Version classiqueVersion mobile

Le leadership politique et le territoire

 | 
Andy Smith
, 
Claude Sorbets

Deuxième partie. Les défenseurs d’un usage restrictif du leadership

7. Le leadership en représentations Jean Monnet entre mémoire nationale et mémoire communautaire

François Foret

Texte intégral

  • 2 Libération, 9 novembre 1988.

1En 1988, une dizaine d’années après sa mort, Jean Monnet demeure un inconnu aux yeux du grand public. Selon un sondage réalisé en octobre de cette même année auprès de ses compatriotes2, seuls sept pour cent des Français déclarent le connaître. Que préjuger alors de sa notoriété dans les autres pays de l’Europe communautaire ?

2C’est pourtant à cette date anniversaire du centenaire de sa naissance que, d’un commun accord, l’État français et les institutions européennes choisissent de le propulser au premier plan. En cette année consacrée « Année européenne Jean Monnet », il entre au Panthéon ; des écoles, des rues, des lieux publics sont baptisés de son nom dans tous les pays de la Communauté ; la Commission européenne lui rend hommage par une publication diffusée à plusieurs centaines de milliers d’exemplaires.

3Par un acte volontariste, le « Père de l’Europe » est tiré de l’anonymat pour être érigé en référence structurante de la mémoire communautaire. De leader méconnu, Monnet se mue alors en grand homme appelé à susciter l’identification. Les qualifications successives du personnage traduisent le changement de nature du discours et de l’espace politique mis en scène. À travers la manipulation d’une figure de leadership se fait jour une tentative de remodeler les systèmes de représentations collectives à l’échelle nationale et européenne pour légitimer le nouvel ordre issu de l’intégration.

4Il ne s’agit pas ici de récapituler l’œuvre de Jean Monnet en s’interrogeant sur la portée de son rôle historique, tâche déjà menée par de nombreux biographes. Le leadership existe certes d’abord comme phénomène propre dans le cadre d’une relation leader/followers ; mais il constitue aussi une forme de pouvoir stylisée, une ressource de légitimation mobilisable dans des contextes et à des moments différents. Raisonner à partir d’une représentation codifiée de leadership à l’instar de celle du grand homme permet d’étudier comment elle circule comme médium de l’échange politique. La figure du chef devient une image condensatrice de sens autour de laquelle peut s’articuler un discours global d’explication du monde. Cette image apparaît tout à la fois comme le produit de la longue durée et des interactions ponctuelles entre les acteurs à travers les rhétoriques déployées, les stratégies de commémoration mises en œuvre, etc.

5L’analyse menée sur la mémoire de Jean Monnet est à la fois phénoménologique et stratégique, au sens où elle s’attache tant aux représentations du grand homme qu’à la manière dont ces dernières sont produites par les acteurs sociaux et dont elles influencent leur jeu. Le matériau retenu vise à prendre en compte la logique de construction du discours par les instances politiques (publications de la Commission, maison-musée d’Houjarray, activités de l’Association Jean Monnet, cérémonie de panthéonisation) et celle de sa réception par les citoyens ou les médias (livres d’or d’Houjarray, revues de presse, usages sociaux du nom de Monnet).

6Il s’agira tout d’abord de tenter de définir le plus précisément possible les deux Monnet, le leader politique couramment décrit par les analystes de l’intégration et le grand homme coulé dans le moule de la tradition symbolique française dont le Panthéon est le temple.

7La substitution/superposition d’une figure à l’autre résulte essentiellement de la mise en œuvre par les acteurs de stratégies mémorielles visant à fonder des relectures particulières de la construction européenne en harmonie avec leurs objectifs politiques. L’État français, dans sa volonté de marquer l’appropriation républicaine de l’Europe par la panthéonisation de Jean Monnet, rencontre les intérêts d’institutions européennes soucieuses de se doter d’une figure de proue apte à cristalliser les allégeances identitaires pour favoriser l’émergence de « L’Europe des citoyens ».

8Cette convergence de vue se heurte néanmoins aux contraintes inhérentes au support symbolique utilisé et à la résistance des univers culturels dans lesquels on prétend l’inscrire. De la plus ou moins grande plasticité de la figure du grand homme et de sa compatibilité avec différents cadres de référence dépendent les limites d’une entreprise de remodelage des contours d’un espace politique par la manipulation d’un modèle de leadership.

Du leader au grand homme : essai de clarification

9Du statut fait au chef découle en droite ligne la nature de son espace politique d’exercice. Monnet posé en leader fort, c’est le moyen de conceptualiser une Europe dotée d’une dynamique autonome mais pas forcément démocratique. Monnet en grand homme renvoie d’emblée à la tradition républicaine française.

Le leader

10Le leadership, emprunt fait par le français à l’anglais dès 1875 selon Le Robert, ne se définit guère que par celui qui l’exerce. C’est en effet « la fonction, la position de leader », à rapprocher des termes « commandement » et « direction », et par extension d’une « position dominante ». Les exemples proposés sont ceux du « leadership d’une nation, d’une entreprise, d’une théorie », ce qui renvoie au synonyme « hégémonie ». Le sens ainsi donné évoque beaucoup plus une position, un état qu’une capacité dynamique. Il se borne à la description de l’exercice d’une autorité, de la jouissance d’un statut.

  • 3 Dans le registre journalistique, le leader est « l’article de fond, figurant généralement en premi (...)

11Le « leader », recensé en français dès 1829 selon le même dictionnaire, revêt une signification plus riche3. C’est « le chef, le porte-parole (d’un parti, d’un mouvement politique) », comme par exemple « les leaders politiques, le leader de l’opposition » et par extension « la personne qui prend la tête d’un mouvement, d’un groupe », à associer à la notion de « chef de file ».

  • 4 L’anglais retient une acception très dynamique du terme. Un leader, c’est « one who or that which (...)

12Le terme de « leader », lié d’emblée au domaine politique, est connoté de manière moins statique que le mot « leadership4 » puisqu’il suggère l’idée d’une prise de fonction, d’un changement d’état. Mais, réservé à la figure de proue d’un groupe, d’un parti ou d’un mouvement, il tend à désigner davantage le meneur ou le responsable d’un corps intermédiaire que le dirigeant suprême d’un système institutionnalisé. Il renvoie certes à une position dominante acquise, mais dont le détenteur peut être mis en équivalence avec des homologues ou des rivaux. Le chef d’État, lui, n’est pas qualifié spontanément de leader puisqu’il ne compte pas d’égal au sein du groupe et ne semble pouvoir être désigné sous ce vocable que lorsqu’il redevient un candidat inscrit dans une optique de compétition ou lorsqu’il se confronte à ses pairs étrangers. La notion de leader dans son acception usuelle implique donc une commensurabilité non exclusive d’une inégalité de rang, mais qui suppose une identité de nature entre le premier et les suivants. Elle tendrait à aller contre une vision sacralisée du pouvoir qui poserait son détenteur comme fondamentalement différent.

  • 5 L’étude que fait Ian Kershaw du pouvoir de Hitler pour caractériser le régime nazi est à cet égard (...)

13Cette conception rationaliste et moderne d’un pouvoir désenchanté est en parfaite adéquation avec le type d’influence prêté à Jean Monnet dans le processus de construction européenne. Il n’est pas lieu ici d’ouvrir le débat sur la portée et les modalités du rôle historique réel de ce dernier. Il convient néanmoins de souligner comment, dans la définition du leader, se joue celle de l’espace politique auquel il est rattaché5. L’analyse du statut, des fonctions et des formes d’action du chef est indissociable de celles d’une part de la configuration dans laquelle il s’inscrit et, d’autre part, de la nature des relations qu’il entretient avec ses followers.

  • 6 Cf. notamment P. Fontaine, Jean Monnet, l’inspirateur, Paris, Grancher, 1988 ; E. Roussel, Jean Mo (...)
  • 7 A. Moravcsik, « A New Statecraft ? Supranational Entrepreneurs and International Cooperation », In (...)

14La place réservée à Jean Monnet dans l’histoire est ainsi étroitement tributaire de la vision de l’entité communautaire que nourrissent les observateurs. Les biographes du « Père de l’Europe6 », qui furent souvent ses proches collaborateurs et qui partagent dans leur grande majorité des convictions fédéralistes, insistent sur son importance déterminante pour mieux illustrer l’existence d’une dynamique d’intégration autonome. À l’inverse, des chercheurs d’obédience intergouvernementaliste comme Andrew Moravcsik s’attachent à relativiser le rôle des « entrepreneurs politiques supranationaux informel » dans un processus qu’ils conçoivent comme n’ayant jamais échappé au contrôle des dirigeants des États-membres7.

  • 8 H. Drake, Jacques Delors. Perspective on European leader, London, Routledge, 2000.
  • 9 J. MG. Burns, Leadership, New York, Harper and Row, 1978.
  • 10 G. Bossuat, « Jean Monnet : la mesure d’une influence », Vingtième Siècle, n° 51, Juillet-Septembr (...)
  • 11 K. Featherstone, « Jean Monnet and the "Democratic Deficit" in the European Union », Journal of Co (...)

15De même, la typification du leader permet de mettre en exergue la nature des rapports qui l’unissent à ses followers. Jean Monnet est souvent dépeint, à l’image de son épigone Jacques Delors, comme un « leader transformationnel8 ». Ce dernier concept, emprunté à Burns9, postule une communauté de fins entre le leader et les followers, les deux parties s’élevant à une dimension morale supérieure par leurs relations mutuelles. L’ambition est bien présente chez les apologues de Monnet de le poser en défenseur éclairé d’une cause européenne à laquelle il s’agit de convertir les citoyens pour dépasser le cadre stato-national obsolète et accéder à une nouvelle éthique politique. Mais le décalage persistant entre les vues des pionniers et des masses amène certains analystes à s’interroger sur le caractère démocratique des pratiques de Monnet. Les réponses apportées peuvent être mitigées10 ou ouvertement sceptiques11. Le modèle de leadership résume ainsi les ambiguïtés de la recherche de la légitimation populaire par les institutions européennes depuis leurs origines et caractérise du même coup l’espace politique auquel il se rapporte.

16La manière dont Jean Monnet est mis en scène comme figure d’autorité et de référence est par conséquent susceptible d’en dire beaucoup sur les acteurs et les structures qui l’instrumentalisent à leur profit. Son entrée au Panthéon le fait entrer dans cette catégorie particulière de leaders que sont les grands hommes, dont la tradition républicaine française a codifié les attributs symboliques.

Le grand homme

  • 12 M. Ozouf, « Le Panthéon. L’École normale des morts », dans P. Nora (dir.), « La République », Les (...)
  • 13 Ibid., p. 158.

17La mémoire organisée autour du grand homme comporte un certain nombre de caractéristiques qui ont été très clairement recensées par Mona Ozouf12. Elle est plurielle et diversifiée, le grand homme n’étant pas cantonné dans une sphère d’excellence mais faisant montre de ses vertus dans différents registres d’activités. Elle ne reconnaît aucune distinction d’origine ou de fonction, chaque grand homme prenant place au sein de la communauté de ses pairs dont le voisinage le confirme dans son rang. Elle est tardive, la solitude et l’indifférence des contemporains étant un passage obligé avant l’accès à la postérité. Elle est consensuelle pour consacrer le mérite personnel à l’exclusion de tout privilège hérité. Le grand homme n’est pas le roi bénéficiant de prérogatives arbitraires. Il n’est pas le héros témoignant par un exploit précis à l’instant salvateur de ses capacités miraculeuses. Son action relève d’un temps cumulatif où les résultats des efforts quotidiens dans tous les domaines de l’existence viennent couronner « une vie cousue d’une même étoffe13 ». La mémoire du grand homme est exemplaire. Elle déborde les chronologies officielles et les frontières politiques, en ce qu’elle touche à un absolu moral qui lui confère une valeur universelle. Elle peut donc s’inscrire dans une multitude de lieux. Elle fusionne enfin grandeurs publique et privée, réclamant de pouvoir mettre en scène son personnage sous toutes ses facettes.

  • 14 À titre d’exemple, sur seize photos recensées dans la presse à l’occasion de sa panthéonisation, M (...)

18À cette aune, Jean Monnet est un digne hôte du Panthéon. Confiné dans l’anonymat durant toute sa carrière, il est valorisé dans le dispositif commémoratif par les signes d’un incessant commerce avec les figures les plus marquantes de son époque qui l’adoubent comme l’un des leurs à travers la mise en exergue du beau nom d’« inspirateur14 ». Autodidacte, il s’est fait reconnaître par ses seules qualités personnelles. La légende souligne son caractère méthodique et laborieux, sa patience et son obstination en même temps que sa grande simplicité dans l’action comme dans l’intimité. Son personnage est marqué du sceau de la normalité, aux antipodes de celui d’un leader aux capacités extraordinaires. La liste de ses réalisations aux quatre coins du monde, étalées sur plus d’un demi-siècle, témoigne selon ses biographes officiels de la constance d’une œuvre au service de la paix et de l’entente entre les peuples. Jean Monnet a dès lors sa place dans la mémoire collective de l’Europe et même de l’humanité.

19La constitution de Monnet en grand homme découle en droite ligne de sa panthéonisation par l’État français, mais les institutions européennes apportent leur contribution à cette transformation à travers l’exploitation nouvelle qu’elles font du personnage au détour des années 80. Le travail symbolique effectué sur la représentation de Monnet se situe donc aussi bien au plan français que communautaire. Si les deux démarches poursuivent des fins bien distinctes, elles ne s’en retrouvent pas moins dans leur volonté de promouvoir une figure jusqu’alors tenue dans l’ombre.

Acteurs et enjeux de la recomposition d’une figure de leadership

20La célébration de Monnet en grand homme est le moyen d’ébaucher une révision des contours de l’espace politique et de tenter de la rendre effective aux yeux de l’opinion publique. Selon les visées de chaque acteur, les modalités d’exploitation de cette ressource symbolique varient. Il s’agit pour l’État français de signifier par la panthéonisation de Monnet l’appropriation républicaine de l’Europe, et pour les institutions communautaires de donner un visage à l’« Europe des citoyens » en gestation.

L’appropriation républicaine de l’Europe

21La panthéonisation de Monnet se présente comme la saisie du « Père de l’Europe » par le bras séculier de la mémoire nationale afin de le ramener dans un cercle patriotique des grands hommes remodelé pour l’occasion. Le discours du Président Mitterrand, fidèlement relayé par le dispositif cérémoniel et la presse, propose à ses compatriotes une reformulation de l’identité nationale en un double mouvement. La projection du « génie français », à travers le personnage de Monnet qui en constitue la quintessence, sur le processus de construction européenne permet de concevoir ce dernier comme l’accomplissement et le dépassement de la nation. Dès lors, le projet communautaire se trouve en retour pleinement légitimé et peut être intégré au cœur même de la liturgie républicaine, de façon à naturaliser cette nouvelle dimension de référence dans l’imaginaire collectif.

22Le rappel du parcours biographique de Monnet est l’opportunité pour Mitterrand d’esquisser l’évolution que suit et doit, selon lui, suivre l’identité nationale, et de mettre en scène la trajectoire qui a amené un pays défini par ses profondeurs à adhérer à l’idée européenne comme perspective d’avenir.

23D’emblée, le ton est donné : « Il y a très exactement cent ans, le 9 novembre 1888, Jean Monnet naissait à Cognac, en Charente, et sa vie qui fut longue et féconde raconte comment un petit provincial de Saintonge devint le premier citoyen de l’Europe ». De la province à l’Europe, en l’espace d’une vie d’homme… Mais l’homme en question n’est pas arraché à son village par un destin l’appelant vers d’autres horizons, c’est au contraire son enfance terrienne qui le prépare et le propulse aux plus grandes responsabilités dans le monde. « On ne comprendrait pas Jean Monnet sans une référence permanente au paysage de son enfance, à la nature de son sol, à un certain type de société où coopèrent depuis des générations viticulteurs, artisans, distillateurs et négociants, liées par une passion exigeante, scrupuleuse : celle de la qualité. »

24C’est l’expérience de son terroir et les voyages précoces découlant du négoce international de l’activité familiale qui forgent ce qui sera la méthode Monnet, ainsi enracinée dans une France profonde ouverte sur l’extérieur. « Ces trois leçons de sa jeunesse : prendre le temps sans dévier du but, s’adapter à son partenaire tel qu’il est, coopérer pour réussir, il les appliquera le moment venu aux affaires publiques. Mais pourquoi m’attardé-je sur ces commencements qui sembleront loin du sujet qui nous occupe ? Parce que je veux montrer que Jean Monnet n’est pas séparable d’une forme de civilisation où travail et perfection sont synonymes, où tout œuvre exige autant de soin que de respect. »

25Jean Monnet est la quintessence de cette forme de civilisation, et c’est d’elle qu’il a tiré la force et les moyens de ses hauts faits. Il l’exprime au mieux dans sa tension vers l’universel, à l’instar d’autres grands Français dont il rejoint en ce jour les rangs. « La cérémonie solennelle exceptionnelle qui nous réunit devant le Panthéon de nos gloires nationales en témoigne, Jean Monnet, comme d’autres l’avaient fait avant lui, selon les besoins du temps, les réalités de l’histoire et l’exigence de l’esprit, a porté plus loin l’effort et l’ambition d’un peuple dont la vocation est d’aller à l’universel. »

26En se réunissant autour de lui, la communauté nationale est invitée à prendre acte de cette volonté de faire vivre le « génie français » que l’officiant prête au grand homme et manifeste lui-même à travers l’acte d’hommage. L’œuvre et le discours de Monnet sont mobilisés comme des attestations que l’identité nationale ne trouve sa plénitude que dans l’ouverture et le dialogue avec les autres cultures. Et le salut à sa mémoire, geste intime de la nation auquel s’associent les partenaires au sein des institutions communautaires, devient l’affirmation que l’avenir ne pourra être que partagé. « Voilà pourquoi les Français en ce jour doivent se souvenir et savoir que d’autres aussi, qui se souviennent auprès de nous, sont ici : les représentants les plus hauts et je les en remercie, les représentants des peuples maintenant rassemblés pour une œuvre commune qui à la fois les accomplit et les dépasse. ».

  • 15 Dans les derniers mots de son discours, Mitterrand reconnaît à ces invités la double fonction d’ac (...)

27La transmutation de l’identité nationale est ainsi explicitement posée en termes de continuité. L’Europe est le prolongement naturel de la France, qui revendique du même coup une part prépondérante dans sa genèse et sa définition. De ce fait, la dimension politique communautaire se voit en quelque sorte « naturalisée » et peut être intégrée sans heurt dans le cérémonial républicain. À l’enracinement du projet européen dans la campagne française à travers la biographie de Monnet répondent la présence des invités délégués par les États-membres lors de sa panthéonisation (Von Weizsäcker, Kohl, Gonzalez, Soares, etc.15), les trois cent quarante jeunes venus de toute la Communauté suivant le catafalque dans sa montée vers le Panthéon et surtout l’immense drapeau aux douze étoiles recouvrant la façade du monument en lieu et place des trois couleurs traditionnelles.

28Cette incorporation de l’Europe dans l’univers symbolique national est fidèlement reflétée par la presse. Le Monde du 10 novembre 1988 titre ainsi « L’Europe au Panthéon ». La fusion des entités « France » et « Europe » semble totale, à tel point qu’elles se substituent l’une à l’autre comme dédicateur : « A Jean Monnet, l’Europe reconnaissante » annonce Le Monde du 11 novembre 1988, et le journaliste renchérit : « Et l’on eut l’impression, une fraction de seconde, que c’était bien toute l’Europe, représentée par trois cent quarante jeunes – drapeaux au vent – venus des différents pays de la Communauté, qui le poussait vers le Panthéon, temple laïc de nos Républiques ». Fusion aussi pour Le Croix du 9 novembre, dans un éditorial intitulé « La France épouse l’Europe» : « C’est la construction européenne qui rejoint ainsi, au mémorial de la République, l’école obligatoire de Jules Ferry, l’abolition de l’esclavage de Victor Schœlcher, la résistance de Jean Moulin et les droits de l’homme de René Cassin. Qui viendrait se plaindre de voir ainsi élever au rang de valeur républicaine une idée européenne qui doit beaucoup, mais pas seulement, à l’inspiration chrétienne ? Le Président de la République, à travers Jean Monnet, confirme d’une certaine manière que la France a définitivement lié son avenir à celui de la Communauté des Européens. »

29Mais si l’État français s’assure de la figure de Jean Monnet pour faire sienne la construction européenne, les institutions communautaires l’instrumentalisent également à leur profit.

La consécration d’une figure de proue pour l’Europe des citoyens

30Dans le cadre de la relance de la construction européenne au milieu des années 1980, de nombreux efforts sont faits pour y impliquer davantage les opinions publiques. La promotion d’un vecteur d’identification potentiel en la personne du « Père de l’Europe » s’inscrit dans cette perspective d’élargissement de l’assise démocratique des institutions européennes, ces dernières conservant toutefois une certaine circonspection dans l’exploitation de cette ressource symbolique.

  • 16 Cf. F. Dasseto, M. Dumoulin (dir.), Naissance et développement de l’information européenne, Berne, (...)
  • 17 L’hymne et la Journée de l’Europe sont adoptés par la Communauté en juin 1985, et le drapeau le 26 (...)

31Le renouveau de la politique de communication de la Commission16, les rapports successifs du Parlement européen sur la question, et surtout l’adoption d’un drapeau, d’un hymne et d’une « Journée de l’Europe17 » sont autant de signes d’une volonté de faire mieux connaître et aimer la cause de l’intégration européenne, dont l’audience demeurait jusqu’alors limitée aux milieux décisionnels et experts. Dans ce contexte, le centenaire de la naissance de Jean Monnet apparaît comme une opportunité à saisir pour mettre en exergue une figure emblématique jugée apte à donner un visage au projet communautaire.

32Jusqu’alors, le seul acte d’hommage de grande envergure avait été de lui conférer de son vivant le titre inédit de « Citoyen d’honneur de l’Europe » par un vote du Conseil européen en avril 1976. L’année 1988 décrétée « Année européenne Jean Monnet » voit fleurir de nombreuses initiatives qui concourent toutes à propulser le grand homme au premier plan. Dans le cadre précis de la commémoration, la Direction Générale X (DG X) de la Commission européenne édite une brochure intitulée « Jean Monnet, un grand dessein pour l’Europe » visant à célébrer son action et à souligner l’actualité de sa méthode. Dans le plus long terme, le nom de Jean Monnet est utilisé de façon toujours croissante comme un marqueur politique que les acteurs extérieurs sont invités à reprendre pour baptiser édifices publics, rues et établissements scolaires et que la Communauté mobilise pour « signer » son action. La maison d’Houjarray, rachetée en 1984 par le Parlement européen et transformée en musée, voit son activité se développer fortement.

  • 18 Entretiens avec l’auteur les 19-20 janvier 1999 et 16 avril 1999.

33Toutes ces opérations demeurent néanmoins empreintes d’une certaine retenue traduisant la faible expérience et les réticences latentes des institutions européennes dans une entreprise mémorielle de ce type qui les engage sur un terrain traditionnellement dévolu aux États-nations. Les fonctionnaires de l’unité Publications de la Direction Générale X de la Commission témoignent de leur souci de prévenir toute dérive, tant vers une mémoire savante confiant à leur administration une fonction d’historienne de la construction européenne à laquelle elle ne peut ni ne veut prétendre que vers une mémoire par trop militante qui les exposerait aux critiques18. La brochure consacrée à Jean Monnet comporte ainsi, contrairement à la majorité des publications de la DG X, la signature de l’auteur, ce qui permet à l’institution de relativiser son implication en se retranchant derrière une personne physique.

34Si la maison-musée d’Houjarray est la propriété du Parlement européen et si les coûts de l’animation sont assumés par la Commission, la gestion effective en est assurée par l’Association Jean Monnet, qui s’impose comme le maître d’œuvre de la politique de commémoration. Les institutions européennes délèguent la mise en valeur de l’héritage du père fondateur à des interprètes autorisés, proches, pairs, anciens collaborateurs ou biographes de Monnet qui siègent au sein de l’association.

35La mémoire du grand homme se révèle donc être une ressource précieuse, mais dont l’exploitation est trop lourde politiquement pour être effectuée en propre par les instances communautaires. L’introduction obligée d’une médiation souligne les limites d’une stratégie mémorielle menée au plan européen, tant par manque d’infrastructures ad hoc que par l’absence d’acteurs jugés suffisamment habilités à manier un symbole si puissant.

  • 19 On pourrait parler à cet égard d’une véritable « communauté de commémoration », comme le souligne (...)

36La mise en avant de Monnet à la fin des années 1980 est le fruit des efforts conjugués de l’État français et des institutions européennes19. Mais les fins poursuivies diffèrent, ce qui pose la question de savoir si un même support peut être utilisé au service de deux référents distincts sans susciter d’interférences dommageables. De quelle manière le grand Français peut-il coexister avec le grand Européen et contribuer à définir les contours d’un espace politique à plusieurs niveaux ?

L’articulation de la représentation du grand homme à son espace politique

37Par la mise en scène de son itinéraire biographique, la figure de Jean Monnet permet de reformuler le projet communautaire en l’inscrivant dans un espace et une histoire à sa mesure. Mais les caractéristiques intrinsèques du modèle de leadership représenté font osciller le discours mémoriel entre une excessive généralisation qui dilue la stratégie identitaire dans une rhétorique morale à portée universelle et une particularisation trop poussée qui subit la prégnance du prisme national. Finalement, c’est la pertinence même de la transformation du leader en grand homme qui est mise en cause.

Le grand homme, vecteur de reformulation d’une spatialité et d’une temporalité

38L’illustration par le texte et par l’image de la vie de Monnet dans la brochure « Jean Monnet – un grand dessein pour l’Europe » ou dans l’exposition de la maison-musée d’Houjarray est le moyen d’opérer une réécriture de l’histoire du processus d’intégration européenne, et de définir les relations des différents échelons territoriaux communautaires.

  • 20 P. Fontaine, Jean Monnet, un grand dessein pour l’Europe, Luxembourg, Office des publications offi (...)
  • 21 Ibid., p. 14.
  • 22 Ibid., p. 22.
  • 23 Ibid., p. 23.
  • 24 Ibid., p. 24.

39Le personnage du grand homme permet d’abord de synthétiser plus d’un demi-siècle d’efforts pour tendre vers l’unité européenne. Tous les actes fondateurs ou précurseurs de l’actuelle Communauté lui sont imputés. Selon la brochure de la DG X, il est bien sûr à l’origine de la note appelée à devenir la « déclaration Schuman » du 9 mai 195020, mais était dès l’avant-guerre à l’œuvre dans le cadre de la SDN et fut l’instigateur du projet d’union indissoluble franco-britannique après la débâcle militaire française en 194021. Il lui est attribué la paternité de la tentative d’instituer une Communauté européenne de défense22, du lancement d’Euratom et de la CEE23, de la création du Conseil européen24, etc.

  • 25 Ibid., p. 5.

40Ramasser toute une histoire en une biographie d’un leader célébré pour sa constance permet de poser la continuité du projet politique, de définir sa nature en référence à l’esprit des origines et d’affirmer sa vocation à se perpétuer dans le futur. La pensée de Monnet présidait à la naissance de l’Europe communautaire comme elle doit aujourd’hui rester la source d’inspiration de son développement. « Jean Monnet peut être considéré comme le père fondateur de l’Europe communautaire, celle qui, depuis 1950, se développe chaque jour sur la base des principes d’action et des objectifs qu’il avait inventés et fait concrètement avancer. […] Nous sommes tous les héritiers de Jean Monnet l’Européen et il nous appartient de faire avancer l’immense chantier ouvert dans l’histoire de notre continent25. » Cette filiation, énoncée sur le registre de la dette, est source d’une obligation morale de poursuivre son œuvre et cautionne en même temps qu’elle conditionne l’action de ses épigones.

  • 26 Ibid., p. 10.

41La récapitulation de la vie de Monnet ne permet pas seulement de légitimer le présent au nom du passé, elle définit le caractère inéluctable et la nature de nécessité impérieuse de l’unité européenne. L’anecdote figurant au dos de la brochure en témoigne : « Il y avait sur le bureau de Jean Monnet une photo qu’il affectionnait, celle des jeunes gens qui avaient entrepris de traverser le Pacifique sur un radeau de fortune, le Kontiki. En entamant cette traversée exaltante et dangereuse, les navigateurs savaient qu’ils s’embarquaient dans une course sans retour, qu’ils n’avaient d’autre choix que de d’avancer. Les Européens font de même. En jetant leurs forces et leurs espoirs dans l’aventure de 1992, ils brûlent les ponts qui les relient aux structures et aux habitudes d’un monde périmé. Ils s’apprêtent à franchir le cap du vingt-et-unième siècle ». Le moindre détail touchant au grand homme devient signifiant, et la réécriture de l’histoire laisse place à un récit prenant ses libertés avec la chronologie pour souligner l’exemplarité d’une vie. « La vie de Jean Monnet est riche de péripéties, qui nous apportent nombre d’enseignements sur la conduite à tenir, aujourd’hui et demain, pour faire progresser le processus d’intégration26. »

42Cet affranchissement du discours mémoriel vis-à-vis d’une réalité historique datée et ordonnée se traduit de manière analogue dans l’inscription du projet communautaire dans l’espace par l’articulation souple de représentations stylisées de chaque niveau territorial plutôt que par une hiérarchisation stricte du local, du national, du supranational et de l’universel.

  • 27 « Qu’il faille à la mémoire collective une inscription topographique, sans laquelle elle s’exténue (...)
  • 28 Le dossier de presse de l’Association Jean Monnet souligne que c’est dans cet édifice, acheté en 1 (...)

43La commémoration d’un grand homme s’accommode volontiers d’une multitude de sites. Mona Ozouf insiste sur la tension permanente qui se fait jour entre les « lieux de mémoire » officiels – choisis éventuellement de manière arbitraire27 – où s’organise la mise en forme du passé comme ressource politique, et la « mémoire des lieux », manifestation de la prégnance des souvenirs dans le cadre réel où le personnage a vécu. La maison d’Houjarray, près de Paris, où Jean Monnet a passé ses dernières années et s’est éteint, est la véritable place forte et le centre opérationnel du culte populaire du « Père de l’Europe ». Cette modeste chaumière au charme bucolique est présentée comme « la maison où est née l’Europe28 ». Pénétrer en ces lieux équivaut, selon les témoignages des visiteurs laissés dans les livres d’or, à revivre l’un ou l’autre des moments fondateurs au présent : « Pour ceux qui n’ont pu être à Rome. » L’édifice n’est pas seulement « un sanctuaire à la mémoire du Père de l’Europe », mais constitue « un patrimoine collectif pour tous les Européens, un espace magique “entre histoire et avenir de l’Europe”, un “nid magnifique pour un avenir collectif”, “le gisement où l’on puise les matériaux pour construire l’Europe”, “un lieu de mémoire et d’action” ». Les animations organisées entre ces murs (débats sur des thèmes d’actualité, conférences sur le système institutionnel communautaire, rencontres avec des députés européens en exercice) contribuent à en faire un atelier de réactualisation perpétuelle du souvenir et de production d’une symbolique toujours renouvelée.

  • 29 Ibid.

44Le lieu est perçu comme habité : « Il y a un souffle dans cette maison ». Le sentiment de la présence persistante du grand homme dans les murs est tel que les apostrophes directes à l’adresse de l’hôte imaginaire sont légion : « Merci Jean, pour cette grande visite que tu nous as offerte» ; « Merci pour ce que vous nous avez appris ». Le cadre qualifie dès lors le leader auquel il est voué. L’agencement du site tout entier est conçu pour connoter le personnage et son projet. Cela se traduit d’abord par le choix de conserver tel quel le mobilier d’origine afin de restituer l’authenticité de son défunt propriétaire : « L’intérieur est à l’image de l’occupant : simple, sans fioritures, fonctionnel. Le salon qui fait aussi office de bibliothèque est chargé de symboles qui collent à la personnalité du Père de l’Europe et dévoilent ses préoccupations, ses ascendances, voire sa vie privée29. » Il n’est jusqu’aux photos de l’exposition, montrant Monnet toujours en retrait, qui ne théâtralisent la stratégie d’effacement dont « l’Inspirateur » avait fait sa marque de fabrique : « Jean Monnet, un homme discret, à l’écart. Regardez les photos, regardez les images ! Mais quel homme ! ». Cette mise en scène travaille à opérer la fusion, aux yeux des visiteurs, entre l’esprit des lieux et l’ancien propriétaire : « Un homme, une maison, que la construction européenne soit à leur image, équilibrée, chaleureuse, simple.» ; « Cette maison symbolise la force des idées simples de Jean Monnet qui doivent conduire à la paix. » Le dépouillement du décor renvoie à l’humilité de celui qui n’est salué que comme un « homme simple ».

  • 30 La marque, rachetée par Henessy, n’a plus d’activité commerciale (visite à Cognac le 04/08/2001).

45Si Houjarray est le principal foyer d’une mémoire à destination d’un large public, la ferme de Dorigny, située en terre suisse près de Lausanne, abrite – à l’initiative du grand homme lui-même – une fondation portant son nom qui met ses archives à disposition des chercheurs et jour le rôle d’une institution de conservation érudite. Le fait qu’elle se situe hors du territoire communautaire illustre assez la difficile relation du « Père de l’Europe » à son périmètre d’action. Quant aux racines familiales véritables du personnage, Le Monde du 8 novembre 1998 témoigne à l’occasion de la panthéonisation que sa maison natale de Cognac ne comporte qu’une plaque commémorative apposée à la faveur de l’événement et que, si la bâtisse abritant la société des cognacs Jean-Gabriel Monnet est toujours debout, la famille n’a plus aucune part dans l’affaire30.

  • 31 Quelques exemples parmi d’autres de commentaires à ce sujet dans les livres d’or : « Un grand Char (...)

46La référence au « terrien » Jean Monnet n’en est pas moins le moyen d’ancrer la construction européenne dans le local. Mais si le discours de François Mitterrand devant le Panthéon fait allusion avec précision aux campagnes charentaises et si ces contrées suscitent une identification affective auprès des visiteurs français dans le propice cadre champêtre d’Houjarray31, le terroir mis en scène dans la brochure éditée par la Communauté européenne est beaucoup moins topique et renvoie davantage à un stéréotype qui peut faire sens dans toutes les cultures.

  • 32 « Le Français expatrié aux États-Unis s’est aussi soucié du sort de son pays au lendemain de sa li (...)

47Il convient de même que la nationalité du grand homme ne fasse pas obstacle à son acceptation par les autres États-membres. C’est donc la portée internationale de son action qui est constamment mise en exergue dans le discours communautaire. Il est souligné que c’est au moment même où Monnet, au plus fort de la deuxième guerre mondiale, se préoccupe des intérêts français, qu’il en vient à les inscrire dans une perspective élargie32.

48Car l’objectif est bel et bien de naturaliser l’échelon supranational comme niveau de référence prioritaire, et c’est à cette dimension qu’est associé Jean Monnet. Mais la qualification de l’entité communautaire est souvent imprécise, et l’œuvre du grand homme n’est pas assignable à un périmètre particulier, ainsi que le montrent les appréciations consignées dans les livres d’or d’Houjarray par le public ayant vu l’exposition consacrée à sa vie : « L’Europe, c’est l’avenir de l’homme» ; L’Europe est « l’antichambre d’une communauté mondiale» ; « maintenant, le monde…» ; « Il faudrait un Jean Monnet pour le Tiers-Monde» ; « Jean Monnet, un grand génie du monde des humains. Un homme tout simplement» ; etc.

49Cette vocation à l’universel conforte le statut de grand homme du « Père de l’Europe », mais suscite quelques doutes sur sa capacité à servir de symbole fédérateur pour légitimer une entreprise identitaire classique reposant par définition sur un jeu d’inclusion/exclusion, et par là même met en question la pertinence de mobiliser ce modèle spécifique de leadership qu’est le grand homme.

Le symbole Monnet traduit l’abstraction de l’espace politique communautaire

  • 33 Ibid., p. 25.

50L’ampleur des vues prêtées à Jean Monnet interdit de réduire son héritage à la seule construction d’une communauté politique historiquement et spatialement située. Par conséquent, lorsqu’il s’agit pour son « biographe officiel » de tirer le bilan de son action, le « Père de l’Europe » s’efface devant l’humaniste : « Ainsi était l’homme, qui a vécu et combattu pour faire avancer un seul idéal : favoriser l’entente entre les hommes, organiser l’action commune, établir le cadre d’une société internationale plus civilisée33. »

51Il devient dès lors difficile d’articuler un discours identitaire fondateur d’une appartenance autour d’une figure aussi ouverte. La promotion du symbole Monnet ne permet pas de résorber la difficulté que rencontre de manière récurrente le projet politique communautaire quand il entreprend de se doter d’un contenu précis, alors même qu’il ne mobilise dans son argumentation traditionnelle que des universaux qui ne lui échoient pas en monopole.

52Un autre aspect problématique de cette compétence trop généraliste du grand homme est qu’elle lui interdit d’acquérir une véritable épaisseur humaine en étant rattaché à un acte lourd qui lui soit exclusivement imputable. Monnet apparaît comme l’artisan d’une multitude de réalisations, mais dont aucune ne le définit comme l’auteur d’un geste définitif et dont il cède souvent le bénéfice de la notoriété à d’autres. Il n’est pas l’homme du 9 mai comme De Gaulle peut être celui du 18 juin.

  • 34 Signe révélateur de la faible notoriété du personnage auquel est dévolu le lieu, certains visiteur (...)

53À lire les livres d’or d’Houjarray, son statut de leader politique ne fait néanmoins pas de doute, ce qui n’allait à priori pas de soi concernant quelqu’un n’ayant jamais exercé de fonction élective : « Voilà ce qu’on peut appeler un grand homme, et c’est un politique. Un exemple à suivre» ; « Pour une fois qu’un homme politique a de bonnes idées. » Bien plus, il apparaît comme l’antithèse de l’image du technocrate que sa carrière menée dans l’ombre aurait pu lui valoir : « Bien des technocrates actuels feraient bien de se pencher sur le passé et de réfléchir sur ce qu’a fait ce grand homme avec sagesse et bon sens. » Pour autant, il demeure méconnu comme l’attestent les réactions des visiteurs. Hormis quelques randonneurs de hasard34, la maison-musée n’accueille que des pèlerins déjà gagnés à la cause européenne (militants associatifs, etc.) et des scolaires encadrés par leur établissement d’enseignement, ces derniers représentants plus de 60 % des entrées. Et pour la majorité, la rencontre avec Jean Monnet est une révélation : « Ce grand inconnu qu’est Jean Monnet» ; « Cet illustre inconnu ». L’enthousiasme semble d’autant plus grand que la découverte de l’importance de son rôle surprend : « C’est inouï que le fondateur de l’Europe soit si peu connu du grand public» ; « Quel grand homme de l’ombre ! » La reconnaissance de son œuvre n’a que trop tardé pour certains (« Huit ans pour le mettre au Panthéon, pourquoi si longtemps ? ») et reste pour d’autres encore à venir : « Un grand homme dont l’histoire parlera un jour. »

54La presse rendant compte de sa panthéonisation fait état de cette distance persistante dans la relation à celui qui apparaît comme une figure quelque peu désincarnée, notamment lorsqu’il s’agit de le mettre en scène par l’image. C’est le sentiment éprouvé par un journaliste lors du visionnage du documentaire « Jean Monnet, un message pour l’Europe » diffusé par FR3 peu avant la panthéonisation : « Il est des hommes sur qui l’image n’a pas de prise. Jean Monnet est de ceux-là. […] On admire plus qu’on aime. » (Le Monde, 6 novembre 1988). Et un confrère de surenchérir deux jours plus tard en cherchant lors de la visite de la ferme de Dorigny quelques effets personnels susceptibles d’humaniser « une figure en passe de devenir un pur concept », avant de conclure de manière lapidaire : « Un peu de chair ne peut faire de mal à l’Europe » (Le Monde, 8 novembre 1988).

  • 35 Les considérations idéologiques de ce type pour défendre ou critiquer l’attribution d’une subventi (...)
  • 36 Liste obtenue auprès de l’Association Jean Monnet en juillet 1999.

55Le symbole pâtit de l’abstraction du référent et ne contribue pas en retour à la diminuer. Mais une présentation plus vivante du personnage, pour autant qu’elle soit possible, conduirait vraisemblablement à insister davantage sur les spécificités de sa sphère culturelle d’origine, ce qui ne manquerait pas de heurter les opposants à une stratégie mémorielle jugée déjà faire la part trop belle à la France. Quelques députés européens justifient en effet leurs réticences à voter les crédits budgétaires dévolus à la maison-musée d’Houjarray en argumentant que, sur seize mille visiteurs annuels du lieu, on ne dénombre qu’environ dix pour cent de non-Français et qu’il s’agit donc d’un site d’intérêt d’abord national. Si cette position est surtout d’ordre idéologique, ces élus « eurosceptiques » étant avant tout rebutés par l’engagement fédéraliste de Monnet35, il n’en reste pas moins que le prisme national reste très prégnant dans la structuration d’une mémoire autour du Père de l’Europe. Ainsi, sur un total de soixante-sept établissements scolaires du second degré portant le nom de Monnet recensés, seuls six – soit neuf pour cent du total – sont situés dans un pays autre que la France36.

  • 37 Cf. M. Ozouf, op. cit., p. 174-175.

56Entre généralité abstraite et particularisation problématique, le personnage de Jean Monnet constitue un support symbolique d’un maniement plus complexe qu’il n’y paraît au premier abord. Mais ces caractéristiques (dimension morale prétendant à l’universalité, absence d’affectation spatiale exclusive et de spécialisation fonctionnelle, etc.) constituent somme toute les traits constitutifs de la figure du grand homme que dépeignait Mona Ozouf. Moins que ses propriétés intrinsèques, c’est donc l’opportunité même d’instrumentaliser un tel modèle de leadership dans le contexte de la construction européenne qui fait question. La volonté politique des institutions européennes d’impliquer davantage les citoyens dans le processus communautaire les a conduit à mobiliser des ressources symboliques traditionnellement employées dans la construction des États-nations. Ce choix peut être discuté tant dans la détermination des moyens que dans l’affirmation des fins. Le grand homme à la française se révèle être obsolète à bien des égards37. Il a de tout temps constitué un vecteur d’identification à double tranchant, comme l’atteste l’histoire mouvementée du Panthéon. Surtout, il ne peut fonctionner comme clef de voûte d’un système de représentations fondant l’appartenance que lorsqu’il est porté par des instances de socialisation assurant la diffusion de sa mémoire et sa clôture sur une version officielle appelée à devenir commune et incontestable, instances de socialisation dont l’entité européenne ne dispose pas en propre.

  • 38 « Jean Monnet – Un grand dessein pour l’Europe », op. cit., p. 8.

57Concernant les fins poursuivies, le modèle stato-national érigé si souvent en référence, de manière plus ou moins explicite et consciente, dans la construction européenne se révèle peu pertinent sur le plan identitaire au regard de la réalité d’un espace politique communautaire toujours en esquisse. Le projet légitimant est encore loin d’être une réalité. Monnet est donc tout à la fois une figure de fidélité et de promesse, un pari sur l’avenir au nom d’un devoir de mémoire. Il porte la rhétorique d’un changement indispensable pour conserver à l’Europe son rang et la rendre digne de sa mission civilisatrice historique. Le temps long, celui de l’héritage classique, autorise à s’arracher aux pesanteurs du passé immédiat de l’après-guerre pour jeter les bases d’un « nouvel humanisme38 » au travers d’une méthode adaptée aux conditions du moment. Mais la « méthode Monnet », constitutive du personnage, suscite des appréciations contrastées parmi les visiteurs d’Houjarray. D’un côté se rangent les admirateurs du visionnaire : « La transcendance est une idée fondamentale de l’Occident. Honneur à ceux qui la mettent en œuvre. Jean Monnet est l’un des plus grands. » De l’autre se massent les partisans du réaliste, qui l’emportent en nombre : « Il n’y a pas de mystère, il y a beaucoup de travail et beaucoup de peine… je vous assure.» ; « Félicitations à Jean pour toutes ces idéologies concrètes. » Et certains font la synthèse en s’inclinant devant « un pragmatique idéaliste ». Le leader éclairé est aussi un habile artisan et sa mise en représentation témoigne de l’ambiguïté d’une Europe qui existe au quotidien par ses institutions mais qui ne se définit qu’au futur, par ce qu’elle est appelée idéalement à devenir.

58Le grand homme, pourtant souvent ignoré avant de franchir le seuil de sa maison, fait cruellement défaut : « Il manque un nouveau Jean Monnet» ; « Qu’un autre Jean Monnet vienne» ; « Un Jean Monnet Junior pour continuer ? ». Mais le moule semble cassé qui a produit « un homme que personne ne vaudra jamais ». Faute de successeur, ce sont ses mânes qu’on invoque : « Il faudrait qu’il revienne, car on patauge un peu maintenant» ; « Si Jean Monnet vivait encore, que dirait-il, que penserait-il, que ferait-il devant la situation du pays et sa place en Europe ? Il aurait sans doute des idées de génie, tout en étant modérées, progressives pour relever notre pays qui n’a personne à l’heure actuelle capable de résoudre le chômage… ». Il est pris à partie pour juger de la pérennité de son œuvre, et c’est plutôt le sentiment de dévoiement qui domine : « Merci à Jean Monnet, mais l’Europe de 1996 est-elle vraiment la même ?» ; « Jean Monnet, reconnaîtrais tu ton enfant ? ». L’héritage semble trahi, à tel point qu’on en appelle au testateur contre ses légataires : « Jean Monnet, viens nous délivrer de l’Europe des capitalistes et des marchés financiers. » Et cette référence au passé contre le présent se prolonge par une interrogation prospective sur le futur : « L’Europe, il faut voir la suite» ; « L’Europe, c’est l’avenir, mais est-ce pour longtemps ?» ; « J’espère que nous saurons être dignes de vous. »

59La dette envers le grand homme n’est toujours pas soldée et rien n’assure qu’elle sera véritablement honorée. L’annonce de la panthéonisation sonne certes comme la réparation d’une injustice, comme un remords de son pays d’origine pour son ingratitude. Le Point du 7 novembre 1998 titre ainsi : « Jean Monnet : justice est faite, enfin ! ». Mais le sentiment prévaut très fort que ce geste de consécration ne pourra pas combler le gouffre existant entre le « Père de l’Europe » et ses concitoyens. L’anonymat qui fut le sien de son vivant et dans les premières années suivant son décès est appelé à perdurer : « Ses activités le conduisaient à arpenter les couloirs et à fréquenter l’ombre des antichambres. Et selon toute vraisemblance, une fois les portes du cénacle refermées, le silence va redevenir le compagnon fidèle qui l’escorte depuis 1979 » (Libération, 9 novembre 1988). Et certains vont jusqu’à s’interroger sur l’opportunité de cette panthéonisation. « Monnet au Panthéon ! À ceux qui l’ont bien connu, l’idée peut paraître à première vue paradoxale. […] Ce citoyen de l’Europe et du monde, ce familier des chefs d’État et des princes de la finance, était avant tout un paysan charentais ; toute sa vie, il s’était arrangé pour habiter la campagne ; il ne se mettait jamais au travail sans avoir marché une heure au grand air, avec ses grosses godasses, sa vieille canadienne et un de ses feutres à quatre sous. Comment ne pas conclure que le petit cimetière champêtre de Bazoches, non loin de Montfort L’Amaury, où il reposait près de son épouse et de son voisin Pierre Viansson-Ponté, était mieux adapté à son personnage que les voûtes glacées de la montagne Sainte-Geneviève ? » (Le Monde, 10 novembre 1988). Mais de nouveau, la cause transcende celui qui la porte et le justifie à titre posthume comme de son vivant : « Et on imagine assez volontiers (Monnet) esquissant un petit sourire à l’annonce de cette consécration suprême et s’en réjouissant, tout compte fait, parce qu’elle constitue, à n’en pas douter, un bon moyen d’attirer l’attention sur sa chère Europe » (Ibid.). L’homme s’efface une dernière fois derrière son projet.

Conclusion

60À travers l’exemple de Jean Monnet érigé en figure de proue de l’Europe politique en construction s’illustre l’étroite interdépendance entre un leader et la communauté qui se reconnaît – ou est appelée à se reconnaître – en lui. Les deux termes de la relation de pouvoir se définissent l’un l’autre : un quasi-inconnu est posé en héraut d’une cause ignorée ou mal aimée ; les commentateurs ne savent qui saluer, de la pragmatique ou de l’idéaliste, en la personne du pionnier d’une idée certes forte, celle de l’unité du vieux continent, mais dont les concrétisations institutionnelles semblent parfois trahir l’inspiration initiale ; celui qui est dépeint comme un homme de bon sens apparaît comme le meilleur porte-parole d’un projet d’union présenté comme dicté par la nécessité et défendu comme une évidence sans alternative ; l’acteur politique réputé cultiver la discrétion et la simplicité de son vivant incarne à merveille un processus d’intégration fonctionnel et désenchanté.

61Leader et territoire, compris ici au sens d’espace organisé par un système de pouvoir, se qualifient mutuellement. Il s’avère par conséquent malaisé d’articuler à une unique figure d’autorité deux référents territoriaux qui ne se subsument pas totalement. La célébration conjointe de Jean Monnet comme grand Français et grand Européen ne se fait pas sans que chaque système de représentations n’interfère négativement sur l’autre : l’œuvre accomplie au niveau continental par « l’Inspirateur » ne convainc pas totalement les Français de s’attacher à lui, et les autres peuples peuvent rechigner à s’identifier à un personnage trop connoté par sa matrice nationale d’origine. L’hypothèse du transfert d’un modèle de leadership d’une sphère politique à une autre montre ici ses limites.

62Plus généralement, ce sont la portée et les modalités d’un changement impulsé d’en haut par une action sur les représentations qui sont en question. La promotion de Jean Monnet comme clef de voûte d’un discours symbolique justifiant l’avènement d’un nouvel ordre politique au niveau national et communautaire est le signe de l’absence de déterminisme intrinsèque du matériau historique et culturel au fondement des identités collectives ; tout n’est pas possible mais rien n’est figé, les représentations sont suffisamment plastiques pour que des remodelages en profondeur puissent être tentés. La volonté des élites ne suffit toutefois pas à faire advenir un transfert des allégeances et une refonte de la vision du monde de l’ensemble des citoyens. Un détour par le symbolique permet de corriger une conception purement manipulatrice d’un pouvoir instrumentalisant les signes à son profit avec une totale efficacité, et invite à ne pas négliger la capacité de résistance passive des masses. Un leader n’en est un que s’il est suivi, et ne représente somme toute que les projections de ceux qui se reconnaissent en lui.

Notes

2 Libération, 9 novembre 1988.

3 Dans le registre journalistique, le leader est « l’article de fond, figurant généralement en première page », ce qui souligne indirectement l’importance de la dimension de représentation, la partie donnée à voir en priorité témoignant du tout.

4 L’anglais retient une acception très dynamique du terme. Un leader, c’est « one who or that which leads ; a guide, a conductor ; a chief, a commander ». La position hiérarchique et l’exercice de l’autorité ne sont cités qu’en second et s’effacent devant la fonction active d’entraînement et d’impulsion, comme l’attestent les exemples : « the leading counsel in a case » ; « the principal first violin of an orchestra ». Le renvoi à différents sens du verbe « to lead » accentue encore cette tendance : « to conduct, to guide by hand or by showing the way ; to direct the movements of ; to direct or induce by persuasion, instruction or advice ; to direct by example ». L’accent est davantage mis sur les effets produits à l’intérieur du groupe que sur ceux affichés vis-à-vis des tiers à travers un ordre des préséances. (Source : Giant Dictionary Cassell, 1993).

5 L’étude que fait Ian Kershaw du pouvoir de Hitler pour caractériser le régime nazi est à cet égard exemplaire. Cf. I. Kershaw, Hitler. Essai sur le charisme politique, Paris, Gallimard, (1991) 1995.

6 Cf. notamment P. Fontaine, Jean Monnet, l’inspirateur, Paris, Grancher, 1988 ; E. Roussel, Jean Monnet. 1888-1979, Paris, Fayard, 1996 ; F. Duchêne, Jean Monnet, the first statesman of interdependence, New York, Norton, 1994.

7 A. Moravcsik, « A New Statecraft ? Supranational Entrepreneurs and International Cooperation », International Organization, n° 2, Spring 1999, p. 271.

8 H. Drake, Jacques Delors. Perspective on European leader, London, Routledge, 2000.

9 J. MG. Burns, Leadership, New York, Harper and Row, 1978.

10 G. Bossuat, « Jean Monnet : la mesure d’une influence », Vingtième Siècle, n° 51, Juillet-Septembre 1996. « Monnet était-il démocrate ? Vincent Auriol, Président de la République, estimait que la politique économique et européenne était faite par Monnet […]. D’une certaine façon, Robert Schuman a concédé à Monnet le droit de faire la politique de la France. Dans d’autres circonstances, Monnet s’est saisi de l’espace d’intervention laissé libre par les institutions pour ses objectifs personnels qui, par volonté, étaient d’intérêt général. » (p. 82). Au niveau français, Monnet apparaît ainsi aux yeux de Gérard Bossuat comme un leader qui a la complaisance de se vouloir démocrate dans ses fins, mais qui se soucie moins de l’être dans ses pratiques.

11 K. Featherstone, « Jean Monnet and the "Democratic Deficit" in the European Union », Journal of Common Market Studies, vol. 32, n° 2, June 1994. Kevin Featherstone voit dans la « méthode Monnet » fondée sur l’élitisme et la technocratie la source de toutes les difficultés ultérieures de l’intégration européenne.

12 M. Ozouf, « Le Panthéon. L’École normale des morts », dans P. Nora (dir.), « La République », Les lieux de mémoire, Paris, Quarto Gallimard, 1997, p. 155-178.

13 Ibid., p. 158.

14 À titre d’exemple, sur seize photos recensées dans la presse à l’occasion de sa panthéonisation, Monnet ne figure seul qu’à six reprises, ce qui est faible dans un contexte propice à l’individualisation du grand homme. Il apparaît cinq fois avec des personnalités dans des attitudes semblant fréquemment signifier une relation de connivence et de respect mutuel qui témoignent de son appartenance aux plus hautes sphères décisionnelles. Il en est de même concernant les clichés choisis pour illustrer l’exposition dans la maison-musée d’Houjarray.

15 Dans les derniers mots de son discours, Mitterrand reconnaît à ces invités la double fonction d’accréditer Monnet comme grand homme et d’attester de l’existence d’un nouvel échelon politique de référence, le niveau communautaire : « Il est bon que tant de personnalités de l’Europe aujourd’hui communautaire soient venues ici parmi nous. Elles sont les bienvenues, elles sont surtout pour Jean Monnet les grands témoins, elles viennent ici affirmer que l’histoire a déjà reçu celui que nous saluons en ce jour où Jean Monnet entre au Panthéon. »

16 Cf. F. Dasseto, M. Dumoulin (dir.), Naissance et développement de l’information européenne, Berne, Peter Lang, 1993.

17 L’hymne et la Journée de l’Europe sont adoptés par la Communauté en juin 1985, et le drapeau le 26 mai 1986.

18 Entretiens avec l’auteur les 19-20 janvier 1999 et 16 avril 1999.

19 On pourrait parler à cet égard d’une véritable « communauté de commémoration », comme le souligne la brochure « Jean Monnet, un grand dessein pour l’Europe » (P. Fontaine, Commission européenne) qui énumère les acteurs unis dans cette entreprise consensuelle : « En décidant de déclarer 1988 Année européenne Jean Monnet, le Conseil européen qui réunit les chefs d’État ou de gouvernement de la Communauté européenne, a voulu rendre un hommage solennel à celui qui aurait eu cent ans cette année. Le Parlement européen et la Commission se sont joints à cet hommage. À l’initiative du Président de la République, le gouvernement français fait transférer, en novembre 1988, les cendres de Jean Monnet au Panthéon, où reposent les hommes les plus illustres du pays. » (p. 5).

20 P. Fontaine, Jean Monnet, un grand dessein pour l’Europe, Luxembourg, Office des publications officielles des communautés européennes, 1988, p. 23.

21 Ibid., p. 14.

22 Ibid., p. 22.

23 Ibid., p. 23.

24 Ibid., p. 24.

25 Ibid., p. 5.

26 Ibid., p. 10.

27 « Qu’il faille à la mémoire collective une inscription topographique, sans laquelle elle s’exténue, c’est alors une évidence. Mais il importe peu que le support de cette mémoire soit authentique, trace effective laissée dans le paysage par le grand homme […] ou artificiel. Le lieu de la commémoration des grands hommes est de toute manière d’institutionnalisation humaine, et n’importe quel lieu fera l’affaire, par conséquent. » M. Ozouf, op. cit., p. 161.

28 Le dossier de presse de l’Association Jean Monnet souligne que c’est dans cet édifice, acheté en 1944, que Monnet a conceptualisé et mis en œuvre le processus d’intégration : « C’est là qu’il a rédigé avec ses collaborateurs, dans les derniers jours d’avril 1950, les grands principes qui allaient servir de pierre angulaire à la construction européenne : la déclaration historique que Robert Schuman devait adresser à l’Europe le 9 mai, proposant la création de la CECA (Communauté européenne du charbon et de l’acier) et jetant ainsi les bases de la Communauté européenne. Dans son bureau, Robert Schuman, Walter Hallstein, Paul-Henri Spaak, Konrad Adenauer, René Pleven, Helmut Schmidt et tant d’autres ont échangé avec Jean Monnet leurs vues sur notre avenir commun. »

29 Ibid.

30 La marque, rachetée par Henessy, n’a plus d’activité commerciale (visite à Cognac le 04/08/2001).

31 Quelques exemples parmi d’autres de commentaires à ce sujet dans les livres d’or : « Un grand Charentais. Vive le cognac ! » ; « De la Charente viennent les grands hommes. » ; « Jean Monnet de Cognac et le Président Mitterrand de Jarnac : deux pères de l’Europe. » ; « Les Charentais, y’a que ça de vrai pour construire l’histoire, hein François ? ».

32 « Le Français expatrié aux États-Unis s’est aussi soucié du sort de son pays au lendemain de sa libération par les troupes alliées. […] Jean Monnet, nommé commissaire général au Plan, s’attache déjà à une réflexion qui dépasse les frontières de l’Hexagone. » (« Jean Monnet – Un grand dessein pour l’Europe », op. cit., p. 15). La photo qui le montre devant une carte de France couverte d’indices de production (p. 16) insiste moins sur sa nationalité que sur la nécessité de la penser dans un nouveau cadre.

33 Ibid., p. 25.

34 Signe révélateur de la faible notoriété du personnage auquel est dévolu le lieu, certains visiteurs se présentent dans l’intention de voir la maison du peintre Claude Monet. Surmontant leur déception quand on révèle la confusion dont ils sont victimes, ils reportent généralement leur curiosité sur le « Père de l’Europe » et repartent souvent convaincus : « Grâce à Claude Monet, j’ai rencontré Jean ». Ces erreurs, fréquentes dans les premières années, tendent à se raréfier sans néanmoins disparaître.

35 Les considérations idéologiques de ce type pour défendre ou critiquer l’attribution d’une subvention à une association sont monnaie courante au Parlement européen. Cf. Le Monde, 19 décembre 2000.

36 Liste obtenue auprès de l’Association Jean Monnet en juillet 1999.

37 Cf. M. Ozouf, op. cit., p. 174-175.

38 « Jean Monnet – Un grand dessein pour l’Europe », op. cit., p. 8.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search