Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Argumentation et discours politique

 | 
Simone Bonnafous
, 
Pierre Chiron
, 
Dominique Ducard
, 
et al.

Postface

Espaces

Maurice Tournier

Texte intégral

1Promesse faite par les promoteurs du colloque de « jeter un pont entre la tradition rhétorique et les théories actuelles du discours et de la communication », promesse tenue. La rencontre des disciplines a habilement enchaîné Aristote et Cicéron à Césaire et de Gaulle, la tribune antique à la scène télévisuelle, les figures du rhéteur aux techniques propagandistes, le mot à l’image. Sans provoquer le moindre tournis, tant l’effort d’argumenter pour persuader s’avère constant dans la cité des hommes. Et pourtant que d’espaces parcourus en quelques jours !

2En premier, l’espace du politique. Définition large : il est le lieu où l’on se parle sur un fond d’enjeux de pouvoir. Lieu qui n’est ni enfer (ordre imposé par la force) ni paradis (obéissance incontestée). Lorsqu’aucune contradiction n’est reçue, que le pouvoir tombe absolu, il n’y a plus de politique. « Le silence règne autour des trônes », disait Saint-Just. Entre le bruit des armes et le mutisme des acquiescements, le politique est l’endroit médiateur où l’intervention du langage s’efforce de réguler les affrontements et régler symboliquement les conflits. Il ne s’origine dans la guerre qu’avec des armes différées, celles des paroles échangées. L’espace du politique s’engendre dans celui de la communication.

3Qu’est-ce alors que l’espace de la communication politique ? J. Habermas propose un agir communicationnel qui serait non téléologique, c’est-à-dire « sans fin », aux deux sens de l’expression : sans but à atteindre et sans solution de continuité. N’est-ce pas lui qui permet aux messages de passer entre les membres d’une communauté et de fonder, dans l’intercompréhension, durablement l’espace public ? Mais cet idéal démocratique se heurte aux autres activations de l’homme. Habermas reconnaît : « La structure téléologique est fondamentale pour tous les concepts d’action ». C’est particulièrement le cas de l’agir stratégique et de l’agir dramaturgique, dont les finalités sont, pour le premier, le succès de l’être et, pour le second, le succès du paraître, tant il est vrai que le message politique vise à investir son destinataire à travers un message efficace et/ou une représentation de soi. Le parleur ne cherche pas à instaurer un dialogue désintéressé mais infiltre son désir de pouvoir dans les signes et images qu’il manipule. Y. Syntomer souligne la conscience de plus en plus prégnante, chez Habermas, de la « fragilité » du médium Communication et des « dynamiques contradictoires de l’agir communicationnel et de l’agir stratégique ». D’où l’ajout nécessaire du Droit, donc de l’État :

  • 2 Syntomer (Yves), La Démocratie impossible ? Politique et modernité chez Weber et Habermas, Paris, (...)

« La direction horizontale de l’interaction entre citoyens présuppose la dimension verticale de la relation encre les citoyens et l’État2 »

4On peut ainsi, avec les termes d’Habermas, définir la communication politique comme le champ d’expression régulé d’un agir communicationnel fondamental et pérenne, pris aux pièges de l’agir stratégique et de l’agir dramaturgique.

5Ces pièges forment l’espace du discours politique. Puisqu’au centre de l’espace public règnent les langages, médiateurs de l’intersubjectivité, l’art politique ne peut que consister - hors recours à la violence ou à l’hypnose... - dans l’appropriation des symboles qui forment ces langages. Cette appropriation s’effectue aux trois niveaux de la parole, de la langue et des langages eux-mêmes.

6« Prendre la parole » : c’est le premier degré. Une idéologie muette, un intérêt sans discours restent dans leur coin. On sait depuis l’origine que tout pouvoir est d’abord pouvoir de dire. Et cela commence par la saisie du skeptron, la conquête d’une place discursive et représentationnelle. Les médias, de nos jours, confèrent existence et légitimité au conquérant de parole. Être connu, premier pas pour être reconnu. La lutte politique commence à ce niveau : médiatiser.

7Mais cela ne peut se faire sans l’appropriation de la langue, c’est-à-dire de l’outil de l’intercompréhension. Non pas la langue hors enjeux, idéalisée par Saussure ou par Chomsky, mais celle de la « compétence communicative » en situation, les « façons de parler », dirait D. H. Hymes, mais aussi les clés les mieux ajustées, le discours porteur, les mots à dire ou à maudire, jouant des antériorités collectives qui les « habitent », usant des systèmes de rationalité ou d’analogie qui les relient. Bref, « prendre la langue », c’est s’efforcer de maîtriser le codage social propre à la communauté linguistique que vise le discours. En politique, il faut d’abord parler la norme des destinataires. Cela fait, le légitimé en parole pourra légiférer en langue, « faire la loi » c’est-à-dire devenir le dominant, à tout le moins un parangon, des consensus sur le dire et les valeurs.

8Aller plus loin est nécessaire. Il ne suffit pas de parler ni même de parler bien. « Prendre les langages », c’est s’emparer d’un esprit qui pense par des mots et des images, occuper une mémoire individuelle et les réflexes sociaux qu’elle commande, cerner les désirs. Et nous avons vu, pendant ce colloque, combien les répétitions et les alliances de termes ou de sons, les rythmes énonciatifs, les figures de style, les lieux communs, les superpositions et glissements de sens, les modèles historiques, les mythes etc., tendent à mettre en place, dans l’inconscient de nos mémoires, des automatismes de parole, de pensée, de sentiment, d’appréciation, de geste, de vote... Tel langage n’est-il pas tissé d’expériences modelées par toute une culture, dans l’assimilation par chacun des signes communs ? D’où ce rêve de conquérant : devenir l’hégémonique, à tout le moins une référence, de cette culture et de ces expériences.

9Tel est l’espace de l’argumentation. Définissons-la comme actes de communication orientés, qui, à travers l’occupation d’une place sociale légitimée par la prise de la parole, d’une norme consensuelle maîtrisée par la prise de la langue et d’une mémoire individuelle et collective investie par l’activation de tout de ce qui fait langage, poursuivent un but de pouvoir, lequel commande autant la forme que le fond. Bref, l’argumentation politique rassemble les outils de persuasion qui, au sein de l’espace communicationnel, répondent aux besoins d’un agir stratégique et d’un agir dramaturgique. Autant dire que tous les moyens sont bons.

10En dresser la liste ne ferait qu’appuyer l’évidence que le colloque n’a cessé de montrer : les multiples domaines de l’expression peuvent tous être mis à contribution, qu’il s’agisse des figures antiques de la rhétorique ou des mises en scène des shows politiques d’aujourd’hui. Argumenter pour persuader de quelque chose ou se faire prendre pour quelqu’un est une opération synthétique, « polysémiotique ». Certes il est nécessaire que l’analyste sélectionne, dans le fouillis des processus argumentatifs, tel ou tel aspect : le choix des mots, l’élaboration syntaxique, les images, les attitudes, les mises en valeur discursives, vocales, gestuelles, scéniques, les présupposés, les paralogismes, les emphases, les effacements, que sais-je encore ! On ne peut prendre tout d’un bloc. Et pourtant... Que le besoin se fait sentir d’une recherche tous azimuts s’efforçant, selon des systèmes d’analyse multivariable à mettre au point, de traquer ensemble les complices qu’un « pouvoir communicationnel » a su trouver dans les langages qu’il active à son profit !

Notes

2 Syntomer (Yves), La Démocratie impossible ? Politique et modernité chez Weber et Habermas, Paris, La Découverte, 1999, p. 274-282.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540