et du territorial actualisé, ce que l’on peut s’en dire

39La qualification du leadership politique par la territorialité est à la base de l’échange organisé à Bordeaux en cet automne 2000 ; elle peut être vue comme un fond commun minimal de signification. Ainsi pour chacun, peut-être acceptable et recevable la référence liant territoire à « terreur » rappelée par P. Legendre. Elle est de la sorte non seulement utile par sa profondeur sémantique mais l’est également par le fait d’autoriser le raccourci « analytique » permettant de définir la notion de territoire comme un espace sous contrôle d’une autorité, que celle-ci soit une institution, une organisation ou une personne.

40Cette schématisation, sans doute trop extensionnelle et par là trop générale pour servir à plus qu’à un cadrage global, permet toutefois de se concentrer sur le tranchant du questionnement que peut amener à développer la double référence au leadership politique et au territoire dans sa dimension générale et dans ses dimensions particulières, ce qui requerrait de mettre ici un « s » terminal au mot « territoire ».

41Le CERVL, le laboratoire de recherche promoteur de ce débat disciplinaire, par le nouveau « déroulé » de sa raison sociale et de son programme « Pouvoir, Action publique, Territoire » (en lieu et place de l’ancien développé du sigle en référence à « la vie locale ») est déjà un indicateur de ce qui s’est trouvé faire sens nouveau dans la France du dernier quart du XXe siècle gagnée à la réforme de décentralisation et, au moins jusqu’à aujourd’hui, connaissant une extraordinaire vogue de la paradigmatique – au sens de la linguistique – déployant les registres lexicaux de la « famille territoire ».

  • 21 M. -A. Montané, Leadership politique et territoire – Comparaison intermédiaire de trois configurat (...)

42Ce qui a sans doute permis de reconsidérer, comme l’a fait avec bonheur M. A. Montané dans sa thèse21, les dispositifs de pouvoir structurés au niveau départemental par des « leaders politiques » – décrits constituant, dans la durée de leurs carrières politiques, des systèmes éponymes – et des dimensions constitutives de ce qui peut être appelé, du fait de la présence de régularités tendancielles stables ou métastables, un « modèle » de « leadership politique territorial ». En tout état de cause, la décentralisation, et à un autre niveau l’intégration européenne et les politiques régionales ou de développement local associés, peuvent avoir induit une hégémonisation de la référence comme de la perspective d’action et de réflexion sur l’action publique focalisées sur le ou les territoires.

43Notons que les complications des procédures qui s’en sont ensuivies avec les interactions d’acteurs de niveaux institutionnels différents ou issus de secteurs d’origine ou d’appartenance variés, ont contribué à l’impulsion de recherches politologiques pourvoyeuses, directement ou indirectement, de sens, de sens plus général que le descriptif événementiel mais susceptible toutefois de demeurer à portée de l’acteur, d’un acteur en quête de chercheurs « passeurs » à même de les comprendre et de se faire comprendre.

44Le développement – réussi – de la promotion de la thématique référée à la notion de « gouvernance » – la « governance », notion rapidement traduite après transfert d’outre-atlantique et appropriation dans le corpus lexical politico-administratif – semble autoriser, dans sa genèse comme dans sa pragmatique actuelle par les politologues, des va-et-vient intertextuels permettant de laisser floue la dimension intensionnelle – la propriété – du concept ; ce qui assure en revanche son extensionnalité indéfinie : des textes de la Banque mondiale aux praticiens français du local en passant par la Commission européenne, tous visant à signifier de nouvelles modalités de jeu dans le domaine de l’action publique, une action publique décentrée plus ou moins de l’institution étatique et de la sphère publique.

45L’extension pratique d’application de la référence « gouvernance » à l’ensemble de l’action publique a des inductions plus ou moins marquées sur tous les niveaux analytiquement différenciés du politique que nous avons indiqués précédemment. Il n’en demeure pas moins que le cœur de ce « programme » politique – et politologique – se localise dans l’organisationnel et l’institutionnel, dans les règles et les normes plus que dans les valeurs et dans les façons de faire qui se trouvent les unes en amont les autres en aval de ces changements dans les dispositifs d’action d’une puissance publique recomposée ?

46À ce titre, peut-on parler d’une concurrence entre cette perspective et celle dont la focale est le leadership politique ? Cette concurrence est bien en partie dans la prégnance de ces deux répertoires auprès des chercheurs et des praticiens mais elle peut se trouver apparemment réduite par des modélisations syncrétiques justifiant la pluralité d’angles d’attaque utilisés par une représentation plus complète des phénomènes observés.

47Cette démarche de reconnaissance, en interaction, de la notion et de l’objet a sans doute un aspect spéculaire et un autre spéculatif pour le chercheur en quête du bon miroir de la nature politique.

La question des approches axiologiques diversifiées des chercheurs : des raisons et des rationalisations de leurs représentations

  • 22 Voir par exemple T. Lowi, « Four systems of policy, politics and choice », Public Administration R (...)

48En premier lieu rappelons, pour mémoire, que ce que chaque chercheur se pose comme question va induire la logique des démarches et des logiques d’observation et d’interprétation de la réalité considérée : s’interroge-t-on sur des acteurs individuels en interactions dans une approche fonctionnelle et on essaiera de dire les effets visés et ceux atteints par les ou des acteurs dont souvent le « leader » en son milieu contextuel22.

49Prend-on pour ligne d’interrogation une perspective structuro-fonctionnelle et ce seront des champs d’origine et d’impact d’actions de natures diverses qui seront placés en focale de l’énonciation analytique avec généralement les effets intervenant dans l’ordre institutionnel (par exemple les conversions de ressources sociales de leaders politiques ou les jeux des diverses institutions en cause) ou dans l’ordre organisationnel (par exemple, les dispositifs d’action qui sont mis en place ou en œuvre).

50La question qui intéresse le chercheur est-elle celle de la mesure du changement intervenu ici ou là (par exemple dans les positions relatives d’acteurs) ? Et cette approche structurale conduira à évaluer ce qui est de l’ordre d’écarts, transitoires ou non, des positions acquises ou ce qui ressortit, dirait un goffmanien, à un changement de cadre d’expérience.

51Enfin, le chercheur, conduit, comme c’est le cas ici à propos de l’usage et des circonstances d’usage de la notion de leadership politique, à questionner le rapport établi par chacun entre l’univers de l’observateur et celui de son champ d’objet et à en exprimer les dimensions principielles, ce chercheur se trouvera engagé dans une approche axiologique systémale.

  • 23 R. Boudon, A. Bouvier, Cognition et sciences sociales, Paris, PUF, 1997.

52La réflexion récursive et évaluative qui est au fondement de ce colloque singulier des chercheurs avec leur outillage conceptuel suppose sans doute que de l’observation de soi le chercheur peut produire des théorisations que R. Boudon23 appellerait « rationnelles » : des théories qui font voir l’acteur à niveau de conscience ou en état de conscientiser ce qui lui arrive, par opposition aux théories « irrationnelles » qui posent ou supposent une origine causale hors de portée, tout au moins directe, de l’acteur : des théorisations holistiques de lois de l’histoire aux conceptualisations de la psychologie de profondeurs, par exemple.

53Qui ne perçoit pas les glissements que peut induire la pragmatique du leadership, notamment du territoire du sociologue à celui du psychologue (pensons à la « personnalité autoritaire ») éventuellement médiés par la psychosociologie (les thématiques centrées sur le leader de groupe sont une récurrence de cette discipline) ?

54De fait, les chercheurs tendent à opérer dans des univers de catégories – et de points de vue disciplinaires qui leur sont originairement associés – parfois quelque peu confusionnels, rendant les échanges souvent difficiles pour peu qu’une lecture auprès de leurs textes conduise à s’interroger sur ce qui est effectivement écrit, sur ce qui peut être dit dans cette problématique, au-delà de ce qui est dit ou voulu être dit, par les auteurs.

55Sans le savoir les chercheurs, à travers leurs propositions, paraissent opérer une forme de réduction grammaticale qui joue avec des traductions interdisciplinaires de « façons de dire des choses » et qui, dans cette procédure, amène à effectuer ici des clarifications de termes au prix d’un nouvel obscurcissement là.

  • 24 Sur les questions de l’indexicalité, voir J. Perry, Problèmes d’indexicalité, Stanford et Paris, É (...)

56Ce qui signifie que chacun des lecteurs, et donc aussi parmi ceux-ci des auteurs – collègues, comprennent en gros24 ce qui est dit au fil des textes mais sans trop pouvoir établir la validité d’ensemble de propositions parfois assénées sous forme d’affirmations difficiles à évaluer au fond : soit faute de temps, soit faute de disposer d’une possible ligne cohérente de lecture critique, soit enfin par déficit de raisons d’y procéder, que le bénéfice escompté apparaisse faible ou le coût d’opportunité excessif.

57L’action, celle des acteurs comme celle des chercheurs, est elle-même déclinable par niveaux de réalité qui renvoient à des niveaux d’abstraction et sans doute à ce titre à des niveaux de représentation et d’énonciation différenciés de la réalité : de la praxéologie (science de l’intégration et de l’action), à la pratique (activité et discursivité) en passant par la pragmatique (propriété et relation) et par la praxis (réalité et idéalité).

58On pourrait, au terme de cet inventaire destiné à définir les conditionnements des pragmatiques de chercheurs, placer notre propre représentation des limites des propositions relatives, en l’occurrence, à la valeur de vérité de la notion de leadership politique, par deux aphorismes.

  • 25 L. Wittgenstein, Tractacus logico-philosophicus, Paris, Galimard, 1981.

59Le premier est le très célèbre propos de L. Wittgenstein qui clôt le Tractacus25 : « ce que l’on ne peut dire il faut le taire ». En effet, en assumant dans sa complexité ce que la notion de langage signifie au regard des performances permises par des répertoires et des registres énonciatifs (la contexture en sus du format), on peut dire que tout un chacun énonce avec des cônes de lumière et des périphéries obscures selon ce qu’il est en état de dire.

  • 26 J. L. Austin, Quand dire c’est faire, Paris, Seuil, 1970. J. Bouveresse, Dire et ne rien dire, Nîm (...)

60Si les limites de notre monde sont notre langage, on pourrait, par un second aphorisme, qui est : « on sait ce que l’on peut dire », formuler l’assertion selon laquelle « tant que l’on n’a pas dit quelque chose on ne sait pas ce que l’on sait », et encore que l’acte de langage est performatif non seulement dans le jeu des interactions sociétales mais aussi dans la formation cognitive de l’énonciateur et de ses représentations de la réalité26.

Notes

1 E. Goffman, Les cadres de l’expérience, Paris, Éd. de Minuit, 1991. E. Goffman, Façons de parler, Paris, Éd. de Minuit, 1987.

2 Encore que nous aussi ayons eu recours à cette notion – dans une perspective « analytique », au sens défini ci-dessus – par le couple notionnel « leadership aventurier – leadership naturel », pour spécifier deux types d’origine des projets portés par des responsables politiques : une expression proposée à la société d’élection ou un programme exprimant le milieu. Ce recours à la notion de leadership (C. Sorbets, Points de vue et stratégies d’acteurs – Leaderships politiques municipaux et opérateurs d’interfaceS urbaines à Amiens, Bordeaux, Lille, Strasbourg, Plan Urbain, mars 1992) nous permettait de saisir un système de pouvoir personnalisé en action et de l’appréhender dans son contexte configurationnel. Cette solution est sans doute pour partie banale et de l’ordre du « bricolage » d’une modélisation ad hoc, celle pouvant suffire pour des comptes rendus d’enquêtes de terrain qui autorisent le passage point trop précautionneux du « leader » au « leadership » ; le second terme étant supposé proposer une généralisation du premier alors qu’il opère de fait un décrochement du niveau singulier vers un niveau universel. Cette difficulté classique recélée par le passage du particulier au général est bien spécifiée dans le schématisme pragmatique kantien – son anti-représentationalisme — comme dans sa catégorisation : il amène à identifier le passage du particulier au général, celui aussi de l’analytique au synthétique, de la liaison directe à la relation indirecte de l’énoncé au champ d’objet désigné par la proposition (F Faruggia, La crise du lien social, Paris, L’Harmattan, 1993 ; G. Deleuze, Logique du sens, Paris, Éd. de Minuit, 1969).

3 D. C. Dennett, La stratégie de l’interprète : le sens commun et l’univers quotidien, Paris, Gallimard, 1990.

4 M. Weber, Économie et société, Paris, Librairie Plon, 1971.

5 L. Sfez, L’enfer et le paradis, Paris, PUF, 1978.

6 Cette relation de pouvoir peut être pensée constituer un des universaux politiques sous la forme de l’aphorisme : « il y a toujours eu, et partout, du pouvoir » ; une « mêmeté » de fond pouvant être vue, et dite dans le langage de P. Ricoeur, se manifester dans des ipséités conjoncturelles ou localisées.

7 Les études relatives aux conditions de l’influence, dans la communauté universitaire des géographes, de l’école des vidaliens sont exemplaires en montrant les compétitions que les partisans de Vidal de la Blache ont organisées pour les chaires et le contrôle de revues savantes.

8 Ch. Perelman, L. Olbrechts-Tyteca, Traité de l’argumentation, Bruxelles, Éd. de L’Université de Bruxelles, 1992.

9 A. Giddens, La constitution de la société, Paris, PUF, 1987.

10 L. Binder (collab.), Crises and sequences in political development, Princeton, Princeton University Press, 1974.

11 Ch. Taylor, Rapprocher les solitudes, Québec, PUL, 1992.

12 Voir G. Deleuze, Spinoza et le problème de l’expression, Paris, Éd. de Minuit, 1968 ; N. Israël, Spinoza, le temps de la vigilance, Paris, Payot, 2001 ; P. Alferi, Guillaume d’Ockham le singulier, Paris, Ed. de Minuit, 1989 ; J. Bollack et H. Wisman, Héraclite ou la séparation, Paris, Éd. de Minuit, 1972 ; H. G. Gadamer, Au commencement de la philosophie, Paris, Seuil, 2001.

13 H. Garfinkel, « Le programme de l’ethnoméhodologie », dans M. de Fornel, A. Ogien, L. Quéré (dir.), L’ethnométhodologie, Paris, Éd. La Découverte, 2001, p. 31-56.

14 P. Scheurer, Révolutions de la science et permanence du réel, Paris, PUF, 1979.

15 W.O. Quine, Le mot et la chose, Paris, Flammarion, 1977.

16 V. Descombes, Les institutions du sens, Paris, Éd. de Minuit, 1996.

17 J.-P Lacan, « Le politicien investisseur – Un modèle d’interprétation de la gestion des ressources politiques », Revue française de science politique, vol. 38, n° 1, février 1988.

18 On connaît bien les arguments développés par L. Althusser à l’adresse de l’auteur de « Le hasard et la nécessité » eu égard à « l’idéologie spontanée des savants » dont il voit l’effet dans la philosophie naturelle de Monod.

19 A. Badiou, Théorie de la contradiction, Paris, F. Maspero, 1975.

20 V. Descombes, Grammaire d’objets en tous genres, Paris, Éd. de Minuit, 1983.

21 M. -A. Montané, Leadership politique et territoire – Comparaison intermédiaire de trois configurations départementales, Thèse pour le doctorat en science politique, Université Montesquieu-Bordeaux 4, 1999.

22 Voir par exemple T. Lowi, « Four systems of policy, politics and choice », Public Administration Review, vol. 32, n° 4, 1972. ; A. Hirschman, Deux siècles de rhétorique réactionnaire, Paris, Fayard, 1991.

23 R. Boudon, A. Bouvier, Cognition et sciences sociales, Paris, PUF, 1997.

24 Sur les questions de l’indexicalité, voir J. Perry, Problèmes d’indexicalité, Stanford et Paris, Éd. CSLI, 1999.

25 L. Wittgenstein, Tractacus logico-philosophicus, Paris, Galimard, 1981.

26 J. L. Austin, Quand dire c’est faire, Paris, Seuil, 1970. J. Bouveresse, Dire et ne rien dire, Nîmes, Éd. Jacqueline Chambon, 1997.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540