Version classiqueVersion mobile

Argumentation et discours politique

 | 
Simone Bonnafous
, 
Pierre Chiron
, 
Dominique Ducard
, 
et al.

Première partie. Genres et adaptations des modèles

8. Des conditions de production du discours politique : les « écrivants » des prises de parole publiques ministérielles

Caroline Ollivier-Yaniv

Texte intégral

1La division du travail gouvernemental repose sur la répartition des domaines d'intervention en différents portefeuilles. La distribution de la parole gouvernementale lui est peu ou prou consubstantielle, chaque membre du gouvernement ayant des interlocuteurs spécifiques. Ceux-ci constituent les différents publics avec lesquels chaque ministre est amené à travailler et auxquels il s'adresse régulièrement en des circonstances institutionnelles ou rituelles, lors de consultations, de négociations ou de célébrations. À ces occasions de parole directe qui constituent le travail quotidien du ministre, on doit évidemment ajouter d'autres types d'interventions inhérentes aux deux lieux publics et institutionnels de la parole politique : les discours devant une assemblée parlementaire et les interventions dans les médias. Une très grande partie de l'activité d'un ministre consiste donc en des prises de parole publiques qui découlent à la fois du droit et des règles du jeu politique. Les termes de « prises de parole publiques » recouvrent deux types de pratiques : des interventions et des discours oraux médiatisés ou directs ; des textes écrits, signés du ministre, le plus souvent sous la forme de tribunes et d'articles dans la presse, ou de préfaces d'ouvrages.

  • 2 Cet article restitue les prémisses et les premiers résultats d'un travail de recherche en cours au (...)

2Les prises de parole publiques ministérielles orales ou écrites sont ici caractérisées par leur nécessité et par leur profusion. Dans cette perspective, l'objet « discours du ministre » perd à la fois de sa singularité et de sa solennité. En même temps qu'elles sont autorisées par les règles républicaines, relayées parfois à grand frais par les médias, les prises de paroles publiques peuvent être considérées comme un produit de l'activité ministérielle et gouvernementale. On peut par suite convenir d'adopter une problématique qui ne porte ni sur le contenu de ces prises de parole, ni sur leur réception mais sur ce qu'il convient d'appeler leurs conditions de production2 et au-delà, sur la place de l'objet discours dans la division du travail propre à un appareil politique exécutif.

  • 3 On entend par ce terme le fait de rendre public, par un discours oral ou par la publication, un te (...)
  • 4 On se réfère ici à la tripartition établie par E. Goffman pour analyser le « format de production (...)

3Si la prise de parole publique constitue une grande part du rôle et du métier de ministre, elle ne peut pas être réduite à son énonciation3 Si l'on en reste à cette phase la plus visible - « l'action », selon la rhétorique classique-, la prise de parole apparaît comme le seul fait du ministre, orateur et représentant de l'État. Aux yeux du grand public, tout se passe comme si l'énonciateur — l'« animateur » d'E. Goffman ou le signataire — et l'auteur et le « responsable »4 ne faisaient qu'une seule et même personne : le ministre.

  • 5 Parfois deux, comme ce fut le cas au sein du cabinet de la ministre de la Solidarité et des Affair (...)

4Or toute prise de parole ministérielle est le fruit d'un travail collectif — et la notion même d'auteur est particulièrement impropre. Cette dimension collective peut être mise en évidence à la lumière de la division du travail propre à tout cabinet ministériel et au travers de deux hypothèses. En premier lieu, chaque conseiller technique, par son travail sur un sujet spécifique et par les documents écrits qu'il produit — les « notes » —, contribue à alimenter les arguments du ministre en la matière. Ensuite et surtout, il existe dans les cabinets ministériels au moins une personne5 qui se consacre spécifiquement à l'écriture des prises de parole du ministre.

  • 6 Orsenna (E.), Grand amour, Le Seuil, 1993.
  • 7 Debray (R.), Loués soient nos seigneurs, Gallimard, 2000.
  • 8 Selon le terme courant aux Etats-Unis et employé par un membre du cabinet de D. Strauss-Kahn au mi (...)

5Ils se dénomment tour à tour « nègre », « plume »6 « porte-plume », « souffleur »7 ou « speech writer »8 d'un ministre. Nous avons choisi de les désigner sous le terme d'« écrivant », pour au moins deux raisons. La première, c'est que le verbe lui-même et sa forme en gérondif témoignent bien de leur rôle dans la division du travail du cabinet ministériel. La seconde, c'est qu'« écrivant », ce n'est justement pas « écrivain » : le choix de ce terme met à distance la notion d'auteur et permet aussi de poser la question du rapport au ministre.

Généalogie et cadre problématique

  • 9 Mené avec S. Bonnafous, P. Fiala, J.-M. Leblanc, J. Rennes et S. Vassy.

6Ce travail est au croisement de deux axes de recherche. Le premier d'entre eux est un travail antérieur et collectif9 portant sur les prises de parole de huit ministres du premier gouvernement de L. Jospin, depuis son entrée en fonction (juin 1997) jusqu'au début de l'année 2000. Les huit membres du gouvernement étaient les suivants : C. Allègre, M. Aubry, M.-G. Buffet, J.-P. Chevènement, E. Guigou, L. Jospin, D. Strauss-Kahn et D. Voynet, à savoir un échantillon représentatif du caractère « pluriel » de la majorité parlementaire et gouvernementale. Pour chacun de ces ministres ont été recueillies les prises de parole en tant qu'elles étaient susceptibles d'atteindre la majorité des citoyens (médias généralistes nationaux, audiovisuels et presse écrite, présentations de projets de loi devant les députés et réponses aux questions d'actualité), soit un corpus composé de 1 505 prises de parole.

  • 10 Cf. S. Bonnafous et S. Vassy, « Réflexions sur une étude de la communication gouvernementale», in (...)

7Ce corpus a été soumis à trois types d'analyse : une analyse de contenu et d'agenda médiatique, une analyse lexicométrique et une analyse argumentative10 Or après avoir lu et décortiqué quantité de ces discours, après avoir tiré un certain nombre de conclusions de leurs analyses croisées, nous est apparue une question fondatrice relativement à l'objet lui-même. Ces conclusions étaient-elles le résultat de quelque anticipation ou de quelque stratégie discursive ? Ces discours avaient-ils été préparés ? Les résultats d'un travail relevant globalement de l'analyse du discours ont donc posé d'eux-mêmes d'autres questions portant sur les conditions de production des prises de parole étudiées.

  • 11 On se contentera de citer quelques travaux d'une bibliographie bien plus abondante : Georgakakis ( (...)

8Le second axe de recherche vient de la sociologie politique. Depuis une dizaine d'années, un certain nombre de travaux mettent en évidence ou analysent la reconnaissance de la communication dans le champ politique, aussi bien dans les partis politiques que dans les institutions publiques11 Tous ont contribué à faire connaître et reconnaître un corps de spécialistes du maniement des signes et des symboles dans le champ politique, à savoir ceux qu'on dénomme plus communément « conseillers en communication politique ».

9Ces conseillers intègrent-ils le discours à leur prestation de services ? Ont-ils remplacé les « plumes » des hommes politiques dont on imagine l'existence sans qu'elles apparaissent publiquement ? Et dans le cas contraire, quelles relations entretiennent-ils et comment se positionnent-ils respectivement ?

  • 12 Cinq entretiens d'au moins deux heures avec des écrivants avaient été menés au moment de cette com (...)

10À partir de ces deux séries de questions provenant d'ancrages problématiques distincts se dégageait l'intérêt de comprendre qui avait travaillé, et comment, à la préparation ou à la rédaction des prises de parole des ministres du premier gouvernement Jospin. Pour ce faire a été adoptée une approche sociologique de type qualitatif, au moyen d'entretiens semi-directifs12

Qui sont les écrivants ? Origine et conditions de légitimité

  • 13 Selon l'expression communément attribuée au général de Gaulle.

11Considérant leurs origines, on peut positionner les écrivants relativement à deux pôles : les « agrégés sachant écrire13 » et les « militants ». La distinction effectuée ici est fondée sur les modalités de leur recrutement, sur leurs ressources symboliques dominantes et elle permet aussi d'établir une ligne de partage relativement à la conception qu'ils ont de leur rôle par rapport à l'objet discours.

12Les « agrégés » appartiennent à des réseaux qui sont moins ceux du champ politique que des sciences humaines (enseignement et recherche) ou de l'édition. Ils ont une compétence et une légitimité de type universitaire ou intellectuel. Les « militants » sont ceux qui étaient déjà des professionnels de la politique au sens où ils avaient exercé des activités dans un parti ou auprès d'un élu. On peut dire qu'ils ont une légitimité politique que l'on retrouve, pour la plupart d'entre eux, dans la conception plus idéologique qu'ils ont de leur rôle relativement au discours du ministre.

  • 14 Les rares énarques « écrivant » sont également normaliens.
  • 15 Cf. Mathiot (P.) et Sawicki (F.) : « Les membres des cabinets ministériels socialistes en France ( (...)

13On remarquera également qu'il y a peu d'écrivants énarques14 Nombreux au sein des cabinets15 ils se consacrent généralement à des dossiers spécialisés : il s'agit d'un personnel doté d'une légitimité d'expert. D'une part, l'écriture des discours n'est pas une tâche pour laquelle on s'adresse à un énarque parce que sa formation le conduit à une forme d'écriture synthétique et technique. D'autre part, revendiquer le rôle d'écrivant dans un cabinet ne fait pas partie des postes valorisants pour un énarque dans une perspective de mobilité professionnelle et de carrière. Si les conseillers techniques — et donc les énarques — participent également à la construction des arguments pour le ministre, c'est d'un point de vue documentaire et non argumentatif.

14Ainsi, si l'on considère la position de l'écrivant au sein du cabinet, on peut considérer que son rôle est aussi celui d'un traducteur et d'un interprète. Il est celui qui va permettre le passage d'un registre de langage technique et complexe — celui des notes des conseillers du ministre — à un registre ordinaire, celui du langage courant que le ministre pourra adopter face aux journalistes ou au grand public. L'écrivant du secrétaire d'État au Budget évoque ainsi la difficulté à s'approprier les problématiques des conseillers avant d'être capable de les restituer sous une forme accessible au grand public. N'étant ni énarque ni économiste, il témoigne ainsi à la fois des difficultés de vulgarisation et de médiation ainsi que des réticences des experts à voir traduire — dénaturer — leurs propos.

15Cette capacité de traduction propre à la mission d'écrivant est difficilement décelable a priori. Ceux que nous avons identifiés comme écrivants n'avaient ainsi pas été forcément recrutés en tant que tel. Au cabinet de la ministre de la Culture C. Trautmann, c'est le conseiller chargé des relations avec le Parlement qui faisait occasionnellement office d'écrivant, personne n'exerçant spécifiquement ce rôle par ailleurs. Au cabinet de la ministre de la Solidarité et des Affaires sociales, la personne initialement recrutée pour être écrivant n'a en fait quasiment rien écrit et ce sont deux autres membres du cabinet qui ont en définitive exercé cette mission, en l'occurrence à quatre mains... masculines.

16Le rôle d'écrivant peut donc se dégager empiriquement au sein de l'équipe qui constitue le cabinet du ministre. L'écrivant sera celui qui accepte mais aussi qui parvient à réaliser cet exercice de traduction, le plus souvent doublé d'un travail de coordination entre les différents domaines de spécialisation des conseillers.

17L'écrivant est encore celui qui témoigne d'une certaine empathie avec le ministre. Estime et parfois complicité ressortent de la plupart des entretiens : sont exprimées des représentations psychologiques et affectives du ministre, souvent représenté en situation de doute ou de difficulté ainsi que dans le quotidien du travail du cabinet, toujours fait d'urgence ou de précipitation. Du discours de ceux qui restent dans les coulisses ressort parallèlement le caractère fondamentalement public et par suite exposé du métier de ministre, ainsi que la manière dont celui ou celle qui en exercent les prérogatives y réagit plus ou moins bien.

18Cette complicité relative se double d'une forme de fidélité des écrivants, au moins d'un point de vue déclaratif : ils estiment le plus souvent qu'il ne s'agit pas d'une spécialisation ou qu'ils pourraient difficilement être la plume de quelqu'un d'autre.

Comment travaillent les écrivants ? Discours et division du travail au sein du cabinet ministériel

19Une fois reconnu comme tel, quels sont le rôle et la place de l'écrivant au sein d'un cabinet ministériel ? De manière générale, les prises de parole publiques des ministres sont préparées de manière collective : elles circulent véritablement au sein du cabinet. Le circuit typique pourrait être résumé en trois étapes. D'abord la prise de parole ministérielle est rédigée par l'écrivant à partir de différentes sources telles les notes d'un ou plusieurs conseillers, ses propres lectures, ainsi qu'en fonction du public à qui le ministre va s'adresser. Se déroulent ensuite des séries d'aller-retour avec le directeur de cabinet et avec le ministre pour rectifications éventuelles. Selon l'importance du texte, les allers-retours peuvent se multiplier, et ce jusqu'à quelques minutes avant une intervention du ministre ou le bouclage d'un journal.

20Il faut toutefois différencier les pratiques des écrivants suivant le type d'intervention du ministre : les interventions publiées sous forme écrite d'une part ; les interventions rendues publiques sous forme orale d'autre part.

De l'écrit à l'écrit

La tribune

21À l'écrit, lorsqu'il s'agit d'une tribune, c'est-à-dire d'une forme monologique, le texte est de toute façon rédigé par l'écrivant, à partir d'une proposition ou d'une idée émise par le ministre, mais le plus souvent par son directeur de cabinet ou par l'écrivant lui-même. On retrouve ensuite le même circuit au sein du cabinet.

  • 16 Un discours ministériel devient une tribune en vertu de sa place — c'est-à-dire sa bonne visibilit (...)

22En tant que discours, la tribune correspond à un genre fortement individualisé : avec une signature unique, le texte est caractérisé par une forte tonalité programmatique ou idéologique. Par ailleurs, son autorité — en termes de réception — est directement en rapport avec le statut du signatairel16 Pour autant, la rédaction des tribunes procède le plus souvent d'un travail collectif et le signataire ministre n'a bien souvent déterminé le contenu de ce discours que de manière marginale par rapport aux autres intervenants.

23Toujours à l'écrit, une prise de parole ministérielle peut prendre une forme de type dialogique. Du point de vue de ses conditions de production, trois types de situations peuvent être envisagés : l'entretien, la mise en dialogue et la commande.

L'entretien

24Le premier cas de figure caractérise les occasions où les conditions de production de la prise de parole ministérielle ressemblent le plus à un véritable entretien. Autrement dit, le ministre a rencontré un ou plusieurs journalistes, lesquels avaient préalablement indiqué aux membres du cabinet les thèmes à débattre. Une première version écrite de l'entretien parvient ensuite au cabinet : elle est reprise et corrigée par l'écrivant, passe au directeur de cabinet et au ministre, lesquels sont susceptibles d'apporter de nouveaux changements. Les modifications peuvent être réellement substantielles : parce que l'actualité l'exige, parce que le ministre a « dérapé ». Il peut donc y avoir réécriture totale d'un passage de l'interview, voire de son intégralité. C'est une version revue et corrigée des propos effectivement tenus par le ministre qui repart donc au journal, souvent dans l'urgence.

La mise en dialogue

25On parlera de préférence de mise en dialogue pour qualifier les situations où le ministre n'a pas rencontré de journalistes. Les questions arrivent alors sous forme écrite au cabinet et c'est l'écrivant qui rédige les réponses, avec l'aide du directeur de cabinet, des conseillers techniques si besoin est. Le circuit de correction et de validation est ensuite toujours le même.

La commande

26Le terme de commande recouvre les cas de figure où c'est l'écrivant qui rédige non seulement les réponses mais aussi les questions, ceci éventuellement à partir des indications thématiques d'un journaliste. Le texte est renvoyé au journal après avoir été relu par le directeur de cabinet, plus rarement par le ministre.

  • 17 Ce fut le cas de plusieurs « entretiens » de M. Aubry dans des titres de PQR.

27Une version extrême — et réelle — de ces deux derniers cas de figure correspond au fait que le ministre n'a rien relu et ne sait d'ailleurs pas qu'il a accordé un interview17

28Quelles que soient les conditions de production de la prise de parole restituée sous forme écrite, il apparaît donc que le discours obtenu résulte d'un travail collectif et que l'écrivant intervient de manière structurante.

De l'écrit à l'oral

29La préparation — plutôt que la production — d'une intervention publique orale est évidemment plus délicate puisque la réécriture, c'est-à-dire le contrôle a posteriori est beaucoup plus délicat qu'à l'écrit. Il devient même impossible lorsque le ministre s'exprime en direct sur un média audiovisuel, comme ce peut être le cas lors d'un journal télévisé ou de certaines émissions.

Le script

  • 18 Entretien avec l'auteur, 11 juin 2001. Toujours selon cet écrivant, D. Strauss-Kahn aurait par ail (...)

30Pour autant, l'écrivant joue encore un rôle important. Même pour une intervention orale, il peut avoir à rédiger intégralement un texte que le ministre reprendra partiellement ou intégralement. La plupart des interventions ministérielles devant un auditoire physiquement présent répondent à ce schéma de préparation, que le ministre s'adresse aux parlementaires, aux membres de son parti lors d'une convention ou même pour une conférence de presse. En l'état de nos investigations, c'est bien la grande majorité des ministres qui se présentent devant leur auditoire avec un texte intégralement rédigé (en style écrit) plutôt qu'avec un plan, même détaillé, de leur intervention. Ainsi le ministre de l'Économie et des Finances D. Strauss-Kahn apparaît-il a contrario comme l'un des rares à adopter régulièrement la technique du plan détaillé et de manière plus générale, à prendre systématiquement beaucoup de distance relativement aux discours qui lui sont préparés. Comme le déclare l'écrivant du cabinet — par ailleurs le seul à être un professionnel de l'écriture de discours pour plusieurs hommes politiques socialistes : « J'écris pour un ministre qui ne lit jamais18 ».

  • 19 Entretien avec l'auteur, 11 juin 2001.
  • 20 À savoir la mise en avant et en valeur de la personnalité de l'énonciateur au travers du discours.

31Que le ministre lise — ou pas, ou peu — le texte préalablement rédigé par l'écrivant, c'est bien souvent à l'occasion de la préparation de telles interventions que celui-ci réfléchit à l'image et au style de son ministre, afin de « donner un peu de sel au discours19 ». De fait, sans avoir en tête les catégories classiques de la rhétorique, c'est à ce moment qu'il va par exemple insuffler de l'ethos20 rendre le propos plus imagé ou plus concret.

32La rédaction intégrale de textes destinés à être restitués oralement peut être comprise selon trois axes d'analyse.

  • 21 Les différentes versions ont été élaborées par le conseiller technique chargé du dossier avant d'ê (...)

33Une explication fonctionnelle s'impose en premier lieu : ce type de pratique serait déterminé par le fonctionnement du système médiatique. Lorsqu'un ministre intervient en public, le texte de son discours est communiqué aux journalistes, souvent avant l'intervention elle-même. Il faut donc disposer d'un script qui est un document rédigé qui servira de document de référence pour les journalistes et les commentateurs. Une explication génétique peut également permettre de comprendre le statut et le rôle de ce type de document : le texte entièrement rédigé existe parce qu'il est le résultat du travail du cabinet sur un dossier précis. Ce cas de figure est courant au cabinet du ministre de l'Education J. Lang : le ministre a coutume de se présenter en conférence de presse avec un texte rédigé qui est une synthèse d'un document de travail beaucoup plus long21 — et dont il lui arrive de se munir également. Enfin la rédaction intégrale des discours provient également souvent d'une demande explicite du ministre. En termes de division du travail, cela lui permet de reprendre rapidement et exhaustivement connaissance du sujet sur lequel il va s'exprimer. Adoptant un point de vue plus psychologique, les propos des écrivants témoignent aussi de manière récurrente de la fonction de réassurance qu'exerce un tel document pour le ministre qui se trouve face à un auditoire susceptible de lui poser des questions. En guise d'exception qui confirme la règle, on donnera l'exemple de M. Aubry qui détestait les émissions avec questions en direct des auditeurs par crainte de ne pas pouvoir répondre à l'une d'entre elles.

Les éléments de langage

34Lorsque l'écrivant ne rédige par intégralement une intervention orale du ministre, il travaille de manière générale à préparer ses interventions publiques en élaborant ce que les professionnels de la politique s'entendent à dénommer des « éléments de langage » ou des « formules », c'est-à-dire les différents arguments susceptibles d'être nécessaires au ministre. Les deux écrivants de M. Aubry avaient ainsi réalisé des tableaux de formules à destination de différents publics : les hommes politiques de droite ou les représentants du MEDEF par exemple. Ces « éléments de langage » peuvent également s'avérer utiles lors d'interventions médiatisées où le ministre est en situation d'interaction avec des journalistes ou avec des téléspectateurs ou auditeurs.

  • 22 Comme ce fut notamment le cas pour les auteurs de l'étude portant sur les discours de huit ministr (...)

35Lorsqu'une « formule » est reprise par les journalistes — et qu'elle devient alors, cette fois du point de vue de la réception, une « petite phrase » —, les écrivants n'hésitent généralement pas à la replacer dans une autre prise de parole ou à conseiller au ministre de s'en resservir. Cette pratique du coupé-collé explique notamment les répétitions, souvent mot à mot, que l'on décèle rapidement lorsqu'on s'attache à la lecture ou à l'écoute systématique des prises de parole d'un ministre22 Inversement, un événement répétitif peut nécessiter une grande inventivité dans la formulation. Pour les écrivants de M. Aubry, il était ainsi devenu relativement complexe, d'un strict point de vue discursif, de commenter chaque mois, en des termes valorisants et différents, une information répétitive : la baisse du chômage.

  • 23 Que C. Levi-Strauss définit comme un arrangement fait avec les « moyens du bord » et réajustant «  (...)
  • 24 Ibid., p. 30.

36Il y a donc bien une dimension de bricolage, au sens anthropologique du terme23 dans la manière dont sont produites les prises de parole ministérielles. L'écrivant est un « bricoleur » en tant qu'il utilise « des moyens détournés par comparaison avec l'homme de l'art »24, lequel pourrait être représenté dans le cas qui nous occupe par le chercheur en sciences humaines ou l'écrivain.

  • 25 Cf. « Les termes d'un commerce équitable entre analyse du discours institutionnel et sociologie co (...)

37Tous les discours (scientifiques, journalistiques) sur le discours ministériel, y compris celui-ci, se révèlent ainsi bien plus élaborés et rationnels que la fabrication et la préparation des discours eux-mêmes, dont une grande part nous échappe encore sans doute. Pour autant, à défaut d'une stricte approche anthropologique, fondamentalement délicate à mener dans une organisation close et diversifiée — comme un cabinet ministériel —, l'identification des écrivants et le recours méthodologique à l'entretien permet d'approcher ce que l'on qualifiera plutôt d'anthropologie du discours institutionnel25

38Il ressort de l'ensemble de ces observations qu'une grande part du travail de l'écrivant consiste à anticiper la réception de la prise de parole du ministre. Les écrivants déclarent rechercher des formulations ou des exemples qui sont susceptibles d'être repris par les journalistes, ou encore prendre explicitement en considération le public qui sera concerné par la prise de parole du ministre — directement ou par média interposé. En intégrant le contexte de réception à leur travail argumentatif, ils se situent donc dans une démarche de communication. Ils ne se positionnent toutefois pas en tant que conseillers en communication. Cette terminologie désigne le plus souvent un autre rôle au sein de la division du travail du cabinet : celui de la ou des personnes qui réfléchissent plus précisément au « plan média » ou aux relations publiques du ministre. Il s'agit le plus souvent de personnes avec qui l'écrivant travaille de manière rapprochée mais dont il est distinct et dont il se distingue.

L'écrivant et le ministre : du porte-plume au porte-parole

  • 26 In « Ecrivains et écrivants », Essais critiques (1960), Le Seuil, 1964, p. 156. Je remercie G. Dec (...)

39Du point de vue des pratiques des acteurs, le discours ministériel — pour autant que le genre ou le sous-genre existe — est donc le fruit d'un processus collectif et itératif. L'écrivant y exerce un rôle central, particulièrement pour la mise en ordre et la rédaction des arguments, mais aussi pour leur invention. À cet égard, il s'apparente à l'« écrivant » dont nous parle R. Barthes : « Les écrivants, eux, sont des hommes « transitifs » ; ils posent une fin (témoigner, expliquer, enseigner) dont la parole n'est qu'un moyen ; pour eux, la parole supporte un faire, elle ne le constitue pas. Voilà donc le langage ramené à la nature d'un instrument de communication, d'un véhicule de la « pensée »26 ».

  • 27 Le « responsable », selon E. Goffman qui n'analyse pas le champ politique en particulier, est « au (...)
  • 28 Ibid.

40Mais à la différence de l'analyse de Barthes, l'écrivant des discours ministériels ne se pense jamais en tant qu'auteur du texte produit. Plus encore, les notions mêmes de texte et d'auteur apparaissent en définitive inappropriées tant elles semblent éludées par l'acte d'énonciation et vraisemblablement, par la figure du « responsable » c'est-à-dire de celui ou celle qui porte la légitimité sociale de la parole27 Une autre constante ressort des propos de ceux qui préparent et rédigent les discours de ministres : l'idée que celui qui énonce le discours est aussi celui qui pense, est aussi l'« auteur », toujours au sens goffmanien du terme, à savoir celui « qui a choisi les sentiments exprimés et les mots pour les encoder28 ».

41Tout se passe comme si les écrivants étaient (presque) aussi persuadés que le grand public que tout ce qui sort de la bouche d'un ministre lui est entièrement et uniquement redevable. La relative invisibilité de l'écrivant porte-plume relèverait donc bien moins d'une volonté de dissimulation des conditions de fabrication du discours politique que de la prééminence symbolique de l'homme politique porte-parole.

Notes

2 Cet article restitue les prémisses et les premiers résultats d'un travail de recherche en cours au moment où nous finalisons ces lignes.

3 On entend par ce terme le fait de rendre public, par un discours oral ou par la publication, un texte.

4 On se réfère ici à la tripartition établie par E. Goffman pour analyser le « format de production d'une énonciation » orale. Selon l'auteur, les rôles d'« animateur », d'« auteur » et de « responsable » renvoient respectivement aux dimensions corporelle, intellectuellement signifiante et enfin sociale de tout acte de parole. Pour autant, cette superposition des rôles connaît des exceptions, souvent de nature institutionnelle. Cf. « La position » et « La conférence », in Façons de parler (1981), Minuit, 1992, p. 133-204

5 Parfois deux, comme ce fut le cas au sein du cabinet de la ministre de la Solidarité et des Affaires sociales, M. Aubry ou trois, dans le cabinet de la ministre de la Jeunesse et des Sports M.-G. Buffet.

6 Orsenna (E.), Grand amour, Le Seuil, 1993.

7 Debray (R.), Loués soient nos seigneurs, Gallimard, 2000.

8 Selon le terme courant aux Etats-Unis et employé par un membre du cabinet de D. Strauss-Kahn au ministère de l'Économie.

9 Mené avec S. Bonnafous, P. Fiala, J.-M. Leblanc, J. Rennes et S. Vassy.

10 Cf. S. Bonnafous et S. Vassy, « Réflexions sur une étude de la communication gouvernementale», in Emergence et continuité dans les recherches en information et communication, 2002, Actes du 12e congrès national de la Société française des sciences de l'information et de la communication, Paris, Unesco, 10 au 10 janvier 2001

11 On se contentera de citer quelques travaux d'une bibliographie bien plus abondante : Georgakakis (D.), Information et propagande d'Etat sous la III e République - Les échecs d'une spécialisation, thèse de doctorat en sciences politiques, IEP-Lyon II, 1996 ; Legavre (J.-B.), Conseiller en communication politique : l'institution d'un rôle·, thèse de doctorat en sciences politiques, Paris I, 1993 ; Neveu (E.), Une société de communication ?, Paris, Montchrestien, 1994 ; C. Ollivier-Yaniv, L'État communiquant, Paris, PUF, 1999.

12 Cinq entretiens d'au moins deux heures avec des écrivants avaient été menés au moment de cette communication ; dix sont en cours de finalisation au moment où cet article est rédigé.

13 Selon l'expression communément attribuée au général de Gaulle.

14 Les rares énarques « écrivant » sont également normaliens.

15 Cf. Mathiot (P.) et Sawicki (F.) : « Les membres des cabinets ministériels socialistes en France (1981-1993) - Recrutement et reconversion », Revue française de science politique, vol. 49, n° 1 et 2, février-avril 1999.

16 Un discours ministériel devient une tribune en vertu de sa place — c'est-à-dire sa bonne visibilité - dans un titre de presse socialement reconnu.

17 Ce fut le cas de plusieurs « entretiens » de M. Aubry dans des titres de PQR.

18 Entretien avec l'auteur, 11 juin 2001. Toujours selon cet écrivant, D. Strauss-Kahn aurait par ailleurs dérogé aux conditions traditionnelles d'énonciation du discours parlementaire en présentant le projet de budget de l'État en s'appuyant sur un fichier Powerpoint.

19 Entretien avec l'auteur, 11 juin 2001.

20 À savoir la mise en avant et en valeur de la personnalité de l'énonciateur au travers du discours.

21 Les différentes versions ont été élaborées par le conseiller technique chargé du dossier avant d'être travaillées et amendées en réunion de travail puis reformulées par le conseiller technique, le directeur de cabinet et l'écrivant.

22 Comme ce fut notamment le cas pour les auteurs de l'étude portant sur les discours de huit ministres du premier gouvernement de L. Jospin.

23 Que C. Levi-Strauss définit comme un arrangement fait avec les « moyens du bord » et réajustant « les résidus de construction et de destruction antérieures » ; cf. La Pensée sauvage, Pocket Agora, 1990, p. 31. 24.

24 Ibid., p. 30.

25 Cf. « Les termes d'un commerce équitable entre analyse du discours institutionnel et sociologie compréhensive : pour une anthropologie du discours institutionnel », C. OGER et C. Ollivier-Yaniv, article à paraître dans la revue Mots — Les langages du politique.

26 In « Ecrivains et écrivants », Essais critiques (1960), Le Seuil, 1964, p. 156. Je remercie G. Declercq d'avoir attiré mon attention sur ce texte.

27 Le « responsable », selon E. Goffman qui n'analyse pas le champ politique en particulier, est « au sens juridique du terme, quelqu'un dont la position est établie par les mots qui s'énoncent, dont les opinions sont exprimées, qui est lié par ce que les paroles disent. », in « La position », op. cit., p. 154.

28 Ibid.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search