Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Argumentation et discours politique

 | 
Simone Bonnafous
, 
Pierre Chiron
, 
Dominique Ducard
, 
et al.

Cinquième partie. Le lieu commun de la dégénérescence du discours politique

22. « La dégénérescence du discours politique », un « lieu commun » de l’Antiquité et de la fin du vingtième siècle ?

Simone Bonnafous

Texte intégral

  • 2 Amossy (R.) et Herschberg-pierrot (Α.), Stéréotypes et clichés, Paris, Nathan, 1997.

1Répondre à cette question qui fut en filigrane de tout notre colloque suppose de préciser le sens de « lieu commun ». Nous ne prendrons ici « lieu commun » ni au sens aristotélicien du terme, ni au sens péjoratif des XVIIIe et XIXe siècles, mais au sens plus neutre d’« idée reçue », d’opinion socialement partagée, dont Amossy et Herschberg2 montrent qu’il correspond aujourd’hui à l’usage en sciences humaines.

  • 3 Ma connaissance fort inégale de ces deux périodes ne me permet évidemment pas de repérer les subti (...)

2En ce sens, la « dégénérescence du discours politique » semble un « lieu commun » pour l’Antiquité comme pour nos jours3.

  • 4 Je remercie vivement mes collègues et amis Pierre Chiron et Carlos Lévy d’avoir guidé mes lectures (...)

3Pour un lecteur peu familier des textes de l’Antiquité4 il est amusant de constater que dès le IVe siècle avant Jésus-Christ, l’idée d’un âge d’or de l’éloquence situé aux temps de Périclès, Solon et Thémistocle apparaît. Thucydide, Isocrate, Démosthène dénoncent la flatterie, les « beaux parleurs » et les « joutes d’esprit » qui dévoient la démocratie :

  • 5 Thucydide, La Guerre du Péloponnèse, III, « Discours de Cléon contre les Mytiléniens », XXXVII, tr (...)

« La faute en est à vous, mauvais organisateurs de ces joutes ; vous qui vous faites toujours spectateurs des paroles et auditeurs des faits, qui voyez les faits à venir d’après les beaux parleurs qui les donnent pour possibles et les faits passés d’après les critiques brillamment formulées, attachant ainsi plus de crédit au récit qu’à l’événement vu de vos propres yeux ; vous qui, pour être trompés par un argument neuf, n’avez pas vos pareils, ni pour renâcler s’il est déjà éprouvé ; esclaves que vous êtes de toute originalité, pleins de mépris pour la banalité [...] bref, des gens dominés par le plaisir d’écouter, semblables à un public installé là par des sophistes plutôt qu’à des citoyens qui délibèrent de leur cité5. »

  • 6 Tacite, Dialogue des orateurs, XXVI, trad. Henri Goelzer, Paris, Belles lettres, « Budé », 1922.

4La thématique est amplifiée à Rome, sous l’Empire chez Sénèque le Rhéteur, Tacite ou Quintilien, mais aussi à la fin de la République chez Cicéron. On trouve ainsi dans Le Dialogue des orateurs de Tacite, une évocation de la décadence de l’éloquence, réduite à la « déclamation », c’est-à-dire à la composition d’un discours fictif, et une revue des causes de cette décadence qui pourrait avoir été écrite aujourd’hui. On y dénonce « l’afféterie du langage, la futilité des pensées et le rythme trop libre des phrases6 et incrimine tout à la fois l’éducation des enfants que les mères n’élèvent plus elles-mêmes, mais confient aux servantes grecques et aux esclaves, le goût immodéré pour les divertissements du théâtre et du cirque, l’absence de culture réelle chez les jeunes, le manque de soin apporté à la langue.

5Ce sont les mêmes accents pessimistes et catastrophistes qui se font entendre au XXe siècle dans la plupart des essais traitant du politique.

  • 7 Cf. Paveau (A.-M.), « Œuvres littéraires et textes journalistiques : la querelle des implicites »,(...)
  • 8 Pour une présentation de l’œuvre de N. Postman et de son influence souterraine en France, cf. Nord (...)
  • 9 Finkielkraut (Α.), La Défaite de la pensée, Paris, Gallimard, 1987, p. 162.

6Chez les philosophes, c’est dans la filiation de l’École de Francfort et du situationnisme, et de leur commune critique de la massification et de l’industrialisation de la culture, qu’il faut situer un large courant de pensée qui n’aborde le discours politique qu’au sein d’une dénonciation plus générale de la déliquescence de la pensée. D’où un parallélisme frappant, entre ce que Marie-Anne Paveau a pu analyser de la littérature relative à la décadence de l’école7 et celle concernant le discours politique : mêmes auteurs et mêmes arguments. Aux États-Unis c’est à la fin des années soixante-dix et au début des années quatre-vingt qu’un disciple de McLuhan publie coup sur coup trois livres aux titres évocateurs : Enseigner, c’est résister, Il n’y a plus d’enfance et Se distraire à en mourir. Reprenant la théorie « mcluhanienne » des trois âges technologiques et de leur influence sur les modes de pensée et l’organisation sociale, Neil Postman lie culture de l’écrit et rationalité du discours continu, auxquels il oppose culture de l’image, de la fragmentation et des sentiments. Pour lui, cette évolution est globale et affecte aussi bien l’enseignement que l’information, le discours politique et même la prédication religieuse8. On retrouve ces idées dans l’essai de l’ex-« nouveau philosophe » Finkielkraut qui a largement contribué à répandre l’idée d’une « culture en pièces », caractérisée par le relativisme des idées et des valeurs, la fascination pour la jeunesse et la substitution de l’univers « des vibrations et de la danse » à celui du « discours »9. Et bien sûr dans le fameux Cours de médiologie de Debray qui reprend à McLuhan et Postman la division de l’humanité en trois phases technologiques et qui associe, jusque dans un tableau synoptique, décadence de la pensée, décadence de l’expression, décadence de la cité. Et le médiologue d’écrire :

  • 10 Debray (R.), Cours de médiologie générale, Paris, Gallimard, 1991, p. 279. On peut aussi voir dans (...)

« Les couples antagoniques Jaurès-Barrès, Blum-Tardieu, Benda-Maurras et même Thorez-Aragon versus de Gaulle-Malraux témoignent d’une solidarité rhétorique et mythologique qui les apparie plus qu’elle ne les oppose. Il y a plus d’affinités profondes entre Jaurès et Barrès qu’entre Jaurès et un leader socialiste d’aujourd’hui. Parce que Jaurès en vacances lisait le De natura rerum en latin, Thorez et Blum des morceaux choisis de Lucrèce en français, et l’éléphant socialiste du jour le best-seller de l’été et un quotidien en franglais10. »

7Nombreux sont aussi les analystes du politique qui reprennent tout ou partie de ces thèses, dénonçant les « petites phrases » auxquelles se résumerait aujourd’hui le discours politique, la brièveté des formats, le remplacement de l’éloquence et de l’argumentation par le marketing, le tout sur fond

  • 11 Duprat (Α.), « Iconologie historique de la caricature poltique en France », Hermès, n° 29, Paris, (...)

« [d’] affaiblissement des passions politiques dans l’opinion publique, lui-même lié au dépérissement de la chose publique face à l’émergence des pouvoirs économiques internationaux11. »

  • 12 Cotteret (J.-M.), Gouverner c’est paraître, Paris, PUF, 1997, 1re ed. 1991 et Achache (G.), « Le m (...)

8Parmi moult exemples possibles de cette vision pessimiste et crépusculaire, citons Cotteret ou Achache12.

  • 13 Sur la difficulté des journalistes et des politologues à mettre en cause leur propre profession, t (...)

9Journalistes politiques et politologues liés aux milieux politiques par le biais de l’« expertise en opinion publique » ne sont pas les derniers à dénoncer une dérive qu’ils attribuent surtout aux conseillers en communication ou au système médiatique dans son ensemble13.

  • 14 Cayrol (R.), Médias et démocratie : la dérive, Paris, Presses de Sciences Po, 1997, p. 61.

« Au total, de « coups » montés de toutes pièces pour un journal ou une radio aux clowneries pour émissions de divertissement télévisé, en passant par les petites phrases et la répétition d’une gestuelle d’acteur (l’index tendu, la lunette ajustée, l’oeil qui se mouille), on aboutit à une déréalisation de la politique à force de la vouloir proche. On est dans un monde où la volonté de séduction, disons le racolage, remplace l’essai de persuasion. Où la posture remplace l’argument. La communication politique ordinaire fait les basses œuvres de la démocratie, c’est-à-dire de la démagogie14 »,

10écrit Roland Cayrol, qui se présente lui-même comme directeur de recherche, directeur associé de l’institut de sondage CSA et collaborateur de plusieurs médias.

11Si l’on se limite à une approche descriptive, nous semblons donc en face d’un lieu commun éternel voué à la disparition et à la résurgence régulière, à chaque mutation importante des conditions socio-politiques de la rhétorique. Or, au-delà de l’apparente similitude, nous voudrions montrer maintenant que nous avons affaire à des versions assez différentes du même thème.

Antiquité : « la corruption de l’éloquence15 »

  • 15 Pour reprendre le titre d’un traité perdu de Quintilien.
  • 16 Paris, Belles lettres, « Budé », 1965, trad. Henri Lebègue.
  • 17 Ibid., § VIII.

12Dans un contexte où vie intellectuelle, philosophie, action politique et rhétorique sont intimement mêlés, y compris dans les cités hellénistiques et où l’activité oratoire est considérée comme la plus noble des activités civiques, c’est de « forme » qu’il est d’abord question dans les textes grecs et latins qui évoquent une éventuelle décadence. « Le sublime est peut-on dire, l’excellence et la souveraine perfection du discours » écrit l’auteur grec du traité Du sublime16. Et d’énumérer cinq sources de sublime, dont « le tour particulier des figures », « la noblesse de l’expression » et « l’agencement en vue de la dignité et de l’élévation du style17 », ce qui le conduit à critiquer très précisément certaines figures et certains rythmes :

  • 18 Ibid., § XLII.

« Rien ne rapetisse autant le sublime qu’un rythme de discours brisé et trépidant [...]. On estropie la grandeur quand on la réduit à trop de brièveté. Qu’on entende par là non pas l’expression concise bien à propos, mais tout ce qui est décidément court et haché menu : le style coupé mutile la pensée, la concision le conduit droit au but18. »

  • 19 Sur ce traité, comme sur Brutus, cf. Pernot, La Rhétorique dans l’Antiquité, Le livre de poche, 20 (...)

13Homme politique autant qu’orateur, Cicéron consacre son traité L’Orateur à critiquer le style « néo-attique », qui se développait alors et à défendre et théoriser sa propre conception de l’art oratoire, plus ample, plus musicale, plus brillante19.

  • 20 Ibid., § XLIV.

14Certes, il arrive que dans ces textes, le lien entre l’évolution du discours et celle du système politique soit signalé, mais c’est toujours sous une forme rapide et abusive. Au premier siècle après Jésus-Christ, alors que la Grèce est réduite au statut de province romaine, l’Anonyme n’envisage le rapport entre la démocratie et le génie, la liberté et le sublime qu’à travers la mention de l’avis d’un philosophe dont il ne précise pas le nom20. Il préfère, quant à lui, insister sur le rôle de la déchéance morale, l’amour de l’argent et du plaisir. Au début de l’empire romain, Sénèque procède de même dans Les Sentences, divisions et couleurs des orateurs et rhéteurs, n’évoquant les effets du régime politique que de façon implicite :

  • 21 « Préface », § 6 et 7, trad. Henri et Jacques-Henry Bornecque, Aubier, 1992.

« tout ce que l’éloquence romaine peut mettre à côté ou au-dessus de l’orgueilleuse Grèce a fleuri vers l’époque de Cicéron. [...] Puis chaque jour nous a emportés vers la décadence, soit par suite du luxe de notre époque [...] soit que, les récompenses attachées à cet art si beau ayant disparu, toute l’émulation se soit portée vers des occupations honteuses, que mettent en vogue des honneurs et des profits ; soit par une fatalité, dont la loi jalouse et éternelle veut que tout ce qui est parvenu au faîte retombe jusqu’en bas21.  »

15C’est sans doute chez Tacite, qui écrit le Dialogue des orateurs en plein Empire, qu’on trouve une des versions les plus explicites de l’hypothèse politique de la décadence de l’éloquence et nous renvoyons sur ce point à l’analyse qu’en fait Carlos Lévy dans ce même ouvrage. Quant à Cicéron qui assiste sur la fin de sa vie à l’éclatement de la guerre civile et au crépuscule de la République, il a l’intuition des menaces qui pèsent sur l’éloquence plus qu’il ne peut décrire de véritable décadence. Rappelons enfin que le thème était déjà présent bien avant l’Empire romain et avant même la domination macédonienne chez Thucydide, Isocrate et Démosthène et qu’il a toujours concerné aussi des formes non politiques de l’éloquence comme l’éloquence judiciaire ou littéraire.

L’analyse du discours politique contemporain : idéologies et argumentations

16Aujourd’hui inversement, la question de l’éloquence proprement dite est le plus souvent occultée, ou reléguée au second plan comme dans la littérature d’« essai » précédemment évoquée. Même si cette dernière affirme la mort du discours politique, voire de tout discours et de toute argumentation, elle traite rarement de l’éloquence, et dans tous les cas ne fournit pas de preuve empirique de sa thèse, sinon sous forme de prélèvements de quelques énoncés décrétés représentatifs « du » discours politique. Nous ne reviendrons donc plus sur ces textes et nous consacrerons maintenant à des travaux plus spécialisés.

  • 22 À quelques rares exceptions près ; cf. Cotteret (J.-M.) et al., 54470 mots pour convaincre, Paris, (...)
  • 23 Rousselier (N.), Le Parlement de l’éloquence, la souveraineté de la délibération au lendemain de l (...)

17En ce qui concerne les analyses du discours politique, qui sont particulièrement nombreuses en France, elles n’ont jamais placé les aspects stylistiques et rhétoriques au cœur de leur problématique22 C’est ainsi que Rousselier (1997), qui rédige pourtant un vibrant éloge « d’une forme de parole publique ordonnée par les règles de l’argumentation et devant laquelle le pouvoir avait à se justifier et à se définir23 », ne procède à aucune analyse précise des prises de parole des parlementaires qu’il cite. Nourri d’une étude minutieuse des débats et de la vie des groupes et des commissions, des textes de loi votés et des rapports du Parlement et du gouvernement, ce livre d’historien est plutôt une réflexion sur les difficultés — et les réussites — de la synthèse entre démocratie et parlementarisme, délibération et représentation, de 1919 à 1924. L’éloquence comme art du « bien parler » y est mentionnée, mais non point étudiée en tant que telle. Consacré au discours parlementaire français sur l’immigration, le livre récent de Francesca Cabasino ne se pose pas non plus la question de l’éloquence, bien qu’il s’agisse d’une véritable analyse du discours politique.

18La notion d’« éloquence » suppose en effet un jugement esthétique et normatif qui n’est ni dans la tradition des sciences humaines en général, ni dans celle de l’analyse du discours politique en particulier. Rappelons que cette dernière s’est développée dans la plupart des pays européens dans les années soixante et soixante-dix, dans un contexte scientifique et idéologique dominé par le structuralisme et la théorie des idéologies et qu’elle s’est construite en grande partie en se démarquant de l’analyse littéraire et d’une conception traditionnelle du Sujet, comme source du sens et de la pensée. Jusqu’aux années quatre-vingt-dix, la majorité des analyses du discours européennes n’ont donc pas porté sur les prestations individuelles des hommes politiques, mais plutôt sur des ensembles discursifs collectifs (éditoriaux de presse, textes de congrès...) ou sur des aspects structurels (le « nous » en politique, les fonctions de la négation, les métaphores du corps...).

  • 24 Cf. Bonnafous (S.) et Jost (F.), « Sémiologie, analyse du discours et tournant communicationnel »,(...)
  • 25 Dès les premières études quantitatives du lexique, on peut noter cette orientation pratique chez c (...)
  • 26 Cf. Perelman (C.) et Olbrechts-tyteca (L.), «Logique et rhétorique», Revue philosophique, 1950, p. (...)
  • 27 Cf. Amossy (R.), « Israël et les juifs dans l’argumentation de l’extrême-droite : doxa et implicit (...)
  • 28 Breton (P.), L’Argumentation dans la communication, Paris, La Découverte, 1996.

19C’est assez récemment, avec le retour en force des théories du sujet dans les sciences humaines et le développement des approches énonciatives et pragmatiques en linguistique que la performativité de la parole politique et ses moyens rhétoriques sont redevenus à l’ordre du jour de l’analyse du discours, et avec eux les termes de communication, argumentation et stratégies24. On en trouvera des illustrations, parmi bien d’autres, dans mes propres analyses des stratégies interactives de Le Pen ou de son usage de la dérision. Le plus souvent publiées dans un cadre scientifique, comme c’est le cas pour ces études du discours lepéniste ou pour les travaux du groupe Saint Cloud sur les élections présidentielles de 1988 et 1995, ces études peuvent aussi être mobilisées par les acteurs politiques et leurs conseillers, dans un objectif utilitaire25. S’inscrivant dans le prolongement de l’approche politique de l’argumentation de Perelman et Olbrechts-Tyteca26 certains chercheurs se centrent plus particulièrement sur la recherche des lieux communs, des idées reçues et des valeurs sur lesquelles se fonde tel ou tel type d’argumentation27. D’autres s’attachent plutôt à des types d’arguments et débouchent parfois sur une approche en termes de fallacies ou paralogismes. Si certains de ces travaux sont simplement descriptifs et permettent d’ailleurs de vérifier la constance des procédés rhétoriques de l’Antiquité à nos jours, une bonne part ont une visée dénonciatrice et démystificatrice, voire militante (d’où la quantité d’analyses argumentatives portant sur les discours racistes, nationalistes et d’extrême-droite), et se soucient d’éthique bien plus que d’esthétique. Le meilleur représentant de ce point de vue est sans doute Philippe Breton pour qui la valeur éthique de l’argumentation se mesure à la liberté que laisse l’orateur à son auditoire et qui place « la séduction par le style » et « l’esthétisation du message » parmi les formes de « la manipulation des affects ». S’interrogeant sur la place de la manipulation dans notre société médiatisée, Breton pose ainsi la question plus globale de la démocratie et de l’espace public28.

Questionnements actuels : espace public, argumentation et parole citoyenne

20Car en fait bien plus que d’une dégénérescence éventuelle de l’éloquence, c’est d’une dégénérescence de l’espace public et des conditions de l’exercice de la citoyenneté qu’il est question aujourd’hui dans les sciences humaines.

  • 29 Habermas (J.), « Préface à la dix-septième édition de L’Espace public », Quaderni 18, 1992.

21Nous n’avons pas l’intention de refaire ici en quelques lignes l’histoire du concept d’espace public et de ses avatars. Nous n’en rappellerons que ce qui est nécessaire à notre propos dans la mesure où le thème du discours politique et celui de l’espace public se recouvrent partiellement. À l’origine des débats actuels se trouve bien sûr le livre d’Habermas, L’Espace Public. Or, le propre de cette réflexion est de nouer inextricablement démocratie, espace public et parole politique au sens argumentatif et rationnel du terme et non pas oratoire. Certes, Habermas, dans sa seconde préface à l’Espace public, ne donne plus l’espace public bourgeois comme réfèrent idéal à partir duquel tout ne serait que déliquescence et dégénérescence. Certes, il renonce à parler d’un espace public unique et pense plutôt à un espace public polycentrique permettant aux acteurs de la « société civile » d’influencer directement ou indirectement le système adminisitrativo-politique. Mais demeure sa théorie normative de la démocratie fondée sur une « forme rationnelle de formation de la volonté », distincte d’un « compromis entre des intérêts irréductiblement en conflit29 ».

22Or, cet idéal d’un espace public politique fondé sur la critique et l’argumentation rationnelle rencontre l’idéal perelmanien d’une argumentation permettant de fonder la décision politique et morale en raison, sur un mode différent de la propagande, de la croyance et de la démonstration scientifique.

23C’est la confrontation entre ces théories et la réalité de notre pratique contemporaine du débat politique qui explique qu’aujourd’hui les sciences sociales ne se posent pas tant la question du « beau discours » et de l’éloquence que celle, bien différente, de la formation des opinions publiques démocratiques par la circulation des énoncés, des arguments et des témoignages dans les divers espaces publics. C’est dans cette optique que se situe une bonne part des analyses de la communication politique contemporaine, parmi lesquelles on peut distinguer trois approches différentes.

24La première est celle de la philosophie ou de la sociologie politique qui opposent deux définitions de l’espace public contemporain. Les uns, comme Ferry ou Wolton se fondent pour l’essentiel sur l’idée d’un élargissement de l’espace public grâce aux médias et sur l’idée que

  • 30 Wolton (D.), « La construction politique : construction d’un modèle », Hermès 4, Paris, Éditions d (...)

« les trois acteurs qui ont la légitimité à s’exprimer publiquement sur la politique [...] sont les hommes politiques, les journalistes et l’opinion publique au travers des sondages30. »

25À l’inverse, Bourdieu ou Champagne sont les meilleurs représentants d’une critique radicale de l’artificialité d’un espace public politique où hommes politiques, journalistes politiques et politilogues fabriquent eux-mêmes l’opinion à travers la commande, la fabrication, la publication et l’interprétation des sondages. Quelle que soit donc la position adoptée, la question du discours politique ou des énoncés politiques n’est pas traitée ou n’est pas abordée de façon concrète.

  • 31 Veron (E.), « Interfaces. Sur la démocratie audiovisuelle avancée », Hermès 4, Paris, Presses du C (...)
  • 32 Veron (E.), « Le séjour et ses doubles. Architecture du petit écran », Temps libre, 11, Paris, Édi (...)

26La seconde approche réunit des travaux qui, sans nier l’importance du verbe, se consacrent à l’image et au corps du politique. Les plus souvent cités sont ceux d’Eliséo Veron, qui soutient la thèse d’une « démocratie audiovisuelle avancée » où le « petit écran » est « le lieu où se construit le lien entre le citoyen et la cité31 ». Reprenant l’opposition peircienne entre symbole, icône et indice, il considère que la télévision permet un contact nouveau entre l’homme politique et le télépublic : « le politique [...] se joue dans le micro-échange, sollicite le décodage du corps signifiant32 ». On pourrait citer aussi les travaux de Marlène Coulomb-Gully et de Jean-Jacques Courtine qui en renvoyant l’une aux travaux de Kantorowicz sur la corporéité du politique dans les monarchies médiévales et l’autre à Machiavel et à Louis XIV soulignent, derrière les différences d’époque, les phénomènes de continuité.

  • 33 Mouchon (J.), La Politique sous l'influence des médias, Paris, L'Harmattan, 1998, p. 16.
  • 34 Ibid., p. 17.

27La troisième approche réunit des chercheurs comme Erik Neveu et Jean Mouchon qui travaillent sur des corpus d’émissions politiques dont ils analysent les conditions de production, l’organisation, la structuration, les thématiques, les participants, les rôles, le système des prises et des tours de parole, etc. Contestant la valeur démocratique d’un espace public politique audiovisuel qui « repose sur une conception asymétrique de l’interaction sociale33 » sans pour autant postuler l’existence d’un âge d’or imaginaire, ils ne se cachent pas non plus les risques de trivialisation que comporte l’intégration mal maîtrisée des citoyens ordinaires dans les émissions politiques. Postulant une demande « citoyenne » de renouvellement des « protocoles des émissions d’information et d’échange politique34 », ces analyses s’intéressent plus au rapport entre les différents statuts de parole présents sur les plateaux de télévision qu’aux discours ou aux énoncés politiques proprement dits.

  • 35 Esquenazi (J.-P.), Télévision et démocratie : la politique à la télévision française, 1958-1990, P (...)
  • 36 Ibid., p. 135.
  • 37 Ibid., p. 105 et 106.

28C’est sans aucun doute le livre d’Esquenazi (1999) qui représente la tentative la plus aboutie pour articuler réflexion sur l’espace public politique audiovisuel et analyse du discours. Analysant des échantillons d’émissions politiques toujours replacés dans leur contexte politique, intellectuel et télévisuel de 1958 à 1990, il en arrive à une conclusion mesurée. D’un côté en effet il valorise « le langage fleuri des gaullistes et la qualité de leurs arguments35 en comparaison de la télévision politicienne des années soixante-dix et quatre-vingt « qui fait mine de substituer la démonstration à l’argumentation » et remplace « la parole performative présentée comme expression d’une opinion » par « la parole performante présentée comme figuration de soi36 » ; de l’autre il s’interroge sur les possibilités d’une politisation inédite de la télévision dans la période actuelle. Il n’est pas dans notre intention de discuter ici les méthodes ou les thèses de ce livre qui mériterait beaucoup mieux qu’une rapide mention, mais seulement de souligner que J.-P. Esquenazi se fonde sur de tout autres critères que Mouchon et Neveu. Alors que ces derniers sont à la quête d’un élargissement de l’espace public politique télévisuel à d’autres acteurs que ceux qui sont actuellement sur les plateaux, lui, dénie toute représentativité aux non-politiques et fait passer les énoncés politiques au crible de l’« expressivité politique », c’est-à-dire de la capacité du porte-parole à « exprimer, au sens fort, les opinions, jugements, sentiments de son parti37 » et à construire comme destinataire le télépublic citoyen.

29Au terme de ce survol qui ne peut prétendre à l’exhaustivité, j’espère avoir suffisamment montré que derrière l’apparente similitude des discours antiques et de certains discours contemporains sur le sujet, l’identité n’est que de façade. Dans le premier cas, la question posée semble bien être celle de l’éloquence, aussi ample et philosophique que puisse en être la définition, alors que dans la période contemporaine ce sont les questions d’espace public, d’argumentation et de démocratie qui sont au cœur des débats.

Notes

2 Amossy (R.) et Herschberg-pierrot (Α.), Stéréotypes et clichés, Paris, Nathan, 1997.

3 Ma connaissance fort inégale de ces deux périodes ne me permet évidemment pas de repérer les subtilités et les nuances du thème dans les textes antiques, mais le texte ici présent de Carlos Lévy vient opportunément corriger ce qu’il peut y avoir de réducteur dans ma présentation des textes grecs et romains, que je ne prétends pas étudier en tant que tels, mais pour donner un peu de recul et de distance sur le lieu commun contemporain.

4 Je remercie vivement mes collègues et amis Pierre Chiron et Carlos Lévy d’avoir guidé mes lectures des orateurs grecs et latins.

5 Thucydide, La Guerre du Péloponnèse, III, « Discours de Cléon contre les Mytiléniens », XXXVII, trad. Jacqueline de Romilly, Paris, Belles lettres, « Budé ».

6 Tacite, Dialogue des orateurs, XXVI, trad. Henri Goelzer, Paris, Belles lettres, « Budé », 1922.

7 Cf. Paveau (A.-M.), « Œuvres littéraires et textes journalistiques : la querelle des implicites », Le Français aujourd’hui, AFEF, 2001.

8 Pour une présentation de l’œuvre de N. Postman et de son influence souterraine en France, cf. Nordmann (J.-T.), « Postman, l’école et la rhétorique face au défi des médias », Mesure, n° 3, Paris, José Corti, 1990.

9 Finkielkraut (Α.), La Défaite de la pensée, Paris, Gallimard, 1987, p. 162.

10 Debray (R.), Cours de médiologie générale, Paris, Gallimard, 1991, p. 279. On peut aussi voir dans cette tripartition une allusion - ironique et inversée — aux trois âges d’Auguste Comte.

11 Duprat (Α.), « Iconologie historique de la caricature poltique en France », Hermès, n° 29, Paris, Éditions du CNRS, 2001, p. 32.

12 Cotteret (J.-M.), Gouverner c’est paraître, Paris, PUF, 1997, 1re ed. 1991 et Achache (G.), « Le marketing politique », Hermès 4, Paris, Ed. du CNRS, 1989.

13 Sur la difficulté des journalistes et des politologues à mettre en cause leur propre profession, tout en se lamentant sur « la crise de la représentation », voir Neveu (E.), « La dynamique des médias dans la construction sociale de la « crise de la représentation » », L’Aquarium, Rennes, CRAP, 1992.

14 Cayrol (R.), Médias et démocratie : la dérive, Paris, Presses de Sciences Po, 1997, p. 61.

15 Pour reprendre le titre d’un traité perdu de Quintilien.

16 Paris, Belles lettres, « Budé », 1965, trad. Henri Lebègue.

17 Ibid., § VIII.

18 Ibid., § XLII.

19 Sur ce traité, comme sur Brutus, cf. Pernot, La Rhétorique dans l’Antiquité, Le livre de poche, 2000, p. 157-159.

20 Ibid., § XLIV.

21 « Préface », § 6 et 7, trad. Henri et Jacques-Henry Bornecque, Aubier, 1992.

22 À quelques rares exceptions près ; cf. Cotteret (J.-M.) et al., 54470 mots pour convaincre, Paris, PUF, 1976 ; Bonnafous (S.) et WILLEMS (D.), « État présent des études sur le discours gaulliste », Mots, n° 58, Paris, Presses de Sciences Po, 1982

23 Rousselier (N.), Le Parlement de l’éloquence, la souveraineté de la délibération au lendemain de la Grande Guerre, Paris, Presses de Sciences Po, 1997, p. 10.

24 Cf. Bonnafous (S.) et Jost (F.), « Sémiologie, analyse du discours et tournant communicationnel », Réseaux, n° 100, vol 18, 2000.

25 Dès les premières études quantitatives du lexique, on peut noter cette orientation pratique chez certains auteurs. Cotteret et al. (1976) présentent ainsi leur comparaison des lexiques de Valéry Giscard d’Estaing et de François Mitterrand : « M. Giscard d’Estaing parle vite, avec un vocabulaire limité. M. Mitterrand parle plus lentement, avec un vocabulaire plus riche. Quel est le meilleur moyen de convaincre les électeurs ? L’analyse des discours politiques par l’ordinateur permet de percer le secret des mots et de ceux qui les prononcent [...] Désormais, ce livre sera l’élément de référence indispensable à toute campagne électorale » (quatrième de couverture).

26 Cf. Perelman (C.) et Olbrechts-tyteca (L.), «Logique et rhétorique», Revue philosophique, 1950, p. 34 : « Aujourd’hui que nous avons perdu les illusions du rationalisme et du positivisme, et que nous nous rendons compte de l’existence des notions confuses et de l’importance des jugements de valeur, la rhétorique doit redevenir une étude vivante, une technique de l’argumentation dans les affaires humaines et une logique des jugements de valeur ».

27 Cf. Amossy (R.), « Israël et les juifs dans l’argumentation de l’extrême-droite : doxa et implicite », Mots, n° 58, Presses de Sciences Po, 1999 et Bonnafous (S.), « Les argumentations de Jean-Marie Le Pen », Revue politique et parlementaire, n° 995, 1998.

28 Breton (P.), L’Argumentation dans la communication, Paris, La Découverte, 1996.

29 Habermas (J.), « Préface à la dix-septième édition de L’Espace public », Quaderni 18, 1992.

30 Wolton (D.), « La construction politique : construction d’un modèle », Hermès 4, Paris, Éditions du CNRS, 1989, p. 30.

31 Veron (E.), « Interfaces. Sur la démocratie audiovisuelle avancée », Hermès 4, Paris, Presses du CNRS,

1989, p. 114.

32 Veron (E.), « Le séjour et ses doubles. Architecture du petit écran », Temps libre, 11, Paris, Éditions Temps libre, 1985.

33 Mouchon (J.), La Politique sous l'influence des médias, Paris, L'Harmattan, 1998, p. 16.

34 Ibid., p. 17.

35 Esquenazi (J.-P.), Télévision et démocratie : la politique à la télévision française, 1958-1990, Paris, PUF, 1999, p. 357.

36 Ibid., p. 135.

37 Ibid., p. 105 et 106.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540