Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Argumentation et discours politique

 | 
Simone Bonnafous
, 
Pierre Chiron
, 
Dominique Ducard
, 
et al.

Quatrième partie. Rhétorique politique et violence

20. Les mots de la violence, la violence des mots dans le discours politique français contemporain

Dominique Desmarchelier

Texte intégral

1Violence : « Abus de la force pour contraindre quelqu’un à quelque chose. » Dérivé du latin vis, le verbe violer dans ses premières acceptions évoque une

« action à laquelle on a recours pour agir de force sur quelqu’un de manière à enfreindre le respect qui lui est dû ».

  • 2 Angenot (Marc), La Parole pamphlétaire, Typologie des discours modernes, Paris, Payot, 1995, 2e éd (...)

2Exercer une violence revient donc à porter atteinte à ce qu’on doit respecter. Si le mot est fréquemment employé pour désigner une action physique, nous tenterons de montrer que les débats politiques, même les plus ritualisés, et c’est le cas de ce que nous avons observé à l’Assemblée nationale, sont souvent le lieu d’expression de la violence. Nous distinguerons ainsi une violence liée à la prise de parole (considérée en tant qu’acte), à l’interruption d’un orateur (violence qui nous semble ressortir de l’ethos et/ou du pathos), et une violence plus lexicale liée au contenu d’une intervention (violence directement liée au logos mais pouvant participer également du pathos). Ce dernier type, est-il besoin de le rappeler, a largement été décrit par Marc Angenot dans un ouvrage désormais classique consacré au pamphlet en politique2

  • 3 Angenot (Marc), op. cit., p. 250.

« Ce qui nous retient ici, c’est la coexistence dans le texte de l’argumentation et de l’agression, de l’enthymème et de l’injure, de la persuasion et de l’intimidation : ambiguïté fondamentale. Elle nous fait souvenir que l’argument peut être lui-même une forme de la violence3 »

Le corpus

  • 4 Bonnafous (Simone) et Desmarchelier (Dominique), « Quand les députés coupent le RESEDA », Mots,(...)
  • 5 JO du 4 novembre 1998, A.N., n° 94, « Compte rendu intégral des séances du mardi 3 novembre 1998 »
  • 6 Bonnafous (Simone), « Réflexions sur une étude de la communication gouvernementale », in Emergence (...)
  • 7 Dupuis (Gaëlle), Jean-Marie le Pen et Bruno Mégret, une idéologie, deux discours ?, mémoire de maî (...)

3Les premiers échanges que nous avons analysés4 s’inscrivent dans le cadre du débat politique contemporain, lors de la discussion du projet de loi « Relatif à l’Entrée et au Séjour des Étrangers et au Droit d’Asile » (désormais RESEDA). Cette loi est plus connue sous le nom de loi Chevènement, alors ministre de l’Intérieur. Nous examinerons également les propos venant interrompre la longue intervention de Christine Boutin au cours de la discussion sur le Pacte Civil de Solidarité (PACS)5. Pour compléter notre analyse, nous illustrerons d’autres formes de violences verbales contenues dans les discours de membres du gouvernement Jospin6 ou du leader du Front National7. En ce qui concerne ce dernier, nous avons délibérément choisi de ne lui consacrer que quelques lignes, tant les travaux sont riches et nombreux à son sujet.

Qu’est-ce qu’un propos violent ? Où commence la violence ?

4Il n’existe a priori aucun outil linguistique susceptible de permettre au linguiste de déceler des propos qualifiés de violents, si ce n’est une compétence lexicale qui lui fera classer tel mot ou tel syntagme dans ce champ sémantique. En paraphrasant la célèbre formule de Jean-Paul Sartre, on pourrait même faire l’hypothèse que « La violence, c’est les autres ». Les autres à travers le regard ou l’émotion qu’ils nous renvoient.

  • 8 Abélès (Marc), Un Ethnologue à l’Assemblée, Paris, Odile Jacob, « Opus », p. 233-234.

5Nous avons eu recours, dans un premier temps, au traitement lexicométrique appliqué aux huit séances de débat que les députés français ont consacrées à la question de l’accueil des étrangers en France. Rappelons que les discussions des élus de la nation obéissent, en principe, à une mise en scène très rigoureuse. Tout orateur doit préalablement avoir été inscrit. Le rôle du président de séance consistera dès lors à distribuer les tours de parole autorisés. Comme le signale avec une grande précision Marc Abélès dans l’étude ethnologique qu’il a menée à l’Assemblée nationale8 :

« Le règlement est utilisé pour ramener l’ordre dans un hémicycle où la tension peut rapidement monter, au point de dégénérer en violence. Mais notons qu’il y a aussi des niveaux de violence. Le chahut en est une des expressions qui peut prendre diverses formes. Par exemple un type de chahut consiste à interrompre sans cesse un orateur par toutes sortes d’interpellations qui vont du bon mot à l’utilisation d’une épithète proche de l’insulte. »

6Une constatation s’impose lorsqu’on observe le déroulement d’une séance : ce rituel est transgressé en permanence. Pour citer un premier exemple, le ministre de l’Intérieur est interrompu 131 fois lors de sa présentation du projet de loi. C’est bien ici l’ethos de l’orateur — au sens d’image qu’il construit de lui-même à travers son discours — qui est visé en premier lieu.

7Il nous a semblé intéressant d’isoler, dans notre traitement lexicométrique, le contenu de ces interruptions, afin d’en dégager la nature et la finalité. Deux motivations nous ont conduit à ce choix : des raisons quantitatives, liées à la fréquence de ces interventions non autorisées, mais aussi qualitatives : les arguments invoqués sont-ils de nature différente de ceux développés par les orateurs principaux ? En d’autres termes, le caractère spontané ou prétendu tel de ces interruptions, permet-il d’envisager que certains arguments — moins avouables — apparaissent là, qui ne pourraient figurer dans le discours plus contrôlé des orateurs régulièrement inscrits ?

La prise de parole autoritaire ou le degré zéro de la violence.

8Nous l’avons signalé en introduction, il semble que les règles parlementaires s’accommodent fort bien de cette transgression. Il n’est pas rare en effet de constater que de mini-débats s’engagent à la suite d’une interruption. La moindre invective donne souvent lieu à une contre-attaque émanant aussi bien de l’orateur que des membres de sa famille politique. On note que l’origine des interruptions peut quasiment s’inverser entre le début et la fin d’une séance. On passe d’une domination très nette du RPR au début, à une hégémonie du PS à la fin. Dominique Perben est ainsi plus interrompu par les députés de son propre parti (37 RPR) que par ceux de gauche (29 PS et 1 MDC) alors que Thierry Mariani, dernier orateur de droite de la même séance, n’est plus interrompu que par des socialistes (28), des communistes (2) et un radical de gauche. Tout se passe comme si la gauche, se sachant majoritaire à l’Assemblée, ne jugeait pas utile, dans un premier temps, de soutenir bruyamment son propre projet, puis changeait d’avis devant la combativité du RPR, qui soutient ses propres orateurs tout autant qu’il harcèle les autres. C’est même par tirs groupés que les députés de gauche interrompent le plus souvent T. Mariani en cette fin de séance :

« T. Mariani (RPR) :... La semaine dernière, vous bradiez la nationalité. Cette semaine, vous rouvrez très grand nos frontières à l’immigration.
G. Gouzes (PS) : Mensonge !
R. Le Texier (PS) : Ce n’est pas vrai !
J.-Y. Le Déaut (PS) : Ce qui est excessif est insignifiant. »

Quand convient-il d’interrompre ?

9Un premier critère est celui des modalités du surgissement de l’interruption. Celle-ci peut en effet apparaître à la fin d’une phrase de l’orateur principal ou au contraire le couper en plein milieu de son intervention. Dans ce dernier cas, le caractère de provocation ou de déstabilisation est souvent manifeste :

« J.-P. Chevènement (MDC) : Le flux est continu : il y a les conjoints, une petite partie des travailleurs réguliers sont des médecins...
C. Cova (RPR) : Qu’ils aillent soigner chez eux !
J.-P. Chevènement (MDC) :... il y a aussi des chercheurs, des étudiants, il y a enfin les réfugiés [...] »

10Dans cet exemple, l’orateur poursuit le fil de son discours sans prendre en compte les propos de l’interrupteur. Blanche-Noëlle Grunig, a nommé « effet Dourbie » — du nom d’une petite rivière souterraine qui traverse les Pyrénées — ce processus qui permet à un énoncé d’interrompre son cours, pour réapparaître à la surface du dialogue un peu plus tard. Bien plus, une première interruption ouvre souvent la voie (ou la voix) à un renchérissement argumentatif, jouant sur l’effet d'accumulation. La nature de l’intervention mérite d’être prise en compte. On assiste ainsi à une répartition des rôles au sein d’un même parti. En fonction du statut de l’intervenant, certaines prises de paroles pourront être qualifiées de discours d’expert (un ancien ministre), de parole citoyenne ou encore prendront valeur de témoignage.

11Le renchérissement permet parfois d’accentuer la critique de l’adversaire, comme si la formule interruptive permettait plus de libertés et d’audace que le discours autorisé. C’est le cas à trois reprises lors de l’intervention de D. Perben :

« D. Perben (RPR) : Cette politique ressemble étrangement à ce qui a été entrepris par vous-même ou vos amis tant en 1981 qu’après 1988 sur ces mêmes sujets.
C. Cova (RPR) : C’est Munich !
D. Perben (RPR) : Votre loi, si le Parlement l’adopte, entraînera inévitablement une augmentation de la population immigrée en France.
J. Peyrat (RPR) : C’est évident !
B. Accoyer (RPR) : C’est le but ! D. Perben (RPR) :... Cette suppression fait disparaître une occasion irremplaçable d’opérer des vérifications et de détecter des fraudes.
R. Cazenave (RPR) : C’est ce qu’ils veulent. »

12Avec l’allusion à Munich, C. Cova laisse entendre qu’on peut comparer la politique d’immigration de la gauche à une capitulation devant l’étranger, et donc l’immigration elle-même à une « invasion étrangère » ; accusation proche de la thèse que défend l’extrême-droite d’une « occupation » de la France par des populations étrangères hostiles.

13Les interruptions de B. Accoyer et de R. Cazenave vont même plus loin, puisqu’elles défendent l’idée que les socialistes ont l’intention délibérée de détruire la France. Là encore c’est une thèse d’extrême-droite qui est ainsi reprise par les interrupteurs RPR de D. Perben : celle du complot ourdi contre la France par les responsables de la politique de l’immigration.

14Les exemples de violence verbale que nous venons de citer pourraient être qualifiés de violence molle ou d’échanges à fleurets mouchetés, tant l’habitus parlementaire conduit les intervenants à se limiter dans leurs propos, ce qui n’exclut pas quelques dérapages comme dans l’exemple qui suit :

G. Gouzes (PS) : Si l’on vous suivait monsieur Estrosi, vous ne seriez même pas français !
C. Estrosi (RPR) : Et vous, vous ne méritez pas de l’être !
Le président : Ce genre de propos n’a pas à être tenu ici ! Gardons sa dignité à ce débat ! Je souhaite que vous retiriez ce que vous venez de dire !
C. Estrosi (RPR) : Monsieur le président, le rapporteur s’en est pris à moi directement en affirmant que je ne devrais pas être français !
Le président : Ce n’est pas du tout ce que j’ai entendu ! J’ai entendu cette affirmation venir de votre côté !
C. Estrosi (RPR) : Mes grands-parents ont mis trente-quatre ans, en faisant une déclaration sur l’honneur pour devenir français et je ne permets pas à monsieur Gouzes de contester qu’aujourd’hui je sois fier de l’être !
Le président : Ce n’est pas du tout ce que l’on a entendu ! La parole est à monsieur le Rapporteur.
G. Gouzes (PS) : Monsieur le président, chers collègues, je souhaite rectifier ce que vient de dire M. Estrosi.
Le président : Rapidement, je vous prie !
G. Gouzes (PS) : Alors qu’il s’agitait sur son banc, j’ai seulement fait remarquer que si à l’époque où son grand-père a voulu être français, ce dont je me réjouis, il y avait eu des personnes tenant le même langage qu’il tient, il ne serait peut-être pas français aujourd’hui. C’est tout ce que j’ai dit et je le maintiens.
Quant à M. Estrosi, il s’est adressé à moi en me disant que je ne méritais pas d’être français. Je lui ferai remarquer que je fais remonter mon arbre généalogique autour de 1 500, en France ! »

15Nous étudierons un deuxième corpus issu d’une discussion à l’Assemblée nationale, portant comme le précédent sur ce qu’on nomme un débat de société.

Débat sur le Pacte Civil de Solidarité (PACS)

  • 9 Ibid., « Entretien avec Christine Boutin, 13 janvier 1999 », p. 207.

16Il s’agit ici de la deuxième séance qui s’est tenue à l’Assemblée nationale le 4 décembre 1998. Madame Christine Boutin (UDF) est inscrite pour défendre la motion d’irrecevabilité. « J’ai fait l’expérience chez moi le dimanche [...] mon texte durait quatre heures et cela suffisait. Mais j’ai été interrompue de très nombreuses fois, donc ça a duré cinq heures et9 ». Son intervention commence vers 17 h 30, pour s’achever, après plusieurs interruptions de séance vers 3 heures du matin. Un chiffre nous semble confirmer les faits observés lors du débat sur la loi « Chevènement ». L’oratrice sera interrompue plus de 500 fois. La très grande majorité de ces interruptions émane de député(e) s de la gauche plurielle, qui a présenté la proposition de loi. Il est intéressant de noter qu’un grand nombre de ces interventions proviennent de femmes députées. Deuxième observation, les invectives se situent souvent dans les champs sémantiques de la religion et de la sexualité. Certes, ceci semble en conformité (et n’est pas pour nous surprendre) avec le champ même de ce projet de loi. On sait que la députée UDF a pris pour argument central que le PACS avait pour but réel de favoriser les mariages entre homosexuels, et d’affaiblir la famille, fondement de la société française. C’est donc sur ce terrain que l’oratrice sera attaquée.

« (Un député du groupe socialiste) : Intégriste !
Michel Lefait (PS) : C’est du racisme !
Catherine Picard (PS) : Vous êtes encore au Moyen Age, madame Boutin !
Yvette Roudy (PS) : C’est nazi comme jugement !
Odile Saugues (PS) : Ce n’est pas un discours, c’est un chemin de croix ! »

17À Christine Boutin qui rappelle (à propos de l’homosexualité) que « toutes les civilisations qui l’ont reconnue et justifiée comme mode de vie normal ont connu la décadence », on répond :

« Yvette Roudy (PS) : Sodome et Gomorrhe ! »

18L’oratrice est par ailleurs souvent interrompue au milieu d’une phrase :

« C. Boutin : [Ce projet de loi]... né dans les milieux homosexuels...
Véronique Neiertz (PS) : Qui ça, vous ? »

19Ou encore :

C. Boutin : Qu’est-ce que l’homosexualité...
Yvette Benayoun Nakache (PS) : Pouvez-vous nous faire un dessin ! »

  • 10 Pour la différence entre ces deux types d’arguments, cf. Perelman (C.) et Olbrechts-Tyteca (L.), T (...)

20Face au contenu de l’intervention qui traduit manifestement une violence idéologique, on assiste donc à la multiplication d’invectives, attaques ad personam (visant à disqualifier la personne de l’adversaire) ou ad hominem (portant sur l’opinion exprimée)10

Les mots de la violence

21Nous voudrions à présent aborder une autre forme de violence verbale, beaucoup plus directe donc aisément repérable, dans laquelle nous retrouvons les différentes figures de l’agression verbale définies par Marc Angenot. Si nous avons situé cette violence davantage du côté du logos, cela ne signifie pas pour autant que les mots utilisés ne cherchent pas à atteindre le pathos des auditeurs potentiels. Plusieurs discours prononcés par le leader du Front National lors de la fête Bleu Blanc Rouge, ou devant des cadres du parti ont servi à constituer notre corpus. Ici, point d’interruption, si ce n’est pour applaudir le tribun. Ici, aucune place laissée à l’improvisation. Chaque mot employé, chaque figure du discours, ont été savamment pesés avant d’être lancés à la foule. On observera que les cibles visées sont précisément les membres des partis présents au gouvernement ou à l’Assemblée nationale. On ne sera pas étonné d’apprendre que les principaux champs sémantiques présents dans les discours du leader du FN relèvent du chant guerrier, du cri de la victime, de la célébration des héros, de la défense de la chrétienté et enfin de la mort qui guette la nation et son peuple. On notera avec curiosité, que dès 1998, Bruno Mégret (encore membre du FN) évoquait davantage la famille, l’attachement au sol, la culture européenne et l’appartenance identitaire. Distribution complémentaire des champs disent les linguistes, répartition des rôles répondent les politiques.

  • 11 Taguieff (Pierre-André), La Force du préjugé. Essai sur le racisme et ses doubles, Paris, La Décou (...)

22Faire « bonne figure » devant ses militants, consiste d’abord à pratiquer l’hyperbole : « crime de non-assistance à peuple en danger de mort », « médias terroristes ». Puis vient l’argument de rétorsion, placé selon P.-A. Taguieff « au centre d’une stratégie culturelle de récupération des mots et thèmes de l’adversaire11 ». Ainsi, les expressions « gestapo médiatique», « émissions de la Propagandastaffel », créées par le leader du FN, ont-elles pour but de présenter le FN comme une victime des médias, en s’appuyant sur une rhétorique anti-nazi. Viennent enfin les métaphores, considérées comme les principales figures de l’agression en politique. « Les pays émergents, avant que la vague ne déferle sur les pays émergés, et peut-être demain submergés », « les torrents migratoires ».

  • 12 Ils ont l’un et l’autre démissionné depuis.

23Une vision quelque peu manichéenne, et donc partiale, pourrait nous conduire à penser que la violence verbale est l’apanage de l’extrême droite ou des éléments les plus radicaux de la droite parlementaire. Nous avons montré, dans le cas du PACS, que la gauche parlementaire pouvait également y recourir. Mais nous voudrions terminer par une analyse des propos tenus par deux ministres socialistes du gouvernement Jospin dans l’exercice de leur mandat12 : Jean-Pierre Chevènement et Claude Allègre.

De la violence verbale comme méthode de gouvernement

  • 13 Libération, 27 octobre 1999, p. 18, JPC (circulaire interne ministère) : « Vous devez mobiliser le (...)

24Le premier, ministre de l’Intérieur, tout en adressant des circulaires « musclées » aux fonctionnaires de son ministère, afin d’augmenter les contrôles et les reconduites aux frontières13 s’illustra notamment au cours de la campagne des élections européennes (janvier 1999 à octobre 2000). Sa cible principale fut Daniel Cohn-Bendit.

« Les Verts ont choisi d’aller chercher Cohn-Bendit en Allemagne pour faire des voix.
Daniel Cohn-Bendit, dont je ne conteste pas la verve, est un peu le représentant des élites mondialisées [...]. Ce qui m’exaspère chez Cohn-Bendit ! Son conformisme.
Cohn-Bendit mérite d’être combattu » (Le Monde, 12 octobre 1999, titre p. 9).

25Le 10 janvier 1999 sur le plateau de TF1, le ministre multiplie les attaques contre Daniel Cohn-Bendit allant jusqu’à prononcer son nom «con bandit », rappelant en cela une forme d’humour très « franchouillarde » qui consiste à déformer les patronymes à consonance étrangère. Coïncidence ou conséquence, les représentants des syndicats de la COGEMA attaquent violemment Daniel Cohn-Bendit lors de sa visite à l’usine de la Hague : « Rentre en Allemagne ». Ces invectives accompagnées de propos ouvertement antisémites seront même relevées par la presse. On rappellera qu’à la même période, Charles Pasqua (sénateur RPF), avec l’humour qui lui est habituel faisait circuler cette plaisanterie dans les couloirs : « À quoi reconnaît-on que c’est un Allemand ? Il revient tous les 30 ans ».

  • 14 Angenot (Marc), L’Ennemi du peuple. Représentation du bourgeois dans le discours socialiste, 1810- (...)

26Le glissement à peine caché d’une argumentation politique à des allusions xénophobes, constitue là un procédé classique de disqualification de l’adversaire. Contrairement à certaines idées reçues, ce procédé fut aussi bien utilisé par les premiers leaders socialistes utopiques au XIXe siècle, assimilant patronat, bourgeoisie et judaïsme14 que par la droite antisémite.

27La deuxième cible du ministre fut Dominique Voynet ministre de l’environnement et membre des Verts, comme D. Cohn-Bendit, à qui il reproche sa démagogie. Face aux reproches de D. Voynet :

« le discours compatissant vis-à-vis des délinquants est un faux discours de gauche... [un] discours de gauche sérieux [compatirait plutôt] avec ceux qui vivent dans l’insécurité » (Le Monde, 11 janvier 1999, p. 10).

28On se souvient également de la qualification des jeunes des cités « sauvageons » qu’il propose d’envoyer « dans des foyers hors du quartier ».

29Le bruit court même que lors d’un conseil des ministres, JPC après son rétablissement aurait glissé à D. Voynet : « Je crois bien que l’anesthésiste était de Dôle » (Libération, 24 juin 1999). Pour saisir pleinement le caractère perfide de cette remarque, il faut avoir à l’esprit deux faits importants : c’est sur la responsabilité d’un anesthésiste qu’on a fait reposer l’accident qui a failli causer la mort de JPC lors d’une intervention chirurgicale ; D. Voynet est elle-même anesthésiste de formation. L’amalgame ainsi opéré fait glisser la responsabilité du champ « opératoire » au champ politique.

30L’épilogue de ces diatribes aboutit à un jugement : un agent de la Cogema (La Hague) est passé la veille en tribunal correctionnel de Paris pour propos antisémites lors des incidents de janvier 1999 :

« Avec qui les Allemands vont-ils faire brûler leurs centrales ?
— Avec des Juifs » (Libération, 16 novembre 1999, p. 19).

31Certes, ces propos ne peuvent être imputés à Jean-Pierre Chevènement en personne, mais on fera remarquer que, plus que la violence des propos tenus par le ministre de l’Intérieur, ce sont les réactions qu’ils engendrent qui aboutissent à des propos racistes. On retrouve là les phénomènes souvent décrits à propos du leader du Front national qui, par ses propos, conduit certains membres ou sympathisants à des actes racistes.

32Un autre ministre, Claude Allègre, se signalera dès son entrée en fonction par une série de propos, souvent prononcés en aparté, mais repris immédiatement par les journalistes, ce qui aura pour conséquence de créer un climat de tension permanente avec les enseignants. Claude Allègre, il est vrai, sait rendre la métaphore vive, pour ne pas dire vigoureuse. Le 23 juin 1997, il annonce son programme lors d’une rencontre avec les syndicats :

« [il faudrait] dégraisser le mammouth [...] Éducation nationale trop souvent traitée d’armée rouge... [procéder à la] débureaucratisation d’une administration de 1 069 000 personnes » (Le Monde, 25 juin 1997, p. 1 et 9).

33C’est d’abord à travers des choix lexicaux appartenant au domaine dysphorique que le ministre engage le bras de fer avec les syndicats enseignants. « mammouth », « armée rouge », « débureaucratisation » (qui présuppose une bureaucratie existante).

34Vient ensuite un rappel à « l’ordre », au respect des « règles » (10 juin 1997 sur Europe 1) :

« Nous allons remettre de l’ordre très vite, rétablir des règles... » (Libération, 5 novembre 1997).

35Après une semaine de rentrée scolaire :

« On a étendu à l’Éducation nationale les règles de la fonction publique [...] Les enseignants ont quatre mois de vacances et, en plus, ils prennent leurs congés-formation sur la scolarité. » (Libération, 12 septembre 1997).

36À propos d’un prétendu absentéisme propre aux enseignants :

« Il y a beaucoup d’absentéisme dans l’Éducation nationale et il faut mettre fin à cela. 12 % d’absentéisme, c’est beaucoup trop. Il y a des gens qui considèrent qu’ils ont droit à des congés-maladie ? Pour moi, on n’a pas droit à des congés de maladie systématiques. » (Libération, 4 septembre 1997).

  • 15 Breton (Philippe), La Parole manipulée, Paris, La Découverte, « Poche », 2000, p. 78-80.

37Le ministre reconnaîtra le lendemain qu’il s’est trompé, en précisant que le taux d’absentéisme effectif avoisine les 6 %. N’est-on pas, dans ce cas, en présence de ce que Philippe Breton nomme « manipulation des affects15 ».

38Ce florilège s’achève sur des allégations à la limite de la calomnie :

« On a en France [...] seulement deux agrégés d’arabe. Conséquence : l’arabe est enseigné par des maîtres auxiliaires dont la moitié sont intégristes » (Université d’été du PS à La Rochelle, 30 août 1997).

39Enfin, lors d’une convention nationale de SOS Racisme (21 mars 1998), C. Allègre répond en ces termes aux réactions des établissements du 93 et du SNES-FSU :

« Il est plus facile de manifester que de retrousser les manches » (Le Monde, 25 mars 1998, p. 11).

40Critiqué par les syndicats, le ministre reçoit néanmoins le soutien de nombreux enseignants. En témoigne ce courrier adressé au journal Libération :

« Enseignant, fds, frère, neveu, cousin, oncle et père d’enseignant : « Oui, il y a de mauvais enseignants » » (Libération, 4 octobre 1997).

41« Volcano », comme on le surnomme dans son entourage, se manifestera ainsi par un franc-parler, politiquement incorrect, notamment vis-à-vis des syndicats enseignants, ce qui le conduira à quitter le gouvernement. Mais comme le rappelle le quotidien Libération : «... au PS certains pensent qu’Allègre est le kamikaze de Jospin » (12 septembre 1997, p. 4). Cela signifierait-il que, ce que le Premier ministre ne peut dire sous peine de compromettre son avenir politique, un autre ministre, issu du monde universitaire et souhaitant y retourner à la fin de son mandat, peut, lui, se permettre de l’exprimer, y compris en des termes très crus ?

42Jean-Pierre Chevènement et Claude Allègre seraient ainsi des représentants d’un modèle polémique peut-être en voie d’extinction :

  • 16 Angenot (Marc), La Parole..., ed. 1982, p. 320.

« Il se peut que nous assistions aujourd’hui à la « mort » de ce modèle polémique dont Bloy, Péguy, Bernanos, Berl ont successivement fourni le modèle et dont les Jean Cau et les Maurice Clavel seraient parmi nous des représentants « attardés » ; il est possible qu’au modèle du quidam pourvu d’un mandat dénonciateur, attaché à des formes de pathos et d’éloquence dépassées, un autre type institué de « critique radical [...] vienne se substituer, appuyé sur le prestige d’un savoir technique et non plus sur les vérités de la bonne foi et du courage individuel16. »

Epithète homérique ? Sous la qualification, la haine.

  • 17 Journée du CEDITEC (juin 2001) : Le Devenir du texte et l’avenir du livre à l’ère électronique.

43Nous pourrions, avec une certaine bonne conscience penser que le champ universitaire nous préserve des manipulations et de la violence verbale que nous avons pu observer dans le champ des politiques. Mais la violence, pour ne pas dire la haine cachée, est-elle l’apanage des politiques ? Il semble bien qu’à l’Université quelques relents de discours racistes n’aient pas totalement disparu, si l’on en croit les propos tenus par un éminent historien de l’écrit, lors d’un récent colloque de linguistique17. L’on put ainsi entendre nommer tel professeur « le-juif-X », tel autre « le-franc-maçon-Y », ou encore quelques compliments sur « mon-ami-le-protestant-Z ». On est bien loin d’« Aurore-aux-doigts-de-rose » ou d’« Athéna-aux-yeux-pers ». Il s’agit, évidemment des derniers vestiges d’une époque où le politiquement correct n’avait pas été érigé en principe général.

  • 18 Bonnafous (Simone), « Dérision — contestation, L’arme de la dérision chez J.-M. Le Pen », Hermès, (...)

44La frontière entre humour, dérision et violence est parfois difficile à tracer comme le montre l’article que Simone Bonnafous a consacré à cette question dans la revue Hermès (2001)18.

45En guise de conclusion, et pour prendre quelque distance avec le champ du politique, je voudrais m’interroger sur le caractère insidieux de certaines questions en apparence anodines. Je citerai, pour illustrer mon propos, cette discussion entre les deux grands chefs d’orchestre Herbert Von Karajan et Sir Georg Solti. Le premier, à qui l’on reprochait ses relations plus que douteuses avec le régime nazi interrogea, dans les années soixante, le second en ces termes :

« On m’accuse de ne pas aimer les juifs, c’est faux. Je compte parmi les musiciens du Philharmonique de Berlin de nombreux juifs, vous voyez bien... Et vous combien en avez-vous sous votre direction ?
— Je l’ignore. L’idée même de les compter ne m’est jamais venue à l’esprit ! »

Notes

2 Angenot (Marc), La Parole pamphlétaire, Typologie des discours modernes, Paris, Payot, 1995, 2e éd., 425 p.

3 Angenot (Marc), op. cit., p. 250.

4 Bonnafous (Simone) et Desmarchelier (Dominique), « Quand les députés coupent le RESEDA », Mots, n° 60, septembre 1999, p. 93-109.

5 JO du 4 novembre 1998, A.N., n° 94, « Compte rendu intégral des séances du mardi 3 novembre 1998 »

6 Bonnafous (Simone), « Réflexions sur une étude de la communication gouvernementale », in Emergence et continuité dans les recherches en information et communication, actes du 10e congrès national de la Société Française des Sciences de l’information et de la Communication, 10 au 13 janvier 2001, Paris, SFSIC.

7 Dupuis (Gaëlle), Jean-Marie le Pen et Bruno Mégret, une idéologie, deux discours ?, mémoire de maîtrise, Université Paris V-René Descartes, 1999.

8 Abélès (Marc), Un Ethnologue à l’Assemblée, Paris, Odile Jacob, « Opus », p. 233-234.

9 Ibid., « Entretien avec Christine Boutin, 13 janvier 1999 », p. 207.

10 Pour la différence entre ces deux types d’arguments, cf. Perelman (C.) et Olbrechts-Tyteca (L.), Traité de l’argumentation, Éditions de l’Université de Bruxelles, 4e éd., 1983, p. 148-153.

11 Taguieff (Pierre-André), La Force du préjugé. Essai sur le racisme et ses doubles, Paris, La Découverte, 1988.

12 Ils ont l’un et l’autre démissionné depuis.

13 Libération, 27 octobre 1999, p. 18, JPC (circulaire interne ministère) : « Vous devez mobiliser les services de police compétents pour procéder aux interpellations, qui sont actuellement en nombre insuffisant » ; « [...] niveau anormalement bas [de reconduites à la frontière] action méthodique et organisée » (Le Monde, 28 octobre 1999, p. 11) ; les Verts ont accusé JPC « de sonner la réouverture de la chasse aux sans-papiers » (Le Monde, 30 octobre 1999, p. 3), parlent de « circulaire odieuse » (Le Monde, 28 octobre 1999).

14 Angenot (Marc), L’Ennemi du peuple. Représentation du bourgeois dans le discours socialiste, 1810-1917. Vol. IV. Discours Social, Québec, 2001, 142 p.

15 Breton (Philippe), La Parole manipulée, Paris, La Découverte, « Poche », 2000, p. 78-80.

16 Angenot (Marc), La Parole..., ed. 1982, p. 320.

17 Journée du CEDITEC (juin 2001) : Le Devenir du texte et l’avenir du livre à l’ère électronique.

18 Bonnafous (Simone), « Dérision — contestation, L’arme de la dérision chez J.-M. Le Pen », Hermès, n° 29, Paris, 2001, p. 53-63.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540