Version classiqueVersion mobile

Argumentation et discours politique

 | 
Simone Bonnafous
, 
Pierre Chiron
, 
Dominique Ducard
, 
et al.

Deuxième partie. Mise en scène et théâtralité

11. Rhétorique télévisuelle et esthétisation politique : le corps (en) politique

Marlène Coulomb-Gully

Texte intégral

  • 2 Insistant sur la marginalisation progressive du corps, au fur et à mesure de l’imposition de l’écr (...)

1Aristote est sans doute un des premiers à avoir souligné, à travers la notion d’ethos, l’importance du corps dans les procédés rhétoriques et les processus de conviction qu’ils supposent, au fondement du système politique athénien. Si la prééminence de l’écrit dans la circulation des idées a redéfini et marginalisé le rôle du corps dans la communication2 la télévision en revanche, dont on sait la centralité dans l’espace public contemporain, le dote d’une visibilité qu’il avait en partie perdue.

2Le primat du direct, de l’image animée, de la parole vive, bref la « médiativité » télévisuelle, place en effet le corps au centre du processus de signification. À la télévision, les idées n’existent qu’incarnées, le visage des hommes politiques, leurs gestes, leurs vêtements sont haussés au rang d’arguments au même titre que leur programme. Condamnée à montrer, la télévision fait du corps des politiques son premier opérateur de sens (des sens ?) et lui donne une visibilité probablement jamais atteinte dans notre démocratie.

3L’objectif de cette étude est de préciser les modalités en fonction desquelles s’effectue la « présentification » du corps politique à la télévision et ses enjeux, notamment en période électorale.

Corps politique et médiativité télévisuelle3

Le corps télévisuel et l’image de la réalité

  • 4 Peirce (Ch. S.), Ecrits sur le signe, Paris, Seuil, 1978 pour la traduction française.

4Parler d’« incarnation » peut sembler a priori paradoxal s’agissant du média télévisuel. En effet, contrairement aux interactions de terrain qui relèvent d’un mode de présence réelle de l’acteur politique face à la foule, la télévision organise cette rencontre sur le mode du leurre. Mais en même temps que le dispositif spéculaire de l’écran interdit toute assimilation au corps réel de la perception, la médiativité propre à la télévision, qui, entre autres, associe l’image au mouvement et au son, renforce le sentiment d’illusion référentielle. Si l’image entretient un rapport d’analogie avec son référent, elle n’en reste pas moins « juste une image », selon l’expression de J.-L. Godard, un simple « indice », en relation de contiguïté avec l’objet de référence, pour reprendre la terminologie de Peirce4

  • 5 C’est ainsi qu’est désigné aux Etats-Unis le présentateur du journal télévisé, dont la fonction «  (...)

5Notons par ailleurs que le corps est, en règle générale, le point d’ancrage de notre vision du monde et constitue par conséquent un repère fondamental dans l’image de la réalité. Il suffit pour s’en convaincre de se rappeler le sentiment de vide provoqué par une séquence télévisée caractérisée par l’absence de corps ; en effet, contrairement au cinéma, à la télévision, la référence anthropomorphe est première. Ainsi, dans le contexte actuel, est-on sûr de voir apparaître lors de la séquence politique des informations, par exemple, l’image de J. Chirac ou de N. Sarkozy. Ils sont le point d’ancrage du récit télévisuel, sortes d’«anchormen » de la narration politique5

Corps politique et mise en image

  • 6 Terrenoire (J.-P.), «L’analyse scénologique de l’image télévisée : la valorisation iconique », in (...)

6Sur un plan plus technique, le corps à la télévision est d’abord tributaire de l’ensemble des paramètres visuels résultant des choix de mise en image opérés par l’instance de réalisation : échelles de plans, angles de prise de vue, cadrages, mouvements de caméra, etc. J.-P. Terrenoire a tenté de décrypter les techniques et procédés de la rhétorique visuelle et a retenu quatre variables pour leur pertinence : la surface occupée par le protagoniste de la scène sur l’écran, son orientation, sa centralité par rapport à l’écran et la profondeur de champ dans laquelle il s’inscrit6

  • 7 Coulomb-Gully (M.), Radioscopie d’une campagne, Paris, Kimé, 1994.

7L’étude que nous avons effectuée de l’élection présidentielle de 1988 a permis de conclure au caractère fortement contraignant des normes de filmage à cet égard, les hommes politiques bénéficiant en général du premier plan, d’une surface correspondant à un plan cravate, d’une centralité maximale et d’une orientation de face, sauf dans les cas d’interview où, deux personnes occupant l’écran, le trois-quarts face et la symétrie par rapport à un axe central sont de mise. La plongée et la contre-plongée sont pratiquement inexistantes7

  • 8 E.T. Hall, La Dimension cachée, Paris, Seuil, « Points », 1978 pour la traduction française.
  • 9 Tout écart par rapport à cette norme est d’autant plus signifiant. Le très gros plan est devenu, d (...)

8Tout est donc fait pour permettre l’illusion du contact avec l’homme politique dans le cadre d’une relation interpersonnelle égalitaire. Le téléspectateur est installé dans cette « distance d’intimité » dont parle E.T. Hall et qui caractérise le langage télévisuel8 Se dégage ainsi une norme qui nous fait percevoir comme naturel le filmage des hommes politiques suivant ces critères, la médiation technique étant par là même gommée9

9Le corps des politiques, c’est donc d’abord la télévision privilégiant les plans rapprochés et les gros plans, un visage. On sait l’attention dont il est l’objet de la part des candidats et de leurs équipes de communication. C’est ainsi que l’on a vu F. Mitterrand se faire limer les canines supérieures, celles-ci risquant de le faire apparaître comme « ayant les dents longues », métaphore dont on perçoit les ravages potentiels ; et J.-M. Le Pen abandonner la raie de côté dont la proximité avec la coiffure d’Hitler facilitait les caricatures...

10L’homme politique à la télévision, c’est aussi une silhouette. Les images des sommets européens ont été, pendant plus d’une décennie, dominées par un couple curieux, un géant et un nain : H. Kohl et F. Mitterrand. La position dominante de l’Allemagne au sein de l’Europe se trouvait ainsi confortée par l’incarnation qu’en proposait son premier représentant.

11Durant la campagne de 1995, J. Chirac et L. Jospin, grands et charpentés, donnent un sentiment d’équilibre physique qui représente une moyenne entre la silhouette d’E. Balladur et la force massive de J.-M. Le Pen. Par cette prégnance charnelle, J.-M. Le Pen incarne d’ailleurs le frontisme de façon toute différente de l’incarnation proposée par B. Mégret qui, petit et menu, incline à faire percevoir son mouvement de façon plus intellectualisée.

Corps politique et mise en voix

  • 10 Chion (M.), L’Audio-vision, Paris, Nathan, 1990, p. 17.

12La télévision étant un média audio-visuel, le corps du politique est aussi une voix. Le son télévisuel est, comme l’image, tributaire d’éléments techniques qui ont une histoire. Les voix tonitruantes des actualités cinématographiques, que l’on retrouve aux débuts de la télévision, ont totalement disparu, y compris dans les prises de paroles des hommes politiques devant des foules. La voix télévisuelle est une voix intime, un gros plan qui contribue à l’impression de vérité et à la puissance d’incarnation de la voix : « Les sons dessinent le corps »10.

13Celle de J. Chirac se caractérise par une excessive volonté articulatoire : accentuation systématique de la première syllabe des mots, d’où le caractère saccadé et martelé de son élocution, liaisons sans enchaînement, parfois fautives d’ailleurs, et tendance à prononcer comme des géminées des consonnes simples. Comme le souligne I. Fonagy,

  • 11 Fonagy (I.), La Vive voix. Essai de psycho-phonétique, Paris, Payot, 1983, p. 108.

« en interprétant automatiquement les sons produits en fonction de leur production, on croit percevoir directement, revivre pour ainsi dire, l’’effort articulatoire de la personne qui parle11 »

14L’articulation chiraquienne se veut énergique et renvoie à une forme de volontarisme.

15La voix de L. Jospin se caractérise par un timbre légèrement voilé, plutôt aigu, assez juvénile, et une intonation ascendante même en fin de groupe rythmique, un peu sur le modèle de mélodie suspensive initié par F. Mitterrand et qui s’est trouvé progressivement adoptée par plusieurs dirigeants du PS. La voix constitue donc ici une marque identitaire qui n’est pas indépendante d’une identité de groupe.

16Rappelons que la télévision se caractérise par une forme d’écoute probablement moins attentive aux mots prononcés et à leur signification qu’aux sons. Plus que verbo-centriste, la télévision est voco-centriste. Au-delà, ou plutôt en deçà de la signification de ce qui est dit, on y perçoit la voix dans sa matérialité : la chair de la voix sous le sens des mots. Or rien ne renvoie plus à la réalité d’un corps que la voix. Cette force tient sans doute à son caractère faiblement conscientisé et en grande partie spontané :

  • 12 Vasse (D.), L’Ombilic et la voix, Paris, Seuil, 1974, p. 183.

« [la voix] nous indique, souvent sans que nous le sachions, comme dans un court circuit de la conscience, la manière d’être de chacun. [...] La voix [...] trahit celui qui parle. [...] La voix de notre interlocuteur nous parle plus que son discours12 »

17Non médiatisée par l’intellect, la voix participe directement de l’esthétisation du politique dont nous pensons que la télévision est caractéristique.

Corps télévisuel et incarnation symbolique

  • 13 La Prise de l’Hôtel de Ville, S. Moati, FR3, 18 avril 2001.
  • 14 TF1,JΤ de 20 heures du 7 février 1995.

18Lorsque, lors de la dernière campagne municipale, B. Delanoë évoquant sa candidature ainsi que celle de Ph. Séguin, déclare « Quel est celui qui est le plus capable d’incarner le changement13 » ou que, lors de la présidentielle de 1995, J. Chirac affirme : « E. Balladur incarne une voie et j’en propose une autre14 », cette « incarnation » qu’évoquent les candidats est à prendre au sens plus abstrait de « représentation symbolique » et renvoie à tout un ensemble de valeurs dont le candidat serait porteur.

  • 15 Le terme « esthétique » est ici pris dans son sens courant et, avec la référence au jugement de go (...)
  • 16 On se reportera aux travaux fondateurs de L. Boltanski, et notamment « Les usages sociaux du corps (...)

19Au premier rang de cette représentation symbolique figure la dimension sociale, à laquelle l’aspect physique des individus renvoie très immédiatement : le corps « parle » le social, les usages du corps étant socialement déterminés. Ainsi, plus on s’élève dans la hiérarchie sociale et que décroît le travail manuel, moins on entretient un rapport instrumental à son corps. La relation au physique devient principalement esthétique15 le corps devient une image : c’est un corps représentation16

20On sait l’importance de cette dimension dans l’identification suscitée par les hommes politiques. La perception d’E. Balladur comme grand bourgeois a sans nul doute joué dans son échec électoral de 1995 (comme en témoignent les caricatures de Plantu à la une du Monde, figurant le candidat portant culotte et perruque poudrée), de même qu’en leur temps le côté aristocratique de V. Giscard d’Estaing et le côté populaire de G. Marchais les ont fait percevoir comme étant en phase avec leur électorat.

21Mais si le corps « parle » le social, on ne saurait toutefois sans sombrer dans le déterminisme le plus absolu, nier la part de jeu qui peut exister dans le rapport au corps. Comme le langage, le corps peut apprendre, feindre ou simuler. S’inspirant parfois sans le savoir des procédés de la rhétorique la plus classique, les modernes conseillers en communication vendent ce savoir-faire à leurs clients. Entre l’illusion de maîtrise absolue que tendent à véhiculer ces pratiques et une forme de déterminisme social à laquelle conduisent parfois les études à caractère sociologique sur le corps, nous considérerons que l’exploitation de ce jeu constitue un des ressorts de l’habileté politique, mis au premier rang par la scène télévisuelle.

22Embrayeur social, le corps renvoie aussi à un certain nombre de considérations psychologiques. Lors des élections législatives de 1997, A. Juppé formule de la façon suivante l’alternative un moment envisagée par J. Chirac entre Ph. Séguin et lui-même comme Premier ministre : « Vaut-il mieux avoir à Matignon un gros jovial qui ne connaît pas ses dossiers ou un sec un peu moins jovial qui les connaît ? » Évacuant les divergences strictement politiques qui le séparent de son concurrent, A. Juppé souligne ainsi l’intrication des dimensions physique et psychologique.

  • 17 Gaxie (D.), La Démocratie représentative, Montchrestien, 1993, p. 28.

« Outre les discours, elle [l’offre politique] incorpore des décisions, des réalisations, des résultats mais aussi des manières de parler, de tenir son corps et de se comporter avec les autres. [... L’homme politique] devient ainsi un programme politique et éthique incorporé17 »

23Si cette « incorporation » n’est pas née de la télévision, le média, par la visibilité qu’elle donne au corps des politiques, l’a néanmoins profondément redéfinie.

Corps à corps : l’exemple de la campagne municipale toulousaine de 2001

24L’exemple que je souhaiterais développer à présent porte sur la dernière campagne municipale toulousaine de 2001. Celle-ci voit s’opposer deux candidats majeurs, Philippe Douste-Blazy, tête de la liste de droite Toulouse pour tous (et l’expression « tête » n’est pas innocente dans ce processus d’incarnation), et François Simon, tête de la liste La gauche pour tous les Toulousain-e-s ; la troisième liste qui se révélera d’importance étant celle des Motivé-e-s, menée par Salah Amokrane.

25Contrairement à une élection présidentielle, une élection municipale ne permet pas le même jeu, ou la même diversité de jeux, au niveau des appropriations figuratives dont le corps est le centre. Les figures obligées sont plus contraignantes, les parcours obligatoires plus balisés.

Le corps, premier opérateur d’une mise en scène figurative

« Chaque corps occupe son lieu18 »

  • 18 Marin (L.), Des pouvoirs de l’image, Gloses, Paris, Seuil, 1993, p. 15.

26Il existe un langage des lieux dont la grammaire est intuitivement perçue par chacun et que la centralité du corps politique à la télévision dote d’une importance particulière. Une campagne municipale étant nécessairement une campagne de proximité, les deux candidats ont été vus, à la télévision comme dans la réalité, dans les mêmes endroits (arpentant les rues de Toulouse, les marchés, s’arrêtant dans les cafés, les commerces, visitant les mêmes quartiers dits « sensibles » — Le Mirail, Empalot —, etc.) Tous deux ont une permanence au centre-ville, place Wilson pour F. Simon, rue de Metz pour Ph. Douste-Blazy, dans les locaux de l’ancienne pharmacie Lajaunie, entreprise locale s’il en est, mais de réputation nationale. Le symbole est ici explicite.

27Les « Motivé-e-s » vont aussi à la rencontre des Toulousains et sont associés à leur nom plusieurs lieux symboliquement forts : celui du quartier Arnaud Bernard, quartier bigarré, bohème et libertaire, où se trouve leur local de campagne ; le Bikini, lieu emblématique de la culture locale décalée, perdu sur les bords de Garonne, et le Puerto Habana, bar-restaurant nocturne à la mode.

Des corps adjuvants

28C’est aussi dans la composition de leur liste et dans les soutiens qu’ils s’assurent que se manifestent des différences dans la construction de l’incarnation symbolique des candidats. Le corps du candidat trouve son prolongement identitaire dans ces corps adjuvants.

  • 19 Sur l’utilisation des vedettes en communication politique, voir les travaux de R. Rieffel, et nota (...)

29Lorsque Ph. Douste-Blazy se déplace, c’est entouré des principaux lieutenants de l’équipe Baudis, familiers aux Toulousains, témoignant ainsi de la continuité dont il fait son mot d’ordre : ainsi de F. de Veyrinas, J.-L. Moudenc ou encore Florence Baudis, la fille de l’ancien Maire, celle-ci assurant par sa seule présence le statut d’héritier symbolique du candidat. Mais c’est sans doute le ralliement de stars de la vie locale toulousaine qui va achever de configurer l’incarnation douste-blazienne. Se déclarent en effet en sa faveur Jacques Rubio, président du Toulouse Football Club, Walter Spanghéro, ancien rugbyman de réputation internationale, et enfin et surtout, Jean-René Bouscatel, président du Stade toulousain. Il s’agit là d’un ralliement de poids à un double titre : d’une part compte tenu de l’importance du rugby à Toulouse, d’autre part parce que le président du Stade avait jusqu’alors été perçu comme étant de gauche. Je ne m’étendrai pas sur les effets de « labellisation » et les « transferts de légitimité » permis par ces ralliements19 me contentant de noter qu’ils contribuent fortement à la puissance d’incarnation du candidat qui en plus d’incarner continuité et consensus, se trouve ainsi porteur de traits majeurs de l’identité toulousaine.

30Les Motivé-e-s ont longtemps été un corps sans tête pour les Toulousains, S. Amokrane, premier de la liste, étant réellement primus inter pares, et davantage inter pares que primus. Ceux-ci étant le plus souvent désignés comme « la liste Motivé-e-s », « la liste Zebda » ou encore « les Motivé-e-s/Zebda », les images montrent le groupe dans son ensemble, posture collective conforme aux valeurs prônées par ses membres. Et lorsqu’il est question d’un individu en particulier, c’est en général de Magyd Cherfi, co-listier de S. Amokrane et musicien du groupe Zebda, qu’il s’agit, la prime de notoriété induite par le succès de Zebda étant décisive dans le choix effectué par les médias.

Des actes symboliques : corps laborieux et corps festifs

  • 20 Cherfi (Nordine), La Bataille du Capitole, Toulouse, Garonne Édition, 2001, p. 127.
  • 21 La Dépêche du Midi, 15 mars 2001. L’expression « gestuelle zebdaïenne » fait référence à la chanso (...)

31Si les Motivé-e-s élaborent leur programme, se réunissent en AG et travaillent sur le terrain, c’est aussi dans la fête qu’ils s’expriment, celle-ci constituant le prolongement naturel de leur action citoyenne. On a pu parler à leur propos de « militance festive20 ». Le corps des Motivé-e-s est un corps chantant et un corps dansant. La soirée donnée au Zénith deToulouse, après le premier tour de l’élection et la fusion des listes Simon-Verts-Motivé-e-s, est emblématique de cette identité et c’est une salle de 8 000 personnes qui y a dansé et chanté plusieurs heures durant, « gestuelle et rythme zebdaïens à l’appui21 ».

32Pendant qu’ils font la fête au Zénith, Ph. Douste-Blazy parle emploi, marché et entreprises sur le terrain d’Aéroconstellation, vaste zone devant accueillir les installations du futur A380, super porteur en grande partie fabriqué et monté à Toulouse.

33TéléToulouse, mais aussi La Dépêche, opèrent ce jour-là une mise en page ravageuse pour la liste de gauche, où se cristallisent des oppositions qui vont jouer un rôle majeur dans les valeurs supposées incarnées par les candidats. Deux reportages se succédant aux infos de TéléToulouse, deux pages en vis-à-vis dans La Dépêche montrent F. Simon sur la scène du Zénith et Ph. Douste-Blazy sur le site d’Aéroconstellation. Cette présentation permet d’associer implicitement au premier, présent de nuit au Zénith, les notions de fête, de chant et de danse, la valorisation du présent et du principe de plaisir, et au second, filmé de jour sur le site d’Aéroconstellation, les notions de travail, d’emploi et d’entreprises, la prise en compte de l’avenir et du principe de réalité.

  • 22 On a évoqué plus haut le jeu dont la mise en scène du corps est l’objet, entre détermination socia (...)

34Se structurent ainsi deux paradigmes radicalement opposés, renvoyant à des archétypes — la cigale et la fourmi — solidement ancrés dans l’imaginaire collectif et largement exploités par le candidat Douste-Blazy22

Incarnation politique et imaginaire citoyen

35Comme le Président de la République symbolise la Nation tout entière, le maire incarne « sa » ville. Il est le lieu où s’effectue le passage du pluriel au singulier, de la diversité à l’unicité par production d’une identité collective, la campagne étant pour lui le moment où il doit convaincre ses concitoyens non seulement du bien-fondé de son programme et de ses options idéologiques, mais aussi du fait qu’il est celui qui incarne au mieux l’identité collective.

  • 23 « La seule question obscure était celle de la royauté. Question non de pure forme, comme on l’a ta (...)

36Une élection s’apparente ainsi à une véritable opération de séduction qui trouve parfois pour s’exprimer des images et des mots qui renvoient à une réalité rien de moins qu’erotique. F. Mitterrand ne parlait-il pas à ce propos de « prendre la France à bras le corps », métaphore qui n’est pas sans rappeler la force de ce « principe charnel » évoqué par Michelet pour désigner, sous l’Ancien régime, la relation entre le peuple et son souverain, cette logique de l’amour ayant elle-même pris le relais de la mystique médiévale magistralement étudiée par E. Kantorowicz23

37Parallèlement à cette opération de séduction du candidat, les citoyens-téléspectateurs procèdent à un travail de décodage qui n’est probablement pas exempt pour une partie d’entre eux d’une forme d’identification, elle-même inséparable de toute une part d’imaginaire. En l’absence d’études de réception portant sur cette question précise, nous ne pouvons ici que risquer quelques hypothèses.

  • 24 « Amokrane est partout, Simon a disparu » déclare-t-il dans La Dépêche du 14 mars 2001 ; et un peu (...)

38Le score exceptionnel de la liste Motivé-e-s (12,8 %) suscite une attention très forte y compris des médias nationaux. Parallèlement, et de façon aussi soudaine qu’inattendue, le corps du candidat socialiste disparaît de la scène médiatique, et ce alors même que F. Simon prend la tête de la liste de la gauche plurielle à laquelle se sont adjoints les Verts et les Motivé-e-s. Cette disparition est largement exploitée par Ph. Douste-Blazy qui fait de S. Amokrane, second sur la liste commune, l’instigateur de cette occultation24

39Or que se passe-t-il réellement ? Si F. Simon disparaît effectivement de la scène médiatique, ce n’est pas au profit de S. Amokrane mais de M. Cherfi, dernier de la liste commune, mais dont la notoriété en tant que musicien du groupe Zebda, prend le pas sur celle de son co-listier. Confondant sciemment les deux candidats, nommant l’un alors que c’est l’image de l’autre qui s’avère prégnante, Ph. Douste-Blazy met en avant leur commune identité et la constitue en repoussoir. « Salah Amokrane », « Magyd Cherfi » : à travers ces patronymes, à travers ces corps ainsi confondus, c’est leur identité maghrébine qui est pointée, l’opération tendant à ne faire retenir des personnages que cette unique caractéristique.

  • 25 Arendt (H.), citée sans plus de précisions dans le Journal des Motivé-e-s, n° 4, mars 2001, p. 7.

« Celui qui est un objet de l’exclusion est contraint de se fondre dans un genre [...]. Le malheur de l’exclu, du non-citoyen, est de ne pouvoir jamais être que l’unité d’un ensemble : un juif, une femme, un arabe, un étranger25 »

40Salah Amokrane et Magyd Cherfi : les beurs.

  • 26 Voir en particulier l’interview de P. Douste-Blazy sur TéléToulouse, au lendemain du premier tour (...)

41En un second temps, Ph. Douste-Blazy associe à leur personne un ensemble de contre-valeurs dont l’impact sur le citoyen ne fait guère de doute. L’analyse des propos tenus par le candidat de droite durant cette période allie à la liste de gauche — qui devient d’« extrême-gauche » dans la terminologie douste-blazienne — des termes comme « incertitude », « inquiétude », « aventure », « désordre », « pagaille », « délinquance », « paresse », « danger », « violence », « haine » et plus globalement régression économique et pratiques antidémocratiques26.

  • 27 Justifiant son refus de participer, après le premier tour, à un débat avec F. Simon, Ph. Douste-Bl (...)

42Ignorant définitivement F. Simon27 et dévoyant la médiatisation souvent sympathisante des médias à l’égard des Motivé-e-s en fonction de ses impératifs propres, Ph. Douste-Blazy fait de S. Amokrane son seul adversaire et le présente sous les traits de l’Autre, du corps étranger, porteur de contre-valeurs et suscitant la répulsion. Il en fait un corps sinistre, ob-scène, au sens premier du terme. Si lui-même n’a probablement pas séduit les Toulousains, n’ayant pas suscité ce mouvement positif d’identification qu’on a pu voir à l’œuvre dans d’autres campagnes électorales, Ph. Douste-Blazy a néanmoins su exploiter de façon magistrale le potentiel négatif représenté par l’incarnation adverse pour nombre d’électeurs, manifestant ainsi son incontestable supériorité tactique.

Pour conclure

43Par la rhétorique qui lui est propre, et qui se fonde en grande partie sur des arguments d’ordre sensible, la télévision procède à une « esthétisation » de la politique qui lui vaut d’ailleurs souvent d’être condamnée à ce titre. Or je voudrais rappeler que si la représentation politique se fonde, par définition, sur des éléments qui relèvent du champ propre de la politique, voire du politique, elle intègre aussi des éléments d’ordre éthique auxquels la télévision donne toute leur importance. L’étude du corps politique dont elle assure l’épiphanie nous l’a montré.

  • 28 Gauchet (M.), La Révolution des pouvoirs — La souveraineté, le peuple, la représentation — 1789-17 (...)

« Nous sommes entrés dans l’ère de la représentation en sortant de l’âge des Dieux ; la relation réfléchissante entre pouvoir et société est la forme obligée qu’emprunte l’ordre politique quand les hommes cessent de gouverner au nom de plus haut qu’eux pour se mettre en quête d’eux-mêmes ; chaque pas qui marque un approfondissement de cette condition nouvelle appelle un déploiement supplémentaire de l’appareil de procédures et d’institutions grâce auquel la communauté des égaux se constitue en un soi qui se sait et dispose de lui-même. Nous n’avons pas fini de chercher cet improbable lien de semblance qui nous permet de nous gouverner nous-mêmes au travers d’autres hommes qui nous gouvernent28. »

44À côté des « procédures » et des « institutions » dont parle M. Gauchet, les médias et la télévision en particulier contribuent à leur manière à la construction de ce « lien de semblance » qui est au fondement du système de représentation.

Notes

2 Insistant sur la marginalisation progressive du corps, au fur et à mesure de l’imposition de l’écrit comme vecteur d’information dominant, Ρ Bourdieu écrit : « L’on pourrait montrer que le passage d’un mode de conservation de la tradition fondé sur le seul discours oral à un mode d’accumulation fondé sur l’écriture et, au-delà, tout le processus de rationalisation que rend possible, entre autres choses, l’objectivation de l’écrit, se sont accompagnés d’une transformation profonde de tout le rapport au corps. » in Bourdieu (P.), Le Sens pratique, Paris, Éditions de Minuit, 1980, p. 124.

3 Nous empruntons le terme « médiativité » à Ph. Marion pour qui la « médiativité » propre à chaque média est un potentiel spécifique régi notamment « par les possibilités techniques [...], les configurations sémiotiques internes qu’il sollicite et par les dispositifs communicationnels et relationnels qu’il est capable de mettre en place. » ; cf. Marion (Ph.), « Narratologie médiatique et médiagénie des récits », in Recherches en communication, n° 7, Université catholique de Louvain, 1997, p. 79.

4 Peirce (Ch. S.), Ecrits sur le signe, Paris, Seuil, 1978 pour la traduction française.

5 C’est ainsi qu’est désigné aux Etats-Unis le présentateur du journal télévisé, dont la fonction « d’ancrage » du récit informationnel est première.

6 Terrenoire (J.-P.), «L’analyse scénologique de l’image télévisée : la valorisation iconique », in Geste et image, Paris, 1981 (rééd. 1985), p. 105 à 120.

7 Coulomb-Gully (M.), Radioscopie d’une campagne, Paris, Kimé, 1994.

8 E.T. Hall, La Dimension cachée, Paris, Seuil, « Points », 1978 pour la traduction française.

9 Tout écart par rapport à cette norme est d’autant plus signifiant. Le très gros plan est devenu, depuis la campagne de 1981 où F. Mitterrand a été filmé par S. Moati, la marque du réalisateur et le révélateur de son style. Voir de S. Moati, « Le plus mauvais candidat », in Les Cahiers du cinéma, supplément au n° 328, octobre 1981, p. 75 à 81. Par le très gros plan, la médiation technique se rappelle à nous et l’on reconnaît là un langage de réalisateur dont l’objectif, contrairement à celui du cameraman de télévision, n’est pas de se faire oublier en s’insérant dans des stéréotypes de filmage, mais de faire œuvre de création.

10 Chion (M.), L’Audio-vision, Paris, Nathan, 1990, p. 17.

11 Fonagy (I.), La Vive voix. Essai de psycho-phonétique, Paris, Payot, 1983, p. 108.

12 Vasse (D.), L’Ombilic et la voix, Paris, Seuil, 1974, p. 183.

13 La Prise de l’Hôtel de Ville, S. Moati, FR3, 18 avril 2001.

14 TF1,JΤ de 20 heures du 7 février 1995.

15 Le terme « esthétique » est ici pris dans son sens courant et, avec la référence au jugement de goût, renvoie au sentiment du beau.

16 On se reportera aux travaux fondateurs de L. Boltanski, et notamment « Les usages sociaux du corps », in Revue des annales, ESC, n° 1, janvier 1972. Voir aussi, de P. Bourdieu, La Distinction, critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1982.

17 Gaxie (D.), La Démocratie représentative, Montchrestien, 1993, p. 28.

18 Marin (L.), Des pouvoirs de l’image, Gloses, Paris, Seuil, 1993, p. 15.

19 Sur l’utilisation des vedettes en communication politique, voir les travaux de R. Rieffel, et notamment « Du vedettariat médiatique », in Hermès 4, Paris, Éditions du CNRS, 1989, p. 215-222 et de Debray (R.), L’Etat séducteur, Paris, Gallimard, 1993.

20 Cherfi (Nordine), La Bataille du Capitole, Toulouse, Garonne Édition, 2001, p. 127.

21 La Dépêche du Midi, 15 mars 2001. L’expression « gestuelle zebdaïenne » fait référence à la chanson Ouste Douste composée par Zebda pour l’occasion, chanson qu’illustre le geste de mettre quelqu’un à la porte. Y sont fustigés, sur un mode humoristique, les « yeux bâchés », « la raie sur le côté » et « la mèche » rebelle du candidat de droite, le corps douste-blazien se faisant blason inversé pour les poètes de Zebda. Plus globalement, c’est la démagogie de la campagne du candidat de droite qui y est dénoncée.

22 On a évoqué plus haut le jeu dont la mise en scène du corps est l’objet, entre détermination sociale et maîtrise individuelle. Mais plus largement, le candidat et son équipe de communication, ses partisans et ses adversaires politiques et, comme on vient de le voir, les médias, contribuent également à cette « co-contruction » du corps politique. La multiplicité des intervenants diffracte donc très largement la notion d’intentionnalité et complexifie celle de l’instrumentalisation du corps politique ainsi mis en scène.

23 « La seule question obscure était celle de la royauté. Question non de pure forme, comme on l’a tant répété, mais de fond, question plus intime, plus vivace qu’aucune autre en France, question non de politique seulement, mais d’amour [...]· Nul peuple n’a tant aimé ses rois. » ; cf. Michelet (J.), Histoire de la Révolution française, Paris, Gallimard, 1952, p. 62. Voir aussi Kantorowicz (E.), Les Deux corps du roi, Paris, Gallimard, 1989 pour la traduction française.

24 « Amokrane est partout, Simon a disparu » déclare-t-il dans La Dépêche du 14 mars 2001 ; et un peu plus loin : « François Simon disparaît. Il suffit de regarder le petit écran ; on ne voit plus que Salah Amokrane ». « Il sent bien, Monsieur Simon, que ce n’est plus lui qui mène sa liste, c’est S. Amokrane, et d’ailleurs, les médias ne s’y sont pas trompés [...]. On voit bien que Monsieur Simon ne dirige plus rien aujourd’hui » (Déclaration à TLT, le 14 mars 2001). « Actuellement il est dépassé par les Motivé-e-s. » (La Dépêche du 15 mars 2001). « Simon est débordé par S. Amokrane. [...] On voit bien que c’est S. Amokrane qui mène la campagne de Monsieur Simon. » dit encore Ph. Douste Blazy (La Dépêche du 16 mars).

25 Arendt (H.), citée sans plus de précisions dans le Journal des Motivé-e-s, n° 4, mars 2001, p. 7.

26 Voir en particulier l’interview de P. Douste-Blazy sur TéléToulouse, au lendemain du premier tour des élections, le 14 mars 2001.

27 Justifiant son refus de participer, après le premier tour, à un débat avec F. Simon, Ph. Douste-Blazy déclare : « Je souhaite le débat avec Monsieur Amokrane, qui dirige la campagne » (déclaration sur TLT du 14 mars 2001).

28 Gauchet (M.), La Révolution des pouvoirs — La souveraineté, le peuple, la représentation — 1789-1799, Paris, Gallimard, 1995, p. 286.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search