Version classiqueVersion mobile

Argumentation et discours politique

 | 
Simone Bonnafous
, 
Pierre Chiron
, 
Dominique Ducard
, 
et al.

Quatrième partie. Rhétorique politique et violence

19. L’ennemi du peuple et l’agent de l’histoire : 1800-1914

Marc Angenot

Texte intégral

Les grands récits : une spécificité cognitive

  • 2 Mongin (O.), La Fin de l’histoire : les enjeux philosophiques de l’écologie, CRDP d’Auvergne, 1993

1Convenons d’appeler Grands récits les formations idéologiques qui se sont chargées de procurer aux modernes une herméneutique historique totale, balayant les horizons du passé, du présent et de l’avenir — le programme utopique qu’elles comportent y formant la pars construens d’une édification cognitive qui part d’une critique radicale de la société. Autour de ces doctrines se sont développées, depuis l’aube du XIXe siècle, des communautés militantes animées de la certitude de posséder une solution aux injustices du monde, un remède global déduit du diagnostic des vices sociaux et de leur cause ultime. « La démocratie est une société qui croit pouvoir se débarrasser du mal », définit Olivier Mongin2 si c’est exact, le socialisme ne fut que le programme avancé de la démocratie, car dès avant 1848, il s’est décrit lui-même comme le projet qui délivrerait totalement du mal :

  • 3 Greppo, Catéchisme social, ou exposé succinct de la doctrine de la solidarité, Paris, 1848, 5.

D. — Qu’entendez-vous par socialisme ?
R. — La doctrine [...] qui veut, par la mise en pratique de la loi humanitaire, faire disparaître de la société les maux qui la déchirent3

2Les Grands récits présentent dans la modernité une spécificité cognitive. Ils s’inscrivent dans un canevas argumentatif et narratif récurrent et déploient un mode spécifique de déchiffrement du social. Des réformateurs romantiques aux idéologies de masse du XXe siècle, les deux siècles modernes ont connu l’éternel retour d’une pensée militante caractérisée par une logique qui va du diagnostic des maux à l’exposé d’un remède conforme à la nature humaine et aux « lois » du progrès, et enfin à l’annonce démonstrative de la chute imminente de la société inique et de l’instauration d’une société juste, heureuse et immuable. Le « long XIXe siècle », qui va à mon sens de 1802 à 1914, a été le laboratoire d’une invention idéologique foisonnante — invention qui demeure cependant contenue dans un cadre de pensée spécifique, dans un canevas narratif-argumentatif indéfiniment réutilisé. La propagande socialiste révolutionnaire qui en forme le plus gros bloc a répété inlassablement ses démonstrations, ses accusations, ses réfutations et ses prédictions.

3Je me propose de décrire ici un secteur de ce vaste enchaînement cognitif : les topoi et les figures récurrentes de la représentation du Suppôt du mal social, de l’Ennemi du peuple et, en contraste, la représentation du Sujet mandaté par le bien. Je puiserai mes exemples sur plus d’un siècle, depuis les faiseurs de systèmes romantiques, Saint-Simon, Fourier, Cabet et les écoles ou sectes qui ont diffusé leurs doctrines sous la monarchie de Juillet jusqu’aux théories et propagandes socialistes, syndicalistes d’action directe, anarchistes et à la profusion de « mouvements sociaux » du début du XXe siècle. Si l’on veut construire un objet historiquement pertinent, il faut prendre dans sa continuité ce système discursif et ce type épistémique qui s’instaurent avec les premiers « prophètes sociaux » romantiques, perdurent à travers les militantismes de masse du siècle suivant et se décomposent avec leurs illusions perdues.

Sociomachie

  • 4 Gohier (U.), L’Armée contre la nation, Paris, 1899, vii.

4Tout Grand récit narre la lutte perpétuelle entre deux Principes — narration qu’il est permis de qualifier de conception manichéenne du social : « Il y a plus de cent ans qu’elle dure, cette lutte, car il y a plus de cent ans que la Révolution et la Contre-révolution sont aux prises avec des fortunes diverses4 » — lutte qui ne doit se terminer que par la victoire totale du bon camp. Les adversaires des Grandes espérances, désireux de suggérer que ces doctrines n’avaient rien de moderne, n’ont pas eu de peine à replaquer sur elles des termes archaïques et chargés de religiosité, Anges et Démons, Ormuzd et Ahrimane, Jérusalem et Babylone, descendances d’Abel ou de Caïn — paradigme qui se rencontre chez le mystique calabrais Joachim de Flore au XIIe siècle mais que les premiers socialistes récupèrent sans gêne. Plus tard, il faudra gratter le palimpseste où s’écrivait le conflit des Prolétaires et des Capitalistes, mais du temps des prophètes romantiques, la source demeurait lisible. Ainsi parle le communiste Etienne Cabet vers 1840 pour illustrer la thèse de l’éternité des luttes sociales :

  • 5 Cabet (E.), Système de fraternité, Paris, 1849, 3.

« Selon la tradition biblique, les hommes se sont divisés dès le commencement en deux camps : celui des Abels ou des justes [...]. Et celui des Caïns ou des assassins qui en vertu de leur force ou de leur ruse sont devenus maîtres et possesseurs de tout. [...] Le Père éternel maudit ces individualistes et ces assassins qui reconnurent d’ailleurs avoir mérité d’être exterminés5

5Nul besoin pourtant de remonter à la Bible : si les premiers socialistes voient le monde divisé en deux camps, c’est qu’ils transposent le modèle qui fut l’instrument et la légitimation des luttes bourgeoises de 1789. De fait, tout au long du XIXe siècle, les bourgeois radicaux ne seront pas moins manichéens — simplement leur division en deux camps de la société ne sera pas la même :

  • 6 La Marseillaise, 4 janvier 1889, 1.

« D’un côté, les ennemis de la liberté, de la Révolution, de la République. De l’autre, le Parti républicain uni6. »

  • 7 Littré (E.), Conservation, révolution et positivisme, Paris, 1852, 289.

6C’est une singularité française que cette partie marchante de la classe dominante qui ne cesse de se légitimer en se référant à une lutte grandiose entre le bien et le mal, « Dieu et le roi d’un côté ; la République et l’Humanité de l’autre », ainsi que l’écrit Emile Littré, doctrinaire du positivisme (lequel fut pour quelques générations la version « bourgeoise » des Grands récits)7 La lutte où il se voit engagé contre « la réaction » génère une rhétorique dont la véhémence n’a rien à envier aux brochures révolutionnaires. Eugène Pelletan s’adressant à un éminent prédicateur sous l’Empire, le R. P. Félix, lui promet une lutte sans fin :

  • 8 Pelletan (E.), Le Monde marche. Lettres à Lamartine, Paris, 1857, 357.

« Vous le voyez, mon Révérend Père, il n’y a entre vous, fils d’Ignace de Loyola, et nous, fils de la Révolution française, aucune transaction, aucune entente possible. [...] Le même sol ne saurait nous porter ; suivons donc de part et d’autre notre destinée, vous vers le passé, nous vers l’avenir. À vous, la mort, à nous, la vie ! À vous, la nuit, à nous, la lumière8 !

7Car la lutte entre deux camps est toujours inscrite sur le vecteur du progrès. Je lis dans un journal de 1848 ceci, qui articule expressément progrès et sociomachie binaire :

  • 9 Le Salut du peuple, 5, 1850, 3.

« Le progrès est engendré de la lutte éternelle entre ce qui est et ce qui devient, entre le génie du bien et le génie du mal9. »

  • 10 Réveil des mineurs, Saint-Etienne, 22 novembre 1890, 2.

8Cinquante ans plus tard, le socialisme se définira comme la prochaine issue de « la lutte du monde de demain contre le vieux monde10 ». La religion du progrès, c’est celle de M. Homais, mais aussi celle de Victor Hugo, moins voltairien mais partageant la même « foi » moderne mâtinée du vocabulaire ancien, et la même grandiloquence :

  • 11 Avant l’exil 1841-1851, Paris, 1875, 388.

« Sachez-le bien, celui qui nie le progrès est un impie, celui qui nie le progrès nie la providence, car providence et progrès, c’est la même chose11 ! »

91789 est la coupure qui force chacun à choisir son camp. Cela s’intime aux Français sous Louis-Philippe :

  • 12 Flotte (Paul Louis François René, vicomte de), La Souveraineté du peuple. Essais sur l’esprit de l (...)

« Il faut donc choisir entre la donnée sociale de Grégoire VII et le dogme nouveau ; cela est dur, je le sais, on aimerait mieux attendre mais il le faut. Voici la formule : Spiritualisme, catholicisme, Eglise et Papauté — ou bien panthéisme, socialisme, humanité, liberté12»

10« Socialisme », mot neuf et un peu flou, mais que l’essayiste oppose ici à « catholicisme »... Il y a deux camps et ils forment bloc, on ne peut panacher les éléments de l’un et de l’autre, voici le message. Un demi-siècle plus tard, le vieux politicien radical Alfred Naquet, rejoignant pendant l’Affaire Dreyfus le Parti socialiste, explique qu’il n’y a plus que deux voies divergentes, progrès ou réaction :

  • 13 Naquet (Α.), Temps futurs. Socialisme, anarchie, Paris, 1900, 333.

« Le socialisme est l’ennemi vers lequel convergent toutes les forces du passé. Donc il doit être l’ami vers lequel convergent toutes les forces de l’avenir13. »

  • 14 Bulletin Fédération jurassienne, 3 juillet 1875, 1.

11C’est qu’avec l’Affaire, plus que jamais, la sociomachie française a perçu le pays comme l’affrontement de deux « foules », celles des scélérats et des élus — bien entendu l’autre camp avait loisir d’inverser cette axiologie avantageuse. Au bout du compte, le discours militant retrouve la conclusion des antiques fanatismes et lui emprunte ses mots auxquels il croit donner un sens « moderne » : « Hors de l’internationale point de salut... Tout ce qui n’est pas AVEC nous est CONTRE nous14 ! ! ! »

12Les réactionnaires avaient aussi leurs deux camps comme instrument d’herméneutique sociale. C’étaient l’Ordre et l’Esprit de désordre, l’Eglise et la Révolution. Rien n’était plus aisé à un prêtre réprouvant, à la suite de Pie IX, le « modernisme » que de reprendre les termes d’une lutte métaphysique :

  • 15 Noël (Abbé Léon), La Judéo-maçonnerie et le socialisme, Calais, 1896, 6.

« Il y a dans le monde deux cités : la Cité de Dieu et de son Christ ; là régnent l’amour, la vérité, la justice ; et la Cité de Satan, séjour maudit du mal, du mensonge, de la haine. Entre les deux cités, il y a lutte sans trève15. »

13Les proto-fascistes — la citation suivante de 1888 donnera quelque pertinence à cette catégorie, absurdement controversée par quelques historiens — en déplaçant la lutte de deux classes vers la guerre de races combinèrent aisément le vieux manichéisme et les nouvelles sociomachies en substituant aux exploités et exploiteurs les Aryens et Sémites :

  • 16 La Vérité sur le boulangisme, 57.

« Je définis le boulangisme le réveil de la race, du sens français, le dégoût du Juif sous toutes ses formes. [...] Le boulangisme n’est pas une question de politique, c’est une question de nationalité, de race ; le boulangisme, c’est le réveil du Français autochtone et producteur contre le Juif naturalisé et parasite16. »

Sujet et anti-sujet

14Puisque la société est partagée en deux camps, va se déployer le récit de l’affrontement des deux champions éthiques. Ce schéma — avec son Sujet mandaté et porteur du Remède — se retrouve dans les idéologies de tous bords. Je veux dire quelques mots en général de cette légitimation du Sujet du Grand récit, qui va me servir à introduire par contraste l’éthopée de l’Ennemi de l’humanité.

15Dès qu’apparaissent de grands systèmes sociaux, les réformateurs romantiques partent à recherche de celui qui sera l’Agent du changement historique. Pour les saint-simoniens, il avait nom l’industriel :

  • 17 Saint-Simon, Œuvres, 1841, 2.

« la classe industrielle doit occuper le premier rang parce qu’elle est la plus importante de toutes ; parce qu’elle peut se passer des autres et qu’aucune autre ne peut se passer d’elle17. »

16Le Sujet se reconnaît essentiellement au fait qu’il a une Mission reçue de quelque Realissimum. Je me réfère ici à la pensée d’Erich Voegelin qui a caractérisé l’essence de la modernité comme tenant à l’apparition de « gnoses » élevant, dans un monde sans transcendance, ce qu’il nomme un Realissimum, une Idole plus-que-réelle — l’État, la Production économique, la Science, la Race et le Sang, la Nation, la Classe. Les « religions politiques intramondaines » déplacent la transcendance en construisant en ce monde une hiérarchie des choses et des êtres surmontée par un Plus-que-réel. Comme aux idoles barbares, divers boucs émissaires doivent lui être sacrifiés tandis que des « hommes nouveaux » sont entraînés à le servir et connaîtront par là le bonheur.

  • 18 Race, xxv.

17Tout Grand récit identifie donc son Sujet collectif pour en narrer l’épopée. Il est des Grands récits jugés réactionnaires : on constate qu’eux aussi ont en leur centre un Sujet au service d’une mission qui le dépasse. Le fameux « anthroposociologue » montpelliérain Vacher de Lapouges regrettait que sa grande découverte, celle de la Mission planétaire de la Race dolichocéphale-blonde lui ait été prise par les nationalistes allemands : « On ne se débarrasse pas, en feignant de l’ignorer, grommelait-il, d’une idée-force aussi puissante que celle de la Mission des Aryens ; et si on ne l’utilise pas, on peut être sûr qu’un autre s’en servira. » De fait18 !

  • 19 Pillot (J.-J.), Histoire des Égaux, Paris, 1840, 9.

18La Mission échue au Sujet consiste toujours en un renversement total. Le militant — le Sujet — trouve sa gloire et sa force dans la démesure de cette mission. « Il ne s’agit de rien moins que de changer la surface du globe, expose un icarien de 1840 avec aplomb. Communistes, à nous a été réservé l’accomplisssement de cette œuvre immense19 ! »

19La Mission du Sujet entraîne deux corrélats topiques : le consentement au martyre et la certitude de vaincre.

  • 20 La Femme dans le passé, le présent et l’avenir, trad. de l’allemand, Paris, 1891, 373.

« Si nous succombons, écrit le vieux leader allemand August Bebel, nous tomberons avec la conscience d’avoir fait notre devoir d’homme et avec la certitude que notre but sera atteint, quels que puissent jamais être les efforts des puissants, hostiles aux progrès de l’Humanité20. »

20Le Sujet est courageux, désintéressé, conscient, impavide. Il veut venger les faibles et apporter le bonheur aux hommes, les scélérats le haïssent, quoi de plus normal ? Plus on le persécute, plus il est confirmé dans le fait qu’il suit la juste voie et n’est inspiré que par l’amour de l’humanité.

21Les esprits sceptiques ont ironisé sur la bonne conscience du militant. Dès le début de ce qui commence à se nommer « socialisme », elle se dit avec un aplomb naïf. Cabet en 1840 invective un adversaire :

  • 21 Système, op. cit., 178.

« Vous n’êtes pas communiste ! Vous êtes trop ignorant, trop égoïste, trop faible ou trop corrompu pour vous élever jusqu’à la pratique de ces vertus21... »

22Le militant a choisi le bon camp, des ennemis innombrables mais moralement disqualifiés l’assaillent ; impavide il lutte, il vainc ou succombe :

  • 22 Le Défi, 3 février 1884, 1.

« Nous ferons la guerre à toutes les injustices, à toutes les turpitudes, à toutes les palinodies, les yeux toujours fixés sur cet idéal de bonheur que nous entrevoyons22. »

23Le discours socialiste-révolutionnaire institue un sujet immunisé contre toute accusation d’égoïsme, dévoué, trop dévoué (fatalement un jour imbu de l’arrogance de se sentir meilleur). Le militant est habité d’une foi qui fait de lui le « combattant du droit », il est héroïque mais surtout désintéressé.

  • 23 Tribune socialiste (Bayonne), 23 août 1908, 1.

« Il croit en l’Avenir, en la transformation de l’ordre capitaliste. Le scepticisme décourageant qui ronge l’âme bourgeoise ne l’atteint pas. Il veut vivre et lutter pour voir la joie du monde23 »

  • 24 Payn (L.), La Science propagandiste immanente, Paris, 1896, 5.

24Il appartient enfin à une « avant-garde » qui seule possède la vérité et qui avance vers l’avenir « le flambeau de la vérité en mains, éclairant et montrant la route à des millions d’ilotes24. »

25Enfin le Sujet du Grand récit trouve une ultime légitimation — paradoxale mais constitutive d’un récit qui va du mal présent au bien futur — dans le fait qu’il est présentement une Victime écrasée. C’est un moyen typique de dépassement du ressentiment passif. Le Grand récit narre une métamorphose où la Victime, prenant conscience de l’iniquité, prononce la sentence au nom de l’histoire et se fait l’Agent de la délivrance générale. Cet épisode-clé est ce qui comble dans l’idéologie la discordance entre le réel dégradant et l’imaginaire social. L’Agent de l’histoire absorbe en lui et en sa mission la toute-puissance de la société inique qu’il affronte ; c’est de la force actuelle de cette société qu’il tire la certitude de sa puissance prochaine.

La lutte des classes

26Dans le Récit socialiste, il n’est non plus que deux classes qui s’affrontent — quoique la façon dont leur affrontement est thématisé est mouvante, complexe. Qu’il n’y ait que deux classes dans la société capitaliste, c’est la thèse que l’accord universel des écoles socialistes a conduit le militant à recevoir avec la foi du charbonnier. Du XIXe au XXe siècle, l’endoctrinement militant oppose invariablement exploiteurs et exploités, fainéants et travailleurs, ceux qui vivent d’un revenu volé et ceux qui vivent de leur « sueur », mais ceux-là, c’est aussi le petit nombre et le grand nombre. Ce qui était dogme de la religion saint-simonienne devient plus tard démonstration marxiste scientifique :

  • 25 Deville (G.), Cours d’économie sociale. L’évolution du capital, Paris, 1884, V, 9.

« Les forces productives modernes, ont, en se développant dans certaines conditions historiques, opéré une division de la société en deux seules classes, les capitalistes et le prolétariat etc.25 »

27Le contraste entre l’iniquité de cette situation et le petit nombre de ses bénéficiaires enclenchait la prédiction de la défaite prochaine de ceux-ci.

  • 26 Guesde (J.), Socialisme au jour, 2.

28La thèse de la guerre frontale entre deux classes avait une fonction pratique : il s’agissait de dissuader l’électorat ouvrier de se laisser attirer à choisir un camp dans les luttes intra-bourgeoises, à opter par exemple entre cléricaux et anticléricaux, entre nationalistes et dreyfusards : « Ils sont tous les mêmes, nos bourgeois les plus divers de politique et de croyance, qu’ils se réclament de Voltaire ou du Pape, qu’ils marmottent Jésus-Marie-Joseph ou qu’ils braillent Liberté-Egalité-Fraternité  rappelait dogmatiquement Jules Guesde à ses troupes26. L’Affaire Dreyfus, fâcheux cas de collaboration de classe, ne cessa d’exaspérer la vigilance marxiste de Guesde, rallié au dreyfusisme du bout des lèvres.

Rhétorique des luttes

  • 27 La Bataille syndicaliste, 30 avril 1911, 1.
  • 28 Stackelberg (F.), Vers la société communiste, Nice, 1909, 15.
  • 29 Pouget, Le Syndicat, s.d., 1.

29Dans le Récit socialiste, le Prolétaire se voue corps et âme à sa « mission historique ». Il se voit comme une « force grandissante... qui emportera un jour le vieux monde d’exploitation et de27 ». Les Prolétaires «sont appelés à jouer le rôle d’accoucheurs dans le grand renouveau social qui s’élabore »28 Le prolétaire n’a alors qu’un devoir : lutter, « lutter toujours sans cesse ni répit, tenir l’esprit de révolte des ouvriers sans cesse en29». Toujours il est rappelé que la lutte en cours est, ultimement, celle du Bien contre le Mal :

  • 30 Manifeste Anarchiste, Marseille, 1892, 1.

« Les hostilités sont ouvertes entre le mensonge et la vérité, l’iniquité et la justice, la folie et le bon sens, l’Ignorance et le savoir, le mal et le bien, le passé et l’avenir30 »

30Cette ci-devant Victime, le prolétaire, dont la condition actuelle est celle d’un esclave mais qui porte sur son front la noblesse du Travail, devenue consciente et organisée en parti de classe, se prépare à la « lutte finale » : l’avenir de l’humanité émancipée dépend de son seul effort. Ainsi la lutte de deux classes résume-t-elle l’histoire humaine. « Guerre sociale » écriront même dès 1848 les plus déterminés. La phraséologie militaire envahit le discours socialiste, inspiré du reste par la Révolution bourgeoise :

  • 31 Le Peuple, 1er janvier 1889, 1.

« Les bataillons épars vont marcher à l’assaut des Bastilles nouvelles dans lesquelles les maîtres du Capital emprisonnent les laborieux31. »

31Un topos annexe qui, dans ce contexte, prêtait à l’indignation ironique était celui de Ceux-qui-nient-l’évidence de la lutte :

  • 32 Le Socialiste, Commentry, 12 mai 1889, 1.

« La nier, c’est nier le soleil ou le choléra, s’exclamait Jules Guesde en une image biscornue, c’est se livrer un diplôme d’aveugle alors qu’elle sévit partout32. »

  • 33 Robin, Le Combat, Allier, 27 septembre 1908, 1.

32Mais cette lutte, ce ne sont pas les socialistes qui la veulent, elle leur est « imposée », elle existe par le fait de l’ordre social inique qu’ils s’occupent justement à démolir — dénégation régulièrement conjointe : « les socialistes jamais n’en ont voulu. C’est le plus grand des malheurs et nos plus grands efforts tendent à la supprimer33 ».

  • 34 Duchêne (Ch.-A. et J.), Le Socialisme révolutionnaire, son terrain, son action et son but, Paris, (...)

33Autre topos, intemporel comme les précédents : les luttes s’exacerbent, exploitation ouvrière accrue — augmentation du nombre des exploités — mécontentement porté à son comble, grèves formidables — intensification de la répression — « éveil » général de la conscience prolétarienne « car chaque jour les exploités deviennent plus hardis dans cette lutte34 ». — progrès de la révolution, terreur de la bourgeoisie. Ce schéma était à la fois une séquence d’arguments et le récit d’un engrenage. Les luttes actuelles ne faisaient que préfigurer la terrible Lutte finale. Tous devaient s’y « préparer » avec le Parti, et les affrontements présents n’étaient que des répétitions avant le dernier acte :

  • 35 Lazare, Le Peuple, 22 août 1890, 1.

« Sans doute, il faut organiser les ouvriers en syndicats, sans doute il faut établir des coopératives, faire des manifestations politiques... mais les socialistes clairvoyants savent que ce ne sont là que des moyens destinés à préparer les travailleurs à la lutte finale35. »

34Une autre proposition constitutive des Grands récits, attestée dès le Manifeste communiste, était que les luttes actuelles n’étaient que l’étape ultime d’une lutte commencée depuis toujours. Etienne Cabet le dit, qui répète ce qui se dit partout en 1848 :

  • 36 Système, op. cit., I, 5.

« Depuis le commencement de son existence, l’Humanité est divisée en deux classes, en oppresseurs et opprimés, en exploiteurs et exploités36. »

  • 37 Le Parti ouvrier, 2 janvier 1889, 1.

35Le socialisme organisé renarrera ce combat éternel, « duel entre l’égalité et le privilège, entre la liberté et le despotisme, duel qui dure depuis les débuts de37 ». Il y avait une contradiction latente entre la thèse de la lutte perpétuelle et la certitude que, cette fois-ci, l’issue ne sera pas douteuse et que la lutte cessera bientôt faute d’antagoniste.

Tertium non datur

36Mais où étaient passées dans ce discours de combat ces « classes moyennes » sur lesquelles comptaient les modérés pour asseoir la république « bourgeoise » ? Ce n’est pas que les socialistes nient leur existence mais ils ont retenu du Manifeste communiste la thèse selon laquelle « la classe moyenne tend à disparaître » et ils n’ont cessé d’en tirer espérance. C’est d’ailleurs pour développer cette thèse que se sont formés les néologismes « prolétariser » et « prolétarisation ». Le capitalisme est « son propre fossoyeur », démontre-t-on, parce qu’il fait grossir par la férocité de son exploitation les rangs du prolétariat des ci-devant petits bourgeois et paysans. Preuve surérogatoire de la victoire fatale du socialisme :

  • 38 Hamon, loc. cit., 7.

« Le socialisme tend à se réaliser de par les conditions mêmes de la vie contemporaine. Le capitalisme, l’industrialisme se développent sans cesse. La conséquence en est la prolétarisation de plus en plus grande des humains38. »

  • 39 Le Cri du Travailleur (guesd., Lille), 9 juin 1889, 1.

37À mesure que les « couches » intermédiaires bénéficiaient de l’enrichissement général, les révolutionnaires ne cessèrent de s’auto-suggestionner en répétant cette thèse qui leur servait de mantra et de méthode Coué : « L’écrasement de la classe moyenne et du prolétariat se fait actuellement d’une façon rapide, vertigi39». Vision catastrophiste, a-t-on dit, mais qu’il faut recevoir comme une vision finalement triomphaliste : les contradictions se simplifiaient et la révolution « marchait à grands pas ».

La violence légitime

  • 40 Œuvres, 97.

38Contre l’oppression, la violence « est le plus saint des devoirs » : ici encore, la bourgeoisie de 1789 avait soufflé la formule et l’argument. Ce serait une histoire longue et complexe, que celle des justifications de la violence au XIXe siècle. Dans le socialisme, le conflit entre les violents et les « responsables » ou les modérés fut constant. Du blanquiste Tridon à l’intellectuel du syndicalisme Sorel, l’éloge de la violence nécessaire et purificatrice allait avec le mépris pour la démocratie « émasculante ». « Tous les désastres de la démocratie viennent de son mépris pour la Force », pose Gustave Tridon40. Cela va au-delà de la justification classique qui absolvait d’avance la violence révolutionnaire avec l’argument que la société bourgeoise était elle-même fondée et maintenue par la violence. C’est ce que disait Marx qui conçoit la violence comme la « grande accoucheuse des sociétés » et qui rappelait à la bourgeoisie qu’elle avait été bien violente en 1789 et se devait de l’être pour en finir avec l’Ancien régime. La métaphore fameuse de Marx est un argument légitimateur au nom de la nécessité historique.

39Malgré toutes ces justifications, les leaders responsables répugnaient à la férocité. Ils étaient ambivalents sinon légalistes. Au contraire, les groupuscules extrémistes s’y complaisaient. Si l’on cherchait à faire une histoire du gauchisme comme catégorie générique, on pourrait assigner l’origine de son style au journal L’Egalité, dirigé par Jules Roques vers 1890. On y lit des éditoriaux de ce ton :

  • 41 L’Égalité, 5 janvier 1890, p. 1.

« Révolutionnaires, méfiez-vous de la générosité comme d’une peste ! [...] Soyez haineux, conservez farouche en votre cœur le fiel que vous cracherez plus tard au visage de tout ce qui est aujourd’hui en haut etc.41 .»

40Le syndicalisme révolutionnaire, avant de se trouver un théoricien de talent en Georges Sorel, exalte lyriquement le rôle de la force, inséparable de la tactique d’« Action directe » :

  • 42 Pouget (E.), L’Action directe, Paris, 1910, 18.

« la Force est l’origine de tout mouvement, de toute action et, nécessairement, elle en est le couronnement. La vie est l’épanouissement de la Force et hors de la Force, il n’y a que néant. Hors d’elle, rien ne se manifeste, rien ne se matérialise42. »

La vision conspiratoire du social

  • 43 Mémoires pour servir à l’histoire du jacobinisme, Hambourg, 1798-1799, I, xx.

41Un des développements de la topique de l’Ennemi social a été la thèse de la conspiration secrète des méchants. De la conspiration illuministe-jacobine « découverte » dans l’Émigration par l’Abbé Barruel pour expliquer de bout en bout la Révolution française43 à la conspiration jésuitique sous la Restauration, puis à la conspiration judéo-maçonnique de la fin du siècle puis enfin à la conspiration des seuls « Sages de Sion », l’explication conspiratoire du cours des choses qui anime des idéologies contradictoires doit être examinée globalement dans la confrontation de ces idéologies diverses et le récurrence de certaines manières de raisonner.

  • 44 Barruel (Abbé), op. cit., I, x.

42Léon Poliakov, historien du racisme européen, a caractérisé comme la « causalité diabolique », la forme d’explication historique dans laquelle le monde est dirigé par des forces occultes, ou mieux par une coalition scélérate qui met en œuvre secrètement un plan de conquête du monde qui explique tous les maux, qui renvoie tous ces maux à des Autres, purifiant notre monde de toute culpabilité. Découvrir la vérité dans les idéologies conspiratoires revient à tout voir sous un jour nouveau et simplifié : là où je souffrais de constater des maux divers, je découvre qu’il n’y avait qu’une cause ou plutôt qu’un fauteur ultime de tous les maux, d’une scélératesse sans borne : « Tout a été prévu, médité, résolu, statué44 ». Les apparences ne sont que rideaux de fumée, le plan de conquête du monde par l’Ennemi du peuple est la vérité cachée du cours désastreux qu’a pris la société.

  • 45 Hoëné-Wronski (Josef Maria), Messianisme, ou réforme absolue du savoir humain, Paris, 1847, vij, 3 (...)

43La vision conspiratoire du social caractérise essentiellement les idéologies de droite et forme un critère de leur classement. Mais on voit confusément apparaître cette herméneutique dans les socialismes romantiques ; notamment chez l’oublié fondateur du « messianisme » ou « wronskisme », J. M. Hoéné-Wronski qui développe, au lieu d’une sociomachie du progrès, un gothic novel des plus noirs. Sa doctrine prétendait « révéler aux hommes l’existence effective et non interrompue de sectes ou plutôt de bandes mystiques ayant... le but infernal d’empêcher l’humanité actuelle d’atteindre ses destinées afin de la jeter dans l’abîme où ces bandes mystérieuses puisent leur satanique45... »

  • 46 La Franc-maçonnerie, voilà l'ennemi, Périgueux, 1900, 42. Voir comme référence générale : N. Cohn, (...)
  • 47 Boisandré (A. de), Socialistes et Juif : la nouvelle internationale, Paris, 1903, 24.

44La vision conspiratoire du monde forme le cœur de la propagande antisémite et de la « croisade » antimaçonnique : « Tout dans cette secte judéo-maçonnique est entouré de dissimulation, de cachotteries, de46 ». On a justement souligné que la pensée conspiratoire est étrangère au principe de non-contradiction : la société scélérate qui s’apprête à gouverner le monde et complote la destruction des Justes a plus d’un fer au feu. La Secte judéo-maçonnique contrôle à la fois les grandes banques et les partis du désordre, les « deux internationales » des riches et des pauvres : « Au fond les deux internationales se confondent, elles obéissent aux mêmes chefs occultes, elles exécutent les mêmes consignes mystérieuses », révèle le capitaine de Boisandré, l’un des professionnels de la question à la Belle Époque47 Ceci s’expliquait aisément puisque Karl Marx déjà recevait ses ordres de la « Juiverie bancaire cosmopolite ».

Notes

2 Mongin (O.), La Fin de l’histoire : les enjeux philosophiques de l’écologie, CRDP d’Auvergne, 1993.

3 Greppo, Catéchisme social, ou exposé succinct de la doctrine de la solidarité, Paris, 1848, 5.

4 Gohier (U.), L’Armée contre la nation, Paris, 1899, vii.

5 Cabet (E.), Système de fraternité, Paris, 1849, 3.

6 La Marseillaise, 4 janvier 1889, 1.

7 Littré (E.), Conservation, révolution et positivisme, Paris, 1852, 289.

8 Pelletan (E.), Le Monde marche. Lettres à Lamartine, Paris, 1857, 357.

9 Le Salut du peuple, 5, 1850, 3.

10 Réveil des mineurs, Saint-Etienne, 22 novembre 1890, 2.

11 Avant l’exil 1841-1851, Paris, 1875, 388.

12 Flotte (Paul Louis François René, vicomte de), La Souveraineté du peuple. Essais sur l’esprit de la révolution, Paris, 1851, 270.

13 Naquet (Α.), Temps futurs. Socialisme, anarchie, Paris, 1900, 333.

14 Bulletin Fédération jurassienne, 3 juillet 1875, 1.

15 Noël (Abbé Léon), La Judéo-maçonnerie et le socialisme, Calais, 1896, 6.

16 La Vérité sur le boulangisme, 57.

17 Saint-Simon, Œuvres, 1841, 2.

18 Race, xxv.

19 Pillot (J.-J.), Histoire des Égaux, Paris, 1840, 9.

20 La Femme dans le passé, le présent et l’avenir, trad. de l’allemand, Paris, 1891, 373.

21 Système, op. cit., 178.

22 Le Défi, 3 février 1884, 1.

23 Tribune socialiste (Bayonne), 23 août 1908, 1.

24 Payn (L.), La Science propagandiste immanente, Paris, 1896, 5.

25 Deville (G.), Cours d’économie sociale. L’évolution du capital, Paris, 1884, V, 9.

26 Guesde (J.), Socialisme au jour, 2.

27 La Bataille syndicaliste, 30 avril 1911, 1.

28 Stackelberg (F.), Vers la société communiste, Nice, 1909, 15.

29 Pouget, Le Syndicat, s.d., 1.

30 Manifeste Anarchiste, Marseille, 1892, 1.

31 Le Peuple, 1er janvier 1889, 1.

32 Le Socialiste, Commentry, 12 mai 1889, 1.

33 Robin, Le Combat, Allier, 27 septembre 1908, 1.

34 Duchêne (Ch.-A. et J.), Le Socialisme révolutionnaire, son terrain, son action et son but, Paris, 1912, 5.

35 Lazare, Le Peuple, 22 août 1890, 1.

36 Système, op. cit., I, 5.

37 Le Parti ouvrier, 2 janvier 1889, 1.

38 Hamon, loc. cit., 7.

39 Le Cri du Travailleur (guesd., Lille), 9 juin 1889, 1.

40 Œuvres, 97.

41 L’Égalité, 5 janvier 1890, p. 1.

42 Pouget (E.), L’Action directe, Paris, 1910, 18.

43 Mémoires pour servir à l’histoire du jacobinisme, Hambourg, 1798-1799, I, xx.

44 Barruel (Abbé), op. cit., I, x.

45 Hoëné-Wronski (Josef Maria), Messianisme, ou réforme absolue du savoir humain, Paris, 1847, vij, 3 vol.

46 La Franc-maçonnerie, voilà l'ennemi, Périgueux, 1900, 42. Voir comme référence générale : N. Cohn, Warrant for Genocide : the Myth of the Jewish World Conspiracy and the Protocol of the Elders of Zion, London, 1967 [trad. fr : Histoire d'un mythe : la Conspiration juive et les Protocoles des Sages de Sion, Paris, 1967].

47 Boisandré (A. de), Socialistes et Juif : la nouvelle internationale, Paris, 1903, 24.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search