Version classiqueVersion mobile

Argumentation et discours politique

 | 
Simone Bonnafous
, 
Pierre Chiron
, 
Dominique Ducard
, 
et al.

Troisième partie. Argumentation et manipulation

15. Les rapports entre persuasion et manipulation dans la théorie rhétorique du discours figuré

Pierre Chiron

Texte intégral

  • 2 Les principales sources primaires sur cette question sont : Démétrios, DU Style, Paris, CUF, 1993, (...)

1La théorie du discours figuré2 constitue un pan de la rhétorique antique presque oublié aujourd’hui. Cette théorie cumule il est vrai quelques handicaps : elle est d’attestation tardive, assez complexe et absconse, instable, et s’est surtout développée au sein de la déclamation, discours-spectacle synonyme, pour beaucoup, d’artifice et de décadence. Son objet même risque d’aggraver les réticences de ceux qui assimilent toute rhétorique au mensonge puisqu’elle codifie l’art d’obtenir par la parole autre chose que ce que l’on dit souhaiter. Les amateurs de concepts, eux aussi, risquent d’être un peu déçus parce que, orientée vers la mise en œuvre des moyens qu’elle décrit, la théorie du discours figuré n’est spéculative que jusqu’à ce point-là et ne s’intéresse guère pour eux-mêmes aux mécanismes qu’elle cherche à provoquer. Il est une raison plus secrète à cet oubli : le discours figuré transgresse une des frontières abusives que les Modernes imputent aux Anciens, la frontière entre tactique argumentative et expression, et oblige à reconsidérer un préjugé, ce qui est douloureux.

2Mais si l’on regarde les textes de près, force est de constater que la désaffection dont souffre le discours figuré est injuste et prive non seulement d’instruments de lecture des œuvres, notamment politiques, émanant du même milieu culturel, mais aussi d’une approche assez subtile de la manipulation.

3Dans l’étude qui suit, je recourrai à quelques notions de psychologie sociale. Pourquoi la psychologie sociale ? Tout simplement parce que c’est une discipline expérimentale et qu’elle fournit des données statistiquement validées sur la nature et l’efficacité des pratiques manipulatoires. Mon but est de montrer que les théoriciens du discours figuré se sont approchés de la définition d’un mode de communication qui stimule, pour influencer les comportements, des babitus à la fois individuels et collectifs, sans forcément renoncer à persuader, mais en donnant à cette persuasion des modalités et un rôle assez inattendus.

  • 3 Desbordes (F.), « Le texte caché : problèmes figurés dans la déclamation latine », REL, n° 71, 199 (...)
  • 4 Cf. Russell (D. Α.), Greek Declamation, Cambridge, 1983.
  • 5 Du Style, § 287.

4L’une des meilleures manières d’aborder le discours figuré est probablement de lire la description qu’en donne Démétrios dans son traité Du Style (IIe-Ier siècle av. J.-C.). Fait rare dans l’Antiquité, c’est un traité qui offre un véritable système stylistique, comprenant quatre caractères : le grand, le simple, l’élégant et le véhément, ou terrible (deinos). Ce dernier n’est pas fédéré formellement mais par l’intention : il correspond à des situations où le locuteur veut instaurer un rapport d’autorité avec son destinataire. Dans ce cadre, le discours figuré se distingue en ce que le locuteur ne peut ou ne veut pas exercer ce pouvoir directement, pour des raisons de sécurité (tel le philosophe à la cour d’un tyran, qui risque sa vie s’il morigène son hôte), ou pour des raisons de convenance (entre philosophes, la franchise brutale n’est pas de mise). F. Desbordes reconnaît là avec raison « les deux modes fondamentaux de l’interdiction du dire, censure et3 ». Démétrios prend soin de préciser que dans ces deux cas l’intention doit rester déguisée. Chose révélatrice, Quintilien ajoute une troisième raison d’utiliser le discours figuré : la uenustas (élégance). Cette addition vient sans doute de l’annexion du discours figuré à la déclamation, c’est-à-dire à une pratique oratoire coupée du réel4 L’enjeu n’est plus alors de cacher son intention, mais d’afficher au contraire le décalage entre son intention et son discours, dans une sorte de théâtralisation de la subtilité, dont la dérive principale est soulignée par Démétrios5 : l’allusivité grossière, le clin d’œil.

5Sur le plan des moyens, Démétrios n’est guère explicite, et il faut exploiter la terminologie, puis les exemples donnés.

  • 6 Desbordes (F.), art. cit., p. 75.

6L’une des expressions utilisées est logos eskhèmatisménos. Il s’agit donc d’un discours (logos) entier, et non d’une phrase ou d’un mot. L’un des équivalents latins les plus répandus est ductus (« conduite générale du discours6 »). Ce discours est doté d’un skhèma, ou pose. Sans entrer dans le détail du sémantisme de skhèma, il faut déceler ici deux types d’images. D’abord une métaphore sportive. Le skhèma, c’est la position que l’on prend pour préparer un geste, comme une prise à la lutte. Cette position n’est pas la position normale, d’où des potentialités de dissimulation : on passe ainsi à un second type de métaphore, la métaphore du théâtre, d’abord. Au théâtre, l’acteur prend aussi des poses, mais c’est pour feindre un caractère ou des sentiments. Ce dernier aspect a été précisé par la métaphore de la couleur (khrôma, color), comme orientation imprimée à la présentation des faits pour en contrôler la réception. En bref, le logos eskhèmatisménos est un discours entier qui prépare autre chose que ce qu’il paraît viser, qui exerce une contrainte dont le destinataire ne prend pas conscience.

7Qu’un discours puisse agir sur autrui sans participation de la conscience de ce dernier, cela ne va pas de soi. Les textes conservés gardent la trace de disputes : l’un des rhéteurs dont le cours forme l’Ars Rhetorica du Pseudo-Denys d’Halicarnasse déplore l’erreur que font certaines personnes selon qui il serait impossible de conduire une controverse entière par le discours figuré, car l’auditeur ne comprendrait pas de quoi traite le discours (p. 295 U.-R.). Et il est vrai qu’une figure de type courant demande un contexte fournissant la norme, de sens ou de forme, par rapport auquel elle dévie. Mais ici, la compréhension des intentions et de la teneur réelle du message est proscrite. Même erreur dans la réduction du discours figuré au sous-entendu. Voici ce qu’écrit un autre rhéteur :

« Selon certains, il faut soit parler simplement, soit ne pas parler, car parler par sous-entendu n’apporte rien de plus : si l’auditeur comprend, cela revient au même que s’il avait entendu un message explicite, et s’il ne comprend pas, c’est pure perte pour celui qui parle » (p. 323 U.-R.).

8Non, peut-on répondre. Le sens figuré doit rester caché, mais ce n’est pas vain. Si l’orateur réussit, il a mené l’autre à son insu à une opinion ou à une action.

  • 7 Vies et doctrines des philosophes illustres, 3, 36.
  • 8 Cf. Quintilien, 9, 2, 71.
  • 9 Sur les aspects linguistiques de ce « protocole », cf. Jacquinod (B.) (éd.), Etudes sur l’aspect v (...)
  • 10 Sans les cautionner, cf. supra : « On disait qu’ils étaient à Egine ».

9Passons aux exemples. À propos du discours figuré motivé par la convenance, Démétrios commente le début du Phédon de Platon (59 b-c). D’après Démétrios, l’intention de Platon est de reprocher à Aristippe et Cléombrote, deux philosophes hédonistes, de ne pas avoir entouré leur maître Socrate au moment de sa mort en prison et d’être restés pendant ce temps à quelques encâblures d’Athènes, sur l’île d’Égine, à faire la noce. Par convenance, Platon aurait souhaité que ce blâme soit « figuré ». À première vue, le passage en question paraît dépourvu de reproche. La lecture de Démétrios pourrait passer pour fantaisiste s’il n’existait un passage de Diogène Laërce7 attestant que le texte de Platon a été compris comme un blâme d’Aristippe. Et si l’on examine de plus près le passage du Phédon, à la lumière des observations de Démétrios, on constate que cette lecture est légitime. Nous sommes dans le prologue, réunissant Phédon, qui a assisté à la mort de Socrate, et Échécrate, qui veut que Phédon la lui raconte. Au préalable, Échécrate veut savoir le nom de ceux qui entouraient le Maître. La liste donnée ne comprend pas le nom des deux hédonistes. Échécrate demande alors à Phédon le nom des étrangers. Devrait y figurer celui d’Aristippe de Cyrène. Échécrate pose alors la question : « et Aristippe et Cléombrote, y étaient-ils ? — Non pas, répond Phédon, on disait qu’ils étaient à Égine ». Aucun reproche n’est formulé. Le texte ne contient qu’un interrogatoire sur des faits8 Mais il est orienté : il ne s’agit pas seulement de savoir qui était là, mais qui était là de ceux qui devaient y être, puisqu’on pose la question de savoir si Aristippe était présent. D’autre part, il ne s’agit pas seulement de savoir qui était là mais aussi où se trouvaient les absents. Cette façon de poser les questions et d’y répondre permet d’insister sur l’absence des deux personnages et de faire mention d’Égine, une île toute proche, détail qui fait de leur défection un acte délibéré. Au travers de cette présentation, on observe un mode de communication tangent à la fois à l’ironie et à la dialectique. En dialectique, si l’on défend une thèse, ce n’est pas sa thèse. La même pourrait être défendue par un autre. Parfois, les fonctions d’interrogateur ou de répondant sont affectées en fonction d’un protocole défini indépendamment du contenu9 De même ici, Platon se borne à énoncer des faits10 et ces faits sont susceptibles d’être interprétés ou non par autrui. Tangent à l’ironie, parce que l’ironie est le principal moyen d’obtenir cette dépersonnalisation, en favorisant la distance critique entre la thèse et celui qui l’énonce. Par l’absence même de reproche, Aristippe est discrètement invité au retour sur soi et à la honte.

  • 11 Cf. Joule (R.-V.) et Beauvois (J.-L.), Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens, G (...)

10En somme, dans cet exemple, le discours figuré se marque par une présentation orientée des faits et la délégation de l’élaboration du sens. À vrai dire, cette délégation n’est effective que dans un contexte particulier, celui d’un groupe de philosophes partageant les mêmes valeurs. Ce sont donc, pour l’instant, trois pistes qui s’offrent pour l’exégèse du discours figuré : a) les modalités de la présentation des données, b) la délégation de l’élaboration du sens et c) les éléments de contexte. Le plus important est la délégation de l’interprétation, car elle garantit le sentiment de liberté qui est, d’après les psychologues sociaux, l’une des conditions essentielles de la manipulation11

11Pour le discours figuré motivé par la prudence, Démétrios recommande surtout des procédures de déplacement. Au lieu de blâmer le tyran pour la faute qu’il a commise, on peut reprocher la même faute à un autre tyran, ou complimenter un autre tyran pour le comportement opposé, ou féliciter le tyran auquel on s’adresse pour un comportement opposé à celui que l’on veut reprendre. L’opération provoquée est des plus simples, c’est la déduction d’un corollaire : si untel ou moi-même mérite la louange pour tel comportement, je suis blâmable si je fais l’inverse.

12La simplicité même de ces moyens doit faire ajouter une quatrième ligne d’exégèse. Pour assurer le passage de la déduction à la modification du comportement, il faut une prévision du comportement et donc une psychologie. Comme l’essentiel de la psychologie antique, cette psychologie est projetée, construite à partir de l’expérience, réduite à une typologie, puis appliquée à des cas particuliers, d’où son caractère à la fois individuel et collectif. Le texte de Démétrios confirme la nécessité de cette compétence, et formule clairement deux des ressorts que fait jouer le moraliste : d’abord l’émulation. Si, devant le cruel Denys, je fais l’éloge de Gélon ou d’Hiéron, qui se sont signalés par leur magnanimité, « Denys reçoit l’avertissement sans subir de reproches et, piqué d’émulation pour la louange décernée à Gélon, cherche à mériter cette louange lui aussi » (§ 292). Ensuite, l’auto-émulation : « chacun aime à s’imiter soi-même », dit Démétrios à propos de celui à qui l’on a offert une image flattée de lui-même (§ 295). C’est l’éloge actif, l’éloge qui pousse son objet à le mériter. Pour la seconde fois, la psychologie sociale apporte confirmation :

  • 12 Ibid., p. 104.

«... les gens s’efforcent de se donner de leur action un niveau d’identification qui soit le plus élevé possible12 »

13Démétrios n’ignore pas que l’emploi de ces procédés suppose aussi une connaissance du contexte particulier. C’est là qu’apparaît un embryon de psychologie individuelle, même s’il se réduit aux précautions qu’il faut prendre, en raison de son histoire personnelle, avec tel ou tel tyran. Devant Philippe de Macédoine, par exemple, il ne fallait surtout pas parler d’œil ou de cyclope : il était borgne (§ 293).

  • 13 Art. cit. (note 3 supra).

14Bien évidemment, en tant que méta-discours, la théorie du discours figuré ne peut guère être diffusée, sauf dans un cercle restreint, sauf si son usage est ludique, sauf, enfin, si sa présentation est telle que l’usage éventuel n’en est pas désamorcé. Ces trois exceptions permettent de rendre compte de l’évolution de la doctrine. Sur les prémices réelles, en politique, nous n’avons guère que des bribes issues de l’œuvre des philosophes et sophistes qui se sont intéressés, au IVe siècle av. J.-C., à la direction morale des puissants. Ce mystère tient sans doute au fait que les consignes dans ce domaine n’étaient diffusées qu’à l’intérieur des écoles. Démétrios est le témoin déjà distant de cette première étape. Déjà distant, car il diffuse la théorie en tant que rhéteur et non en tant que philosophe, et parce qu’il connaît l’étape de la déclamation, qui a vu à la fois un considérable raffinement de la théorie, sa large diffusion, et une certaine stérilisation. J’ai défendu ailleurs13 la thèse selon laquelle le discours figuré avait peut-être connu une reviviscence, à une époque où le pouvoir impérial s’est assoupli, sous les Antonins, à partir de la deuxième moitié du IIe siècle ap. J.-C. Ce qui est sûr est que l’un des témoins grecs les plus tardifs sur le discours figuré, le double cours qui figure dans l’Art Rhétorique du Pseudo-Denys, donne une présentation critique, c’est-à-dire indirecte, par le biais d’exemples homériques, tout en renonçant aux sophistications de la technique scolaire et de la déclamation. Ce double mouvement est peut-être l’indice d’un retour à la pratique réelle, en politique, du discours figuré, ce que tend à confirmer son très probable usage chez Libanios ou certains auteurs chrétiens confrontés au pouvoir impérial.

15Une synthèse aboutie de la théorie du discours figuré fut élaborée au XVe siècle par Georges de Trébizonde, l’un des principaux « passeurs » de la rhétorique antique en Occident, mais dès la fin du IIe ou le début du IIIe siècle, avec le De inventione du Pseudo-Hermogène, le discours figuré atteint une forme stable. Ce ne sont plus des motifs d’emploi qui structurent la présentation des procédés mais les buts poursuivis. Trois cas peuvent se présenter :

  • 14 Hermogène, L’Art rhétorique, p. 313-314.

« Les problèmes à faux-semblant sont par le contraire, indirects ou allusifs. Ils sont par le contraire, lorsqu’on confirme le contraire de ce qu’on dit [...]. Ils sont indirects, lorsque le discours, tout en confirmant le contraire, obtient encore un autre résultat [...]. Ils sont allusifs, quand on ne peut parler, parce qu’on en est empêché et qu’on ne peut le faire ouvertement, et qu’alors, sous le faux-semblant d’une autre requête et grâce à l’assemblage des mots, on fait allusion en même temps au sujet défendu, de telle sorte que les auditeurs puissent y penser sans qu’on puisse rien reprocher à l’orateur14 »

16Donnons maintenant quelques exemples, en tâchant de montrer comment la reprise de tactiques argumentatives traditionnelles se double du recours à des moyens spécifiques.

17Dans la présentation citée plus haut, on remarque tout de suite l’emploi du mot « confirmer », en grec kataskeuazein, que l’on pourrait traduire aussi par « argumenter ». En effet, le principal moyen utilisé pour déléguer la construction du sens est la procatalepse, ou hypophore. Cette technique ancienne consiste à anticiper sur l’argumentation de l’adversaire, pour la ruiner par avance. Dans le cadre du discours figuré, la hiérarchie entre la thèse du discours et la thèse de l’adversaire est tout simplement inversée et l’on s’arrangera, sous prétexte de réfuter la thèse adverse, pour l’étayer d’arguments plus forts que les siens propres.

18Le problème d’école qui sert à illustrer le type 1 (par le contraire) chez le Pseudo-Hermogène est une fiction sur fond historique : Athènes demande la paix à Sparte, qui accepte à condition qu’on lui livre Périclès. Un débat s’ensuit. Périclès intervient. Son honneur, son prestige, le convient à se sacrifier, mais son intérêt, évidemment, est que l’Assemblée refuse la proposition spartiate. L’exercice consiste à élaborer un discours où Périclès paraîtra plaider pour son sacrifice mais plaidera en fait pour la thèse inverse, en introduisant, au moyen de l’hypophore, des arguments plus forts en faveur du refus :

« “mais peut-être [quelqu’un] va-t-il s’avancer à la tribune pour dire qu’on ne doit pas céder aux exigences des ennemis ; car c’est là un acte grave et insensé [...] ; c’est aux exigences des amis en effet qu’il faut céder, non à celles des ennemis” ;
“vos pères déjà n’ont obéi à personne, ni à Xerxès ni à Mardonios ni à Darios ni à personne d’autre” ;
“et vous non plus n’avez pas obéi aux multiples exigences des Lacédémoniens au sujet de Potidée, d’Égine et de Mégare” » (p. 315).

19On entrevoit ici l’emploi d’une topique traditionnelle du délibératif, une série de prédicats de l’acte appelée souvent telika kephalaia (juste, légal, utile, beau, etc.). En substance, le Périclès fictif de la déclamation dit qu’il ne faut pas céder aux Lacédémoniens parce que ce n’est ni beau ni juste (c’est l’argument du juste que recèle l’allusion aux amis). Cet argument est lui-même étayé conjointement par l’autorité des ancêtres et par deux exemples historiques.

20Mis à part le fait que le locuteur privilégie l’argumentation qui lui donne tort, il n’y a rien là qui tranche à première vue par rapport à la tradition. Le seul point délicat, la vraisemblance — car Périclès peut passer pour duplice ou stupide s’il laisse voir la disproportion entre les arguments supposés adverses et les siens propres — est évacué à l’aide d’une consigne générale assez floue :

« il faut [...] savoir exploiter une mise en œuvre sûre, qui maintienne les apparences, etc. » (p. 315-316).

21Ce problème de vraisemblance occupe davantage le rhéteur A dans l’Art rhétorique du Pseudo-Denys, car, dit-il,

  • 15 P. 298 U.-R.

« si l'artifice est éventé, il arrivera que, par esprit de contradiction, [les auditeurs] accorderont à l'orateur ce qu'il feint de demander, et non ce qu'il veut, et voteront en ce sens15. »

22Cette mention explicite de l’esprit de contradiction montre une fois encore l’ouverture à autre chose que la tactique argumentative et que met en évidence la psychologie sociale. Si l’on considère que l’argumentation a produit son effet, la prise de conscience du désir réel de l’orateur, désir inverse, risque de renforcer la première décision. J’y reviendrai.

23Passons à l’analyse, par les deux rhéteurs A et B, d’un célèbre passage du chant II de l’Iliade (cf. 319-320 U.-R.). C’est la dixième année d’un siège infructueux ; l’armée grecque est démoralisée par les échecs et par l’interminable querelle entre Agamemnon et Achille. Elle n’a qu’un désir, rentrer chez elle. Voilà qu’un rêve est envoyé à Agamemnon, lui promettant la victoire. Agamemnon, dont la popularité est au plus bas, ne peut faire mention du songe divin, qui paraîtrait une manœuvre grossière. Il imagine une ruse, qui consiste d’une part à se désolidariser de son état-major, lequel œuvrera en faveur de la reprise du combat, d’autre part à défendre lui-même la thèse contraire à ce qu’il souhaite. Il dira aux soldats : rentrons, et paraîtra argumenter dans ce sens, tout en menant son public à la décision inverse. Le rhéteur A commence ainsi son commentaire de la harangue d’Agamemnon :

« Il introduit l’artifice [...] en mettant en avant des arguments faibles et en donnant prise à la contradiction de qui veut s’opposer à lui et en présentant des arguments réversibles » (320 U.-R.).

  • 16 Cf. p. 320 U.-R., commentant Iliade, II, 111 sq.

24De fait, après s’être plaint d’être lâché par Zeus, Agamemnon accumule toutes les plus mauvaises raisons de partir16 : a) Zeus m’avait pourtant promis la victoire, dit-il, à quoi l’on peut rétorquer : « s’il a promis, il faut rester » ; b) Zeus m’invite à partir « chargé du déshonneur d’avoir fait périr tant d’hommes », à quoi l’on peut opposer qu’on ne doit jamais se retirer honteusement ; c) Tel est sans doute le vœu de Zeus, dit encore Agamemnon, phrase où le rhéteur relève la trace d’un doute, etc.

25L’approche ici est plus subtile que chez le Pseudo-Hermogène, car Agamemnon ne conduit pas son public à choisir, parce qu’elle est plus forte, l’argumentation contraire à ce qu’il prétend souhaiter. Il l’amène à élaborer lui-même son argumentation, soit en rétorquant à ses arguments, soit en les corrigeant. Cette tactique qui consiste à fournir au public des prémisses incomplètes remonte de toute évidence à la dépersonnalisation déjà évoquée de l’argumentation dialectique. Mêlée pareillement à une argumentation construite, on en constate la présence dans la théorie aristotélicienne de l’enthymème. Son efficacité manipulatoire est double. Elle assure le sentiment de liberté, et celui-ci offusque aisément une réalité : le raisonnement dépend de prémisses choisies et présentées par le manipulateur.

26Une question demeure : comment Agamemnon évite-t-il que les soldats ne répondent : « D’accord, partons ! » ? La vérité oblige à dire que leur première réaction est bien celle-là, et c’est le second rhéteur qui nous en apprendra davantage sur ce point. Le rhéteur A se borne à dire qu’Agamemnon évite le soupçon en affichant son désarroi (322 U.-R.).

27Le rhéteur Β présente une interprétation plus fine de la réaction des soldats. Agamemnon déclenche un second mouvement, de « défoulement » :

« il [Agamemnon] veut qu’ils laissent éclater leur colère, extériorisent leur indignation avant d’être contenus par les meilleurs d’entre eux. Et c’est bien ce qui se passe : quand ils ont manifesté qu’ils sont prêts à rentrer chez eux, Ulysse et Nestor les retiennent » (328 U.-R.).

28On ne saurait dire que ces rhéteurs ont élaboré une théorie complète de la manipulation, mais la lecture conjointe d’Homère et de leur commentaire permet de dégager un quintuple mécanisme : celui (1) de la persistance du choix, ce qui signifie tout simplement que les individus sont engagés par leur première décision. Si l’on obtient d’une personne une première décision peu coûteuse, qu’elle ouvre sa porte, par exemple, les trois-quarts de la vente à domicile sont déjà réalisés. Après cette première décision, la tendance à la persévération (2) facilitera grandement une seconde décision, généralement plus coûteuse, en l’occurrence la reprise du combat. Ce qui renforce considérablement, toujours en termes statistiques, cette persistance est le fait (3) que ce premier choix s’est accompagné d’un sentiment de liberté. Si tant est que le soldat déduit par lui-même de la harangue d’Agamemnon un choix d’action, il est pris alors dans ce piège. Toujours d’après les psychologues sociaux, la persévération s’accompagne (4) d’une rationalisation a posteriori de la conduite. Cette rationalisation est d’autant plus nécessaire ici que la décision provoquée est contraire au climat de découragement qui règne dans l’armée. Mais on a vu qu’un moment de défoulement facilitait le retour au calme et qu’Homère a prévu de faire encadrer par les chefs ce retour à la cohérence. À toute cette stratégie s’ajoute (5) l’esprit de contestation, d’autant plus facilement excité que la roi a mauvaise presse. Et je citerai sur ce point à nouveau Joule et Beauvois :

« aussi se pourrait-il qu’une contre-propagande anti-raciste à l’endroit d’un sujet raciste qui vient de s’engager dans un acte raciste ait pour conséquence de le rendre plus raciste encore qu’il ne l’était auparavant » (op. cit., p. 82).

29Passons au discours figuré qui instille un sens, qui fait penser à ce qu’il ne dit pas. Le lien avec les expérimentations des psychologues sociaux est toujours ce sentiment de liberté qui préside à l’interprétation et garantit l’engagement de l’interprète. Quintilien écrit :

  • 17 Quintilien, 9, 2, 71 (trad. Cousin).

« Le juge cherchera de lui-même je ne sais quoi auquel peut-être il ne croirait pas s’il l’avait entendu exposer, mais auquel il croit, parce qu’il pense l’avoir trouvé lui-même17 »

  • 18 Pour une approche antique de ce concept moderne, Cf. Théophraste, fr. 687 Fortenbaugh = Démétrios,(...)

30Un moyen simple est la connotation18 Le rhéteur A commente ainsi Iliade, II, 140 (« Fuyons avec nos nefs... ») :

« La honte contenue dans le mot est bien plus propre à retenir les Grecs qu’à les faire partir. [...] généralement parlant, partout où Homère se sert du mot fuite, il l’applique à quelque chose de honteux et à la lâcheté » (321-322 U.-R.).

31La syllepse de sens offre aussi l’occasion de dire sans dire. Le Pseudo-Hermogène prend le cas d’un exercice d’école (p. 316). Il s’agit comme souvent d’une situation scabreuse et compliquée. Un père a couché avec sa propre fille. La mère se pend après avoir confié un secret à son fils. Le père exige de son fils qu’il lui dévoile ce secret. Le fils refuse, son père veut alors le bannir. L’exercice consiste à rédiger la défense du fils. Dans le « corrigé » proposé, le fils ne refuse pas le bannissement, non, ce qui le retient, c’est une sollicitude de bon fils : que deviendra son père tout seul ? Mais la formulation est conçue pour amener le juge à percer le honteux secret :

« en vérité, dit-il, ce bannissement n’est pas ce qui me soucie le plus ; mais je suis en peine pour mon père : vivant seul avec sa fille, après que la famille a été si nombreuse, quelles relations, quels rapports aura-t-il avec elle ? ».

32Les mots français « relations », « rapports » traduisent bien le double sens des verbes grecs suzèn, suneinai, vivre, être avec ou avoir des relations intimes avec.

  • 19 Patillon (M.), « Le De inventione du Pseudo-Hermogène », ANRW, t. II, Bd. 34, 3, 1997, p. 2165-216 (...)

33Plus complexes sont les stratégies fondées sur les mécanismes de construction du sens. Je renvoie ici aux analyses de M. Patillon19 en citant seulement un exemple amusant, même s’il a aussi la complication gratuite des exercices d’école. Le Pseudo-Hermogène (p. 317) classe l’exemple parmi ceux qui jouent sur la pluralité de sens induite par la liaison ou la division d’une même séquence verbale. Il s’agit d’un fils que sa femme trompe avec son père. Un jour, le fils surprend l’amant de sa femme couvert d’un voile et le laisse aller. Le père veut bannir le fils. Celui-ci prononce pour sa défense un discours. Dans la narration, il raconte l’épisode de la surprise en ces termes :

« Lorsque j’ai surpris l’amant, j’ai crié “Père”, c’était toi que j’appelais à mon aide ».

34Le rhéteur commente le passage en deux temps :

« Le nom de “père” placé tout à côté de “amant” dans l’assemblage des mots [...] a créé l’allusion ».

35Il s’agit là d’une simple association qui fait faire un bout du chemin vers l’identification dans la mesure où la situation rapporte les termes au locuteur.

« Il en va de même, continue le rhéteur, pour la suite : “j’ai surpris l’amant et j’ai crié : - Père ! ; c’était toi que j’appelais à mon aide” ; l’arrangement des mots qui ajoute à “amant” et à “père” immédiatement “c’était toi”, a explicité l’allusion ; cependant ces deux juxtapositions sont sans risque grâce à “que j’appelais à mon aide” ».

36Autrement dit, pendant un instant, l’auditeur interprète : « “Père” : c’était toi », c’est-à-dire que le père est l’amant, avant que la suite ne conduise à réinterpréter le sens.

37Il y a là une réflexion sur les traces laissées chez le destinataire par les hypothèses de sens adventices que le langage semble secréter de lui-même, mais que l’on peut organiser. La compréhension du message les éliminera mais, une fois ouvertes, elles subsistent dans le subconscient. C’est ainsi que l’esprit du destinataire sera à son insu orienté ailleurs que dans le « sens » explicite.

38En somme, le discours figuré reste constitué pour une part importante d’argumentation traditionnelle. Mais cette dernière est à la fois travestie, grâce à la délégation de l’élaboration du sens, et enrichie par le pressentiment du rôle que jouent certains habitus dans la prise de décision. Elle est même, et ce n’est pas un petit paradoxe, instrumentalisée, dans la mesure où elle paraît chargée de créer ce sentiment de liberté sans lequel il n’est pas de vraie manipulation.

Notes

2 Les principales sources primaires sur cette question sont : Démétrios, DU Style, Paris, CUF, 1993, § 287295 ; Quintilien, Paris, CUF, 1978, 9, 2, 64-99 ; Hermogène, Art rhétorique, trad. par M. Patillon, Paris, L’Âge d’homme, 1997, p. 463-464 (Hermogène le Rhéteur) ; p. 313-318 (Pseudo-Hermogène) ; Pseudo-Denys d’Halicarnasse, Ars Rhetorica, Leipzig, Teubner, 1945, p. 295-323 (rhéteur A) ; p. 323-358 (rhéteur B) Usener-Radermacher (abrégé en U.-R. dans l’article).

3 Desbordes (F.), « Le texte caché : problèmes figurés dans la déclamation latine », REL, n° 71, 1993, p. 78. Pour le reste de la bibliographie secondaire, voir P. Chiron, « Quelques observations sur la théorie du discours figuré dans la Tekhnè du Ps.-Denys d'Halicarnasse », dans L. Calboli Montefusco (ed.), Papers on Rhetoric, III, Bologna, 2000, p. 75-94.

4 Cf. Russell (D. Α.), Greek Declamation, Cambridge, 1983.

5 Du Style, § 287.

6 Desbordes (F.), art. cit., p. 75.

7 Vies et doctrines des philosophes illustres, 3, 36.

8 Cf. Quintilien, 9, 2, 71.

9 Sur les aspects linguistiques de ce « protocole », cf. Jacquinod (B.) (éd.), Etudes sur l’aspect verbal chez Platon, Centre Jean-Palerne, Mémoires XX, Saint-Etienne, 2000.

10 Sans les cautionner, cf. supra : « On disait qu’ils étaient à Egine ».

11 Cf. Joule (R.-V.) et Beauvois (J.-L.), Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, coll. « Vies Sociales », 1987, p. 69-70 : « Nous sommes là en présence de quelque chose de très souvent observé en psychologie sociale expérimentale [...]. Ce quelque chose, c’est l’extraordinaire importance du sentiment de liberté. Nous avons dit que des individus conduits par les circonstances à réaliser un comportement contraire à leurs attitudes rationalisent ce comportement en adoptant a posteriori des positions susceptibles de le justifier. Mais ceci n’est vrai que si ces individus ont émis le comportement en question dans un contexte de liberté et partant s’ils ont le sentiment d’en avoir eux-mêmes librement décidé ».

12 Ibid., p. 104.

13 Art. cit. (note 3 supra).

14 Hermogène, L’Art rhétorique, p. 313-314.

15 P. 298 U.-R.

16 Cf. p. 320 U.-R., commentant Iliade, II, 111 sq.

17 Quintilien, 9, 2, 71 (trad. Cousin).

18 Pour une approche antique de ce concept moderne, Cf. Théophraste, fr. 687 Fortenbaugh = Démétrios, Du Style, § 173.

19 Patillon (M.), « Le De inventione du Pseudo-Hermogène », ANRW, t. II, Bd. 34, 3, 1997, p. 2165-2166.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search