Version classiqueVersion mobile

Argumentation et discours politique

 | 
Simone Bonnafous
, 
Pierre Chiron
, 
Dominique Ducard
, 
et al.

Troisième partie. Argumentation et manipulation

16. Donner la parole au peuple ? Rhétorique et manipulation des contiones à la fin de la République romaine

Philippe Moreau

Texte intégral

  • 2 Sur la contio, cf. Fergus Millar, « Politics, Persuasion and the People before the Social War (150 (...)
  • 3 Sur ces règles, cf. Pina Polo, Las Contiones, op. cit., p. 42-91.

1La recherche historique récente a attiré l'attention sur une institution politique romaine, la contio2, dont on peut affirmer qu'elle constituait un dispositif de communication entre les gouvernants et le peuple. Cette procédure était encadrée par des règles coutumières strictes, dont on ne rappellera que quelques-unes3 : seul un magistrat ou un tribun de la plèbe, dans certains cas un prêtre, pouvait la convoquer, la présider et y mettre fin ; la dissymétrie entre magistrat et citoyens est totale : seul le magistrat était autorisé à parler, le public n'étant là que pour écouter et ne devant jamais prendre la parole de sa propre initiative, individuellement ou collectivement, puisque le magistrat ou tribun y était le maître de l'accès à la parole, qu'il autorisait ou obligeait autrui à parler, ce qui s'appelait producere ad populum. En toute hypothèse, c'est le président de la contio qui choisit le ou les simples citoyens auxquels il donnera accès à la parole publique.

  • 4 Contiones seditiosae et turbulentae : Pina Polo, Las Contiones, op. cit., p. 243 ; exigence du sil (...)

2À la fin de la République, le mécanisme des contiones, comme celui des autres éléments du système politique romain, s'est déréglé, et les partisans du système politique traditionnel (celui qui fonctionnait au milieu du IIe siècle av. J.-C. et que l'on peut décrire brièvement comme un système aristocratique à inflexion démocratique) caractérisent sur le mode de la nostalgie les contiones de jadis, où le public gardait le silence, par un système de double opposition : opposition aux contiones contemporaines, marquées par les cris et les clameurs, celles que Cicéron appelle turbulentae ou seditiosae, et opposition aux assemblées des démocraties grecques, marquées par l'intervention du public4. Pour illustrer cet idéal du public silencieux devant ses magistrats qui l'informent ou cherchent à le persuader, il suffira de citer une des pseudo-lois du De legibus de Cicéron :

  • 5 Cic., Leg. 3, 4, 11 : qui agent... rempopulum docento, doceri a magistratibus priuatisque patiunto

« que ceux qui conduiront un débat public... informent le peuple sur les affaires, que les citoyens acceptent d'être informés par les magistrats et les particuliers5 »

3Cicéron ne fait que rappeler la dissymétrie essentielle de la contio : les magistrats et les simples citoyens qu'ils « font paraître » devant le public parlent, les citoyens se taisent. Un autre texte du même auteur illustre l'opposition entre le bon peuple, celui qui écoute en silence, et le groupe des factieux qui accueille le discours des magistrats par des cris : il s'agit d'un extrait de discours judiciaire, mais prononcé à l'occasion d'un iudicium populi, la fameuse affaire de Rabirius, en 63. Dans cette procédure, on examinait les faits en interrogeant l'accusé et les témoins et on entendait la défense de l'accusé lors de trois contiones, et le peuple votait ensuite dans les comitia centuriata sur le sort de l'accusé. Cicéron a intégré dans le discours publié un incident d'audience survenu pendant qu'il plaidait pour Rabirius, lors de la dernière des trois contiones préparatoires : alors qu'il avait affirmé la légitimité de la mise à mort par Rabirius du tribun de la plèbe Saturninus, en 100, les assistants l'auraient interrompu par des cris violents de protestation :

  • 6 Cic., Rab. perd. 6, 18 : utinam hanc mihi facultatem causa concederet utpossem hocpraedicare, C. R (...)

« croyez-moi : jamais le peuple romain ici présent, en silence (populus Romanus hic qui si/et), ne m'aurait élu consul, s'il avait cru que vos cris me troubleraient6 »

4Cicéron oppose le vrai populus Romanus, qui se tait lors de la contio et ne s'exprime que par ses votes, au petit nombre de ceux qui crient, et au moment où il rappelle la dissymétrie traditionnelle, il la justifie de manière tour aussi traditionnelle : le magistrat a la parole parce qu'il est informé des affaires, et le peuple ne l'a pas parce qu'il est ignorant (imperitos, stultitiae), et n'est là que pour s'instruire.

5Que cette justification relève de l'idéologie aristocratique traditionnelle, on peut en trouver la preuve dans une réplique fameuse d'un membre de la lignée des Scipions, le consul de 138 : le contexte est celui d'une crise des subsistances et d'une proposition tribunicienne d'envoi d'une mission d'achat de blé à l'étranger. Le tribun fait paraître les consuls devant le peuple, pour les obliger à prendre position face à celui-ci, et Scipio Nasica se prononce contre la proposition tribunicienne. Cris de protestation du public, et réplique du consul Nasica :

  • 7 Val. Max., 3 De fiducia sui, 7, 3 : annonae caritate increscente, C. Curiatius tr. pl. productos i (...)

« taisez-vous, je vous prie, citoyens, car je sais mieux que vous ce qui est utile à l'État7 »

6Et comme la République aristocratique fonctionne encore, le public accepte ce rappel à l'ordre, selon le récit « exemplaire » de Valère Maxime.

7Cicéron était extrêmement attaché au silence du public dans les contioties, à un point qui peut paraître paradoxal, comme le démontre un épisode de la discussion, en 57, de la loi consulaire qui le rappelait d'exil, tel qu'il le rapporte dans le Pro Sestio :

  • 8 Cic., Sest. 50, 106 : habuit de eodem me P. Lentulus consul contionem. Concursus est populi Romani (...)

« le consul P. Lentulus tint une autre réunion publique à mon sujet. Le peuple romain y accourut en foule. Tous les ordres, toute l'Italie s'y rassemblèrent. Il plaida ma cause avec une autorité et une éloquence remarquables, au milieu d'un tel silence, d'une approbation générale si complète qu'il semblait que rien d'aussi agréable au peuple n'avait jamais frappé les oreilles de celui-ci8 ».

  • 9 Cic., Sest. 50, 108 : quo silentio sunt auditi de me ceteriprincipes ciuitatis ! (dans quel silenc (...)

8Quand on lit ce passage, on ne peut manquer de se demander comment Cicéron peut considérer qu'il y a approbation de la part du public (on notera l'insistance sur le terme populus Romanus, c'est le « vrai » peuple), puisque celui-ci ne formule aucune opinion. On est bien obligé de considérer que la marque d'approbation, c'est le silence lui-même, ce que confirme un autre passage du Pro Sestio9.

9Cette volonté de maintenir le public dans le silence est également nette dans une lettre à Atticus de 57 av. J.-C. Rappelons le contexte historique : Cicéron de retour d'exil a proposé un sénatus-consulte confiant à Pompée la responsabilité de l'approvisionnement (cura annonae), durant une crise des subsistances. Les magistrats tiennent une contio collective, dans laquelle on lit d'abord au public le texte du sénatus-consulte (bonne illustration du rôle d'information de la contio), avant que la quasi-totalité des magistrats qui président collectivement ne donnent la parole à Cicéron, simple priuatus. Le nom de Cicéron figurait, tout naturellement, puisqu'il était l'auteur de la proposition, parmi les sénateurs chargés de la rédaction de la décision sénatoriale, ceux qui scribendo adfuerunt, peut-être même le premier, étant donné son rang consulaire :

  • 10 Cic., Att. 4, 1, 6 : quo senatus consulto recitato continuo, cum multitudo more hoc insulso et nou (...)

« Et une fois qu'on eut donné sur le champ lecture publique de ce sénatus-consulte, alors que la foule, selon cette nouvelle pratique stupide, avait applaudi à la lecture de mon nom, je pris la parole. Tous les magistrats présents à l'exception d'un seul préteur et de deux tribuns me l'avaient donnée10 »

10La manifestation d'approbation que constituent les applaudissements, bien que ce soit à son bénéfice, lui paraît insupportable lors d'une contio, ne serait-ce que parce que c'est une nouvelle manière de faire : nouo more. Et peut-être parce que c'est une pratique dérivée des habitudes au théâtre. Non seulement les manifestations orales, comme les cris, mais même les bruits comme les applaudissements, sont désapprouvés.

  • 11 N° 362, p. 311 Pina polo.
  • 12 Cic., Phil. 4, 1,2 : nam est hostis a senatu nondum uerbo appellatus, sed re iam iudicatus Antoniu (...)
  • 13 Cic., Phil. 4, 3, 6-7 : ut ostenditis ; negatis ; 4, 4, 8 : negatis.

11C'est seulement à la fin de sa vie, et au milieu de l'effondrement du système constitutionnel, que Cicéron a évolué sur ce point, comme d'ailleurs sur le respect des lois ou le rôle de la violence dans la vie politique : plusieurs passages de la 4e Philippique, texte publié d'une intervention de Cicéron lors d'une contio tribunicienne tenue le 20 décembre 4411 relatent avec approbation des manifestations de citoyens lors d'une contio12. Ceux de ces passages qui s'expriment au présent13 sont supposés s'être produits durant le discours même de Cicéron, et il les a introduits dans la version publiée du discours, comme on l'a vu à propos de Pro Rabirio. Les passages où Cicéron emploie le parfait sont censés correspondre à un moment antérieur à son propre discours, lorsque le tribun qui présidait, M. Seruilius, informait le public des décisions que venait de prendre le sénat et que Cicéron commenta ensuite. Quel que soit le degré d'authenticité que l'on accorde à ces manifestations populaires d'approbation, point sur lequel il faudra revenir, le fait significatif est que Cicéron lui-même, dans la publication de ses contiones de 44, a dû renoncer au modèle traditionnel qui avait sa préférence, celui de la contio dans laquelle le public n'approuve que par son silence.

12Ce qui, dans ce modèle traditionnel, était en fait désapprouvé, ce sont les manifestations collectives, spontanées (on a vu que les magistrats donnaient souvent la parole à des priuati, mais choisis par eux) et qui échappent à l'autorité du magistrat président. La bonne manière de prendre la parole, quand on est un simple citoyen, est illustrée par une anecdote de Tite-Live, datant de 171 : un consul fait procéder à l'enrôlement des troupes pour la guerre de Macédoine, et de vieux centurions refusent d'être enrôlés à nouveau. Il y a appel aux tribuns et le consul demande que l'on tienne une contio pour exposer le débat au peuple :

  • 14 Liv., 42, 34, 1 : postquam consul, quae uoluerat, dixit, Sp. Ligustinus ex eo numéro, qui tribunos (...)

« une fois que le consul eut dit ce qu'il souhaitait dire, Sp. Ligustinus, un de ceux qui avaient fait appel aux tribuns de la plèbe, demanda aux consuls et aux tribuns la permission d'adresser quelques mots au peuple. Il s'exprima ainsi, diton, avec la permission de tous les magistrats et tribuns : "Citoyens, je suis Sp. Ligustinus, membre de la tribu Crustumina, originaire de Sabine", [etc.]14 »

13Dans ce cas, il y a une demande spontanée de prise de parole, non sollicitée par le magistrat, mais elle est individuelle, et elle respecte l'autorité supérieure du consul et des tribuns : on remarquera que le centurion laisse le consul s'exprimer le premier, et complètement, et qu'il ne demande à prononcer que pauca, « quelques mots ». Les détails de ce récit ne s'appuient probablement sur aucune source fiable, mais Tite-Live décrit, en fait, une sorte de fonctionnement idéal des institutions.

  • 15 Pina Polo, Las Contiones, op. cit., p. 76.

14Telles sont donc les règles qui encadrent les contiones pendant la période médio-républicaine. Or, il semble qu'à la fin de la République une pratique autre se soit instaurée, consistant à « donner la parole au peuple15 ».

  • 16 Cic., Manil. 20, 59 : reliquum est ut de Q. Catuli auctoritate et sententia dicendum esse uideatur (...)

15Le premier cas est apparemment celui d'une contio tenue en 67 par le tribun de la plèbe A. Gabinius. La question débattue devant le public est de savoir s'il faut ou non confier par plébiscite, comme le propose Gabinius, le commandement de la guerre contre les pirates à Pompée. Cinq sources16 font connaître un épisode concernant Q. Lutatius Catulus, alors sénateur consulaire et triomphateur. Catulus est opposé à l'attribution d'un commandement extraordinaire à Pompée, mais Gabinius, maître des prises de parole, le fait néanmoins paraître devant : le public. Les sources indiquent qu'il développe un argumentaire assez long (Plutarque), laudatif pour Pompée, et un argument en particulier, que les sources isolent. L'argument est assez sophistique : si vous désignez cet exceptionnel général et qu'il meure durant les opérations, vous ne pourrez plus l'utiliser ensuite. Le point intéressant est que Catulus a formulé l'argument sous forme de question adressée au public (les cinq textes concordent sur ce point) : « qui enverrez-vous, si vous perdez Pompée ? ». Et la surprise vient de la réponse du public, formulée avec de légères différences de forme selon les sources : soit un pronom personnel, « Toi ! » (Cicéron, mais il raconte ce petit dialogue au style indirect, j'y reviendrai ; Valère Maxime ; Plutarque ; Dion Cassius), soit un pronom personnel et le nom de Catulus (Velleius Paterculus). Le plus sensible à la forme stylistique de la réponse du public est Valère Maxime, qui souligne sa brièveté et son efficacité : « le temps de prononcer deux syllabes », duarum syllabarum spatio inclusum. Cette réponse est unanime, selon nos sources, autant que si elle avait été convenue à l'avance, note Dion Cassius. La conclusion de ce bref échange est que Catulus comprend qu'il a échoué, et qu'il quitte la contio, couvert d'honneur à titre personnel et vaincu comme homme politique et comme orateur. Les auteurs anciens soulignent que la réponse du public était une marque d'honneur attribuée à Catulus, tout en étant une manière de repousser son argument, en lui rappelant que le peuple romain ne manquait pas de bons généraux. On ne qualifiera donc pas cette réponse de la contio comme relevant de l'ironie, puisque les sources insistent sur le véritable respect porté par le peuple à Catulus, mais on pourrait y voir un trait de comique παρά προσδοκίαν, « contre l'attente ».

16En tout cas, un point me paraît certain : Catulus n'avait nullement l'intention d'interroger véritablement le peuple, et sa question était une question purement rhétorique, destinée à suggérer une réponse négative (« Personne »), dans l'esprit de chacun de ses auditeurs. Avec une sorte d'humour, le public a pris (ou feint de prendre) pour une véritable question ce qui n'était qu'une figure de rhétorique. Et, en pratiquant une rhétorique plus subtile que l'orateur même, le public a réduit Catulus au silence. Ce qui amène à considérer que Catulus n'attendait aucune véritable réponse, c'est-à-dire aucun nom de général romain, c'est bien entendu la logique même de son argumentation, qui n'a de sens que s'il amenait le public à prendre conscience de la conséquence paradoxale des qualités militaires exceptionnelles de Pompée : c'était un général tellement excellent que le mieux était de ne pas l'employer. Mais il y a aussi une seconde raison : Catulus est un optimas, et il n'aurait jamais eu l'idée de donner réellement la parole au peuple. Il a donc été surpris (et réduit au silence et au retrait) non seulement par le contenu de la réponse du public, mais probablement déjà simplement par le fait même que le public ait eu l'audace de lui répondre. Un dernier mot sur la forme de la réponse inattendue du public. Les sources historiques latines et grecques la rapportent au style direct, seul Cicéron, unique source contemporaine, la rapporte au style indirect, ce qui peut trahir une réticence : bien que Cicéron approuve, en termes politiques, la position du peuple favorable au commandement exceptionnel de Pompée, il ne pouvait en revanche accepter à cette époque la forme qu'elle avait prise.

17Pour affirmer le caractère politiquement marqué de l'interrogation du peuple réuni en contio, on peut se fonder sur deux épisodes de 57 et 56, années particulièrement agitées.

  • 17 N° 306, p. 300 Pina polo.
  • 18 Voir sur ces projets Philippe Moreau, « La rogatio des huit tribuns de 58 av. J.-C. et les clauses (...)

18La première contio est tenue en 57 par App. Claudius Pulcher, alors préteur, frère aîné de P. Clodius, réunion dont l'objectif est de convaincre le peuple de repousser un projet de loi rappelant Cicéron d'exil17 Le contexte ne permet pas de savoir précisément lequel des divers projets élaborés en 57 était l'objet de la dissuasio d'Appius, celui des huit tribuns ou la rogatio consulaire qui finit par être votée, mais peu importe ici18 nous ne possédons qu'une source unique, encore un passage du Pro Sestio :

  • 19 Cic., Sest. 59, 126 : At uero illepraetor, qui de me non patris, aui, proaui, maiorum denique suor (...)

« Ce préteur, selon une pratique qui n'était pas celle de son père, de son grand-père, de son arrière-grand-père, ni en un mot celle de ses ancêtres, mais celle de la grécaille, interrogeait la contio, lui demandant si elle voulait que je revienne. Et quand il avait reçu en réponse les cris poussés par les voix éteintes des gens qu'il payait, il disait que le peuple romain répondait “Non”, lui que, quand il assistait tous les jours aux spectacles de gladiateurs, personne ne regarda jamais à son arrivée19 »

  • 20 Pina Polo, Las Contiones, op. cit., p. 76 n. 132 ; id., Contra arma uerbis. Der Redner vor dem Vol (...)
  • 21 Michael H. Crawford (ed.), Roman Statutes, 2 vol., Londres [Bulletin of the Institute of Classical (...)

19Cicéron exprime son opposition à la procédure consistant à « interroger la contio » en la caractérisant de manière doublement négative, comme non conforme aux traditions ancestrales (celles des ancêtres même d'Appius), et comme conforme aux habitudes grecques. On a affaire à une véritable question, appelant une réponse positive ou négative, dont le contenu est très significatif : uelletne me redire ? Francisco Pina Polo, qui a étudié ce texte, écrit dans son ouvrage de 1989 qu'Appius s'est comporté « comme s'il s'agissait d'un référendum », et parle dans son livre de 1996 de « Volksbefragung20 », ce qui est une curieuse formulation, puisque le modèle qui est à l'oeuvre derrière le comportement d'Appius est clairement celui de la procédure habituelle du vote d'une loi comitiale, comme l'atteste l'emploi du verbe uelle. La question d'Appius Claudius est à l'évidence modelée sur celle qui constituait la formulation obligatoire d'un projet de loi soumis au peuple, d'une rogatio, formulaire bien connu, dont on peut se contenter de citer une attestation épigraphique, celle de la lex Gabinia de Délos, qui a l'avantage de combiner de manière inhabituelle le début du formulaire d'une lex au sens plein, après son adoption par le vote du peuple, et la formulation initiale d'une rogatio21 Le texte de la rogatio lu par le praeco aux comices commençait par uelitis iubeatis (1. 5). Et le texte définitif de la loi conservait le souvenir de cette question et de la réponse du peuple : (N) populum iure rogauitpopulusque iure sciuit (1. 2). Ce que fait Appius, c'est s'adresser à une contio {contionem interrogare) comme il devrait le faire aux comitia (populum iure rogare) et solliciter du public une réponse verbale, alors que la seule réponse que le peuple puisse donner iure, c'est par le vote en centuries ou en tribus qu'il peut le faire (et, depuis les lois tabellaires, c'est une réponse écrite). En fait, Appius faisait voler en éclat la fiction nominaliste sur laquelle était fondée le système politique romain, fiction de l'unicité, de la permanence et de l'identité du populus Romanus, alors que le public que haranguaient les orateurs n'était pas le peuple qui prenait les décisions, et ce, pour deux raisons : dans la contio, les Quirites auxquels on s'adresse sont rassemblés en masse, sans classement, comme un agrégat d'individus, de consciences auxquelles s'adresse l'effort de persuasion de l'orateur. Alors que dans les comitia, ce sont les unités votantes qui sont comptabilisées, comme on sait, ce qui produit un important effet de distorsion, surtout aux comitia centuriata. D'autre part, étant donné la fréquence des contiones, tenues presque chaque jour à la fin de la République, parfois plusieurs le même jour, et deux concurremment, seule la plèbe urbaine avait la possibilité matérielle d'y assister. Alors que pour les votes importants (ainsi, la loi de rappel de Cicéron), on battait le rappel des élites des municipes et des colonies les moins éloignés de Rome. À ce propos, il faut noter que cette fiction est aussi celle qui fonde tous les traités latins de rhétorique (on a presque envie de parler de « pacte littéraire » à leur propos) : leurs auteurs et leurs lecteurs doivent partager des conceptions implicites, celle que l'orateur s'adresse au « peuple », et qu'il est utile de tenter de le persuader, que cette conduite à un sens. Or, si on replace ces présupposés dans le contexte institutionnel contemporain, ce sont-là des idées tout à fait discutables.

20Quand Appius attribuait, même de manière purement symbolique et verbale, une des prérogatives des comitia à la contio, opérant une sorte de court-circuit institutionnel, il faisait sauter un des verrous qui permettaient au système aristocratique de contrôler l'expression de la volonté populaire. On pourrait donc considérer que l'on est en présence d'une tentative réelle pour « donner la parole au peuple », de la part du courant popularis du milieu du Ier siècle av. J.-C., donc d'une réelle innovation politique.

  • 22 N° 314, p. 302 Pina Polo.
  • 23 Cic., Q. fr. 2, 3, 2 : Ille furens et exsanguis interrogabat suos in clamore ipso quis esset qui p (...)
  • 24 Cf. Gregory S. Aldrete, Gestures and Acclamations in Ancient Rome, Baltimore et Londres, 1999, p. (...)
  • 25 Pina Polo, Las Contiones, op. cit., p. 77 n. 133 ; Cic., Sest. 55, 118 : nam cum ageretur togata, (...)

21En fait, un autre cas de contio amène à nuancer fortement cette conclusion provisoire. Il s'agit d'une réunion tenue en 56 par l'édile P. Clodius Pulcher (frère d'Appius), à l'occasion du iudicium populi pour violence qu'il avait intenté à Milon22. Dans cette procédure judiciaire, la distinction entre public auquel on parle (contio) et peuple qui décide (comitia) était, bien entendu, également respectée, comme dans la procédure de décision politique. Trois textes23 indiquent que Clodius détourna ces contiones en autant de manifestations hostiles à Pompée, selon une procédure soigneusement organisée à l'avance : il interrogeait la contio (Cicéron dit interrogabat suos, Plutarque, ερωτήματα τοιαύτα προύβαλλε, Dion Cassius, όποτε πύθοντο et έπηρώτα) sur l'identité d'un individu caractérisé par ses positions politiques, selon Cicéron, par son comportement privé, selon Dion Cassius, sur tous les sujets, selon Plutarque. Et les affidés de Clodius répondaient en criant le nom de Pompée. Comme son frère Appius Claudius l'année précédente, Publius Clodius adressait donc des questions à une contio et en recevait une réponse. Non pas par oui ou par non, comme dans le vote d'une loi, mais par un nom propre. Les deux historiens grecs ne retiennent que le nom de Pompée, mais Cicéron, témoin contemporain, ajoute aussi celui de Crassus, à propos du choix d'un général à envoyer à Alexandrie. On a l'impression que le modèle est cette fois celui de l'élection, dans la forme qu'elle avait avant l'introduction des lois tabellaires, quand les citoyens indiquaient oralement aux scrutateurs les noms des candidats qu'ils avaient retenus. Dans le cas de Pompée, ce serait une anti-élection, en quelque sorte. Pourtant, une différence saute aux yeux : Publius avait préparé la (ou les) réponse(s). L'information ne vient pas de la source contemporaine, Cicéron dit seulement operae, les gens engagés et payés pour accomplir une certaine tâche. Plutarque s'exprime sur le mode de la comparaison : οι δ'ώσπερ χορός εις αμοιβαία συγκεκροτημένος (comme un chœur exercé au chant amébée), mais il fait état d'un signal, un des gestes communément pratiqués par les orateurs, analysé par Gregory Aldrete24 C'est Dion Cassius le plus précis : Clodius a entraîné ses partisans (παρασκευάσας) à prononcer un nom quand ils entendraient une question, et cela créait un effet d'entraînement parmi les citoyens assistant à la contio : τούτου των μεν έξαρχόντων των δέ συνεπηχούντων σφίσιν (les uns commençant, les autres reprenant tous en chœur). On peut considérer avec F. Pina Polo25 que Cicéron fait allusion à l'épisode qui nous occupe dans un passage du Pro Sestio, concernant une représentation au théâtre en 57 av. J.-C., marquée par une manifestation des acteurs contre Clodius :

« on représentait une comédie romaine, le Simulateur, me semble-t-il. Toute la troupe, en se penchant dans sa direction [il faut se rappeler que Clodius est sénateur et siège donc dans l'orchestra ; les acteurs n'ont qu'à se pencher depuis la scène], lança à la tête de cet individu souillé, en chantant tous ensemble à pleine voix : "Voilà, Titus, la suite et le dénouement de ta vie corrompue". Il était assis, le souffle coupé, et lui qui avait l'habitude de remplir ses réunions publiques des injures de ses chanteurs, était chassé du théâtre par les voix des chanteurs ».

22On ne peut pas trop presser le texte, mais si « lui qui avait l'habitude » (solebat) fait bien allusion au comportement de Clodius avant cet épisode, il pratiquait déjà les questions aux contiones et les réponses arrangées avant l'année 57.

  • 26 Le verbe συγκροτέω est employé à propos des choeurs : Démosth., In Midiam, 17.
  • 27 Voir en dernier lieu Aldrete, Gestures..., op. cit., p. 134-138.
  • 28 Cic., Sest. 54, 115 : comitiorum et contionum significationes sunt interdum uerae, sunt non numqua (...)
  • 29 Tac., Ann. 1, 16, 10.
  • 30 C. Nicolet, Le Métier de citoyen dans la Rome républicaine, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des H (...)

23Cicéron et les deux historiens grecs ont en tête deux modèles distincts, mais appartenant au même monde social, celui du théâtre : Cicéron et Plutarque, celui des acteurs et des choreutes auxquels on a fait répéter leur texte26 Dion Cassius, celui des claques de théâtre, dont l'activité est bien connue à Rome depuis Plaute27 dont Cicéron décrit le fonctionnement28 et que Tacite appelle précisément des operae29. Il n'est pas nécessaire d'insister sur les affinités entre comportements collectifs lors des spectacles et dans la vie politique à Rome (Cicéron associe comitia et contiones, d'une part, et théâtre et jeux de gladiateurs, d'autre part), puisque le phénomène a été relevé et théorisé depuis le Pro Sestio. Il suffira de renvoyer aux analyses classiques de Claude Nicolet30 Ce qui est important ici est que la réponse du public est marquée par un double caractère, mercenaire et concerté, selon Cicéron et les historiens grecs.

  • 31 Herbert Benner, Die Politik des P. Clodius Pulcher, Stuttgart [Historia Einzelschriften, 50], 1987 (...)
  • 32 Sur les altercationes, voir Theodor Mommsen, Le Droit public romain, tr. fr., 7, 1891, p. 130 et n (...)
  • 33 W. Jeffrey Tatum, The Patrician Tribune. Publias Clodius Pulcher, Chapel Hill et Londres [Studies (...)
  • 34 Rhet. Her. 4, 14, 20 (éd. G. Calboli, Bologne, 1969) : complexio est, quae utramque complectitur e (...)
  • 35 Quint., Inst. 9, 3, 30-31 : et ab isdem uerbis plura acriter et instanter incipiunt : « Nihilne te (...)

24Sur le plan rhétorique, cette technique de dialogue a été décrite par Herbert Benner31 comme une altercatio32 ce qui me semble inexact pour plusieurs raisons : l'altercatio concerne deux individus, non un individu et un groupe ; elle oppose deux adversaires, qui s'attaquent réciproquement, et non des complices qui s'en prennent de concert à un tiers ; enfin, l'altercatio est caractérisée par la spontanéité, ce qui n'est pas le cas ici, on vient de le voir. Un autre historien, le biographe de Clodius, W. J. Tatum33 décrit plus justement le comportement de Clodius et de ses operae comme relevant d'une des formes de la figure rhétorique appelée complexio, dans la Rhétorique à Herennius34 et que Quintilien distingue de la repetitio (anaphore) sans toutefois la nommer35. Il est intéressant de noter que dans l'exemple commun à la Rhétorique à Herennius et à Quintilien (sans doute un fragment de discours de Caton l'Ancien) et dans l'exemple additionnel de Quintilien (emprunté à la Ire Catilinaire), on a affaire à un jeu de questions et de réponses. La figure peut donc associer deux éléments : une question rhétorique et une forme de ce que Quintilien ramène globalement à la geminatio, la répétition d'un élément.

  • 36 Pina Polo, Contra arma uerbis, op. cit., p. 21, considère que le fait d'Interrogare contionem rele (...)
  • 37 Aldrete, Gestures..., op. cit., p. 117 et n. 28 (contrairement à Aldrete, je considère que Plut., (...)

25Clodius a donc repris une figure de rhétorique bien répertoriée dès la fin de la République, mais il l'a perfectionnée, en répartissant les énoncés entre l'orateur et le public. Cette véritable « mise en scène » de la complexio impliquait une préparation, une répétition au sens théâtral du mot. Dans tout cela, le public ne reçoit la parole que pour formuler des énoncés dont il n'est pas le maître, à un moment qu'il ne choisit pas davantage36. On peut donc dire que l'apport de Clodius relève de l'histoire de la rhétorique ou de la linguistique de l'énonciation : Aldrete37 rapporte le comportement de Clodius à une forme d'échange appelée « call-and-response », dans laquelle chaque énoncé de l'orateur est repris par le public ou donne lieu à une réponse, ce qui tend à brouiller la distinction entre orateur et auditoire. Mais on ne peut pas dire que l'innovation de Clodius concerne l'histoire de la démocratie. Il en aurait été autrement s'il avait réellement, comme semble le suggérer Benner, introduit la pratique de l'altercatio dans les contiones, permettant par exemple à un citoyen d'interpeller le magistrat, de l'interroger, de lui répliquer, tout comme le magistrat pouvait le faire avec le priuatus qu'il « produisait devant le peuple ». La procédure d'altercatio est un mode de délibération que le système politique romain limitait aux sénateurs (je laisse de côté l'altercatio entre avocats dans le procès pénal et civil, qui a toutefois un point commun avec l'altercatio sénatoriale : elle est pratiquée entre personnes qui se reconnaissent d'une certaine manière comme des égaux), et qui était caractérisé par une très grande liberté dans le mode et le contenu des interventions. Mais ce n'est pas le type de relation que Clodius voulait instaurer avec le public.

  • 38 Caes., du. 1,7 : quibus rebus cognitis, Caesarapudmilites contionatur. [...]Hortatur, cuius impera (...)
  • 39 N° 95, p. 337 Pina Polo.
  • 40 Millar, The Crowd, op. cit.·, p. 207-208.

26Pour terminer, on peut à présent rapprocher un texte rapidement entrevu de Cicéron et un texte fameux de César38 fameux puisqu'il est tiré du passage du De bello ciuili qui constitue un des plus beaux exemples de « déformation historique », le passage dans lequel César ne raconte pas comment il a passé le Rubicon. La contio relatée39 se tient à Ravenne, au début de 49, dans la province de Gaule cisalpine. Nous avons un résumé du discours d'exhortation de César, et la mention de la réponse des soldats. Celle-ci a été analysée par Fergus Millar40 qui note tout d'abord qu'on ne peut prendre ce passage pour «an objective report », ce qui est certain, et se demande s'il est vraisemblable que César ait abordé devant de jeunes recrues de Cisalpine ou d'Italie des problèmes constitutionnels complexes comme le droit d'intercession de tribuns. Millar ne donne pas de réponse nette à sa propre question, mais il me semble qu'une question préliminaire se pose face au texte de César : qu'ont dit effectivement ses soldats ? Et même, qui a pris la parole ? Comment devons-nous comprendre les dix mots latins de César, au style indirect, « sese paratos esse imperatoris sui tribunorumque plebis iniurias defendere », « qu'ils sont prêts à venger les torts infligés injustement à leur général et aux tribuns de la plèbe » ? Que tous les soldats spontanément ont dit ensemble parati sumus..., (nous sommes prêts...) ou simplement defendamus... (défendons...) ? Que certains d'entre eux, ou même un seul, a prononcé une phrase de ce genre, et que les autres l'ont approuvé par leurs cris ? Rien de tout cela n'est bien vraisemblable. Sans aller jusqu'au point extrême de l'hypercritique, en niant toute réponse des soldats quelle qu'elle soit et en considérant que César a purement et simplement forgé cette réaction d'approbation de la contio des soldats, le plus probable est que César narrateur, tout comme il a résumé son discours aux soldats, « résume » leur réaction, et qu'il rationalise, explicite, met en mots ce qui dut être un ensemble de cris indistincts. César, lui aussi, à sa manière « donne la parole au peuple », autrement que ne le faisait P. Clodius : en jouant de son double statut d'orateur et de narrateur.

  • 41 N° 363, p. 311 Pina Polo.

27Et cette « expression de la volonté du peuple », aussi biaisée, mais a posteriori, que l'était celle que mettait en scène préalablement Clodius, est utilisée comme argument vis-à-vis d'un second public, celui des lecteurs des Commentarii de bello ciuili. C'est le même procédé que Cicéron a employé cinq ans plus tard dans la publication d'une de ses contiones de 44, la dernière dans laquelle il ait pris la parole41 (et en même temps le dernier discours latin au « peuple » que nous possédions) :

  • 42 Voir supra, n. 12. Véronique Léovant-Cirefice (« Le rôle de l’apostrophe aux Quirites dans les dis (...)

« À ce moment-là, même si ce jour devait me mener à la fin de mon existence, j'ai obtenu une récompense suffisante lorsque, jusqu'au dernier, d'un seul coeur et d'une seule voix, vous vous êtes écriés que j'avais sauvé une seconde fois l'État42 »

28Cicéron vient de mentionner le sénatus-consulte du 20 décembre, et il va rappeler plus bas la séance du sénat tenue le 1er janvier. Cette expression collective du public s'est donc produite lors de la contio du 20. Lorsqu'il publie ce texte, Cicéron est dans la même situation d énonciation que César : il se fait le narrateur de son discours et des réactions des auditeurs à son discours, et quand il « donne la parole au peuple », rétrospectivement, il lui prête un discours articulé, au style indirect, « a me conseruatam esse rem publicam conclamastis ». On pourrait mener à propos de ce texte la même analyse que celle appliquée au texte de César, et ce rapprochement est inquiétant pour le général popularis. César aussi bien que Cicéron manipulent rétrospectivement la parole du peuple, en utilisant l'expression supposée, qu'en réalité ils formalisent dans une large mesure, de l'approbation qu'ils reçoivent de la fraction du peuple présente à la contio, pour créer un effet d'entraînement sur le reste du peuple, celui de l'Italie et des provinces.

  • 43 Cf. Christian Meier, RE Suppl.B. X, 1965, s. u. « Populares », col. 544 et 557 ; J. A. North, « De (...)

29Si bien que pour conclure cette présentation de quelques cas de parole apparemment donnée au peuple, on est amené à donner raison aux historiens les plus pessimistes quant au caractère démocratique du système politique romain et quant à l'action des populares et à la nature en fait peu démocratique de leur mode d'action, Christian Meier, John North et Nicola Mackie43 jamais les populares n'ont réellement tenté de remédier à un des aspects du mal dont est morte la République, l'écart existant entre contio et comitia, pourtant l'un et l'autre indistinctement assimilés au populus, ni non plus de mettre au point des procédures permettant de « donner la parole au peuple ». Pire, quand ils ont paru toucher au système de la contio, ce fut pour jouer au maximum de l'écart entre la plebs urbana, celle que Cicéron appelait la plebs contionalis, et le populus, en manipulant, par des procédés rhétoriques, l'expression de sa volonté.

Notes

2 Sur la contio, cf. Fergus Millar, « Politics, Persuasion and the People before the Social War (150-90 B. C.) », JRS 76, 1986, p. 1-11 ; id., The Crowd in Rome in the late Republic, Ann Arbor [Thomas Spencer Jerome Lectures, 22], 1998 ; Karl-Joachim Holkeskamp, «Oratoris maxima scaena. Reden vor dem Volk in der politischen Kultur der Republik », in Martin Jehne (ed.), Demokratie in Rom ? Die Rolle des Volkes in der Politik der romischen Republik, Stuttgart [Historia Einzelschriften, 96], 1995, p. 11-49 ; Egon Flaig, « Entscheidung und Konsens. Zu den Feldern der politischen Kommunication zwischen Aristokratie und Plebs », in M. Jehne, op. cit., p. 77-127. On trouvera une étude des procédures propres aux contiones et un catalogue des contiones attestées dans Francisco Pina Polo, Las Contiones civiles y militares in Roma, Saragosse, 1989. Paul J. J. Vanderbroeck (Popular Leadership and Collective Behavior in the Late Roman Republic [ca. 80 — 50 B.C.], Amsterdam, 1987) fournit également un catalogue, plus limité. Les contiones invoquées dans les notes qui suivent seront identifiées par leur numérotation dans ces deux catalogues, où l’on trouvera les références aux sources antiques.

3 Sur ces règles, cf. Pina Polo, Las Contiones, op. cit., p. 42-91.

4 Contiones seditiosae et turbulentae : Pina Polo, Las Contiones, op. cit., p. 243 ; exigence du silence : Millar, The Crowd, op. cit., p. 152.

5 Cic., Leg. 3, 4, 11 : qui agent... rempopulum docento, doceri a magistratibus priuatisque patiunto.

6 Cic., Rab. perd. 6, 18 : utinam hanc mihi facultatem causa concederet utpossem hocpraedicare, C. Rabiri manu L. Saturninum, hostem populi Romani, interfectum ! Nihil me clamor iste commouet sed consolatur, cum indicat esse quosdam ciuis imperitos sed non multos. Numquam, mihi credité, populus Romanus hic qui silet consulem me fecisset, si uestro clamore perturbatum iri arbitraretur. Quanto iam leuior est acclamatio ! Quin continetis uocem indicem stultitiae uestrae, testem paucitatis ! (Ah ! Si l’affaire me laissait la possibilité d’affirmer publiquement que c’est par la main de C. Rabirius qu’a été tué L. Saturninus, ennemi du peuple romain ! Vos cris ne m’ébranlent nullement, ils m’encouragent au contraire, puisqu’ils prouvent qu’il y a quelques citoyens mal informés, mais pas beaucoup. Croyez-moi : jamais le peuple romain ici présent en silence ne m’aurait élu consul, s’il avait cru que vos cris me troubleraient. Comme vos clameurs diminuent ! Pourquoi ne retenez-vous pas vos cris, qui dénoncent votre ignorance et attestent votre petit nombre ? — n° 21, p. 230 Vanderbroeck ; n° 263, p. 292 Pina polo). Même procédé de l’introduction dans le discours du récit d’un incident : Leg. agr. 3, 2, 1 ; voir aussi infra et n. 12, 13 et 42.

7 Val. Max., 3 De fiducia sui, 7, 3 : annonae caritate increscente, C. Curiatius tr. pl. productos in contionem consules compellebat ut de frumento emendo adque id negotium explicandum mittendis legatis in curia referrent. Cuius instituti minime utilis interpellandi gratia Nasica contrariam actionem ordiri coepit. Obstrepente deinde plebe : « Tacete, quaeso, Quirites, inquit, plus ego enim quam uos quid reipublicae expediat intellego » [ORF 4, n° 38, I, fr. 3, p. 157-158]. Qua uoce audita omnes pleno uenerationis silentio maiorem auctoritatis eius quam suorum alimentorum respectum egerunt. (comme la cherté des grains augmentait, le tribun de la plèbe C. Curiatius fit paraître les consuls devant le peuple réuni et essayait de les obliger à présenter un rapport au sénat sur l’achat de blé et sur l’envoi de légats à cette fin. Nasica commença à prononcer un discours en sens contraire, pour donner un coup d’arrêt à ce projet dépourvu de toute utilité. La plèbe fit alors du vacarme en signe de protestation et Nasica dit : « Taisez-vous, je vous prie, citoyens, car je sais mieux que vous ce qui est utile à l’État ». Ayant entendu ces mots, tous montrèrent par un silence plein de respect qu’ils accordaient plus d’importance à son autorité personnelle qu’à leur ravitaillement. - n° 180, p. 216 Pina Polo).

8 Cic., Sest. 50, 106 : habuit de eodem me P. Lentulus consul contionem. Concursus est populi Romani factus. Omnes ordines, tota in illa contione Italia constitit. Egit causam summa cum grauitate copiaque dicendi tanto silentio, tanta adprobatione omnium, nihil ut umquam uideretur tam populare ad populi Romani auris accidisse-n° 58, p. 248 Vànderbroeck ; n° 308, p. 301 Pina Polo.

9 Cic., Sest. 50, 108 : quo silentio sunt auditi de me ceteriprincipes ciuitatis ! (dans quel silence furent écoutés tous les autres dirigeants de la cité parlant de moi !).

10 Cic., Att. 4, 1, 6 : quo senatus consulto recitato continuo, cum multitudo more hoc insulso et nouo plausum meo nomine recitando dedisset, hahui contionem. Eam omnes magistratus praesentes praeter unum praetorem et duos tribunos pl. dederunt. — n° 60, p. 249 Vanderbroeck ; n° 309, p. 301 Pina polo.

11 N° 362, p. 311 Pina polo.

12 Cic., Phil. 4, 1,2 : nam est hostis a senatu nondum uerbo appellatus, sed re iam iudicatus Antonius. Nunc uero multo sum erectior quod uos quoque illum hostem esse tanto consensu tantoque clamore approbauistis (Antoine n’a pas été expressément qualifié d’ennemi de l’État par le sénat, mais dans les faits, il a été jugé tel. Mais à présent, je suis réconforté de ce que vous ayez approuvé, vous aussi, si unanimement et par des cris si vigoureux, l’idée qu’il est un ennemi de l’État) ; 4, 2, 5 : praeclare et loco, Quirites, reclamatione uestra factum pulcherrimum Martialium comprobauistis, (c’est de manière splendide et bien à propos que vous avez approuvé, citoyens, le comportement admirable des soldats de la légion de Mars) ; 4, 3, 6-7 : quarum legionum fortissimum uerissimumque iudicium confirmat senatus, comprobat uniuersus populus Romanus, nisiforte uos, Quirites, consulem, non hostem iudicatis Antonium. Sic arbitrabar, Quirites, uos iudicare ut ostenditis. Quid ? Municipia, colonias, praefecturas num aliter iudicare censetis ? Omnes mortales una mente consentiunt ; omnia arma eorum qui haec salua uelint contra illam pestem esse capienda. Quid ? D. Bruti iudicium, Quirites, quod ex hodierno eius edicto perspicere potuistis, num cui tandem contemnendum uidetur ? Recte et uere negatis, Quirites. (l’opinion pleine de courage et de vérité de ces légions est confirmée par le sénat, approuvée par la totalité du peuple romain, à moins que vous, citoyens, ne jugiez qu’Antoine est un vrai consul et non un ennemi de l’État. L’opinion que vous exprimez correspond à l’idée que je m’en faisais. Eh bien ! À votre avis, les municipes, les colonies, les préfectures en ont-elles une autre ? Tous les hommes sont unanimement d’accord : ceux qui veulent sauver ces cités doivent prendre toutes les armes existantes contre ce fléau. Eh bien ! Enfin, l’opinion de D. Brutus, que vous avez pu connaître grâce à l’édit d’aujourd’hui, quelqu’un la trouve-t-il méprisable ? Vous avez raison et c’est à juste titre que vous répondez « Non », citoyens) ; 4, 4, 8 : num igitur utrum horum sit dubitare possumus ? Atque ut uos una mente unaque uoce dubitare uos negatis, sic modo decreuit senatus, D. Brutum optime de re publica mereri, (pouvons-nous hésiter entre ces deux attitudes ? De même que vous répondez « Non » d’un seul cœur et d’une seule voix, de même le sénat a décrété que D. Brutus avait rendu de grands services à l’État). Un extrait de la 6e Philippique fait allusion à la contio lors de laquelle fut prononcée la 4e, 6, 1,2 : quo quidem tempore, etiam si ille dies uitaefinem mihi adlaturus esset, satis magnum ceperam fructum, cum uos uniuersi una mente atque uoce iterum a me conseruatam esse rem publicam conclamastis. (à ce moment-là, même si ce jour devait me mener à la fin de mon existence, j’ai obtenu une récompense suffisante lorsque, jusqu’au dernier, d’un seul cœur et d’une seule voix, vous vous êtes écriés que j’avais sauvé une seconde fois l’État).

13 Cic., Phil. 4, 3, 6-7 : ut ostenditis ; negatis ; 4, 4, 8 : negatis.

14 Liv., 42, 34, 1 : postquam consul, quae uoluerat, dixit, Sp. Ligustinus ex eo numéro, qui tribunosplebis appellauerant, a consule et ab tribunis petit, ut sibi paucis ad populum agere liceret. Permissu omnium ita locutus fertur : « Sp. Ligustinus Crustumina ex Sabinis sum oriundus, Quirites ». - n° 160, p. 272 Pina Polo.

15 Pina Polo, Las Contiones, op. cit., p. 76.

16 Cic., Manil. 20, 59 : reliquum est ut de Q. Catuli auctoritate et sententia dicendum esse uideatur. Qui cum ex uobis quaereret, si in uno Cn. Pompeio omnia poneretis, si quid eo factum esset, in quo spem essetis habituri, cepit magnum suae uirtutis fructum ac dignitatis, cum omnes una prope uoce in eo ipso uos spem habituros esse dixistis, (il me reste, semble-t-il, à dire un mot de l’autorité personnelle de Q. Catulus et de son opinion. Il vous avait demandé, au cas où vous concentreriez tous les pouvoirs sur la tête de Pompée et qu’il arrivât quelque chose à celui-ci, en qui vous placeriez vos espérances. Il a reçu une magnifique récompense de ses qualités et de son prestige, quand tous, presque d’une seule voix, vous avez dit que vous placeriez vos espérances; en lui) ; Vell., 2, 32, 7-8 : digna est memoria Q. Catuli cum auctoritas tum uerecundia. Qui, cum dissuadens legem in contione dixisset esse quidem praeclarum uirum Cn. Pompeium, sed nimium iam liberae rei publicae neque omnia in uno reponenda adiecissetque : « Si quid huic acciderit, quem in eius locum substituétis ? », succlamauit uniuersa contio : « Te, Q. Catule ! ». Tum ille uictus consensu omnium et tam honorifico ciuitatis testimonio e contione discessit. Hic hominis uerecundiam, populi iustitiam mirari libet, huius, quod non ultra contendit, plebis, quod dissuadentem et aduersarium uoluntatis suae uero testimonio fraudare noluit, (l’autorité personnelle et le sens des convenances de Q. Catulus sont aussi dignes de mémoire l’une que l’autre. Il avait pris la parole dans une réunion du peuple contre une proposition de loi, et déclaré que Cn. Pompée était à coup sûr un homme exceptionnel, mais qu’il tenait déjà une trop grande place dans une démocratie et qu’il ne fallait pas concentrer tous les pouvoirs sur une seule tête. Il ajouta ensuite : « S’il lui arrive quelque chose, qui mettrez-vous à sa place ? », et tous les citoyens réunis s’écrièrent : « Toi, Q. Catulus ! ». Alors, vaincu par cet accord unanime et par la marque de respect si flatteuse que lui accordaient les citoyens, il quitta la réunion. On peut admirer le sens des convenances du personnage en cette occasion et la justice du peuple : Catulus, parce qu’il ne défendit pas davantage son point de vue, la plèbe, parce qu’elle se refusa à priver d’une authentique marque de respect un orateur parlant contre le projet de loi et opposé à ses souhaits) ; Val. Max. 8, 15 Quae cuique magnifica contigerunt, 9 : Q. etiam Catulum populus Romanus uoce sua tantum non ad sidera usque euexit : nam cum ab eo pro rostris interrogaretur, si in uno Pompeio Magno omnia reponere perseuerasset, absumpto illo subiti casus incursu, in quo spem esset habiturus, summo consensu adclamauit « In te ! » Vim honorati iudicii admirabilem ! Si quidem magnum Pompeium cum omnibus ornamentis, quae rettuli, duarum syllabarum spatio inclusum Catulo aequauit, (c’est tout juste si le peuple romain ne porta pas également aux nues Q. Catulus par une parole qu’il prononça. Catulus lui avait demandé, du haut des Rostres, en qui il placerait ses espérances, au cas où il persisterait à concentrer tous les pouvoirs sur la tête du seul Pompeius Magnus et que celui-ci disparût, emporté par un coup du sort inattendu. Et le peuple parfaitement unanime s’écria : « En toi ! ». Effet admirable d’un jugement flatteur, puisque le peuple, le temps de prononcer deux syllabes, a égalé Catulus au grand Pompée et à tous ses titres de gloire, que j’ai rappelés) ; Plut., Pomp. 25, 10-11 : Κάτλου δε κατά του νόμου προσελθόντος, πολλήν μεν αίδουμενος ό δήμος ήσυχίαν παρειχεν, έπει δε πολλά μετά τιμής άνεπιφθόνως υπέρ του Πομπηίου διελθών συνεβουλευε φείδεσθαι και μή προβάλλειν τοιούτον άνδρα κινδΰνοις έπαλλήλοις και πολέμοις, « "Η τίνα, ειπεν, εξετε άλλον, άν άπολέσητε τούτον ; » έκ μιας γνώμης ύπεφώνησαν άπαντες, « Σε αυτόν ! »’O μεν ούν Κάτλος, ώς ουκ επειθεν, άπέστη. (Catulus s’avança pour prendre la parole contre le projet de loi, et le peuple, qui le respectait, garda un profond silence. Catulus parla longuement de Pompée avec éloge et sans manifester de jalousie, puis conseilla de le ménager et de ne pas jeter un homme de son importance dans des dangers répétés et des guerres. « Qui d’autre aurez-vous, si vous le perdez ? », dit-il. D’une seule voix, tous s’écrièrent : « Toi-même ! » Aussi Catulus, qui avait échoué à les convaincre, se retira-t-il) ; Dio Cass., 36, 36a [= XIPH., p. 4, 1. 2-11 Dind.] : Κάτλου δέ τίνος των άριστων άνδρών είρηκότος προς τον δήμον " έάν έπι ταϋτα έκπεμφθε\ς σφαλή, οια εν γε άγώσι πολλοίς και τούτοις θαλαττίοις φιλεΊ γίνεσθαι, τίνα άλλον άντ αυτόυ προς τα αναγκαιότερα εύρήσετε... " ό όμιλος σόμπας ώσπερ άπό συγκειμένου τινός άνεβόησεν ειπών “ σε”, (Catulus, un des optimates, s’adressa au peuple : « Si on envoie Pompée accomplir cette mission et qu’il lui arrive malheur, ce qui advient couramment lors de combats répétés, surtout sur mer, qui d’autre choisirez-vous à sa place pour les missions les plus nécessaires ? » Le peuple tout entier, comme s’il s’était mis d’accord, répondit en criant : « Toi !» - n° 9, p. 224 Vanderbroeck ; n° 246, p. 288 Pina Polo.

17 N° 306, p. 300 Pina polo.

18 Voir sur ces projets Philippe Moreau, « La rogatio des huit tribuns de 58 av. J.-C. et les clauses de sanctio réglementant l’abrogation des lois », Athenaeum, 67, 1-2, 1989, p. 151-178.

19 Cic., Sest. 59, 126 : At uero illepraetor, qui de me non patris, aui, proaui, maiorum denique suorum omnium, sed Graeculorum instituto contionem interrogare solebat, uelletne me redire, et, cum erat reclamatum semiuiuis mercennariorum uocibus, populum Romanum negare dicebat, is, cum cotidie gladiatores spectaret, numquam est conspectus cum ueniret. Millar, The Crowd, op. cit., p. 148, utilise ce texte comme preuve de l’existence de questions adressées aux contiones, sans relever la nouveauté et la transgression que constituait cette pratique.

20 Pina Polo, Las Contiones, op. cit., p. 76 n. 132 ; id., Contra arma uerbis. Der Redner vor dem Volk in der späten romischen Republik, Stuttgart [Heidelberger althistorische Beiträge und epigraphische Studien, 22], 1996, p. 21.

21 Michael H. Crawford (ed.), Roman Statutes, 2 vol., Londres [Bulletin of the Institute of Classical Studies, Supplement 64], 1996, n° 22, p. 346,1. 1-5 :
[A. Gab]iniu[s A. f. L. Calpurnius L. f. Piso co(n)s(ules)]
[populum] iuure r[ogauerunt populusq(ue) iuure sceiuit in foro pro]
[aede C]astor(is) a(nte) d(iem) VI k(alendas), tribus principium fuit, pro]
[tribu] A. Gabinius A. f. Capito pr[eimus sceiuit].
[Velitis] iubeatis, quom res publica pop[.
Voir, sur la forme de la rogatio et celle de la lex, l’introduction de M. H. Crawford, p. 10 et 14-16.

22 N° 314, p. 302 Pina Polo.

23 Cic., Q. fr. 2, 3, 2 : Ille furens et exsanguis interrogabat suos in clamore ipso quis esset qui plebem fame necaret : respondebant operae « Pompeius ». Quis Alexandriam ire cuperet : respondebant « Pompeius ». Quem ire uellent : respondebant « Crassum » (is aderat tum Miloni, animo non amico). (Clodius, enragé et pâle, demandait à ses partisans, au milieu de leurs cris, qui était l’homme qui affamait la plèbe jusqu’à la mort. Les gens qu’il payait: répondaient : « Pompée ! ». Il demandait qui avait envie d’aller à Alexandrie, ils répondaient : « Pompée ! ». Il demandait qui ils désiraient y envoyer, ils répondaient : « Crassus ! » [celui-ci assistait Milon, avec des dispositions peu amicales]) ; Plut., Pomp. 48, 11-12 : τέλος δέ, προελθόντος αύτοϋ πρός τίνα δίκην, έχων ύφ’αύτώ πλήθος ανθρώπων άσελγείας και ολιγωρίας μεστόν, αυτός μεν είς επιφανή τόπον καταστάς ερωτήματα τοιαύτα προύβαλλε " Τίς έστιν αυτοκράτωρ ακόλαστος ; τίς άνήρ άνδρα ζητεί ; τίς ένι δακτυλω κνάται την κεφαλήν ; " οί δ’ώσπερ χορός είς αμοιβαία συγκεκροτημένος, εκείνου την τήβεννον άνασείοντος έφ έκάστω μέγα βοώντες άπεκρίναντο " Πομπήιος ", (finalement, Pompée sortit pour participer à un procès. Clodius était accompagné d’une foule de gens pleins d’impudence et d’insolence. Il prit position dans un endroit bien visible et lança des questions de ce genre : « Qui est le général débauché ? Qui est l’homme qui cherche un homme ? Qui se gratte la tête d’un seul doigt ? » Et ses gens, comme un chœur exercé au chant amébée, répondaient à grands cris chaque fois que Clodius secouait sa toge : « Pompée ! ») ; Dio Cass., 39, 19, 1-2 : προς γοϋν τοις άλλοις τοιόνδε τι έμεμηχάνητο· παρασκευάσας τους εταίρους’ίν’, όποτε πυθοιτο αυτών έν τοίς συλλόγοις " τίς ό ποιών ή και λέγων τοιόνδε τι ην ", συνεκβοώεν ότι Πομπήιος, έπηρώτα πολλάκις εξαίφνης πάνθ όσα έπαίτια περί αυτόν ή κατά τό σώμα ή κατ’άλλο τι ην, ίδια και καθ’έκαστον, ώς ου περί εκείνου δη λέγων· κάκ τούτου τών μεν έξαρχόντων τών δέ συνεπηχούντων σφίσιν, οία φιλεί έν τοίς τοιούτοις γίγνεσθαι, κάϊ λεγόντων ότι Πομπήιος, χλευασία πολλή συνέβαινεν, ώστε έκείνον μήτε την ήσυχίαν άγειν καρτερούντα μήθ’όμοιόν τι ποιείν αύτώ υπομένοντα περιοργή τε γίγνεσθαι καί έν αμηχανία καθίστασθαι, καί λόγω μεν τον Μίλωνα κατακρίνεσθαι, έργω δέ αυτόν μηδ’άπολογούμενον άλίσκεσθαι, (entre autres, il avait imaginé le procédé que voici. Il avait entraîné ses compagnons de manière que, chaque fois qu’on leur demanderait dans les réunions du peuple, « celui qui a fait cela, ou dit cela, qui est-ce ? », ils s’écrient tous ensemble que c’était Pompée. Il demandait souvent à l’improviste tout ce qui pouvait constituer une attaque contre ce dernier, que ce fût un détail physique ou autre, pris en particulier et un par un, comme s’il n’était pas question de Pompée. En suite de quoi, les uns commençant, les autres reprenant tous en chœur, comme cela se passe en général en ces circonstances, et disant « Pompée ! », c’étaient des moqueries généralisées, si bien que Pompée ne pouvant garder son calme ni sa maîtrise de soi ni répliquer à Clodius par un tour semblable, était dans une grande colère et ne savait que faire. En apparence, c’était Milon qu’on jugeait, en fait, c’était Pompée qui était condamné sans pouvoir se défendre).

24 Cf. Gregory S. Aldrete, Gestures and Acclamations in Ancient Rome, Baltimore et Londres, 1999, p. 42, pour cet épisode.

25 Pina Polo, Las Contiones, op. cit., p. 77 n. 133 ; Cic., Sest. 55, 118 : nam cum ageretur togata, Simulans, ut opinor, caterua tota clarissima concentione in ore impuri hominis imminens contionata est : « huic, Tite,/tua postprincipia atque exitus uitiosae uitae ! » Sedebat exanimatus, et is qui antea cantorum conuicio contiones celebrare suas solebat cantorum ipsorum uocibus eiciebatur.

26 Le verbe συγκροτέω est employé à propos des choeurs : Démosth., In Midiam, 17.

27 Voir en dernier lieu Aldrete, Gestures..., op. cit., p. 134-138.

28 Cic., Sest. 54, 115 : comitiorum et contionum significationes sunt interdum uerae, sunt non numquam uitiatae atque corruptae ; theatrales gladiatotiique consessus dicuntur omnino solere leuitate non nullorum emptos plausus exilis et raros excitare ; ac tamen facile est, cum id fit, quem ad modum et a quibusfiât, et quid integra multitude faciat uidere (les manifestations lors des assemblées et des réunions du peuple sont parfois authentiques, mais quelquefois faussées et mensongères. Les bancs du public au théâtre et lors des jeux de gladiateurs font très souvent entendre, dit-on, du fait du manque de moralité de quelques-uns, des applaudissements achetés, maigres et dispersés. Mais il est aisé, quand cela arrive, de comprendre comment cela se produit et du fait de qui, et comment se comporte la foule des honnêtes gens).

29 Tac., Ann. 1, 16, 10.

30 C. Nicolet, Le Métier de citoyen dans la Rome républicaine, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des Histoires », 1976, p. 479-494 ; voir aussi Vanderbroeck, Popular Leadership, op. cit., p. 143 ; Flaig, « Entscheidung », op. cit., p. 116-117.

31 Herbert Benner, Die Politik des P. Clodius Pulcher, Stuttgart [Historia Einzelschriften, 50], 1987, p. 83 et 109.

32 Sur les altercationes, voir Theodor Mommsen, Le Droit public romain, tr. fr., 7, 1891, p. 130 et n. 2 ; p. 175 ; RE, I, 2, 1894, s. u. altercatio n° 1 (au sénat ; Neumann) ; 2 (dans le procès pénal ; Leonhard) ; 3 (dans le procès civil ; Kipp) ; Paul Willems, Le Sénat de la République romaine, Paris, 3 vol., 1885, p. 191 (qui demeure la meilleure analyse de l’altercatio) ; Jane W. Crawford, M. Tullius Cicero : The Lost and Unpublished Orations, Göttingen [Hypomnemata, 80], 1984, p. 107-108 ; Marianne Bonnefond-Coudry, Le Sénat de la République romaine d’Hannibal à Auguste, Rome [BEFAR, 273], 1989, p. 505-509. Un bon exemple d’altercatio a été conservé par Cic., Att. 1, 16, 10, échange le mettant aux prises avec Clodius en juillet 61 au sénat, que l’on appelle traditionnellement et improprement lIn Clodium et Curionem, mais la distinction entre une oratio perpetua et Y altercatio a été bien menée par J. W. Crawford.

33 W. Jeffrey Tatum, The Patrician Tribune. Publias Clodius Pulcher, Chapel Hill et Londres [Studies in the History of Greece and Rome], 1999, p. 202 n. 156.

34 Rhet. Her. 4, 14, 20 (éd. G. Calboli, Bologne, 1969) : complexio est, quae utramque complectitur exornationem, ut et conuersione et repetitione utamur, quam ante exposuimus, et ut repetatur idem uerbum saepius et crebro ad idem postremum reuertamur, hoc modo : « Qui sunt, qui foedera saepe ruperunt ? Kartaginienses. Qui sunt, qui crudelissime bellum gesserunt ? Kartaginienses. Qui sunt, qui Italiam defomauerunt ? Kartaginienses. Qui sunt, qui sibi postulent ignosci ? Kartaginienses. Videte ergo quam conueniat eos impetrare ». Item : « Quem senatus damnarit, quem populus damnarit, quem omnium existimatio damnarit, eum uos sententiis uestris absoluatis ? » (la réunion est la figure qui réunit les deux ornements en nous faisant utiliser en même temps le refrain et l’anaphore, dont nous avons traité précédemment, en reprenant de manière répétée le même mot et en terminant à plusieurs reprises par le même, de cette manière : « Quels sont ceux qui ont souvent violé les traités ? Les Carthaginois. Quels sont ceux qui ont mené la guerre avec une extrême cruauté ? Les Carthaginois. Quels sont ceux qui ont ravagé l’Italie ? Les Carthaginois. Quels sont ceux qui demandent qu’on leur pardonne ? Les Carthaginois. Jugez donc à quel point ils sont dignes de l’obtenir ». Ou encore : « Un homme que le sénat a condamné, que le peuple a condamné, que l’opinion publique unanime a condamné, vous, vous l’acquitteriez par vos votes ? »).

35 Quint., Inst. 9, 3, 30-31 : et ab isdem uerbis plura acriter et instanter incipiunt : « Nihilne te nocturnum praesidium Palatii, nihil urbis uigiliae, nihil timor populi, nihil consensus bonorum omnium, nihil hic munitissimus habendi senatus locus, nihil horum ora uultusque mouerunt ? » et in isdem desinunt : « Quis eos postulauit ? Appius. Quis produxit ? Appius ». Quamquam hoc exemplum ad aliud quoque schéma pertinet, cuius et initia inter se et rursus inter se fines idem sunt (« quis » et « quis », « Appius » et « Appius »), quale est : « Qui sunt qui fioedera saepe ruperunt ? Carthaginienses. Qui sunt qui crudelissime bellum gesserunt ? Carthaginienses. Qui sunt qui Italiam deformarunt ? Carthaginienses. Qui sunt qui sibi ignosci postulant ? Carthaginienses » (plusieurs phrases commençant par les mêmes mots sont vives et pressantes : « Aucun effet sur toi, la garde de nuit au Palatin ? Aucun effet, les rondes de nuit dans la ville ? Aucun effet, l'anxiété du peuple ? Aucun effet, le rassemblement de tous les honnêtes gens ? Aucun effet, le lieu de réunion du sénat où nous nous trouvons, sous bonne garde ? Aucun effet, le visage et l'expression des assistants ? » De même, plusieurs phrases se terminant par les mêmes mots : « Qui les a réclamés ? Appius. Qui les a fait comparaître ? Appius ». Toutefois, le dernier exemple relève d'une autre figure, dans laquelle les débuts et les fins de phrases sont respectivement identiques (« Qui » et « Qui », « Appius » et « Appius »), comme dans : « Quels sont ceux qui ont souvent violé les traités ? Les Carthaginois. Quels sont ceux qui ont mené la guerre avec une extrême cruauté ? Les Carthaginois. Quels sont ceux qui ont ravagé l'Italie ? Les Carthaginois. Quels sont ceux qui demandent qu'on leur pardonne ? Les Carthaginois »).

36 Pina Polo, Contra arma uerbis, op. cit., p. 21, considère que le fait d'Interrogare contionem relevait de la stratégie oratoire.

37 Aldrete, Gestures..., op. cit., p. 117 et n. 28 (contrairement à Aldrete, je considère que Plut., Pomp. 48, et CIC., Ad Q. fr. 2, 3, 2, se réfèrent à un seul et même incident, cf. supra et n. 23).

38 Caes., du. 1,7 : quibus rebus cognitis, Caesarapudmilites contionatur. [...]Hortatur, cuius imperatorisductu VIIII annis rem publicam felicissime gesserint plurimaque proelia secunda fecerint, omnem Galliam Germaniamque pacauerint, ut eius existimationem dignitatemque ab inimicis défendant. Conclamant legionis XIII, quae aderat, milites — banc enim initio tumultus euocauerat, reliquae nondum conuenerant — sese paratos esse imperatoris sui tribunorumque plebis iniurias defendere (César prend connaissance de ces événements et réunit ses soldats pour s’adresser à eux [...]. Il les exhorte à défendre contre ses ennemis la réputation et la position d’un général sous le commandement duquel ils ont, neuf années durant, servi l’État avec le plus grand succès, remporté un grand nombre de victoires, pacifié l’ensemble de la Gaule et de la Germanie. Les soldats de la XIIIe légion qui se trouvait là [il l’avait rappelée au début de la mobilisation, alors que les autres n’avaient pas encore opéré leur jonction] s’écrient tous ensemble qu’ils sont prêts à venger les torts infligés injustement à leur général et aux tribuns de la plèbe).

39 N° 95, p. 337 Pina Polo.

40 Millar, The Crowd, op. cit.·, p. 207-208.

41 N° 363, p. 311 Pina Polo.

42 Voir supra, n. 12. Véronique Léovant-Cirefice (« Le rôle de l’apostrophe aux Quirites dans les discours de Cicéron adressés au peuple », dans : Guy Achard et Marie Ledentu (ed.), Orateurs, auditeurs, lecteurs : à propos de l’éloquence romaine à la fin de la République et au début du Principat, Lyon, 2000, p. 49-51) analyse quelques passages des Phil. dans lesquels Cicéron a intégré des manifestations d'approbation du public de la contio.

43 Cf. Christian Meier, RE Suppl.B. X, 1965, s. u. « Populares », col. 544 et 557 ; J. A. North, « Democratic Politics in Republican Rome », P&P 126, 1990, p. 15 ; Nicola Mackie, « Popularis Ideology and Popular Politics at Rome in the First Century B. C. », RhM 135, 1, 1992, p. 50-51, rappelant l’opinion dominante. Cf. contra, le jugement plus optimiste de Millar, The Crowd, op. cit., p. 11.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search