Version classiqueVersion mobile

Argumentation et discours politique

 | 
Simone Bonnafous
, 
Pierre Chiron
, 
Dominique Ducard
, 
et al.

Première partie. Genres et adaptations des modèles

3. Les constantes rhétoriques du discours nationaliste de Velleius Paterculus (Ier siècle ap. J.-C.) à Joaquin Costa (XIXe siècle)

Antonio Ruiz Castellanos

Texte intégral

Discours nationaliste et rhétorique

1La rhétorique est de retour. Après être tombée dans l’oubli et avoir été écartée des programmes pendant près d’un siècle ou réduite à l’étude de figures et de tropes, elle manifeste une nouvelle vigueur. Elle a recouvré son plein sens comme théorie de la connaissance sociale et de l’action par la parole, de l’elocutio à la dispositio et à la théorie de l’argumentation. Elle s’est convertie en une des clés des humanités, valable non seulement dans les champs de la critique littéraire, de la publicité ou de la propagande, mais aussi dans celui de la philosophie, du droit ou encore de la psycho-sociologie de la connaissance.

2La rhétorique assume une nouvelle méthodologie ; ce qui était auparavant un savoir intuitif et tout au plus un art de l’ornementation, s’est converti en une discipline rigoureuse, grâce à l’adoption de la méthodologie logique et grammaticale de la pragmatique et de la linguistique. Par conséquent, nous ne prenons pas le terme « rhétorique » dans son acception vulgarisée et négative lorsque nous abordons l’étude rhétorique dans le discours nationaliste, puisque nous l’interprétons comme l’analyse de l’ensemble des croyances et des certitudes fondamentales inhérentes à chaque culture. Pour ces mêmes motifs, nous n’avons pas une conception négative du nationalisme lorsque nous affirmons qu’il peut faire l’objet d’une étude rhétorique. La notion de « nation », indispensable pour établir les bases culturelles de l’individu, a une dimension phénoménologique plus qu’ontologique : elle est fondée sur les croyances et sur le comportement des citoyens. La nation dépend du degré d’identification qu’ont les individus par rapport à elle et de la reconnaissance qu’elle reçoit des autres nations, ce qui constitue l’effet perlocutif de tout discours nationaliste.

À propos d’une typologie littéraire et de la littérature comparée

3La comparaison que j’entreprends ici d’un historien romain avec un historien espagnol est un tant soit peu hardie, car bien qu’ils traitent tous deux de l’histoire ancienne, il y a tout de même dix-neuf siècles d’écart entre eux. Mais, tout comme il existe une linguistique typologique qui fait abstraction de tout lien de parenté entre les différentes langues et qui cherche seulement à en isoler les traits communs pour établir des associations empiriques, il est possible d’envisager une typologie littéraire. Son but est de découvrir les constantes qui existent dans les différents thèmes. Dans le cas des discours nationalistes, il s’agit de mettre en lumière la topique argumentative, les motifs littéraires, les constantes élocutives et le symbolisme (comme la caricature de « l’autre » ou la caractérisation prototypique de soi-même : le village, le paysage, les communautés primitives, le caractère national...), ainsi que la figure de l’hysteron-proteroη, de l’inversion de la chronologie par la rhétorique, fondamentale pour la construction nationaliste de l’histoire. Il s’agit aussi de définir les genres caractéristiques du nationalisme : l’épopée, le mythe, la biographie et l’éloge de certains comportements traditionnels ou révolutionnaires qui sont censés constituer le génie de la nation. Après avoir mis en évidence ces constantes, l’étape suivante sera de distinguer la relation qu’elles ont entre elles, et surtout, pour que cette analyse reste en contact avec la réalité, la correspondance qu’elles ont avec les situations historiques données.

À propos de la comparaison Velleius — Costa

  • 2 Madrid, Aguilar, 1961.

4Velleius est un historien du Ier siècle de notre ère, originaire de Campanie, un homo novus qui devint praetor à Rome et dont l’œuvre, Historiae Romanae, repose sur l’idée de l’Italia comme nation. Joaquin Costa, écrivain espagnol (1846-1911), appartenant à la fameuse « Generacion del 98 » fut aussi un selfmade-man, toujours fidèle à ses origines paysannes, qui écrivit diverses œuvres sur l’agriculture et l’histoire du droit, mais aussi et surtout des essais politiques à la recherche d’une solution pour le « problème de l’Espagne ». Je me suis arrêté à l’étude qu’il consacre à Viriathe dans son livre Historia, Politica Social : Patria2.

5Il n’y a pas d’influence connue de Velleius sur Costa, mais les deux écrivains ont manifestement en commun l’intérêt qu’ils portent à leur patrie, la fidélité à leur origine sociale ainsi que leur engagement pour la méritocratie et contre l’oligarchie. De même, les situations historiques dans lesquelles ils ont vécu présentent des points communs. Leurs nations respectives vivent, au moment où ils écrivent, des moments décisifs, après presqu’un siècle de révoltes, de guerres civiles et de décadence dans le cas de Velleius, et après trois siècles de décadence économique dans celui de Costa. Tous deux cherchent la régénérescence de leur nation, ils incarnent ce qu’on appelle en espagnol « Regeneracionismo ». Ils sont en quête d’une démocratie véritable qui, à leurs yeux, ne se confond pas avec la démocratie formelle. Ils s’entêtent à trouver une figure tutélaire, un homme supérieur dans lequel la nation puisse s’incarner et qui soit son guide.

  • 3 Son nationalisme était intéressé. R. Syme (La Révolution romaine, Paris, Gallimard, 1962, p. 341) (...)

6Mais, en dépit de ces similitudes, il y a entre eux une grande différence venant s’ajouter à celles qui sont liées à l’histoire. Velleius est un optimiste, il croit que Rome a trouvé en Tibère la solution à tout un siècle de crise. Costa, au contraire, bien qu’étant initialement un réformiste, apparaît comme critique par rapport à la restauration de la monarchie en Espagne et il finit par se montrer totalement pessimiste quant à la possibilité de parvenir à la fin de la décadence et même de consolider l’Espagne comme nation. Il n’envisage plus que la solution de ce qu’il appelle le « chirurgien de fer » pour sa nation, à savoir une dictature tutélaire. Les attitudes politiques de Costa et de Velleius sont opposées. Costa voulait la réforme pour éviter la révolution ; son nationalisme l’obligeait à être complice du système politique. Velleius, lui, tire profit de la « Révolution romaine » d’Auguste, de l’accès des homines novi, equités et Italici, à la nobilitas3.

7Dans cette tentative de transcender les époques, les nations et les individualités des auteurs, je vais d’abord présenter les deux auteurs, Costa et Velleius, dans leur époque et avec leurs idéologies respectives, puis je parlerai des similitudes et des différences qui existent entre eux dans leur nationalisme.

Joaquin Costa

8Fils d’un modeste paysan, il naît à Μοnzόn, près de Huesca, il est donc aragonais. Son maître d’école voulait qu’il poursuivît des études, mais son père avait besoin de lui pour les travaux des champs. Le jeune Joaquin Costa s’entêta et étudia tout en travaillant à Huesca. Autodidacte, il resta fidèle à ses origines tout au long de sa vie. Il approfondit les connaissances qu’il avait en agriculture, s’intéressant tout autant à la sociologie rurale qu’à l’agronomie. Par la suite, il partit à Madrid où il devint instituteur et rencontra le fondateur de l’Instituciôn Libre de Ensenanza (ILE), Giner de los Rios. Il étudia le droit et l’histoire, poussa ces études jusqu’au doctorat, puis devint directeur de l’Ateneo de Madrid, entité culturelle ouverte, véritable laboratoire de la réflexion sur les problèmes politiques et culturels d’Espagne. Pendant cette période de sa vie, il s’intéressa tout particulièrement à la pédagogie sociale. C’est alors qu’il publia ses livres La Vida del Derecho (1876), qui traite du droit coutumier et populaire, et Estudios juridicos y politicos (1884), qui portent sur une réforme sociale de la vie agricole. C’est dans ce cadre qu’il élabora sa théorie du « Regeneracionismo », qui est ce qui le caractérise dans l’histoire de la pensée politique espagnole et dont ses livres Oligarquia y caciquismo (Madrid, 1902), Politica quiùrgica (Madrid, 1914) et Siete criterios de Gobierno (Madrid, 1914) sont l’illustration. Il participa activement à la politique en fondant les Chambres agricoles ainsi qu’un parti qui ne connaîtra aucun succès politique : la Union Nacional. Il a laissé un livre inédit dont le titre est Sôter (sauveur, en grec), ce qui exprime clairement sa pensée finale.

9Le moment historique était celui d’une Espagne qui sortait d’une période de six années républicaines et progressistes, suivies d’une restauration monarchique et d’une démocratie uniquement formelle, caractérisée par la corruption électorale, le bipartisme avec alternance au pouvoir, le trafic d’influence oligarchique exercé sur une population à 70 % agricole. L’agriculture était très en retard, la population à 75 % analphabète. L’administration, à la fois inefficace et corrompue (« el mal gobierno »), dépensait dix fois plus dans les armées que dans l’éducation, en raison du soulèvement des colonies de Cuba et des Philippines qui s’achèvera par la déroute d’Espagne, le désastre de 98. Il s’ensuivit alors une crise nationale suivie d’une réaction nationaliste, et une floraison de journaux, d’essais qui visaient à une relecture de l’histoire du pays.

10La pensée de Costa est fondée sur trois thèmes : la ruralité, l’histoire du droit et de l’Espagne, et la Réforme politique. Il était en faveur des petits paysans, de l’exploitation familiale avec capacité de commercialiser, ainsi que des coopératives et de l’agriculture sociale. Il s’est efforcé de promouvoir le commerce et les infrastructures de transport ainsi que l’éducation rurale, avec pour objectif d’obtenir une plus grande compétitivité et l’abaissement du prix des produits de première nécessité. Soucieux de l’environnement, il a réclamé une reforestation massive pour éviter la désertification chronique de la campagne espagnole, tout comme il a souligné combien il était important d’associer l’élevage et l’agriculture. Il exige, à travers les journaux et les Chambres d’agriculture, une politique hydraulique afin d’éviter la monoculture, de diversifier les produits agricoles et de remplacer ainsi une agriculture extensive par une agriculture intensive. Il a critiqué la grande propriété rurale qui était la base du parti conservateur et prôné une agriculture compétitive au niveau international.

11C’était un libéral, mais il ne se contentait pas des simples formes du parlementarisme et d’élections de fait manipulées par les puissants locaux (les « caciques »). Il était partisan d’une « démocratie économique », estimant qu’il n’y a pas de liberté sans moyens économiques. C’était un réformateur « possibiliste » qui, avec le temps, a fini par se décourager. Il a résumé en sept points la solution aux problèmes de l’Espagne : Europe, école, alimentation, hygiène, mesures urgentes, pouvoir exécutif plus que législatif, et un homme supérieur qui fasse office de « chirurgien de fer ». Son appel à une « dictature tutélaire » servira de justification idéologique à la dictature de Primo de Rivera (1923-1930). Costa est mort douze ans plus tôt, il ne savait pas comment allait être interprétée sa doctrine politique, qui produisit deux réactions opposées chez les deux plus grands intellectuels du moment. Si Ortega y Gasset se prononça initialement en faveur du discours programmatique de la dictature, Unamuno s’opposa radicalement au dictateur. Finalement, le régime de Primo de Rivera se révéla ne pas être la « dictature tutélaire » de Costa. Par-delà ce point noir, la pensée politique de celui-ci, après avoir constitué une avancée significative dans la réflexion sur les thèmes majeurs de la vie politique économique et sociale espagnole, vaut aujourd’hui encore en Espagne comme une mise en garde contre l’oligarchie, le bipartisme figé, la corruption et la démocratie uniquement formelle.

  • 4 Madrid, Aguilar, 1961.

12La méthodologie historique de Costa est au confluent de deux courants presque antithétiques mais qu’il rendait parfaitement compatibles : l’orientation matérialiste d’Azcârate, qui voyait derrière les événements historiques les causes économiques et sociales, et celle de Giner de los Rios, plus idéaliste, plus proche du système de Krause. Lorsque Costa travaille comme historien du droit commun, du régime communal du sol espagnol, il obéit à cet amour mystique pour la terre et pour le peuple que lui communiqua Giner de los Rios, mais il utilise la méthodologie réaliste d’Azcárate. Dans son Viriato y la cuestión social en Espana en el siglo II antes de J. C4, il s’exprime en patriote idéaliste, parce qu’il veut déchiffrer la signification hispanique de ce héros. Il le conçoit comme un défenseur des paysans contre Rome, mais aussi contre les grands propriétaires fonciers de l’époque, donnant ainsi un sens concret à la guerre lusitanienne face aux explications patriotiques mais anachroniques qui convertissaient Viriathe en un « guerrillero » se battant pour l’indépendance d’une Hispania qui n’existait pas encore comme unité. Mais Costa projette malgré tout dans le passé une sorte d’unité originelle idéale dont il trouve le prototype dans les vaccaei, demeurés purs dans un communisme primitif.

Velleius Paterculus

  • 5 Un aïeul du côté maternel, Décius Magius (HR, 2.16.2 et Liv., 23.7.4) avait été fait prisonnier pa (...)
  • 6 M. Vinicius fut consul en 30 ap. J.-C., avec comme collègue Cassius Longinus ; il appartenait au g (...)
  • 7 P. Vinicius fut un rhéteur de talent (SEN., Rh. Contr., 7.5.11).
  • 8 Comme dit Tibère de Curtius Rufus, lorsqu’il le recommande au Sénat comme candidat à la préture : (...)

13Velleius n’est pas romain, il vient de Campanie, où il naît dans une famille de classe moyenne traditionnellement alliée à la cause de Rome, désireuse d’acquérir la ciuitas Romana et de jouer un rôle important dans la société romaine. Velleius était fier de sa famille du côté de sa mère, mais ni son père ni son oncle ne furent de famille sénatoriale5. Et bien qu’ils aient été nobiles dans leur propre municipalité, à Rome ils demeuraient des bomines novi (selon l’expression de Cicéron, Cluent., 109, ou de Salluste, Cat., 17.4). Un étranger comme Velleius devait chercher le patronage d’une famille romaine de la nobilitas, tout comme l’avaient fait avant lui Caton et Cicéron. Ces relations de clientela le rapprochèrent de Tibère et de M. Vinicius, à qui il dédia ses Histoires de Rome6. Il fit carrière comme tribunus militum à Tracia (HR, 2.101.3) où il était sous les ordres de P. Vinicius7. Après la mort d’Auguste, en 15 ap. J.-C., il fut nommépraetor (HR, 2.124.4) et obtint la dignité sénatoriale, exerçant alors la quaestura (HR, 2.111.3). Velleius fut un militaire avec des charges d’importance moyenne, non un politique. Cependant il ressent une grande sympathie pour le nouveau régime et pour la famille julio-claudienne, qui favorisait et encourageait la classe moyenne : l’ordre équestre et les parvenus, les homines novi, ces personnages qui s’étaient faits eux-mêmes8 une nouvelle classe dirigeante, le consensus Italiae, pour reprendre l’expression de R. Syme. Tibère avait des relations conflictuelles avec l’aristocratie romaine. Celle-ci désirait le retour à la République, elle avait soutenu la famille de Germanicus qui était le légitime successeur d’Auguste et dont on pensait que, s’il assumait le pouvoir, il restaurerait la liberté républicaine (Tacite, Ann., 1.33). L’aristocratie, dans sa décadence, son appauvrissement dû à une politique non expansionniste qui la privait de guerres et donc de butins, victime des proscriptions, de la guerre civile et de la crise économique, ne se sentait pas à l’aise avec Tibère ni Tibère avec elle.

L’œuvre de Velleius, les Historiæ romanæ

  • 9 Le codex fut découvert par l’humaniste Beatus Rhenanus en 1515. Il l’édita en 1520.
  • 10 Velleio Patercolo ο della propaganda, Torino, Università de Torino, 1952.

14En l’an 30 ap. J.-C., Velleius écrit une œuvre9 surprenante à beaucoup d’égards. Elle se compose de deux livres, mais tout porte à croire qu’elle avait été planifiée comme une histoire universelle, ou au moins comme une histoire de l’Empire. Le premier livre, fragmentaire, semble commencer avec la chute de Troie et il finit peu avant la chute de Carthage, ce qui inclut la fondation de Rome. Le deuxième livre va de la chute de Carthage jusqu’à l’an 30 avec une grande unité puisqu’il traite des guerres civiles et se termine avec le principat de Tibère. L’œuvre donne une place importante aux épisodes contemporains. Comme l’a dit Italo Lana10 elle utilise un cadrage cinématographique : cadrages larges au début et premiers plans à la fin. Le genre semble être plus biographique qu’historique. Velleius a recours à la légende, il ne se prive pas de recourir à l’éloge explicite des empereurs. C’est pourquoi il n’a pas la réputation d’être un historien objectif, surtout si on le compare à Tacite dont la vision historique a la lucidité amère d’une aristocratie déchue de ses pouvoirs. Le titre de l’œuvre d’I. Lana, Velleio Patercolo ο della Propaganda, bien que très expressif, peut donner la fausse impression qu’il s’agit d’une œuvre de commande, au service du principat. Il n’en est rien. Velleius s’identifie totalement au programme de promotion des homines novi, des Italiens et de l’Italia, tout comme son œuvre est conçue comme une histoire nationaliste.

  • 11 Homi K. Bhabha, Nation and Narration, London & New York, Routledge, 1990, p. 297.

15Comme le dit Bhabha11, Velleius écrit son histoire avec le style du discours de l’immigré de la métropole, qui cherche sa place dans l’Empire, étant à la fois « object of a nationalistpedagogy » et « subject ofa process of signification that must erase any prior or originary presence of the nation-people to demonstrate the prodigious living principle of the people as that continuai process by which the national life is redeemed ».

  • 12 I. Lana, op. cit., p. 60.
  • 13 Très caractéristique est l’exemple de Ventidius Basus, un Espagnol qui connut deux triomphes : un (...)
  • 14 Du Princeps il vante la virtus et fortuna.
  • 15 HR, 1.127-128. Né en Volsinies, adopté dans la gens AElia, il était fils de L. Seius Strabo, préfe (...)

16Là se trouve l’explication des particularités des Histoires. Velleius est un personnage plongé dans la réalité contemporaine du principat dont le régime lui concède « ogni possibilità di carriera e di gloria12 ». Ce régime tourne le dos à la République, où le pouvoir, grâce à la politique du burin, appartenait aux grandes familles patriciennes, il permet l’accès au gouvernement à des nouvelles familles d’origine populaire ou étrangère, dont les valeurs sont le travail et le service de l’État. Le but de Velleius sera de mettre en évidence le sens de ce type de politique, la tradition à laquelle elle se rattache. C’est pour cela que son histoire sera biographique et qu’à travers elle défderont des personnalités comme L. Mummius, Cicéron, Cornelius Balbus, Ventidius Basus, Agrippa...13. De tous ces personnages Velleius vante la virtus et industria14. Nous pouvons voir sa pensée condensée dans l’éloge de Séjan15 où il justifie cette exaltation du parvenu au service du Prince par la tradition romaine de rénovation des élites.

  • 16 Comparable aux panégyriques, cf. J. Mesk, « Zur Quellenanalyse des Plinianischen Panegyricus », WS (...)
  • 17 Pour la sécurité comme justification du Principat, voir Horace, Od., 4.14.43-44, Ep., 2.1.2 ; Sénè (...)

17Dans l’éloge du Prince des derniers chapitres16 se trouve la thèse qui a été esquissée dans la narration historique. Le Prince assumera un système de nouvelles valeurs fondé sur le rôle des classes moyennes, il préférera l’utilité à la grandeur et il décernera les plus grandes dignités à ceux qui auront pris en charge des besoins fondamentaux17. Curieuse coïncidence terminologique que cette présence de la tutela à la fois chez Velleius et chez Costa.

  • 18 Salluste l’avait remarqué (Hist., 4.69.18 M) : pauci libertatem, pars magna iustos dominos volunt.(...)
  • 19 Tac., Ann., 1.75.1 ; Velleius, HR, 2.57.3 ; Suet., Tib., 33 ; Dion C., 57.7.6.

18Ce programme est contraire à la démocratie formelle, dans laquelle Velleius ne voit que discorde et sédition, se félicitant de la disparition de ces maux. Le forum, le Champ de Mars et la Curie sont des métonymies de l’État. Les deux premiers sont les lieux où l’on élit les magistrats, tandis que la Curie est le siège des travaux du Sénat. L’expression de Velleius prétendant justifier la suppression des élections par Tibère est un euphémisme idéologique, puisqu’avec la seditio, l’ambitio et la discordia, on a supprimé la démocratie18. En compensation, le Prince se charge personnellement de la justice19 ce qui se traduit par un meilleur fonctionnement du commerce. La « bonne administration » pour Velleius assure un programme minimum de bien-être pour la population. La prière qui finit son œuvre (HR, 2.131), invocation à Jupiter, protecteur de Rome, auctor ac stator Romani nominis, démontre une fois de plus la cohérence de la pensée velléienne puisqu’il demande au dieu suprême de protéger l’État, la paix et le Prince, présenté comme le modèle de conduite qui doit inspirer les citoyens.

Le contenu patriotique : Italia et Hispania chez Velleius et Costa

  • 20 Y avait-il une réalité derrière la notion de tota Italia ? C’est la question de l’identité inachev (...)

19Ni Hispania ni Italia n’existaient comme de véritables nations20 : il n’y avait ni unité linguistique, ni politique, seulement l’unité géographie de péninsules. Pourtant Velleius donne comme un fait l’existence de l’Italie et Costa, dans son Viriathe, rétro-projette l’Espagne dans l’Antiquité, bien qu’il soit conscient qu’elle n’existait pas alors comme nation et encore moins comme unité politique. Velleius, adhérant au programme d’Auguste et de Tibère, considérait l’Italie comme une nation en se basant sur un certain lien du sang, cette même consanguinitas que les Italiens utilisèrent comme un argument lorsqu’ils se soulevèrent lors de la Guerre Sociale (HR, 2.15.2). On peut dire qu’il construit son Italia comme une patrie de l’humanité, une cunctarum gentium in toto orbe patria, pour reprendre l’heureuse expression de Pline l’Ancien (ΗΝ, 3.39-42), puisque toute son Histoire est à la fois universelle et patriotique. LItalia est construite comme un conglomérat de gentes, comme un réseau de relations remontant à la colonisation grecque. Je crois que là réside le sens des huit chapitres conservés du premier livre ; notre auteur démontre comment tout l’Empire a avec Rome des connections directes (à travers la légende d’Enée) ou indirectes, à travers les différentes municipalités et gentes Italiae. Cette approche est l’image inversée de celle de Salmon voyant en Rome l’agent de la formation de l’Italie (« The making ofRoman Italy »). Notons cependant que les deux visions peuvent aussi être perçues comme complémentaires.

20En fait, Velleius et Costa rendent compatibles deux types de nationalisme. Le premier, le nationalisme civique, qui va de la Révolution française à Renan, considère que la nation se fonde sur le plébiscite quotidien, c’est-à-dire sur une solidarité mise à l’épreuve tout au long de l’histoire, et qu’elle se caractérise par le fait de donner une administration à la communauté politique, avec une base culturelle et une éducation nationale. L’autre nationalisme, plus romantique, celui d’Herder et de Fichte, se base sur l’identité linguistique, littéraire et folklorique...Nos deux auteurs se prononcent à leur manière en faveur de la théorie civique de la nation bien qu’indubitablement en projetant une certaine identité dans un passé imaginaire et idéalisé. Mais ils partagent surtout un nationalisme de type constructif, intégrant les diverses ethnies, nations et villes, s’identifiant à « l’autre » sans rejet. Ce nationalisme est opposé au nationalisme culturel qui accentue les différences face au pouvoir de l’État. L’assimilation, la communie civitatis, qui n’est devenue que tardivement une finalité pour Rome, fut très vite une revendication pour les Italiens qui voulaient participer à l’Empire qu’ils aidaient à construire. Velleius défend la position italienne, la perspective de l’immigrant qui veut la nationalité pour participer de plein droit au commerce et à la politique de la métropole dans laquelle il cherche à se fondre.

  • 21 Asi hablaba J. Costa, Huesca, 1998, p. 90 ; Politica quirúrgica, Madrid, Bibl. Costa, 1914, passim
  • 22 Asi hablaba J. Costa, op. cit., p. 76 et 91-92.

21Pour Costa, l’Espagne reste encore à construire : « Nous ne sommes pas venus au monde pour profiter des douceurs et de la grandeur d’une patrie déjà construite, mais pour la construire21 ». Son « regeneracionismo » est une volonté de créer véritablement l’Espagne. Mais les deux auteurs projettent dans le passé une idée première avec laquelle ils identifient l’essence de la patrie : pour Velleius, la Troie d’Enée qui est à l’origine de la syngeneia italienne, et, pour Costa, la culture des vaccaei, l’unique nation de la Péninsule ibérique primitive qui résista à l’invasion celte. Ces deux entités sont considérées comme des paradis nationaux primitifs perdus et devant être restaurés. Il est curieux que Velleius ne se réfère pas à la fondation même de Rome, à l’instant originel, mais bien plutôt au droit d’asile accordé par Romulus à tout type de brigands. Il remarque avec ironie (HR, 1.16) que c’est cette origine si peu noble qui a donné naissance à la noblesse romaine. Chacun des deux auteurs fonde l’avenir de sa nation sur le génie qu’ils lui attribuent. Velleius se réfère à la capacité d’intégration que possède Rome depuis sa fondation, la tendance croissante à une plus ample et plus grande intégration italienne et à une démocratie plus réelle. Costa verra dans les personnages historiques et même mythiques de l’histoire d’Espagne - Viriathe, qu’il considère comme un Gracque espagnol, le Cid, symbole de la soumission de la Monarchie au Droit, les conquistadors — « la plus glorieuse des épopées que les siècles aient jamais vue... un idéal de pitié et d’humanité22 ».

22Pour conclure, je dirai que la construction de l’Italia par Velleius est certainement moins fantasmatique que celle de l’Hispania par Costa, ne serait-ce qu’en raison d’un moindre décalage chronologique dans l’hysteron/proteron. Dans un cas comme dans l’autre cependant, il s’agit pour la rhétorique nationaliste d’enraciner la rigueur du probare au moins tout autant dans la nostalgie de ce qui n’a jamais existé que dans l’analyse précise des faits. Les frustrations inhérentes à la situation sociale de Velleius et de Costa se sont exprimées dans l’idéalisation d’un passé plus ou moins mythique où ils ont voulu trouver un instrument de transformation de la réalité. En ce sens, leur rhétorique s’adressait d’abord à cette partie d’eux-mêmes qui avait éprouvé la souffrance du mépris dans des nations dont l’incomplétude leur apparaissait comme un simple accident de l’histoire.

Notes

2 Madrid, Aguilar, 1961.

3 Son nationalisme était intéressé. R. Syme (La Révolution romaine, Paris, Gallimard, 1962, p. 341) écrit à propos des chevaliers : « ils s’abritent sous le vêtement et le couvert d’une vertu antique et d’une indépendance virile, mais sont trop souvent rapaces, corrompus et serviles envers le pouvoir ».

4 Madrid, Aguilar, 1961.

5 Un aïeul du côté maternel, Décius Magius (HR, 2.16.2 et Liv., 23.7.4) avait été fait prisonnier par Hannibal. Un fils de ce dernier, Minacius Magius, avait participé à la Guerre Sociale aux côtés des Romains. Il conquit Compsa et obtint grâce à cela la citoyenneté romaine ; ses deux fils furent préteurs (2.16.2-3). Son grand-père paternel, C. Valleius, appartenait à l’ordre équestre. Son oncle Velleius Capito devint sénateur ; son père fut praefectus equitum en 4 ap. J.-C. et son frère Magius Celer Velleianus fut préteur en 15.

6 M. Vinicius fut consul en 30 ap. J.-C., avec comme collègue Cassius Longinus ; il appartenait au groupe des amis de Séjan. Il épousa en 33 Julia Drusilla (TAC., Ann., 6.15).

7 P. Vinicius fut un rhéteur de talent (SEN., Rh. Contr., 7.5.11).

8 Comme dit Tibère de Curtius Rufus, lorsqu’il le recommande au Sénat comme candidat à la préture : videtur mihi ex se natus (TAC., Ann., 11.21).

9 Le codex fut découvert par l’humaniste Beatus Rhenanus en 1515. Il l’édita en 1520.

10 Velleio Patercolo ο della propaganda, Torino, Università de Torino, 1952.

11 Homi K. Bhabha, Nation and Narration, London & New York, Routledge, 1990, p. 297.

12 I. Lana, op. cit., p. 60.

13 Très caractéristique est l’exemple de Ventidius Basus, un Espagnol qui connut deux triomphes : un comme captif et un autre comme vainqueur (HR, 2.65.3). Il arriva comme muletier et finit comme consul.

14 Du Princeps il vante la virtus et fortuna.

15 HR, 1.127-128. Né en Volsinies, adopté dans la gens AElia, il était fils de L. Seius Strabo, préfet du prétoire (TAC., Ann., 1.7.2). Cf. J. Hellegouarc’h (éd.), Velleius Paterculus, Histoire Romaine, t. 2, Paris, Les Belles Lettres, 1982, p. 282.

16 Comparable aux panégyriques, cf. J. Mesk, « Zur Quellenanalyse des Plinianischen Panegyricus », WS, 33, 1911, p. 85-87.

17 Pour la sécurité comme justification du Principat, voir Horace, Od., 4.14.43-44, Ep., 2.1.2 ; Sénèque, Clem., 1.1.1&5 ; Pline, Paneg., 8.1 ; 10.52 ; 10.102 ; 27.1 ; Tacite, An., 1.2.1 ; 1.12.1 ; Suétone, Aug., 94.12 ; Tib., 6.1. Auguste fut proclamépaterpatriae : hic ames dicipater atqueprinceps, Hor., Od., 1.2.50 ; père et protecteur : optime Romulae/custos gentis, ibid., 4.5.1 sq. ; gardien de Rome et de l’Italie : ο tutela praesens/Italiae dominaeque Romae, ibid., 4.14.43 sq.

18 Salluste l’avait remarqué (Hist., 4.69.18 M) : pauci libertatem, pars magna iustos dominos volunt. Voir aussi Tac., Ann., 1.15.1 : senatus largitionibus acprecibus sordidis exsolutus libens tenuit.

19 Tac., Ann., 1.75.1 ; Velleius, HR, 2.57.3 ; Suet., Tib., 33 ; Dion C., 57.7.6.

20 Y avait-il une réalité derrière la notion de tota Italia ? C’est la question de l’identité inachevée de l’Italie (A. Giardina, « L’identità incompiuta dell’Italia Romana », dans A. Giardina (éd.), L’Italie d’Auguste à Dioclétien, Colloque international, EFR, Roma, 1992) ; « The concept of the nation-state did not exist in Republican Italy », dit E. T. Salmon, The Making ofRoman Italy, Cornell Univ. Press, Ithaca, New York, 1982, p. 157. Mais pour Velleius (HR, 2.15.2), les Italiens sont homines eiusdem gentis et sanguinis. Est-ce là la version d’une propagande officielle intéressée, ou y a-t-il derrière la notion de tota Italia d’Auguste une réalité ? Les raisons qui poussent à concevoir l’’Italia comme une réalité sont :

  1. Le Bellum Italicum, cf. Salmon, op. cit., p. 125.
  2. L’expression tota Italia, ou cuncta italia, déjà présente chez Cicéron : Ad Q. fr., 4 ; De domo, 75 ; Post red. in sen., 39, et chez César : Civ., 1.35, qui avait légitimé le siège de Marseille par l’auctoritas Italia. Elle fut utilisée par Auguste à propos du serment prêté en 32 av. J.-C. : iuravit in ver(ba) mea tota Italia sponte sua et me bel(li) quo vici adActium ducem depoposcit, Resgestae, 25. Cf. également Plut., Cato 2 ; 2.5.1 ; Liv., Per. 71 ; Auct. de vir. illustr., 12 ; Cic., Ad Att., 8.16.1 ; 9.5.3.
  3. Les onze régions d’Italia, que Pline l’Ancien attribue à Auguste, qui semble avoir créé le ius Italicum (Plin., HN, 3.139).
  4. La langue latine, cf. Verg., Aen., 12.837 :... faciamque omnis uno ore Latinos.
  5. L’uniformisation culturelle des couches supérieures de la population (Plin., Epist., 9.23.2).
  6. La construction de l’Italie comme unité culturelle par Virgile et Tite-Live, tous deux hommes de l’Italie du Nord, voir Syme, op. cit., p. 442. Cf. en particulier Virg., Georg., 172-3 (l’Italie est le but d’Énée) et Aen., 4. 229 sq. (l’Italie conquerra le monde).

21 Asi hablaba J. Costa, Huesca, 1998, p. 90 ; Politica quirúrgica, Madrid, Bibl. Costa, 1914, passim.

22 Asi hablaba J. Costa, op. cit., p. 76 et 91-92.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search