Version classiqueVersion mobile

Argumentation et discours politique

 | 
Simone Bonnafous
, 
Pierre Chiron
, 
Dominique Ducard
, 
et al.

Troisième partie. Argumentation et manipulation

17. Une discussion biaisée : la question rhétorique dans le débat parlementaire

Dominique Ducard

Texte intégral

Manipulation mentale et communication

  • 2 Alex Muchielli, L’Art d’influencer. Analyse des techniques de manipulation, Paris, Armand Colin, 2 (...)

1Que faire tout d’abord de la notion de manipulation qualifiée de mentale si l’on s’intéresse aux effets des discours, hors toute contrainte physique ou psychologique, sur les représentations et les actions ? L’extension qui peut être donnée à la notion de manipulation pourrait justifier l’usage qu’en fait Alex Mucchielli dans un essai visant à fonder une « théorie intégrée des communications ». Dans son ouvrage intitulé L’Art d’influencer et sous-titré Analyse des techniques de manipulation2, il part du principe que toute communication qui tend à faire partager un sens est un phénomène d’influence basé sur des procédés de manipulation d’objets cognitifs, qui sont des éléments de la situation (positions, relations, référents normatifs, identités, indications spatio-temporelles). L’auteur assimile manipulation, influence et persuasion et annule, selon ce point de vue, la distinction entre des domaines tels que la publicité, la propagande ou le marketing. Le manipulateur chercherait donc toujours, intentionnellement, à diriger la conduite du manipulé par la création d’un sens soumis à des interventions sur les composantes implicites du contexte :

  • 3 Ibid., p. 28.

« influencer, dit-il, c’est donc faire surgir par des manipulations contextuelles ad hoc, un sens qui s’impose aux interlocuteurs et les amène à agir en conformité avec lui3 »

2Le sens, tel qu’il est envisagé ici, rejoint d’une certaine façon la théorie de la semiosis chez Peirce, puisque selon celui-ci la signification d’un terme est la conception qu’il communique pour quelqu’un et que cette dernière se ramène aux effets pratiques que ce quelqu’un pense qu’elle peut produire, conformément à la fameuse maxime pragmaticiste :

  • 4 Charles S. Peirce, « Les enjeux du pragmaticiste » (« Issues of pragmaticism », 1905), in À la rec (...)

« Considérez les effets que vous concevez qu’ont les objets de votre conception, qui pourraient convenablement avoir des portées pratiques. Alors votre conception de ces effets est le tout de votre conception de cet objet4 »

3Mais alors que pour le sémioticien la portée des signes, et donc leur efficience, consiste dans les modes de conduite qui sont inférés à partir d’eux, le théoricien de la communication qu’est Mucchielli refuse la médiation sémiotique et appréhende directement, par une méthode dite « empathique », ce qu’il nomme les « objets cognitifs » mis en place par les actions de communication.

Une figure du discours

  • 5 On pourra se reporter à l’utile thesaurus de Laurent Pernot : « Le système de la rhétorique », in (...)
  • 6 Hermogène, L’Art rhétorique, trad., introd. et notes de Michel Patillon, Lausanne, L’Âge d’Homme, (...)
  • 7 Ibid., p. 523.

4Me plaçant dans une perspective sémiolinguistique et cherchant à comprendre l’activité de représentation et d’interprétation à travers les textes qui en sont les traces matérielles et signifiantes, j’écarte le point de vue mentaliste direct pour poser autrement le problème. Il s’agit alors de se demander s’il existe des formes linguistiques de la manipulation, non pas ce que l’on a coutume de désigner comme des stratégies discursives mais ce que j’appelle des figures du sens, dans une acception voisine de celle de la tradition rhétorique. Je retrouve ainsi les problèmes relatifs aux variétés de ce que l’on nomme, dans cette tradition, le discours figuré (gr. eskhêmatismenos logos, lat. figuratus sermo, figurata oratio) et je suis conduit à rechercher des figures de pensée (gr. dianoias skhêmata, lat. sensus figurae, sententiarum figurae) à l’apparence trompeuse (les figures recensées dans les traités de rhétorique sont souvent présentées comme des procédés relevant de la feinte ou du semblant)5, dont les effets d’interprétation et les conduites d’action qui peuvent s’ensuivre ne correspondent pas à la construction signifiante utilisée. La figure qui m’a paru immédiatement pouvoir faire l’objet d’une analyse en termes de duplicité est celle de la question dite rhétorique, nommée aussi interrogation oratoire ou encore plus explicitement fausse question (en grec erôtêma, pusma, en lat. interrogatio). Faute d’avoir mené les investigations requises dans les traités de rhétorique, je signale seulement que la figure interrogative (kata peusin) est décrite dans la partie du corpus hermogénien intitulée « La méthode de l’habileté6 », où elle est caractérisée comme une figure « qui ne peut être contredite ». Selon l’auteur, elle prend trois formes : elle s’adresse aux auditeurs et elle est alors incriminante (à ce titre, elle est également citée comme apostrophe et figure de la véhémence) ; elle s’adresse aux adversaires et elle est réfutative ; quand l’orateur se l’adresse à lui-même, elle a deux fonctions : « elle fait tendre l’oreille et crée la confiance parce qu’elle prévient la défiance et la supprime7 ». Outre sa valeur paradoxalement, du moins en première apparence, assertive (positive ou négative), la forme interrogative dans la question rhétorique est ainsi dépendante d’une relation intersubjective et prend une visée argumentative ou persuasive. Je citerai la définition de Fontanier, qui met également en avant le mimétisme de l’interlocution et la fonction d’assujettissement de l’autre, présent ou fictif :

  • 8 Pierre Fontanier, Les Figures du discours, Paris, Flammarion, 1968, p. 368.

« l’interrogation consiste à prendre le tour interrogatif non pas pour marquer un doute et provoquer une réponse mais pour indiquer, au contraire, la plus grande persuasion, et défier ceux à qui l’on parle de pouvoir nier ou même répondre. Il ne faut donc pas la confondre avec l’interrogation proprement dite, avec cette interrogation du doute, de l’ignorance ou de la curiosité, par laquelle on cherche à s’instruire ou à s’assurer d’une chose8 »

5L’interrogation figurée est classée avec d’autres « figures de style par tour de phrase », qui ont toutes à voir avec l’intersubjectivité : l’exclamation, l’apostrophe, l’interruption, la subjection (question à soi-même suivie d’une réponse), le dialogisme (reprises de propos réels ou supposés).

Un art du débat

6Que la question rhétorique énonce une assertion par le biais d’une pseudo-interrogation, en écartant toute possibilité de choix, et qu’elle assigne par là même à l’autre (interlocuteur réel ou imaginé) une position qui n’est pas celle d’un coénonciateur engagé par un questionnement véritable n’en fait pas pour autant une forme de manipulation par abus de pouvoir sur la pensée d’autrui. La construction ne trompe guère les interlocuteurs, qui l’interprètent à bon escient.

  • 9 Arthur Schopenhauer, L’Art d’avoir toujours raison ou Dialectique éristique, trad. Henri Plaud, Pa (...)

7Doit-on considérer cette figure comme un procédé stratégique ? Dans son petit traité intitulé L’Art d’avoir toujours raison ou Dialectique éristique, Schopenhauer9 cite un procédé qui peut faire penser à la question rhétorique, il s’agit du 10e stratagème d’un répertoire qui en comporte 38 :

  • 10 Ibid., p. 31.

« Quand on s’aperçoit que l’adversaire répond systématiquement par la négative à toutes les questions, alors qu’une réponse positive pourrait servir à étayer notre thèse, il faut poser la question sous une forme contraire à la proposition dont on veut se servir comme si l’on voulait qu’il y adhère, ou tout au moins le mettre en demeure de choisir entre les deux, si bien qu’il ne s’aperçoit pas de la proposition qu’on veut lui faire approuver10 »

  • 11 Ibid., p. 8.
  • 12 Ibid., p. 68.
  • 13 Ibid., p. 8.

8Se plaçant dans la tradition de la rhétorique, le philosophe distingue la logique de la démonstration et la recherche de la vérité objective d’avec l’art de persuader d’une opinion par l’apparence du vrai, art qui concerne la communication d’individus raisonnables en désaccord. La dialectique éristique nous est ainsi présentée comme « l’art de la controverse, menée de telle manière qu’on ait toujours raison11 ou, plus justement, comme la « doctrine de la méthode adoptée par la certitude d’avoir raison12 ». Schopenhauer affirme que l’homme de conviction, dont l’homme politique est un exemplaire éminent, est doté d’une dialectique naturelle, qu’il peut développer par l’étude et l’exercice, et il en use chaque fois qu’il prend part à un débat contradictoire ; il sacrifie, dans toute dispute, « l’intérêt de la vérité » à « l’intérêt de la vanité », « vanité innée » qui est « accompagnée, dit-il, d’incontinence de langage et d’une malhonnêteté native13. »

9Ce modèle de perversité dans l’art du discours est loin du modèle idéal de l’argumentation basé sur l’intercompréhension et la coopération dans la recherche d’une résolution commune selon la théorie d’Habermas. Dans le processus qu’est toute discussion pratique finalisée par la volonté de se convaincre réciproquement

  • 14 Jürgen Habermas, Morale et communication, Paris, Cerf, 1986, p. 92.

« chacun fournit à l’autre des raisons pour lesquelles il peut souhaiter qu’une manière d’agir soit rendue socialement obligatoire14. »

10Habermas sait bien que dans la réalité le modèle de l’accord par reconnaissance mutuelle de la validité des raisons n’est pas dominant et que

  • 15 Jürgen Habermas, De l’éthique de la discussion, Paris, Cerf, 1992, p. 122.

« Les discussions rationnelles ont un caractère improbable et se détachent de la praxis quotidienne comme des îlots dans la mer15. »

  • 16 Selon cette règle, « Les participants ne peuvent vouloir se convaincre que pour autant qu’ils prés (...)
  • 17 Voir Karl-Otto APEL, Éthique de la discussion, Paris, Cerf, 1994.

11Le discours politique, qui est un cas spécifique de spécialisation des discussions dans certaines fonctions sociales, peut ainsi osciller entre ces deux pôles que sont la dialectique éristique, au service d’intérêts narcissiques, qui fait dégénérer les discours de dissension dans ce qu’Habermas appelle une « forme dissimulée d’agir stratégique » et la discussion rationnelle où la raison pratique s’exerce à partir des présuppositions pragmatiques comprises comme donnant la règle de l’argumentation16. Ce caractère normatif se trouve par ailleurs doublé, dans le débat parlementaire par exemple, par les normes d’institutionnalisation des discussions qui déterminent les thèmes et les modalités d’interaction. Dans l’absolu, nous pouvons toujours souhaiter, en reprenant les catégories de Karl-Otto Apel17, que le débat se tienne dans les limites d’une « entreprise de discussion argumentative », où normes morales et normes stratégiques sont inséparables, et ne verse pas dans une « entreprise de coopération purement stratégique ». Le discours politique est le lieu conflictuel d’exigences diverses ; il n’oublie jamais tout à fait que l’une de ses fonctions est la légitimation d’une volonté et d’une position et qu’il fait partie de ces « systèmes sociaux d’auto-affirmation » (Apel).

  • 18 J’ai utilisé comme corpus l’ensemble des comptes rendus intégraux des interventions des sénateurs (...)
  • 19 Séance du 1er février 2001.

12Pour en rester à des considérations générales, reconnaissons que l’une des activités discursives de l’homme politique consiste à justifier des intentions d’agir ou des actions, quand il a le pouvoir de décision, donc à donner de bonnes raisons pour devoir faire ce qu’il fait ; à l’inverse quand, dans l’adversité, il s’oppose, il a tendance à dénoncer les intentions de l’autre et à disqualifier de fausses bonnes raisons. À cet égard les stratagèmes répertoriés par Schopenhauer nous apparaissent non pas comme de simples techniques pragmatiques et semblent bien inhérents à une certaine pratique de l’argumentation politique, celle notamment qui ressort de l’étude du débat parlementaire18. Je citerai les acteurs eux-mêmes qui, au cours des débats, ne manquent pas de rappeler ce qui motive leurs actes et anime leur parole voire leur être d’homme politique. C’est ainsi que le sénateur Turcy commence son intervention par une déclaration de « morale publique » et un rappel de principes fondateurs19 :

« être investi d'une responsabilité publique, avoir le souci de l’intérêt général - ce qui, jusqu’à preuve du contraire, est l’objet de l’action politique - implique d’assumer des convictions fortes, étayées par des arguments solides. Ce principe fait, je crois, partie de notre vie quotidienne. »

13Après quoi il établit une distinction nécessaire entre la négociation, qui emprunte les voies du compromis, et le principe qui régule le débat :

  • 20 Souligné par nous.
  • 21 Id.

« S’il faut parfois, en politique comme ailleurs, savoir négocier — uniquement quand l’intérêt général le réclame-, la règle de base doit rester, et reste toujours, de s’en tenir à ses convictions et de ne pas transiger20 »
« Qui déroge à ces grands principes de la démocratie, ajoute-t-il, prend le risque de la réprobation et du rejet, à tout le moins le risque de perdre sa crédibilité personnelle et d’affecter son image publique21 »

  • 22 Jean-Pierre Schosteck, séance du 23 janvier 2001.

14L’orateur a beau jeu alors, comme beaucoup d’autres, de regretter l’absence d’un vrai débat, remplacé par une « succession de monologues » ou ce « dialogue de sourds, si fréquent en politique parlementaire ! » Ce qui ne le dissuade pas, comme il l’annonce lui-même, de « tâcher d’y apporter ma modeste contribution ». Un autre dénonce les « débats truqués et tronqués dont notre vie politique est, hélas ! trop friande et auxquels, nous, hommes politiques, sommes trop prompts peut-être à nous soumettre22 ». Ces représentations du débat parlementaire montrent que l’intransigeance postulée par l’homme de conviction concorde ici avec la règle générale à l’œuvre dans la « doctrine de la méthode adoptée par la certitude d’avoir raison », règle qui dit que

  • 23 Schopenhauer, op. cit., p. 9.

« celui qui s’engage dans une controverse se bat, non pour la vérité, mais pour sa proposition, comme si c’était pro ara et focis [pour son autel et son foyer], et qu’il agit per fas et nefas [qu’on ait raison ou tort]23. »

15L’échange suivant est une illustration de l’enjeu des discours qui visent à argumenter en faveur d’une position ou à contre-argumenter en défaveur de la position adverse :

  • 24 Séance du 25 janvier 2001.

« M. Patrice Gélard. — Je veux simplement essayer, monsieur le ministre, sinon de vous convaincre, du moins de vous ébranler.
[Suit l’argumentation de M. Gélard]
M. Jean-Jacques Queyranne, ministre des relations avec le Parlement. —
Cependant son intervention ne m’a pas convaincu.
M. Hilaire Flandre. — Cela ne nous surprend pas !
M. Jean-Jacques Queyranne. — Elle ne m’a même pas ébranlé et je dirai même qu’elle a apporté des arguments en faveur de la proposition de loi que le gouvernement a inscrite à l’ordre du jour.
M. Hilaire Flandre. — Il faut être tordu24 »

Rhétorique de la question et énonciation

  • 25 Pour donner un ordre d’idée, dans les deux séances du 23 janvier et du 25 janvier 2001, où nous pr (...)
  • 26 On se reportera notamment à Antoine Culioli, Notes du séminaire de DEA 1983-1984, Université Paris (...)

16Ce détour par quelques images du débat, rapportées à des vues philosophiques sur la nature argumentative de la discussion ou de la dispute, dans un esprit coopératif ou dans un antagonisme radical, nous ramène à la question rhétorique, omniprésente dans les discours parlementaires. La fréquence de la figure25 n’est pas simplement un indice quantitatif d’une argumentation qui s’appuie sur la volonté assertive de l’énonciateur, elle s’avère être une figure constitutive du mode de questionnement propre au débat parlementaire, car l’activité du parlementaire est bien, comme cela est souvent rappelé par les orateurs, de « s’interroger » dans un espace public de confrontation des opinions et des thèses. Une analyse linguistique de la question rhétorique, avec l’appui d’énoncés tirés de deux séances, permettra de confirmer ce point de vue. Sans pouvoir rendre compte ici, dans le détail, de la complexité du fait linguistique, je vais esquisser une explication dans les termes de la théorie des opérations énonciatives (A. Culioli)26, en indiquant sommairement à quelles opérations nous renvoient les formes et les constructions utilisées.

17Nous savons que la situation d’interlocution où l’interrogation correspond à une demande d’information adressée par l’énonciateur-locuteur au coénonciateur-interlocuteur n’est qu’un cas d’emploi de cette forme parmi d’autres. La construction interrogative fonctionne alors comme un marqueur qui renvoie à une opération de modalisation, c’est-à-dire d’évaluation, qui concerne la validation ou non (c’est le cas ou ce n’est pas le cas) de valeurs possibles et équivalentes (p ou autre que p ou valeur nulle). L’énonciateur, qui occupe une position décentrée par rapport au plan de validation référentielle, autrement dit en attente de réponse, a recours à autrui, à l’intérieur d’une relation intersubjective, pour valider ou non telle ou telle valeur.

18Les questions véritables relevant d’un tel schéma sont absentes ou exceptionnelles dans la situation du débat parlementaire. Nous y rencontrons de nombreuses questions fictives de l’orateur, interprétables pour la plupart comme des questions rhétoriques, auxquelles il répond lui-même :

« C’est donc bien dans des situations tout à fait exceptionnelles que sont intervenues ces prolongations du mandat des députés. Quelle crise aujourd’hui, justifie pareille modification ? Aucune, si ce n’est une crise de confiance du premier ministre et des siens en leurs propres chances. » (A. Gournac, 25 janvier).

19ou encore

« Nous sommes les mains dans le cambouis, à modifier la mécanique électorale en fonction des desiderata du fait majoritaire. Faut-il pour autant se désintéresser de ce débat ? Je ne le crois pas ; bien au contraire ! » (id.)

20La réponse peut être interne à l’énoncé interrogatif et avoir une fonction métalinguistique de rectification sémantique, de nature polémique :

« Que sont aujourd’hui les incivilités sinon de véritables agressions ? Que sont aujourd’hui les sauvageons, sinon de véritables délinquants ? » (N. Olin, 25 janvier).

21La réponse vient parfois du public en signe d’approbation et d’encouragement :

« Qu’aurait pensé le Premier ministre si, en cours de championnat [de rugby], on avait changé cette règle ? (P. Blanc)
— Il aurait trouvé cela scandaleux ! » (J.-P. Schosteck, 25 janvier).
« Appartient-il à la classe politique d’imposer aux Français son propre rythme ? Ne devrait-elle pas plutôt se « caler » à la volonté nationale, sans modifier tous les quatre matins les règles du jeu en fonction des circonstances du moment ? (B. Fournier)
— Ce serait plus convenable ! » (J.-P. Schosteck, 25 janvier).

22Ce type de questionnement a aussi un rôle de thématisation dans l’organisation du discours et annonce un propos qui est développé :

« Comment se maintenir au pouvoir ? C’est là une question autrement plus intéressante que de savoir, par exemple, comment nos emplois-jeunes vont pouvoir être maintenus dans le monde du travail. » (A. Gournac, 25 janvier).
« Il est indispensable d’engager une réflexion de fond sur l’État. À l’aube du troisième millénaire, quelles doivent être ses attributions ? Quelle est la responsabilité de l’homme public, de l’homme politique ? Comment la puissance publique doit-elle être utilisée ? Telles sont les vraies questions dont il faut débattre. » (J. Boyer, 25 janvier).

  • 27 Le terme de pondération doit être compris dans les deux sens économique et mathématique, soit d’un (...)

23La question rhétorique ne permet pas d’envisager toutes les valeurs possibles ; en introduisant un préconstruit par pondération27 d’une valeur déterminée (la réponse sélectionnée), l’énonciateur exprime ce que A. Culioli appelle une question biaisée. Cette pondération oriente ce qui est en fait une simulation de demande de validation par autrui, le locuteur en présence ou celui qui est imaginé, sur une seule valeur. Comment cela se fait-il ? On peut facilement le comprendre dans le cas de l’interro-négative. Avec l’interrogative positive dans sa forme la plus neutre qualitativement, le positif et le négatif sont envisagés conjointement ; comme la négation ne peut être construite qu’à partir du positif, mettre en question le négatif dirige inévitablement vers le positif :

« Et la réflexion n’est-elle pas une qualité que l’on reconnaît en général au Sénat ? » (J.-P. Shosteck, 23 janvier 2001),

24ou encore, du même, avec une possible réponse négative ironique valant confirmation du contraire :

« Il est évident que les socialistes ne font pas de politique politicienne, n’est-ce pas ? »

  • 28 Nous distinguons dans les opérations de modalisation, qui sont des opérations d’évaluation des rel (...)

25La distinction d’une valeur peut se faire par une opération de valuation28 qualitative, c’est-à-dire par un jugement appréciatif qui valorise la possibilité où l’énonciateur se positionne ou, au contraire, dévalorise la possibilité et la position énonciative complémentaires. Cette estimation peut avoir été frayée par le contexte, plus ou moins rapproché, comme dans l’exemple suivant, avec un schéma de consécution :

« C’est un débat purement politicien et déconsidérant l’ensemble de la classe politique qui s’est engagé. Comment s’étonner alors du désintérêt sans cesse croissant des Français pour les consultations électorales ? » (G. Gruillot, 25 janvier).

26Ici la dévalorisation du débat dans le premier énoncé entraîne logiquement que le parcours effectué sur tous les « comment » assignables pour justifier l’étonnement face au désintérêt des français mène à la valeur nulle : il n’y a pas de quoi s’étonner. De nombreux préconstruits dépendent ainsi d’un raisonnement présent dans la question elle-même :

« Pourquoi cette volonté soudaine de modifier le calendrier électoral, alors qu’il n’y avait pas plus de consensus en novembre qu’en octobre ? » (A Gournac, 25 janvier).

27L’inexistence d'une relation entre deux situations analogues et des conséquences divergentes entraîne vers l’absence de raison explicative, d’où la valeur ajoutée de la surprise feinte. Autre exemple de pointage d’une contradiction inexplicable, sous-tendue par une hypothèse syllogistique :

« Si le Gouvernement était si sûr de son bon droit, celui de l’impératif juridique, pourquoi a-t-il laissé s’engager des négociations, des tractations au sein de la majorité ? » (G. Larcher, 23 janvier).

28Si p alors normalement q or q’, il s’ensuit donc une interrogation sans réponse objective interprétable comme une mise en cause.

29Il y a deux façons de prédéterminer la valeur à reconnaître comme la bonne valeur : ou bien cette valeur est sélectionnée par l’énonciateur et la question est une anticipation sur l’assentiment ou la confirmation :

« S’agit-il véritablement d’un sujet important, structurel, durable, portant sur les institutions de notre pays, sur la manière dont on doit les comprendre et les pratiquer ? S’agit-il, plus simplement, de préparer une échéance électorale présente dans tous les esprits ? Il y a une ambiguïté, un flou que l’on devrait, me semble-t-il, s’efforcer de lever » (Ph. Marini, 21 janvier).

30Nous voyons bien ici que la valeur négative est attendue dans la première question (le sujet ne peut être qualifié d’« important, structurel, durable »), et qu’elle s’appuie sur la dépréciation de qualités, qui peuvent être imputées à une origine autre (par exemple, selon le point de vue de l’énonciateur, ce que l’opposant voudrait faire croire : c’est un sujet « important, structurel, stable »). Par la mise en question, le marqueur « véritablement » fait sortir du domaine qualifié dans la première question (c’est autre chose que ce que l’on pourrait penser ou, plus insidieusement, ce que l’on veut nous faire croire) et « simplement », après cette sortie, nous fait entrer par un jeu de balance dans le domaine du prédicat de la seconde question (« préparer une échéance électorale »), qui appelle l’assentiment. Le plus souvent, dans notre corpus, le préconstruit concerne ce qui est attribué à autrui, ce à quoi l’énonciateur s’oppose, en reprenant des propos qui sont alors cités, reformulés ou réinterprétés, et surtout en reconstruisant des pensées et des intentions supposées :

« À la lumière de ces éléments, où est, monsieur le ministre, la force de vos convictions ? [...] Comment nous faire croire que vous y croyez vous-même ? Comment ne pas vous soupçonner de faire preuve d’une magistrale hypocrisie ? Le masque ne rient pas [...]. » (P. Lassourd, 21 janvier).
« Sous prétexte d’une anomalie calendaire, le Gouvernement ne cherche-t-il pas à faire dire au peuple ce qu’il veut entendre ? » (G. Cornu).

31Les discours sont ainsi ponctués de multiples questions rhétoriques, parfois en séries continues, qui sont des reprises dialogiques où les propositions de l’autre sont introduites par un prédicat qualitatif qui est nié par l’orientation donnée au schéma des valeurs et des positions énonciatives. Nous rencontrons des questions du type « est-il essentiel/cohérent/logique/souhaitable/convenable/légitime/digne/raisonnable/opportun/judicieux/nécessaire etc. de P/que Ρ ?» À la modalité appréciative peuvent s’adjoindre des modalités de l’ordre du possible ou du nécessaire, le validable étant lui-même valué dans un sens déontique, d’où les nombreux « faut-il P, doit-on P, peut-on Ρ ? ». Comme nous l’avons souligné, la reprise et la transposition de la parole ou de la pensée de l’autre et sa mise en question mettent celui-ci dans la position qui lui est assignée par le sujet énonciateur : la question lui renvoie sa propre image sous la forme qui lui est ainsi restituée. Certaines questions pourraient à cet égard facilement être tenues pour équivalentes à ce que J. et J.-C. Milner tiennent pour une locution performative de reprise : « pourquoi veux-tu que » ou, pour nous, « pourquoi voulez-vous que » :

« Pourquoi alors [voulez-vous] changer la règle ? [...] Pourquoi ne laissez-vous pas [ne voulez-vous pas laisser] les électeurs décider ? » (J. Gournac, 25 janvier 2001).

32Comme le disent J. et J.-C. Milner

  • 29 Judith Milner et Jean-Claude Milner, « Interrogations, reprises, dialogues », in Langue, discours, (...)

« la forme interrogative, conjointe à la présence d'une telle locution, revient à interroger autrui sur cette prise en charge elle-même : c’est-à-dire à le mettre en demeure de la justifier29 »

33L’apport de J. Milner est d’avoir insisté sur l’altérité des deux sujets de l’interlocution à partir de ces cas critiques où il y a en fait demande d’assentiment ou de confirmation de soi :

  • 30 Judith Milner, « Éléments pour une théorie de l’interrogation », Communications, 20, 1973, Paris, (...)

« le locuteur 1 dit ce qu’il a à dire, mais le locuteur 2 est impérieusement censé n’en rien faire30 »

Question et résolution

34Au-delà de la dénonciation, liée à l’enjeu du débat parlementaire cité en exemple, de la manipulation politique dont le projet de loi serait l’instrument et qui montrerait une conception pervertie de la politique au service du pouvoir : « une dose d’intérêts personnels et de savants calculs pour séduire l’électoral afin d’accéder aux fonctions et de conserver sa place », selon un sénateur (A. Dupont, 1er février), au-delà du fait que le discours dominant est ici un discours d’opposition, la question rhétorique apparaît comme une figure qui est d’une part caractéristique de la parole politique, dans sa nature essentiellement conflictuelle, avec les jugements normatifs dépendant de l’« institutionnalisation des discours » (Habermas), et qui manifeste d’autre part les positions énonciatives et subjectives des acteurs dont l’engagement dans l’argumentation se fonde sur une raison et une conviction politiques, qui tendent à être radicalisées. La confrontation rationnelle des arguments, réelle et parfois dense, se double alors d’un discours de disqualification des propositions, intentions et actions auxquelles l’orateur s’oppose ou réagit, en faisant valoir ce que représente sa propre position, tout en se situant dans l’espace intersubjectif de la discussion, même biaisée.

Notes

2 Alex Muchielli, L’Art d’influencer. Analyse des techniques de manipulation, Paris, Armand Colin, 2000.

3 Ibid., p. 28.

4 Charles S. Peirce, « Les enjeux du pragmaticiste » (« Issues of pragmaticism », 1905), in À la recherche d’une méthode, trad. de J. Deledalle-Rhodes et M. Balat, sous la dir. de Gérard Deledalle, Presses Universitaires de Perpignan, 1993, p. 333.

5 On pourra se reporter à l’utile thesaurus de Laurent Pernot : « Le système de la rhétorique », in La Rhétorique dans l’Antiquité, Le livre de poche, 2000.

6 Hermogène, L’Art rhétorique, trad., introd. et notes de Michel Patillon, Lausanne, L’Âge d’Homme, 1997.

7 Ibid., p. 523.

8 Pierre Fontanier, Les Figures du discours, Paris, Flammarion, 1968, p. 368.

9 Arthur Schopenhauer, L’Art d’avoir toujours raison ou Dialectique éristique, trad. Henri Plaud, Paris, Circé, 1990.

10 Ibid., p. 31.

11 Ibid., p. 8.

12 Ibid., p. 68.

13 Ibid., p. 8.

14 Jürgen Habermas, Morale et communication, Paris, Cerf, 1986, p. 92.

15 Jürgen Habermas, De l’éthique de la discussion, Paris, Cerf, 1992, p. 122.

16 Selon cette règle, « Les participants ne peuvent vouloir se convaincre que pour autant qu’ils présupposent pragmatiquement que leur « oui » ou leur « non » se laissent déterminer par la seule force sans contrainte de l’argument meilleur. » (De l’éthique de la discussion, p. 122)

17 Voir Karl-Otto APEL, Éthique de la discussion, Paris, Cerf, 1994.

18 J’ai utilisé comme corpus l’ensemble des comptes rendus intégraux des interventions des sénateurs (soit un ensemble de 692 pages pour les 10 séances du 16 janvier au 18 mars 2001) à propos de la discussion de la proposition de loi organique (n° 166, 2000-2001), adoptée par l’Assemblée nationale, après déclaration d’urgence, modifiant la date d’expiration des pouvoirs de l’Assemblée nationale. (Rapport n° 186, 2000-2001). L’objectif concret de la décision était de reporter du premier mardi d’avril au troisième mardi de juin la date d’expiration des pouvoirs de l’Assemblée nationale, modification conduisant, en 2002, à l’organisation d’une élection présidentielle juste avant les élections législatives.

19 Séance du 1er février 2001.

20 Souligné par nous.

21 Id.

22 Jean-Pierre Schosteck, séance du 23 janvier 2001.

23 Schopenhauer, op. cit., p. 9.

24 Séance du 25 janvier 2001.

25 Pour donner un ordre d’idée, dans les deux séances du 23 janvier et du 25 janvier 2001, où nous prenons nos exemples, on trouve, pour la première qui fait 195 pages, 200 interrogatives et, pour la seconde qui fait 164 pages, 164 interrogatives.

26 On se reportera notamment à Antoine Culioli, Notes du séminaire de DEA 1983-1984, Université Paris 7, Département de recherches linguistiques, Poitiers, 1985.

27 Le terme de pondération doit être compris dans les deux sens économique et mathématique, soit d’une part comme « l’attribution d’une valeur relative à une variable en référence à d’autres variables ou valeurs » et comme « l’affectation d’un coefficient (un poids) à une variable, en vue de modifier son influence sur un résultat » (Petit Robert).

28 Nous distinguons dans les opérations de modalisation, qui sont des opérations d’évaluation des relations établies dans les énoncés, celle qui concernent la validation de ce qui est ainsi énoncé (être le cas ou non) et les opérations de valuation, que nous pourrions appeler de valorisation (en positif ou en négatif) dans la mesure où elles concernent des qualités estimées par un jugement.

29 Judith Milner et Jean-Claude Milner, « Interrogations, reprises, dialogues », in Langue, discours, société. Pour Émile Benveniste, J. Kristeva, J.-C. Milner, N. Ruwet (dir.), Paris, Seuil, 1975, p. 138.

30 Judith Milner, « Éléments pour une théorie de l’interrogation », Communications, 20, 1973, Paris, Seuil, p. 1.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search